RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

RTFLASH Recherche & Technologie
NUMERO 205
Lettre gratuite hebdomadaire d’informations scientifiques et technologiques
Créée par René Trégouët rapporteur de la Recherche et Président/fondateur du Groupe de Prospective du Sénat
Edition du 26 Juillet 2002
Recommander  |  Désinscription  |  Lire en ligne
Egalement dans ce numéro
TIC
L'ART approuve les tarifs ADSL de France Télécom
Haut débit : l'ADSL distance le câble
Internet: la Chine revendique la troisième place mondiale
Microsoft va lancer la nouvelle version multimedia de Windows XP
Des distributeurs de billets accessibles via un mobile
Sesam.TV transforme la télévision en jukebox multimédia
Motorola travaille sur les futurs réseaux de jeu vidéo sans fil
Matière
Des écrans flexibles en 2005
Intel sortira son Pentium 4 à 3.0 Ghz à la fin de l'année
Terre
Climat : les entreprises s'engagent à réduire leurs émissions
La Californie, précurseur d'une révolution dans l'automobile ?
Vivant
Tabac: Projet de traité pour éliminer progressivement la publicité
Diagnostic de l'Insuffisance cardiaque : quelques gouttes de sang suffisent
Coeur : les statines ne font pas seulement baisser le cholestérol...
Une vie saine pour le coeur pourrait prévenir la maladie d'Alzheimer
Une fillette atteinte de mucoviscidose se fait implanter un lobe pulmonaire de chacun de ses parents
Alzheimer: nouveau médicament efficace dans les cas avancés
Des scientifiques découvrent un calmar géant qui pourrait appartenir à une nouvelle espèce
Un brevet reformulé pour interdire le clonage humain
L'adulte aussi renouvelle ses neurones
Des souris qui prennent la grosse tête !
Edito
Il faut réduire la fracture numérique



La revue "INSEE Première" n° 850 de l'Insee, qui vient d'être publiée, fait le point de manière très complète sur l'évolution des utilisations de l'internet par les français et met en lumière la persistance, sinon l'aggravation de ce qu'il faut bien appeler une "fracture numérique". Cette étude, qui résulte d'une enquête auprès de 8.000 ménages réalisée à l'automne 2001, révèle que 31,9 % des Français âgés de 15 ans et plus ont déjà utilisé Internet. Mais, au-delà de cette moyenne globale sans grande signification, il est très intéressant d'examiner en détail comment est utilisé le Net selon les tranches d'âge et par les différentes catégories socio-professionnelles. Première constatation, 87,4 % des diplômés de l'enseignement supérieur, 76,3 % des cadres ou encore près des deux tiers des 15-19 ans ont déjà fait l'expérience de la navigation sur la toile. ces catégories d'utilisateurs sont donc largement au-dessus de la moyenne nationale et ont incontestablement intégré le Net dans leur vie personnelle et professionnelle. A l'inverse, seuls 12,9 % des ouvriers, 7,1 % des non diplômés ou encore 2,4 % des plus de 70 ans ont déjà utilisé le Net. On voit donc bien que l'accès au Net est caractérisé par une double fracture, territoriale d'abord, avec les inégalités d'accès au haut débit entre monde rural et urbain, mais aussi sociale et culturelle. A cet égard la généralisation de l'accès à l'internet dans les différents établissements scolaires ne doit pas faire illusion et apparaît comme un trompe l'oeil : si 73 % des étudiants, lycéens ou collégiens déclarent disposer d'un accès dans leur établissant, l'étude souligne aussi la sous-utilisation alarmante de cet outil d'accès au savoir puisqu'en milieu scolaire, 41 % des connexions à Internet sont hebdomadaires et 22 % affirment ne pas utiliser Internet. Plus grave encore, il existe un effet d'amplification de l'usage du Net pour les élèves qui ont accès à Internet depuis leur domicile, donc majoritairement des jeunes diplômés de milieu aisé. Ceux-ci ont en effet tendance, pour 20% d'entre-eux à banaliser l'usage du Net et à y accéder en d'autres lieux de connexions, et notamment à l'école ou dans les lieux publics. En revanche, moins de 4 % des personnes ne disposant pas d'un accès à domicile se sont connectées depuis un lieu public ou chez un proche. Cette grande disparité, de 1 à 5, montre bien que les jeunes qui ont l'habitude d'utiliser l'internet chez eux vont tout naturellement vouloir continuer de l'utiliser à l'extérieur alors que cela n'est pas le cas pour ceux qui n'ont pas accès au Net chez eux. On voit donc à quel point le facteur socio-culturel est essentiel dans l'utilisation de l'internet et plus encore dans son intégration dans la vie quotidienne. A cet égard il convient de s'interroger sur les causes réelles du ralentissement constaté depuis plusieurs mois dans la croissance du nombre d'internautes. On peut en effet poser l'hypothèse que les formules et les outils accès à l'internet restent peu attractives pour nos concitoyens les moins favorisés, surtout dans leur configuration financière actuelle. Pour un foyer qui a deux enfants et dont le revenu moyen est inférieur à 2500 euros par mois, l'acquisition d'un ordinateur à plus de 1000 euros et la souscription à un abonnement haut débit à plus de 40 euros par mois, représente un véritable obstacle financier. L'obsolescence technique rapide des ordinateurs et la complexité d'utilisation pour le néophyte ne font que renforcer les réticences de ces foyers modestes qui, en outre, ne perçoivent pas toujours l'immense intérêt culturel et pédagogique d'une utilisation bien encadrée du Net à la maison. Complétant et confirmant les résultats de l'étude de l'Insee, Un récent sondage AOL-Louis Harris est venu confirmer cette «fracture numérique» qui est une réalité pour 76% des personnes interrogées. 75% des sondés estiment que les Français n'ont pas tous les mêmes chances sur le marché de l'emploi, car «la maîtrise de l'informatique est devenue un critère déterminant à l'embauche». Un peu plus de la moitié estime que cette fracture pénalise la France par rapport aux autres pays européens. Pour 70% des personnes interrogées, c'est bien le prix de l'équipement informatique qui est responsable de cette situation pénalisante pour la France. 82% des personnes interrogées souhaitent une baisse de la TVA à 5,5, 72% veulent des incitations fiscales pour les entreprises qui fournissent du matériel informatique à leurs salariés et 72% préconisent une aide aux familles défavorisées. En matière éducative, 92% des sondés pensent que les écoles devraient toutes être équipées en ordinateurs et l'enseignement de l'Internet devrait débuter dès l'école primaire (72%). Ce sondage montre également que l'internet à haut débit reste largement abstrait et inaccessible pour nos concitoyens. A la question «quelle serait la mesure la plus efficace pour développer les connexions Internet à domicile?», le développement des infrastructures haut débit n'arrive qu'en troisième position (18%), derrière la baisse de la TVA sur les forfaits Internet (25%) et enfin le lancement de forfaits illimités bas débit (35%). Face à cette situation et à l'aggravation alarmante de cette fracture numérique il appartient à l'Etat et aux collectivités locales d'imaginer ensemble des solutions pour réduire rapidement ce fossé numérique par une politique volontariste et des mesures fortes. Il faut bien entendu permettre partout l'accès au haut débit à un prix attractif ( moins de 30 euros par mois) en combinant les solutions technologiques ( câble, ADSL, satellite, Boucle Locale Radio ect..). C'est ce que préconise avec raison, dans son rapport annuel d'activité, l'Autorité de régulation des télécommunications (ART) qui propose fort judicieusement que les collectivités locales puissent déployer leurs propres réseaux téléphoniques. Selon le code général des collectivités territoriales, ces dernières ont simplement la capacité de déployer des réseaux indépendants, notamment pour l'administration. Les réseaux ouverts au public sont réservés aux acteurs privés et à France Télécom. Mais l'autorité propose une refonte du cadre juridique selon 2 axes forts : soit permettre aux collectivités de subventionner les opérateurs pour les inciter à s'installer sur leur territoire; soit leur permettre d'établir elles-mêmes un réseau de télécommunications, là où aucun opérateur n'est susceptible d'intervenir dans des conditions viables. Cette proposition s'inscrit dans la perspective d'un aménagement numérique du territoire et vise notamment à favoriser l'accès à l'internet haut débit dans les zones à faible potentiel économique, explique l'Autorité de régulation. De manière complémentaire, il faut étudier la possibilité d'une déductibilité fiscale partielle ou totale de l'achat d'un ordinateur pour les familles à revenus modestes. Il faut aussi encourager les entreprises à donner ou à vendre à bas prix leurs anciens ordinateurs aux particuliers grâce à de puissantes incitations fiscales. Par ailleurs des formules de location-vente d'ordinateur comprenant l'assistance, et la connexion haut débit, ainsi qu'une reprise et un remplacement de la machine tous les deux ou trois ans, doivent être spécifiquement proposées aux foyers à revenus modestes. Ceux-ci devraient pouvoir bénéficier par ailleurs de chèques-formation, largement financés par l'Etat et collectivités locales, et permettant aux nouveaux utilisateurs à faible niveau éducatif d'acquérir la formation de base indispensable à la bonne utilisation de tout outil informatique et de l'internet. Cet effort financier de la collectivité est absolument nécessaire et ne doit pas être considéré comme une dépense mais bien comme un investissement indispensable qui permettra à tous nos concitoyens, quel que soir leur âge, leur lieu d'habitation et leur niveau socio-culturel, d'intégrer l'utilisation de l'internet dans leur vie personnelle, professionnelle et culturelle. Cette généralisation et cette banalisation de l'internet à l'ensemble de notre société entraînera non seulement un enrichissement personnel sur le plan cognitif mais également une augmentation considérable de la productivité économique, sociale et administrative et de la compétitivité globale de notre pays. J'espère sincèrement que Monsieur Raffarin, qui devrait faire d'importantes déclarations dans quelques semaines sur ce sujet lors du séminaire annuel d'Hourtin, tiendra compte de ces propositions pleines de bon sens.

René TRÉGOUËT

Sénateur du Rhône


TIC
Information et Communication
L'ART approuve les tarifs ADSL de France Télécom
Samedi, 27/07/2002 - 00:00

L'Autorité de régulation des télécommunications (ART) a rendu le 18 juillet un avis favorable aux nouvelles offres tarifaires de France Télécom concernant les communications à haut débit (ADSL) destinées aux fournisseurs d'accès à internet et celles destinées aux opérateurs. Ces nouvelles offres permettent "des baisses de tarif très importantes, de 25 à 40%, pour l'ensemble des acteurs", a souligné le président de l'ART, Jean-Michel Hubert, au cours d'une conférence de presse. Ces offres doivent être prêtes "au plus tard le 15 septembre, de façon à permettre des offres aux fournisseurs d'accès au 15 octobre", a précisé l'ART. Le 7 mai, l'ART avait émis un avis défavorable sur les offres dites "IP/ADSL", ou "option 5", selon le jargon de l'ART, pour lesquelles France Télécom assure aux fournisseurs d'accès internet (FAI) la revente de l'accès au haut débit (ADSL) et l'acheminement du trafic vers les points de raccordement au circuit internet (collecte). L'instance de régulation avait alors demandé à France Télécom de formuler de nouvelles propositions tarifaires de l'option 5 - qui doit être ensuite soumise à homologation - et de fournir "les évolutions fonctionnelles et tarifaires" de l'option 3. L'ADSL (Asymetric Digital Subscriber Line) est une technologie permettant de multiplier jusqu'à 50 fois les vitesses d'accès à l'internet et offre ainsi un meilleur confort d'accès. Elle permet de surfer sur le web et de passer des communications téléphoniques vocales simultanément sur une même ligne.

Décision de l'ART du 18-07-2002 : http://www.art-telecom.fr/

Haut débit : l'ADSL distance le câble
Samedi, 27/07/2002 - 00:00

Plus vite, toujours plus vite : le haut débit téléphonique ne cesse de grignoter des points sur le marché mondial de l'accès Internet. A ce rythme, 2001 est même partie pour devenir l'année du décollage de l'ADSL. Selon les dernières projections d'In-Stat/MDR, plus de 46 millions d'abonnés dans le monde devraient bénéficier d'un accès ADSL d'ici décembre prochain, contre 30 millions début 2002. Ce rythme de croissance ne devrait pas faiblir au cours des quatre prochaines années. In-Stat/MDR table à l'horizon 2005 sur un parc total ADSL supérieur à 110 millions d'abonnés. Conséquence directe de cette progression : l'ADSL s'impose comme la technologie leader en matière de haut débit. Son concurrent le plus sérieux, le câble, s'est fait doubler en 2001 en terminant l'année sur un parc mondial inférieur à 17 millions d'abonnés Internet. La croissance prévue dans les années à venir pour l'Internet câblé ne devrait pas lui permettre de rivaliser à nouveau avec l'ADSL. D'ici 2005, 33 millions d'abonnés Internet sont attendus chez les câblo-opérateurs contre 110 millions pour l'ADSL.

JDN : http://www.journaldunet.com/0207/020723adsl.shtml

Internet: la Chine revendique la troisième place mondiale
Samedi, 27/07/2002 - 00:00

Avec plus de 45 millions d'internautes, la Chine serait devenue le numéro trois mondial des pays connectés à la toile et ce malgré le contrôle du contenu par le gouvernement. La Chine compte désormais 45,8 millions d'internautes, leur nombre ayant augmenté de 12 millions au cours du premier semestre 2002, selon des chiffres fournis par le gouvernement chinois. Les chiffres rapportés mardi par la presse officielle, relèvent une augmentation de plus de 72 % par rapport à l'année dernière. La Chine se place ainsi juste derrière les Etats Unis et le Japon. La Chine compte 16 millions d'ordinateurs connectés et l'internaute chinois est connecté en moyenne huit heures et 20 minutes par semaine. Si le potentiel commercial du réseau est évident, les dirigeants communistes s'inquiètent en revanche de l'accès à l'information et au débat politique notamment sur les forums de discussion. Ils veulent que le gouvernement renforce son contrôle. Plusieurs mesures ont déjà été adoptées, notamment la limitation d'accès aux médias étrangers et aux sites critiquant le gouvernement. De même, les cybercafés doivent désormais disposer d'une licence.

AP : http://fr.news.yahoo.com/020723/5/2oqfq.html

Microsoft va lancer la nouvelle version multimedia de Windows XP
Samedi, 27/07/2002 - 00:00

Le premier éditeur mondial de logiciels Microsoft commercialisera fin novembre aux Etats-Unis, au Canada et en Corée du Sud une nouvelle version de son système d'exploitation Windows XP baptisée Media Center, permettant de contrôler l'ordinateur à distance via une télécommande. La télécommande, qui comportera un bouton "Start" semblable à celui des ordinateurs équipés de Windows, permettra d'appeler sur l'écran des machines équipées de Windows XP Media Center une interface graphique particulière, dotée de grandes icônes visibles à plusieurs mètres manipulables à distance pour accéder aux diverses fonctions de divertissement. Cette technologie sera disponible sur des ordinateurs personnels de moyenne gamme spécialement conçus, fabriqués par l'américain Hewlett-Packard, le japonais NEC et le sud-coréen Samsung Electronics, et commercialisés entre 1000 et 2000 dollars (soit environ 988 et 1.976 euros). Conçu pour être exécuté sur des plates-formes matérielles précises et spécifiques, Media Center ne sera pas commercialisé comme application seule ni comme mise à jour. Les jeunes utilisateurs, habitués à écouter de la musique et regarder des vidéos sur leur ordinateur, sont les principales cibles de Windows XP Media Center, a déclaré la directrice marketing de la division eHome de Microsoft Jodie Cadieux.

Reuters : http://fr.news.yahoo.com/020717/85/2ogpe.html

Des distributeurs de billets accessibles via un mobile
Samedi, 27/07/2002 - 00:00

Le premier opérateur de téléphonie mobile japonais NTT DoCoMo Inc va proposer, pour la première fois au monde, un service permettant aux utilisateurs de retirer et de déposer de l'argent aux distributeurs automatiques des épiceries et des supermarchés en utilisant leur portable à la place d'une carte bancaire. IY Bank, une filiale du détaillant Ito-Yokado Co Ltd et DoCoMo lanceront ensemble le service qui permettra aux titulaires d'un compte IY Bank d'accéder aux distributeurs de la banque via leurs combinés DoCoMo 504i, a déclaré IY Bank. Les appareils 504i haut débit sont équipés d'une puce qui permet d'enregistrer des données et d'une lumière infra-rouge pour accéder aux distributeurs. "Quand ce service fonctionnera, nos clients n'auront plus besoin d'avoir nos cartes bancaires sur eux. Avec le DoCoMo 504i, ils pourront utiliser nos distributeurs dès que nécessaire", a précisé IY Bank. Les coûts des investissements dans ce nouveau service et son impact sur les revenus de la banque n'ont pas encore été estimés, a déclaré un porte-parole d'IY Bank. IY Bank a dit espérer pouvoir lancer le service d'ici le milieu de l'année prochaine. DoCoMo a dit qu'il collaborerait avec IY Bank sans donner de détails, en précisant seulement que le projet qui s'appuiera sur ses téléphones mobiles i-mode, était principalement mené par IY Bank. Des analystes ont dit que ce serait le premier service du genre mais qu'ils ne savaient pas s'il serait facile ou non à utiliser.

Reuters : http://fr.news.yahoo.com/020716/85/2ofan.html

Sesam.TV transforme la télévision en jukebox multimédia
Samedi, 27/07/2002 - 00:00

En attendant les systèmes Freestyle et Mira de Microsoft, une jeune pousse française fait sensation. Grâce à son logiciel Navigator, la société Sesam.TV permet de relier le téléviseur au PC, avec ou sans-fil, et le transforme en jukebox multimédia. Le navigator permet de consulter et de lire des fichiers audiovisuels (musique, vidéo, photo), stockés sur le web, sur un DVD ou sur le disque dur du PC domestique, directement depuis un poste de télévision. Sesam.tv commercialise son logiciel (25?) mais également une solution matérielle comprenant une télécommande infra-rouge (44?) pour commander la carte vidéo du PC et enfin une solution sans-fil (169?) pour permettre une transmission des données vers le téléviseur. La carte vidéo, le téléviseur et le PC restent toutefois en supplément pour le "télénaute". Selon Philippe Burel, co-fondateur et gérant de Sesam.tv, « Le Sesam.tv Navigator est la première interface universelle qui permet de consulter sur un téléviseur tous fichiers audio, vidéo et photo numériques disponibles sur un PC ou sur Internet. La plupart des contenus audio, vidéo et photo sont désormais numériques, et le PC est devenu le lieu de convergence de ces médias. Les disques durs regorgent de musiques, de films téléchargés, de photos, etc. Cependant, si les PC savent gérer ces médias, ils n'en sont pas le lieu idéal de consultation : en effet, personne ne pense raisonnablement que des millions d'utilisateurs vont s'asseoir en famille devant leur écran PC pour regarder un film, écouter une radio, consulter leurs photos de vacances. C'est pour cette raison que nous avons conçu un logiciel PC qui permet d'afficher sur un écran TV une interface simple, intuitive, gérée par une télécommande et qui rend accessible tous ces médias sans effort. C'est sans doute la première fois que les utilisateurs de PC multimédia pourront utiliser leur matériel à fond et profiter pleinement de leur connexion haut débit ». Interrogé sur la concurrence du futur système Freestyle de Microsoft, Sesam.tv indique que sa solution a l'avantage d'être compatible avec les PC actuels et qu'elle est plus "TV centric" bien que le marché visé soit probablement le même. Pour environ 2.000 ? (télévision + modem ADSL + PC + systeme Sesam.tv), les consommateurs peuvent donc disposer d'une nouvelle solution de home cinema cumulant les avantages de stockage et d'ergonomie du PC et ceux de confort et de qualité d'image de la télévision. Conscient du potentiel de cette solution en matière de vidéo à la demande, Sesam.tv entend également fédérer les différentes webTV autour de sa solution. Une démarche qui pourrait intéresser les géants de la télévision comme TF1 qui entendent bien eux aussi s'imposer sur ce segment.

Neteconomie :

http://www.neteconomie.com/perl/navig.pl/neteconomie/infos/article/2002072200223...

Motorola travaille sur les futurs réseaux de jeu vidéo sans fil
Samedi, 27/07/2002 - 00:00

Motorola travaille actuellement avec les sociétés fabriquant des consoles de jeux dans le but de développer des puces qui permettront aux joueurs de s'affronter sur des réseaux sans fil. Selon un porte-parole du deuxième fabricant mondial de téléphones mobiles, cette nouvelle technologie rendra le jeu vidéo en ligne moins onéreux, plus rapide et fonctionnant avec moins d'électricité sans connaître de délais de transmissions qui sont actuellement le lot commun des réseaux mobiles. "Nous travaillons avec les acteurs majeurs du secteur du jeu vidéo afin de comprendre leurs besoins et les exigences du marché", a souligné à Reuters Steve Howard. "Le jeu vidéo est clairement l'un de nos marchés principaux". Les grands fabricants de consoles - Sony, Microsoft et Nintendo - se préparent tous à lancer des jeux en ligne pour leur produit dans les mois qui viennent. Aucun n'était joignable dans l'immédiat pour réagir à l'information révélée par Motorola. Pour le constructeur américain, la difficulté de construire un réseau haut-débit sans fil de jeu vidéo réside dans la combinaison d'une faible consommation d'énergie, d'un faible coût de développement et surtout d'un faible "délai de latence" ou les quelques fractions de secondes entre l'envoi d'un paquet de données et la réception de la réponse.

Reuters : http://fr.news.yahoo.com/020725/85/2ot1o.html

^ Haut
Matière
Matière et Energie
Des écrans flexibles en 2005
Samedi, 27/07/2002 - 00:00

La production en série d'écrans de télévision flexibles et roulables est désormais possible grâce aux recherches menées dans un laboratoire britannique qui a adapté un composé plastique électroluminescent. "Vous pouvez effectivement imprimer des télévisions (...) elles peuvent être imprimées sur un film plastique aussi fin que du papier", a déclaré vendredi le directeur général de Cambridge Display Technology (CDT) David Fyfe. Son équipe a perfectionné un composé plastique appelé p-phénylènevinylène et mis au point un polymère, le Light Emitting Polymer (LEP). Découvert en 1989, le p-phénylènevinylène était capable d'émettre un rayonnement jaune-vert lorsqu'il était soumis à une charge électrique, il ne restait plus qu'à lui faire émettre du bleu et du rouge pour que naisse la télévision "roulable". Le marché des écrans électroluminescents devrait dépasser les 3 milliards de dollars d'ici 2005, contre 20-25 millions en 2000, et le polymère de CDT pourrait s'octroyer la plus grosse part du marché. Pour Fyfe, la production à des fins commerciales est pour bientôt, dès que le dernier obstacle aura été franchi: trouver un écran flexible pour protéger les composés de la corrosion par l'oxygène et la vapeur d'eau, ce qui est presque fait selon lui. "Il est réaliste de dire que vous verrez des rouleaux d'écrans autour de 2004-2005", a-t-il ajouté. "Il y a à peine quatre semaines, Philips a présenté un écran tout en plastique, une chose incroyable, épais de cinquante millionièmes de pouce (127 millionièmes de cm). Si vous trouvez un film plastique assez fin, vous aurez effectivement une télévision en rouleau." Les fabricants japonais de téléviseurs, Sony, Hitachi et Toshiba, bataillent pour mettre en application la technologie, talonnés par l'industrie militaire qui s'imagine déjà consulter des cartes pliables mises à jour par satellite. Le peintre Salvador Dali avait représenté une montre molle sur fond de paysage surréaliste, le laboratoire britannique a donc fait le premier pas vers la matérialisation de l'imaginaire de l'Espagnol, les montres-télévisions figurant en tête de liste ainsi que les panneaux d'affichage animés. "Je pense qu'il y aura de nombreuses innovations", estime Fyfe. "Certains parlent de coudre des écrans à des vêtements. Est-ce qu'il y aura un marché pour cela ? J'en doute. Mais il y aura certainement quelqu'un pour essayer."

Reuters : http://fr.news.yahoo.com/020720/85/2om2e.html

Intel sortira son Pentium 4 à 3.0 Ghz à la fin de l'année
Samedi, 27/07/2002 - 00:00

Intel proposera son processeur Pentium 4 cadencé à 3.0 gigahertz pour les fêtes de fin d'année, traditionnellement bonnes pour les ventes, a déclaré une source du secteur. De plus, le numéro un des semi-conducteurs avance au troisième trimestre la sortie de la version cadencée à 2.8 gigahertz de son Pentium 4 prévue jusqu'ici pour le quatrième trimestre. L'arrivée de nouveaux processeurs sur le marché fait généralement chuter les prix des autres processeurs déjà en vente, les Pentium comme les Celeron, des processeurs d'entrée de gamme fabriqués par Intel. Le fait d'anticiper la sortie de ses processeurs va permettre à Intel de creuser son avance sur ses concurrents, notamment Advanced Micro Devices: d'ici la fin du troisième trimestre, Intel proposera son Pentium 4 à 2.8 gigahertz, tandis qu'AMD est à 1.8 gigahertz avec ses processeurs Athlon. Reuters : http://fr.news.yahoo.com/020723/85/2opm9.html

^ Haut
Terre
Sciences de la Terre, Environnement et Climat
Climat : les entreprises s'engagent à réduire leurs émissions
Samedi, 27/07/2002 - 00:00

Les grandes entreprises françaises se sont engagées, à réduire volontairement leurs émissions de gaz à effet de serre par le biais d'un dispositif qui devrait, selon elles, "rendre inutile" toute taxation de l'énergie en fonction de son degré de pollution. Ce dispositif a été présenté par trois organisations patronales, Medef (Mouvement des entreprises de France), l'Afep (Association française des entreprises privées) et Entreprises pour l'environnement (Epe). Le gouvernement a officiellement approuvé, jeudi, cette démarche, soulignant qu'il serait "particulièrement attentif à la qualité des méthodes de mesure et d'évaluation des émissions". Le dispositif prévoit que les entreprises, y compris les PME et les PMI, pourront s'engager sur une base volontaire à réduire leurs rejets de CO2 et des cinq autres gaz visés par le protocole de Kyoto. Cet accord international, que l'Union européenne a ratifié le 31 mai, impose à l'UE de réduire ses émissions totales de 8% en 2008-12 par rapport à 1990. Dans le cadre d'un accord de répartition de la charge entre les Quinze la France doit seulement stabiliser ses émissions dans cette période. Les entreprises volontaires devront remettre avant la fin du premier semestre 2003 leurs objectifs chiffrés de réduction des six gaz de Kyoto. Les engagements seront fractionnés en deux périodes, 2003-2004, puis 2005-2007, "dans le cadre d'une dynamique" allant jusqu'à l'échéance du protocole en 2012. En cas de dépassement des objectifs, les entreprises devront payer des pénalités à la fin de chaque période. Les objectifs seront visés par une association créée à cet effet et dotée d'un "comité consultatif" dans lequel siègeront des représentants des pouvoirs publics "à titre d'experts ou d'observateurs", sans plus de précision. Le président de l'Afep, Bertrand Collomb, s'est dit confiant que l'industrie respecterait par ce seul biais la part qui lui avait été assignée par le programme national français de lutte contre le changement climatique. Selon Thierry Chambolle (Suez), les 18 grands groupes à l'origine du dispositif représentent 80% des émissions globales des entreprises françaises et 2/3 de leurs rejets de CO2. Le dispositif prévoit également que les entreprises pourront "dès l'entrée en vigueur de l'accord cadre", en 2003, échanger des droits d'émettre des gaz à effet de serre "dans le cadre d'un marché expérimental sur le territoire national". Ce marché national doit être, selon le patronat, le "précurseur" du marché communautaire, dont une directive européenne de septembre 2001 prévoit la mise en place à partir du 1er janvier 2005. Les dispositions de ce marché national paraissent cependant partiellement incompatibles avec le projet de directive de la Commission européenne qui ne vise que le CO2 et exclut des secteurs comme la chimie. L'initiative du patronat constitue une double victoire pour le Medef. Celui-ci a en effet fait accepter aux grandes entreprises la prise en compte des six gaz de Kyoto et non le seul CO2 comme celles-ci le souhaitaient. Il a également obtenu d'ouvrir le dispositif aux PME-PMI.En proposant le dispositif le plus large possible, il espère se prémunir contre toute extension de la Taxe générale sur les activités polluantes aux consommations d'énergie des entreprises ("écotaxe"). e président du Medef, Ernest-Antoine Seillière, a souligné que ce projet devrait surtout "rendre inutile l'application de taxes spécifiques qui handicaperaient la compétitivité des entreprises françaises et européennes".

AFP : http://fr.news.yahoo.com/020719/202/2ok74.html

La Californie, précurseur d'une révolution dans l'automobile ?
Samedi, 27/07/2002 - 00:00

Contre les grands constructeurs, contre l'administration Bush, la Californie vient de légaliser de nouvelles normes anti-pollution très contraignantes pour les voitures et d'autres Etats américains devraient suivre, forçant l'industrie automobile à s'adapter. La Californie, qui est souvent pionnière en matière d'environnement, est le premier Etat à imposer un tel contrôle des gaz jugés responsables du réchauffement de la planète. "C'est la première loi qui aborde réellement le plus grand défi du 21ème siècle", a déclaré le gouverneur de Californie Gray Davis, qui a signé la loi lundi. "Progressivement, chaque Etat et, espérons-le, chaque pays, agira pour protéger les générations futures de la menace du réchauffement de la planète", a-t-il ajouté dans un communiqué. La nouvelle réglementation, qui entrera en vigueur le 1er janvier, confie au Comité de l'air californien le soin de fixer des normes en matière d'émission de gaz à effet de serre qui seront appliqués sur les modèles 2009 de voitures et de camions et, sous certaines conditions, dès 2005. La loi a été adoptée à une faible majorité après une campagne de ses adversaires chiffrée à cinq millions de dollars, financés par l'industrie automobile. Elle est perçue comme un revers majeur pour les constructeurs automobiles, qui font pression depuis des années sur le Congrès pour empêcher ce dernier de prendre des mesures en matière de consommation d'essence. L'industrie automobile, qui estime avoir fait déjà beaucoup d'efforts pour combattre les gaz à effet de serre, devrait déposer un recours en justice contre cette loi ravivant une querelle éternelle avec le lobby écologiste. Les fabricants font valoir que l'établissement de normes de consommation automobile est du ressort exclusif du gouvernement fédéral. Ils reprochent à la mesure de pénaliser les véhicules type 4/4 et monospaces, ceux qui consomment le plus et qui représentent près de 50% des achats d'automobiles dans l'Etat. "Les opposants à la loi clament que le ciel leur tombe sur la tête", a commenté M. Davis. "Mais ils ont dit la même chose à propos de l'essence sans plomb. Ils l'ont dit pour les pots catalytiques. Ils l'ont dit pour les ceintures de sécurité et des air-bags. Mais le ciel ne tombe sur la tête de personne. Il va juste devenir beaucoup plus propre". Selon M. Davis, les normes qui seront imposées aux flottes automobiles laisseront une certaine liberté aux constructeurs. "La technologie existe déjà", a poursuivi M. Davis. "Nous demandons seulement aux entrepreneurs de faire ce qu'ils font de mieux: innover, se concurrencer, trouver des solutions aux problèmes et le faire d'une façon qui renforce l'économie". Cette législation met la Californie en porte-à-faux avec le gouvernement fédéral, qui a demandé des études supplémentaires sur le lien entre le réchauffement climatique et les émissions de gaz carbonique, considérés comme le principal responsable des gaz à effet de serre. Le président américain George W. Bush a refusé de signer le protocole de Kyoto sur la réduction des gaz à effet de serre. Plutôt qu'une réduction réelle des émissions de ces gaz, l'administration Bush s'est engagée à réduire (-18% d'ici 2010) les émissions en termes relatifs, rapportées au produit national brut américain, afin de ne pas nuire à la croissance américaine. Les organisations écologistes ont quant à elles salué l'adoption de la mesure en Californie. "Nous appelons les autres Etats et le gouvernement fédéral à suivre l'exemple de la Californie en mettant en oeuvre des solutions qui éviteront de futures conséquences du réchauffement global", a déclaré Katherine Silverthorne, de l'organisation World Wildlife Fund.

AFP : http://fr.news.yahoo.com/020724/202/2or1p.html

^ Haut
Vivant
Santé, Médecine et Sciences du Vivant
Tabac: Projet de traité pour éliminer progressivement la publicité
Samedi, 27/07/2002 - 00:00

Le responsable des négociations inter-Etats sur le projet de Convention internationale réglementant l'usage du tabac a présenté mardi à Genève une version de ce futur traité qui prévoit notamment l'élimination progressive de la publicité en faveur du tabac. L'ambassadeur brésilien Luis Felipe de Seixas Correa a indiqué qu'il avait tenté de concilier les différentes approches des 191 Etats membres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), dans ces négociations très controversées. Toutes nos propositions visent à suivre une ligne cohérente et susceptible de rallier le plus d'avis favorables", a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse, au siège de l'OMS. Selon l'OMS qui est à l'origine de cette idée de convention anti-tabac, 4,2 millions de personnes meurent chaque année des conséquences du tabac. "Il y a un principe général en vertu duquel chaque Etat partie devra progressivement éliminer la publicité et la promotion du tabac, ainsi que les activités de parrainage" par les industriels du tabac, a indiqué le diplomate, en présentant son projet. Celui-ci traite également de l'interdiction de la vente de cigarettes aux mineurs, de la suppression des duty-free sur les produits issus du tabac, ou encore de mesures pour lutter contre la contrebande des cigarettes telles que des marquages spéciaux sur les paquets pour identifier leur provenance. Il prévoit de mettre fin aux mentions "cigarettes légères" sur les paquets, l'OMS considérant que ces produits sont tout aussi dangereux que les autres. La fin des subventions aux producteurs de tabac est aux cigarettiers est également envisagée. L'interdiction de la publicité, l'indemnisation des victimes du tabac grâce à de nouvelles législations et les mesures de compensation pour les producteurs des pays en développement qui renonceraient à produire du tabac, sont les mesures les plus controversées, a relevé l'ambassadeur brésilien. Les prochaines négociations sur le texte auront lieu le 14 octobre à Genève. "Je suis convaincu que ce texte sera adopté d'ici mai 2003", a ajouté M. De Seixas Correa. Selon lui, le texte sera complété par des protocoles additionnels. Les Etats signataires seront contraints de rendre compte de l'avancement des mesures prises pour appliquer la Convention. Les premières négociations, sous légide de l'OMS, ont débuté en octobre 2000 à Genève, après des auditions publiques de toutes les parties intéressées: organismes de santé publique, associations anti-tabac, "cigarettiers" et producteurs de tabac. Plusieurs sériesde discussions ont ensuite eu lieu, au cours desquelles l'Allemagne, le Japon et les Etats-Unis ont été souvent accusés, par des responsables de l'OMS et des ONG anti-tabac, de tenter d'affaiblir le texte de la Convention et de soutenir l'industrie du tabac.

AFP : http://fr.news.yahoo.com/020716/202/2og2b.html

Diagnostic de l'Insuffisance cardiaque : quelques gouttes de sang suffisent
Samedi, 27/07/2002 - 00:00

En 10 à 15 minutes, deux gouttes de sang permettent d'affirmer le diagnostic d'insuffisance cardiaque en urgence. Fondée sur la mesure du peptide-natriurétique B - ou BNP - cette méthode évite les délais de mise en oeuvre d'un électrocardiogramme ou d'une radio thoracique, jusqu'ici indispensables. Publiée dans le New England Journal of Medicine du 18 juillet, cette information concrétise les espoirs suscités en février dernier par la communication d'Alan Maisel (Université de Californie, San Diego) devant l'American College of Emergency Physicians. Il ne disposait alors que des dossiers de 325 patients. Son nouveau travail prend en compte ceux de 1 600 sujets, observés aux Etats-Unis et dans deux hôpitaux européens. A Oslo mais aussi en France, dans le service des urgences de l'hôpital Bichat à Paris. La précision du test est appréciable - entre 83% et 90% - avec seulement 2 gouttes de sang. Rapide et fiable donc, l'examen est aussi salvateur. La mise en place rapide d'un traitement améliore considérablement le pronostic vital, alors que l'insuffisance cardiaque n'a un taux de survie moyen à 5 ans qui ne dépasse pas 50%. Ce travail international aura des répercussions considérables : l'insuffisance cardiaque est en France la première cause d'hospitalisation parmi les plus de 65 ans. Entre 5 000 et 6 000 de nos concitoyens en meurent chaque année... et près de deux malades sur trois s'ignorent. C'est très souvent le cas, par exemple, des 45 % d'hypertendus de plus de 45 ans qui souffrent d'insuffisance cardiaque asymptomatique.

New England Journal of Medicine :

http://content.nejm.org/cgi/content/short/347/3/161

Coeur : les statines ne font pas seulement baisser le cholestérol...
Samedi, 27/07/2002 - 00:00

Les statines font baisser le cholestérol en bloquant une enzyme, l'HMG-CoA réductase. Alors en prescrivant un de ces médicaments, le médecin agit sur un mécanisme profond. " La baisse du taux de cholestérol ", explique le Dr Pascale Benlian (CHU Saint-Antoine de Paris) " n'est que la surface des choses. Agir sur l'HMG-CoA réductase, c'est agir sur le développement de l'athérosclérose, sur des mécanismes que l'on ne peut pas forcément mesurer ". Cette enzyme est présente dans tous les tissus. Et si toutes les statines l'inhibent, " toutes n'agissent pas de même. Il existe des différences entre les différentes statines ". Ce qui explique pourquoi les problèmes rencontrés avec la cérivastatine n'ont pas été observés avec d'autres. Ou pourquoi certains de ces médicaments sont supérieurs à d'autres. Publiée dans le Lancet du 6 juillet, l'étude HPS réalisée avec la simvastatine (distribuée en France sous le nom de zocor) aurait ainsi " démontré de façon éclatante (que l'action sur) l'HMG-CoA réductase exerce un puissant effet anti-athérogène. " Un travail " de grande beauté (en raison) de son effectif : 20 536 patients. " Si la " beauté " d'une recherche peut nous échapper, reconnaissons que ce travail mené à la demande du National Health Service britannique a donné des résultats spectaculaires. Dans tous les groupes de patients, la simvastatine a réduit le risque d'un quart : coronariens, artéritiques ou malades relevant d'un accident vasculaire cérébral (AVC) ont vu leur niveau de risque diminué de 25 %, les diabétiques faisant pratiquement jeu égal avec 24%. Mais le plus inattendu est peut-être que cet effet ait été indépendant du taux de cholestérol. Il serait donc lié davantage au médicament lui-même qu'à la baisse du taux de cholestérol.

Une vie saine pour le coeur pourrait prévenir la maladie d'Alzheimer
Samedi, 27/07/2002 - 00:00

Ce qui est bon pour le coeur pourrait l'être aussi pour le cerveau. De nouvelles études tendent à montrer que les facteurs de risques des maladies cardiaques que sont l'hypertension, le diabète, le surpoids, un fort cholestérol et le manque d'exercice physique, pourraient également jouer un rôle dans l'apparition de la maladie d'Alzheimer. Ces études seront présentées la semaine prochaine à la 8e Conférence internationale sur la maladie d'Alzheimer et les troubles apparentés qui s'ouvre samedi à Stockholm. Elles permettent de mieux comprendre comment il pourrait être possible de réduire le risque de contracter cette maladie dégénérative du cerveau. La maladie d'Alzheimer affecte la mémoire et le sens de l'orientation et provoque la dépression et le déclin des fonctions physiologiques. Elle touche environ 12 millions de personnes dans le monde, un chiffre qui pourrait passer à 22 millions à l'horizon 2025. Les scientifiques ne savent ce qui provoque la maladie. Le plus grand facteur de risque est simplement l'âge: les cas doublent tous les cinq ans entre 65 et 85 ans. "Si plus de recherches sont nécessaires, nous constatons les preuves les plus solides jusqu'ici de l'existence d'un lien entre un vieillissement en bonne santé et un risque réduit d'Alzheimer", souligne toutefois William Thies de l'Association américaine de la maladie d'Alzheimer. Plusieurs études qui seront présentées à la conférence de Stokholm suggèrent qu'un traitement précoce de l'hypertension pourrait permettre de réduire le risque de développer l'affection. La conférence réunira du 20 au 25 juillet environ 4.000 chercheurs travaillant sur la maladie d'Alzheimer, un record. Miia Kivipelto de l'université de Kuopio en Finlande a suivi 1.449 personnes pendant environ 21 ans. Il ressort qu'un cholestérol élevé et l'hypertension semblent liés plus étroitement au risque de contracter la maladie qu'une certaine variation génique importante. Mais il semble que souffrir d'hypertension uniquement à un âge avancé n'a pas d'incidence. Trois études soulignent que des médicaments contre le cholestérol pourraient réduire les risques. Celle menée par le Dr Robert Green de l'université de Boston montre que des patients prenant des anticholestérols appelés statines ont réduit leur risque de contracter la maladie d'Alzheimer de 79 %. En revanche, elle n'a pas découvert de lien entre d'autres anticholestérols et une diminution du risque. Une étude de chercheurs britanniques a découvert que les statines réduisent de manière spectaculaire en laboratoire la production de béta-amyloïde, une protéine qui peut former dans le cerveau des dépôts provoquant les dommages observés lors de la maladie d'Alzheimer. Les dépôts amyloïdes sont liés à la mort de cellules cérébrales, causant ainsi une perte progressive de la mémoire, du contrôle des fonctions physiologiques et aboutissant finalement à la mort. Une meilleure compréhension du phénomène a conduit les chercheurs à essayer de trouver des médicaments contre la formation des dépôts. La béta-amyloïde est produite lors d'un processus impliquant des enzymes appelés béta-sécrétase et gamma-sécrétase. Les chercheurs de deux firmes pharmaceutiques, Eli Lilly et Elan Pharmaceuticals, ont réussi à réduire de 80% à 90% le niveau de béta-amyloïde chez des souris atteintes de la maladie d'Alzheimer en les traitant pendant 90 jours avec une substance bloquant la production de gamma-sécrétase.

AP : http://fr.news.yahoo.com/020719/5/2oknf.html

Une fillette atteinte de mucoviscidose se fait implanter un lobe pulmonaire de chacun de ses parents
Samedi, 27/07/2002 - 00:00

Une équipe de chirurgiens marseillais a réussi la transplantation sur une fillette de 11 ans atteinte de mucoviscidose, de deux lobes de poumon prélevés sur chacun de ses parents, a-t-on appris jeudi auprès de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille. Trois semaines après cette intervention, dite de "transplantation bipulmonaire", les deux parents et l'enfant se portent bien, a indiqué à l'Associated Press la direction de l'AP-HM. Technique exceptionnelle en France, ce mode transplantatoire a nécessité trois interventions simultanées sur les deux donneurs et sur le receveur. La fillette, qui est en phase de convalescence, respire désormais avec une paire de poumons intégralement étrangère a son organisme. "Compte tenu de la rareté des greffons pulmonaires que l'on peut prélever chez les personnes décédées, cette technique représente une possibilité pour des enfants. Elle est toujours pratiquée à la demande expresse des parents", a expliqué l'Assistance Publique dans un communiqué. Cependant "les donneurs ne doivent pas ignorer les risques de ce prélèvement" qui pose aussi des problèmes éthiques et soulève des controverses dans le milieu médical. Chez l'homme, le poumon droit est formé de trois lobes accolés et le gauche de deux lobes.

AP : http://fr.news.yahoo.com/020718/5/2ojni.html

Alzheimer: nouveau médicament efficace dans les cas avancés
Samedi, 27/07/2002 - 00:00

Un nouveau médicament, l'Ebixa, s'est révélé efficace auprès de patients au stade avancé de la maladie d'Alzheimer, a-t-on appris le 20 juillet à la 8ème conférence internationale sur cette maladie à Stockholm. Ce médicament a été récemment homologué par l'Institut européen des médicaments et sera présenté la semaine prochaine à la conférence, qui se tient tous les deux ans dans la capitale suédoise. "A l'heure actuelle on trouve trois types de médicament pour lutter contre la maladie d'Alzheimer, les deux premiers pour soigner des cas de démence douce ou modérée, alors que le nouveau médicament, l'Ebixa, est le premier à être efficace dans des cas de démence profonde", a déclaré à la presse le professeur Bengt Winblad, un chercheur suédois de l'Institut Karolin, organisateur de la conférence. "Ce médicament crée beaucoup d'espoir pour lutter contre la maladie d'Alzheimer", a souligné le professeur Winblad. Il va permettre de sérieuses améliorations au niveau des soins, car le patient mobilisera moins de personnel permanent, a-t-il estimé. Selon lui, une enquête américaine souligne que ce nouveau médicament apporte un gain de deux heures par jour dans la présence permanente auprès du patient dont la moyenne passe ainsi de 14 à 12 heures. La 8ème Conférence sur la maladie d'Alzheimer devrait notamment traiter selon le professeur Winblad de la présence de nouveaux facteurs pouvant présenter des risques de maladie d'Alzheimer: stress, tension artérielle, cholestérol, maladies du coeur et de la circulation sanguine. "Les recherches sur la maladie d'Alzheimer ont effectué des pas de géant en l'espace de deux ans", depuis la 7ème conférence en 2000, a-t-il conclu.

AFP : http://fr.news.yahoo.com/020720/202/2olzx.html

Des scientifiques découvrent un calmar géant qui pourrait appartenir à une nouvelle espèce
Samedi, 27/07/2002 - 00:00

Un calmar géant échoué sur une plage australienne pourrait, selon des scientifiques, être le premier spécimen d'une nouvelle espèce. Le céphalopode de 250 kilos a été retrouvé mort samedi sur une plage d'Hobart dans l'île de Tasmanie, au sud-est de l'Australie, et a été transporté lundi au musée local. Des experts ont étudié ses caractéristiques inhabituelles, dont notamment, de fines membranes musculaires sur chacune de ses huit tentacules. "Nous n'avons jamais rien vu de semblable", a déclaré le zoologue David Pemberton. "Imaginez, en fait, avoir un tas de muscles sur votre corps que personne d'autre ne possède... Le spécimen bouleverse la taxinomie". Les deux bras, que le calmar avait perdu, devaient mesurer environ 15 mètres de long, d'après le Pr Pemberton. Pour nager, les calmars sont pourvus de huit tentacules avec des ventouses et de deux bras fins encore plus longs - avec des ventouses seulement à l'extrémité leur servant à capturer leurs proies. Les calmars géants vivent habituellement en bordure du plateau continental, à environ 500 mètres de profondeur. Ils n'ont jamais été observés vivants. Même s'ils l'avaient voulu, les scientifiques n'auraient pas pu faire un festin du monstrueux calmar, l'ammoniac qu'il contient le rendant immangeable.

AP : http://fr.news.yahoo.com/020722/5/2oob3.html

Un brevet reformulé pour interdire le clonage humain
Samedi, 27/07/2002 - 00:00

L'Office européen des brevets de Munich a redéfini mercredi un brevet sur les cellules souches accordé en 1999 à l'Université d'Edimbourg (Royaume-Uni), en interdisant expressément qu'il puisse s'appliquer à des embryons humains ou d'animaux en vue de réaliser des clonages. Répondant à des recours déposés par les gouvernements allemand, italien et néerlandais, et par l'organisation écologiste Greenpeace, l'Office est revenu sur le brevet délivré à l'université écossaise qui avait mené des travaux pour le compte de l'entreprise australienne "Stem Cell Sciences" (CSC, Sciences des cellules souches).Pour l'Office, une administration européenne indépendante de la Commission et du Parlement européens, le "brevet très décrié dit d'Edimbourg (...) ne doit plus concerner les cellules souches humaines et animales". Le brevet EP 695 351 est en désaccord avec une disposition d'un accord européen qui interdit l'utilisation d'embryons humains à des fins industrielles ou commerciales, a indiqué l'Office. Les dispositions concernant des recherches sur cellules souches adultes restent valides, a-t-il poursuivi. Cette décision a été immédiatement saluée par l'avocat du gouvernement allemand. "Il s'agit d'un pas décisif contre le commerce illimité de cellules souches embryonnaires", a affirmé cet avocat Christof Keussen. La ministre allemande de la Justice avait clairement exprimé son opposition au brevet. "Ce qui enfreint la législation sur les embryons, c'est-à-dire le clonage d'êtres humains, leur utilisation à des fins commerciales et des modifications du patrimoine héréditaire, tout cela ne peut pas être breveté", selon Herta Daeubler-Gmelin. La législation allemande "interdit sur le principe" l'importation de cellules-souches embryonnaires humaines mais l'"autorise sous des conditions strictes", s'il n'existe, dans le cadre d'un projet précis, aucune alternative. L'Office européen avait déjà reconnu en février 2000 avoir commis "une grave erreur" en délivrant le brevet. Il a depuis mis cette "méprise" sur le compte d'une surcharge de travail: l'office, où sont représentés 20 pays, a traité 140.000 demandes de brevets en 2000. Le brevet avait été accordé en décembre 1999 après des recherches menées par une équipe dirigée par le Dr. Austin Smith, et fondées sur des cellules de souris. La demande de brevet avait été déposée en avril 1993. Entre-temps, le résultat des travaux de l'équipe était paru dans une série de journaux scientifiques.

AFP : http://fr.news.yahoo.com/020724/202/2orqa.html

L'adulte aussi renouvelle ses neurones
Samedi, 27/07/2002 - 00:00

Le sacro-saint dogme selon lequel le nombre de neurones chez l'être humain était fixé une fois pour toutes et que ces cellules « nobles » ne se renouvelaient pas à l'âge adulte a été remis en question en novembre 1998 par des chercheurs américano-suédois. Cette découverte révolutionnaire a soulevé de nombreuses questions mais aussi beaucoup d'espoirs puisque certaines zones du cerveau seraient tout à fait capables de se régénérer sous certaines conditions. Une propriété qui, dans l'absolu, pourrait être mise à profit pour lutter contre des maladies neurodégénératives. Malheureusement cette capacité reste limitée à quelques régions bien spécifiques dont la production en nouvelles cellules demeure relativement faible. « C'est dire l'importance des études cherchant à découvrir quels sont les facteurs susceptibles de stimuler la prolifération de ces nouveaux neurones », indique le docteur Annie Daszuta, du laboratoire de neurobiologie cellulaire et fonctionnelle du CNRS à Marseille. « Hormis les facteurs génétiques et ceux liés à l'environnement, des hormones et des neurotransmetteurs (NDLR : des messagers chimiques entre les neurones) régulent la prolifération, la différenciation et la survie de ces nouveaux neurones». Son équipe s'intéresse aux neurones à sérotonine, un neurotransmetteur impliqué dans bon nombre de fonctions essentielles à la survie de l'homme comme la satiété, la régulation de la température, mais aussi dans des pathologies comme la schizophrénie, les troubles de l'humeur, la dépression, l'anxiété. Il a été démontré dans ces maladies qu'il existe des modifications de certains neurotransmetteurs mais aussi des pertes de neurones et de leurs synapses et une diminution des cellules gliales (le tissu de soutien entre les neurones). Bref une réorganisation de l'ensemble du tissu nerveux. « Notre équipe a été la première à démontrer du moins chez le rongeur, que la réduction des concentrations de la sérotonine, était à l'origine de baisses significatives (jusque 50 %) de la prolifération des cellules dans le cerveau adulte », souligne-t-elle. « Nous avons également pu inverser cette modification en permettant au neurone sérotoninergique de se régénérer, et constater un effet identique par la greffe de neurones », poursuit-elle. De telles études suggèrent que des modifications à long terme dans la transmission de la sérotonine pourraient avoir des conséquences considérables pour la production de nouveaux neurones, du moins chez l'animal adulte. « Ceci est logique avec une autre observation, l'augmentation de la prolifération de cellules de l'hippocampe (1) après un traitement de longue durée à base de Prozac, un antidépresseur qui appartient au groupe des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine », poursuit le docteur Daszuta. Parallèlement, son équipe a montré que la sérotonine est impliquée dans l'augmentation de la prolifération de nouveaux neurones sous l'influence cette fois des oestrogènes, toujours chez les rongeurs. « Puisque les oestrogènes pourraient avoir des effets neuroprotecteurs et antidépressifs, la production de nouveaux neurones chez l'adulte via la sérotonine pourrait être significative dans des circonstances où l'équilibre hormonal est altéré, comme par exemple chez les femmes ménopausées », suggère-t-elle. Des études récentes suggèrent que la dépression pourrait être causée par des altérations neurochimiques et des dommages du tissu cérébral, avec en particulier une atrophie de certaines régions de l'hippocampe et du cortex. Il est donc capital de mieux comprendre comment la sérotonine et les oestrogènes participent à cette augmentation de neurones dans ces régions. Et comment ils influent positivement sur la dépression. Il reste aussi à découvrir si cette neurogénèse affecte les fonctions normales du système nerveux central et peut compenser les déficits de neurones. Il y a de plus en plus d'arguments pour dire que ces nouvelles cellules cérébrales sont efficaces, du moins au niveau de l'apprentissage de la mémoire. Toujours est-il que la neurogenèse est un champ d'investigation en rapide développement car il est à l'orée d'espoirs thérapeutiques majeurs.

Figaro : http://www.lefigaro.fr/sciences/20020718.FIG0089.html

Des souris qui prennent la grosse tête !
Samedi, 27/07/2002 - 00:00

Des souris au cerveau surdimensionné viennent d'être créées par des chercheurs américains. C'est ce que révèle un article publié dans la revue Science. Les cortex cérébraux de ces supers rongeurs auraient des similitudes avec celui des mammifères supérieurs dont nous faisons partis. Une unique mutation génétique a permis à Christopher A. Walsh, du Beth Israel Deaconess Medical Center de Boston (Massachussets), d'obtenir des souris qui produisent en très grande quantité une molécule, appelée béta-caténine. Cette dernière est essentielle dans l'évolution des cellules du cerveau au cours de son développement. Aux dires des chercheurs, elle pourrait agir comme un interrupteur sur des cellules favorisant ou non leur devenir en neurones.

Le cortex des mammifères, siége de l'apprentissage et de l'intellect, est plutôt grand. Il est forcé de se « tasser » et de froncer sa surface pour tenir dans des petites boites crâniennes. L'aspect plissé du cerveau est spécifique aux mammifères supérieurs. Le cerveau super-développé de ces souris serait le résultat d'une multiplication intense des cellules précurseurs de neurones, selon Christopher A. Walsh. Normalement le cortex de ces petits rongeurs est plutôt plat et lisse. Dopé à la béta-caténine, les cerveaux de ces souris génétiquement modifiées ont eu un développement tellement spectaculaire qu'ils ont dû se replier sur eux même, obtenant ainsi un aspect humain. Cette découverte pourrait permettre de mieux comprendre les différents processus qui ont marqué l'évolution intellectuelle.

Science : http://www.sciencemag.org/cgi/content/summary/297/5580/328

^ Haut
VOTRE INSCRIPTION
Vous recevez cette lettre car vous êtes inscrits à la newsletter RTFLash. Les articles que vous recevez correspondent aux centres d'intérêts spécifiés dans votre compte.
Désinscription Cliquez sur ce lien pour vous désinscrire.
Mon compte pour créer ou accéder à votre compte et modifier vos centres d'intérêts.
PLUS D'INFOS
Suivez-nous sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook
 http://www.rtflash.fr
back-to-top