RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

RTFLASH Recherche & Technologie
NUMERO 71
Lettre gratuite hebdomadaire d’informations scientifiques et technologiques
Créée par René Trégouët rapporteur de la Recherche et Président/fondateur du Groupe de Prospective du Sénat
Edition du 10 Novembre 1999
Recommander  |  Désinscription  |  Lire en ligne
Egalement dans ce numéro
TIC
Internet engage la mutation des systèmes de santé
Intel mise sur l'internet
Internet mobile : l'Europe dépassera les USA
La Chambre des représentants donne force juridique aux signatures électroniques
Condamné ou non, Microsoft gardera un avantage technologique
Les logiciels libres et gratuits s'engouffrent dans la brèche
Plongez dans l'image !
Une imprimante à l'encre invisible
Le PC le plus léger du monde - enfin un vrai "portable" !
Hewlett Packard prépare un ordinateur simplifié
Utiliser son téléphone portable pour consulter sa messagerie électronique d'entreprise
Le marché des satellites dopé par l'internet
Qualcom ouvre aux mobiles l'accès internet à grande vitesse
Avenir
Un alliage bientôt aussi dur que du diamant
Les nanotubes font tapisserie
Vers le composant moléculaire
Matière
Les cristaux liquides à l'assaut des écrans plats de télévision
Les tubes à vide sont de retour
Mise au point de transformateurs supraconducteurs
Espace
Le satellite devient un outil de gestion polyvalent
La NASA lancera un télescope spatial orienté par une voile solaire
Une nouvelle planète autour d'une étoile double
Terre
Les forêts pourraient accélérer le réchauffement de la planète
Vivant
Un nouveau médicament démontre son effet bénéfique sur la schizophrénie
Les animaux domestiques contre l'hypertension
Cultiver des valves cardiaques !
Médecine du XXIème siècle: les Français optimistes
Alzheimer : la bêta secrétase enfin identifiée
Un chercheur anglais fait pousser ses poils sur les bras de sa femme
Visualiser la circulation sanguine de la peau
L'enzyme qui contrôle le silence des gènes
Les gènes n'expliquent pas tout
Recherche
Le chauffeur de cette voiture ne conduit pas, il navigue
Edito
Les mondes virtuels : La drogue du XXIe siècle



La bataille, sans quartier, que tous les grands acteurs mondiaux s'apprêtent à livrer dans le domaine de l'image a comme finalité essentielle de nous faire entrer dans des mondes virtuels. Tout laisse à penser que ces mondes virtuels seront en priorité accessibles aux jeunes avec l'arrivée en rafales dans ces prochaines années de stations de jeux de plus en plus puissantes. En dehors du fait de société que peut représenter cette priorité qui est dorénavant accordée aux jeunes par les industriels pour leur permettre d'accéder aux technologies les plus performantes et ce, pour des coûts de plus en plus accessibles, il est dans notre mission d'imaginer, dès maintenant, les conséquences que pourrait avoir, sur nos sociétés modernes, la montée en puissance de ces mondes virtuels. L'environnement créé par ces machines du futur saura si bien leurrer le cerveau humain en se servant de nos sens (voir édito du n° 64 d'@RT Flash www.tregouet.org/Lettre/Lettre64-Au.html) que les répercussions seront profondes sur chacun. Si, dans un premier temps, ces mondes virtuels vont utiliser la voie apparemment sans conséquence des jeux pour pénétrer dans l'univers de nos enfants, il faut bien avoir conscience que la montée en puissance fulgurante des processeurs, l'arrivée d'une nouvelle génération d'écrans et de senseurs et la concurrence sans précédent qui va permettre au plus grand nombre d'accéder au réseau mondial à des débits encore insoupçonnés va inciter très rapidement de nombreux nouveaux acteurs à s'emparer de ces mondes virtuels. Cela sera vrai dès ces prochaines années pour le commerce électronique basique. Nous pourrons ainsi essayer une voiture ou visiter un appartement ou un lieu de villégiature dans un environnement virtuel beaucoup plus réaliste que les images qui nous sont actuellement proposées sur Internet. Mais ceci n'est encore qu'un simple prolongement des belles brochures glacées en quadrichromie qui nous sont actuellement offertes par le constructeur, les agences immobilières ou les agences de voyages. La véritable rupture culturelle se produira quand ces mondes virtuels pénétreront dans notre sphère personnelle pour nous transformer en acteur authentique. Ainsi, rien n'interdit de penser que demain, il sera demandé à ceux qui accepteront d' " entrer dans le jeu " de filmer, avec des caméras vidéo-numériques qui enregistreront des images et du son, de qualité, et ce pour des coûts de plus en plus faibles, les lieux habituels dans lesquels ils vivent, leur appartement, leur maison de campagne mais aussi leurs lieux de travail, de loisirs et tous les endroits qui constituent le cadre de leur vie. Déjà dans cette première phase, le commerce électronique changera de nature car les propositions qui pourront vous être faites par les firmes qui utiliseront de plus en plus ces outils pertinents s'adapteront parfaitement à votre situation personnelle. Ainsi, il pourrait vous être proposé de faire évoluer la décoration de votre appartement en y déplaçant tel ou tel meuble et en y ajoutant tel ou tel autre. Il en serait de même dans tous les endroits où vous avez un pouvoir de décision sur le cadre, l'environnement. Comme les propositions seraient accompagnées de séquences filmées qui vous feraient vivre, avec un réalisme délirant, dans vos lieux de vie habituels ainsi transformés par cette approche virtuelle, la puissance d'une telle approche du commerce électronique serait autrement plus efficace que l'argumentaire dépersonnalisé que nous connaissons actuellement. La phase ultérieure de cette évolution maintenant inéluctable, à laquelle il nous faut réfléchir sans retard, est celle beaucoup plus préoccupante où on va nous inciter à faire entrer des êtres humains, et plus spécialement les êtres qui nous sont chers, dans ces mondes virtuels. Il nous sera ainsi demandé de filmer, dans des situations différentes et lors des longues conversations qui " marquent " les réunions familiales les personnes avec lesquelles nous aimons vivre, que nous rencontrons avec plaisir et avec lesquelles nous aimons discuter. Ces longs enregistrements auxquels s'en ajouteront d'autres toujours pris en " live ", mois après mois, année après année, permettront de définir avec précision les " profils psychologiques " de tous les acteurs auxquels nous voudrons attribuer un rôle dans notre monde virtuel intime. Comme il nous sera devenu habituel de fréquenter ces mondes virtuels grâce à une reconstitution très réaliste de nos lieux de vie, nous ne serons pas surpris de voir se glisser, un à un, dans ce cadre ainsi reconstitué, tous les êtres qui nous sont chers. Dans un premier temps, ces êtres chers n'échangeront avec nous que des conversations que nous aurons déjà entendues, comme nous le faisions déjà de façon beaucoup plus rudimentaire et beaucoup moins réaliste il y a 15 ans avec la caméra super huit familiale. Mais, peu à peu, au fur et à mesure que les agents intelligents prendront de plus en plus de perspicacité, nous verrons que ces êtres chers, ces amis, selon leurs centres d'intérêts et leur profil, commenceront à nous commenter les événements du jour comme s'ils étaient physiquement, dans l'instant, à nos côtés, alors que cette rencontre se réalisera dans un monde virtuel. Rien ne nous interdit d'imaginer que nous pourrions continuer à les rencontrer et à nous entretenir avec eux dans ces mondes virtuels alors qu'ils auraient disparu physiquement du monde réel... Bien entendu, pendant un assez long temps, les imperfections du système nous feront toujours faire la différence entre le monde réel et le monde virtuel. Mais même s'il faut quelques décennies pour que la vraisemblance de ces mondes virtuels trompe le cerveau humain, il faut avoir conscience que cela adviendra. Dans un temps intermédiaire, car sera plus facile, on proposera même à chacun d'entre nous de réaliser un film dont nous serions le héros et où les autres acteurs (Gérard Depardieu, Bruce Willis, Julia Roberts, Claudia Schiffer...) seraient à nos côtés. Nous en serions à la fois l'auteur, le metteur en scène, le réalisateur et le producteur. Si, dans un premier temps, les réticences seront nombreuses et même violentes pour ne point laisser ainsi entrer la machine dans notre imaginaire, il ne faut pas être naïf, la puissance et le réalisme de ces mondes virtuels seront d'une telle importance que l'Homme, qui n'y verra que l'ouverture d'un champ nouveau pour l'aventure, s'y engouffrera à un rythme qui nous surprendra tous. En effet, qui aurait dit, il y a moins d'un demi-siècle, que nos peuples passeraient globalement, en ce début de 21e siècle, du moins dans les pays développés, plus de temps devant la télévision qu'au travail ? (Une récente étude de l'IDATE le confirme). Aussi, il ne faut pas être grand devin pour affirmer qu'en 2050 l'Homme passera plus de temps dans des mondes virtuels que dans le monde réel. Chacun le ressent en essayant de se projeter dans cet avenir qui est dorénavant dans le futur des êtres vivant déjà actuellement, ce basculement entre le monde réel et les mondes virtuels va fondamentalement bouleverser nos sociétés et la vie même des habitants de notre planète. Parmi les bouleversements fondamentaux que provoquera ce basculement et sur lesquels je reviendrai ultérieurement, il faut citer, dès maintenant, deux dangers majeurs dont il nous faut prendre conscience sans retard car il en va de l'avenir même de l'Homme. Le premier de ces dangers que j'ai déjà abordé dans l'éditorial du n° 67 d'@RT Flash (www.tregouet.org/Lettre/Lettre67-Au.html) est de voir les robots qui, à terme, vont acquérir une conscience, se servir de toutes les capacités offertes par les Nouvelles Technologies pour envoyer les humains trouver leurs plaisirs dans des mondes virtuels pendant qu'eux prendront totalement en main le destin du monde réel. Le second de ces dangers est intimement lié au premier. Les mondes virtuels auront une telle capacité de leurrer le cerveau humain qu'ils parviendront à créer un nouveau paradigme du Bonheur en transformant en roi dans son monde virtuel celui qui ne serait qu'un exclu dans le monde réel et lui permettront, en particulier, de continuer à vivre, comme le subconscient nous y invite, avec des êtres chers qui auront disparu de notre monde réel. S'il en était ainsi, les mondes virtuels deviendraient la drogue du XXIe siècle et il serait à craindre que les êtres humains soient de plus en plus nombreux à s'y réfugier et ne veuillent plus en sortir pour subir la rudesse et l'injustice de notre monde... réel.

René Trégouët

Sénateur du Rhône


TIC
Information et Communication
Internet engage la mutation des systèmes de santé
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

D'après le Health Cast 2010, étude publiée par PriceWaterhouse Coopers le 2 novembre, l'internet opère une profonde mutation dans l'industrie médicale. Visiblement très favorables à l'émergence d'internet entre le patient et le soignant, les responsables interrogés sont persuadés de la bonne influence de ce médium sur les systèmes de soins actuellement en cours.89 % d'entre eux pensent que les services de consultation médicale on line auront une incidence sur la fréquentation des services de consultation "physiques". " Les patients jugent les unités de soins comme des hôtels. La partie clinique arrive en seconde place. Aujourd'hui, ce qui importe pour le malade, c'est l'accueil qu'on lui réserve ", précise Woody Grosman, responsable du département Santé chez PriceWaterhouse Coopers. Aux États-Unis, les étudiants en médecine s'initient déjà au diagnostic via l'internet grâce des logiciels mis au point par leurs profs. Ils envoient leurs ordonnances et reçoivent les résultats par e-mail. 71 % des responsables médicaux pensent que l'internet est un facteur de progrès pour la pratique de la médecine. Parallèlement, le boom de l'accès à l'information médicale forme une nouvelle génération de patients, plus et mieux "éduqués". Revers de la médaille, ceux-ci se montrent impatients et exigeants. " Avoir un patient compétent en face de soi pousse à la perfection. 60 % de médecins consultent l'internet au moins une fois par semaine aux États-Unis, et 70 % des patients de ces médecins vont s'informer sur l'internet ", indique Woody Grosman. La possibilité d'échanger directement par e-mail, IRC ou chat avec le patient offre aux médecins un gain de temps extraordinaire et réduit le nombre de visites à domicile.

ZDnet : http://www.zdnet.fr/cgi-bin/a_actu.pl?File_ini=a_actu.zd&ID=11475

Intel mise sur l'internet
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Intel, le géant américain du microprocesseur, a orienté résolument sa stratégie en fonction de l'internet, même si les deux dernières familles de puces continuent à améliorer la performance des ordinateurs personnels de 10 à 20%. "Intel, dont les puces se retrouvent dans 85% des ordinateurs personnels dans le monde", modifie son plan d'activités pour que "d'ici deux ou trois ans, le marché du réseau génère un chiffre d'affaires égal ou supérieur au marché de l'ordinateur personnel", estime Rob Enderle, analyste chez Giga Information Group. Jusque là, la stratégie d'Intel vis-à-vis de l'internet se limitait à une approche minimaliste par le biais d'investissements ou de partenariats. Le groupe, grâce à ses propres laboratoires, travaillait au développement d'applications internet de plus en plus complexes (audio, vidéo, jeux, 3D) nécessitant des capacités de processeurs toujours accrues. Mais depuis plusieurs mois, Intel a ouvert ses perspectives et suit une politique d'acquisitions de technologies et d'entreprises pour se positionner aussi rapidement que possible sur la nouvelle frontière de l'industrie informatique. Intel a racheté récemment Level One Communications, un fabriquant de puces de télécommunications. Ce seul secteur devrait générer 1,5 milliard de chiffre d'affaires pour Intel en 1999. L'objectif d'Intel? Devenir le fournisseur numéro 1 du réseau, être présent en chaque point où une puce est nécessaire, des serveurs (centres névralgiques) aux téléphones portables et autres appareils électroniques mobiles. Intel cherche également à être un acteur de la nécessaire modernisation des connexions, au gré de l'élargissement de la bande passante et de l'extension du réseau. L'accès le plus rapide à Internet est actuellement de l'ordre de 10 mégaoctets par seconde. Un chiffre qui devrait passer à 100 d'ici un an ou deux, selon les experts, "et bientôt on parlera en gigaoctets par seconde", avance Rob Enderle. L'informatique de réseau, un concept développé en 1995 par Oracle et Netscape, consiste à relier des serveurs très puissants, sur lesquels sont stockées tous les programmes et toutes les données dont les utilisateurs ont besoin, à des terminaux très simples, fixes ou mobiles, permettant à l'utilisateur où qu'il se trouve d'avoir accès à ses applications et données. Dans la logique de l'informatique de réseau, la puissance de microprocesseur nécessaire sur un PC est inversement proportionnelle à la largeur de la bande passante, autrement dit au flot de données qui peuvent circuler sur une connexion. Après avoir été mise de côté pendant deux ans, l'informatique de réseau revient aujourd'hui au devant de la scène grâce au déploiement des connexions rapides à l'internet (numériques, câblées ou satellites).

AFP : http://www.actualinfo.com/fr/multimedia/depeche.cfm?depeche_Index=38104&cat=69&f...

Internet mobile : l'Europe dépassera les USA
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Lors du Symposium/ItxPo'99 à Cannes, les consultants du Gartner Group ont présenté leur vision des développements du commerce électronique. Selon eux, alors que les Etats-Unis possèdent une avance conséquente dans le domaine de l'Internet depuis un PC ou un boîtier ("set-top box"), l'Europe profitera bientôt de son avance dans le domaine de la téléphonie mobile. D'après les projections du Gartner Group, près de 60% de la population européenne sera équipée d'un téléphone portable. Mieux : plus de 40% des échanges commerciaux à destination du grand public s'effectueront dans quatre ans à l'aide d'un appareil mobile. A terme, l'Europe pourrait dépasser les Etats-Unis sur ce marché. Pour étayer ses arguments, Garner Group assure que l'adoption massive du protocole sans fil WAP devrait intervenir d'ici trois ans. En outre, trois nouveaux mobiles ou PC de poche sur quatre seront compatibles Bluetooth (standard de communication sans fil à distance réduite) en 2004.

Network news : http://www.vnunet.fr/NN/pgs/actu_infos_article.htm?date=1999-11-08&id=4

La Chambre des représentants donne force juridique aux signatures électroniques
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

La Chambre des représentants a approuvé le 9 novembre 1999 une proposition de loi accordant aux signatures électroniques la même valeur juridique que les signatures à la main. Le texte, concernant l'ensemble du commerce électronique, a été approuvé par 356 voix contre 66 et doit maintenant recevoir l'aval du Sénat. Le président Bill Clinton pourrait toutefois y mettre son veto au nom de la protection des droits du consommateur. La proposition de loi reconnaît aux documents signés électroniquement la même valeur qu'au contrat signé sur papier, afin de faire face, selon ses partisans, à l'explosion de l'internet et à la généralisation des contrats effectués en ligne.

AFP : http://fr.news.yahoo.com/991110/32/78nx.html

Chambre des représentants : http://clerkweb.house.gov/evs/1999/index.asp

Condamné ou non, Microsoft gardera un avantage technologique
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Avec son système d'exploitation Windows qui équipe 90% des PC, Microsoft a imposé un standard technologique mondial qui continuera à moyen terme à avantager ses logiciels, quelle que soit l'issue de la procédure judiciaire à son encontre, selon des experts. Le système d'exploitation (en anglais OS, pour "operating system") est le "coeur" de l'ordinateur, le langage qui permet à l'utilisateur de commander sa machine pour lancer un jeu ou un traitement de texte, lire un CD-ROM, naviguer sur Internet, connecter une imprimante etc. Microsoft a imposé dans la foulée ses autres logiciels, avantagés par leur compatibilité avec Windows, comme sa suite bureautique Microsoft Office (Word, Excel...), son logiciel de navigation Internet Explorer et son logiciel pour serveurs Internet, IIS. Souvent, les PC vendus sont prééquipés avec Windows et de plusieurs autres logiciels de Microsoft. Tous ces logiciels sont compatibles entre eux et forment un ensemble cohérent qui pousse à l'achat de la gamme Microsoft et des nouvelles versions. "Microsoft Office a supplanté les logiciels bureautiques du groupe Corel (comme WordPerfect), qui avant Windows 95 était leader sur ce marché", a expliqué Jean-Denis Gorin, de la société informatique Edelweb. Microsoft Office représente 30% du chiffre d'affaires mondial de Microsoft, a précisé Microsoft France. Presque tous les autres éditeurs de logiciels ont dû se plier au nouveau standard et rédiger des programmes pouvant être lus par Windows. Des dizaines de milliers de logiciels, allant des jeux aux pilotes des imprimantes, sont écrits pour Windows. "Il faut verser des droits à Microsoft pour pouvoir disposer de la documentation nécessaire", a souligné M. Gorin. "Le standard Windows survivra à Microsoft, au moins à moyen terme", a-t-il poursuivi, "car 90% du marché est équipé. En outre, aucun des systèmes d'exploitation concurrents -- Unix, Linux, Be/OS, Solaris de Sun Microsystems...) ne peut facilement être installé sur un PC, contrairement à Windows, où il suffit de lancer un CD-ROM". "En dépit des sentiments anti-Microsoft qui se font jour dans certains milieux, n'espérez pas que le Père Noël apporte au consommateur une cargaison de systèmes d'exploitation alternatifs", commentait l'éditorialiste du magazine en ligne ZDNet UK. Même commentaire chez l'éditeur Hachette Multimedia. "Même si Microsoft était saucissonné, les PC continueront à tourner sous Windows et nous écrirons des versions pour eux", a jugé Neil Minkley, responsable des produits de référence. "Peut-être y aurait-il cependant une pression supplémentaire pour des versions différentes. Nous comptons sortir une version de l'Encyclopédie Hachette pour Linux en 2000", a-t-il ajouté. Si la justice oblige Microsoft à ne plus prééquiper les PC de ses logiciels, ou le contraint à rendre public le code de Windows, ou encore découpe la firme en morceaux, les logiciels d'application concurrents de ceux de Microsoft retrouveraient une bouffée d'oxygène, même si Windows reste un standard indiscuté. La guerre des logiciels pour PC pourrait passer au second plan dans les années qui viennent avec le développement des appareils mobiles, comme les téléphones qui surfent sur Internet ou les objets communicants. Ces appareils, promis à un formidable développement au détriment du PC, requièrent un système d'exploitation moins gourmand: dans ce domaine, rien n'est joué puisque Windows n'a pour l'instant pas réussi à imposer largement son système standard pour ces appareils, Windows CE.

AFP : http://www.actualinfo.com/fr/multimedia/depeche.cfm?depeche_index=46482&cat=13

Rapport intégral du juge Thomas Penfield Jackson :

_ http://www.usdoj.gov/atr/cases/f3800/msjudgex.htm

Les logiciels libres et gratuits s'engouffrent dans la brèche
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Après la dénonciation, vendredi 5 novembre, par la justice américaine du monopole de Microsoft sur les systèmes d'exploitation pour micro-ordinateurs, les investisseurs ont encensé les titres des concurrents comme Sun Microsystems (+ 1,98 %), Red Hat (+ 20,9 %) ou Be OS (+ 92 %). La Bourse parie sur l'émergence de nouveaux acteurs susceptibles d'ébranler la suprématie du numéro un mondial des logiciels. La réussite financière de la firme de Bill Gates repose sur une logique simple : vendre un logiciel pour chaque PC, puis refacturer l'utilisateur à chaque nouvelle version. De nouveaux compétiteurs ont décidé de révolutionner ce modèle économique : ils distribuent gratuitement un logiciel qui peut être dupliqué à l'infini et mettent à disposition des utilisateurs toutes les modifications ultérieures. Depuis le rachat de la société allemande Star Division en août, le constructeur informatique américain Sun Microsystems a décidé de délivrer gratuitement la suite bureautique (ensemble de logiciels de traitement de texte, tableur, agenda...)Star Office quand Microsoft vend Office 2000 près de 4 600 francs. L'ensemble de logiciels qu'offre Star Division est loin du bas de gamme que sa gratuité pourrait laisser craindre. La suite, écrite en Java, se révèle complète, ergonomique et compatible avec les fichiers créés à l'aide de Microsoft Office. En revanche, le groupe n'a pas encore l'intention de dévoiler le code source (les lignes de programme) au public, car il veut garder le contrôle de ses logiciels. Un pas que n'a pas hésité à franchir le Finlandais Linus Torvalds, inventeur de Linux, un système d'exploitation destiné aux serveurs mais également aux PC. Linux est totalement gratuit et ses codes sources sont disponibles - la définition du logiciel libre. Il connaît un succès éclatant sur le marché des serveurs Internet, un segment en forte croissance. Selon le cabinet d'études américain Zona Research, Linux contrôle 26 % du marché mondial, devant Windows NT avec 23 %, Unix (22 %) et Solaris (14 %), propriété de Sun Microsystems.

Le Monde/9/11:99 : http://www.lemonde.fr/article/0,2320,seq-2058-30170-QUO,00.html

Plongez dans l'image !
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

La société américaine Ipix vient de mettre au point une technologie pour visualiser des images vidéos sous tous les angles. Baptisée V360, cette technologie s'adresse aux internautes, équipés d'une connexion large bande à Internet (cable, ADSL ou ligne spécialisée). Ils pourront s'immerger, dans l'action d'un match de football ou dans l'ambiance d'un concert de rock. L'utilisateur pourra choisir entre plusieurs caméras, pour zoomer sur les joueurs, effectuer un panoramique sur 360°, etc. Le système d'Ipix utilise deux caméras vidéo à haute résolution équipées chacune d'un grand angle de 185°. Le logiciel reconstitue une image à 360° et corrige les effets de perspective. La technologie utilisée dérive de recherches, menées pour le compte de la NASA et du département américain de l'Energie, afin de visualiser à distance des environnements dangereux. Ce système V360 de Ipix a reçu une distinction du Museum des Sciences pour son innovation technologique.

Brève rédigée par @TT flash

Wired : http://www.wired.com/news/technology/

Une imprimante à l'encre invisible
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Les imprimantes à jet d'encre ont fait, en quelques années, des progrès considérables pour réduire la taille des bulles produites. Des chercheurs américains proposent d'aller encore plus loin en rendant celles-ci invisibles à l'oeil nu. La technologie, décrite par des physiciens de l'Université de Buffalo, dans le journal scientifique Applied Physics de septembre dernier, pourrait servir pour imprimer sur des billets des marques invisibles, sauf à utiliser un microscope, ou être utilisée pour transmettre discrètement des informations confidentielles. Selon le brevet déposé par les chercheurs américains, la taille des bulles d'encre serait 100 fois inférieure à leur taille actuelle les rendant indétectables à l'oeil nu. En émancipant les imprimantes à jet d'encre des buses qui limitent la taille minimale des gouttes d'encre, les physiciens de l'université de Buffalo affirment que ces dernières pourraient être réduites à 15 ou 20 nanomètres. Un nanomètre est égal à un milliardième de mètre. Les meilleures imprimantes à jet d'encre produisent, aujourd'hui, des bulles d'un millionième de mètre. La technologie, décrite dans l'article d'Applied Physics, ne nécessiterait plus, pour obtenir une bonne qualité d'impression, l'utilisation des papiers couchés qui grèvent les coûts d'utilisation des imprimantes à jet d'encre actuelles. Le principe technique utilisé génère un champ magnétique pour diriger l'encre composée de particules de ferrofluide, et ensuite la projeter sur le papier, ou tout autre support.

AFP : http://www.actualinfo.com/fr/telecoms/depeche.cfm?depeche_Index=38103&cat=105&f=...

Le PC le plus léger du monde - enfin un vrai "portable" !
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

IBM (Japon) a récemment présenté le prototype d'un PC portable, mais alors véritablement "portable" (wearable). Ce prototype remet sérieusement en question le concept du portable tel qu'on l'entendait jusqu'ici. D'à peu près la taille d'un baladeur, accompagné d'un écouteur et d'une télécommande, tous deux uniques en leur genre, le protoype du "Wearable PC" est assez petit pour être effectivement porté sur soi, emmené partout, tel un organiser dont il a d'ailleurs, entre autres, les fonctions. Cet excellent prototype consiste donc en trois éléments reliés par câble : l'unité centrale, le contrôleur miniature (qui dispose d'enceintes, d'un manchet TrackPoint et d'un bouton de type souris) et enfin les écouteurs (micro intégré). Le poids - estimé - de l'unité centrale est de seulement 299 g. c'est très peu si l'on considère qu'elle embarque un processeur de 233 MHz, un micro disque dur IBM et un pack de batterie. Autre avantage du PC "Wearable" : il a Windows 98 pour OS, avec tout ce que cela implique en terme de logiciels et d'applications. Le poids total - estimé une fois encore - du PC "Wearable", incluant l'unité centrale, le contrôleur miniature, les écouteurs et les câbles de connexion, sera de 449 g. Ce qui fait tout simplement de lui le PC le plus léger du monde.

Lettre de l'Internet : http://www.lalettre.com/todaynews.cfm?id=40

Hewlett Packard prépare un ordinateur simplifié
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Le marché des " clients légers " autrement appelés ordinateurs de réseau semble décidément redevenir porteur. Dernier fabricant à se lancer dans la bataille, Hewlett Packard annonce qu'il sortira l'an prochain une nouvelle génération " d'ordinateurs simplifiés " destinés aux entreprises. La firme précise qu'elle fera porter ses premiers efforts sur les banques, les assurances et les compagnies aériennes qui ont besoin d'un très grand nombre de postes de travail pour effectuer leurs transactions. Baptisés " e-PC ", ces appareils sont censés être plus simples à installer et à entretenir que les ordinateurs personnels traditionnels, d'où une meilleure fiabilité et un moindre coût à l'usage. En revanche, ils n'offriront pas de possibilités d'évolution. Ils fonctionneront avec les systèmes d'exploitation de réseau de Microsoft Windows NT et Windows 2000 mais également avec Windows 98. L'annonce de HP fait suite aux nouveaux projets de " clients légers " de fabricants comme Sun ou IBM. Oracle, le numéro 1 mondial des logiciels de bases de données a également dévoilé un projet d'ordinateur de réseau visant le grand public et qui entraînera la création d'une nouvelle société. Larry Ellison, le PDG d'Oracle, annonce en effet l'avènement du Network Computers depuis plusieurs années.

L'Expansion : http://www.18h.com/techno.asp

Utiliser son téléphone portable pour consulter sa messagerie électronique d'entreprise
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Netsize présente Netsize Mail, un pack "logiciel+service" qui vous permet de disposer de votre messagerie d'entreprise sur votre téléphone mobile. Simple et pratique, Netsize Mail vous permet de piloter à distance votre boîte aux lettres électronique, à partir de votre téléphone mobile. Netsize Mail offre un panel complet de fonctionnalités. Pour bénéficier de Netsize Mail, il faut posséder un téléphone mobile, une messagerie électronique Lotus Notes ou Microsoft Exchange et s'abonner auprès de Netsize. A partir de votre téléphone mobile vous pouvez Activer / désactiver le transfert des e-mails qui vous intéressent vers votre mobile ou une autre messagerie, rechercher un numéro de téléphone ou une adresse dans les annuaires de la société, Inscrire un rendez-vous dans votre agenda Lotus Notes ou MS Exchange, accepter une invitation pour une réunion et bien sur renvoyez un e-mail sur un fax ou envoyer un e-mail. Avec ce système il est possible de conserver une trace de vos e-mails dans votre messagerie d'origine et surtout d'utiliser votre adresse e-mail existante. Stanislas Chesnais, Directeur Général de Netsize, précise : "Ce service est révolutionnaire, parce que l'utilisateur n'a pas à disposer d'une énième boites aux lettres. Netsize Mail s'intègre simplement dans sa messagerie d'entreprise. Notre offre concrétise le concept de messagerie unifiée : une seule boite aux lettres, plusieurs portes d'accès." Très simple à mettre en oeuvre, le logiciel s'installe sur le serveur messagerie de l'entreprise. Il est relié à la passerelle SMS Gateway de Netsize via une connexion TCP/IP ou SMTP. L'administrateur configure la connexion et créé les utilisateurs autorisés à utiliser le service. Puis, chaque utilisateur configure ses renvois et ses paramètres personnels.

Cyperus : http://www.cyperus.fr/Cyperus/FR/Societes.nsf/EnvCommuniques/NT001763C2

Le marché des satellites dopé par l'internet
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Les systèmes de télécommunication par satellite capables de raccorder l'utilisateur final aux infrastructures de réseaux large bande pourraient provoquer une véritable explosion du secteur spatial commercial, rapporte Aerospace Daily. L'avis généralement partage par les orateurs présents a la première International Space Business Assembly (ISBA) est que les problèmes rencontres notamment par l'opérateur de téléphonie mobile globale par satellite Iridium ne devraient pas entraver la croissance du secteur, même s'ils restreignent a court terme un environnement d'investisseurs déjà peu étendu. La décision de Craig McCaw d'investir suffisamment d'argent dans ICO pour faire sortir l'opérateur de la protection des lois de banqueroute (Cf. Article numéro 1) a été prise dans ce contexte comme un important encouragement. Selon l'avis de nombreux participants, la croissance résiderait nécessairement du cote des services large bande, dont l'acheminement par voie terrestre demeure coûteux. "Les applications actuelles demandent des bandes passantes de plus en plus larges. Une réalité s'impose désormais : si on ne passe pas dans ce secteur des services large bande, on n'a qu'a déposer son bilan", déclare le Président Directeur Général d'Intelsat Conny Kullman. Loral, investisseur principal avec Alcatel dans le projet Globalstar, projette ainsi d'adjoindre a la constellation de téléphonie mobile le réseau de satellites géostationnaire Cyberstar qu'elle développe par ailleurs. Globalstar vise une clientèle d'utilisateurs de classe sociale moyenne, résidant dans des villages de 10000 a 20000 habitants au Brésil, en Argentine, au Mexique, en Inde ou en Russie, qui ne disposent d'aucun moyen de téléphoner. Le futur réseau Astrolink, supporte par Lockheed Martin, Telespazio et TRW, participe a cette vague d'euphorie du secteur des télécommunications satellitaires. Le groupe de production Liberty Media Group vient en effet d'ajouter 425 millions de dollars au projet, portant a 90% la part d'investissement initial déjà sécurisée. Astrolink pourrait offrir les premiers services large bande par satellite des 2003.

http://www.france-science.org/usa-espace

Qualcom ouvre aux mobiles l'accès internet à grande vitesse
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Le constructeur de mobiles Qualcomm, après des mois de test, vient lundi d'annoncer qu'il allait fournir une solution de connexion Internet ultra-rapide pour les téléphones sans fil et les PC de poche. La technologie HDR (High Data Rate) aura finalement été élue par la compagnie. Elle permettra un accès Internet sans fil à des débits atteignant 2.4 Mbps, c'est-à-dire au moins cent fois plus qu'une connexion par modem ordinaire. Qualcomm compte faire bénéficier mobiles, PC de poche et portables de cette technologie. Un maximum d'appareils, donc, quoique les téléphones mobiles soient surtout visés dans la mesure où ils sont les plus nombreux en circulation. C'est naturellement le marché émergent de la téléphonie mobile 3G (pour 3ème Génération - celle des mobiles ayant un accès sans fil au réseaux, Internet en particulier) qui intéresse ici Qualcomm. Aux Etats-Unis, seuls quelques opérateurs sans fil, tel Sprint, offrent pour l'instant des solutions de type 3G, et encore à des débits réduits. Le marché est ouvert, et Qualcomm aimerait probablement qu'il se referme avec lui ! Ce qui ne risque pas de se produire puisque de nouveaux acteurs montrent régulièrement le bout de leur nez, Tantivy Communications (start-up qui développe également une technologie d'accès Internet à grande vitesse) étant le dernier en date.

Lettre de l'Internet : http://www.lalettre.com/todaynews.cfm?id=42

^ Haut
Avenir
Nanotechnologies et Robotique
Un alliage bientôt aussi dur que du diamant
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Des scientifiques de l'Iowa sont parvenus à synthétiser la deuxième substance la plus dure au monde après le diamant. Résultat d'un premier alliage d'aluminium, de magnésium et de bore auquel fut rajouté de la silice, cette matière est capable de supporter 46 gigapascals (soit un peu plus de 3000 tonnes au cm/carré) et pourrait augmenter avec l'emploi d'autres additifs. Autre particularité de cette substance : sa composition atomique. Dotée de 64 atomes, cette structure est étonnamment plus complexe que celle des huit atomes du diamant, dont la résistance se situe elle entre 70 et 100 gigapascals. Bien moins cher à fabriquer que d'autres composés à la dureté analogue, ce composé semble aussi résister à l'usinage à hautes températures de pièces à base de fer, là où le diamant montre ses limites. Prochaine étape pour cette substance en cours de brevet : en faire de la poudre... applicable par exemple sur un bulldozer ou un chasse-neige.

Besok : http://www.besok.com/besok/besok01.nsf/NEWaffich/

Les nanotubes font tapisserie
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Une équipe de chercheurs de l'université de Caroline du Nord et des Laboratoire Bell / Lucent Technologie, ont mis au point des nanotubes de carbone plus résistant que l'acier et aussi léger que le plastique. Ces nanotubes de carbone ouvrent la voie à une nouvelle génération de moniteurs à écran plat, et préfigure les postes de télévision de demain tels des peintures ornant les murs de l'habitat du futur. La révolution technologique de ces nanotubes reposent sur sa stabilité d'émission d'électrons provenant à la fois de la finesse du nanotube couplée à sa haute résistance chimique.

Besok : http://www.besok.com/besok/besok01.nsf/NEWaffich/5B15386A1CFDDDE18025681F00429E2...

Vers le composant moléculaire
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Pendant que les nouvelles puces dessinées avec une finesse de trait de 0,18 microns arrivent sur le marché, les travaux des chercheurs des Bell Labs, filiale de Lucent, permettent d'espérer une précision de 0,05 microns grâce à leur technologie Scalpel qui utilise des électrons au lieu de la lumière pour graver les puces. Pour graver des circuits toujours plus fins, les industriels doivent réduire de plus en plus la longueur d'onde de la lumière utilisée en lithographie optique. En descendant à seulement 50 nanomètres, les chercheurs de Bell franchissent donc un nouveau pallier dans la miniaturisation. Mais déjà les chercheurs de Hewlett-Packard et de l'Université de Californie travaillent sur des composants de taille moléculaire, seulement 1 nanomètre, qui devraient permettre à l'électronique de préparer sa mutation dans l'ère post-silicium à partir des années 2015.

Brève rédigée par @RT Flash

New York Times : http://www.nytimes.com/library/tech/99/11/biztech/articles/01nano.html

^ Haut
Matière
Matière et Energie
Les cristaux liquides à l'assaut des écrans plats de télévision
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Le coûteux plasma semblait sans concurrence pour fournir ces écrans plats grand format qui font rêver de téléviseurs qui s'accrochent aux murs comme des tableaux. C'était compter sans la contre-attaque de la technique dont Sharp vient de fêter les vingt-cinq ans : les cristaux liquides (LCD). Le fabricant japonais, numéro un mondial dans la production des petits écrans destinés à une myriade d'appareils (calculatrices, montres, tableaux de bord, caméscopes, ordinateurs portables...), affiche aujourd'hui de nouvelles ambitions. Alors que les cristaux liquides semblaient limités aux tailles inférieures à 20 pouces (51 cm) de diagonale, Sharp a présenté, mi-octobre à Tokyo, un modèle de 25 pouces (63,5 cm), qui doit être commercialisé à la fin de l'année au Japon et à la mi-2000 en France ; ainsi qu'un prototype de 28 pouces (71 cm) en format 16/9. " Notre stratégie consiste à couvrir avec le LCD une gamme d'écrans jusqu'à 30 pouces (76 cm) ", explique Jean de Riberolles, directeur général de Sharp Electronics France. Le constructeur s'attaque ainsi sans ambiguïté au marché des écrans plats de télévision. Le président de Sharp a même lancé le défi d'arrêter la vente de téléviseurs à tube cathodique au Japon en 2005. Un marché de 50 millions d'unités. Le LCD couvrira-t-il alors toute la gamme des formats possible ? Probablement pas. Sharp n'a d'ailleurs pas mis tous ses oeufs dans le même panier. Il collabore avec Sony à la mise au point de la technologie PALC (Plasma-addressed liquid cristal). Cette combinaison du plasma et du LCD tarde à voir le jour, au point de conduire Sony à commercialiser un écran purement plasma de 42 pouces (107 cm) au format 16/9. Mais Sharp continue à croire à l'avenir de cette technologie pour les tailles comprises entre 30 et 50 pouces (76 et 127 cm) et promet la commercialisation d'un 42 pouces PALC pour la fin de l'année. Pour Atsushi Asada, conseiller de la direction de Sharp au Japon, il ne fait pas le moindre doute que " le LCD sera le papier du XXIème siècle ". les cristaux liquides disposent d'un atout majeur. Le considérable marché que leur ouvre la diversité extrême de leur applications (vidéo, automobile, téléphonie, aviation...) laisse présager une baisse rapide des coûts de fabrication sous l'effet des facteurs d'échelle. Le plasma, à l'inverse, semble devoir se cantonner dans l'étroit créneau des écrans de télévision compris entre 30 et 60 pouces. Leur prix sera difficile à réduire si le nombre d'unités vendues reste confidentiel. Grâce à ses progrès, la technique LCD pourrait alors s'imposer.

Le Monde : http://www.lemonde.fr/article/0,2320,seq-2039-29687-MIA,00.html




Les tubes à vide sont de retour
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Fragiles, gourmands en énergie et encombrants, les circuits électroniques sous vide avaient quasiment disparu de la planète, si l'on excepte quelques amplificateurs sonores toujours vendus à prix d'or aux puristes de la haute-fidélité. Et, bien sûr, les tubes cathodiques des écrans de télévision et d'ordinateurs! Les fameux tubes d'amplification des postes de radio "à lampe" ont été détrônés par le transistor, capable d'offrir les mêmes services pour un prix et des dimensions ridicules. Mis en oeuvre dans le premier ordinateur, l'ENIAC, les tubes ont, là aussi, cédé la place aux puces de silicium. A en croire certains chercheurs, on est peut-être allé un peu vite en besogne en rangeant les tubes à vide sur les étagères des musées de sciences et techniques. Alex Driskill-Smith et ses collègues du centre de Microélectronique de l'université de Cambridge (Grande-Bretagne) sont parvenus à fabriquer des tubes à vide de seulement 100 nanomètres de large. Les transistors des meilleures puces de silicium du commerce mesurent 180 nanomètres. Les composants mis au point en Grande-Bretagne sont des triodes, autrement dit des circuits dans lesquels le courant qui circule entre deux électrodes est contrôlé par une troisième. Leur fonctionnement est sensiblement équivalent à celui des transistors que les ingénieurs assemblent par dizaines de millions dans les processeurs et les mémoires. Compte tenu des dimensions obtenues à Cambridge, les composants sous vide pourraient être entassés à hauteur de 10 milliards d'éléments par centimètre carré. Hormis la densité élevée, dont on imagine qu'elle sera atteinte un jour par les transistors en silicium, les nanotubes sous vide britanniques possèdent de sérieux atouts. Les électrons s'y déplacent plus rapidement que dans les transistors, et le fonctionnement des circuits est insensible aux variations de température. "Nous n'avons pas encore cherché à mesurer la limite", reconnaît Alex Driskill-Smith, "mais on peut l'estimer à plusieurs centaines de degrés." Autrement dit, des puces fabriquées avec les nanoampoules à vide pourraient fonctionner à très haute fréquence sans requérir de systèmes de refroidissement. Pour le moment, les chercheurs n'ont pas cherché à obtenir de grandes densités de nanotubes. "Nous nous contentons de quelques éléments pour en déterminer les propriétés physiques", justifie Alex Driskill-Smith. "Dans les prochains mois, nous allons nous attacher à en augmenter le nombre pour apprendre à les interconnecter. Il nous faudra aussi en modifier le comportement pour réaliser des circuits logiques élémentaires." Prudent, le chercheur se refuse à donner une date pour la mise au point de véritables puces "à lampe". Outre leurs éventuelles applications dans la fabrication de composants électroniques, les nanotubes pourraient déboucher sur une nouvelle génération d'écrans. A l'instar de Pixtech et de ses écrans à micro tubes cathodiques, les nanoampoules pourraient irradier d'électrons les photophores placés à la surface d'écrans ultra-plats.

Network news : http://www.vnunet.fr/NN/pgs/actu_infos_article.htm?date=1999-11-05&id=1

Mise au point de transformateurs supraconducteurs
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Un groupe du Research Institute of Superconductivity de l'université de Kyushu (Japon) a déclaré avoir utilisé des fils fabriqués à partir d'oxydes supraconducteurs haute température pour développer les bobines d'un transformateur de puissance. Elaborées à partir d'un oxyde de type bismuth, elles ont un diamètre de 20 cm, une hauteur de 50 cm et une puissance de 500 kW. Elles peuvent convertir une tension de 22 kV en 6.9 kV. Les oxydes supraconducteurs ont en fait l'avantage d'opérer lorsqu'ils sont plongés dans de l'azote liquide. Ce qui est beaucoup plus facile et moins cher que le bain d'hélium liquide requis pour les supraconducteurs métalliques. Les résultats des tests effectués par les chercheurs ont montré que ces nouvelles bobines peuvent supporter de forts courants de 700 ampères (ce qui est environ dix fois plus que les courants d'utilisation normaux) aussi bien que des impulsions de tension de 150 kV ou encore des surtensions continues de 50 kV. Des performances comparables à celles des transformateurs déjà sur le marché mais la mise en place de cette nouvelle génération sera plus simple.

Info-sciences : http://www.infoscience.fr/breves/breves.php3

^ Haut
Espace
Espace et Cosmologie
Le satellite devient un outil de gestion polyvalent
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Le Centre Spatial de Liège (CSL) de l'Université de Liège accueille du 10 au 12 novembre prochain le Symposium FRINGE 99 de l'Agence Spatiale Européenne (ESA) qui, réunissant près de 200 spécialistes européens, fera le point sur l'exploitation potentielle des images obtenues par satellites. Plus précisément, la série des symposiums FRINGE de l'ESA est consacrée au domaine pointu, mais particulièrement spectaculaire et prometteur sur le plan de ses applications, de l'exploitation des images fournies par les satellites munis de radars imageurs : l'interférométrie radar. En combinant plusieurs images radar par un puissant traitement informatique, il est par exemple possible de réaliser une carte de relief d'une région cachée sous un épais manteau nuageux, de détecter et mesurer depuis une altitude de plusieurs centaines de km des déplacements de terrain à l'échelle centimétrique (consécutifs à un tremblement de terre, à des affaissements ou des glissements de terrain, etc), de suivre et mesurer le mouvement des glaciers, la pousse des végétaux ... Avec ses deux satellites ERS-1 et ERS-2, l'ESA joue un rôle de tout premier plan dans le développement de cette technologie.

Alphagalileo : http://www.alphagalileo.org/fetchpn.asp?id=2531&src=alert

La NASA lancera un télescope spatial orienté par une voile solaire
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Un projet de téléscope spatial proposé par l'US Naval Laboratory a été retenu par la NASA parmi trente et un et devrait être lancé en 2004. Grande innovation pour cet observatoire de l'espace, la plate-forme sur laquelle il sera installé s'orientera grâce à une voile solaire. Cette technologie utilise la force des particules émises dans le vent solaire et permettra d'étendre la durée de vie du télescope, qui ne sera plus limitée par la quantité de carburant embarquée. L'instrument d'astronomie, baptisé Full-sky Astrometric Mapping Explorer (FAME), déterminera les positions, mouvements, luminances et couleurs de 40 millions d'étoiles situées dans notre voisinage galactique. Les données fournies par FAME, un projet de 162 millions de dollars (150 millions d'euros, 980 millions de francs), permettront notamment aux systèmes de navigation autonome des prochaines générations de satellites de déterminer leur position avec une précision de l'ordre du mètre.

Le Monde : http://www.lemonde.fr/article/0,2320,seq-2077-29439-QUO,00.html

Une nouvelle planète autour d'une étoile double
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

À ce jour, les astronomes sont parvenus à détecter une vingtaine de planètes hors du système solaire. Il s'agit en général d'astres géants, plus gros que Jupiter, gravitant autour d'étoiles solitaires, comme notre Soleil. Toutefois, jusqu'aux deux tiers des étoiles formeraient des duos des trios et même des groupes de cinq à sept. Y a-t-il des planètes autour de ces étoiles multiples? S'il s'avérait que l'existence de tels mondes soit impossible, cela réduirait considérablement les chances de trouver des planètes habitables.Mais cela n'est pas le cas, selon une équipe de l'Université Notre Dame, aux États-Unis. En employant une nouvelle technique d'observation, les chercheurs viennent de découvrir une première planète autour d'un duo d'étoiles. Il s'agirait, encore une fois, d'une planète géante (trois fois plus massive que Jupiter) mais cette simple trouvaille double ou triple le nombre potentiel de systèmes planétaires. La technique utilisée est celle de la lentille gravitationnelle. Comme l'avait imaginé Albert Einstein dans les années 1930, lorsqu'un objet céleste passe devant une étoile distante, la gravité de celui-ci agit comme une lentille en intensifiant la lumière émanant de l'étoile lointaine, la faisant même paraître plus brillante. Les astronomes espèrent maintenant affiner leur technique afin de repérer des planètes de la taille de la nôtre.

Cybersciences/9/11:99 : http://www.cybersciences.com/Cyber/0.0/0_0_0.asp

^ Haut
Terre
Sciences de la Terre, Environnement et Climat
Les forêts pourraient accélérer le réchauffement de la planète
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Planter de nouvelles forêts permet-il d'absorber durablement les surplus de gaz à effet de serre? Une étude conduite par des chercheurs mandatés par les Nations Unis et publiée dans la revue New Scientist conclut que non. À quelques jours de nouvelles négociations sur les changements climatiques (le 25 octobre à Bonn, en Allemagne), on apprend donc qu'une des solutions proposées en 1997 dans le Protocole de Kyoto ne tient plus. À court terme, les arbres absorbent bel et bien du gaz carbonique pendant la photosynthèse. Chaque année, le tiers des 6 milliards de tonnes produites par l'activité humaine sont absorbées par les forêts. Mais à long terme, ce CO2 finit par retourner dans l'atmosphère. Ce phénomène, que l'on nomme la transpiration, s'accélère lorsque le climat est plus chaud. Dans 50 ans, lorsque le climat sera plus chaud, les forêts pourraient libérer d'un coup leur gaz à effet de serre accumulé, aggravant brusquement le problème de réchauffement.

Cybersciences : http://www.cybersciences.com/Cyber/0.0/0_0_0.asp

^ Haut
Vivant
Santé, Médecine et Sciences du Vivant
Un nouveau médicament démontre son effet bénéfique sur la schizophrénie
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Un nouveau médicament contre la schizophrénie restaurerait l'activité d'une région-clé du cerveau chez des patients atteints par cette psychose, selon les travaux de chercheurs britanniques. Cette découverte ouvre de "nouvelles voies pour la recherche thérapeutique" pour cette maladie mentale qui affecte 1% à 2 % de la population dans des pays comme la Grande-Bretagne ou les Etats-Unis, estiment les chercheurs de l'institut de psychiatrie de Londres et de l'université de Cambridge. Après avoir étudié l'effet du rispéridone sur le fonctionnement du cerveau à l'aide de l'imagerie par résonance magnétique pendant que des patients souffrant de schizophrénie effectuaient des tests de mémoire, ils ont constaté que le rispéridone réduisait l'apathie, la pauvreté des rapports sociaux et améliorait la fonction mentale des schizophrènes. L'étude montre pour la première fois que le remplacement du traitement traditionnel par le Riserdal augmente l'activité du néo-cortex région du cerveau déterminante impliquée dans l'élaboration de la pensée. "Nous avons montré pour la première fois que la détérioration du fonctionnement du cerveau dans la schizophrénie n'est pas irréversible et pourrait être restaurée avec certaines molécules", a souligné le Dr Tonmoy Sharma.

Brève rédigée par @RT flash

BBC News : http://news.bbc.co.uk/hi/english/health/newsid_509000/509927.stm

Les animaux domestiques contre l'hypertension
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Les animaux domestiques ont un effet positif chez les personnes stressées et souffrant d'hypertension artérielle, selon une étude américaine. La présence d'un chien ou d'un chat a permis en effet de réduire de moitié la hausse de la tension artérielle , selon cette équipe de chercheurs dirigée par le Dr Karen Allen, de l'Université de l'Etat de New York, à Buffalo. "Les résultats sont spectaculaires et importants", a déclaré le Dr Allen qui travaille depuis plus de 10 ans sur les effets des animaux domestiques en matière stress, de rythme cardiaque et de tension artérielle. cette étude montre à quel point il est bénéfique d'avoir près de soi un animal domestique lorsqu'on est stressé. Les effets bénéfiques pour la santé de la présence d'un petit animal domestique avaient déjà été démontrés par le passé. Les chercheurs ont travaillé sur des personnes malades en situation de stress professionnel. Tous suivaient déjà un traitement pour hypertension. La moitié de cet échantillon a adopté un chien ou un chat et, au bout de six mois, les chercheurs ont de nouveau mesuré la réponse au stress. Ceux qui avaient un animal auprès d'eux avaient une pression artérielle de moitié inférieure à l'autre groupe. Devant ces résultats la plupart des personnes de cet autre groupe se sont empressés d'adopter un animal!

Brève rédigée par @RTFlash

New-York Times : http://www.nytimes.com/yr/mo/day/national/index-science.html

Cultiver des valves cardiaques !
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Une équipe de chercheurs dirigée par Simon Hoerstrup, de la Faculté de Médecine de Harvard (Boston), vient de parvenir pour la première fois à cultiver en laboratoire des valves cardiaques. Les valves, organes essentiels de la fonction cardiaque, sont chargées de la circulation sanguine chaque fois que le coeur se contracte et se dilate, ce qui se produit environ 100 000 fois par jour. En cas de dysfonctionnement, ces organes doivent être remplacés par des valves artificielles qui peuvent entraîner chez les patients la formation de caillots de sang, ou bien les astreindre à une prise permanente de médicaments. Les valves expérimentales obtenues à Harvard proviennent de cellules prélevées sur la carotide de moutons qui, se sont multipliées après avoir été immergées dans une substance nutritive pendant un mois. Ainsi cultivées à partir de cellules vivantes, ces valves peuvent pousser et se régénérer. Les nouveaux tissus obtenus sont cependant beaucoup moins résistants que ceux des valves cardiaques humaines et les chercheurs espèrent pouvoir trouver des cellules provenant d'autres sources. "Des essais de valves de ce type chez l'homme ne pourraient se faire avant au moins 5 ans", a précisé Simon Hoerstrup.

Brève rédigée par @RT Flash

USA Today : http://www.usatoday.com/life/health/lhd1.htm#valves

Médecine du XXIème siècle: les Français optimistes
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Plus de deux Français sur trois pensent que les cancers, le SIDA, les maladies génétiques comme la myopathie seront vaincus au cours du XXIème siècle, selon un sondage publié dans le Quotidien du Médecin. Près de quatre personnes sur cinq (78%) estiment que la tendance à l'allongement de l'espérance de vie - près d'un trimestre par an actuellement en France - va se poursuivre au XXIème siècle, selon ce sondage IFOP réalisé auprès d'un échantillon représentatif de 1.004 personnes âgées de 15 ans et plus. Cet optimisme concernant la longévité est plus marqué parmi les 65 ans et plus (84%) que chez les 15-24 ans (73%) ou les Verts (70%). Près de trois personnes interrogées sur quatre (73%) pensent que les cancers seront vaincus. Presque autant qu'il en ira de même pour les maladies génétiques comme la myopathie (71%). Ils sont un peu moins à croire que les progrès permettront de vaincre le SIDA (65%) ou la maladie d'Alzheimer (59%). Les jeunes sont plus confiants dans les capacités de la médecine à vaincre les grands fléaux: 79 % des moins de 35 ans pensent que les cancers seront vaincus au siècle prochain (contre 65% des plus de 65 ans) et 66 % que le SIDA le sera (contre 60% des + de 65 ans). En revanche, certaines évolutions, comme l'irruption des robots dans les salles d'opération, suscitent la méfiance voire la peur : 60 % des sondés déclarent qu'ils seraient "plutôt pas rassurés" s'ils devaient être opérés par un robot programmé par ordinateur, "le médecin demeurant à distance". Les plus inquiets sont les femmes (67 % de "pas rassurées" contre 51% d'hommes) et les jeunes (70 % des moins de 24 ans seraient plutôt "pas rassurés"). Enfin, une majorité relative (49%) estime que le rôle du médecin généraliste va s'accroître au cours du prochain siècle, contre 44 % qui pensent le contraire.

Quotidien du Médecin : http://www.quotimed.com/

Alzheimer : la bêta secrétase enfin identifiée
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

On savait comment, où, pourquoi et quand l'enzyme Beta secrétase intervient dans la maladie d'Alzheimer. Mais on ignorait son nom ... jusqu'à la récente publication dans Science de l'étude d'une équipe de chercheurs américains. Son identité : la protéase aspartique transmembranaire, appelée BACE pour enzyme de clivage du site Beta de l'APP (Beta site APP-cleaving enzyme). Les Beta et Gamma secrétases clivent anormalement une protéine précurseur de l'amyloïde (APP). Ce clivage entraîne le dépôt de peptide beta amyloïde (Aß) sous la forme de plaques séniles. Ce phénomène est mis en cause dans la maladie d'Alzheimer. D'où l'importance de ces enzymes. Jusqu'à présent, des protéases présentaient certaines caractéristiques connues de la Beta secrétase. Avec la BACE, les chercheurs viennent de percer un des mystères d'Alzheimer car elle lui correspond point par point. L'étude a nécessité une recherche pas à pas en suivant les caractéristiques connues de la Beta secrétase. BACE se surexprime dans les neurones, premières sources d'amyloïde extracellulaire. Son site actif est bien orienté à travers la membrane pour cibler correctement celui du clivage du précurseur APP. De plus, cette protéase aspartique dont le pH optimum est acide, s'exprime sur le chemin des compartiments intracellulaires du système sécrétoire, l'appareil de Golgi, les vésicules de sécrétion et les endosomes. Il ne serait donc pas nécessaire d'imaginer la mise en oeuvre d'un mécanisme particulier de la Beta secrétase. A l'image de BACE, son activité enzymatique se trouve uniquement dans les compartiments acides subcellulaires. L'analyse de l'expression de BACE dans la cellule confirme que les alpha et Beta secrétases sont en compétition pour agir sur leur substrat APP. Par ailleurs, la protéase augmente les clivages au niveau de l'aspartate 1 et du glutamate 1-2 mais pas à d'autres endroits sur le précurseur d'amyloïde. A l'inverse, si on inhibe l'expression de BACE endogène, il y a une baisse très importante de son activité enzymatique. Elle ne provoque pas le clivage mais il ne peut avoir lieu sans cette protéase. Les expériences in vitro sur la BACE purifiée montrent que ce n'est pas un simple co-facteur, ni un facilitateur pour une Beta secrétase inconnue. Son activité directe sur le substrat APP ne fait aucun doute. Forts de ces résultats, les chercheurs ont conclu que la protéase aspartique BACE est bien la Beta secrétase cherchée depuis si longtemps. Il faudra cependant plusieurs années avant que cette découverte ne débouche sur de nouvelles avancées thérapeutiques.

Info-sciences : http://www.infoscience.fr/index.php3

Un chercheur anglais fait pousser ses poils sur les bras de sa femme
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Un chercheur anglais a réussi à faire pousser ses poils sur l'avant-bras de sa femme. Il les a ensuite prélevés, puis greffés sur sa propre tête. Cette expérience peu banale offre un espoir de traitement aux personnes atteintes de calvitie, cette expérience démontre que les cellules des follicules pileux bénéficient d'une spécificité immunitaire qui permet de les transplanter sans risque de rejet. Colin Jahoda, de l'Université de Durham, en Angleterre, a prélevé des cellules de ses propres follicules pileux, où poussent normalement les poils, avant de les transplanter sur les bras de son épouse Amanda Reynolds, la chercheuse qui a suggéré cette expérience. En trois semaines, ces quelques cellules ont colonisé la peau de la femme de manière à y faire pousser des poils. L'analyse génétique a confirmé qu'il s'agissait bien de ceux de son mari.

brève rédigée par @RT flash

Wired:4:11:99 : http://www.wired.com/news/reuters/0,1349,32307,00.html

Visualiser la circulation sanguine de la peau
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Analyser les tests d'allergies cutanées, tester les effets de produits dermatologiques ou chimiques, dépister le cancer de la peau... Telles sont les applications étudiées par le projet européen hirelado (Techniques d'imagerie à haute résolution par laser à effet Doppler). L'effet Doppler est utilisé couramment pour mesurer, à l'aide d'ultrasons, la vitessede circulation du sang à l'intérieur du corps. Avec un laser d'une longueur d'onde de 670 nanomètres, il permet d'analyser la microcirculation sanguine de la peau, celle des vaisseaux superficiels, des artérioles et veinules. Le faisceau pénètre les tissus à 0,5 mm de profondeur sur une zone de 1 mm2. La fréquence rétrodiffusée (par effet Doppler) renseigne sur le débit sanguin, qui peut varier d'un facteur 10 lors d'une irritation cutanée, tandis que l'amplitude est liée au nombre de cellules sanguines. Grâce à un système de miroirs, l'appareil peut ainsi scanner point par point des zones de 12 x 12 cm en quelques minutes. Depuis trois ans, le projet hirelado réunit des partenaires suédois, allemand et danois, notamment l'université de Linköping (Suède) qui a inventé la technologie. L'objectif, d'ici à un an, est de standardiser et d'optimiser les procédures d'utilisation, tout d'abord en allergologie et tests d'irritation. Les chercheurs espèrent, en outre, proposer un test de détection de cancers de la peau discernant les tumeurs bénignes et malignes. Le diabète ou l'artériosclérose pourraient aussi être concernés.

La Recherche : http://www.larecherche.fr/VIEW/324/03240242.html

L'enzyme qui contrôle le silence des gènes
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

La plus belle réussite de la biologie moderne est la découverte des fondements génétiques du vivant . Toutes les instructions nécessaires à la constitution d'un organisme, quel qu'il soit, sont codées dans son ADN. Mais il reste un grand mystère : le fait que des cellules ayant le même ADN soient capables d'exprimer des fonctions différentes et uniques. Chaque organe, chaque tissu des organismes complexes, comme l'être humain, est formé de nombreuses cellules différentes, unités élémentaires du vivant. Les cellules qui composent un tissu expriment des fonctions spécifiques, caractéristiques de ce tissu. Ainsi, les cellules musculaires ont la capacité de se contracter, et les cellules cérébrales transmettent des informations électriques. Pourtant, l'ADN est identique dans toutes les cellules d'un organisme donné : il est le même dans un neurone cérébral ou dans une cellule musculaire de la langue. Car tous les organismes complexes se développent à partir d'une cellule unique, formée lors de la fécondation. L'ADN de cette première cellule se divise de nombreuses fois et se réplique fidèlement au fil du développement dans toutes les cellules filles. Mais comment les diverses cellules de l'organisme acquièrent-elles leurs propriétés spécifiques ? Autrement dit, comment se différencient-elles ? C'est pendant l'embryogenèse que les cellules acquièrent la capacité d'exprimer certains fragments de leur ADN à l'exclusion des autres. Une cellule nerveuse n'exprimera que les gènes nécessaires à son fonctionnement. Une cellule musculaire exprimera les seuls gènes indispensables à la contraction musculaire mais pas ceux qui déterminent les fonctions des cellules sanguines. Comment cela est-il possible ? Quels sont les mécanismes responsables des différences d'expression des gènes ? Qu'est-ce qui confère à l'ADN d'un tissu donné son identité ? Depuis une vingtaine d'années, de nombreux travaux de recherche ont tenté de répondre à ces questions. On sait désormais que le processus de différenciation est orchestré par une interaction entre l'ADN et différentes protéines. Celles-ci agissent sur l'ADN à des moments précis et activent ou inactivent tel ou tel gène spécifique. Dans les cellules, l'ADN est associé à des structures composées de multiples protéines pour former la chromatine*. Certaines de ces protéines, comme les histones, sont communes à tous les gènes alors que d'autres, qui activent ou inactivent les gènes auxquels elles sont associées sont spécifiques de ceux-ci. La disposition et la répartition des protéines qui interagissent avec l'ADN détermine si la chromatine d'un gène se présente sous une conformation active permettant sa transcription* ou sous une forme inactive qui réduit le gène au silence. Ce sont ces différentes interactions entre protéines et ADN qui expliquent comment le même génome peut exprimer différentes fonctions dans différentes cellules. En outre, les vertébrés, mais aussi les végétaux et les bactéries, disposent d'un mécanisme qui confère à l'ADN une identité spécifique de cellule. Leur génome est modifié par un processus enzymatique qui attache à l'ADN de petits groupes chimiques, les groupements méthyle. Les groupements méthyle s'attachent à l'ADN en des positions bien précises, formant un motif différent d'un gène à l'autre et d'un tissu à l'autre. Ce qui fait le caractère unique de ce revêtement moléculaire, c'est qu'il fait partie intégrante de la structure de l'ADN, auquel il est attaché par des liaisons chimiques. La structure moléculaire de l'ADN des vertébrés et des végétaux a donc deux composantes : une composante génétique, qui est la même dans toutes les cellules d'un organisme donné et qui est formée de l'enchaînement des quatre bases de l'ADN, et une couche dite épigénétique, formée de groupements méthyle n'ayant pas la même disposition dans les différents types cellulaires.

La Recherche : http://www.larecherche.fr/VIEW/324/03240561.html

Les gènes n'expliquent pas tout
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Des biologistes de l'Université de Portland, de l'Université d'Edmonton et de l'Université Albany ont soumis des souris clonées, c'est-à-dire génétiquement identiques à des tests de comportement : elles réagissent différemment selon le laboratoire, même si les conditions expérimentales sont semblables : les différences semblent dues aux conditions de vie, telles que l'alimentation et la façon dont les animaux sont traités. Pour des comportements dépendant fortement de facteurs génétiques, comme l'attrait pour l'alcool, les résultats sont similaires. En revanche, pour des comportements révélés par des tests de locomotion, les différences sont considérables. Cette étude montre notamment que le comportement de la mère pendant les premiers jours de la vie des rats joue un rôle déterminant dans le comportement social du rat adulte et le développement de sa personnalité.

Brève rédigée par @RT Flash

BBC News : http://news.bbc.co.uk/hi/english/uk/newsid_505000/505752.stm

^ Haut
Recherche
Recherche & Innovation, Technologies, Transports
Le chauffeur de cette voiture ne conduit pas, il navigue
Jeudi, 11/11/1999 - 00:00

Il suffirait à l'automobiliste européen de s'asseoir à côté de son homologue japonais pour savoir comment il pourra, d'ici trois ou quatre ans, communiquer tous azimuts sans lâcher son volant. Dans ce pays où les adresses n'existent pas, 3 ou 4 millions de voitures sont déjà équipées d'un système de navigation. Shigefumi veut-il se rendre chez son ami Yasuyuki, qui habite à l'autre bout de Tokyo ? Il tape sur le clavier du terminal le numéro de téléphone de Yasuyuki, démarre, et une voix, féminine, lui indique au fur et à mesure comment se rendre jusque devant la porte de Yasuyuki. Sa progression s'affiche parallèlement sur le plan en couleurs situé devant lui. S'il conduit une Nissan, son système Birdview lui donne même l'impression de voler, car Tokyo s'y affiche alors en trois dimensions... L'avance des Japonais vient de leur infortune : à Tokyo et Osaka, ils sont pris dans de tels embouteillages qu'ils se sont mis à regarder des films ou les émissions de télévision. Les voitures sont donc équipées d'écrans couleur. Des écrans qui peuvent servir à autre chose qu'à la vidéo. C'est ainsi que Toyota, actionnaire majoritaire (52,75 %), allié à ses partenaires Fujitsu, Matsushita et Denso, se trouve depuis deux ans à la tête du système de communications embarqué le plus avancé du monde : Monet. Rien à voir avec le peintre français. C'est simplement la contraction de Mobile Network, et pourtant quelle palette ! La variété des services, ouverts sept jours sur sept dans tout le Japon, est impressionnante, et pour un prix très raisonnable : 300 francs l'abonnement annuel, 50 centimes la connexion de moins d'une minute. En posant les questions à son tableau de bord grâce à des mots clés, et en l'écoutant, l'abonné obtient, au choix, des instructions de navigation, la situation instantanée du trafic, les conditions météo dans l'un des 800 lieux répertoriés de l'archipel, des informations utiles comme l'emplacement et le taux d'occupation des parkings, le tout complété sur l'écran par des cartes, des textes brefs ou des images de 67 caméras fixes postées à des carrefours stratégiques des grandes villes. Si un obstacle interrompt la communication, elle reprend automatiquement dès que possible. Et au cas où cela ne suffirait pas, le conducteur peut aussi accéder à Internet. " C'est la plus grande révolution dans l'industrie automobile depuis le financement des achats de ses clients il y a soixante ans ", s'exclame le gourou français en la matière, Didier Cruse, de Citroën. Le croisement de l'autoradio, du téléphone mobile, du positionnement par satellite et d'Internet ouvre des perspectives pratiquement illimitées à la voiture communicante. En Europe, la révolution est pour le moment minuscule, et personne n'y gagne vraiment. . L'explosion de ce marché est prévue autour de 2003, avec au moins 2 millions de navigateurs vendus cette année-là en Europe, contre 500 000 en 1999 si l'on en croit les prévisions du leader, VDO Dayton, issu du rachat cet été de Philips Car System par Mannesmann. Vers 2003, le prix du terminal de base passera au-dessous de 4 000 francs. Reste à déterminer la forme qu'il prendra dans l'habitacle. La bataille fait rage entre un autoradio muni d'un mini-écran avec flèches directionnelles et textes brefs, formule la plus simple, et le vrai écran intégré entre les cadrans du tableau de bord, à la japonaise, formule la plus ouverte. Le déclic commercial proviendra de la fusion des deux services rois de la navigation et de l'info-trafic, aujourd'hui séparés. Côté navigation, les produits tiennent la route. Issus des mêmes programmes européens de recherche, les systèmes les plus répandus, Carminat et Carin, sont très impressionnants, même s'ils présentent encore quelques failles : le manque de précision dans les grands échangeurs et le temps trop long pour le calcul d'une nouvelle route quand le conducteur fait un autre choix que l'ordinateur... Mais l'info-trafic est moins avancée, car ses progrès sont liés à ceux de la collecte des informations. Seule l'Ile-de-France est valablement renseignée (avec Lyon et Strasbourg), ce qui a donné naissance aux services par abonnement comme Visionaute de Médiamobile ou son concurrent Skipper. Alimenté à la fois par les capteurs de trafic de l'équipement et par les signaux émis par des taxis, le service est spectaculaire, permettant de choisir entre plusieurs itinéraires dont la durée est très précisément calculée...

L'Expansion : http://www.lexpansion.com/site/courant/html/thematiques/technologie/enquete/inde...

^ Haut
VOTRE INSCRIPTION
Vous recevez cette lettre car vous êtes inscrits à la newsletter RTFLash. Les articles que vous recevez correspondent aux centres d'intérêts spécifiés dans votre compte.
Désinscription Cliquez sur ce lien pour vous désinscrire.
Mon compte pour créer ou accéder à votre compte et modifier vos centres d'intérêts.
PLUS D'INFOS
Suivez-nous sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook
 http://www.rtflash.fr
back-to-top