RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

RTFLASH Recherche & Technologie
NUMERO 694
Lettre gratuite hebdomadaire d’informations scientifiques et technologiques
Créée par René Trégouët rapporteur de la Recherche et Président/fondateur du Groupe de Prospective du Sénat
Edition du 22 Mars 2013
Recommander  |  Désinscription  |  Lire en ligne
Egalement dans ce numéro
TIC
Le mobile qui lit votre pouls sur votre visage !
Un nouveau record de distance à 400 Gb/s pour les transmissions optiques
Vers des superordinateurs de plus en plus sobres en énergie
Avenir
Nanoparticules et cellules-souches : un duo de choc au service des malades
Les nanomédicaments, avenir de la médecine
Des matériaux bio polymères pour dépolluer l'eau plus facilement
Matière
La découverte du boson de Higgs est confirmée
Une mémoire flash haute performance qui combine graphène et molybdénite
Lancement du chantier de la plus grande centrale solaire au monde
Le principe d'indétermination d'Heisenberg pris en défaut par l'expérience
Les lasers à photon unique ouvrent la voie à l’informatique quantique
Des batteries lithium-ion plus performantes grâce à un nouveau matériau
Des micro-centrales nucléaires plus sûres et moins chères
Les Japonais ouvrent la voie à l'exploitation industrielle des hydrates de méthane
Terre
Le réchauffement climatique va considérablement augmenter la fréquence des ouragans dévastateurs
La capacité d'adaptation des forêts tropicales au changement climatique sera meilleure que prévue
Vivant
Thérapie cellulaire à l'essai contre une forme grave de leucémie
Vers des dents transgéniques ?
Le thé vert et le café évitent l'AVC
FoxO : un gène de la longévité commun à tout le vivant ?
La biodiversité ne réduit pas la transmission de maladies des animaux à l'homme
Le zinc pourrait contribuer à prévenir l'autisme
Les micro-ondes s'imposent dans la détection du cancer
Découverte d'une protéine de poisson pouvant bloquer les métastases
La sclérose en plaques commence à dévoiler ses secrets
La vie vient-elle des profondeurs ?
Une nouvelle molécule contre la maladie d'Alzheimer
Le tabac favorise la prolifération bactérienne
Une puce organique pour enregistrer l'activité cérébrale
Les cellules immunitaires communiquent entre elles comme les abeilles d'une ruche !
Comment fonctionne le vaccin contre la grippe ?
Prévenir les suicides par une simple prise de sang
L'excès de sucre augmente les risques de cancer
Des perturbations du sommeil peuvent être le signe avant-coureur de la maladie d'Alzheimer
Identification d'une phéromone d'alarme chez un mammifère
Les enfants autistes auraient un risque de suicide sensiblement accru
Le jus de melon amer prévient le cancer du pancréas chez le rat
L'aspirine réduirait le risque de mélanome
Désorganiser les cellules cancéreuses pour mieux les combattre
Cancer avancé de la prostate : vers un traitement par patch ?
Une molécule-clé pour bloquer la croissance des tumeurs du foie
L’interleukine 22 efficace contre l'infection pulmonaire due à la grippe
L'athérosclérose n'est pas une maladie moderne !
La frustration augmenterait l'attirance pour les jeux vidéo violents
Un nouveau médicament qui réduit considérablement les dommages cardio-vasculaires
L'espérance de vie en bonne santé augmente en Europe
Le regard des autres nous rend-t-il plus moral ?
Une véritable usine biochimique dans la panse des bovins
Comment la bactérie Shigella neutralise le système immunitaire
Le cytomégalovirus augmenterait le risque de schizophrénie chez les personnes génétiquement disposées
En Afrique, le mobile peut devenir un microscope médical !
Edito
Les robots militaires vont-ils devenir autonomes ?



En moins de 10 ans, les robots sont devenus des auxiliaires militaires majeurs et irremplaçables. Dans tous les conflits et théâtres d’opérations de ces dernières années, ils ont joué un rôle d’intervention tactique et stratégique incontournable et de plus en plus efficace.

Selon l’université de Washington, en 2020 un tiers des forces armées américaines seront constituées de robots. Rien qu’en Irak et en Afghanistan, on estime que l’armée américaine a déployé plus de 6000 robots. Pour des raisons bien compréhensibles, les militaires communiquent peu sur la présence de ces soldats d’un nouveau genre. Parmi ces derniers, on peut notamment citer le « iRobot Packbot 510 », un  robot autonome équipé de capteurs qui lui permettent de détecter et d’éviter les obstacles et d’évoluer dans un environnement complexe.

Ce robot, qui se décline en une dizaine de versions, est devenu un assistant précieux pour les fantassins exposés à des conflits non conventionnels de type guérilla ou insurrection. Il peut non seulement détecter et éliminer les engins explosifs mais également détecter la provenance de tirs ennemis, une qualité très appréciée quand les fantassins doivent évoluer en milieu urbain et sont exposés aux Snipers.

Autre machine étonnante, le SnakeBot, un robot serpent autonome conçu pour espionner l’ennemi. Chaque section de ce robot est autonome et possède sa propre capacité d’autonomie et d’action. Ce robot, même en partie détruit peut s’auto réparer et il est capable de progresser dans pratiquement n’importe quel type d’environnement, soit pour observer l’ennemi soit pour l’attaquer avec des charges explosives.

Un autre type de robot militaire promis à un grand avenir est l’exosquelette qui permet de démultiplier la vitesse, la puissance et la précision des fantassins sur le champ de bataille. Le robot XOS2, présenté il y a deux ans, appartient cette catégorie. Il ne pèse que 10 kg et permet à un soldat de manœuvrer des charges de près de 100 kg !

Il faut également évoquer le projet « BigDog » de robot-mule, destiné au transport d’équipement militaire. Cet étonnant robot se pilote par commande vocale (Voir article) et, après 10 ans de recherche, il peut à présent porter jusqu’à 180 kg d’équipement durant 32 km en 24 heures.

Enfin, la DARPA (le département de recherche de l’armée américaine), a présenté, en octobre 2012, le Pet-Proto, un robot humanoïde « capable de prendre certaines décisions de manière autonome en fonction du contexte » (Voir article).

 L’US Air Force travaille également sur des « Micros-Engins Aériens » (MAV), pas plus gros que des insectes et pouvant être utilisés en milieu urbain et même à l’intérieur des bâtiments. Ces microrobots seront d’abord destinés à la reconnaissance à l’observation mais il est tout à fait imaginable qu’ils puissent attaquer l’ennemi, soit en utilisant une micro-charge explosive, soit en lui injectant un poisson.

Mais avant que les robots ne s’imposent aux côtés ou à la place des combattants sur le champ de bataille, on oublie souvent qu’ils sont déjà depuis quelques années omniprésents sur tous les théâtres d’opérations militaires, sous la forme de drones.

Dans tous les conflits non conventionnels qui se déroulent actuellement et qui sont de type asymétrique (c’est-à-dire opposant des armées régulières à des organisations et groupes terroristes et mafieux) les drones, qu’il s’agisse des versions d’observation ou des versions de combat, sont devenus des acteurs irremplaçables.

Que ce soit en Afghanistan, au Moyen-Orient ou plus récemment au Mali, les drones militaires ont joué un rôle déterminant dans le repérage et l’élimination des groupes terroristes. Ces « robots volants » ont complètement modifié la donne stratégique et tactique en à peine 10 ans.

Ils ont notamment permis l’élimination sélective des principaux dirigeants des groupes terroristes qui s’étaient réfugiés dans des régions inaccessibles où des interventions terrestres auraient été très complexes à mettre en œuvre et surtout très coûteuses en vies humaines.

Il y a quelques semaines, le Sénateur américain Lindsey Graham estimait que les Etats-Unis avaient tué depuis 5 ans au moins 4 700 personnes en utilisant ces drones de combat. Un chiffre résume bien la montée en puissance impressionnante de l’utilisation de ces drones sur les théâtres d’opérations militaires : en moins de 10 ans, la fréquence des frappes de drones américains est passée, en moyenne, d’une tous les 40 jours à une tous les trois jours !

Autre indicateur éclairant : l’armée américaine possédait moins d’une centaine de drones il y a 10 ans ; elle en alignerait à présent plus de 8000 et pourrait en posséder 20 000 en 2020. L'armée de l'air américaine a d’ailleurs annoncé qu’elle formait à présent plus d'opérateurs de drones qu'elle n'entraîne de pilotes pour ses avions de chasse.

Mais l’utilisation de ces systèmes d’armes redoutables ne va pas sans soulever de nombreuses questions juridiques morales et éthiques et commence à susciter un large débat aux Etats-Unis. Officiellement chaque attaque de drones fait l’objet d’une évaluation militaire et juridique précise et doit obtenir l’approbation personnelle du Président américain.

Mais le problème est qu’il y a souvent loin entre la mission parfaite programmée par ordinateur et visualisée sur un écran vidéo et les réalités des dommages constatés sur le terrain. Les drones peuvent rarement procéder à une identification visuelle directe des « cibles » à éliminer. Il n’est donc pas rare que des frappes de drones soient décidées sans que l’on puisse être absolument certain qu’elles vont bien tuer les chefs terroristes visés.

Par ailleurs, même quand une frappe de drones élimine un responsable terroriste, il est malheureusement inévitable et assez fréquent qu’elle entraîne également la mort de plusieurs dizaines de personnes innocentes qui vivaient dans l’environnement immédiat de cette «cible».

Cette question des dommages collatéraux causés par les attaques de drones a d’ailleurs pris depuis quelques mois une importance politique considérable car les états concernés, notamment le Pakistan, ont bien compris que ces frappes meurtrières, même si elles sont d’une efficacité indiscutable, exaspèrent les populations locales et alimentent un puissant sentiment antiaméricain et anti-occidental.

En outre il faut rappeler que sur un plan juridique et légal, l’utilisation des drones échappe pour l’instant aux cadres prévus par les conventions internationales en matière de guerre.

Or l’arrivée d’une prochaine génération de drones dotés d’une capacité d’autonomie, d’évaluation de la situation et de prise de décision bien plus grande, va rendre indispensable un vrai débat démocratique et moral sur les conditions d’utilisation de ces systèmes robotisés de destruction.

Actuellement, l’armée britannique expérimente un nouveau drone révolutionnaire, baptisé Taranis, en référence au dieu du tonnerre. Cet engin redoutable qui vole à plus de Mach 1, est de type furtif ; il est donc très difficilement détectable par radar. Il possède un très grand rayon d’action et une puissance de feu considérable mais surtout il est doté d’une autonomie de décision nouvelle.

À terme, Taranis sera en effet capable de suivre une trajectoire définie à l’aide des ordinateurs de bord pour atteindre sa cible mais il pourra également modifier si besoin la trajectoire initialement programmée pour s’adapter à une menace ou un changement imprévu dans son environnement. C’est seulement au stade ultime, lorsqu’il sera en mesure d’exécuter sa frappe, qu’il aura besoin d’une autorisation humaine pour déclencher son tir.

Cette nouvelle génération d’engins volants automatisés pose des problèmes légaux et moraux encore plus complexes que les appareils actuels. Le professeur Noel Sharkey,  ingénieur en robotique et spécialiste des systèmes militaires autonomes à l'Université de Sheffield, souligne à ce propos que « Avec ce nouveau type d’engins volants automatisés nous faisons un saut dans l’inconnu car nous ne savons pas du tout comment les gouvernements qui vont disposer d’une telle technologie vont l’utiliser. »

Mais les Britanniques ne sont pas les seuls à développer ces nouveaux drones autonomes. L'armée américaine expérimente également son "X-47B" un drone furtif, capable, comme le Taranis, d’effectuer des missions préprogrammées en utilisant une forme d’intelligence artificielle. Ce drone d’une capacité d’emport de plus de 2 tonnes et bardé d’informatique et de capteurs, utilise des programmes sophistiqués d’intelligence artificielle. Il est capable d’apponter en toute circonstance sur un porte-avions et posséderait une autonomie et un rayon d’action considérables. De l'avis des observateurs, sa "dextérité" de pilotage serait, en toutes circonstances, supérieure à celle des pilotes les plus habiles !

En Europe, plusieurs pays dont la France se sont associés au sein du projet « Neuron » pour développer également un drone furtif et intelligent qui vient d’accomplir ses premiers vols d’essai il y a quelques mois.

Face à cette évolution technologique rapide, l’influente association Human Rights Watch a publié un rapport préconisant que des restrictions d’utilisation soient imposées à ces « robots tueurs», comme les appelle de manière flatteuse cette organisation.

Bien entendu, les responsables militaires américains ou européens ne manquent pas de souligner qu’ils ne permettront jamais à des machines de prendre la décision finale de tuer. Le problème, c’est qu’une fois qu’une technologie est disponible, il est très difficile de ne pas en exploiter toutes les potentialités.

La presse anglaise ou américaine évoque également la possibilité que de tels engins robotisés tombent entre les mains de tyrans ou de dictateurs qui pourraient, sans aucun état d’âme, les utiliser à des fins de répression interne et d’élimination de leurs opposants politiques ou de groupes ethniques particuliers.

Autre point qui ne manque pas de soulever des inquiétudes : la vulnérabilité informatique de ces systèmes robotisés. En 2011, un drone Predator a ainsi brusquement modifié son comportement après avoir été infecté par un bug informatique. Heureusement, dans ce cas précis il n’y a pas eu de conséquences graves. On imagine cependant qu’un tel incident survenant sur un drone lourdement armé et sur le point d’exécuter sa frappe, pourrait avoir des conséquences désastreuses.

Il est certain qu’avec l’arrivée prochaine de systèmes militaires robotisés terrestres et aériens utilisant massivement l’intelligence artificielle et possédant une réelle capacité d’autonomie de décision, la question de la responsabilité morale, politique et financière des dommages causés par ces engins va devenir cruciale.

Comme le souligne une analyse publiée par la presse américaine, le pire n’est jamais sûr mais l’évolution de la technologie conjuguée aux nouveaux types de conflits et de menaces qui déchirent la planète, feront qu’il sera très difficile pour les pouvoirs politiques de ne pas utiliser de manière croissante ces robots militaires autonomes.

Cette tentation sera d’autant plus grande qu’on voit bien que les opinions publiques acceptent de moins en moins l’idée de pertes militaires humaines importantes, quels que soient les enjeux invoqués. En outre, en ces temps de contraintes budgétaires et de crise financière, les armées devront faire plus et mieux avec de moins en moins d’argent et dans un tel contexte, les robots militaires autonomes représentent évidemment une solution irrésistible.

Certains analystes soulignent enfin, non sans raison, qu’aujourd’hui, l’idée qu’une machine puisse faire preuve d’une forme d’intelligence, d’une capacité de libre arbitre d’un sens moral paraît saugrenue voire absurde. Mais qu’en sera-t-il dans 20 ou 30 ans quand ces robots disposeront d’une puissance de calcul et d’une capacité d’analyse et d’évaluation que nous pouvons à peine imaginer à présent ?

Confrontés à cette évolution vertigineuse de la technologie, la question n’est plus de savoir si un jour une machine sera considérée comme intelligente et responsable de ses actes mais, dans le cas qui nous occupe, à quel moment un robot militaire sera pour la première fois considéré comme moralement et légalement responsable des dommages qu’il aura infligés…

Le grand écrivain de science-fiction et visionnaire Isaac Asimov, avait imaginé il y a plus de 70 ans des robots intelligents, pouvant faire preuve d'un comportement imprévisible. Il avait également formulé les trois fameuses lois de la robotique qui devaient donner aux robots un sens moral. Dans l'une de ses nouvelles, des magistrats sont amenés à s'interroger pour savoir si un robot peut être jugé comme un être humain et ils décident de répondre oui à cette question après s'être aperçus que le robot leur avait menti et avait donc adopté un comportement proprement humain.

Espérons que les redoutables robots militaires qui déchaîneront leur puissance de feu sur les champs de bataille du futur auront également une parcelle d'humanité !

René TRÉGOUËT

Sénateur Honoraire

Fondateur du Groupe de Prospective du Sénat

Références presse :

Slate

Atlantic

Next gov

BI

Daily Mail


TIC
Information et Communication
Le mobile qui lit votre pouls sur votre visage !
Mercredi, 20/03/2013 - 16:56

L’entreprise japonaise Fujitsu vient de présenter un mobile capable de mesurer le pouls de son utilisateur en analysant les variations de brillance du visage provoquées par le flux sanguin.

Il suffit de pointer ce smartphone vers un visage pendant quelques secondes, pour mesurer également le taux d’hémoglobine, en exploitant la propriété de cette protéine d’absorber la lumière verte.

L'algorithme développé par Fujitsu a été conçu pour pouvoir filtrer les différents facteurs parasites et permet un calcul précis du rythme cardiaque. En outre, ce dispositif peut très bien être intégré à de multiples appareils : téléviseurs, caméra, ordinateur…

"Les applications de ce système sont multiples, non seulement en matière de santé mais également dans le domaine de la sécurité ou de la veille sanitaire, par exemple pour aider à identifier de personnes malades dans un lieu public", précise Fujitsu .

La firme japonaise prévoit de commercialiser son invention en 2014 et confirme ainsi ses ambitions sur le marché en plein développement de la biométrie, des technologies de reconnaissance et de la télémédecine.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Fujitsu

Un nouveau record de distance à 400 Gb/s pour les transmissions optiques
Lundi, 18/03/2013 - 16:37

Des chercheurs d'AT&T ont mis au point un nouveau mode de gestion du spectre électromagnétique qui permet, pour la première fois, un débit stable de 400 Gb/seconde sur des réseaux optiques à longue distance.

Dans ce système, Nyquist, une meilleure efficacité spectrale a pu être obtenue en utilisant un nouveau mode de  multiplexage des fréquences par répartition et une technique de modulation à faible perte. Ces avancées ont permis de transmettre des signaux à 400 Gbits/seconde, sur une distance-record de 12 000 km.

"Ce résultat ne représente pas seulement une augmentation de la portée d'un facteur de 2,5 pour 100 GHz, il établit également un nouveau record en matière d'efficacité spectrale et de distance", explique Xiang Zhou qui dirige ces recherches.

"Par rapport aux techniques de modulation utilisées actuellement, notre méthode a la capacité unique de permettre le réglage de l'efficacité de la modulation spectrale pour correspondre à la largeur de bande disponible et maximiser la portée de transmission, tout en conservant la tolérance aux non-linéarités des fibres et au bruit de phase laser, qui sont les principaux facteurs limitant la performance des transmissions sur fibres optiques", ajoute Xiang Zhou.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

OFCNFOEC

Vers des superordinateurs de plus en plus sobres en énergie
Dimanche, 17/03/2013 - 19:30

Une équipe de chercheurs d'IBM, en collaboration avec l'Agence de Recherche de l'Armée américaine (DARPA), a mis au point un mode de transmission optique de données informatiques d'une efficacité et d'une sobriété énergétiques sans précédent. L'équipe a présenté son prototype optique, qui pulvérise le record, à l'occasion de la Conférence sur les communication par fibre optique d'Anaheim en Californie.

En combinant des puces de type SOI-CMOS, gravées en 32 nanomètres de silicium et les photodétecteurs fabriqués par Sumitomo Electric périphérique Innovations USA, ces chercheurs ont drastiquement abaissé à seulement 24 milliwatt, la consommation d'énergie nécessaire au fonctionnement d'un nœud de communication optique à 25 gigabits par seconde.

"Par rapport à nos précédents travaux, nous avons augmenté la vitesse de transmission optique de 66 %, tout en réduisant la consommation de moitié", souligne Jonathan E. Proesel qui dirige ces recherches. Celui-ci ajoute que "Face à l'augmentation exponentielle de la quantité de données numériques à traiter, nous devons absolument parvenir à augmenter le débit de transmission, tout en diminuant la consommation d'énergie".

Cette avancée sera exploitée dans les futurs ordinateurs exaflopiques, attendus vers 2018. Ces machines surpuissantes travailleront à la vitesse prodigieuse d'un milliard de milliard d'opérations à la seconde et pourront, dans un temps raisonnable, simuler l'évolution de modèles d'une extrême complexité, comme certains modèles climatiques ou biologiques. Mais de telles machines supposent des ruptures technologiques en matière de communication interne entre composants, de mémoire, de refroidissement et de consommation.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Eurekalert

^ Haut
Avenir
Nanotechnologies et Robotique
Nanoparticules et cellules-souches : un duo de choc au service des malades
Jeudi, 21/03/2013 - 14:23

Des chercheurs de l'Université de Stanford ont mis au point une nouvelle technique très prometteuse qui consiste à injecter aux patients les cellules-souches encapsulées dans les nanoparticules de silice, ce qui permet de déterminer l'efficacité des traitements grâce à un suivi très précis du trajet de ces cellules dans l'organisme.

Ces cellules-souches, ainsi vectorisées par les nanoparticules, deviennent visibles par imagerie à ultrasons et les médecins disposent ainsi d'un moyen très fiable et très précis de suivre ces cellules dans le corps des malades pour s'assurer qu'elles atteignent bien leur but, ce qui pour l'instant était très difficile à vérifier, faute d'une méthode adéquate.

"Si nous voulons pouvoir utiliser largement les cellules-souches pour réparer et reconstruire des tissus endommagés ou malades, nous allons avoir besoin de savoir exactement où vont ces cellules pour pouvoir optimiser ces thérapies cellulaires" explique Lara Bogart, chercheuse à l'université de Liverpool.

Pour permettre une parfaite traçabilité de ces cellules après leur injection, les chercheurs ont utilisé des nanoparticules de silice, un matériau qui réfléchit les ondes sonores, ce qui lui permet d'être détecté par échographie.

Ces nanoparticules ont été couplées avec des cellules-souches mésenchymateuses, qui peuvent se différencier en de nombreux types de cellules, dont les cellules osseuses, les cellules graisseuses et les cellules cardiaques.

Des essais réalisés chez la souris ont confirmé que ce binôme cellules-souches – nanoparticules permettait de suivre avec une précision inégalée le trajet de ces cellules et leur efficacité thérapeutique.

Ces nanoparticules de silice peuvent également être détectées par IRM car elles contiennent un métal fortement magnétique, le gadolinium. Elles peuvent également être détectées par les méthodes optiques car elles sont colorées à l'aide d'un fluorescent. "Nous disposons donc de trois moyens complémentaires de suivre ces nanoparticules", précise le docteur Bogart qui ajoute : "En fonction de l'organe visé par la transplantation de cellules, nous pourrons ainsi choisir la méthode la plus appropriée pour vérifier les effets de ses thérapies cellulaires".

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

MIT Technology Review

Les nanomédicaments, avenir de la médecine
Mercredi, 20/03/2013 - 19:38

Selon une étude publiée dans les actes de l'Académie américaine des sciences, commandée par l'Institut national de la santé américain, des médicaments d'une taille 100 000 fois plus petite que le diamètre d'un cheveu humain auraient la capacité de prévenir les lésions tissulaires associées à l'athérosclérose et d'autres maladies chroniques chez la souris.

Cette étude réalisée par Zahi Fayad, au centre médical du mont Sinaï Mont Sinaï, rappelle que l'inflammation est un mécanisme de défense naturelle contre les organismes envahisseurs et les lésions tissulaires. Beaucoup de chercheurs pensent à présent que les maladies chroniques, comme les maladies cardiaques ou le diabète, sont liées à une réponse immunitaire prolongée entraînant une inflammation chronique des tissus.

"De nombreuses études ont montré que l'inflammation est à la base de nombreuses maladies chroniques et nous avons besoin de thérapies qui aident à réparer les dommages provoqués par cette inflammation chronique", souligne le professeur Fayad qui ajoute : "La nanomédecine va nous permettre de traiter et de prévenir nombre de pathologies chroniques graves d'une manière bien plus efficace qu'actuellement et sans les effets secondaires liés aux médicaments classiques."

Les chercheurs américains associés à ces recherches ont développé une molécule « à trois étages ». La première composante contrôle la libération du médicament dans les tissus enflammés, la seconde contrôle son temps d'action et la dernière dirige ce médicament vers la bonne cible, par exemple les tissus endommagés dans la paroi vasculaire.

Les essais sur la souris ont montré l'efficacité de cette nanothérapie ciblée et les chercheurs sont persuadés que ce type de nanomédicaments, déjà porteurs de grands espoirs en cancérologie, a également un grand avenir thérapeutique dans le traitement de nombreuses pathologies cardio-vasculaires et notamment l'athérosclérose.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Newswise

Des matériaux bio polymères pour dépolluer l'eau plus facilement
Dimanche, 17/03/2013 - 18:21

Une équipe de l'Université de Saskatchewan, au Canada, vient de développer des matériaux bio polymères ayant des propriétés améliorées d'absorption. Connus dans le monde scientifique sous le nom de "matériaux intelligents", ces bio polymères de synthèse montrent un potentiel très important dans des applications variées, en particulier dans le domaine de l'assainissement de l'eau.

"Alors que le pétrole par exemple est relativement facile à séparer de l'eau, des polluants solubles tels que les colorants, les nitrates et les détergents le sont beaucoup plus difficilement" souligne Lee Wilson, l'un des superviseurs de l'étude. Les matériaux développés par ces chercheurs ont montré des capacités d'absorption remarquables des contaminants solubles.

"Nous allons manquer d'eau douce, la seule question est de savoir quand ?", souligne Lee Wilson, qui ajoute : "La possibilité de désaliniser l'eau en utilisant très peu d'énergie est devenue un enjeu scientifique, économique et humain majeur qui conditionne la question de l'accès à une eau de qualité dans le monde entier".

Dans cette perspective, les matériaux intelligents, tels que ceux développés par ces chercheurs sont particulièrement intéressants par leur capacité à "s'activer" ou "s'éteindre" en réponse à une modification de paramètre physique ou chimique, tel qu'un changement de température ou de PH. Alors que les autres méthodes de filtrations telles que l'osmose inverse nécessitent beaucoup d'énergie pour fonctionner, ce n'est pas le cas pour ce ce type de matériaux qui pourraient dépolluer à faible coût énergétique et économique l'eau contaminée, y compris dans les cas de pollution à l'arsenic que l'on retrouve dans plusieurs pays pauvres et qui posent de redoutables problèmes de santé publique.

Article rédigé par Gaël Orbois pour RT Flash

University of Saskatchewan

^ Haut
Matière
Matière et Energie
La découverte du boson de Higgs est confirmée
Jeudi, 21/03/2013 - 10:46

Le CERN a officiellement confirmé il y a quelques jours, à l'occasion des rencontres de Moriond, que la nouvelle particule identifiée et présentée en juillet dernier avait de très fortes chances d'être le fameux boson de Higgs, le « chaînon manquant » du modèle standard de la physique indispensable pour expliquer la masse des 6 quarks et des 6 leptons, principaux constituants de la matière.

Les physiciens qui disposent à présent d'une masse de données considérable ont pu vérifier que les propriétés quantiques de cette nouvelle particule correspondent bien à celles du modèle théorique initial. La probabilité que cette particule soit bien le boson de Higgs a été évaluée à 93 %.

Les chercheurs ont néanmoins souligné pendant ce colloque qu'ils ne savaient pas encore à quelle famille appartenait le boson découvert. Il est en effet encore trop tôt pour savoir si la particule identifiée est bien le boson de Higgs du Modèle standard, ou un autre type de boson plus exotique.

"Répondre à cette question ne sera pas facile et prendra du temps", précise le CERN. Rappelons que l'existence de ce boson a été postulée il y a presque un demi-siècle par le physicien britannique Peter Higgs et ses collègues belges et français, Robert Brout et François Englert.

Article rédigé par Gaël Orbois pour RT Flash

CERN

The New York Times

Une mémoire flash haute performance qui combine graphène et molybdénite
Mercredi, 20/03/2013 - 21:28

Des chercheurs de l'école polytechnique fédérale de Lausanne ont mis au point un nouveau type de mémoire flash très performante qui combine deux matériaux ayant des propriétés électroniques remarquables : le graphène et de molybdénite.

Il y a deux ans, la même équipe de recherche avait montré les propriétés électroniques prometteuses de la molybdénite (MoS2), un minerai abondant dans la nature. Ces chercheurs avaient également démontré la faisabilité d'une puce en molybdénite. Aujourd'hui, ils sont allés encore plus loin en développant  un prototype de mémoire flash (un type de mémoire qui peut non seulement stocker des données, mais aussi les maintenir en l'absence d'électricité) qui combine les propriétés du graphène et de la molybdènite.

La molybdénite et le graphène ont beaucoup de choses en commun. Ces deux matériaux devraient permettre de dépasser les limites physiques des puces et transistors actuels. Leur structure chimique à deux dimensions et le fait qu'ils soient constitué d'une seule couche d'atome leur confèrent un énorme potentiel pour poursuivre la course à la miniaturisation électronique.

Bien que le graphène soit meilleur conducteur, la molybdénite possède pour sa part de remarquables propriétés semi conductrices. Celles-ci lui permettent de basculer très rapidement d'un État ouvert à un état fermé en consommant très peu d'énergie. Utilisés conjointement, les deux matériaux peuvent ainsi combiner leurs avantages uniques.

Le prototype développé par les chercheurs suisses a été conçu en utilisant « un effet de champ géométrique » . La combinaison de ces deux matériaux a finalement abouti à la mise au point de nouveaux composants aux propriétés exceptionnelles, tant en matière de vitesse que de consommation électrique et de souplesse.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Science Daily

Lancement du chantier de la plus grande centrale solaire au monde
Mercredi, 20/03/2013 - 17:46

La construction de la plus grande centrale thermique solaire à concentration du monde vient de commencer dans le désert d'Abu-Dhabi.

Réalisée conjointement par les sociétés Masdar, Total et Abengoa Solar, cette centrale hors normes représente une superficie de 2,5 km2, soit pas loin de 300 terrains de football, et devrait produire suffisamment d'électricité pour satisfaire à la consommation de 20 000 foyers des Émirats arabes unis. À terme, cette centrale devrait également permettre une réduction des émissions de CO2 de 175 000 t par an, soit l'équivalent des émissions annuelles de 15 000 voitures.

Cette centrale géante n'utilise pas la technique photovoltaïque mais la technologie thermodynamique. Elle a opté pour une technique prometteuse, la voix cylindro-parabolique. Le principe consiste à récupérer la chaleur fournie par le rayonnement solaire direct vers des tuyaux remplis d'huile de synthèse.

Cette chaleur est utilisée sous forme de vapeur qui entraîne une turbine et produit ainsi de l'électricité. Mais dans cette technologie, la vapeur est compressée lorsqu'elle entre dans la turbine, ce qui accroît considérablement le rendement de conversion énergétique. Autre innovation majeure, cette centrale utilise un système de refroidissement à faible consommation d'eau, ce qui constitue un atout décisif dans cette région désertique.

Dernier avantage, la forte production électrique de cette centrale permettra aux Émirats arabes unis d'avoir recours aux générateurs gourmands en énergie nécessaires pour surmonter les périodes de pics de consommation.

Les Émirats arabes unis ont lancé un plan très ambitieux de développement des énergies renouvelables et comptent investir plus de 100 milliards de dollars d'ici 2032 pour se doter d'une capacité de production de 41 000 MW (soit un tiers de leur production électrique totale) issue de l'énergie solaire.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

NPR

Le principe d'indétermination d'Heisenberg pris en défaut par l'expérience
Mercredi, 20/03/2013 - 17:22

Voici une expérience qui n'a pas fini de faire parler d'elle. Des chercheurs canadiens de l'université d'Ottawa ont réussi pour la première fois à mesurer directement les états de polarisation d'un photon, c'est-à-dire les axes autour desquels oscillent les champs électromagnétiques.

Dans cette expérience, les physiciens ont pu mesurer simultanément les variables conjuguées d'une particule, ce qui remet en cause le fameux principe d'indétermination d'Heisenberg, énoncé en 1927, et qui constitue avec la fonction d'onde Schrödinger, un des piliers théoriques de la mécanique quantique.

Selon ce principe, la nature se comporterait intrinsèquement en appliquant la règle des « vases communicants ». Concrètement, cela signifie que si l'on mesure avec une grande précision l'une des propriétés d'un système quantique, on ne pourra pas mesurer l'autre avec le même degré de précision. Par exemple, on pourra mesurer avec une absolue précision la position d'une particule mais, dans ce cas, on ne connaîtra pas exactement sa vitesse ou si l'on mesure précisément sa vitesse, on ne pourra pas connaître sa position exacte.

Mais dans cette expérience, les physiciens ont montré qu'il était possible, sous certaines conditions, de mesurer directement les variables conjuguées d'un système quantique. Comme le souligne le professeur Boyd, qui dirige ces recherches, « le fait de pouvoir réaliser des mesures directes de l'état ondulatoire quantique aura des conséquences majeures pour l'avenir de l'informatique quantique ».

Toute la finesse de cette expérience réside dans la méthode utilisée pour ne pas perturber le système quantique. En fait, les physiciens procèdent d'abord à une mesure « faible » de la première propriété, puis à une mesure « forte » de la deuxième propriété.

La seule contrainte de cette méthode réside dans le fait que très peu d'informations sont obtenues à chaque mesure, ce qui oblige les physiciens à multiplier les expérimentations pour obtenir un résultat statistiquement significatif.

Dans cette expérience, les chercheurs ont exposé deux cristaux à un faisceau de lumière polarisée. Le premier, d'une épaisseur très fine, a permis d'obtenir des mesures faibles sur la polarisation verticale ou horizontale, alors que le second, beaucoup plus épais, a permis d'obtenir des mesures fortes sur la polarisation diagonale.

Grâce à ce dispositif habile, la première mesure faible perturbe si peu le système qu'elle n'invalide pas la deuxième mesure. Au final, il suffit de répéter plusieurs fois l'expérience pour obtenir un résultat statistique valide et une description physique complète des états de la lumière. L'expérience a été réalisée plusieurs fois pour permettre des statistiques précises. En ajoutant tous ces résultats, on peut caractériser complètement et directement les états de la lumière.

Article rédigé par Gaël Orbois pour RT Flash

Nature

Les lasers à photon unique ouvrent la voie à l’informatique quantique
Mercredi, 20/03/2013 - 17:15

La réalisation de réseaux et d'ordinateurs quantiques est l'un des plus grands défis de la physique moderne.

Le nombre de transistors sur un microprocesseur continue à doubler tous les deux ans, conformément aux prédictions de Gordon Moore, faites il y a presque 50 ans. Mais cette course à la miniaturisation risque d'atteindre ses limites d'ici une dizaine d'années en se heurtant aux lois de la physique.

Pour surmonter ce défi, de nombreuses équipes de recherche tentent de mettre au point les composants et systèmes qui permettront de réaliser un ordinateur quantique qui ne manipulera plus des bits mais des qbits, pouvant prendre plus de deux états à la fois, ce qui permettra un bond phénoménal en termes de rapidité et de puissance de calcul.

Mais le chemin qui mène au Graal que représente l'ordinateur quantique est semé d'embûches et suppose que de nombreux obstacles mathématiques et physiques soient levés. Parmi ces freins à l'informatique quantique, on trouve le phénomène de décohérence qui se manifeste par la perte brutale, dans certaines conditions physiques, des propriétés quantiques des photons utilisés pour les calculs.

La production de qbits passe par l'émission de photons uniques et stables qui conservent leurs propriétés quantiques et n'entrent pas en décohérence. Pour relever ce défi, des chercheurs britanniques du laboratoire Cavendish à Cambridge ont mis au point une nouvelle technique pour produire des photons uniques par fluorescence de résonance.

En opérant de cette façon, la décohérence des photons peut être évitée et les chercheurs ont pu quantifier le degré de similarité de ces photons et vérifier qu'ils étaient parfaitement identiques en termes de cohérence de la fonction d'onde.

Comme le souligne le Docteur Mete Atature, qui dirige ces recherches, "Nous sommes sur le point de pouvoir produire un taux élevé de photons uniques, d'une qualité identique à ce produit par un laser mais avec l’avantage supplémentaire de présenter une fonction d'onde cohérente programmable".

Selon cette étude, la voie est à présent ouverte vers le contrôle de l'intrication et de la téléportation quantiques, ce qui devrait déboucher d'ici quelques années sur les premières machines quantiques opérationnelles.

Article rédigé par Gaël Orbois pour RT Flash

Phys org

Des batteries lithium-ion plus performantes grâce à un nouveau matériau
Mardi, 19/03/2013 - 12:59

Le succès des voitures électriques passe par des innovations dans le domaine des composés constituant les batteries (électrode, anode et cathode). Les chercheurs traquent de nouveaux matériaux et alliages de plus en plus performants mais également moins chers, moins polluants et d'une grande fiabilité.

Dans cette perspective, des chercheurs de l’équipe « Design et étude de nouveaux matériaux à propriétés remarquables » de l’IMPMC, en collaboration avec le Laboratoire de Chimie et Réactivité du Solide (LRCS, Amiens) et l’EMAT (Anvers, Belgique), ont identifié une nouvelle famille de composés de formule analogue au fluorosulfate, en remplaçant l’anion F par un groupement hydroxyle OH.

Au grand étonnement de ces scientifiques, cette nouvelle classe de composés se caractérise par un arrangement des atomes totalement différent du fluorosulfate de fer. Cette structure atomique a pu être révélée en combinant des technologies de pointe : diffraction de rayons X couplées à des données de diffraction de neutrons (Institut Laue Langevin, Grenoble) pour localiser les atomes légers (Li, H).

Les atomes de métal sont entourés d’atomes d’oxygène en agencement octaédrique, qui forment des couches d’octaèdres liées par les arêtes et par les sommets. Ces couches sont ensuite empilées et les atomes de lithium s’insèrent entre elles. Un octaèdre est un polyèdre à huit faces.

Ces composés LiMSO OH, grâce à leur structure en lamelles, ont des propriétés spécifiques qui en font d'excellents matériaux de cathode. Ces matériaux pourraient en outre trouver d'autres applications dans de nombreux secteurs industriels grâce à leurs propriétés remarquables.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

JACS

Des micro-centrales nucléaires plus sûres et moins chères
Lundi, 18/03/2013 - 16:47

Transatomic, une spin-off du MIT, travaille sur un nouveau type de "micro-réacteur nucléaire" qui pourrait réduire de moitié le coût global d'une centrale nucléaire, tout en améliorant sensiblement sa sécurité. Ce réacteur à sels fondus est particulièrement sûr et, compte tenu de ses caractéristiques physiques et de son mode de fonctionnement, il pourrait être construit à moindre coût en usine et transporté par rail, au lieu d'être construit sur site.

Les coûts élevés des centrales nucléaires classiques, ainsi que les préoccupations quant à la sécurité et à l'élimination des déchets, ont largement bloqué la construction de nouvelles centrales nucléaires aux États-Unis et dans d'autres pays du monde, surtout depuis la catastrophe de Fukushima.

Néanmoins, plusieurs entreprises tentent de résoudre la question des coûts en développant de petits réacteurs modulaires qui peuvent être construits "à la chaîne", en usine. Mais ces "Mini-réacteurs" ne peuvent pas avoir une puissance supérieure à 200 mégawatts d'électricité, alors que les réacteurs conventionnels dépassent les 1 000 mégawatts.

Transatomic assure qu'il est en mesure de construire une centrale nucléaire de 500 mégawatts pour 1,7 milliard de dollars, soit environ la moitié du coût par mégawatt des centrales conventionnelles. Russ Wilcox, directeur général de Transatomic, estime qu'il faudra huit ans et 200 millions de dollars pour construire un prototype de réacteur à sel fondu.

Ce nouveau type de réacteur est moins coûteux non seulement parce qu'il peut être construit en usine mais aussi parce qu'il est intrinsèquement sûr et  fonctionne à la pression atmosphérique normale et non à haute pression, comme les réacteurs classiques.

Une centrale nucléaire classique est refroidie avec de l'eau qui bout à une température bien inférieure à celle du cœur qui peut atteindre les 2 000°C. Même après son arrêt, un réacteur classique doit être refroidi en permanence avec de l'eau et c'est cette contrainte qui a provoqué tant de problèmes à Fukushima, en raison notamment de la défaillance des pompes de secours.

L'utilisation de sel fondu comme fluide de refroidissement permet de résoudre en grande partie ces problèmes. Le sel fondu présente un point d'ébullition nettement plus élevé que l'eau et, si le réacteur commence à chauffer, le sel se dilate automatiquement et fait baisser la température.

Même en cas de panne complète d'alimention électrique, une butée au fond du réacteur permet l'écoulement du combustible et du sel fondu dans un réservoir de retenue qui entraîne l'arrêt spontané des réactions. Cette sécurité passive intrinsèque constitue l'un des points forts de ce type de réacteur nucléaire.

Transatomic a également conçu son réacteur de manière à pouvoir produire des neutrons rapides, ce qui permet de brûler plus complètement les déchets radioactifs. Alors qu'un réacteur classique produit environ 20 tonnes de déchets très radioactifs par an, qu'il faut stocker pendant 100.000 ans, le réacteur de 500 mégawatts de Transatomic produira seulement 250 kilos de déchets par an qui devront être stockés pendant seulement quelques centaines d'années.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

MIT Technology Review

Les Japonais ouvrent la voie à l'exploitation industrielle des hydrates de méthane
Dimanche, 17/03/2013 - 19:12

Après plusieurs années de recherche, des chercheurs japonais ont annoncé avoir réussi, pour la première fois, à extraire des fonds sous-marins du gaz d'hydrates de méthane et cette avancée majeure est sans doute le signe d'une nouvelle révolution énergétique.

Le Ministre japonais de l'Industrie, Toshimitsu Motegi, a souligné : "Notre ambition est de fiabiliser ces technologies d'extraction et d'exploitation dans le but de parvenir rapidement à une exploitation commerciale, bien que, sur un plan technique, la production industrielle de gaz d'hydrates de méthane est plus complexe que celle du gaz de schiste."

Ce projet-pilote a été réalisé à environ 80 kilomètres au large de la péninsule d'Atsumi dans les eaux de la préfecture d'Aichi (centre-sud). L'expérience a eu lieu à 330 mètres sous le plancher océanique, profond de 1.000 mètres. La technique utilisée consiste à provoquer une chute de pression pour récupérer le gaz, emprisonné sous forme de glace cristallisée, grâce aux conditions de forte pression et de basse température.

Les fonds sous-marins des eaux territoriales japonaises recéleraient de grosses quantités d'hydrates de méthane car ces composés sont surtout présents dans les lieux à forte sismicité. Selon certaines estimations, au total, le Japon en détiendrait pour un siècle ou plus de consommation, alors qu'il est jusqu'à présent dépendant de l'étranger et contraint d'importer 95 % de son énergie. Les achats de gaz du Japon ont en outre augmenté ces deux dernières années, du fait de l'arrêt de la quasi intégralité de ses 50 réacteurs nucléaires après la catastrophe de Fukushima.

Cette situation est considérée comme économiquement intenable par l'actuel gouvernement qui veut relancer les centrales atomiques mais se heurte à une opposition de plus en plus vive et organisée de la part de la population. Les hydrates de méthane ont été découverts il y a plus de deux siècles mais n'ont jamais été exploités, à cause des obstacles techniques considérables à surmonter.

Mais, depuis depuis 2001, le gouvernement japonais a lancé un programme ambitieux visant à rendre possible l'exploitation massive des hydrates de méthane océaniques d'ici 2019. Le gaz extrait des hydrates de méthane est en théorie adapté au transport sur de longues distances et pourrait à terme concurrencer le gaz naturel liquéfié, mais également le gaz de schiste.

Le Ministère de l'Industrie prévoit à présent d'extraire plusieurs dizaines de milliers de mètres cubes de gaz au cours des prochaines semaines.

Les hydrates de méthane constituent la plus grande réserve d'hydrocarbures dans la croûte planétaire et représenteraient une ressource énergétique potentielle supérieure à celle constituée par l'ensemble des réserves de pétrole, de gaz et de charbon réunies. Rien que dans les eaux territoriales américaines, les hydrates de méthane représenteraient plus de 1000 ans de production gazière.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

CFP

^ Haut
Terre
Sciences de la Terre, Environnement et Climat
Le réchauffement climatique va considérablement augmenter la fréquence des ouragans dévastateurs
Jeudi, 21/03/2013 - 13:38

Selon une étude publiée dans les actes de l'Académie américaine des science et réalisée par Aslak Grinsted, chercheur à l'Institut Niels Bohr de Copenhague, le réchauffement prévisible de 2°C de la température mondiale pourrait multiplier par 10 d'ici la fin de ce siècle le nombre des ouragans extrêmement dévastateurs comme Katrina.

Ces travaux soulignent que, même si la température n'augmente que d'un degré, la fréquence de ce type d'ouragan sera multipliée par trois. « Concrètement, cela signifie qu'il y aura un ouragan de la puissance de Katrina tous les deux ans et non pas tous les 20 ans comme actuellement » précise Aslak Grinsted. L'ouragan Katrina qui a dévasté la Nouvelle-Orléans en 2005 a été la catastrophe naturelle la plus coûteuse dans l'histoire des États-Unis.

D'autres travaux ont montré qu'il y avait une forte corrélation entre l'augmentation de la fréquence des tempêtes tropicales et l'accélération du réchauffement climatique planétaire. « L'accélération du réchauffement de la terre au cours du siècle dernier a été telle que nous avons déjà dépassé la médiane qui sépare la moitié des ouragans entrant dans la catégorie de Katrina et attribuables au réchauffement, de l'autre moitié liée à des causes naturelles.

L'étude souligne également que le niveau des océans va monter avec le réchauffement qui entraîne une fonte accélérée des glaces polaires, surtout dans l'Antarctique. Cette augmentation du niveau des mers va alimenter une boucle de rétroaction positive qui va venir amplifier la puissance des ouragans, directement liée au niveau de chaleur présent à la surface de l'océan.

Article rédigé par Gaël Orbois pour RT Flash

PNAS

La capacité d'adaptation des forêts tropicales au changement climatique sera meilleure que prévue
Mardi, 19/03/2013 - 12:47

Les forêts tropicales représentent 1,7 milliard d'hectares au niveau mondial et jouent un rôle-clé dans la régulation du climat mondial et la lutte contre le réchauffement planétaire. Ces forêts captent chaque année au moins 20 % des émissions de CO2 dues à l'homme et stockeraient environ 470 milliards de tonnes de CO2 dans leur biomasse et leur sol, soit l'équivalent de 15 années d'émissions mondiales de CO2.

En 2009, une étude internationale avait montré qu'un tiers de la forêt amazonienne risquait de disparaître d’ici la fin du siècle si les températures mondiales augmentaient de 2°C, ce qui semble plus que probable.

Une nouvelle étude réalisée par le Centre britannique pour l’Ecologie et l’Hydrologie vient de montrer que la forêt tropicale amazonienne avait moins de risque de disparaître. Pour parvenir à cette conclusion, des scientifiques de Grande-Bretagne, des Etats-Unis, d’Australie et du Brésil, ont utilisé des simulations informatiques basées sur 22 modèles climatiques pour étudier la réaction des forêts tropicales aux Amériques, en Afrique et en Asie, au réchauffement climatique.

Un seul de ces modèles, celui du Met Office's Hadley Centre, prévoit une réduction de la biomasse des forêts tropicales d’ici la fin du siècle, mais uniquement en Amazonie.

« Ces nouveaux résultats suggèrent que les forêts tropicales pourraient être relativement résistantes au réchauffement mais il est aussi important de se souvenir que d’autres facteurs non inclus dans cette étude, tels que les incendies et la déforestation, affecteront aussi le carbone stocké dans les forêts tropicales » souligne le co-auteur de l’étude, David Galbraith.

Article rédigé par Gaël Orbois pour RT Flash

Nature

^ Haut
Vivant
Santé, Médecine et Sciences du Vivant
Thérapie cellulaire à l'essai contre une forme grave de leucémie
Jeudi, 21/03/2013 - 13:49

Un traitement expérimental qui modifie génétiquement les propres cellules immunitaires du patient a permis d'obtenir des résultats très encourageants dans le traitement de ​​la leucémie lymphoblastique aiguë, une forme de leucémie presque toujours fatale. « Nous n'aurions jamais espéré pouvoir obtenir des résultats aussi remarquables et aussi rapides » a déclaré le docteur J. Renier Brentjens qui dirige cet essai au fameux Memorial Sloan-Kettering Cancer Center.

Il s'agit d'un traitement expérimental qui n'a été pour l'instant utilisé que chez un petit nombre de patients et qui, malheureusement, ne fonctionne pas chez tous les malades. Les spécialistes s'accordent à reconnaître que cette approche est très prometteuse dans le traitement de plusieurs types de cancers, les cancers du sang mais également certaines tumeurs comme celle de la prostate.

Ce traitement expérimental est similaire à celui qui a permis de sauver récemment la vie d'une petite fille de sept ans, Emma Whitehead, et dont les médias se sont largement faits l'écho.

C'est le même type de traitement qui a été essayé pour la première fois chez des malades adultes atteints comme Emma d'une leucémie lymphoblastique aiguë. Ce type de cancer du sang est beaucoup plus grave chez les adultes que chez les enfants, avec un taux de guérison qui ne dépasse pas 40 % contre plus de 80 % pour les enfants.

Heureusement, il s'agit d'une maladie relativement rare qui touche environ 5000 personnes par an aux États-Unis. "Chez les adultes, ce type de leucémie est une maladie dévastatrice", souligne le docteur Michel Sadelain, l'auteur principal de cette étude.

En général, les patients traités par chimiothérapie rechutent au bout de quelques mois mais, sur les cinq qui ont bénéficié de ce nouveau traitement, trois sont toujours en rémission au bout de deux ans.

Le traitement mobilise les propres cellules T du patient, un type de globule blanc qui combat normalement les cellules cancéreuses. Le sang du patient est traité par une machine qui extrait les cellules T et ces cellules sont ensuite génétiquement modifiées. Ainsi reprogrammées, ces cellules T deviennent capables de reconnaître et de tuer les cellules malignes porteuses d'une protéine spécifique qui les identifie. "Je suis persuadé que cette avancée marque le début d'une révolution thérapeutique qui va transformer la vie des malades" ajoute avec enthousiasme le Docteur Sadelain.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

The New York Times

Vers des dents transgéniques ?
Jeudi, 21/03/2013 - 13:42

Les chercheurs britanniques du King College de Londres, dirigés par Paul Sharpe, ont mis au point une technique qui pourrait permettre à terme la production de dents transgéniques.

Les scientifiques ont réussi à isoler puis à mettre en culture des cellules épithéliales provenant des tissus constitutifs d’une gencive saine d’un de leurs patients. Ils ont ensuite combiné ces cellules épithéliales à des cellules mésenchymateuses, une famille de cellules-souches multiples présente dans l'embryon et pouvant se différencier en différents types de tissus.

Dernière étape : les chercheurs ont transplanté cette combinaison cellulaire chez des souris. Ils ont alors pu observer au bout de quelques semaines l'apparition d'excroissances similaires à des dents et intégrant les cellules humaines et des cellules de souris. Forte de ce succès, cette équipe va poursuivre ses recherches en utilisant des cellules mésenchymateuses humaines adultes pour essayer de produire des dents absolument identiques, d'un point de vue biologique, aux dents naturelles.

La possibilité de produire des dents avec leurs racines serait un grand pas en avant en matière de chirurgie dentaire et permettrait de remplacer définitivement les dents manquantes ou endommagées sans avoir recours à des implants dentaires.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

JDR

Le thé vert et le café évitent l'AVC
Jeudi, 21/03/2013 - 13:32

On savait déjà depuis quelques années, grâce à de multiples études convergentes, que la consommation régulière de thé vert et de café était bénéfique pour la santé, notamment en matière de prévention cardio-vasculaire, de diabète, d'hypertension et de protection contre certains cancers.

Cette fois, des chercheurs japonais, du Centre national japonais d'études cardio-vasculaires et cérébrales d'Osaka, dirigés par Yoshihiro Kokubo, ont voulu évaluer les effets protecteurs de consommation régulière de café et/ou de thé vert sur les accidents vasculaires cérébraux.

Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont suivi pendant 13 ans plus de 80000 Japonais âgés de 45 à 69 ans et ne présentant aucune pathologie au début de l'étude. Après examen des causes de décès et de la distribution des différentes maladies apparues chez ces sujets, les scientifiques japonais, qui ont également tenu compte des différents facteurs de risque, ont montré que les sujets qui avaient consommé au moins une tasse de café par jour avaient un risque d'AVC réduit de 20 % par rapport à ceux qui buvaient rarement du café.

Ce travail a également montré que les personnes qui buvaient deux à trois tasses de thé vert par jour réduisaient leur risque d'AVC de 14 %. Quant à ceux jouant sur les deux tableaux en buvant à la fois du thé et du café, ils voyaient leur risque d'accident vasculaire cérébral diminué de 32 %.

Selon cette étude, il semble que le niveau de protection soit directement proportionnel au nombre de tasses de ces deux boissons consommées quotidiennement. Néanmoins, les chercheurs soulignent qu'il n'est pas souhaitable, dans l'état actuel des connaissances, de boire plus de six tasses par jour de thé et de café et que la consommation régulière de ces deux breuvages ne dispensait en aucun cas d'observer une bonne hygiène de vie et d'avoir de bonnes habitudes alimentaires.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Shine

Stroke

FoxO : un gène de la longévité commun à tout le vivant ?
Jeudi, 21/03/2013 - 11:08

Depuis une dizaine d'années, les biologistes du monde entier sont à la recherche des gènes qui contrôlent la longévité humaine. De nombreux gènes associés à la longévité ont déjà été identifiés et le plus étonnant c'est que la plupart de ces gènes sont communs à de nombreuses espèces vivantes.

En 2011, des chercheurs du Laboratoire de biologie moléculaire de la cellule, à Lyon ont révélé, à partir du ver nématode, l'un des mécanismes moléculaires fondamentaux impliqués dans le vieillissement et ont identifié un gène qui joue un rôle clé dans la longévité, le nhr-80.

En 2012, une étude américaine portant sur le génome d'un grand nombre de centaines de centenaires a montré que 130 gènes au moins étaient impliqués dans la longévité. Mais parmi ceux-ci, le gène APOE semble statistiquement déterminant dans la grande longévité.

Il y a quelques semaines, des chercheurs allemands de l'université Christian Albrecht et de l'Hôpital universitaire de Kiel ont montré pour leur part qu'un gène baptisé FoxO semble lui aussi jouer un rôle clé dans la longévité humaine et animale.

Pour arriver à ces conclusions, ces chercheurs ont travaillé sur des hydres d'eau douce et ont montré que celles-ci pouvaient garder pendant plusieurs décennies leur vitalité grâce à ce gène FoxO. D'autres études récentes chez des personnes centenaires ont par ailleurs montré que leur gène FoxO était particulièrement actif.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Forschung und Wissen

La biodiversité ne réduit pas la transmission de maladies des animaux à l'homme
Jeudi, 21/03/2013 - 10:57

Plus des trois quarts des maladies humaines nouvelles ou émergentes sont causées par des agents pathogènes provenant d'animaux, selon l'Organisation Mondiale de la Santé.

Jusqu'à présent, la théorie dominante généralement acceptée par les scientifiques était que l'augmentation de la biodiversité était corrélée avec une réduction des risques de ces agents pathogènes. Cette théorie reposait sur l'hypothèse que le risque de transmission de maladies à l'homme diminuait à mesure que la variété des espèces augmentait.

Selon cette théorie, une tique a plus de chances de transmettre à l'homme la maladie de Lyme si cet insecte a déjà eu de nombreux contacts avec d'autres animaux porteurs de la maladie de Lyme. Cette théorie postule que si la tique est en contact avec une grande variété d'espèces différentes, sa probabilité d'être infectée et de propager ensuite la maladie de Lyme, diminue.

Afin d'essayer de vérifier cette hypothèse, des chercheurs du département de la santé publique de Californie ont réalisé une méta-analyse des études qui évaluent les liens entre la biodiversité des hôtes et le risque de maladie pour les agents pathogènes qui infectent les humains. Les résultats ce travail révèlent qu'en fait il n'existe qu'un lien très faible entre l'augmentation la biodiversité et la réduction du risque de transmission de maladies de l'animal à l'homme. Les chercheurs ont constaté, qu'en réalité, les liens entre la biodiversité et la prévalence des maladies sont variables et dépendent de l'interaction de nombreux facteurs : nature de la maladie, système écologique local et situation économique et sociale des personnes concernées.

Ces recherches montrent que l'argument qui consiste à dire qu'il faut absolument préserver la biodiversité des écosystèmes naturels pour réduire le risque de transmission de maladies à l'homme est à la fois simpliste et inexacte du point de vue scientifique.

L'étude précise que "un contrôle plus efficace des «zoonoses» (maladies transmises par les animaux aux humains) passe par une compréhension plus fine des voies et mécanismes par lesquels ces agents pathogènes sont transmis". Plus précisément, les auteurs de ce travail recommandent aux chercheurs de se focaliser davantage sur la façon dont le risque de maladie évolue en fonction des caractéristiques des espèces et des mécanismes écologiques.

Cette étude invite également les scientifiques à analyser les données sur la prévalence et la densité des infections chez les animaux hôtes, de manière à mieux établir les liens de causalité entre les facteurs de risque de maladie (tels que les taux d'infection chez une espèce considérée) et les taux d'infection retrouvés au sein d'une population humaine géographiquement délimitée.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Université de Stanford

Le zinc pourrait contribuer à prévenir l'autisme
Jeudi, 21/03/2013 - 10:51

Des chercheurs japonais, en analysant la concentration de 26 éléments se retrouvant dans le cuir chevelu de 1 967 enfants autistes (dont trois quarts de garçons et un quart de filles) âgés entre 0 et 15 ans, ont constaté que la moitié des enfants souffrant de troubles autistiques était atteints d’une déficience importante en zinc entre la naissance et l'âge de trois ans, cette déficience ayant ensuite tendance à se réduire progressivement.

Selon ces travaux, il pourrait donc y avoir un lien entre une carence précoce en zinc et le risque de développement de troubles autistiques. L'origine de ce lien serait à chercher dans la génomique : l'insuffisance  de zinc pendant cette période essentielle du développement entraînerait une modification dans l'expression de certains gènes (restant à identifier) et pourrait alors augmenter sensiblement les risques d'autisme chez les enfants prédisposés génétiquement à développer cette grave pathologie mentale.

L'observation des chercheurs japonais est d'autant plus intéressante qu'elle confirme d'autres études qui avaient déjà constaté un lien troublant entre une carence en zinc dans la petite enfance et l'incidence de certains types de troubles du comportement, tels que le déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH).

De manière cohérente, ces études avaient également montré qu'une supplémentation appropriée en zinc avait un effet thérapeutique bénéfique dans le traitement des enfants hyperactifs, impulsifs ou souffrant de phobies sociales.

Il reste cependant à élucider le mécanisme d'action du zinc. On sait toutefois que cet élément joue un rôle important dans la synthèse de certaines protéines et qu'il intervient dans le mode d'expression de certains gènes. En outre, le zinc est également impliqué dans les processus de croissance cellulaire et de réparation des tissus.

Les résultats de ces travaux ouvrent la voie vers des nouveaux outils de prévention et de traitement pour les jeunes enfants atteints d’autisme. Il est par exemple possible qu'une supplémentation en zinc, dès l’apparition des premiers symptômes de l'autisme chez l'enfant, puisse, en association éventuelle avec la prise de certaines vitamines et hormones, ralentir ou même bloquer le développement de cette lourde pathologie du comportement.

Article rédigé par Elisa Tabord pour RT Flash

Nature

Les micro-ondes s'imposent dans la détection du cancer
Jeudi, 21/03/2013 - 10:41

Chaque année, un million de nouveaux cas de cancers du sein sont enregistrés au niveau mondial, ce qui fait de ce cancer le plus diagnostiqué au monde.

Des chercheurs de l’université d'État du Dakota du Sud, associés à des chercheurs sud-coréens, ont développé un nouvel outil utilisant la tomographie à micro-ondes (microwave tomography imaging) qui permet la détection d’une tumeur cancéreuse par radiations aux micro-ondes. Cette technologie présente notamment l'avantage de pouvoir détecter la présence de tumeurs chez des femmes ayant un forte densité de tissus mammaires. En outre, la TMI coûte vingt fois moins cher que l’imagerie par résonance magnétique (IRM).

Ces scientifiques ont réussi à améliorer les performances de la TMI en concevant un programme informatique original. Celui-ci permet la comparaison automatique des images obtenues par TMI avec plus de 100.000 images par IRM provenant des dossiers d'autres patientes atteintes par un cancer du sein. Le logiciel est capable de trouver les images IRM les plus proches de celles réalisées par micro-ondes, ce qui permet ensuite à l'équipe soignante d'accéder rapidement aux dossiers médicaux des patientes présentant une tumeur similaire et de définir une stratégie thérapeutique adaptée.

Shin souligne que l'efficacité de cette méthode dépend de la qualité de l'image produite. Actuellement, la machine TMI utilise une fréquence de trois gigahertz, ce qui expose les patientes à moins de radiations électromagnétiques qu'un téléphone mobile. D'ici l'année prochaine, les chercheurs passeront à une machine à 6 gigahertz permettant des images bien plus précises.

"La TMI représente le chaînon manquant parfait entre la mammographie et l'IRM et nous devons exploiter toutes les potentialités de cette technique à faible impact radiatif pour les malades ", souligne Wang.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

SDSU

Découverte d'une protéine de poisson pouvant bloquer les métastases
Mercredi, 20/03/2013 - 19:52

Des chercheurs de l'Université du Maryland ont identifié une protéine, issue de la morue du Pacifique, qui possède la capacité de bloquer la formation de métastases dans un certain nombre de cancers.

"L'utilisation thérapeutique de produits naturels et diététiques ayant une activité anti-tumorale est devenue un domaine important de la recherche médicale", explique l'auteur principal de ces recherches, le professeur Hafiz Ahmed qui ajoute "Comprendre comment agissent ces composants au niveau cellulaire et moléculaire pourrait nous permettre de concevoir des préparations alimentaires qui pourraient directement être utilisées pour lutter contre le cancer et stimuler le système immunitaire".

Cette étude a démontré que le glycopeptide TFD de la morue pouvait bloquer le cancer de la prostate. Le TFD (Thomsen-Friedenreich disaccharide) antigène de la protéine du poisson est présent à la surface des cellules cancéreuses et jouerait un rôle clé dans la propagation du cancer.

Les poissons des mers froides, comme la morue, possèdent des glycoprotéines riches en antigène TFD, qui les protègent contre le gel. L'équipe de recherche a développé une forme particulière de TFD, appelé TFD100, purifiée à partir de la morue du Pacifique.

En utilisant des modèles animaux, les chercheurs ont constaté que le TFD100 se liait à la galectine-3, une protéine qui est surexprimée dans les cellules cancéreuses de la prostate. La Galectine-3 (GAL3) aide les cellules cancéreuses à échapper au système immunitaire et leur permet de se propager dans l'organisme.

"Dans la mesure où l'interaction GAL3-TFD est un facteur clé dans le déclenchement des métastases de nombreux cancers, la TFD100 constitue une voie thérapeutique prometteuse pour bloquer les métastases", conclut l'étude.

Ces recherches montrent qu'en association aux autres outils thérapeutiques, il est envisageable d'utiliser des compléments alimentaires spécifiquement élaborés pour prévenir traiter certains cancers.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Eurekalert

La sclérose en plaques commence à dévoiler ses secrets
Mercredi, 20/03/2013 - 19:44

Des chercheurs québécois dirigés par la professeure Nathalie Arbour du Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal viennent d'élucider l'un des mécanismes fondamentaux impliqués dans la sclérose en plaques.

Ces scientifiques ont découvert, chez les malades atteints de sclérose en plaques, une concentration anormalement élevée d'un type particulier de cellules (CD4 T) qui exprime le NKG2C, une molécule qui provoque des lésions cérébrales.

Ces recherches ont mis à jour un mécanisme nouveau qui permet aux cellules CD4 T de cibler directement les cellules du cerveau spécifiquement présentes chez les malades atteints de sclérose en plaques.

Pour l'instant, il n'y a pas de traitement curatif contre cette maladie mais il existe certains médicaments qui permettent d'en ralentir l'évolution. Le problème est que ces traitements ne sont pas suffisamment ciblés et perturbent le fonctionnement du système immunitaire dans son ensemble, provoquant notamment des infections chez certains malades dont l'immunité est affaiblie.

Nathalie Arbour précise : « Nos travaux montrent qu'il est possible de surmonter ce problème car le NKG2C est spécifiquement exprimé par une catégorie de cellules CD4 T présentes uniquement chez les personnes atteintes de sclérose en plaques. Nous allons à présent tenter d'actionner de manière ciblée ce récepteur en visant uniquement les cellules impliquées dans le développement de cette pathologie neurodégénérative. »

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

JOI

La vie vient-elle des profondeurs ?
Mercredi, 20/03/2013 - 17:09

La vie vient-elle du fond des océans ou des profondeurs de la Terre ? Peut-être, si l'on en croit Robert Hazen, géophysicien à la Carnegie Institution à Washington et directeur d'un programme international visant à déterminer les quantités et mouvements du carbone contenu à l’intérieur de la Terre.

"Ce que j'ai appris depuis 20 ans, c'est qu'on trouve la vie partout, aussi bien à la surface du sol qu'à des kilomètres de profondeur, dans des environnements extrêmes où règnent des conditions de température et de pression peu propices au vivant. Il est vrai qu'en 4 milliards d'années, la vie a eu tout le temps de s'adapter aux pires conditions imaginables".

Depuis près de 20 ans, Robert Hazen et ses collègues débusquent inlassablement toutes sortes d'êtres vivants plus étonnants les uns que les autres. Ils ont ainsi trouvé au fond des océans, près des sources hydrothermales chaudes, d'étranges créatures souvent inclassables. Même dans les carottes provenant des forages les plus profonds réalisés, à plus de 6 km sous terre, les chercheurs ont trouvé des micro-organismes.

Selon Hazen, la vie aurait très bien pu apparaître dans les entrailles de la terre au fond des océans car on y trouve tous les composants nécessaires : eau et carbone notamment. Hazen a montré, dans une récente étude, que certains micro-organismes vivants dans des environnements extrêmes pouvaient parfaitement utiliser les sources d'hydrogène pour transformer le carbone en composants organiques.

Mais la vie n'est jamais à court d'imagination et Hazen a également découvert des micro-organismes  qui savent produire du méthane pour extraire l'énergie dont ils ont besoin.

Comme le souligne Hazen « si la vie a pu se développer et se maintenir dans des environnements si hostiles, il n'est pas du tout impossible qu'elle puisse être présente dans notre système solaire, sur Mars par exemple ».

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Smithsonian

Une nouvelle molécule contre la maladie d'Alzheimer
Mercredi, 20/03/2013 - 16:51

A l'occasion du 65e Congrès de l’American Academy of Neurology (San Diego), la firme pharmaceutique Orion Pharma a présenté un nouveau médicament qui semble avoir des effets protecteurs sur la mémoire dans le cas de maladie d’Alzheimer modérée.

Cette molécule, baptisée ORM-12741, cible un récepteur adrénergique (alpha-2C), impliqué dans la modulation des fonctions cérébrales en réponse au stress.

L'étude a impliqué 100 personnes atteintes de maladie d'Alzheimer à un stade modéré et qui ont reçu, soit deux doses par jour de 100 mg d' ORM-12741, soit un placebo.

A l'issue de cet essai, les chercheurs ont constaté que les patients prenant cette molécule n'avaient pas subi d'altération de leurs capacités mémorielles (une amélioration de 4 % aux tests a été enregistrée), alors que le groupe de patients sous placebo avait subi une dégradation de 33 % de ses fonctions de mémorisation.

Juha Rohou, l'un des chercheurs, a souligné l’intérêt thérapeutique de ORM-12741 qui cible une nouvelle voie de signalisation cérébrale.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Alzheimer's Research

Le tabac favorise la prolifération bactérienne
Mardi, 19/03/2013 - 16:01

Des chercheurs américains de l'Université de Columbia, dirigés par Ritwij Kulkarni, ont montré que la fumée de cigarette favorise la formation de biofilms et leur adhésion aux cellules humaines.

Ces recherches ont utilisé des cultures de plusieurs souches de S. aureus à différentes concentrations de fumée de cigarette. Les chercheurs ont observé une formation de biofilm proportionnelle à la consommation de tabac des participants à cette étude. Les bactéries impliquées ont une affinité particulière avec la fibronectine humaine (une protéine de surface cellulaire qui contribue à l'adhésion cellulaire) ainsi qu'avec les cellules épithéliales pulmonaires.

Il semble donc que, sous l'effet du tabac, les bactéries sont capables d'envahir plus facilement les cellules humaines.

Ces recherches ont permis d'étudier les effets des différents composants de la fumée de cigarette sur de nombreuses espèces de bactéries isolées à partir des tissus sinusaux de patients atteints de sinusite chronique, fumeurs et non-fumeurs. Dans ce cas également, là encore, la fumée de cigarette agit comme un catalyseur pour produire la formation de biofilms pour toutes les espèces de bactéries.

Ces travaux démontrent, s'il en était besoin, que la fumée de cigarette provoque une destruction directe des cellules immunitaires et fait le lit des infections virales et bactériennes.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

EHP

Une puce organique pour enregistrer l'activité cérébrale
Mardi, 19/03/2013 - 15:56

Après trois ans de travail, des chercheurs français de l’Institut des neurosciences des systèmes de l’université d’Aix-Marseille (Inserm), ont mis au point une puce, dix fois plus fine qu’un cheveu, constituée de matériau organique et de transistors microscopiques, capable de capter et d’enregistrer l’activité électrique du cerveau. Cette puce, biocompatible, devrait permettre notamment d'étudier l’épilepsie et de la dépister plus facilement.

A l'origine, le but des chercheurs était de concevoir un nano-système pouvant être implanté directement dans le cerveau en perturbant le moins possible son activité, ce qui supposait notamment une avancée majeure en matière d'électrodes.

Pour relever ce défi, les chercheurs n'ont eu recours qu'à des matériaux biocompatibles et ont imaginé une puce constituée de matériaux organiques et de transistors microscopiques capables d’enregistrer les signaux électriques émis par les activités cérébrales. Comme le souligne Christophe Bernard, "Le saut technologique a été de remplacer le capteur par un amplificateur, ce qui a permis de gagner un facteur 10 en sensibilité, par rapport aux systèmes existants".

Ce nouvel outil sera très précieux pour progresser dans la recherche en neurosciences. Il devrait notamment être utilisé dans le cadre du Human Brain Project dont nous vous avons récemment parlé et pourrait également déboucher sur des interfaces cerveau-machine beaucoup plus performantes pour les personnes paralysées.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Nature

Les cellules immunitaires communiquent entre elles comme les abeilles d'une ruche !
Mardi, 19/03/2013 - 15:50

Des chercheurs de l'Université de San Francisco ont découvert que les cellules T du système immunitaire étaient capables de communiquer leurs informations et de coordonner leur action un peu à la manière dont les abeilles partagent les informations sur les meilleures sources de miel.

"Dans la nature, chaque abeille va à la recherche d'une source de sucre, puis revient à la ruche et informe les autres abeilles des meilleurs emplacements, ce qui permet à la ruche de décider collectivement de la stratégie à adopter pour la collecte de cette précieuse denrée", souligne Matthew Krummel, qui dirige ces recherches.

Ce scientifique explique qu'il se passe à peu près la même chose dans notre organisme et que les cellules T sont capables de se rassembler et de se communiquer entre elles des informations essentielles au déclenchement d'une réponse immunitaire appropriée contre les pathogènes envahisseurs.

L'équipe du professeur Krummel a constaté que ces lymphocytes T, après avoir détecté des bactéries du virus, se "concertent" afin de se répartir les rôles et de préparer une riposte efficace.

Comme le souligne le professeur Krummel, "il s'agit d'une découverte très importante car elle éclaire d'un jour nouveau les mécanismes longtemps demeurés obscurs par lesquels les vaccins stimulent le système immunitaire. En effet, nous savions que ces vaccins étaient efficaces pendant des années mais nous ne savions pas encore pourquoi. Il semble que ce mode d'action coopérative des cellules T constitue une partie de la réponse à cette question fondamentale", ajoute le chercheur.

"Sans cette mémoire à long terme, les vaccins seraient inutiles", souligne le professeur Krummel qui ajoute que "l'organisme ne se souviendrait pas qu'il avait déjà été exposé à un agent pathogène particulier, comme la rougeole la diphtérie et serait alors incapable de le combattre".

Cette découverte fondamentale ouvre un vaste champ de recherche et de grandes perspectives thérapeutiques. On pourrait par exemple imaginer, en utilisant ce mécanisme subtil, de mieux combattre certaines maladies auto-immunes, comme le diabète ou le lupus en atténuant la réponse immunitaire excessive à l'origine de ces maladies graves.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Nature

Comment fonctionne le vaccin contre la grippe ?
Mardi, 19/03/2013 - 15:43

Selon une étude américaine, la vaccination contre la grippe saisonnière induit une population unique de cellules immunitaires appelées lymphocytes T et stimule le développement d'anticorps protecteurs contre la grippe. Bien que le vaccin antigrippal soit très ancien et concerne une large population, les biologistes n'ont toujours pas entièrement élucidé les mécanismes par lesquels cette vaccination permet une mobilisation efficace de notre système immunitaire.

Comprendre finement les cascades de réactions biologique et moléculaire qui permettent aux vaccins de stimuler la production d'anticorps permettrait de concevoir des vaccins encore plus efficaces et plus sûrs, notamment pour certaines populations à risque, comme les nourrissons et les personnes âgées.

Après avoir suivi deux groupes d'enfants et d'adultes pendant trois ans, cette équipe de recherche, dirigée par Salah Eddine Bentebibel, a découvert un sous-groupe spécifique de lymphocytes T qui apparaît dans le sang après vaccination contre la grippe. A ces cellules, qui expriment les trois marqueurs, CXCR5, CXCR3 et ICOS, se trouve associé le développement d'anticorps protecteurs contre la grippe.

Ces scientifiques ont également découvert que ces lymphocytes T agissaient en aidant les lymphocytes B à augmenter leur production d'anticorps. Le nombre de lymphocytes B dits « mémoires », contre la grippe, augmente en principe avec l'âge, sous l'effet des vaccinations et des expositions aux virus.

Ce mécanisme explique pourquoi les personnes âgées possèdent le plus souvent un réservoir important de lymphocytes B « mémoires » prêts à se mobiliser contre différents types de grippe.

Néanmoins, certaines personnes âgées sont incapables de développer une réponse anticorps protectrice après vaccination contre la grippe car elles ne parviennent pas à pouvoir produire ce groupe particulier de lymphocytes T exprimant les trois marqueurs.

Les chercheurs vont à présent essayer de comprendre le détail de ce mécanisme cellulaire subtil, de manière à pouvoir améliorer l'efficacité des vaccins existants.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Science

Prévenir les suicides par une simple prise de sang
Mardi, 19/03/2013 - 15:37

Des chercheurs australiens, de l'Université de Nouvelles Galles du Sud, ont mis au point un test qui pourrait permettre dans certains cas de détecter, à l'aide d'une simple prise de sang, les tendances suicidaires chez certaines personnes.

Ce test repose sur la mesure de la concentration du taux d’acide quinoléique dans le sang. En effet, les suicidaires tendent à produire cette molécule neurotoxique - qui est déjà impliquée dans certains processus dégénératifs du cerveau, comme ceux de la maladie d’Alzheimer par exemple - de façon excessive.

Selon ces scientifiques, l'acide quinolinique perturbe la voie de signalisation des récepteurs neuronaux appelés NMDA, ce qui conduit à une excitation excessive des cellules du cerveau, se traduisant par un « débordement » émotionnel pouvant conduire à la dépression et au suicide.

Ces recherches ont montré qu'au-delà d'un certain niveau, l'acide quinolinique devient une neurotoxine pour le cerveau. « Nous avons élucidé le mécanisme et la molécule impliquée et nous devons à présent trouver un moyen simple de le tester », souligne le professeur Gilles Guillemin.

« Il y a de multiples facteurs qui influencent le comportement suicidaire et ce test sera donc plutôt un outil de confirmation de diagnostic destiné aux patients dépressifs », souligne pour sa part Bob Goldney, professeur en psychiatrie à l’université d’Adélaïde en Australie.

Article rédigé par Elisa Tabord pour RT Flash

Australian Times

L'excès de sucre augmente les risques de cancer
Mardi, 19/03/2013 - 13:07

On sait depuis longtemps que l'obésité constitue l'une des principales causes du diabète, une pathologie qui se traduit par l'impossibilité pour l'organisme de contrôler les niveaux de sucre dans le sang. Mais si des taux élevés de sucre dans le sang sont des signes biologiques en matière d'obésité et diabète, on sait également à présent, même si ce lien est beaucoup moins connu, que le diabète et l'obésité augmentent sensiblement les risques de cancer.

Concrètement, les patients diabétiques peuvent voir leurs risques de différents cancers (colons et pancréas notamment) doubler !

Sachant que dans certains pays européens, comme l'Espagne ou la Grande-Bretagne, l'obésité touche à présent un enfant sur six, on mesure mieux les conséquences médicales et sanitaires de cette « épidémie » d'obésité dans l'augmentation prévisible du nombre de nouveaux cas de cancer d'ici quelques décennies.

Il semble, selon les travaux réalisés par des chercheurs espagnols de l'université du roi Juan Carlos à Madrid, qu'un ou plusieurs gènes soient impliqués dans ce mécanisme qui relie obésité, diabète et cancer. Plus précisément, l'équipe du professeur Garcia Jimenez a étudié par quel mécanisme les cellules de l'intestin répondent aux sucres et au signaux du pancréas pour produire de l'insuline, l'hormone de régulation du niveau de sucre dans le sang.

Selon ces chercheurs, la production de GIP (peptide inhibiteur gastrique) par ces cellules intestinales est contrôlée par une protéine appelée β-caténine, dont l'activité est strictement dépendante du taux de sucre dans le sang. Or, où les choses deviennent intéressantes, c'est que l'augmentation de l'activité de cette β-caténine est observée lors du développement de nombreux cancers.

Comme le souligne le professeur Garcia, « Nous avons été surpris de constater que les changements dans le métabolisme causés par le sucre alimentaire avaient un impact sur le risque de cancer. Nous étudions un présent quels sont les autres composants alimentaires qui pourraient augmenter ce risque de cancer en utilisant ce mécanisme. »

Colin Goding, professeur d'oncologie à l'Université d'Oxford, souligne pour sa part que « nous ne savions pas jusqu'à présent par quel mécanisme le taux de glycémie élevé dans le diabète et l'obésité pouvait augmenter le risque de cancer. Cette étude identifie un mécanisme moléculaire clé par lequel l'hyperglycémie pourrait prédisposer au cancer. Elle ouvre la voie à de nouvelles thérapies visant à réduire le risque de cancer dans les populations obèses et diabétiques. »

Selon les estimations de l'Organisation Mondiale de la Santé, le diabète a causé 4,6 millions de décès en 2011. Dans le monde, 1 adulte sur 10 souffre de diabète. L'OMS rappelle également que plus de la moitié des décès prématurés dans le monde sont dus à des maladies non transmissibles (MNT), dont le cancer et le diabète. La communauté scientifique estime qu'au moins un tiers des principaux cancers pourraient être prévenus par quelques règles de vie simple, incluant notamment un régime alimentaire sain et une activité physique régulière.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Cell

Des perturbations du sommeil peuvent être le signe avant-coureur de la maladie d'Alzheimer
Mardi, 19/03/2013 - 12:54

Une étude américaine réalisée par l'Université Washington de Saint-Louis (Missouri), montre qu'un sommeil perturbé de manière chronique peut constituer un signe avant-coureur de la maladie d'Alzheimer.

Les chercheurs ont suivi 145 sujets asymptomatiques, âgés de 45 à 75 ans, dont la moitié avait un antécédent familial de maladie d’Alzheimer. Afin d'identifier les patients qui étaient atteints des premiers signes de la maladie d'Alzheimer, les chercheurs ont mesuré les taux de concentration de la protéine bêta 42 amyloïde dans le liquide céphalo-rachidien (LCR).

Ils ont pu montrer qu'une diminution sensible de concentration de cette protéine dans le liquide céphalo-rachidien était bien la manifestation précoce de l'apparition de plaques pathologiques, qui survient environ 15 ans avant la manifestation des premiers symptômes cliniques de la maladie d'Alzheimer.

Les scientifiques ont analysé pendant deux semaines le sommeil des patients tant sur le plan quantitatif que qualitatif.

Les dépôts de plaques étaient présents chez environ un cinquième des patients. Les chercheurs n'ont noté aucune différence significative quant au temps total de repos mais les patients atteints de la maladie au stade préclinique avaient un sommeil de moins bonne qualité.

Cette étude conclut en soulignant que « Nous avons à présent établi un lien formel entre la mauvaise qualité du sommeil et le risque d'Alzheimer. Concrètement, ce risque peut être jusqu'à cinq fois plus élevé dans le cas des patients ayant un sommeil perturbé. Il nous reste à élucider un point important : est-ce le manque de sommeil qui entraîne l’Alzheimer, ou l’inverse ou une combinaison des deux ?".

Pour le professeur Holtzman, qui dirige cette étude, « Au moment où nous commençons à traiter des patients Alzheimer sur des marqueurs précoces, les modifications du sommeil pourraient servir d’indicateur de la réponse au traitement ».

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

WUSTL

Identification d'une phéromone d'alarme chez un mammifère
Mardi, 19/03/2013 - 12:43

Une équipe de chercheurs de l'Université de Lausanne a réussi à identifier pour la première fois la structure chimique d'une phéromone d'alarme chez un mammifère. Ces scientifiques ont pu montrer qu'un agent spécifique, appelé SBT, est émis par les souris lorsqu'elles sont en situation de stress, par exemple en présence d'un prédateur, ou quand elles sont brusquement déplacées dans un environnement nouveau. Dans ce genre de situation, cet agent va activer les neurones à l'intérieur d'une zone située dans le museau, le ganglion de Grueneberg.

Ces mêmes chercheurs avaient déjà montré le rôle de cette zone en matière sensorielle, en situation de danger. Mais cette fois, ils ont franchi une étape supplémentaire en isolant et en synthétisant la molécule ayant le rôle de phéromone d'alarme de l'odeur des souris. Ils ont également montré que ce composant déclenchait une augmentation de la production des hormones de stress chez l'animal.

Ces signaux olfactifs agissent également sur les cellules nerveuses dans le ganglion de Grueneberg. En conclusion, les chercheurs soulignent que, chez la souris, cette région joue le rôle de signal d'alarme contre les prédateurs. Par ailleurs, ces rongeurs, lorsqu'ils éprouvent de la peur, émettent une odeur de prédateur via le SBT.

Comme le souligne Marie-Christine Broillet qui dirige ces recherches, « on connaissait jusqu'à présent la structure chimique des phéromones d'alarme chez les végétaux et les insectes mais cette substance n'avait jamais encore pu être isolée chez les mammifères. »

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

PNAS

Les enfants autistes auraient un risque de suicide sensiblement accru
Lundi, 18/03/2013 - 17:42

Des chercheurs de l'Université de Pennsylvanie ont montré que les enfants souffrant de troubles autistiques avaient un risque accru de suicide. Angela Gorman, professeur de pédopsychiatrie précise que "Ces recherches montrent l'existence chez les enfants autistes de facteurs de risque beaucoup plus fortement associée à des idées suicidaires et à des tentatives de suicide que chez les enfants sans troubles psychiatriques."

Ces travaux ont analysé les données fournies par les parents de 791 enfants atteints d'autisme, 116 enfants sans troubles et 35 enfants non-autistes mais déprimés.

Les chercheurs ont constaté que la fréquence des idées suicidaires était 28 fois plus grande chez les enfants autistes que chez les enfants sans troubles typiques, mais trois fois inférieure à celle des enfants déprimés.

Les enfants autistes noirs et hispaniques avaient un taux d'idées suicidaires qui était respectivement  de 33 % et 24 %, contre 13 % pour les enfants blancs et 0 % pour les enfants asiatiques. En outre, les idées suicidaires et tentatives de suicide étaient trois fois plus élevées chez les enfants de plus de 10 ans que chez les enfants plus jeunes.

Les chercheurs ont été surpris de constater que la capacité cognitive et le QI n'avaient pas d'effet sur la fréquence des idées suicidaires.

Compte tenu de ces résultats, les chercheurs suggèrent aux parents d'enfants autistes d'observer avec une attention particulière les comportements et émotions de leurs enfants, de manière à pouvoir solliciter, en des capacités cognitives et sociales, l'intervention des thérapeutes et psychologues qui pourront aider ces enfants à se protéger de leurs tendances suicidaires.

Article rédigé par Elisa Tabord pour RT Flash

PSU

Le jus de melon amer prévient le cancer du pancréas chez le rat
Lundi, 18/03/2013 - 17:35

Des chercheurs de l'Université du Colorado ont montré que le jus de melon amer (Momordica Charantia) diminuait la capacité des cellules cancéreuses pancréatiques à métaboliser le glucose, réduisant ainsi l'apport en énergie de ces cellules et leur capacité à proliférer.

Ces travaux confirment le lien entre diabète et cancer du pancréas ainsi que les effets thérapeutiques du jus de melon amer, utilisé depuis des siècles contre le diabète, dans les médecines traditionnelles indiennes et chinoises.

Ces recherches montrent que le jus de melon amer modifie la chaîne métabolique des cellules du cancer du pancréas en activant une protéine kinase grâce à l'AMP, une enzyme qui régule la consommation d'énergie dans les cellules.

Comme le souligne Rajesh Agarwal, co-auteur de ces recherches, "Ce n'est pas par hasard si le melon amer régule également la sécrétion d'insuline par les cellules bêta du pancréas et nos travaux montrent que la consommation régulière de ce jus de melon amer permet une réduction du risque de cancer du pancréas de 60 %, ce qui est remarquable, compte tenu de la gravité de ce cancer".

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Medical Xpress

L'aspirine réduirait le risque de mélanome
Lundi, 18/03/2013 - 16:52

Une étude réalisée par l'Université de Californie (UCLA) a montré que la prise régulière d'aspirine chez les femmes diminuait de plus de 21 % le risque de mélanome.

En outre, l'augmentation de la durée de l'utilisation de l'aspirine est associée à une réduction du risque encore plus grand, de l'ordre de 30 % (au bout de 5 ans de prise régulière) par rapport aux non-utilisatrices.

Des études précédentes avaient déjà montré des associations significatives entre l'utilisation d'anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et la réduction des risques de cancer de l'estomac, du côlon et du sein. Cet effet protecteur de l'aspirine résulterait d'une action sur la voie COX-2, liée à l'inflammation.

Ces travaux ont porté sur près de 60 000 femmes, suivies pendant 12 ans et ayant dépassé la ménopause au début de l'étude. 25 % de ces femmes avaient pris de l'aspirine, 15 % d'autres AINS, et 60 % aucun de ces médicaments. Au cours du suivi, 548 diagnostics de mélanome ont été établis.

L'analyse de tous les cas de mélanome par catégorie d'utilisatrices d'AINS a montré que les utilisatrices d'aspirine présentaient 115 des cas de mélanomes, celles d'autres AINS, 89 cas et celles qui n'avaient pris aucun médicament, 344 cas. Après ajustement des différents facteurs de risques, le groupe des femmes prenant de l'aspirine avait un risque de mélanome réduit de 21 % par rapport aux non-utilisatrices, ce risque étant même réduit de 30 % pour celles qui prenaient régulièrement de l'aspirine depuis au moins 5 ans.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

MPT

Désorganiser les cellules cancéreuses pour mieux les combattre
Dimanche, 17/03/2013 - 19:24

Des chercheurs canadiens de l'Université de Montréal et des chercheurs américains de la Johns Hopkins School of Medicine à Baltimore, ont identifié un nouveau mécanisme permettant à certaines cellules de notre corps de se déplacer en groupes, d'une manière proche de celle des soldats romains lorsqu'ils utilisaient la fameuse "tortue" qui forme un bloc impénétrable.

Comme le précise Gregory Emery, qui dirige ces recherches, "Nous avons identifié un mécanisme inconnu et important permettant aux cellules de contrôler leur déplacement en groupe et nous pensons que ce mécanisme est utilisé par les cellules malignes dans un certain nombre de cancers". Ce scientifique, poursuivant cette métaphore militaire, explique ensuite que, "Comme les soldats romains, si certaines cellules cancéreuses se déplacent efficacement, c'est en raison de leurs mouvements étroitement coordonnés. Pour stopper leur progression, nous devons d'abord comprendre comment s'effectue cette coordination".

Ces travaux, qui ont notamment porté sur le déplacement des "cellules de bordure" dans l'ovaire de la mouche drosophile, ont permis de mieux comprendre la migration des cellules cancéreuses et la formation de métastases. Les scientifiques en activant ou désactivant une protéine spécifique, la Rab11, ont constaté que celle-ci permettait aux cellules individuelles de détecter le comportement des autres cellules et de s'organiser en structure compacte pour se déplacer en groupes de manière efficace.

Rab11 agit en régulant une autre protéine, la moésine, qui contrôle la forme et la rigidité des cellules. "Nous avons identifié un mécanisme par lequel les cellules communiquent pour coordonner leurs mouvements et en perturbant ce mécanisme, nous pouvons bloquer ou ralentir leur dissémination", souligne le Docteur Emery.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Nature

Cancer avancé de la prostate : vers un traitement par patch ?
Dimanche, 17/03/2013 - 19:18

Les formes avancées de cancer de la prostate nécessitent un traitement hormonal, qui bloque la production de testostérone, grâce aux analogues de l'hormone de libération de la lutéinostimuline (LHRH) mais ce traitement entraîne de nombreux effets secondaires (faiblesse musculaire, ostéoporose, bouffées de chaleur).

Selon une étude britannique, les œstrogènes sous forme de patchs cutanés pourraient être une alternative intéressante aux analogues de LHRH dans les cancers métastatiques de la prostate.

Bien que les œstrogènes soient très efficaces contre le cancer de la prostate, pour diminuer les effets de la testostérone, leur emploi thérapeutique se heurte à un obstacle important : le risque d'accidents thrombo-emboliques chez les patients.

Pour contourner ce problème, les chercheurs anglais ont comparé durant plusieurs mois deux groupes de malades : l'un traité par analogues de LHRH et l'autre avec des patchs oestrogéniques. Les résultats de cet essai clinique ont montré que le risque cardio-vasculaire est équivalent dans les deux groupes. En outre, chez les patients du groupe avec patchs, les taux de glucose et de cholestérol sanguins ont diminué, ce qui montre un effet positif des œstrogènes.

Sous réserve que ces résultats soient confirmés par d'autres études et persistent sur une longue durée, les patchs oestrogéniques pourraient apporter un réel bénéfice aux patients en améliorant leur confort de vie, notamment pour le traitement des cancers avancés.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

The Lancet

Une molécule-clé pour bloquer la croissance des tumeurs du foie
Dimanche, 17/03/2013 - 19:05

Des recherches effectuées au sein du Mayo Clinic Cancer Center ont montré qu'une molécule déjà impliquée dans un certain nombre de diverses fonctions cellulaires et baptisée IQGAP1, est capable d'inhiber la croissance des tumeurs cancéreuses du foie. Quand cette molécule est active dans les cellules qui entourent une cellule tumorale, ce «micro-environnement tumoral» devient moins propice à la croissance du cancer. A contrario, lorsque cette molécule est absente, le cancer se développe.

Ces recherches éclairent d'un jour nouveau le processus complexe par lequel le cancer initial parvient à développer des métastases vers des organes éloignés de la tumeur primaire, comme le cerveau, les poumons ou le foie.

Comme l'explique l'auteur principal de l'étude, Ningling Kang, biologiste moléculaire à la clinique Mayo, "Les cellules tumorales sont intelligentes, elles communiquent de manière très fine avec les cellules normales avoisinantes pour adapter sans cesse leur comportement et rendre l'environnement favorable à la croissance du cancer. Si l'on parvient à perturber suffisamment la communication entre les cellules tumorales et leur microenvironnement, on pourra empêcher la croissance des tumeurs ainsi que les métastases".

La molécule découverte par les chercheurs, l'IQGAP1, contrôle la forme et le mouvement des cellules. Pour étudier les effets de cette molécule sur les métastases hépatiques, le Docteur Kang et ses collègues ont implanté des cellules tumorales dans le foie de souris génétiquement modifiées pour ne pas exprimer cette molécule. les chercheurs ont pu vérifier qu'effectivement, en l'absence d'activité de cette molécule, les métastases hépatiques se développaient bien plus vite.

Ils ont découvert que les niveaux de IQGAP1 étaient également bien plus faibles dans le microenvironnement tumoral des métastases hépatiques que dans le tissu normal, ce qui suggère que la tumeur communique avec son environnement pour réduire l'activité de cette molécule qui l'empêche de se développer. Mais cette communication va dans les deux sens et l'équipe du Docteur Kang a montré que l'IQGAP1 peut bloquer une molécule de signalisation puissante, appelée TGF-bêta récepteur, qui incite les cellules normales à proximité des cellules tumorales à devenir elles-mêmes cancéreuses.

"Nous sommes convaincus que les cellules tumorales essayent de modifier les molécules de signalisation dans les cellules normales environnantes afin de réduire la concentration de IQGAP1 et de créer ainsi un microenvironnement tumoral favorable à leur dissémination", souligne le Docteur Kang qui ajoute : "Si nous pouvons comprendre exactement comment elles procèdent, nous pourrons découvrir de nouvelles cibles thérapeutiques pour bloquer les métastases au foie."

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

NR

L’interleukine 22 efficace contre l'infection pulmonaire due à la grippe
Dimanche, 17/03/2013 - 18:35

Des recherches américaines ont confirmé le potentiel thérapeutique de l'interleukine 22 (IL-22) dans le traitement des pathologies pulmonaires liées à la grippe.

Une étude en double aveugle chez la souris a montré qu'en cas d'infection par le virus H1N1, l’IL-22 permettait une réparation du tissu pulmonaire après l’infection. Les interleukines sont des protéines naturelles de la famille des cytokines qui agissent sur le système immunitaire. L’IL-22 interagit avec les cellules épithéliales bronchiques et les alvéoles en réparation au moins jusqu’à 6 à 8 semaines après la grippe.

L'étude précise dans sa conclusion que "Le rôle de l'IL-22 dans la réparation épithéliale se confirme et cette interleukine joue un rôle-clé dans la régulation des réponses pulmonaires épithéliales, lors de l'infection par le virus de la grippe".

A la suite de ces résultats, l'IL-22 est expérimentée dans des essais cliniques humains et constitue une nouvelle voie thérapeutique envisagée pour accélérer la récupération de la fonction pulmonaire après une infection par le virus grippal.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Science Daily

L'athérosclérose n'est pas une maladie moderne !
Dimanche, 17/03/2013 - 18:01

Selon une étude réalisée sur 137 momies égyptiennes et péruviennes par le Professeur Randall Thompson, de l'Institut du cœur de Kansas City (États-Unis), l'athérosclérose, considérée comme un fléau des temps modernes et responsable de l'infarctus et de l'AVC, n'est en rien une pathologie contemporaine et existe depuis au moins 4 000 ans !

Ces recherches montrent que les maladies cardio-vasculaires existaient bien avant la révolution industrielle et partout sur Terre. Ces chercheurs ont en effet découvert des signes d'athérosclérose (l'obstruction des artères coronaires par des dépôts de graisse) chez un tiers de ces momies.

De manière parfaitement logique, les chercheurs ont constaté que les momies les plus atteintes par cette pathologie étaient les plus âgées. De précédentes recherches avaient déjà montré que de nombreuses momies égyptiennes souffraient d'athérosclérose. Mais, compte tenu du fait que les personnages momifiés en Egypte appartenaient à la noblesse et bénéficiaient d'un régime alimentaire privilégié, les chercheurs ont voulu voir si cette athérosclérose se retrouvait également dans d'autres civilisations. Ils ont donc étendu leurs analyses aux corps momifiés de cultivateurs de maïs du Pérou et à des agriculteurs amérindiens du plateau du Colorado ayant vécu entre les années 1750 et 1900 avant J.C.

Le résultat est sans ambiguïté : des signes d'athérosclérose sont présents chez 39 % des momies égyptiennes, 26 % des péruviennes, 40 % des Amérindiens du Colorado et 60 % des Unangans. «Il est surprenant de voir que l'athérosclérose est aussi fréquente dans ces anciennes cultures à travers le globe sur une période de temps aussi étendue et parmi des personnes très différentes génétiquement et avec des modes de vie et des régimes alimentaires aussi variés», souligne le Professeur Thompson, l'un des auteurs de cette étude.

«Ce que montre pour la première fois cette vaste étude dans le temps et dans l'espace, c'est que l'athérosclérose, contrairement à une opinion dominante, n'est pas uniquement une maladie liée au mode de vie, même si celui-ci joue un rôle indéniable, mais une caractéristique intrinsèque liée au vieillissement dans toutes les populations humaines», précise pour sa part Caleb Finch, professeur de gérontologie à l'Université de Californie du Sud à Los Angeles et coauteur de cette recherche. Ce chercheur rappelle d'ailleurs à ce sujet que «Même Ötzi, mort il y a 5 000 ans et retrouvé bien préservé dans un glacier des Alpes italiennes en 1991, avait les carotides calcifiées».

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

The Lancet

La frustration augmenterait l'attirance pour les jeux vidéo violents
Dimanche, 17/03/2013 - 17:47

Une étude dirigée par Brad Bushman de l'Ohio State University suggère que l'impossibilité d'avoir certains types de comportements interdits peut conduire certains jeunes à rechercher des jeux vidéo violents comme un moyen de gérer leur frustration. Dans une précédente étude, ces chercheurs avaient constaté que les gens utilisant les jeux vidéo comme une libération émotionnelle sont plus enclins à jouer quand ils sont en colère.

Réalisées sur 120 étudiants, ces nouvelles recherches ont montré que certaines personnes pratiquent les jeux jeux vidéo violents comme exutoire quand elles n'ont pas la possibilité d'assouvir leur envie de tricher ou voler dans la vie réelle. Selon ces expériences, un quart des étudiants ne pouvant pas assouvir leurs pulsions de vols ou de tricherie se tourneraient vers les jeux vidéo violents pour compenser leur frustration liée à l'impossibilité d'accomplir un acte que la loi ou la morale réprouve.

"Contrairement aux jeux non violents, les jeux violents permettent d'avoir des comportements agressifs dans le monde virtuel et de soulager ainsi ses frustrations" souligne le Docteur Bushman.

Selon ce chercheur, ces résultats démontrent que les jeux vidéo violents peuvent entraîner une augmentation des sentiments de colère et des comportements agressifs. A contrario, quand les sujets peuvent se tourner vers les jeux vidéo violents pour gérer leurs sentiments de frustration, ce type de jeux peut avoir un effet thérapeutique et améliorer les émotions négatives.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Eurekalert

Un nouveau médicament qui réduit considérablement les dommages cardio-vasculaires
Dimanche, 17/03/2013 - 17:39

Des recherches canadiennes dirigées par le Docteur Jean-Claude Tardif, directeur du Centre de recherche de l'Institut de Cardiologie de Montréal (ICM), montrent qu'une seule dose d'un médicament anti-inflammatoire expérimental, l'Inclacumab, réduit considérablement le dommage causé au muscle cardiaque pendant une angioplastie (déblocage d'artère). Cette molécule est un anticorps qui bloque la P-sélectine, une molécule qui favorise l'inflammation et qui constitue un élément important de l'affection vasculaire.

Comme le souligne Jean-Claude Tardif, "Ce médicament, l'inclacumab, va devenir une arme majeure dans l'arsenal thérapeutique de la cardiologie moderne si nous confirmons nos résultats dans les prochaines études".

Plus d'un million d'angioplasties des artères du cœur sont réalisées chaque année aux États-Unis en raison de l'athérosclérose. Cette affection se caractérise par une obstruction des artères provoquée par des plaques de graisses et de calcium.

Dans cette étude, réalisée sur 530 patients, âgés en moyenne de 61 ans et ayant souffert d'un infarctus du myocarde, les chercheurs ont comparé les effets d'une dose unique de ce nouvel anti-inflammatoire à ceux d'un placebo. Ils ont pu montrer qu'une seule dose d'inclacumab diminuait  de 24 % le taux de troponine I, un marqueur utilisé en clinique pour diagnostiquer les crises cardiaques, après l'angioplastie.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

The Heart

L'espérance de vie en bonne santé augmente en Europe
Dimanche, 17/03/2013 - 17:31

Des travaux récents de l'OMS et d'Eurostat montrent que l'espérance de vie sans incapacité, ou espérance de vie en bonne santé, augmente dans l'Union européenne.

En 2011, l'espérance de vie en bonne santé, aussi bien pour les hommes que les femmes, est de 62 ans à la naissance. Parmi les pays qui détiennent le record de l'espérance de vie en bonne santé de l'UE27, citons Malte et la Suède, qui plafonnent entre 71 ans pour les femmes et 70 ans pour les hommes.

En France, l'espérance de vie en bonne santé est de 63,6 ans, soit un an et demi de plus que la moyenne européenne. Notre pays a l'une des espérances de vie à la naissance les plus élevées du monde, notamment pour les femmes, avec 23,4 années d'espérance de vie à 65 ans.

Mais, confirmant d'autres études, ces résultats sont moins bons pour l'espérance de vie en bonne santé. A 65 ans, celle-ci est en effet de 9,9 années chez les femmes et 9,7 années chez les hommes, des chiffres meilleurs que la moyenne européenne (8,6 ans pour les deux sexes) mais inférieurs aux résultats des pays scandinaves.

L'OMS souligne pour sa part que "L'espérance de vie à la naissance en Europe a augmenté de cinq ans depuis 1980, pour atteindre 76 ans en 2010". Ce rapport montre que l'Europe connaît aujourd'hui la plus faible mortalité infantile du monde (7,9 décès pour 1 000 naissances). Autre indication : 70 % des décès surviennent après 65 ans et la part des Européens âgés de plus de 65 ans représentera plus de 25 % de la population totale d'ici à 2050.

En savoir plus sur Atlantico

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Europa

Le regard des autres nous rend-t-il plus moral ?
Dimanche, 17/03/2013 - 16:56

Pourquoi agissons-nous de manière morale ? Est-ce par l'effet de notre raisonnement ou à cause de la pression sociale qui nous entoure ?

Pour tenter de répondre à ces questions, des chercheurs de l'Université de Rotterdam, dirigés par Aurélien Bâillon, ont fait jouer des volontaires à des jeux où il faut se partager de l’argent, et ont analysé le degré d'altruisme de leurs comportements.

Dans cette expérience, les participants jouaient dans une pièce où était parfois affichée une photo représentant une paire d’yeux. Les chercheurs ont alors pu constater que les joueurs avaient un comportement plus altruiste et honnête à chaque fois que cette photo était affichée. Tout se passait comme si la présence de ces yeux produisait sur les joueurs le sentiment d'être observé, et les incitait à avoir un comportement plus conforme aux normes sociales.

Fait intéressant, en changeant la photo et en la remplaçant par une photo représentant les sujets avec leurs amis, l'effet d'altruisme disparaissait, ce qui montre bien que ce sont les yeux qui représentent symboliquement le regard moral de la société.

On peut également voir dans cette expérience la présence du "Surmoi" freudien, l'une des trois instances inconscientes de la personnalité, celle qui est le siège de l'intériorisation des normes et interdits sociaux et moraux.

Article rédigé par Elisa Tabord pour RT Flash

Papers

Evolution & Human Behavior

Une véritable usine biochimique dans la panse des bovins
Dimanche, 17/03/2013 - 16:44

Le taux de méthane dans l'atmosphère atteint aujourd'hui environ 1 800 parts par milliard et on estime que cette concentration a augmenté de 150 %  depuis la fin du XVIIIeme siècle. Or, 15 %  du méthane émis dans l'atmosphère par les activités humaines proviendrait des éructations et flatulences de l'ensemble des bovins de la planète. Il s'agit donc de la 3ème cause la plus importante d'émissions de ce gaz fortement contributeur de l'effet de serre (23 fois plus que le CO2), derrière la  fermentation anaérobie sous l'eau (30 %) et l'utilisation des énergies fossiles (20 %). Des recherches ont montré qu'une  vache peut contribuer autant à l'effet de serre qu'une voiture qui consomme 8 litres aux 100 kilomètres, parcourant 12 000 kilomètres par an.

Deux chercheurs danois de l’Université d’Aarhus au Danemark, Morten Poulsen et Tim Urich ont montré la présence dans la panse des vaches d'une faune de thermoplasmatas, des archées qui jouent un rôle majeur dans la production de méthane au cours de la digestion des bovins. Les archées sont une famille de micro-organismes unicellulaires sans noyau, comparables aux bactéries, mais ayant un fonctionnement biochimique très particulier.

Ces recherches ont montré que les archées sont à la fois méthanogènes et thermophiles et sont parfaitement adaptées aux conditions du système digestif des bovins mais également des humains. Ces bactéries extraient leur énergie de la méthylamine et des di- et triméthylamine, une substance organique dérivant de l’ammoniac.

S'appuyant sur la découverte de ce mécanisme, les chercheurs ont montré que l’ajout d’une petite quantité d’acides gras insaturés, comme de l’huile de colza, à l'alimentation des bovins, réduisait de plus de 15 % leur production de méthane.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Nature

Comment la bactérie Shigella neutralise le système immunitaire
Dimanche, 17/03/2013 - 16:37

Les Shigella sont des bactéries qu'on ne trouve que chez l'homme. Elles sont proches des bactéries Escherichia coli et les patients qui sont infectés par la bactérie Shigella peuvent contracter la shigellose, une maladie intestinale aiguë.

Des chercheurs de l'Inserm ont découvert comment cette bactérie parvient à se multiplier chez son hôte sans être détruite par nos défenses immunitaires : elle parvient, comme le ferait un immunosuppresseur, à paralyser littéralement les lymphocytes T CD4 et à les empêcher de migrer vers les ganglions lymphatiques pour communiquer aux antigènes leur "signature" biochimique. C'est ce qui explique que plusieurs infections sont nécessaires avant d’être protégé contre cette bactérie, ce qui est inhabituel.

Ces mêmes chercheurs avaient déjà montré que cette bactérie Shigella produisait une trentaine de protéines, dont l'une d'entre elles altère la mobilité des lymphocytes T activés. Ces nouvelles recherches ont montré, grâce au marquage des lymphocytes T CD4 de souris infectées par Shigella à l’aide d’un fluorochrome, que cette bactérie pouvait en fait complètement immobiliser et neutraliser les lymphocytes T CD4.

"Grâce à ce redoutable pouvoir, cette bactérie atypique empêche la mise en place d’une réponse immunitaire adaptative optimale" explique Philippe Sansonetti, coauteur des travaux. L'élucidation de ce mécanisme devrait à la fois permettre de mieux comprendre le fonctionnement de notre système immunitaire et d'ouvrir de nouvelles pistes thérapeutiques contre certaines bactéries particulièrement résistantes.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

PNAS

Le cytomégalovirus augmenterait le risque de schizophrénie chez les personnes génétiquement disposées
Dimanche, 17/03/2013 - 16:31

Des chercheurs de l'Université d'Aarhus, au Danemark, ont montré qu'une infection par le cytomégalovirus augmentait sensiblement le risque de développer une schizophrénie. Selon cette étude, les futures mères infectées par le virus ont un risque multiplié par cinq de donner naissance à un enfant schizophrène si l'enfant a par ailleurs une mutation génétique spécifique présente chez 15 % des nouveau-nés.

"À terme, le développement d'un vaccin efficace contre le cytomégalovirus pourrait contribuer à prévenir de nombreux cas de schizophrénie", précise le Professeur Anders Børglum qui ajoute : "Notre découverte souligne que les troubles mentaux comme la schizophrénie sont le résultat d'une interaction entre les gènes et des facteurs environnementaux et biologiques."

Mais les chercheurs soulignent qu'il n'y a pas lieu de s'alarmer car il existe heureusement  une variété d'autres facteurs qui empêche le développement de cette pathologie chez l'enfant.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Science Daily

En Afrique, le mobile peut devenir un microscope médical !
Dimanche, 17/03/2013 - 16:26

600 millions de personnes dans le monde seraient infectées à un moment de leur vie par un vers intestinal et la lutte contre ce type de parasite représente un enjeu majeur de santé publique, notamment en Afrique.

Une expérimentation réalisée sur des prélèvements de selles provenant de 200 enfants vivant dans l'île de Pemba en Tanzanie a montré qu'il était possible, à l'aide d'un simple portable, de détecter la présence d'œufs de parasites intestinaux.

Pour parvenir à ce diagnostic, il suffit d'associer quatre éléments : un mobile ayant subi quelques réglages spécifiques, une loupe, une lampe électrique pour éclairer l'échantillon d'excrément et enfin des lames de verre de laboratoire. «C'est la première fois que cette technologie est utilisée pour diagnostiquer des parasites intestinaux», explique le Docteur Isaac Bogoch, qui supervise cet essai.

Ce travail a montré que la sensibilité microscopique d'un téléphone mobile variait de manière conséquente en fonction du type de ver à détecter et du degré d'infection. Ce système simple et peu coûteux a néanmoins réussi à détecter, en moyenne, 69,4 % des œufs d'helminthes (vers parasites), parmi lesquels 81 % des infections provoquées par les vers Ascaris lumbricoides, et 54,4 % des oeufs de Trichuris trichiura.

Les chercheurs précisent que le mobile n'est pas encore aussi performant qu'un vrai microscope de laboratoire mais qu'il peut tout à fait le devenir rapidement moyennant une adaptation logicielle simple. «Le mobile peut devenir à peu de frais un outil de diagnostic précieux dans les zones rurales pauvres et isolées où les parasites intestinaux représentent de sérieux problèmes de santé, surtout chez les enfants», souligne le Docteur Bogoch qui ajoute que la plupart des médecins et infirmiers possèdent un téléphone portable.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

AJTMH

^ Haut
VOTRE INSCRIPTION
Vous recevez cette lettre car vous êtes inscrits à la newsletter RTFLash. Les articles que vous recevez correspondent aux centres d'intérêts spécifiés dans votre compte.
Désinscription Cliquez sur ce lien pour vous désinscrire.
Mon compte pour créer ou accéder à votre compte et modifier vos centres d'intérêts.
PLUS D'INFOS
Suivez-nous sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook
 http://www.rtflash.fr
back-to-top