RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

RTFLASH Recherche & Technologie
NUMERO 9
Lettre gratuite hebdomadaire d’informations scientifiques et technologiques
Créée par René Trégouët rapporteur de la Recherche et Président/fondateur du Groupe de Prospective du Sénat
Edition du 28 Juin 1998
Recommander  |  Désinscription  |  Lire en ligne
Egalement dans ce numéro
TIC
Les banques veulent contrôler les paiements sur internet
Sur le Net comme à l'opéra
Bill Gates prêche pour sa chapelle
Un site américain permet aux aveugles d'entendre leurs documents
Voulez vous lire votre courrier ou... l'écouter !
La navigation devient intelligente sur le web
Intel s'attaque au haut de gamme informatique avec son Xeon
Le web menace les firmes de disques
La Silicon Valley vient d'inventer le "e-book"
Alliance prometteuse entre Internet et le DVD
Le premier lecteur de DVD portable
Matière
Quand l'astronomie se met au service de l'électronique
Espace
Premier lancement d'un satellite par un sous-marin russe en plongée
Terre
Destruction de la couche d'ozone : pas de certitudes à long terme
Vivant
Artères bouchées : l'implantation d'un tube plus efficace qu'un ballon
Pour éviter le mauvais cholestérol : un régime et du sport
Une transplantation de cellules nerveuses dans le cerveau réalisée aux USA
Sida : résistance aux traitements chez 40 à 50 % des patients sous antiviraux
Un gène réduit la dépendance à la nicotine
Homme
Musée de l'exploratorium de San Francisco
Recherche
Des mesures favorables à l'innovation
TIC
Information et Communication
Les banques veulent contrôler les paiements sur internet
Lundi, 29/06/1998 - 00:00

Pour accroître la confiance des utilisateurs dans le commerce électronique les banques françaises souhaitent transposer sur Internet leur expérience de la carte à puce qui fait du réseau interbancaire français le plus sûr du monde. Après deux années de tergiversation, une solution technique unique, compatible avec la norme internationale SET (Secure Electronic Transaction), est en passe d'être définie. Celle-ci reposera sur la carte à puce et résultera d'un compromis entre deux solutions en cours de tests (CyberCard/C-SET et e-Comm). Cet accord technologique, soutenu par Visa, Europay et Mastercard, représente, selon le GIE Cartes Bancaires, une avancée importante vers la reconnaissance internationale de la carte à puce comme solution de sécurisation des paiements sur Internet. " Une décision mondiale doit être prise à la rentrée, pour une mise en oeuvre vers 2000 ou 2001 ", espère Jean-Pierre Ledru, vice-président d'Europay France. Cette solution techniquement plus satisfaisante aura un coût supplémentaire, d'autant plus important que le nombre des transactions sur Internet restera faible tant que les utilisateurs ne seront pas équipés de lecteur de carte à puce. La France a dans ce domaine une expérience indéniable avec ses quelque 30 millions de cartes à puce en circulation et un taux de fraude le plus bas du monde : seulement 0,02 %, à comparer aux 3 à 4 % des Etats-Unis qui utilisent encore des cartes à piste magnétiques. Il reste que ces performances ont un coût non négligeable de l'ordre de 0,5 % du montant total des transactions, soit 5 milliards de francs. Plus pragmatiques, les banques américaines considèrent que le risque, même s'il est plus important, n'est qu'un élément parmi d'autres dont il suffit de tenir compte. C'est pourquoi le protocole SET est encore loin de faire l'unanimité. Toutefois, le développement de la fraude sur Internet inciterait les banques américaines à revoir leurs stratégies. Le système à base de carte à puce serait d'autant plus rentable que le taux de fraude est élevé et que 80 % des transactions sur Internet concernent des marchands américains.

(La Tribune/29/06/98)

http://www.latribune.fr

Sur le Net comme à l'opéra
Lundi, 29/06/1998 - 00:00

Voilà seulement quelques années que nous pouvons surfer sur l'Internet à l'aide d'un logiciel de navigation et de liens hypertexte. . Le premier logiciel de ce type (Mosaic) a été conçu dans l'environnement Unix par le National Center for Supercomputing Agency (NCSA, université de l'Illinois). Deux autres logiciels de navigation gagnent à présent la préférence de la plupart des utilisateurs: Netscape et l'Explorer de Microsoft. Cependant, certains browsers tentent de se démarquer de ces deux monstres du monde d'Internet. L'un d'eux vient d'une petite société norvégienne, Opéra Software, qui a lancé un navigateur du même nom. Cette société se positionne dans un créneau différent de celui des deux "géants". Netscape et Microsoft ont en effet délaissé les utilisateurs disposant de configurations d'entrée de gamme (Pentium 133 au maximum). Opéra est un navigateur léger (1,1 Mo). Cette faible taille est une conséquence directe de la compacité du code qui rend Opéra si rapide. Ce qui lui permet de tourner sans problème sur des machines de base, disposant par exemple d'un processeur 486. Opéra est très stable et rapide dans l'affichage des pages. Ce programme permet aux personnes malvoyantes de mieux voir les pages avec une possibilité de zoom sur les pages et un pilotage de l'application qui peut se faire entièrement au clavier. Il est possible d'agrandir ou de réduire la page Web visualisée jusqu'à 10 fois sa taille originelle. Fin mai, une nouvelle version française de "Opéra 3.21" est arrivée sur le marché. Cette version a adopté une nouvelle gestion plus intuitive des signets (bookmarks), tout en récupérant automatiquement - lors de l'installation - les signets de l'Explorer ou Netscape. De nouvelles fenêtres donnant l'historique des connexions et une visualisation du cache sont apparues, et Opéra supporte dorénavant le javascript et la plupart des plug-ins de Netscape. Chaque fenêtre comporte des boutons pour permettre l'affichage ou non des images, l'arrêt du chargement et la barre de statut indiquant le suivi du téléchargement. Le paramétrage du logiciel surprend par sa simplicité et son accessibilité, directement dans un menu déroulant là où chez d'autres il faut fouiller dans l'enchevêtrement de menus. La prochaine version dopera apportera le support des "CSS 2", devenant ainsi le premier navigateur à supporter cette norme. Les "CSS" sont les équivalents pour le langage html des feuilles de style des traitements de texte. Elles permettent d'appliquer le même formatage à plusieurs documents et de réaliser des présentations très élaborées. Une version de démonstration limitée dans le temps est tout de même disponible sur le site de "Bugss Point Com", association française chargée de la vente en France

(Le Soir/29/06/98)

http://www.lesoir.com

http://www.operasoftware.com.

www.bugss.org

Bill Gates prêche pour sa chapelle
Lundi, 29/06/1998 - 00:00

Le PDG de Microsoft, Bill Gates, a prédit, le 25/06/98, un avenir brillant pour l'industrie que son groupe domine, affirmant que les micro-ordinateurs et internet allaient devenir "tout aussi indispensables demain que l'automobile l'est aujourd'hui". Selon lui, 60 % des foyers américains seront équipés d'un PC en 2001, contre un peu plus de 40% aujourd'hui, dont 85 % seront connectés à internet. "Il existe un incroyable parallèle entre ce qu'a fait l'industrie automobile et ce que fait l'industrie de la micro-informatique, et c'est que nous donnons la liberté aux gens", a-t-il déclaré, à l'occasion du lancement de Windows 98, le nouveau système d'exploitation de son groupe. Contrairement à ce qui était survenu avec Windows 95, les consommateurs ne se sont pas jetés sur Windows 98. Si foule il y a eu, c'était pour profiter des énormes promotions sur des produits annexes qui accompagnaient le lancement. Selon le cabinet d'analyse marketing International Data Corp. (IDC), 55 millions de copies de Windows 98 devraient être écoulées au cours des dix-huit mois suivant son introduction, soit 17 % de moins que les ventes de son prédécesseur pendant la même période. Les entreprises, elles, devraient continuer d'exiger des constructeurs qu'ils installent Windows 95. Beaucoup ont choisi d'attendre la prochaine version du système pour réseau de Microsoft, Windows NT 5.0, prévue l'année prochaine. Windows 98 préfigure déjà cette future génération car il intègre internet aux micro-ordinateurs, en faisant disparaître la frontière visible entre les données stockées sur le PC et les informations récoltées sur le Web. C'est très exactement ce que cherchent à prévenir les autorités antitrust américaines, qui accusent Microsoft d'utiliser sa domination des micro-ordinateurs pour imposer sa technologie à internet.

(AFP/26/06:98)

http://www.actualinfo.com

Un site américain permet aux aveugles d'entendre leurs documents
Lundi, 29/06/1998 - 00:00

Un site américain, crée début 98 par un jeune consultant de 33 ans, permet aux personnes non- voyantes d'entendre sur le web certains articles de revues. Ce site, à but non lucratif, est aidé par des grandes firmes, comme Apple, et animé par des bénévoles. Il utilise la technologie Real Audio. David Erody a eu l'idée de créer son site aprés avoir pendant de nombreuses années recherché des articles disponibles sous forme de cassettes audio pour son père diabétique qui était en train de perdre la vue.

(New-YorkTimes/30/06/98)

http://www.nytimes.com

http://www.assistivemedia.org

http://www.realaudio.com

brève rédigée par @RT Flash

Voulez vous lire votre courrier ou... l'écouter !
Lundi, 29/06/1998 - 00:00

Le temps où les machines nous liront nos e-mails quotidiens n'est pas loin. Grâce au nouveau produit de Bell Labs, appelé Text-to-Speech, vous tapez une phrase le site qui vous la transformera en phrase parlée. Vous pouvez même choisir dans la version anglaise si vous voulez une voix d'homme, de femme, ou d'enfant. Un lien vers la version française, à l'accent "très légèrement" canadien fera pâlir de jalousie l'horloge parlante. Donc coupez collez vos e-mail sur ce site et vos courriers vous seront lus !

(Web Revue/29/06/98)

http://www.cec.fr

http://www.bell-labs.com/project/tts/voices.html

La navigation devient intelligente sur le web
Lundi, 29/06/1998 - 00:00

Dans quelques mois, lorsque Netscape mettra à la disposition des internautes la toute dernière version de son logiciel Navigator (la 4.5), celle-ci comportera une fonction nouvelle, révélatrice de l'évolution du Web à plus d'un titre. Il s'agit de la fonction Smart Browser, dont l'essentiel des possibilités a été développé par une petite société de San Francisco, Alexa Internet. Grâce à elle, les utilisateurs de Navigator disposeront d'une nouvelle batterie d'indicateurs et d'aides qui devraient leur permettre de surfer de façon plus efficace. Une nouvelle ligne de commandes leur sera donc proposée, en bas de la page du logiciel de navigation (voir ci-contre) pour leur donner, par exemple, une liste de sites liés à la recherche qu'ils viennent de faire. La fonction "Site Stats", de son côté, permet d'obtenir des statistiques sur les sites que l'on veut ou que l'on a visités, pour savoir par exemple si tel ou tel a du succès avec son catalogue de ventes d'articles on-line. Une troisième fonction, qui devrait être particulièrement appréciée, est celle qui s'appelle "Les archives du Web". Lorsqu'une page habituellement visitée aura disparu de l'indexation du site, cette fonction permettra d'y accéder quand même, car le logiciel d'Alexa l'aura gardée en mémoire. Finie donc la déprimante mention "404-Not Found", affichée dans ces cas-là. Enfin, une dernière fonction, "Desktop Reference", permettra de chercher dans des annuaires ou des encyclopédies, comme l'Encyclopaedia Britannica, des explications ou des définitions liées aux sites visités, sans avoir à les quitter, grâce à une fenêtre spéciale. Smart Browser symbolise l'évolution d'Internet vers le freeware en ce qui concerne les logiciels utilisateurs. Depuis que Netscape a décidé de céder gratuitement Navigator, la firme de Mountain View a également décidé de collaborer de façon plus étroite avec des dizaines de starts-up du Net, qui se chargent d'apporter leur pierre à l'amélioration du logiciel principal, en échange d'une meilleure notoriété. Mais Alexa ne veut pas faire de jaloux : Smart Browser sera aussi disponible dans la nouvelle version d'Internet Explorer, de Microsoft...

(Les Echos 02/07/98)

http://www.lesechos.fr

Intel s'attaque au haut de gamme informatique avec son Xeon
Lundi, 29/06/1998 - 00:00

L'architecture Intel, qui domine les PC avec plus de 8 micro-ordinateurs sur 10, s'est étendue en 1996 et 1997 aux stations de travail, les puissants ordinateurs des chercheurs, ingénieurs et créateurs graphiques, et aux serveurs, les machines qui gèrent les réseaux. La technologie d'Intel est nettement meilleur marché que celle des systèmes existants pour ce type d'ordinateurs, ce qui lui a permis de dépasser largement ses concurrents par le nombre d'unités vendues, avec une croissance de 38 % contre 13 % en 1997, selon le cabinet d'analyse marketing International Data Corp. (IDC). Toutefois, faute de produit suffisamment puissant, Intel restait cantonné aux machines les moins chères, de moins de 25.000 dollars. Avec une vitesse de lancement de 400 MHz (450 MHz d'ici la fin de l'année) et surtout une grande capacité d'adaptation aux besoins grâce aux possibilités d'installation de multiples processeurs en parallèle, Xeon vise le haut du panier, les ordinateurs de plus de 100.000 dollars. Le processeur va pouvoir équiper des ordinateurs "capables de mener des centaines de recherches à la fois pour les processus décisionnels complexes, comme dans la gestion de banques de données, la gestion de stocks ou le contrôle thermique. Mais l'arrivée d'Intel sur ce marché dominé par des systèmes reconnus est entachée par des problèmes de dernières minutes. Les ingénieurs ont découvert la semaine passée l'existence d'un "désaccord" entre Xeon et un ensemble de circuits conçu par Intel. Intel a trouvé une solution à ce problème, sous forme de microcode (logiciel). Mais il faut encore que les constructeurs d'ordinateurs intègrent ce microcode aux machines concernées, ce qui devrait retarder de plusieurs semaines la commercialisation de ces serveurs.

(AFP/27/06/98)

http://www.actualinfo.com

Le web menace les firmes de disques
Lundi, 29/06/1998 - 00:00

Le développement spectaculaire de l'Internet donne des idées à certains producteurs ou groupes pop indépendants britanniques qui rêvent de vendre directement leurs produits sur le web, mais les distributeurs de disques menacés fourbissent déjà leurs armes. Le nouveau prophète de l'apocalypse des maisons de disques n'est autre qu'Alan McGee, le producteur d'Oasis, groupe de rock le plus célèbre et le plus vendu du moment en Angleterre. Ses avis sont pris d'autant plus au sérieux qu'il est membre d'un groupe de travail sur les "industries créatives" mis en place par le gouvernement de Tony Blair. Il n'y aura plus de maisons de disques dans dix ou 20 ans, proclame-t-il dans un récent article. Il sera beaucoup plus intéressant pour les groupes de diffuser leur musique sur Internet, en se passant d'intermédiaires, pour l'adresser directement à leurs fans à un prix plus intéressant, écrit-il. Encore marginal par rapport à celui du bon vieux disque compact acheté en magasin, le marché de la musique en ligne se développe il est vrai à vitesse accélérée depuis quelques années. Les internautes peuvent déjà s'y procurer des CD par correspondance et, surtout, sont désormais en mesure de télécharger leurs morceaux préférés sur disque dur avec une qualité d'écoute proche du compact grâce à la dernière génération de logiciels dits de "compression" de sons. Muni d'un "graveur" de CD vierges connecté à un micro-ordinateur, les plus ingénieux ont également commencé à se confectionner leurs propres disques "à la carte" en puisant dans les centaines de sites musicaux disponibles. Selon les professionnels, le marché de la musique sur internet pourrait représenter 2,8 milliards de dollars d'ici quatre ans, contre 70 millions de dollars l'an dernier. Alan McGee, lui-même à la tête d'une maison de disques - Creation Records - est persuadé que le web prendra à terme le relais d'une industrie du disque qui montre déjà des signes de faiblesse.

(Le Soir 29/06/98)

http://www.lesoir.com

La Silicon Valley vient d'inventer le "e-book"
Lundi, 29/06/1998 - 00:00

Le SoftBook peut contenir jusqu'à 100.000 pages de textes et dispose d'un écran rétro-éclairé, ainsi que d'un modem rapide pour le téléchargement. Le RocketBook a une autonomie de 20 heures, selon NuvoMedia, la start-up de Palo Alto qui l'a conçu. Et les livres qu'il contient peuvent même être annotés La tablette de SoftBook peut emmagasiner jusqu'à 100.000 pages de textes, dont le contenu est téléchargé depuis le site de SoftBook (http://softbook.com), grâce à un modem rapide qui transfère environ 100 pages à la minute. En ce qui concerne les livres, la firme de Menlo Park a conclu un accord avec de grands éditeurs comme Harper Collins et Random House pour qu'ils rendent disponibles leurs ouvrages. Les droits de diffusion restent protégés par un procédé de cryptage qui interdit que le même livre soit téléchargé deux fois sur la même machine ou que celle-ci puisse le transmettre à un autre ordinateur. De son côté, NuvoMedia (http://www.nuvomedia.com) s'est associé à l'éditeur allemand Bertelsman pour lancer son RocketBook, qui possède à peu près les mêmes caractéristiques techniques que le SoftBook. L'un et l'autre seront disponibles avant la fin de l'année aux Etats-Unis. La lecture des livres de ces éditeurs ne sont pas les seules applications de ces tablettes. Vendues entre 200 et 300 dollars, elles seront accompagnées d'un service -payant- qui permettra aux abonnés de se procurer des revues gratuitement, ainsi que les ouvrages tombés dans le domaine public. Au-delà de la prouesse technique, reste à savoir dans quelle mesure les "lecteurs" préféreront un terminal électronique au support papier. Les premières versions de ces tablettes, dans le souci de ne pas dissuader le grand public, offrent un confort de lecture inférieur à celui d'un écran d'ordinateur haute définition. Mais il semble, néanmoins, que le mouvement, annoncé depuis longtemps -notamment par Nicholas Negroponte, le patron du Media Lab du Massachusetts Institute of Technology à Boston- soit bel et bien lancé.

(Les Echos/30/06/98)

http://www.lesechos.fr

Alliance prometteuse entre Internet et le DVD
Lundi, 29/06/1998 - 00:00

Promis depuis longtemps, le mariage entre DVD et Internet vient d'être consacré par le site de Warner Bros., révèle Adertising Age. Le studio propose donc aux internautes des jeux et des feuilletons -certains développés spécialement pour le Net- dont la plupart des animations et des images se trouvent sur le disque DVD. Internet n'est donc plus utilisé que pour un transfert minimal d'informations (l'interaction entre deux joueurs par exemple). Un concept prometteur suivi par de nombreuses entreprises de loisirs électroniques aux Etats-Unis.

(Les Echos/30/06/98)

http://www.lesechos.fr

Le premier lecteur de DVD portable
Lundi, 29/06/1998 - 00:00

Panasonic vient de commercialiser le premier lecteur de DVD portable. Ce petit bijou technologique ne pèse que 900 grammes pour 4,5 cm d'épaisseur, et possède un écran LCD de 15 cm de diagonale, d'une définition de 500 point par ligne. Muni bien entendu d'une télécommande ce lecteur portable est à peine plus encombrant qu'un baladeur CD. On peut également le raccorder au téléviseur comme un lecteur de salon.

(Contact-FNAC/Juillet/août/98)

http://www.fnac.fr

brève rédigée par@RT Flash

^ Haut
Matière
Matière et Energie
Quand l'astronomie se met au service de l'électronique
Lundi, 29/06/1998 - 00:00

Une équipe de l'Université du Texas a mis au point un nouveau logiciel de simulation qui repose sur un algorithme utilisé pour le calcul astronomique. Selon ces chercheurs, ce logiciel pourrait permettre de concevoir les puces électroniques cent fois plus rapidement que les procédés actuels. Les logiciels de simulation jouent en effet un rôle capital dans la vitesse de conception de puces et la réalisation d'un prototype peut parfois prendre beaucoup de temps dans une industrie qui doit mettre sur le marché ses produits de plus en plus rapidement. C'est en utilisant par hasard un algorithme qui sert à classer les différentes particules de l'univers, en fonction des forces auxquelles elles sont sensibles, que les chercheurs américains ont constaté que cet algorithme pouvait permettre de calculer l'architecture d'une puce bien plus vite que toutes les méthodes actuelles. Selon le Professeur White du MIT, spécialiste de la conception de circuits intégrés, il s'agit d'un grand pas en avant. Cette nouvelle méthode pourrait être très rapidement mise en oeuvre par les fabricants de puces et les premières puces conçues par ce nouveau logiciel pourraient voir le jour dans deux ans.

(Wired:25/06/98)

http://www.wired.com

brève rédigée par @RT Flash

^ Haut
Espace
Espace et Cosmologie
Premier lancement d'un satellite par un sous-marin russe en plongée
Lundi, 29/06/1998 - 00:00

Un sous-marin russe de la Flotte du Nord va prochainement lancer pour la première fois en plongée un satellite de communications. Le lancement aura lieu dans la première quinzaine de juillet et sa date exacte sera fixée en fonction des conditions météorologiques, a indiqué le service de presse de la marine. Le satellite de dix kilos mis au point par les savants de l'université technique de Berlin sera utilisé non seulement pour les communications et le système international de navigation JPS, mais aussi pour connaître le nombre de rennes du grand Nord et suivre les déplacements des ours blancs.

(AFP/30/06/98)

http://www.actualinfo.fr

^ Haut
Terre
Sciences de la Terre, Environnement et Climat
Destruction de la couche d'ozone : pas de certitudes à long terme
Lundi, 29/06/1998 - 00:00

Des incertitudes sur les conséquences à long terme de la destruction de la couche d'ozone persistent, même si ses mécanismes ont pu être scientifiquement établis, selon un rapport de l'Académie des sciences, présenté mardi à Paris. La destruction de l'ozone stratosphérique, affecté essentiellement par des gaz fabriqués par l'homme, dont les CFC, est "passée de la simple hypothèse scientifique à la mise en évidence d'une atteinte de grande ampleur à l'environnement terrestre", souligne ce rapport, rédigé sous la coordination de Gérard Mégie, membre correspondant de l'Académie des sciences. Malgré la suppression des CFC, personne ne peut dire aujourd'hui à quelle date le système stratosphérique retrouvera un équilibre qui, "en aucun cas", ne se fera avant l'an 2050, préviennent les scientifiques. L'ozone stratosphérique est l'unique absorbant du rayonnement solaire ultraviolet (UV) et joue ainsi un rôle crucial dans le maintien de la vie sur Terre. A fortes doses, ces rayons sont toxiques au point de pouvoir tuer les cellules et affaiblir les défenses immunitaires cutanées et provoquer, à terme, des cancers de la peau. Toutefois, a commenté M. Mégie, "on se heurte à la difficulté classique pour extrapoler ce risque aux doses faibles".

(AFP/30/06/98)

http://www.actualinfo.fr

^ Haut
Vivant
Santé, Médecine et Sciences du Vivant
Artères bouchées : l'implantation d'un tube plus efficace qu'un ballon
Lundi, 29/06/1998 - 00:00

L'implantation d'un tube d'acier pour élargir une artère bouchée est plus efficace, après une crise cardiaque, que l'angioplastie ou introduction d'un petit ballon, indique une étude publiée dans le dernier numéro de la revue Circulation. Parmi les 112 malades traités avec l'implantation d'un tube, un seul a connu une autre crise cardiaque, contre huit chez les 115 patients soignés par angioplastie, selon cette étude réalisée à l'hôpital De Weezenlanden à Zwolle (Pays-Bas). L'angioplastie consiste à introduire un petit ballon dans l'artère, à le gonfler pour élargir le conduit, puis à le retirer. Par ailleurs, souligne le principal auteur de l'article, le Dr Harry Suryapranata, seuls quatre malades chez lesquels a été implanté un tube ont dû subir une autre intervention sur leurs artères, contre dix-neuf dans le groupe des patients soignés par angioplastie.

(AFP/30/06/98)

http://www.actualinfo.fr

Pour éviter le mauvais cholestérol : un régime et du sport
Lundi, 29/06/1998 - 00:00

Pour faire baisser le taux de "mauvais" cholestérol, il faut combiner régime et exercice physique souligne une étude qui vient de paraître dans le New England Journal of Medecine. Cette étude, réalisée sur 180 femmes et 195 hommes de plus de 64 ans, montre qu'un régime ne suffit pas à faire baisser le "mauvais" cholestérol chez les hommes et les femmes ayant un taux de lipoprotéines présentant un risque et ne faisant pas d'exercice. En revanche, cette étude montre que le taux de "mauvais" cholestérol a nettement diminué chez les hommes et les femmes qui avaient suivi un régime et fait du sport.

(NEJM/01/07/98)

http://www.nejm.org

brève rédigée par @RT Flash

Une transplantation de cellules nerveuses dans le cerveau réalisée aux USA
Lundi, 29/06/1998 - 00:00

Une équipe du centre médical de Pittsburgh vient de réaliser, le 23 juin dernier, une première mondiale en transplantant dans le cerveau d'une femme de 64 ans victime d'un accident cérébral des cellules de nerf humain cultivées en laboratoire. La patiente, Mme Cerasini, a pu quitter l'hôpital le lendemain de l'intervention apparemment en bonne forme bien que les médecins aient précisé qu'il faudrait attendre plusieurs mois pour savoir si l'intervention avait un effet bénéfique sur son hémiplégie. Si tel est le cas, les médecins de Pittsburgh pensent que ce type de transplantation pourrait aussi s'avérer efficace pour d'autres affections cérébrales et certaines lésions de la moelle épinière.

( Los Angeles Times 02/07/98)

http://www.latimes.com

brève rédigée par @RT Flash

Sida : résistance aux traitements chez 40 à 50 % des patients sous antiviraux
Lundi, 29/06/1998 - 00:00

L'arrivée des trithérapies a redonné vie aux malades, mais en dépit de leur efficacité, chez 40 % à 50 % des patients sous antiviraux depuis deux ans, apparaît une certaine résistance aux traitements.Dans la plupart des cas, il s'agit "d'échecs virologiques", avec un taux de virus qui remonte dans le sang, survenant chez des patients qui vont bien, a expliqué le Pr Jean-Paul Delfraissy (France). Le non-respect scrupuleux du traitement est une des causes d'apparition de résistance du virus aux différentes classes d'antiviraux. Les prescriptions inadaptées aussi.Le développement de résistance du virus aux traitements inquiètent les spécialistes qui craignent à terme de voir circuler des souches de virus devant lesquelles leurs armes thérapeutiques actuelles, dont les plus actives, les antiprotéases, deviendraient impuissantes. Les médecins sont en fait souvent confrontés à des paradoxes: ils disposent de traitements efficaces mais difficiles à suivre. "Les alternatives thérapeutiques aux antiprotéases doivent être encouragées", a souligné le Pr Julio Montaner (Vancouver, Canada), en relevant la nécessaire simplification des traitements (moins de pilules à avaler...) actuellement en cours. Plus de 70.000 personnes sont sous trithérapie (trois antiviraux dont une antiprotéase) aux Etats-Unis. Il y a des discordances entre les essais cliniques de traitements, qui font état de résultats avec 70 à 80 % de charge virale indétectable parmi les patients, et la pratique quotidienne où ce pourcentage atteint à peine 50 %, mais les malades vont bien, a déclaré à l'AFP le Pr Bernard Hirschel (Suisse), président du congrès. La mesure de la charge virale sanguine permet d'évaluer la quantité de virus dans le sang. Elle est élevée si le virus se multiplie intensément et s'abaisse jusqu'à être quasi-indétectable si la combinaison d'antiviraux est efficace. Les antiviraux bloquent la charge virale dans le sang (la multiplication du virus), mais ne suppriment pas le virus de l'organisme, rappellent les spécialistes.

(AFP/01/07/98)

http://www.actualinfo.com

Un gène réduit la dépendance à la nicotine
Lundi, 29/06/1998 - 00:00

Des chercheurs de l'Université de Toronto ont découvert que certaines personnes possèdent une anomalie génétique qui les protège de la dépendance à la nicotine. Ces personnes ont donc naturellement tendance à ne pas fumer, ou à fumer beaucoup moins que ceux qui ne possèdent pas cette anomalie. En temps normal ce gène produit une enzyme qui renforce la dépendance à la nicotine et ces chercheurs canadiens pensent qu'il est possible de trouver des molécules qui pourront inhiber le fonctionnement de cette enzyme, ce qui permettrait d'aider les fumeurs à réduire très sensiblement leur dépendance au tabac.

(Los Angeles Times/30/06/98)

http://www.latimes.com

brève rédigée par @RT Flash

^ Haut
Homme
Anthropologie et Sciences de l'Homme
Musée de l'exploratorium de San Francisco
Lundi, 29/06/1998 - 00:00

Le Musée de l'exploratorium de San Francisco, fondé en 1969 par Frank Oppenheimer, accueille maintenant près de 600 000 personnes par an. Son site, Exploranet, enregistre en 1997 le même nombre de visiteurs, qui se baladent dans des dizaines d'expositions en ligne consacrées notamment à la science et à la perception par les sens de l'homme. On peut assister à quelques travaux pratiques, comme la dissection virtuelle d'un oeil de boeuf, ou à des séances d'illusion optique. Grâce à des séquences vidéo commentées, on réussit à repérer un animal camouflé dans la nature ou à reconnaître un visage caché sous différentes perruques. Exploranet vous emmène dans le parc naturel de la Vallée de la Mort pour une découverte géologique et retransmet sur Internet la première vidéoconférence réalisée à bord d'un avion. Un site riche qui fourmille d'inventions.

(L'Express 30/06/98)

http://www.lexpress.presse.fr

http://www.exploratorium.edu

^ Haut
Recherche
Recherche & Innovation, Technologies, Transports
Des mesures favorables à l'innovation
Lundi, 29/06/1998 - 00:00

Le ministre de l'Education et de la Recherche, Claude Allègre, indique dans une interview au Figaro que " les particuliers qui financeront les entreprises innovantes pourront déduire cet investissement de leurs impôts à hauteur de 400.000 francs ". Le ministre ne précise pas quelle proportion de la somme investie pourra être déduite. Aujourd'hui, l'investissement dans une PME donne droit à une réduction d'impôt équivalente à 25 % de la souscription au capital, dans la limite de 75.000 francs (pour un couple). Autrement dit, la réduction d'impôt ne peut dépasser un quart de ce montant de 75.000 francs, soit 18.750 francs. et ce dispositif doit prendre fin le 31 décembre 1998. Cette nouvelle incitation fiscale, qui s'ajoute aux Fonds Communs de Placement Pour l'Innovation, vient à point nommé car la France doit absolument lever tous les freins administratifs et fiscaux qui entravent trop souvent sa capacité d'innovation. A cet égard nous devons nous inspirer de l'exemple américain, comme le souligne un article de l'Express qui rappelle que l'Innovation, la prise de risques, l' accès au capital et les stock options constituent le credo des entrepreneurs de la Silicon Valley, ainsi que celui d'une multitude de PME-PMI, les fameuses start up. La célèbre Silicon Valley demeure le grand laboratoire américain en matière d'innovation économique et technologique. On y applique en effet les dernières techniques prophétiques de management et de gestion. Et c'est sans complexe que de jeunes dirigeants français, rassemblés dans une association créée en 1997, Croissance plus, sensibilisent notre pays aux recettes de l'eldorado américain. Leur credo repose sur quatre principes qui marquent leur vision positive de l'avenir: l'innovation, la prise de risque, l'accès au capital des financiers et l'attraction du personnel via les stock options (actions acquises à des prix inférieurs à ceux du marché) et, enfin, la conquête des marchés internationaux. "Nous avons prouvé que ce modèle était exportable en France", affirme Denis Payre, ex-PDG de Business Objects, l'une des plus belles réussites du high-tech de ces dernières années. Aujourd'hui, Denis Payre est investisseur en capital-risque et préside Croissance plus. Lui et les six autres membres fondateurs de l'association ne manquent pas d'arguments de poids: de 1991 à 1996, ils ont triplé leur chiffre d'affaires et créé plus de 4 000 emplois ! Depuis, d'autres chefs d'entreprise les ont rejoints et la plupart envisagent une implantation à New York ou Los Angeles. "Comment passer à côté d'un pays qui représente à lui seul 50 % du marché ?" s'interroge Louis Gay, ancien pilote de chasse et patron de Datops, une société qui commercialise un CD-ROM capable de traiter et de sélectionner les millions d'informations qui circulent quotidiennement sur le Web. Un tiers des sociétés passe le cap des trois ans C'est donc vers ce modèle que tendent les start up. La plupart des sociétés nouvellement créées proposent des services pour Internet ou Intranet. A l'arrivée, un tiers seulement parviennent véritablement à s'installer; les autres meurent ou sont rachetées faute d'une gestion rigoureuse. Administration lourde et lente, paperasserie étouffante, fiscalité handicapante, systèmes d'aides confus... Les reproches ne manquent pas pour dénoncer les freins français à l'esprit d'initiative. "Heureusement, il semble que ce gouvernement ait compris certaines choses", remarque Denis Payre, qui se réjouit des récentes mesures du ministre de l'Economie, lequel est revenu sur la loi rétroactive de 1996. Cette loi taxait les entreprises dont les salariés avaient revendu leurs stock options moins de cinq ans après les avoir acquises. Une pilule d'autant plus difficile à avaler que la distribution d'actions de la société remplit un rôle déterminant dans ce secteur. D'autres signes encourageants marquent la volonté des pouvoirs publics de soutenir les entrepreneurs: par exemple, la création des fonds communs pour l'innovation (FCPI), ouverts aux petits épargnants. Mais la mesure la plus appréciée reste l'ouverture en 1996 du nouveau marché. A l'image du Nasdaq américain (où sont cotés Microsoft et Intel), il permet aux sociétés de trouver les fonds indispensables à leur développement. De janvier à mars 1998, l'indice de ce marché a progressé de 38 %, contre 17 % pour le CAC 40. Un bon début, même si, avec une valeur totale des titres estimée à 10 milliards de francs, on est loin des 9 000 milliards de francs du Nasdaq.

(L'Express/30:06:98) http://www.lexpress.presse.fr

(Le Figaro:30:06:98) http://www.lefigaro.fr

^ Haut
VOTRE INSCRIPTION
Vous recevez cette lettre car vous êtes inscrits à la newsletter RTFLash. Les articles que vous recevez correspondent aux centres d'intérêts spécifiés dans votre compte.
Désinscription Cliquez sur ce lien pour vous désinscrire.
Mon compte pour créer ou accéder à votre compte et modifier vos centres d'intérêts.
PLUS D'INFOS
Suivez-nous sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook
 http://www.rtflash.fr
back-to-top