RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

RTFLASH Recherche & Technologie
NUMERO 92
Lettre gratuite hebdomadaire d’informations scientifiques et technologiques
Créée par René Trégouët rapporteur de la Recherche et Président/fondateur du Groupe de Prospective du Sénat
Edition du 07 Avril 2000
Recommander  |  Désinscription  |  Lire en ligne
Egalement dans ce numéro
TIC
Six institutions du savoir créent une bibliothèque géante sur le web
Les noms de domaine génériques en .fr. bientôt attribuables aux personnes morales
Alcatel branche le téléphone sur l'Internet rapide
Internet par la stratosphère
La capacité des disques durs explose et rivalise avec celle des disques optiques
Le mulot qui dit "allô ?"
La deuxième jeunesse de la micro-informatique
Le D-VHS, le respect des anciens
Un MP3 peut en cacher un autre
Avenir
Plastique semi-conducteur et prometteur
Matière
Antennes à plasma reconfigurable
IBM met au point des puces 30% plus rapides
Une pile au téléphone
Espace
Pas d'univers stable sans trous noirs
Vivant
L'allongement de la durée de vie : ce qui compte, c'est la durée de bonne santé
Un vaccin contre le cancer
L'action anticancéreuse du lycopène est confirmée
Le cancer de la prostate détectable grâce à un examen d'urines
Le laser pourrait permettre de détecter rapidement les tumeurs
L'hyperthermie confirme son eficacité contre certaines tumeurs
La Grande-Bretagne serait sur la voie du clonage d'embryons humains
Dialysés à domicile grâce à internet
L'ARN observée en temps réel
Maladie de Parkinson : les espoirs de la neurochirurgie
Un implant pour rendre l'ouïe aux sourds
La première carte "quasi-complète" du génome humain sera sur internet en juin
Découverte d'un nouveau gène impliqué dans le cancer
Le vieillissement est-il la conséquence d'une anomalie génétique ?
Décryptage complet du génome du riz
Homme
Le langage est-il né d'une mutation génétique ?
Edito
Serons-nous capables de trouver notre Jules Ferry du XXIe siècle ?



Le départ de Claude Allègre sonne non seulement le glas d'une méthode mais aussi la fin d'une époque. L'ancien Ministre a pensé que le franc-parler et une conviction non feinte pourraient remplacer la foi et que cela lui permettrait, sinon de soulever les montagnes, du moins de mettre à terre... le mammouth. Nous entrons dans une époque nouvelle où tous les responsables, quelle que soit leur fonction dans la Société (politique, économique, administrative et même religieuse) doivent se mettre en réseau pour se ressourcer en permanence et y puiser une nouvelle légitimité. La régulation de grands corps comme les enseignants ou les chercheurs dont le rôle est vital pour l'avenir de notre société ne peut plus se faire par la contrainte. La seule voie utile et efficace est celle de la conviction. Il faut que nous sachions rendre à nos instituteurs, à nos professeurs, à nos chercheurs la vraie place qu'ils n'auraient jamais dû perdre et qui doit être la leur dans la Société de l'Avenir. Comme il y a plus d'un siècle, la France va devoir trouver son Jules Ferry qui, en échangeant un pacte fondamental avec le Peuple de France et tous les amplificateurs d'avenir que sont les enseignants et les chercheurs, changera le destin de notre Pays. Si les Français, dans un élan comme ils ne l'ont plus connu depuis 4 décennies, disaient avec force au travers d'un référendum populaire que la priorité des priorités est l'accès au savoir, chaque enseignante, chaque enseignant de France se sentirait soudain investi d'une mission hors du commun, se transcenderait et retrouverait une place qu'il a perdue dans les foucades printanières de 1968. Il prendrait alors conscience que ses petits problèmes statutaires et personnels ne sont que secondaires par rapport à la noblesse de la tache qui lui est dévolue et en retour, renforçant le cercle vertueux qui ainsi serait créé, le peuple exigerait que la condition morale et matérielle de ces porteurs d'avenir soit revalorisée parce qu'enfin reconnue à sa juste valeur. Il est en effet indispensable que notre Jules Ferry du 21e siècle sache dire, en mots simples, au Peuple de France, le défi vital que doit relever notre Pays. Il faut que, très rapidement, les enfants de France sachent non seulement lire, écrire et compter mais aussi qu'ils soient tous des acteurs valeureux et non des spectateurs passifs et abusés dans la société de l'information qui, dans quelques courtes années va dominer tout notre Monde. Comme je l'ai dit dans un précédent éditorial (voir @RT Flash 88 http://www.tregouet.org/lettre/index.html ), il n'est plus possible que nos enseignants, dans la plupart des cas, ne disposent encore, comme il y a un siècle, que de leur parole, d'une craie et d'un tableau, pour faire comprendre le Monde à nos enfants. Nous en arrivons à une situation où, comme le dit justement Michel Serres, un enfant de 10 ans a plus appris à la télévision qu'à l'Ecole alors que, pourtant, à ce même âge, l'enfant aura déjà vu quelque 10.000 crimes devant cette même télévision. Mais quand allons-nous comprendre que c'est un véritable gâchis pour l'avenir de notre Pays que de laisser la télévision commerciale former les cerveaux de nos petits gamins ! En accomplissant un effort comme la France sait le faire dans des moments exceptionnels, à deux ou trois reprises chaque siècle, il faut que nous mettions à la disposition de tous les enseignants de France des outils utilisant les technologies les plus performantes pour que nos enfants, dont le cerveau doit être formé dans la rigueur, découvrent, à nouveau, l'univers des connaissances à l'Ecole et non pas devant leur poste de télévision ou pire encore, en utilisant leurs consoles de jeux hyperréalistes. Ceux qui pensent que ce Jules Ferry du 21e siècle ne peut venir que de la gauche ont tort. Mais ceux qui rétorqueraient que celui-ci ne peut venir que de la droite se tromperaient tout autant. Cette division manichéenne de notre société héritée de la Révolution va maintenant s'estomper pour laisser place à un classement plus naturel que nous lègue non seulement notre Histoire mais aussi notre Démocratie. Très rapidement, une dialectique nouvelle faisant s'affronter les anciens et les modernes va dominer l'ensemble de notre Monde. Les conservateurs que nous trouvons aujourd'hui dans toutes les couches de la Société et aussi bien à gauche qu'à droite auraient tort de penser qu'ils vont encore longtemps régenter la France. La mentalité de notre Peuple évolue très rapidement actuellement et le Jules Ferry du 21e siècle qui devra porter haut le message de la modernité ne pourra totalement s'exprimer et donc trouver sa pleine efficacité que lorsqu'il entrera en phase avec un Peuple qui, avec détermination, se tournera vers l'avenir. Mais pour ainsi entrer en communion avec le Destin de la France, cet homme ou cette femme devra avoir du Pouvoir une vision totalement différente de celle qui est actuellement commune à l'ensemble des dirigeants de nos Démocraties éblouis par les sunlights des télévisions. Cet être de passion devra savoir convaincre, inspirer confiance et être totalement transparent : autant de qualités fondamentales qui ne peuvent réellement s'épanouir que dans une authentique humilité. La question que nous nous posons tous en cet instant est la même : cet être d'exception existe-t-il ? Pour l'avenir de la France je l'espère... mais je ne l'ai pas encore rencontré.

René TREGOUET

Sénateur du Rhône


TIC
Information et Communication
Six institutions du savoir créent une bibliothèque géante sur le web
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

Six institutions de renommée mondiale viennent d' annoncer le 3 avril leur projet commun de créer fathom.com, une bibliothèque publique géante sur internet. Cette alliance réunit trois établissements britanniques renommés, la London School of Economics (LSE), la Cambridge University Press et la British Library, ainsi que trois institutions américaines, l'université de Columbia, la New York Public Library et l'Institut Smithsonien (musée national pour la promotion et la diffusion du savoir) de Washington). Les usagers de fathom.com pourront y acheter des cours ou utiliser gratuitement son immense contenu, allant de la Magna Carta à une visite virtuelle de la cathédrale d'Amiens. L'investissement de départ pour fathom.com est estimé à 80 millions de dollars/euros. L'idée est de combiner l'accès à la connaissance avec des offres éducatives en ligne et des synergies innovatrices entre les établissements. Les utilisateurs pourront acheter produits éducatifs et cours sur fathom.com mais aussi utiliser le contenu libre d'accés contrôlé par le Conseil scolaire de l'association. Le Conseil scolaire sera présidé par Dr Jonathan Cole, Président de l'Université de Colombia. Le site (www.fathom.com) mettra en ligne les bibliothèques de ces institutions et des services qui lui sont propres, comme des forums de discussion avec des professeurs ou chercheurs ou des cours à distance, a expliqué à l'AFP le professeur Stephen Hill, responsable du projet pour LSE. Fathom.com devrait commencer à fonctionner "dans les prochains mois", avec la mise en ligne et l'interconnexion des bibliothèques et fonds (textes ou images) des différentes institutions. "Pour l'instant, tout ce qui est disponible gratuitement auprès des universités, bibliothèques et musées continuera à l'être" sur le site, a indiqué M. Hill. Mais des services supplémentaires -- comme par exemple les textes des intervenants souvent de réputation mondiale qui se succèdent à LSE -- seront facturés à l'unité (système du "pay per view"), a ajouté le directeur adjoint de l'université britannique. L'University of Colombia et la LSE devraient également proposer des cours en ligne, à une échéance non précisée. Le projet de fathom.com est conçu pour attirer vers le savoir tous ceux qui sont en dehors du système éducatif. "Nous voulons favoriser le désir d'apprendre chez tous ceux qui ne peuvent pas accéder à l'éducation par les moyens traditionnels, en leur permettant de s'affranchir des contraintes souvent insurmontables de temps, d'espace et d'argent a précisé le Docteur Cole.

Brève rédigée par @RTFlash

Les noms de domaine génériques en .fr. bientôt attribuables aux personnes morales
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

L'association française pour le nommage Internet en coopération (Afnic) a décidé d'enregistrer à partir du 10 avril prochain les noms de domaine génériques en .fr (par exemple : musique.fr...). Cependant, certains termes ne pourront être déposés : ceux liés à l'ordre public (xénophobie, révisionnisme...), ceux liés au fonctionnement d'Internet, ainsi que les noms des organisations internationales signataires de la Convention de Paris (protection de la propriété industrielle, qui regroupe près de 150 pays). La liste des noms enregistrés sera accessible pendant un mois sur le site de l'Afnic afin de simplifier le règlement des litiges. Le dépôt reste soumis à la présentation d'un justificatif (numéro Siret, extrait du registre du commerce...), qui restreint l'attribution des noms de premier niveau en .fr. aux personnes morales. Les particuliers devront se contenter des noms en .nom.fr.

Alcatel branche le téléphone sur l'Internet rapide
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

L'équipementier va lancer un modem qui conjugue l'accès Internet rapide (ADSL) avec quatre nouvelles lignes téléphoniques. Jusqu'ici, l'ADSL était une technologie réservée à la connexion Internet : elle permet de multiplier par 200 le débit de données sur une ligne téléphonique classique. Les modems ADSL ont donc rencontré un franc succès, du moins aux Etats-Unis, auprès des internautes qui souhaitent disposer de plus de bande passante tout en restant connectés via une ligne téléphonique en cuivre. Cette fois, c'est le téléphone qui passe sur l'ADSL. Alcatel va en effet proposer, à partir de juillet prochain, une nouvelle fonctionnalité sur ses modems ADSL : la voix. Le futur modèle, baptisé Speech TouchTM IAD, permettra d'ajouter sur une seule paire en cuivre quatre nouveaux canaux téléphoniques, en conservant la ligne classique et l'accès rapide à Internet. Selon Alcatel, la bande passante élevée de l'ADSL permet d'incorporer ces 4 lignes téléphoniques dans le signal de l'ADSL, avec des débits de plus de 7 Mbits/s descendants et 500 Kbits/s ascendants, suffisants pour les services ADSL existants. Avec ce produit, Alcatel vise d'abord le marché américain, qui constitue aujourd'hui 80% des lignes ADSL installées par Alcatel (qui est le n°1 des équipements ADSL). "Les opérateurs de télécommunications et les fournisseurs d'accès à Internet ont désormais la possibilité de faire évoluer l'ensemble de leurs services et de leurs tarifs en proposant aux entreprises et au grand public des lignes vocales multiples en complément de l'accès de données à haut débit sur la paire de cuivre déjà installée", a déclaré Marc Hermans, vice-président de l'activité Carrier Data d'Alcatel.

Usine nouvelle : http://www.usinenouvelle.com/

Internet par la stratosphère
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

Les 200 millions d'internautes de la planète le savent bien, l'Internet est trop lent. Les images ou la télévision interactive, toujours plus gourmandes en puissance, ralentissent le réseau. Pour répondre à la croissance du trafic, qui double tous les six mois, les industriels ont mis au point de nouvelles technologies. Elles permettent d'atteindre des vitesses 100 à 4 000 fois supérieures à celles des connexions classiques. Les acteurs de ce nouveau marché se livrent à une véritable bataille pour imposer leurs technologies. Désormais, les internautes ont le choix entre le câble, le téléphone dopé par la technologie ADSL(1), les systèmes radio sans fil ou encore le satellite. Mais ce dernier, très coûteux, a du mal à s'imposer, bien que sa position géostationnaire lui permette de couvrir une plus large zone clientèle. Dans ce contexte, une jeune compagnie américaine, Angel Technologies, propose une nouvelle option: un avion ultrasophistiqué stationnant dans la stratosphère (à environ 21 km de la terre), capable de bombarder de l'Internet à des débits compris entre 10 Mbit/s et 25 Mbit/s. Premier atout: le coût, presque le dixième de n'importe quel satellite. Un argument de choc pour les investisseurs. Et pour les futurs clients, qui ne paieront que quelques centimes la minute de communication (au lieu de quelques francs pour le satellite). Par ailleurs, relativement proches de la Terre, mais suffisamment éloignés des nuages, ces avions, baptisés HALO (High Altitude Long Operation), évitent à la fois les inconvénients des systèmes terrestres (mauvaises conditions atmosphériques qui altèrent le signal) et des systèmes satellites (délai de transmission du signal trop grand). La plate-forme peut aussi bien transmettre les données vers les métropoles que vers les zones difficiles d'accès pour les réseaux téléphoniques ou câblés. Plus de 100 000 abonnés pourront être connectés en même temps, dans un diamètre de 100 km environ. Angel Technologies compte bien lancer ses premiers avions en 2001, au-dessus des plus grandes métropoles de la planète, à commencer par Los Angeles. La compagnie a reçu l'aval du régulateur américain, la Federal Communications Commission (FCC), qui a reconnu les plates-formes stratosphériques comme des stations de télécommunications à part entière. Une antenne, fixée sur l'avion, permettra de relayer le signal, émis dans la bande de fréquences des 28 GHz, vers un récepteur installé chez le client.

Sciences en ligne : http://www.cite-sciences.fr/actu/index.html

La capacité des disques durs explose et rivalise avec celle des disques optiques
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

Avec une densité de 45 Gbit par pouce carré, Seagate bat le record détenu par IBM. On pourra donc stocker plus de 60 Go par plateau, soit quatre fois plus que les meilleurs disques actuels. Dans l'industrie du disque dur, la bataille fait rage dans la course à la densité. Seagate vient de reprendre la tête avec 45 Gbit par pouce carré (Gb/p2). Dans le courant de l'année dernière, le record a d'abord été battu par IBM, avec 20 Gb/p2, puis Seagate a riposté avec 28 Gb/p2 , enfin IBM a repris la tête avec 35,3 Gb/p2. Pour parler concrètement, la dernière densité annoncée par Seagate correspond à un plateau de disque dur de 60 Go en format 3,5 pouces. Comme les disques internes comportent quatre plateaux, cela promet 240 Go par unité. La principale application de ces disques durs sera le stockage de films sur des magnétoscopes numériques. Seagate envisage des disques durs à deux plateaux, d'une capacité de 120 Go, soit 25 films en qualité DVD. Il faudra probablement attendre environ deux ans avant que ces disques soient disponibles commercialement.

OI Informatique : http://www.01-informatique.com/01/index.html

Le mulot qui dit "allô ?"
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

La souris, tout le monde connaît. Le téléphone, idem. Mais la souris téléphone ? Avec l'essor sidéral de la Netphonie, c'est une innovation de circonstance qui risque de marcher fort. La Souris téléphone est d'ores et déjà en vente sur Apinex.Com, société québécoise d'Import-Export online. Sur le site d'Apinex, la bestiole est présentée comme "une souris d'ordinateur avec téléphone intégré vous permettant de travailler sur votre ordinateur tout en parlant au téléphone". Tout simplement. Simple, efficace, sharp dirait le footballeur qui aurait d'ailleurs raison. "Toutes les principales fonctions du téléphone (écouteur, microphone, touches) se trouvent sur le dos de la souris. Elle comprend aussi un ensemble mains libres incluant écouteur et microphone que vous pouvez brancher sur la souris, vous permettant de taper sur votre clavier tout en poursuivant votre conversation... Pas besoin de logiciel ou de configuration spéciale, débranchez votre ancienne souris, branchez la souris téléphone et vous êtes prêt." Comment le dire plus simplement ? En fait, un autre petit branchement à la sortie modem ou directement à la prise téléphonique sera nécessaire. Toujours rien de sorcier. Atout supplémentaire de la petite bête : son prix. C'est à peu près celui d'une bonne souris, soit 240 FF. Du reste elle est disponible immédiatement. Bien sûr, cela exige de s'habituer à voir les gens parler à leur souris... sans s'étouffer de rire. Cela dit, Apinex est un site sérieux et le produit peut être considéré comme tel. A quand la Souris Téléphone Sans Fil pour remplacer Nokia, Ericsson et consorts dans les poches ?

Lettre de l'internet : http://www.lalettre.com/techinfos/today.cfm?id=341&home=1

La deuxième jeunesse de la micro-informatique
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

On le disait sur le déclin, prêt à mourir de sa belle mort, terrassé par les nouveaux objets communicants. A l'heure de la convergence et de l'Internet mobile, le micro-ordinateur ne serait en effet plus qu'une vieille machine sans avenir, trop compliquée à utiliser, pas assez adaptée au nomadisme et de surcroît suffisamment laide pour rester confinée au fond d'un bureau. Seulement voilà, il faudra attendre encore un peu avant de publier le faire-part de décès du PC. " L'ordinateur individuel est tellement mort qu'il s'en vend 20 % de plus chaque année ", ironise ainsi Claude Léglise, directeur de la division grand public chez Intel. Et, de fait, les chiffres de vente confirment la bonne santé actuelle du PC. Selon le Computer Electronic Almanach, qui dresse régulièrement l'état des lieux de l'informatique, on devrait compter en l'an 2000 plus de 500 millions de PC dans le monde. Fin 1998, ce chiffre s'élevait à 364 millions. Il devrait se vendre dans le monde près de 133 millions de machines en 2000, selon IDC. En France, le taux d'équipement des foyers atteint aujourd'hui 26 % avec, en 1999, 1,3 million de PC vendus aux particuliers, selon l'institut d'études GFK. Principale raison du succès persistant du PC, l'Internet. Avec les jeux, le courrier électronique et la navigation sur la Toile sont ainsi devenus les principaux moteurs d'achat d'un micro-ordinateur. La publicité faite autour de nombreux sites et les offres commerciales des fournisseurs d'accès, qui n'hésitent pas à proposer des ordinateurs très bon marché en échange d'un abonnement longue durée, ont fait du PC l'objet multimédia par excellence. L'Internet ne fait pas que doper les ventes. Il donne aussi une seconde jeunesse à une industrie qui s'est longtemps contentée de miser uniquement sur la puissance de ses machines. Reste que pour faire taire les Cassandre, les constructeurs de PC devront faire encore quelques efforts au niveau des prix de leurs machines. A plus long terme, l'ordinateur individuel devrait aussi souffrir de la multiplication des moyens d'accès à l'Internet. Car si la Toile est pour l'instant sa chasse gardée et donc son meilleur atout, elle pourrait un jour devenir son pire ennemi. En perdant son exclusivité au profit des consoles de jeu, de la télévision ou de tout autre appareil électronique, le micro-ordinateur devra s'inventer une nouvelle utilité sous peine de tomber en désuétude. Définitivement ?

Le Monde : http://www.lemonde.fr/article/0,2320,seq-2066-49178-MIA,00.html

Le D-VHS, le respect des anciens
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

Après le VHS, le CD, le CD-R, le CD Vidéo, le Laserdisc et le DVD, voici le D-VHS, nouvelle abréviation et nouveau support d'enregistrement qui se différencie de ses prédécesseurs en ce qu'il ne condamne pas son aîné au pilori. Les gérants de vidéoclubs et autres fabricants de cassettes vidéo peuvent arrêter de se faire du souci, l'objet-chimère, annoncé en 1995 par les leaders technologiques nippons, vient de sortir aux Etats-Unis et au Japon, et arrivera bientôt en France. Le magnétoscope D-VHS peut à la fois lire et enregistrer les cassettes VHS, perpétuant ainsi la viabilité de l'immense parc vidéo existant, mais également les cassettes D-VHS, de la même forme que les précédentes mais résolument différentes quant aux spécificités techniques: qualité d'enregistrement supérieure au DVD (car taux de compression moindre), système d'encodage au format MPEG-2 assurant une durée d'enregistrement pouvant aller jusqu'à vingt et une heures sur une seule cassette (sept heures en qualité maximale), possibilité d'enregistrer jusqu'à cinq programmes télé en simultané (à condition de posséder une installation de réception numérique), aucune perte possible lors des copies, etc. Ce bijou techno conçu par JVC, immédiatement suivi par Hitachi, Toshiba, Panasonic, Sony, Thomson et Philips, coûte environ 13 000 francs, la cassette vierge de sept heures étant vendue environ 450 francs. JVC annonce même l'imminente disponibilité de matériel de stockage informatique sur ce support, chaque cassette pouvant contenir plus de 44 Go (gigaoctets) de données. Il faudra quand même attendre septembre pour voir arriver ce magnétoscope futuriste dans les rayons des magasins.

Un MP3 peut en cacher un autre
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

Depuis plusieurs mois, l'industrie phonographique est sur les dents. Le développement du MP3 lui a été préjudiciable, et l'on voit aujourd'hui se multiplier les procès contre ceux qui utilisent cette technologie pour diffuser en toute illégalité - c'est-à-dire sans verser de droits aux auteurs et aux producteurs - des morceaux de musique. La mise au point d'un nouveau logiciel, Napster, qui permet désormais à n'importe qui de devenir "diffuseur" puisque l'ordinateur où est installé le programme se transforme en serveur de musique, constitue un nouveau défi pour les industriels, lesquels ont déjà pris les devants en assignant les créateurs de Napster devant les tribunaux. C'est au tour de Hollywood d'être pris dans la tourmente depuis que circule sur le réseau des réseaux une version piratée de la technologie permettant de compresser des images vidéo tout en gardant un haut niveau de qualité. Baptisée DivX, cette nouveauté risque bien de devenir ce que le MP3 a été à la musique. Même si de nombreux obstacles notamment liés au poids des films à télécharger sur le Net donnent du répit aux grands studios pour répondre à ce défi. Il est évident que cette avancée technologique menace à terme la distribution cinématographique. Encore limité au petit monde des hackers dont sont issus ses deux concepteurs, le DivX risque de faire quelques dégâts dans le monde du cinéma au même titre que ces dizaines de start-up installées à Hollywood et dont le principal objectif est de damer le pion aux majors américaines. Dans sa livraison d'avril, le magazine "Red Herring" consacre d'ailleurs un très bon dossier à l'attitude des grands studios face à Internet, notant que la situation inconfortable dans laquelle ils se trouvent aujourd'hui leur est imputable en grande partie. En frappant Hollywood, la fièvre du Net entre dans une nouvelle phase. Lors de la remise des Oscars, le 26 mars dernier, l'actrice Whoopi Goldberg est intervenue en direct via Internet pendant la cérémonie plutôt que d'utiliser les moyens traditionnels du direct télévisé. Une anecdote qui montre néanmoins que certains ont compris l'importance grandissante du réseau.

Courrier International : http://www.courrierinternational.com/actual/multimedia.asp

^ Haut
Avenir
Nanotechnologies et Robotique
Plastique semi-conducteur et prometteur
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

Le silicium n'a qu'à bien se tenir. Les scientifiques des Bell Labs, le bras armé de la recherche de la firme américaine Lucent, ont mis au point le F15, un matériau plastique semi-conducteur de type(négatif). Combinés, les semiconducteurs de typeet p (positif) permettent, entre autres, de construire des transistors et des mémoires, les éléments de base des circuits électroniques. Principale caractéristique du F15, une très grande stabilité à l'air qui faisait défaut aux autres plastiques semi-conducteurs n, tandis que celle de plusieurs polymères de type p est éprouvée. Le matériau mis au point à Murray Hill (Etats-Unis) intègre une barrière protectrice fluorée qui le sépare de l'environnement. Comme certains plastiques de type p, le F15 se fabrique sans recourir aux procédés sous vide nécessaires pour produire les matériaux concurrents. En effet, il peut être manipulé comme un liquide à température ambiante. Dissous dans un solvant, il pourra être déposé sur son support, comme l'encre est projetée sur du papier avec une imprimante à jet d'encre. De quoi simplifier la fabrication et, surtout, réduire le prix de revient de nombreux types de composants électroniques. Selon les chercheurs, qui présentent leurs travaux dans l'édition du 30 mars de Nature, le matériau devrait transformer les méthodes de production des cartes à puces, des étiquettes électroniques intelligentes et des futurs écrans souples. Et pourquoi pas, redonner un nouveau souffle à la production d'électricité solaire en faisant chuter le coût des cellules photovoltaïques, qui génèrent du courant sous l'effet de la lumière.

Libération : http://www.liberation.fr/quotidien/semaine/20000404mart.html

^ Haut
Matière
Matière et Energie
Antennes à plasma reconfigurable
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

Ces dernières années, la croissance rapide des transmissions sans fil a entraîné un développement sensible des recherches en matière d'antennes. Les scientifiques de l'université nationale australienne, ont récemment produit un type radicalement nouveau type d'antenne reconfigurable à base de plasma. Les antennes conventionnelles (en métal) rayonnent des vagues électromagnétiques (radio) lors d'une utilisation à hautes fréquences. Les antennes plasma utilisent un tube de verre scellé contenant un gaz. Quand une impulsion est appliquée à une extrémité du tube, l'énergie ionise le gaz à l'intérieur pour produire du plasma. La forte densité des électrons dans ce plasma en fait un excellent conducteur électrique. Les résultats expérimentaux récents ont démontré que les antennes plasma atteignent rendement correct (environ 50%). Les investigations ont également été menées pour une utilisation des antennes plasma dans l'intervalle des micro-ondes. Une offre du laboratoire de recherche navale aux USA a été récemment émise pour la conception des antennes reconfigurables pour la réception dynamique de signaux au-dessus du GHz.

Nospoon : http://www.nospoon.org/

IBM met au point des puces 30% plus rapides
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

Le premier fabricant mondial d'ordinateurs, le géant américain IBM, vient d'annoncer la mise au point d'un procédé de fabrication lui permettant d'accélérer d'un tiers la puissance des puces électroniques. Le journal britannique assure que cette découverte permet à IBM de prendre 6 mois d'avance sur ses principaux concurrents, comme les américains Intel et Motorola ou les japonais hitachi et Toshiba. IBM souligne qu'il est propriétaire de son invention, mais que les matériaux utilisés pour produire cette nouvelle puce appartiennent à son compatriote et fournisseur Dow Chemical. La technologie d'IBM est fondée sur l'insertion de fils de cuivre dans la puce. Dénommée "low-k dielectric", elle permet d'accroître la rapidité des ordinateurs qui l'utilisent et de prolonger la durée des batteries, notamment sur les téléphones portables. Grâce à cette nouvelle technologie, IBM souhaite devenir d'ici à cinq ans le second producteur mondial de microprocesseurs derrière Intel, qui contrôle pour l'heure 40% du marché mondial contre près de 10% pour IBM. Selon le cabinet d'études Dataquest, le marché mondial des semi-conducteurs devrait atteindre au moins 250 milliards de dollars en 2003, contre 160 milliards de dollars l'an dernier.

Brève rédigée par @RTflash

Financial Times : http://news.ft.com/ft/gx.cgi/ftc?pagename=View&c=Article&cid=FT3VBS68L6C&live=tr...

Une pile au téléphone
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

La pile à combustible, sorte de générateur électrique chimique, va-t-elle supplanter les batteries dans les téléphones portables? Le géant américain de l'électronique et des télécommunications Motorola semble y croire. Il vient de présenter un prototype de pile miniature mesurant 25 mm de long pour 2,5 mm d'épaisseur qui confère une autonomie d'un mois à un téléphone cellulaire. La pile ne se recharge pas sur le secteur comme une batterie mais consume du méthanol qu'elle prélève dans une petite ampoule amovible de la taille d'une cartouche d'encre. Au bout d'un mois, il suffit de remplacer la cartouche pour récupérer à nouveau trente jours d'autonomie. Motorola n'a pas précisé de prix, ni de date de commercialisation.

Sciences en ligne : http://www.cite-sciences.fr/actu/index.html

^ Haut
Espace
Espace et Cosmologie
Pas d'univers stable sans trous noirs
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

Il y a quelques années encore, les chercheurs considéraient les trous noirs comme de simple curiosités astronomiques, intriguantes, certes, mais pas très importantes. Mais certains astronomes y voient maintenant l'une des forces qui ont façonné l'univers que nous connaissons. En fait, sans les trous noirs, il n'y aurait ni galaxies, ni étoiles, ni planètes estime Doug Richstone, de l'Université du Michigan, dans un article publié dans la revue New Scientist. Il appuie cette idée sur l'étude des quasars, ces objets pas plus gros que notre système solaire qui brillaient comme des centaines de galaxies, quand l'univers était encore jeune. On croit maintenant que les quasars étaient des trous noirs où s'engouffrait de grandes quantités de matière. Les étoiles n'étant pas encore formées, il y a plus de poussières en suspension à cette époque. En tournoyant autour du trou noir avant d'y disparaître, ces poussières étaient soumis à une énorme friction, dont l'énergie se dissipait en lumière. Toutes les galaxies primitives n'avaient pas un quasar en leur centre. Mais il semble bien qu'elles aient toutes contenues un gros trou noir - comme c'est encore le cas aujourd'hui. La Voie Lactée, par exemple, aurait pour centre un trou noir aussi massif que trois millions de soleils. En fait, ces trous noirs, en attirant la matière, auraient permis aux galaxies de se former. Leur existence aurait été impossible autrement. Car après le Big Bang, la matière était répartie à peu près uniformément. L'univers était, en quelque sorte, lisse. Mais un milliard d'années plus tard, il était devenu grumeleux, avec de zones à forte densité de matière, les galaxies, flottant dans de grandes zones de vide. En fait, on croit que certaines fluctuations quantiques, quand la matière s'est formée, ont fait en sorte qu'il existe quelques zones très denses, qui ont vite grandi et formé des trous noirs. Pourquoi ces trous noirs, qui attiraient la matière vers eux, ne l'ont-il pas toute gobée? Parce que toute l'énergie émise par les gaz chauffés à blanc qui les entouraient un créé un souffle, une sorte de vent solaire, dont la force suffisait pour tenir la matière à l'écart. Les disques de matière qui tournoyaient autour des trous noirs se sont donc stabilisés et sont progressivement devenus des galaxies.

Cybersciences : http://www.cybersciences.com/Cyber/3.0/N1760.asp

^ Haut
Vivant
Santé, Médecine et Sciences du Vivant
L'allongement de la durée de vie : ce qui compte, c'est la durée de bonne santé
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

Demain, tous centenaires : rêve ou cauchemar ? Selon que l'on envisage la question d'un point de vue individuel, médical, social ou économique, la réponse n'est évidemment pas la même. Pour le moment, en tout cas. Le vieillissement de la population menace aujourd'hui l'organisation socio-économique du monde occidental. Notre système de retraite par répartition, l'âge de la retraite à 60 ans, la gestion actuelle de l'immigration : les gouvernements, actuel et à venir, vont devoir réviser leur copie, bon gré, mal gré. Car, dans le meilleur des cas, la France comptera presque un retraité pour un actif en 2040. Les plus de 65 ans représenteront alors quelque 20 % de la population, contre 15 % aujourd'hui. Optimiste, le Pr. Françoise Forette considère l'allongement de la durée de la vie comme " un phénomène sans précédent dans l'histoire de l'humanité " et précise qu'il reste le " privilège de nos sociétés occidentales ". Refusant l'alarmisme ambiant, elle estime qu'" il faut considérer ce paysage démographique comme le nôtre et ne pas y voir un scénario catastrophe ". L'allongement de la durée de vie est en effet la conséquence directe des progrès médicaux, sociaux, économiques, accomplis dans nos sociétés industrialisées. En outre, la majorité des maladies invalidantes est aujourd'hui accessible à la prévention, bien que " la conscience préventive soit encore le privilège des couches les plus favorisées ". " Le corps doit être considéré comme un capital qu'il faut entretenir dés le début. Nous devons apprendre à nous inscrire dans le parcours des âges ", affirme le Pr. Forette. On connaît aujourd'hui les moyens de lutter contre les maladies cardio-vasculaires (traitement de l'hypertension, sevrage tabagique, nutrition), les maladies osseuses (nutrition, activité physique, traitement estrogénique), la diminution sensorielle (protection solaire, limitation du taux de décibels...) et même la détérioration intellectuelle (par le traitement estrogénique ou la vitamine E, par exemple). Concernant ce dernier problème, Françoise Forette s'alarme du taux d'échec scolaire : " Ces 20 % d'élèves d'une classe d'âge, qui ne savent ni lire ni compter à l'entrée en 6e, sont particulièrement menacés par la dégénérescence cérébrale. C'est une catastrophe pour l'avenir. " Selon Françoise Forette, l'enjeu principal de l'allongement de la durée de vie est la qualité de vie, et celle-ci dépend d'un développement massif de la recherche consacrée au vieillissement, à la gériatrie et à la génétique. " L'objectif n'est d'ailleurs pas l'allongement de la durée de la vie, mais l'allongement de l'état de bonne santé ", précise le Dr Allard. Notre potentiel de vie, d'ailleurs consigné dans la Bible, serait de cent à cent vingt ans. En fait, l'homme commence seulement aujourd'hui à exprimer pleinement ses capacités génétiques.

Quotidien du médecin : http://www.quotimed.com/articles/actualite/getarticle.cfm?ArtIdx=27282&IdxNumber...




Un vaccin contre le cancer
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

Une équipe de chercheurs de l'Université de Californie San Diego (La Jolla, USA) et de l'Institut Pasteur (Paris) viennent de démontrer la possibilité de vacciner les patients cancéreux contre leur propre tumeur en utilisant une nouvelle cible : la télomérase humaine (hTRT), une enzyme cellulaire qui joue un rôle essentiel dans l'immortalisation des cellules. Le Dr Maurizio Zanetti et ses collègues (UC San Diego) ont utilisé deux peptides synthétiques de la hTRT capables de se lier aux molécules CMH de classe I pour cibler les lymphocytes T cytotoxiques (CTL). Leurs résultats montrent que les peptides synthétiques hTRT sont capables in vitro de générer une expansion des CTL à partir des cellules mononucléées du sang périphérique (PBMC) d'individus sains et de patients atteints de cancer de la prostate. En d'autres termes, les auteurs ont découvert que le répertoire CTL pour la hTRT est conservé de même façon chez personnes normales et les malades cancéreux. Les auteurs concluent que ces peptides hTRT pourraient servir de substrats pour un " possible vaccin anticancéreux universel pour les êtres humains ". Et ce d'autant que, testé chez des souris transgéniques exprimant la monochaine HLA-A2.1+, ces peptides hTRT n'ont pas provoqué de lésions d'autoimmunité sur les cellules souches ou du foie.

Caducée : http://www.caducee.net/

L'action anticancéreuse du lycopène est confirmée
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

Une nouvelle étude canadienne vient de confirmer l'action anti-tumorale du lycopène, un antioxydant puissant présent en quantité dans la tomate et les pamplemousses roses auxquels il donne leur couleur. Le légume s'est avéré pour empêcher la maladie en fournissant les niveaux élevés du lycopène, un antioxydant puissant qui est responsable de la couleur rouge. Le Docteur Venket Rao, spécialiste de la nutrition à l'université de Toronto, a en effet constatée que les victimes de cancer de sein et de prostate présentent tous un bas niveau de lycopène. Présentant les résultats de son étude à Londres, Il a souligné que le lycopène a non seulement une action préventive avérée en matière de cancer mais peut aussi ralentir la croissance de certaines tumeurs si l'on augment sa consommation.

Brève rédigée par @RTFlash

Daily Telegraph : http://www.telegraph.co.uk/

Le cancer de la prostate détectable grâce à un examen d'urines
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

Il devrait être bientôt possible de détecter le cancer de la prostate à partir d'un simple échantillon d'urine . Cette avancée est le résultat de recherches menées par le Dr. D. Cairns (Fox Chase Cancer Center) et ses collaborateurs de la John Hopkins University. Ce test de dépistage est basé sur la détection d'un forme particulière d'un gène retrouvée dans 90 % des cas de cancers de la prostate. Le Dr. Cairns explique que "des cellules cancéreuses peuvent être identifiées dans les liquides corporels plusieurs années avant que le cancer soit cliniquement détectable". Cette détection précoce assurerait au patient une meilleure prise en charge et un meilleur pronostic. Les résultats de ces travaux ont été présentés lors du congrès de l'American Association for Cancer Research à San Francisco. Le test de dépistage développé par ces chercheurs est basé sur la recherche d'un gène spécifique que l'on retrouve chez 90 % des patients atteints d'un cancer de la prostate. Le Dr. Cairns précise que de prochaines recherches et améliorations en biologie moléculaire devraient assurer un meilleur taux de détection.

Brève rédigée par @RTFlash

BBC : http://news.bbc.co.uk/hi/english/health/newsid_699000/699572.stm

Le laser pourrait permettre de détecter rapidement les tumeurs
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

Le laser pourrait prochainement permettre la détection rapide des cancers grâce à une nouvelle technique de" de biopsie optique " mise au point par des chercheurs britanniques. Ce dispositif peut être fixé à l'extrémité d'une sonde et utilise un phénomène de fluorescence. Quand la lumière du laser frappe un échantillon biologique à analyser les molécules de cet échantillon absorbent l'énergie délivrée par le laser avant de réemettre cette lumière à une longueur d'onde différente. Le système de biopsie optique se fonde sur le fait que le temps d'émission de la lumière par fluorescence varie en fonction des différents types de tissus biologiques et varie également pour un même type tissu dont les cactéristiques biologiques se sont modifiées. Toute la difficulté a été de mettre au point une technique d'analyse ultra-rapide car ce phénomène de fluorescence ne dure que quelques picosecondes (millionièmes de secondes). Les chercheurs britanniques sont ainsi parvenus à mesurer des différences de durée de vie entre molécules de seulement 3 trois picosecondes. Il suffit ensuite de comparer les propriétés lumineuses observées pour un tissu particulier à la "signature" lumineuse des cellules cancéreuses de ce tissu pour détecter la présence de cellules anormales.

Brève rédigée par @RTFlash

BBC : http://news.bbc.co.uk/hi/english/sci/tech/newsid_699000/699832.stm

L'hyperthermie confirme son eficacité contre certaines tumeurs
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

Une étude néerlandaise a comparé les effets d'une radiothérapie associée à une hyperthermie par rapport à une radiothérapie classique. Ces thérapeutiques ont porté sur trois types de tumeurs : tumeur rectale, de la vessie et du col de l'utérus. Les effets de l'association radiothérapie / hyperthermie semblent plus importants dans le cas du cancer du col de l'utérus où le taux de réponse complète est augmenté de 25 % par rapport à la radiothérapie seule. Les patients ont été répartis en 2 groupes assignés à l'une ou l'autre des thérapies mises en oeuvre. Le taux de réponse complète était de 39 % après radiothérapie et de 55 % après radiothérapie/hyperthermie. La durée du contrôle régional était supérieure chez les patients qui ont bénéficié de l'association radiothérapie/hyperthermie. Les auteurs rapportent que l'effet du traitement n'a pas été significativement modifié selon la localisation des tumeurs. Cependant, il apparaît que les effets bénéfiques de l'hyperthermie sont plus marqués pour les cancers du col de l'utérus. En effet, le taux de réponse complète avec radiothérapie et hyperthermie était de 83 % contre 57 % pour la radiothérapie seule. Le taux de survie à 3 ans est également plus élevé dans le groupe hyperthermie : 53 % de survie contre 27 % dans le groupe radiothérapie.

Brève rédigée par @RTFlash

BBC : http://news.bbc.co.uk/hi/english/health/newsid_696000/696242.stm

La Grande-Bretagne serait sur la voie du clonage d'embryons humains
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

La Grande-Bretagne pourrait bientôt autoriser la production de tissus ou organes à partir d'embryons humains, selon le ''Daily Telegraph'' du 3 avril. Le journal cite des sources gouvernementales selon lesquelles la législation sera très probablement modifiée pour autoriser le clonage d'embryons humains à des fins thérapeutiques, comme le conseillerait un rapport commandé par Tony Blair et qui devrait être rendu public prochainement. Après un an d'enquête, le collège d'experts dirigés par le médecin en chef du gouvernement, Liam Donaldson, a conclu que les bénéfices potentiels à en escompter pour les malades l'emportent largement sur les inquiétudes d'ordre moral. Le gouvernement aurait à présent l'intention de lancer un débat public afin de souligner les aspects positifs de telles pratiques et pour apaiser les craintes que cela ne conduise au clonage d'êtres humains. Le clonage humain pourrait par exemple permettre de greffer à des malades atteints de leucémie des cellules génétiquement identiques aux leurs mais saines. Le gouvernement britannique a interdit cette pratique l'année dernière, souhaitant s'accorder un temps de réflexion. Selon le "Telegraph" cette autorisation de principe du clonage d'embryons humains serait assorti de règles très strictes précisant les cas dans lesquels ce clonage peut être autorisé, à savoir les situations où ce clonage permettrait un bénéfice thérapeutique pouvant sauver la vie du patient.

Brève rédigée par @RTFlash

Daily Telegraph : http://www.telegraph.co.uk/et?ac=002550124263240&rtmo=02b2xNJq&atmo=KKKKKKYM&pg=...

Dialysés à domicile grâce à internet
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

Une expérience de télémédecine inédite et unique en France est menée à Nancy pour le traitement de l'insuffisance rénale. Grâce à un système baptisé Diatélic, les personnes souffrant d'insuffisance rénale peuvent être dialysés à domicile et éviter ainsi de nombreuses journées d'hospitalisation. La dialyse dite péritonéale utilise le péritoine, membrane qui tapisse l'intérieur l'abdomen, comme un troisième rein et peut être faite à domicile. Les patients inscrivent eux-mêmes sur un terminal informatique les résultats de leurs contrôles journaliers ; un système intelligent analyse ces résultats et déclenche l'alerte si besoin ; de leur côté les médecins consultent ces données via internet grâce à un réseau sécurisé. Une vingtaine de patients testent actuellement ce nouveau type de télémédecine. Diatélic a été mis au point par les chercheurs du Loria, le Laboratoire lorrain de recherche en informatique et ses applications, et les médecins de l'Altir, l'Association lorraine pour le traitement de l'insuffisance rénale.

Nouvel Obs : http://quotidien.nouvelobs.com/sciences/20000303.OBS3409.html?1634

L'ARN observée en temps réel
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

Pour la première fois, des chercheurs du Berkeley National Laboratory, ont observé le travail de l'ARN polymérase en temps réel. Cette enzyme a pour fonction de transcrire l'ADN contenu dans le noyau de la cellule en ARN messager (ARNm). Ce dernier quitte ensuite le noyau et rejoint le cytoplasme où se déroule l'assemblage des protéines. Plusieurs études passées ont montré que cette transcription est discontinue. L'ARN polymérase peut s'arrêter pendant parfois minutes, puis reprendre l'élongation du brin d'ARN à partir des bases. Cependant, jamais une équipe n'avait réussi à suivre le travail d'une seule enzyme. En observant la transcription d'un brin d'ADN de plus de mille paires de bases en temps réel, Carlos Bustamante et ses collègues ont pu déterminer la dynamique de l'ARN polymérase. "Les molécules possèdent un degré de transcription intrinsèque", expliquent-ils dans leur article publié dans Science. "Les pauses ou les arrêts définitifs sont propres à chacune d'entre elles." En particulier, les chercheurs ont constaté que les variations dans la vitesse de transcription ne dépendent pas de l'emplacement sur l'ADN mais bien de l'ARN polymérase elle-même. Les molécules qui transcrivent rapidement sont également moins sujettes aux pauses que leurs consoeurs plus lentes. Pour les auteurs des travaux, cela suggère qu'il existe une "compétition cinétique" entre la transcription et les pauses. Ces dernières pourraient alors traduire plus qu'un simple temps mort dans le processus d'élongation de l'ARNm. Les chercheurs américains estiment enfin que d'autres molécules pourraient jouer un rôle sur la conformation de l'ARN polymérase, la rendant plus ou moins rapide. Reste à trouver ce nouveau système de régulation de la transcription de l'ADN.

Info science : http://www.infoscience.fr/breves/breves.php3

Maladie de Parkinson : les espoirs de la neurochirurgie
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

Identifiée pour la première fois il y aura bientôt deux siècles par le médecin britannique dont elle porte le nom, la maladie de Parkinson (ou " paralysie agitante ") a conservé beaucoup de son mystère, en dépit des progrès accomplis par la neurologie moderne. Si l'on a réussi à comprendre et à corriger certains des mécanismes physiopathologiques à l'origine des symptômes qui caractérisent cette maladie, on ne connaît toujours pas les raisons qui font qu'une région spécifique du cerveau est le siège d'une série de lésions dégénératives très spécifiques avec perte de certains neurones (dits dopaminergiques ").Dans l'attente des avancées que ne devraient pas manquer de réaliser la génétique et la biologie moléculaires dans le champ des affections neurodégénératives, et alors qu'une nouvelle approche neurochirurgicale prometteuse se développe, la médecine et la pharmacopée offrent aujourd'hui une série de solutions qui permettent de réduire les handicaps et les souffrances des malades et d'allonger leur espérance de vie. L'une des principales questions soulevées est celle de la meilleure conduite à tenir à la phase initiale de la maladie. Depuis un quart de siècle, la L-Dopa, médicament qui permet de corriger les conséquences des lésions cérébrales en restaurant le déficit de la synthèse en dopamine (molécule indispensable à la transmission de l'influx nerveux), demeure la pierre angulaire du traitement de la maladie de Parkinson. A tel point que l'on parle de " dopathérapie ". Cette substance doit, toutefois, être utilisée avec précaution. Car, si son efficacité est incontestable - elle réduit de manière importante les tremblements, la rigidité et les difficultés de mouvements, et augmente la durée de vie des malades -, son usage prolongé peut, paradoxalement, induire des difficultés motrices importantes. Il importe, dès lors, d'intégrer les autres médicaments antiparkinsoniens disponibles, classés dans la famille des " agonistes dopaminergiques " (la bromocriptine, le lisuride, le piribéril et le ropinirole), dans une stratégie thérapeutique au long cours. Ces molécules ont, dans l'ensemble, une efficacité moindre que la L-Dopa. Le traitement de la maladie de Parkinson ne saurait, toutefois, se réduire à sa dimension médicamenteuse. C'est dans ce contexte que se développe la nouvelle proposition thérapeutique de stimulation électrique d'une région cérébrale située sous le thalamus qui, soulignent les responsables de la conférence de consensus, ne peut être proposée qu'à des personnes souffrant d'une maladie de Parkinson depuis plus de cinq ans, en l'absence de déficits cognitifs et de troubles psychiatriques.

Le Monde : http://www.lemonde.fr/article/0,2320,seq-2077-48956-QUO,00.html

Un implant pour rendre l'ouïe aux sourds
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

La société Epic biosonics, basée à Victoria (Canada), développe actuellement un appareil puissant qui permettra aux sourds d'entendre. Contrairement aux sonotones classiques, amplificateurs de son, qui ne fonctionnent pas en deçà d'un certain seuil, cet appareil sera toujours opérationnel. Il sera implanté dans le canal de l'oreille interne, et enverra directement au nerf auditif des impulsions électriques, sans passer par le tympan. Parallèlement, Epic biosonic conçoit les outils nécessaires aux chirurgiens pour réaliser cette implantation. Le coût de cet appareil sera certainement très élevé. Mais cette technologie profitera surtout aux jeunes. Car, aujourd'hui, un bébé sur mille naît sourd, et un enfant sur mille le devient au cours de ses cinq premières années.

Info-sciences : http://www.infoscience.fr/breves/breves.php3

La première carte "quasi-complète" du génome humain sera sur internet en juin
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

La première carte "quasi-complète" de notre code génétique, réalisée sous l'égide du HGP (human Genom Project) sera disponible sur l'Internet en juin. Cette carte devrait comporter plus de 90 % du génome humain. Cette publication trés attendue par toute la communauté scientifique aura donc lieue avant celle de Celera Genomics, la firme privée qui mène son propre projet de décodage du génome et a pris la décision d'attendre de disposer d'une carte absolument complète pour la diffuser. Cette compétition s'inscrit dans un climat marqué par la polémique qui s'était développée avant la déclaration conjointe de Mrs Clinton et Blair pour savoir si tous les gènes humains décodés devraient être librement disponibles ou si les compagnies devraient pouvoir faire breveter l'information génétique nécessaire à la rechercher de nouveaux traitements. Le HGP a précisé qu'il avait déjà décodé deux milliards 200 millions des trois milliards de " lettres " du génome humain et que 4 mois seulement lui ont été nécessaires pour passer de un à deux milliards de paires de base décodées. Cette première ébauche sera éditée sur la base de données publique de la banque de gènes du HGP. Elle couvrira 90% du génome humain et sera précise à 99,9%( moins d'une erreur pour mille lettres) grâce précises à la duplication quintuple de l'analyse d'ADN. La version finale de cette carte sera publiée par le HGP en 2003 et aura une précision beaucoup plus grande. Le Dr. Francis Collins, directeur du National Human Genome Research Institute a précisé que le décodage de notre génome progressait à présent à la vitesse de 12000 paires de base à la minute, un vitesse vingt fois supérieure à celle qui prévalait il y a seulement trois ans.

Brève rédigée par @RTFlash

BBC : http://news.bbc.co.uk/hi/english/sci/tech/newsid_695000/695911.stm

Découverte d'un nouveau gène impliqué dans le cancer
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

Des chercheurs australiens viennent d'annoncer avoir localisé un gène impliqué dans le développement des vaisseaux sanguins. Cette avancée scientifique pourrait ouvrir la voie à la mise au point de nouveaux traitements des tumeurs cancéreuses ne présentant pas les effets secondaires toxiques de la radiothérapie ou de la chimiothérapie. Selon les Docteurs Peter Koopman et George Muscat, de l'Institut de biologie moléculaire de l'Université du Queensland (Australie), la découverte du gène Sox-18 n'est pas seulement utile dans le domaine du cancer, elle permet aussi d'ouvrir de nouvelles voies de recherche dans celui des maladies cardio-vasculaires et d'éviter les amputations de la jambe chez les personnes diabétiques. ''L'intérêt de cette découverte est surtout important dans le cancer'', a toutefois souligné le Dr Koopman lors d'une conférence de presse mardi dernier à Brisbane. ''Elle pourrait peut-être permettre de supprimer la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins qui apparaissent dans les tumeurs en développement: une nouvelle forme de traitement qui pourrait supprimer définitivement les effets toxiques des chimiothérapies et des radiothérapies''. Quand une tumeur cancéreuse se développe, elle fabrique son propre système vasculaire qui apporter l'oxygène et les nutriments nécessaires et élimine les toxines. Ce système trace un ''chemin'' aux cellules cancéreuses qui peuvent ainsi migrer vers d'autres parties du corps. Fruit de cinq ans de recherche, la localisation du gène Sox-18 n'est qu'une première étape. La prochaine est de comprendre comment ce gène intervient dans le processus de développement des vaisseaux. Le Dr Koopman a prédit que de nouvelles armes contre le cancer allaient être mises au point, qui utilisent la thérapie génique, ou de nouvelles molécules capables de débarrasser les tumeurs solides des vaisseaux qui dont elles ont besoin pour se développer

Brève rédigée par @RTFlash

Herald Sun : http://heraldsun.com.au/

Le vieillissement est-il la conséquence d'une anomalie génétique ?
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

Des anomalies génétiques pourraient bien être à l'origine du déclin physique qui accompagne inévitablement le vieillissement, selon des chercheurs. Dans une étude publiée vendredi dans le journal Science, des scientifiques de l'Institut de recherche Scripps de La Jolla (Californie) soulignent que sur 6.000 gènes étudiés, 61 au moins subissaient des changements importants entre l'âge de neuf ans et celui de 90 ans. Selon le Dr Richard A. Lerner, un des auteurs de l'étude, ces changements seraient à l'origine des cheveux gris, des rides, de la faiblesse musculaire et de la fragilité osseuse. Notre organisme possède ''des gènes de contrôle dont le rôle est de surveiller la qualité des cellules, de décider de leur viabilité ou au contraire de leur destruction'', explique le Dr Lerner. Si le gène de contrôle est efficace, s'il remplit sa mission, les cellules qui doivent être détruites le sont et les anomalies génétiques dont elles sont porteuses ne peuvent pas se transmettre à leur descendance lors de la division cellulaire. En revanche, s'il ne l'est pas, des anomalies génétiques se transmettent lors des divisions cellulaires successives. Ceci aboutit notamment à l'apparition de signes de vieillissement. C'est le ''dérèglement'' de ces gènes de contrôle qui est à l'origine du vieillissement, estime le Dr Lerner. Selon ce scientifique, l'étude pourrait servir de base à de nouvelles recherches dans le domaine du vieillissement. ''C'est un travail extrêmement intéressant'', ajoute le Dr Leonard Guarente, un chercheur spécialiste du vieillissement de l'Institut de Technologie du Massachusetts (MIT), mais ce n'est pas une ''découverte capitale'', c'est juste une ''piste''. Selon le DR Guarente, l'étude concerne des lignées cellulaires de laboratoire; des études complémentaires sont nécessaires pour comparer les changements observés en laboratoire à ceux qui pourraient l'être chez l'homme. Pour mener à bien leur travail, les scientifiques ont utilisé des tissus humains d'enfants de neuf ans, d'adultes, de vieillards de 90 ans, ainsi que de personnes atteintes de progeria, une maladie dans laquelle le vieillissement est accéléré. Les cellules étaient réparties en quatre groupes: des cellules normales jeunes, des cellules normales de ''l'âge mûr'', des cellules normales âgées, et enfin des cellules de progeria. Selon les résultats, le Dr Lerner et ses collègues ont trouvé que certains gènes présentaient des anomalies dans tous les groupes, qu'il s'agisse de cellules jeunes, adultes ou âgées. Les anomalies retrouvées dans les cellules progeria étaient comparables à celles observées dans les cellules âgées. La division cellulaire qui permet de remplacer les cellules âgées par de jeunes cellules est un processus physiologique de l'organisme, mais selon le Dr Lerner, cette nouvelle étude suggère que le vieillissement intervient quand des erreurs se glissent dans ce processus physiologique, notamment losque les gènes de contrôle n'arrivent pas à éliminer les cellules ''en mauvais état''. Selon lui, cette nouvelle étude souligne que le processus de vieillissement est similaire à celui de certains cancers. ''Si vous interrogez les gens, ils vous diront que le cancer est une maladie et que le vieillissement est un processus physiologique. Cette étude suggère que ces deux processus sont très similaires, ils sont tous les deux le résultat d'une faille observée chez les gènes dits de contrôle''.

Brève rédigée par @RRTFlash

Wired : http://www.wired.com/news/technology/0,1282,35337,00.html

Décryptage complet du génome du riz
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

Le groupe américain Monsanto a réalisé le décryptage complet du génome du riz, la plante la plus complexe et la première céréale jamais décodée, et mettra ses données à disposition de la communauté scientifique internationale. Le décryptage du génome du riz, aliment de base de 40% de la population mondiale, devrait, selon les experts, considérablement accélérer le décryptage génétique de toutes les autres graminées comme le blé, le maïs ou le sorgho, facilitant ainsi la sélection des variétés les plus utiles. Les chercheurs de Monsanto et de l'Université de Washington, à Seattle, ont obtenu, a annoncé à l'AFP mardi une porte-parole de Monsanto à Paris, le séquençage complet des douze chromosomes du riz, c'est-à-dire la liste ordonnée des 430 millions de bases (nucléotides) de son ADN. Le groupe américain a ainsi largement pris de vitesse la vingtaine d'instituts de recherche de dix pays qui, depuis 1998, participent au Programme international de séquençage du génome du riz (ISRGP). Pour montrer sa volonté d'être une entreprise "citoyenne", Monsanto a décidé de mettre ses données à l'entière disposition de tous les instituts de recherche membres du Programme international. Ces instituts pourront consulter librement sa base de données et exploiter tout aussi librement d'éventuels brevets élaborés à partir de ces données. Dans la course au génome entre public et privé, la démarche de Monsanto est opposée à celle de Craig Venter, aux Etats-Unis, dont la société Celera Genomics veut tirer profit de tout brevet issu de ses recherches sur le génome humain. Monsanto a officiellement remis sa base de données au ministère japonais de l'Agriculture, pilote du Programme international sur le génome du riz. Particulièrement désireux de montrer sa bonne foi en Asie, le groupe américain a décidé de ne déposer aucun brevet dans la région sur cette base de données.

AFP : http://www.afp.com/ext/francais/lemonde/sci/000404043911.f2cgxh1e.html

^ Haut
Homme
Anthropologie et Sciences de l'Homme
Le langage est-il né d'une mutation génétique ?
Samedi, 08/04/2000 - 00:00

Le langage serait le fruit d'une mutation génétique survenue chez un seul homme, voilà des dizaines de milliers d'années. C'est du moins ce qu'a affirmé Tim Crow, un psychiatre de l'Université d'Oxford, en Angleterre, lors d'une conférence réunissant des paléontologues, des anthropologues et des généticiens tenue à Londres, le 28 mars. Cette mutation expliquerait comment notre espèce en est venue à dominer la planète. Mais elle expliquerait aussi pourquoi nous sommes si vulnérables aux maladies mentales. Selon le chercheur, la mutation serait survenue sur le chromosome Y, que seuls les hommes possèdent. Elle serait ensuite répandue à toute l'espèce. Le nouveau gène aurait entraîné toute une série de changements biochimiques qui auraient culminé avec la spécialisation des deux hémisphères du cerveau et la maîtrise du langage complexe. Cette théorie, affirme-t-il, pourrait être validée en comparant les chromosomes humains à ceux de nos cousins primates. Quand cette mutation est-elle apparue au juste? On ne sait pas. L'homme moderne serait apparu voilà 150 000 ans. Il ne possédait sans doute pas de langage évolué au début. Les anthropologues estiment par contre que nos ancêtres maîtrisaient certainement les mots voilà 30 000 ans. L'évolution est donc survenue quelque part entre ces deux dates. On pense qu'en permettant de créer des sociétés mieux organisées, le langage aurait aidé à nos ancêtres à supplanter leurs concurrents, l'homme de Neanderthal, par exemple.

BBC : http://news.bbc.co.uk/hi/english/sci/tech/newsid_693000/693744.stm

^ Haut
VOTRE INSCRIPTION
Vous recevez cette lettre car vous êtes inscrits à la newsletter RTFLash. Les articles que vous recevez correspondent aux centres d'intérêts spécifiés dans votre compte.
Désinscription Cliquez sur ce lien pour vous désinscrire.
Mon compte pour créer ou accéder à votre compte et modifier vos centres d'intérêts.
PLUS D'INFOS
Suivez-nous sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook
 http://www.rtflash.fr
back-to-top