RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

RTFLASH Recherche & Technologie
NUMERO 161
Lettre gratuite hebdomadaire d’informations scientifiques et technologiques
Créée par René Trégouët rapporteur de la Recherche et Président/fondateur du Groupe de Prospective du Sénat
Edition du 21 Septembre 2001
Recommander  |  Désinscription  |  Lire en ligne
Egalement dans ce numéro
TIC
La convention sur la cybercriminalité adoptée par l'Europe
Fibre optique sur haute tension: démonstration de RTE près de Toulouse
L'utilisation de l'email doublera dans le monde d'ici 2005
Fujitsu lance son premier capteur biométrique
"Vidocq" fait entrer le cinéma dans l'ère numérique
Avenir
La destruction du World Trade Center a dégagé une énergie colossale
Une étape importante vers des supraconducteurs fonctionnant à température ambiante
Matière
Une nouvelle technologie d'enregistrement optique
Le papier électronique va ouvrir de nouvelles dimensions au Web
Offrez une puce à votre chien !
Une pile à combustible record chez GM
Vivant
Une nouvelle voie vers les vaccins anti-cancer
Un gène suppresseur de la prolifération du cancer du poumon identifié
Huile d'olive et santé
Infarctus du myocarde : intérêt du "régime méditerranéen"
Les consommateurs réguliers d'aspirine vivent plus longtemps
Un tube pour sauver la moelle épinière !
Sida : Les vaccins de l'espoir
Les criminels trahis par leur sueur
Recherche
Ford poursuit son objectif vers une voiture plus sure
Edito
La civilisation est la plus longue des histoires ...



Tout a commencé en 1492. Ce fut en cette année que Christophe Colomb découvrit l'Amérique, mais ce fut cette année là aussi, que le dernier arabe, chassé de Grenade, quitta l'Espagne, alors qu'il s'y trouvait depuis des siècles. Les événements qui vont marquer l'Histoire en ce début de 21ème siècle étaient en germe dans ces ruptures historiques qui balisèrent cette fin de 15ème siècle. D'un côté la civilisation occidentale encore balbutiante allait trouver avec les Amériques de nouveau champ d'expansion et de richesse, et de l'autre, l'Islam qui avait dominé notre monde du VIIe au XIIe siècle entrait dans une phase de retrait sur lui-même. Propulsé par la Réforme qui, au début du 16ème siècle allait secouer l'Eglise Catholique et romaine, et qui permit à l'argent de jouer dans nos sociétés un rôle, encore inconnu jusqu'alors, l'Europe et avec elle l'ensemble de l'Occident allaient commencer un long process multiséculaire de conquête, de domination, mais aussi d'arrogance, qui allait les mener jusqu'à ce 11 septembre 2001. Bien au delà des idéologies, des systèmes politiques, la civilisation est la plus longue des histoires. Comme l'écrit Bozeman « les systèmes politiques ne sont que des expédients transitoires à la surface des civilisations... ». Les Athéniens disaient déjà que de tous les éléments objectifs (ethnie, langue, religion) qui définissent une civilisation, la plus importante est la religion. Toutes les grandes civilisations qui ont marqué l'histoire de l'Humanité se sont appuyées sur les religions. Cela fut aussi vrai avec l'hindouisme, le bouddhisme, le confucianisme ou l'islam... en laissant volontairement de côté l'histoire déchirée du judaïsme. De toutes les grandes civilisations, la civilisation occidentale, depuis son ère moderne qui prit son envol au 15ème siècle, fût la seule à se détacher de la religion en se nourrissant des idées de la Réforme, et sut mettre en exergue de nouvelles valeurs telles que la liberté, l'égalité, en provoquant une révolution industrielle s'appuyant sur de nouvelles technologies et de nouveaux systèmes d'organisation. Si elle ne sut pas générer une nouvelle religion, la civilisation occidentale fut, par contre, le creuset de toutes les idéologies qui marquèrent notre ère moderne (libéralisme, socialisme, communisme, marxisme, corporatisme, anarchisme, conservatisme, démocratie chrétienne, sociale-démocratie, nationalisme et... fascisme). Le mur de Berlin, en s'écroulant le 9 novembre 1989, fit disparaître le monde bipolaire qui, au travers de ses tensions, mais aussi, il faut le souligner, de ses régulations, a permis au monde de conserver son équilibre pendant toute l'ère moderne. L'Occident, avant ce mardi noir de septembre 2001, n'avait pas pris conscience que la disparition de ce rapport de force idéologique entre l'économie de marché et le communisme faisait s'ouvrir un avenir nouveau aux autres civilisations qui ne sont jamais appuyées sur des idées, mais sur des religions. Le réveil est brutal pour tous les occidentaux qui, tel que Francis Fukuyama, pensaient que nous vivions « la fin de l'Histoire ». N'est-ce pas le Président des Etats-Unis, lui-même, qui avait proclamé l'avènement d'un « nouvel ordre mondial » ? Nous pensions que la civilisation occidentale était devenue la civilisation universelle. Nos peuples étaient aveuglés par le « mirage de l'immortalité » (Toynbee). Ce qui est arrivé à l'Empire Romain, au Califat des Abassides, à l'Empire Mongol, à l'Empire Ottoman, pourrait-il frapper l'Occident ? Si nous ne savions pas, avec intelligence et mesure, tirer les leçons de l'épreuve qu'actuellement nous traversons, cela serait possible. Comme aurait su si bien le dire le Général de Gaulle, l'Occident doit cesser d'être « dominateur et sûr de lui même ». Nous qui sommes au coeur de cet Occident, en ce siècle où l'image et les communications dominent le Monde et changent les rapports entre les Hommes, nous ne trouvons rien à redire (bien que...) au fait que 90% des films les plus regardés dans le Monde sont américains, que les principaux réseaux de télécommunication sont contrôlés par les américains, que les Mac Do et Coca Cola aient envahi notre planète, et que l'anglais soit déclaré langue universelle de notre planète, alors que 92% des terriens ne le parle pas... Plus grave... depuis la chute du mur de Berlin les armes des occidentaux se sont prestement tournées vers le monde musulman, que ce soit en Irak, en Somalie, et demain, peut-être, en Afghanistan...Il nous faut arrêter ce processus infernal. L'Occident, malgré sa faiblesse démographique, a tout à fait la capacité de continuer à éclairer le monde, mais, pour cela, il lui faut abandonner sa démarche impérialiste et dominante qui blesse les peuples par son arrogance. Si nous ne savions pas le faire, nous pourrions le payer très cher car, le consensus qui actuellement entoure nos amis américains, touchés dans leur chair par la barbarie, pourrait se briser et nous pourrions alors voir se lever de nouvelles adversités que nous n'imaginons pas encore. Arrêtons de livrer des blés qui ne peuvent pas être semés, de laisser mourir du sida des millions d'êtres humains sans ressource, de tenir en dehors du savoir et de l'accès à une vie décente une grande partie de l'Humanité, et alors, nous retrouverons l'autorité morale pour dire au reste du Monde qu'il y a des limites qui ne peuvent être franchies. Mais bien loin de cette démarche exemplaire, l'Occident se laisse glisser dans la drogue, l'insécurité, la violence et le crime. Sans réagir, jusqu'à maintenant, il constate les déclins de la famille, de notre capital social, en voyant reculer le bénévolat. Partout, en Occident, en laissant la priorité à la complaisance, sinon à la connivence, notre démarche morale devient plus hésitante. Sachons nous ressaisir en retrouvant un idéal sans quoi les fondamentalismes vont encore plus se durcir et ouvrir des voies nouvelles au fanatisme. Loin de vouloir imposer à la terre entière notre civilisation que nous pensions universelle, mais que beaucoup, dans notre vaste monde, ressentent comme impérialiste, il nous faut entrer dans un âge nouveau où les différentes civilisations devront apprendre à vivre côte à côte, en entretenant des relations pacifiques, en apprenant à se connaître, en étudiant naturellement leur Histoire, leur idéal, leur art et leur culture. Sinon notre planète surpeuplée va tendre vers l'incompréhension, la tension, le choc et la catastrophe.

René TRÉGOUËT

Sénateur du Rhône


TIC
Information et Communication
La convention sur la cybercriminalité adoptée par l'Europe
Samedi, 22/09/2001 - 00:00

Les ambassadeurs des 43 Etats membres du Conseil de l'Europe ont approuvé le projet de convention sur la cybercriminalité qui doit devenir le premier document international contraignant dans le domaine d'internet, indique le Conseil de l'Europe. Le texte, qui avait reçu en avril l'aval de l'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, sera officiellement adopté par les ministres des Affaires étrangères des "43" le 8 novembre à Strasbourg. Il sera ouvert à la signature des Etats membres lors d'une cérémonie officielle qui se tiendra fin novembre à Budapest. Les Etats-Unis, le Japon et le Canada, qui ne sont pas membres du Conseil de l'Europe mais bénéficient du statut d'observateur auprès de l'organisation, seront également invités à signer et à ratifier ce texte à la rédaction duquel ils ont été associés. La Convention entrera en vigueur dès que cinq Etats, dont au moins trois du Conseil de l'Europe, l'auront ratifiée. Ce traité, qui a demandé quatre années d'élaboration, vise à l'adoption d'une "politique pénale commune destinée à protéger la société contre le cybercrime, notamment par l'adoption d'une législation appropriée et la stimulation de la coopération internationale". Il enjoint les Etats à poursuivre pénalement un certain nombre d'infractions relatives à l'usage des réseaux, telles que les accès illégaux, la falsification de données, la diffusion de virus ou les atteintes à la propriété intellectuelle, mais également aux contenus lorsqu'il s'agit de pornographie enfantine. Il fixe également aux fournisseurs d'accès des règles pour la conservation et le stockage des données afin de permettre un contrôle éventuel, par les autorités compétentes, des opérations et des messages informatiques susceptibles de constituer des délits. En réponse aux critiques émanant ces derniers mois de l'Union européenne et des organismes de défense de l'internet, l'article 15 du texte a été modifié. Il prévoit désormais que les Etats signataires doivent s'assurer que leur législation nationale respecte les dispositions du Conseil de l'Europe en matière de défense de la vie privée, ainsi que celles des Nations unies et d'autres organismes internationaux de défense des droits de l'homme. Les Etats doivent également soumettre leur législation à un contrôle judiciaire indépendant. En avril 2000, le projet de texte avait été déclassifié - une procédure tout à fait inhabituelle dans l'élaboration d'instruments juridiques internationaux- et rendu public sur Internet afin de recueillir l'avis des professionnels et utilisateurs des réseaux. Les rédacteurs n'ont cependant pas répondu aux attentes des fournisseurs d'accès internet qui demandaient un assouplissement de la mesure les obligeant à stocker au moins 60 jours les données pouvant servir aux enquêtes.

Conseil de l'Europe : http://press.coe.int/cp/2001/646f(2001).htm

Fibre optique sur haute tension: démonstration de RTE près de Toulouse
Samedi, 22/09/2001 - 00:00

Le Réseau de Transport d'Electricité (RTE) a commencé lundi l'installation d'un câble en fibres optiques sur une de ses lignes à haute-tension au dessus de l'autoroute A-64 à une trentaine de kilomètres au sud de Toulouse (sud-ouest), un câble qui pourrait acheminer demain l'internet à haut débit. Ce câble THYM protège la ligne haute tension de la foudre (câble de garde) et offre la capacité de communication colossale des fibres optiques sur le même réseau. Le Comité interministériel d'aménagement et de développement du territoire (CIADT) avait décidé en juillet à Limoges d'expertiser et de tester la possibilité de recourir aux infrastructures du RTE (70.000 km de lignes à haute et très haute tension) pour déployer des réseaux de câbles à fibres optiques afin de desservir les zones les moins équipées du pays en internet haut débit. RTE indiquait alors qu'il "mettrait tout en oeuvre" pour tester "un scénario de déploiement efficace et performant". L'entreprise issue d'EDF utilise déjà 2.000 km de câbles à fibres optiques pour ses propres besoins de communication. Selon le chef du projet de 12 km mis en oeuvre en Haute-Garonne, Jean-Louis Marcillac, RTE utilise la technologie THYM lorsqu'elle restructure ses installations ou créé une ligne neuve, et peut utiliser une technologie moins coûteuse de câble optique enroulé (COE) autour d'un câble de garde existant ou d'un câble conducteur (63.000 ou 90.000 volts). "Nous sommes techniquement prêts. Il appartient aux collectivités et aux opérateurs de faire part de leurs besoins et de proposer un montage financier pour que nous les aidions à aller de l'avant", a indiqué M. Marcillac. Selon lui il est probable que la technologie du COE "répondrait mieux à leurs besoins, car ont peut en installer 10 km par semaine et par équipe, à l'aide de machines télécommandées, contre 5 km/semaine avec du personnel pour le THYM". En tout état de cause selon RTE, les coûts d'installation sur lignes aériennes sont environ trois fois inférieurs à ceux d'une pose en souterrain et les délais moins longs.

AP : http://www.larecherche.fr/afp/n010910113752.xbjbexux.html

L'utilisation de l'email doublera dans le monde d'ici 2005
Samedi, 22/09/2001 - 00:00

L'utilisation du courrier électronique sera multipliée par deux d'ici 2005, selon les estimations d'un cabinet de consultants américain, spécialisé dans la haute technologie. Selon IDC, basé à Framingham (Massachusetts), le nombre d'adresses email va augmenter de 138 %, passant de 505 millions en 2002 à 1,2 milliard en 2005. IDC prévoit également une forte augmentation de la moyenne quotidienne des mails échangés entre les personnes, qui devrait passer à plus de 36 milliards par jour en 2005. Les nouveaux services internet, les nouveaux appareils sans fil et l'accès au courrier électronique pour des employés qui n'en étaient pas équipés, la hausse des personnes travaillant à domicile avec des ordinateurs portables, contribueront à cette augmentation, a précisé IDC.

IDC : http://www.idc.com/press/release.stm#eb

Fujitsu lance son premier capteur biométrique
Samedi, 22/09/2001 - 00:00

La biométrie sera-t-elle le sésame de demain ? En tout cas les capteurs biométriques affichent une fiabilité grandissante. Ils pourraient petit à petit remplacer les rébarbatifs codes d'accès dans les équipements informatiques mobiles et les systèmes d'authentification d'accès à un service ou à des bâtiments. En tout cas plusieurs spécialistes électroniques comme Sagem, Siemens, Veridicom ou encore Atmel se sont déjà engagés sur cette voie. Le japonais Fujitsu n'a pas l'intention de se laisser distancer sur le marché de l'identification biométrique. Sa nouvelle entité Biometric Sensor Product Group a conçu son premier capteur d'empreintes digitales MBF110. Ce capteur, qui repose sur la technologie CMOS, intègre une zone sensible de 300x300 pixels produisant des images d'empreintes digitales de haute résolution (500 dpi). Il est revêtu d'un revêtement de protection anti-éraflure breveté. Ce capteur est disponible dans un boîtier LQFP ou VSPA de 80 broches. Ses faibles dimensions et son épaisseur de 1,4 mm lui permettent de s'intégrer dans les petits équipements portables. D'autant qu'il ne consomme que 170 mW en fonctionnement et 250 µW en mode veille.

Industries&Techniques :

http://www.industries-techniques.com/site/quotidien/page.cfm?

"Vidocq" fait entrer le cinéma dans l'ère numérique
Samedi, 22/09/2001 - 00:00

C'est l'un des événements de la rentrée cinématographique française: dans ''Vidocq'', premier film du jeune réalisateur Pitof, le célèbre personnage historique prend mercredi sur les écrans les traits de Gérard Depardieu, après avoir été jadis interprété par Claude Brasseur dans un feuilleton télévisé resté dans les mémoires des plus anciens. Mais outre l'importance du budget de cette super-production, l'événement est aussi de caractère technique: pour la première fois un long métrage de cette importance a été entièrement réalisé (filmé, monté, arrangé) en numérique, c'est à dire sans le moindre support de pellicule, avec une caméra numérique haute définition dernier cri et une batterie d'ordinateurs. L'histoire, très riche, prend donc comme personnage principal ce Vidocq ancien bagnard devenu détective privé après avoir été chef de la police. On est à Paris, en 1830, à l'aube d'une seconde révolution, alors que le régime de Charles X vacille. Pour ce qui est de la technique, Pitof, jusqu'alors spécialiste des effets spéciaux (il a travaillé notamment sur ''Alien, la résurrection''), a donc en quelque sorte réalisé le premier film anti-pelliculaire : la caméra numérique lui donne une plus grande liberté de filmer et, ensuite, de modifier l'image: décors rajoutés, couleurs retravaillées, scènes redécoupées, etc. La qualité de l'image est la même que celle de la pellicule 35mm (rien à voir avec ce qui est tourné en vidéo, où l'on voit la différence). Avec "Vidocq", un nouveau cinéma qui s'affranchit de plus en plus des contraintes du réel est en train de naître. La prochaine et fascinante étape de cette évolution sera sans doute la présence d'acteurs disparus, ou purement virtuels, aux côtés de comédiens en chair et en os.

AP : http://fr.movies.yahoo.com/010917/5/1u5rp.html

^ Haut
Avenir
Nanotechnologies et Robotique
La destruction du World Trade Center a dégagé une énergie colossale
Samedi, 22/09/2001 - 00:00

Un professeur de physique américain a calculé la quantité d'énergie produite au cours de la destruction du World Trade Center à New York. Frank Moscatelli, Professeur à l'Université de Swarthmore, en Pennsylvanie, a calculé que cette énergie totale était égale à environ 0,2 kilotonnes de TNT, soit le cinquantième de la quantité d'énergie libérée par la bombe atomique d'Hiroshima en 1945 ( 10 kilotonnes). Le Professeur Moscatelli souligne que, des trois formes d'énergie libérée au cours de cette attaque terroriste, énergie cinétique liée à la collision de deux avions, énergie thermique liée à l'explosion du kérosène et énergie liée à l'effondrement des matériaux de construction, la dernière de ces formes d'énergie était de très loin la plus importante, en raison de la hauteur et de la masse exceptionnelles de ces tours. Le seul effondrement de ces tours a dégagé une énergie considérable, équivalente au centième de l'énergie libérée par la bombe d'Hiroshima. Selon le Professeur Moscatelli, la quantité d'énergie dégagée est de : Collision des deux avions : 1.9x109 joules - Explosion du kérosène : 6.9x1010 joules - Effondrement des deux tours : 6.8x1011 joules. Le Professeur Moscatelli souligne qu'aucune tour de ce type n'aurait pu résister à la quantité d'énergie libérée par la collision, puis l'explosion des deux avions. Il ajoute qu'il comprend parfaitement le désir de reconstruire deux tours d'une hauteur équivalente à celle des tours détruites mais qu'il convient cependant de bien prendre conscience du fait que des immeubles d'une telle hauteur constituent, en raison des caractéristiques physiques et mécaniques de leur structure, des cibles potentielles de choix pour les terroristes et qu'il convient de réfléchir à l'opportunité de poursuivre la construction d'immeubles d'une telle hauteur au coeur de nos villes.

Brève rédigée par @RT Flash

BBC :

http://news.bbc.co.uk/hi/english/sci/tech/newsid_1550000/1550326.stm

Une étape importante vers des supraconducteurs fonctionnant à température ambiante
Samedi, 22/09/2001 - 00:00

Longtemps, la supraconductivité ne s'est manifestée qu'à très basse température - quelques degrés au-dessus du zéro absolu (-273,15°C) - et dans des alliages à base de niobium, titane, vanadium, gallium, germanium. Mais pour que ce phénomène sorte du laboratoire et soit maîtrisé par les industriels, il a fallu des dizaines d'années. Aujourd'hui, les appareils d'imagerie médicale et les grands centres de recherche l'utilisent couramment. En dépit de ces succès, la supraconductivité restait cantonnée à des températures très basses que seul un fluide coûteux, l'hélium liquide (-269°C), pouvait fournir. Mais l'apparition, depuis 1986, des céramiques supraconductrices à très haute température a constituée une révolution dans ce domaine. Aujourd'hui existent en laboratoire des supraconducteurs à 135 K (-138°C) qui ne nécessite qu'un refroidissement par un liquide bon marché, l'azote liquide. Mais les matériaux supraconducteurs restent fragiles et coûteux à produire ce qui ralentit leur généralisation pour fabriquer des câbles électriques et des transformateurs de courant. La recherche dans ce domaine vient de franchir un grand pas dans une autre voie, celle de la supraconductivité à très basse température dans des matériaux organiques. Des chercheurs des Bell Laboratories de Lucent Technologies ont eu recours à des molécules de carbone en forme de ballon de football - les fullerènes - qu'ils ont séparées par des molécules de chloroforme ou de bromoforme. Résultat : l'observation d'une supraconductivité haute température se manifestant vers 117 K. Une valeur d'autant plus remarquable, précisent les auteurs de la découverte, que rien ne s'oppose à ce que l'on puisse monter plus haut en séparant un peu plus les molécules de carbone utilisées. Une découverte qui ouvre la voie, à terme à des supraconducteurs "chauds", qui fonctionnerait à température ambiante.

Science du 30-08-2001 :

http://www.sciencemag.org/cgi/content/abstract/1064773v1

^ Haut
Matière
Matière et Energie
Une nouvelle technologie d'enregistrement optique
Samedi, 22/09/2001 - 00:00

TDK, Sharp et le National Institute of Advanced Industrial Science and Technology (AIST) ont développé conjointement une nouvelle technologie d'enregistrement optique de grande capacité a faible coût. Cette technologie permet d'atteindre une capacité de stockage de 100 GO ( soit 11 heures de video en qualité DVD) sur un disque optique standard de 12 cm de diamètre. Elle utilise la chaleur générée par la lumière d'un laser a semi-conducteur a emission dans le rouge pour former des lignes de 110 nm de diamètre et des points de 80 nm de diamètres sur les différentes couches d'un disque optique. La puissance de ce laser n'est pas précisée. L'emploi du laser rouge, bon marche, évite de recourir a des dispositifs plus coûteux tels que ceux a base de laser a argon-fluoride. Toutefois, TDK et Sharp ne prévoient pas la commercialisation de cette technologie avant 4 ans.

ST Japon : http://www.adit.fr

Le papier électronique va ouvrir de nouvelles dimensions au Web
Samedi, 22/09/2001 - 00:00

L'homme s'assoie à la terrasse d'un café met ses lunettes et ouvre son journal. Un des gros titres sur le budget 2012 attire son attention et il y pose son index pendant quelques secondes. Ce simple geste entraîne immédiatement l'ouverture du site Web du Ministère de l'Economie sur le quart inférieur de la première page du journal. Quelques secondes plus tard l'homme pose son doigt sur la photo de la réunion des chefs d'Etat à Paris et aussitôt la photo se transforme en vidéo avec commentaire sonore de cet événement. Science-fiction? oui, mais peut-être plus pour longtemps. Des chercheurs à l'Université de Rochester à New York, sont en effet en train de développer une technologie capable d'afficher directement de la video sur un support électronique flexible proche du papier. Les laboratoires du monde entier travaillent sur de nouvelles technologies de substitution à nos écrans d'ordinateur rigides et volumineux. La solution idéale serait de marier la polyvalence d'un écran vidéo et la facilité de lecture et de transport du papier journal sur lequel on peut griffonner des notes et que l'on peut plier dans sa poche. Reveo , une société innovante basée dans l'État de New York, et qui travaille déjà sur l'amélioration des performances d'écrans d'ordinateurs portables, la conception de projecteurs d'image tridimensionnels et le développement de dispositifs de stockage optiques, collabore étroitement avec l'Université de Rochester pour mettre au point cette technologie. Celle-ci est basée sur un polymère composé de cristaux liquide. Ce polymère contient des particules qui possèdent la propriété de changer de couleur ou de devenir invisible sous l'effet d'un champ électrique. Cette technologie présente des avantages décisifs sur les autres modes d'affichage électronique. Elle résiste notamment à de grandes variations de température par rapport aux cristaux liquides conventionnels. En outre le temps de réponse de ces particules polarisées permet d'espérer à terme un affichage video couleur de grande qualité sur supports souples nécessitant une faible consommation électrique. Les applications d'un tel polymère seraient innombrable : fenêtres intelligentes qui pourrait changer de couleur, ou devenir opaque à volonté, papier peint ou peinture de voiture dont la couleur pourrait être modifiée à volonté. L'armée suit également de prés ces recherches qui pourrait lui permettre de disposer de véhicules et de tenues de combat "caméléon", capables de se fondre dans leur environnement.

Brève rédigée par @RT Flash

Université de Rochester :

http://www.rochester.edu/pr/News/NewsReleases/scitech/marshall.html

Offrez une puce à votre chien !
Samedi, 22/09/2001 - 00:00

L'identification électronique des animaux de compagnie fait ses débuts dans les cabinets de vétérinaires français conquis par un procédé fiable et rapide qui devrait supplanter le tatouage traditionnel. Actuellement restreinte aux animaux accompagnant leur maître au Royaume-Uni, aux équidés et aux loups, la puce électronique sera accessible dès décembre aux quelque 17 millions de chiens et chats de l'Hexagone. "C'est un acte médical pratiqué par un vétérinaire, mais sans anesthésie. Il est indolore et ne laisse aucune trace contrairement au tatouage classique pas forcément très esthétique et qui peut s'effacer avec le temps. De la taille d'un grain de riz, la puce englobée dans un minuscule cylindre de silicium est incassable et infalsifiable. Une fois introduite sous la peau à l'aide d'un injecteur en plastique, elle peut être décodée à distance (environ 15 cm) grâce à un lecteur portable. Ainsi les refuges d'animaux, les pompiers ou les gendarmes souvent amenés à recueillir des animaux égarés pourront-ils aisément contrôler le "passeport" de l'animal (pays, coordonnées du propriétaire, date de naissance etc.) en se connectant au fichier national. Tolérée par toutes les espèces, la puce s'applique également aux "nouveaux animaux de compagnie" (les "NAC" : serpents, iguanes, singes, panthères etc.) dont la dangerosité ou la valeur impose un recensement minutieux. Déjà connue en Europe, la puce pour animaux a par exemple remporté un vaste succès aux Pays-Bas auprès des propriétaires de carpes japonaises, 'pucées' à la base de la nageoire dorsale et ainsi répertoriées en cas de vol, d'éventuels croisements ou même de concours de beauté...

TF1 : http://www.tf1.fr/news/sciences/0,,815114,00.html

Une pile à combustible record chez GM
Samedi, 22/09/2001 - 00:00

General Motors vient de présenter à Londres un empilement de piles à combustible dont la densité de puissance est supérieure de 60 % aux meilleures piles annoncées jusqu'alors. La pile comprend 640 cellules élémentaires avec une puissance continue de 102kW, capable de monter jusqu'à 129kW. Elle pèse 82 kilos, occupe un volume de 58 litres, et offre une puissance record de 1,75 kW/l. Le record précédent, selon GM, était détenu par Ballard avec 1,1 kW/l. Pour des applications stationnaires, typiquement de génération d'électricité d'appoint, l'encombrement et donc la puissance volumique ne sont pas le paramètre essentiel même s'ils pourraient le devenir à mesure que l'industrie vise plus haut en terme de capacité de génération. Mais pour l'automobile, c'est le paramètre-clé. Depuis quelques années, en effet, les piles à combustible et leurs promesses ont torpillé les espoirs du véhicule électrique traditionnel et sont devenus la technologie phare pour l'avenir de la voiture propre. Cependant, comme les batteries conventionnelles, les piles à combustibles sont vite lourdes et encombrantes. D'où l'intérêt d'obtenir le plus de puissance possible de la manière la plus compacte. Ce que GM s'emploie à faire avec succès, confirmant le bien fondé de ses investissements dans le secteur. D'autant que la nouvelle piles à d'autres qualités essentielles à l'automobile, comme un démarrage rapide à basse température ambiante.

Usine nouvelle :

http://www.usinenouvelle.com/usn/site/pages/actualit/actua_j/general.cfm?

^ Haut
Vivant
Santé, Médecine et Sciences du Vivant
Une nouvelle voie vers les vaccins anti-cancer
Samedi, 22/09/2001 - 00:00

Des chercheurs de l'Université de Berkeley viennent de montrer que l'insertion d'un seul gène dans différentes tumeurs peut entraîner chez la souris une vive réaction immunitaire qui se traduit par l'élimination complète de ces tumeurs. Contre toute attente, cette thérapie génique simple a aussi protégé les souris contre l'injection ultérieure, huit semaines plus tard, de cellules de tumeur qui n'avaient pas été modifiées, ce qui démontre que leur système immunitaire a bien mémorisé l'agression initiale par les tumeurs modifiées et conserve sa capacité de défense et d'élimination des cellules cancéreuses. Cette découverte ouvre une nouvelle voie très prometteuse vers des vaccins anti-cancer.

Université de Berkeley :

http://www.berkeley.edu/news/media/releases/2001/09/12_tcells.html

Un gène suppresseur de la prolifération du cancer du poumon identifié
Samedi, 22/09/2001 - 00:00

Une équipe de chercheurs taiwanais vient d'identifier le gène CRMP-1 (pour Collapsin Response Mediator Protein-1) comme étant un gène suppresseur de la prolifération du cancer du poumon. Le docteur Pan-Chyr Yang et ses collaborateurs, du National Taiwan University Hospital à Tapeï, ont criblé pas moins de 9600 gènes par la technique des puces à ADN afin d'identifier un gène responsable de la suppression de la prolifération d'adénocarcinomes in vitro. Cette étude, parue dans la revue The Journal of the National Cancer Institute, montre une corrélation inverse entre l'expression du gène CRMP-1 et la prolifération de cellules cancéreuses. Lorsque les chercheurs ont surexprimé CRMP-1 dans une lignée cellulaire très invasive, l'activité proliférative des cellules tumorales a nettement chuté. Les chercheurs ont ensuite isolé le tissu pulmonaire de 80 patients atteints d'un cancer du poumon. Le niveau d'expression des ARNm du gène CRMP-1 a été nettement plus bas que celui observé dans les tissus pulmonaires d'individus sains. De plus, il a été observé une corrélation entre le stade d'évolution des cancers et la baisse du niveau d'expression de CRMP-1. En commentaire de cette étude, le docteur P. Steeg, du National cancer Institute à Bethesda, Maryland, souligne le fait que le rôle de CRMP-1 est multiple et que ce gène participe vraisemblablement à d'autres voies de signalisation cellulaire, elles-mêmes impliquées dans le phénomène de suppression tumorale. « Les chercheurs, les patients et les avocats nous poussent dans nos recherches et attendent avec impatience les prochains développements sur CRMP-1 dans l'optique de thérapies ainsi que de traitements des métastases», conclut-elle.

Caducée : http://www.caducee.net/breves/breve.asp?idp=1&idb=2479

Journal of the National Cancer Institute :

http://jnci.oupjournals.org/cgi/content/abstract/93/18/1392

Huile d'olive et santé
Samedi, 22/09/2001 - 00:00

Si nous ne sommes pas ce que nous mangeons (Man ist was man isst, dit l'adage allemand), le fait est là : certaines alimentations sont plus saines que d'autres. À forte dose, les aliments fumés consommés par les populations du Nord de l'Europe favorisent l'apparition de cancers du système digestif, alors que l'alimentation du bassin méditerranéen, riche en huile d'olive, en fruits, en légumes et en poissons, prévient ces cancers, ainsi que les maladies cardio-vasculaires. Ces résultats résultent de l'étude épidémiologique la plus importante jamais conduite sur les relations entre l'alimentation et le cancer : depuis 1992, des chercheurs de dix pays d'Europe collaborent à EPIC (European Prospective Investigation Into Cancer and Nutrition), une étude portant sur un demi-million de personnes suivies! Des prises de sang régulières, stockées dans l'azote liquide pour des analyses ultérieures, les mensurations des sujets enregistrées, ainsi que leur état de santé... À Lyon, en juin dernier, les premiers résultats ont été dégagés : une consommation quotidienne de 500 grammes de fruits et de légumes diminue de moitié l'incidence des cancers des voies aérodigestives, et réduit notablement celle des cancers du côlon ou du rectum ; le tabac et l'alcool ont des effets désastreux sur les cancers des voies aérodigestives supérieures. Ainsi le risque d'un de ces cancers pour quelqu'un qui fume un paquet par jour est huit fois supérieur au risque pour un non-fumeur ; une consommation d'éthanol supérieure à 60 grammes par jour, soit environ 75 centilitres de vin, multiplie par neuf le risque d'un de ces cancers. L'extraordinaire banque de sang qui a été constituée sert aussi à des études plus ciblées. Ainsi, à Heidelberg, Helmut Bartsch et ses collègues du Centre allemand de recherches cancérologiques DKF2 ont cherché à corréler la consommation de plusieurs huiles et des modifications de l'ADN dans les globules blancs : ils supposaient, d'une part, que l'auto-oxydation des lipides (le «rancissement») provoquait la formation de composés réactifs nuisant aux cellules, et, d'autre part, que ces composés réactifs se liaient à l'ADN, provoquant des mutations qui engendraient in fine des cancers. Les chercheurs allemands ont récupéré le sang de femmes qui participaient à l'étude EPIC et qui continuaient de se nourrir comme à l'habitude : les femmes qui avaient le moins d'ADN modifiés étaient celles qui consommaient le plus de fruits et de légumes. Ainsi le dosage des ADN modifiés est-il un bon test in vivo de l'efficacité des antioxydants, tels ceux identifiés dans l'huile d'olive. Les composés phénoliques de l'huile d'olivesont des antioxydants puissants. Les lignanes ont également été étudiés pour leurs effets protecteurs contre les cancers. Ils semblent agir différemment : leur structure, analogue à celle de l'estradiol, en ferait des anti-estrogènes (qui bloquent la prolifération des cellules du sein). L'huile d'olive contient aussi de fortes concentrations de squalène, composé qui est transféré à la peau (le sébum en contient 12 pour cent) et qui agirait contre les cancers de la peau. La gastronomie incitait à utiliser l'huile d'olive. La biologie confirme que bon goût et hygiène vont de pair.

Pour la Science : http://www.pourlascience.com/

Infarctus du myocarde : intérêt du "régime méditerranéen"
Samedi, 22/09/2001 - 00:00

Afin d'étudier l'incidence des régimes alimentaires sur l'état de santé des malades ayant déjà eu un infarctus du myocarde, une équipe lyonnaise a conduit, pendant quatre ans, un essai sur 605 patients de moins de 70 ans ayant connu cet accident cardiaque. Ces patients ont été divisés en deux groupes : le premier a suivi un régime dit méditerranéen, le deuxième a bénéficié de conseils diététiques non standardisés. Dans le premier groupe, les patients mangeaient un peu plus de pain, de légumes verts, de légumes à base de racines, de fruits et de poisson. En revanche, ils consommaient moins de viande et la remplaçaient par de la volaille. Le beurre et la crème fraîche ne figuraient pas sur la liste des produits recommandés et les salades étaient assaisonnées avec l'huile d'olive ou de colza. A la fin de l'essai, le constat était simple : il y avait une réduction significative des évènements cardiaques graves parmi les patients du premier groupe qui avaient suivi le régime méditerranéen. Ce régime était en effet moins calorique, moins riche en graisses saturées et en cholestérol, et plus riche en fibres. Les récidives d'infarctus ou les décès de cause cardiovasculaire observés dans le premier groupe, étaient moins importants que dans le groupe témoin : 1,24 % contre 4,07 %. Des résultats qui confirment l'intérêt des conseils en matière de régime alimentaire, en prévention secondaire à un infarctus du myocarde.

Csanté : http://www.csante.com/comsante/gen/read.php3?

Lyon Diet Heart Study : http://www.apaf.net/LyonDiet.pdf

Les consommateurs réguliers d'aspirine vivent plus longtemps
Samedi, 22/09/2001 - 00:00

Les personnes qui prennent de l'aspirine régulièrement pour réduire leur risque de crise cardiaque à court terme peuvent aussi considérablement prolonger leur durée de vie selon une récente étude américaine. Cette étude, portant sur 6174 adultes malades du coeur a constaté que des utilisateurs réguliers d'aspirine avaient un risque de mort diminué de 33 % pendant une période moyenne de trois ans par rapport aux patients qui n'avaient pas pris d'aspirine. Ces résultats confirment et élargissent les bénéfices déjà connus de la prise d'aspirine au moins tous les deux jours pour les personnes malades du coeur. . L'étude publiée dans le Journal de l'Association Médicale américaine montre que la prise régulière d'aspirine présente un bénéfice significatif, même pour les patients qui n'ont pas eu de crise cardiaque, comme le souligne le Docteur Smaha, ancien Président de l'Association américaine du Coeur. L'étude a porté sur 2310 personnes qui prenaient environ une aspirine quotidiennement ou tous les deux jours et 3864 personnes qui ne prenaient pas d'aspirine.

NYT : http://www.nytimes.com/2001/09/14/health/anatomy/14ASPI.html

Un tube pour sauver la moelle épinière !
Samedi, 22/09/2001 - 00:00

Des chercheurs canadiens ont réussi à réparer la moelle épinière de rongeurs. L'équipe de Molly Shoiet, de l'université de Toronto, y est parvenu en insérant un tube de plastique extrêmement fin au niveau de la lésion médullaire. Et au bout de huit semaines, les rats paralysés ont recouvré une partie de leur motricité ! L'expérience a été menée sur 80 rongeurs. Le tube en question, protégeant l'environnement médullaire, paraît avoir stimulé la croissance nerveuse tout en jouant un rôle de tuteur. Contrairement aux autres nerfs de l'organisme qui ont tendance à " repousser " à très faible allure, ceux de la moelle épinière ne se régénèrent pas d'eux-mêmes après un traumatisme. Leur croissance doit être stimulée. Les auteurs espèrent que leurs travaux déboucheront, un jour, sur une méthode permettant de traiter certaines paralysies chez l'homme. D'autres études avaient donné des résultats prometteurs, toujours chez le rongeur. Elles avaient été menées en injectant des cellules souches dans la moelle épinière. Voici donc deux options porteuses d'espoir. Mais ni l'une ni l'autre ne laisse espérer qu'il soit demain possible d'éviter la paralysie lorsque la moelle est sectionnée, et non simplement endommagée.

Destination santé : http://www.destinationsante.com/

Sida : Les vaccins de l'espoir
Samedi, 22/09/2001 - 00:00

Plusieurs prototypes de vaccins antisida réussissent à bloquer la progression du virus de l'immunodéficience humaine (VIH) sans empêcher encore son entrée dans l'organisme, selon une série d'études encourageantes publiées cette semaine aux Etats-Unis. Plusieurs vaccins testés sur des singes ont réussi à stimuler les défenses immunitaires pour empêcher la prolifération du VIH, réduisant dans certains cas la présence du virus à des niveaux indétectables, pendant une durée pouvant aller jusqu'à près de deux ans. Et si aucun vaccin ne peut pour l'instant prémunir de l'infection, l'utilité de ces prototypes est néanmoins évidente pour réduire la mortalité causée par le virus, ainsi que son taux de transmission, selon les experts réunis depuis mercredi à Philadelphie (est) pour "AIDS Vaccine 2001", la première conférence dédiée aux avancées de la recherche sur les vaccins antisida. De son côté, une équipe de chercheurs de l'université de Yale a publié dans la revue américaine Cell les résultats de ses recherches conduites sur des singes auxquels avait été injecté le virus affaibli de la stomatite vésiculaire (VSV) modifié par des gènes du VIH. Sept singes rhésus ont reçu ce prototype de vaccin puis ont été infectés par le VIH tandis que huit autres recevaient le VIH sans vaccination. Le taux de cellules T4, cibles privilégiées du virus, a commencé à diminuer chez les singes vaccinés, mais dans des proportions bien moindres que chez les animaux non vaccinés, tandis que la charge virale était également moins élevée sur les sujets vaccinés qui restent en bonne santé depuis le début de l'étude il y 14 mois. Aucun singe vacciné n'a développé de sida et certains sujets présentent "des charges virales basses ou indétectables", ce qui est l'objectif des malades qui suivent actuellement des trithérapies, selon l'étude conduite par John Rose, de la faculté de médecine de Yale. Le professeur Rose espère obtenir une autorisation de l'autorité sanitaire américaine pour débuter sur l'homme des essais cliniques de ce vaccin "prometteur et qui peut être administré sans injection", par voie orale ou nasale, a-t-il ajouté. Une autre équipe de chercheurs a contaminé 20 singes rhésus préalablement protégés par un vaccin contre la variole des vaches, auquel avaient été ajoutés des gènes du VIH. Chez 19 des 20 sujets, le taux de VIH a diminué à un niveau indétectable, selon les résultats communiqués par les chercheurs du Yerkes Primate Research Center d'Atlanta (Géorgie). Le professeur Dan Barouch et ses collègues de la Harvard Medical School ont également fait état jeudi à Philadelphie de résultats prometteurs de leur vaccin basé sur deux gènes du virus du sida couplé à l'injection d'un gène stimulant la production d'interleukine-2 qui renforce les défenses immunitaires. Les singes vaccinés et infectés par le VIH sont en bonne santé depuis près de deux ans. "Je suis plus optimiste que je ne l'étais il y a quelques années sur le fait que les prototypes de vaccins vont déboucher et faire une différence, aux Etats-Unis et à l'étranger", a estimé le professeur David Baltimore, qui dirige le comité gouvernemental de recherche sur le vaccin antisida. Plus de 360 études spécialisées ont été présentées cette semaine à Philadelphie, couvrant tous les aspects de la mise en point d'un vaccin, des dernières découvertes sur le virus jusqu'aux difficultés rencontrées par les chercheurs pour tester ces prototypes de vaccin sur l'homme. Le virus du sida a contaminé plus de 58 millions de personnes depuis le début de la pandémie, faisant 22 millions de morts, selon les dernières statistiques publiées par l'ONU.

NYT :

http://www.nytimes.com/aponline/national/AP-AIDS-Vaccine.html?searchpv=aponline

BBC :

http://news.bbc.co.uk/hi/english/world/americas/newsid_1527000/1527826.stm

Les criminels trahis par leur sueur
Samedi, 22/09/2001 - 00:00

Dix micromètres de trace de doigt - en fait de la sueur - suffisent à Dale Perry pour en identifier les composants chimiques : des résidus de protéines, de sels et d'acides gras qui trahissent leur propriétaire. En 1999, une étude a montré que sur 79 sujets testés, tous présentaient un profil de sueur différent. La technique utilisée était alors la chromatographie en phase gazeuse. Grâce à sa nouvelle méthode jugée cent fois plus sensible, Dale Perry, du Lawrence Berkeley National Laboratory (Californie), peut analyser une empreinte digitale sans la détériorer. Avec un synchrotron, il soumet l'échantillon à un fin rayon infrarouge. Les longueurs d'ondes absorbées révèlent la nature et les proportions des éléments chimiques de l'échantillon. L'équipe espère également déterminer l'âge de l'empreinte grâce à des composants volatils dont la quantité est inversement proportionnelle au temps écoulé. Une technique qui pourrait être bien utile à la police pour confondre les criminels. Malheureusement, le synchrotron est un outil rare, très encombrant et extrêmement cher (1.6 milliards de francs pour le projet européen SOLEIL), qu'on ne trouve pas dans l'arrière cour des laboratoires de la police scientifique !

Science&Avenir :

http://quotidien.sciencesetavenir.com/sci_20010910.OBS8257.html

^ Haut
Recherche
Recherche & Innovation, Technologies, Transports
Ford poursuit son objectif vers une voiture plus sure
Samedi, 22/09/2001 - 00:00

Les Advanced Research and Science Laboratories de Ford Motor Company, situes a Dearborn (Michigan), développent actuellement les prototypes de rois automobiles conçues pour éviter les accidents de la route. Parmi elles-ci, le RescueCar, qui utilise un système de communications d'urgence semblable au système OnStar qui équipe les véhicules de General Motors, est sans doute le plus près d'aboutir. Mais les chercheurs de Ford souhaitent y associer tout un ensemble d'outils capables d'accélérer 'arrivée des secours et d'enrichir les informations nécessaires pour les premiers soins. Ainsi, des le premier impact lors d'un accident, les capteurs équipant cette automobile donneraient sa position géographique exacte, préciseraient de quel cote du véhicule se situe l'impact, indiqueraient si les ceintures de sécurité étaient bouclées, si les airbags ont fonctionne, quels sièges sont occupes et le nombre de passagers. Pour sa part, le second prototype, baptise "CamCar", est équipée e cameras qui projettent sur un écran installe sur le tableau de bord toutes les parties "invisibles" situées a la périphérie de la voiture. Ces cameras sont actuellement gérées a l'aide d'une manette que les chercheurs souhaitent remplacer bientôt par un système de reconnaissance vocale. Quant au dernier prototype, le SensorCar, il intègre un scanner avant permettant de détecter des piétons a une distance de 50 m, et un scanner arrière pour signaler la présence d'autres véhicules.

Chicago Tribune : http://chicagotribune.com/templates/misc/printstory.jsp?

^ Haut
VOTRE INSCRIPTION
Vous recevez cette lettre car vous êtes inscrits à la newsletter RTFLash. Les articles que vous recevez correspondent aux centres d'intérêts spécifiés dans votre compte.
Désinscription Cliquez sur ce lien pour vous désinscrire.
Mon compte pour créer ou accéder à votre compte et modifier vos centres d'intérêts.
PLUS D'INFOS
Suivez-nous sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook
 http://www.rtflash.fr
back-to-top