RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

RTFLASH Recherche & Technologie
NUMERO 329
Lettre gratuite hebdomadaire d’informations scientifiques et technologiques
Créée par René Trégouët rapporteur de la Recherche et Président/fondateur du Groupe de Prospective du Sénat
Edition du 23 Mars 2005
Recommander  |  Désinscription  |  Lire en ligne
Egalement dans ce numéro
TIC
Des numéros de téléphone pour les utilisateurs de Skype
Les réseaux WMSA vont combiner WiFi, WiMax et 3G
Electrocardiogramme et GPS pour des téléphones mobiles destinés aux seniors
Un bras robotisé contrôlé par la pensée !
Nec présente Papero, le robot nounou
Hitachi lance deux robots humanoïdes roulant et parlant
Hernie diaphragmatique : un bébé opéré par un robot chirurgical
Un milliard de PC dans le monde en 2007
Un nouveau système de guidage électronique pour les mal voyants
Parlez à votre PC
Noos teste la vidéothèque en libre accès gratuit
Le Suédois déclare ses impôts par SMS
Un système d'audio guidage pour les aveugles
La Corée mise sur la télévision numérique portable
Un nouveau câble à très haut débit
Un foyer américain sur quatre a accès à l'internet haut débit
AOL veut conquérir les utilisateurs mobiles avec des services multimédia
Matière
Des puces à mémoire atomique plus rapides et moins chères
Capsules sur mesure pour tissus parfumés
Espace
Terre
Le réchauffement climatique inévitable
Vivant
Un vaccin à ADN contre le Sida
Les gènes du chromosome X féminin diffèrent de ceux du X des hommes
Identification d'un nouveau gène commun au diabète et au cancer du pancréas
L'espérance de vie des Américains pourrait diminuer en raison de leur obésité
Les propriétés anti-cancéreuses de la pomme confirmées
Edito
Les robots de compagnie vont transformer notre société



Confronté à un déclin démographique sans précédent, Le Japon compte de moins en moins d'enfants et de plus en plus de retraités. L'archipel compte plus de 23.000 centenaires. Les pouvoirs publics nippons sont persuadés que la société de demain aura besoin de robots pour faire face au vieillissement de la population et aux besoins d'aide à domicile. Fort du soutien massif de l'Etat, et s'appuyant sur de grands programmes publics de recherche à long terme dont nous ferions bien de nous inspirer, les grands groupes industriels et électroniques japonais ont acquis en robotique une avance et un savoir-faire technologiques indiscutables.

Le Meti a financé massivement l'amorçage de ce secteur depuis au moins une dizaine d'années et aujourd'hui l'effort de recherche public global en robotique est 50 fois plus important au Japon qu'en France. Quant au nombre de chercheurs en robotique, il est 10 fois plus important au Japon que dans l'Hexagone. Après avoir déjà conquis les deux tiers du marché mondial de la robotique industrielle estimé à 5 milliards d'euros, les japonais se donnent aujourd'hui tous les moyens, politiques, scientifiques et économiques, de conquérir le marché aux immenses potentialités de développement que représente la robotique personnelle. C'est ainsi que depuis quelques mois, on assiste au Japon à une véritable explosion d'innovations en matière de robots, qu'il s'agisse de Matsushita qui a ouvert une maison de retraite robotisée, d'Asimo, le petit robot humanoïde de Honda qui aide dans les taches domestiques, de Sony avec son chien-robot Aibo, qui connaît un grand succès ou encore PaPeRo, le robot de compagnie que vient de présenter Nec. (Voir article détaillé dans notre rubrique « information&communication »).

Il est vrai que les enjeux industriels et économiques sont immenses : les responsables économiques et politiques japonais estiment que le marché global de la robotique au Japon va passer de 4 milliards d'euros aujourd'hui à plus de 60 Milliards ? en 2025. Ils sont en outre persuadés que la robotique de service et d'assistance à la personne va devenir un marché de masse dès 2010. Bien que gouvernement et industriels nippons restent discrets sur les sommes investies, on évalue par exemple à 10 millions d'euros par an pendant 10 ans les dépenses de Honda pour le seul développement de son robot domestique Asimo.

L'extraordinaire engouement des Japonais pour ces machines va trouver sa consécration dans l'exposition universelle d'Aichi qui ouvre ses portes le 25 mars prochain près de Nagoya et fera la part belle à la robotique et à l'intelligence artificielle, avec plus de 100 robots différents présentés.

Mais au-delà de la seule réalisation de robots complets, les chercheurs japonais travaillent sur un nouveau concept très fécond appelé Robotics Technology (RT). Ce concept intègre et combine toutes les technologies nécessaires pour une interaction physique avec l'environnement via des capteurs, des actionneurs et des moyens de traitement et de communication (transpondeurs ou étiquette RFID, communication multimédia sans fil, GPS, etc.). A plus long terme, cette technologie robotique intégrera également les nanotechnologies et les biotechnologies.

On voit donc que la robotique, telle que la conçoivent les japonais, recouvre d'immenses champs d'application qui vont de la domotique à l'informatique ubiquitaire, en passant par la micro-mécanique et les sciences de l'énergie. Quant aux usages, ils ne se limitent plus aux usines et la RT se donne comme ambition de devenir l'interface indispensable entre l'homme et le monde physique.

C'est ainsi qu'Honda travaille sur des véhicules qui passent partout (par exemple monter des escaliers). Toyota va se lancer dans la fabrication de maisons-robots, de services de soins, de surveillance d'immeubles. NTT, pour sa part, imagine la gestion d'un parc de robots à l'aide d'un simple téléphone portable.

Dernier exemple de l'imagination japonaise sans limites, les "smart fourniture", ou « meubles robot ». L'idée est que lorsque vous entrez dans votre bureau ou votre domicile, les meubles, l'éclairage et les outils de travail se règlent automatiquement à votre environnement de travail et à vos goûts personnels.

A plus long terme, les chercheurs japonais envisagent très sérieusement une société « symbiotique » dans laquelle homme et robots autonomes très sophistiqués cohabiteront harmonieusement. Telle est notamment la finalité du « Symbiotic System Project » du Professeur Kitano. Dans une dizaine d'années on pourrait même voir sortir des laboratoires les premiers robots ou prothèses robotisés, directement commandés par la pensée, comme ce bras robotisé expérimenté sur le singe par l'Université de Pittsburgh (Voir article détaillé dans la rubrique « information&communication »)

Mais dès à présent le Japon veut utiliser toutes les ressources de la robotique pour améliorer la vie quotidienne des personnes âgées ou handicapées. Matsushita teste ainsi depuis 23 ans l'utilisation de petits robots de compagnie dans les maisons de retraite.

Le professeur Sankai, ingénieur et professeur à l'Université de Tsukuba a pour sa part inventé une combinaison robotisée destinée aux personnes âgées et aux handicapés, les aidant à marcher ou monter des escaliers.

Ce vêtement robotique a été baptisé « HAL-3 » (Hybrid Assistive Leg). Le « HAL-3 » est en fait une sorte de costume intégrant un ordinateur qui se porte dans le dos et s'attache au niveau des genoux et des hanches. Des signaux électriques provenant des muscles indiquent à l'appareil le mouvement des jambes à effectuer. Le robot va alors aider son utilisateur à se mouvoir comme il le souhaite. Le « HAL-3 » permet ainsi de marcher quatre kilomètres par jour sans se fatiguer et de s'asseoir même sans fauteuil. Une version pour les bras devrait bientôt être mise au point ainsi qu'un moyen de porter ces appareils sous ses vêtements.

On voit donc que les robots devraient d'ici quelques années profondément transformer la qualité de vie de nos anciens et des personnes malades ou fragiles en devenant d'ici 10 ans de véritables auxiliaires de vie. Mais au-delà de leurs fonctions d'aide à la personne et d'assistance médicale, les robots pourraient avoir un impact socio-culturel et éthique majeur en transformant et enrichissant la conception que l'homme se fait de lui-même, à condition que la machine soit toujours au service de l'être humain et ne veuille jamais l'asservir.

René Trégouët

Sénateur honoraire

Fondateur du Groupe de Prospective du Sénat


TIC
Information et Communication
Des numéros de téléphone pour les utilisateurs de Skype
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

Fort de quelque 30 millions d'utilisateurs de son service gratuit de téléphonie par IP, Skype ajoute une nouvelle corde à son arc avec un service innovant appelé SkypeIn. Le principe en est simple : l'utilisateur se voit attribuer un numéro de téléphone qui lui permet d'être contacté sur son ordinateur (ou son assistant personnel équipé d'une liaison Wi-Fi) à partir de n'importe quel téléphone fixe ou mobile. SkypeIn est pour le moment proposé en version bêta en France, aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en Chine (dont Hongkong). Les numéros français étant de la forme "08 70", les appels vers Skype seront facturés au tarif local à partir d'un poste fixe. De son côté, le titulaire du numéro règlera un abonnement de 30 euros par an ou 10 euros par trimestre pour profiter de ce service, qui inclut également une messagerie vocale permettant d'enregistrer les messages en cas d'absence.

A partir d'une offre entièrement gratuite, Skype semble donc déterminé à convertir une partie de ses utilisateurs à des services payants. Une stratégie qui porte déjà ses fruits : lancée à l'été 2004, l'option SkypeOut, qui permet de téléphoner du logiciel vers les postes fixes et mobiles à des tarifs préférentiels, a dépassé il y a quelques jours le million d'utilisateurs.

VNUnet

Les réseaux WMSA vont combiner WiFi, WiMax et 3G
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

BelAir Networks, spécialiste des réseaux maillés ("mesh networks") a présenté sa nouvelle architecture au CTIA Wireless, qui se déroule actuellement aux Etats-Unis. Sous le nom Wireless Multi-service Architecture ou WMSA, se cache un réseau mélangeant WiFi, WiMax et 3G. Il permettra aux opérateurs de proposer leurs derniers services (voix, données, vidéos) à haut débit, à l'échelle d'une ville. Ces différents réseaux sont en fait interconnectés dans une architecture qui a fait sensation lors du salon CTIA. Apparemment, cette technique va permettre aux opérateurs de véhiculer des données à haut débit à l'échelle d'une agglomération entière, mélangeant à la fois le réseau mobile troisième génération (3G), le WiMAX, et le WiFi. La roadmap de la société prévoit d'ailleurs la production de routeurs et de switches capables de connecter sans difficulté les différents réseaux entre eux. WiFi et WiMAX d'abord, puis 3G par la suite. Ainsi, inutile d'établir un nouveau backbone à chaque fois, tout pourra se faire avec les infrastructures préexistantes. BelAir prévoit parallèlement de produire des relais et des modules d'accès WiMAX pour les engins portables, dès que le WiMAX se fera plus présent dans ces périphériques. La technologie profitera notamment aux téléphones portables, dont certains modèles supporteront à l'avenir plusieurs types de réseaux sans fil à la fois.

PCI

Electrocardiogramme et GPS pour des téléphones mobiles destinés aux seniors
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

Dans un marché globalement saturé et suréquipé, les professionnels du marketing des opérateurs de téléphonie mobile s'intéressent encore peu -voire pas du tout- à la cible des seniors. Pourtant, compte tenu du vieillissement de la population, les fabricants d'appareils commencent à réaliser qu'il existe un réel potentiel de développement, certes encore difficile à appréhender, mais quasiment vierge, donc à conquérir. Ainsi, Vodaphone a présenté lors de la dernière édition du CeBit, un téléphone GSM simplifié muni de trois bouton uniquement : le Vitaphone 1100. Ce nouveau modèle ne possède aucune de toutes les nouvelles fonctions que l'on peut trouver sur les téléphones mobiles « classiques ». Il n'envoie pas de texto, ne possède pas d'appareil photo numérique, ni de lecteur mp3... Par contre, en plus d'un look futuriste, il offre d'autres fonctions plus pertinentes pour une clientèle de « grands seniors ». En premier lieu, heureusement, il permet de recevoir n'importe quel appel. D'autre part, il est extrêmement simple d'utilisation. Il ne possède que trois boutons. Le rouge, permet au propriétaire de l'appareil d'entrer en contact avec un centre médical en cas de besoin. L'interface informatique l'identifie automatiquement et communique à l'opérateur certains renseignements sur l'abonné : antécédents médicaux, personnes à contacter... Au bout du fil, un médecin peut émettre rapidement un diagnostic et envoyer une ambulance en cas d'urgence. Les deux autres touches (la jaune et la verte) peuvent être programmées en fonction des besoins ou desideratas de la personne âgée. L'un peut par exemple appeler automatiquement un proche et le second le médecin traitant.

De plus, ce téléphone est équipé de batteries longue durée. Ainsi, même si la personne âgée oublie de le recharger, il reste opérationnel beaucoup plus longtemps que les autres appareils. Moins original, il peut aussi être porté autour du cou, pour s'assurer qu'il est toujours à portée de main. La grande nouveauté est que l'un des Vitaphone est équipé d'un GPS qui indique à 15 mètres près la position de la personne âgée. Pratique lorsqu'elle se perd. Pour les cardiaques, un autre modèle permet d'effectuer à tout moment un électrocardiogramme en appliquant simplement le téléphone portable sur la poitrine, près du coeur. Ce modèle, appelé « Herz Handy », que l'on pourrait traduire par « coeur mobile » aurait déjà sauvé des vies humaines, selon Benjamin Homberg de la société Vitaphone

Pour le moment le Vitaphone 1100 est proposé uniquement sur l'Allemagne, mais devrait être commercialisé plus tard en Suisse, en Autriche et aux Pays-Bas. Il est actuellement en vente test dans 150 pharmacies allemandes. Rappelons que cette société n'est pas la seule à se pencher sur le marché de la téléphonie mobile pour les seniors. Une société japonaise, Tu-Ka Cellular Tokyo Inc. a commercialisé en novembre dernier des téléphones portables, simplifiés au maximum, à destination d'un public de personnes âgées. Ces modèles ont été conçus pour être le plus simple possible. Ils sont équipés de larges boutons, mentionnant clairement « On » et « Off » de manière à être facilement utilisables par les seniors âgés. Ce parti pris de la simplification maximum des téléphones portables participe de cette tendance qui s'affirme depuis quelque temps au Japon -encore peu développée en Europe-. Les fabricants qui souhaitent séduire de nouveaux clients parmi les personnes âgées, les plus de 70 ans, se sont aperçus que ce type de clientèle ne demandait qu'une chose : un appareil simple, sans fonction ni gadget compliqué, qui serve uniquement à... téléphoner.

SA

Un bras robotisé contrôlé par la pensée !
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

A L'Université de Pittsburgh des chercheurs en collaboration avec des roboticiens, ont mis au point un bras robotisé contrôlé par la pensée ! Constitué d'une épaule, d'un coude mobile et d'une pince en guise de main, ce bras agirait comme celui d'un humain (reproduction de gestes d'ordre primaires). Grâce à un système de sondes et de capteurs directement insérés dans le cerveau (expérience menée sur des singes), le bras robotisé suit les directives imposées par la pensée ou la volonté du singe ! Il y a plusieurs années, certains bras robotisés, devaient leur action ou mouvement, à celui d'une autre partie du corps, tel que le second bras par exemple. Pour cette expérience, les cobayes avaient les leurs attachés dans le dos... "Normalement", une multitudes d'impulsions électriques commandent au cerveau les mouvements à effectuer. Dans cette expérience, un algorithme seulement, interprète la moyenne de ces mouvements dans le cortex moteur. Malgré cela, les essais ont été satisfaisants. En effet, le singe a réussi à saisir de la nourriture et à l'apporter jusqu'à sa bouche. Selon les chercheurs : "Il sera réellement difficile de reproduire des mouvements complexes humains". De plus, encore de nombreuses recherches restent à faire pour résoudre le problème de la durée de vie des sondes, qui ne dépasse pas les six mois... Les scientifiques espèrent cependant que d'ici quatre ans, ces deux derniers points seront résolus et qu'ils pourront effectuer les premiers tests sur des humains.

BBC

Nec présente Papero, le robot nounou
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

Qu'on se le dise, 2005 sera pour le gouvernement et les scientifiques japonais "l'année du robot". Preuve de l'engouement de la population pour ces compagnons d'un nouveau genre, l'Exposition Universelle qui ouvrira ses portes le 25 mars prochain : supposée accueillir plus de 15 millions de visiteurs en 6 mois, elle fera la part belle à la robotique et à la vie artificielle. Les enfants des visiteurs seront par exemple surveillés par la nouvelle version du robot domestique de Nec, le Papero (pour Partner-type Personal Robot).

Papero 2005, qui a des airs de chimpanzé mécanique, est un petit robot autonome domestique de divertissement familial. Il communique vocalement avec la gent humaine, reconnaît les visages de ses familiers, se déplace agilement sur des roulettes, écarquille de grands yeux (caméras), sait différencier les couleurs et lire des caractères manuscrits, ou encore danser. Mais Papero 2005 ne fait pas qu'amuser la galerie, il rend aussi bien des services : allumer la télévision ou changer de chaîne par exemple, le tout en obéissant à la voix et aux gestes.

Dans sa déclinaison dédiée à la garde d'enfants (Childcare), il pourra compter les petits, les faire jouer à des jeux de réflexion ou les filmer et retransmettre les images sur le téléphone mobile des parents. De manière plus générale, la version 2005 du Papero se veut la quintessence du robot autonome domestique de divertissement familial. Il communique vocalement avec la gent humaine, reconnaît les visages de ses familiers, se déplace agilement sur des roulettes, écarquille de grands yeux (caméras), sait différencier les couleurs et lire des caractères manuscrits, ou encore danser.

CV

Hitachi lance deux robots humanoïdes roulant et parlant
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

Hitachi a présenté un type de robot humanoïde qui offre la particularité d'être monté sur roues pour accroître sa vitesse de déplacement. Baptisé du nom de EMIEW (Excellente Mobility and Interactive Existence as Workmate --compagnon de vie interactif), ce robot monté sur deux roues est plus rapide que ses concurrents dotés de pieds et peut se déplacer à la vitesse maximale de six kilomètres par heure.

Doté de deux bras, de la vue, de l'ouïe et de la parole, EMIEW sait reconnaître les humains, comprendre ce qu'ils disent, les regarder droit dans les yeux et leur répondre à une distance d'environ un mètre, selon Hitachi. Il est également capable de transporter des objets. Ses différents capteurs lui permettent en outre d'éviter les obstacles lors de ses déplacements. EMIEW, dont le visage rappelle un Tintin stylisé, est équipé d'un total de 19 moteurs pour ses différentes articulations et degrés de mobilité. Il mesure 1,3 m de haut et pèse 70 kilos.

"Nous avons voulu créer un robot qui puisse vivre et cohabiter avec les gens," a déclaré le responsable du projet Emiew, Toshihiko Horiuchi, lors d'une conférence de presse. "Nous voulons que les robots soient utiles aux gens," a-t-il ajouté. "Si les robots étaient plus lents que les gens, les utilisateurs en seraient frustrés." Hitachi a présenté à la presse deux exemplaires de son robot Emiew, Pal et Chum, que le public découvrira lors de l'Expo 2005 qui ouvrira ses portes le 25 mars à Aichi, à 330 km à l'ouest de Tokyo.

Pal s'est ainsi déplacé mardi sur ordre de Chum, évitant des obstacles grâce à des capteurs placés sur sa tête, autour de sa taille et près de ses roues. "J'espère pouvoir me déplacer à l'avenir dans des endroits tels que Shinjuku et Shibuya sans me heurter à des gens ou a des voitures," a déclaré Pal à l'assistance amusée, faisant référence à deux quartiers commerçants particulièrement animés de Tokyo. Pal et Chum possèdent chacun un vocabulaire d'une centaine de mots et doivent maintenant être testés pendant cinq ans avant de pouvoir effectuer toute une série de tâches dans le cadre d'un domicile ou d'un atelier. Le développement des robots d'assistance est considéré par les industriels et les pouvoirs publics japonais comme une priorité, non seulement pour l'avancée technologique du pays mais aussi pour faire face au vieillissement de la population et aux besoins d'aide à domicile allant de pair.

Article @RTFlash

Hernie diaphragmatique : un bébé opéré par un robot chirurgical
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

Six jours après sa naissance, la petite Américaine Amber Vairo, bébé d'à peine six livres (2,5 kilos environ), est devenu le plus jeune patient au monde à être opéré par un robot pour une grave malformation du diaphragme, muscle abdominal indispensable à la respiration, ont rapporté ses médecins de l'Université de l'Iowa. Amber est née avec un orifice dans le diaphragme, qui sert de cloison entre le thorax et l'abdomen. Cette malformation connue sous le nom de hernie diaphragmatique congénitale peut entraîner la mort parce que l'orifice permet à l'intestin de passer dans le thorax, exerçant une pression sur le coeur, les poumons, et la rate. Cette pression peut empêcher la croissance de ces organes ou leur fonctionnement. Amber "prend environ 30 grammes par jour, et mange toutes les deux ou trois heures. La situation a été inquiétante pendant un moment. Mais je suis très contente de l'évolution de son état", a déclaré sa mère, Nicole Hines, qui a ramené l'enfant chez elle la semaine dernière pour la première fois. La petite fille souffrait d'une forme particulière de hernie diaphragmatique, a fait valoir le Dr John Meehan, qui a dirigé l'équipe chirurgicale. Cette forme de hernie touche environ un bébé sur 3.000 et est mortelle dans 25 % des cas, a-t-il ajouté. D'autres opérations utilisant un robot ont été tentées dans des hôpitaux pédiatriques pour des hernies diaphragamatiques, mais il s'agissait d'enfants plus grands et souffrant d'une forme différente de hernie.Pour les opérer, les chirurgiens pratiquent une laparoscopie, grâce à un tube long et fin qui permet d'accéder à la hernie par une petite incision. Mais ce tube est rigide, ne permettant au chirurgien qu'une faible marge de manoeuvre. Dans le cas d'Amber, les chirurgiens ont pratiqué trois incisions, pas plus grandes que le diamètre d'une pointe de stylo. Deux de ces incisions servaient d'accès aux bras du robot, la troisième à une caméra qui fournit une image en trois dimensions. "Sa vie a-t-elle été sauvée ? Oui", affirme John Meehan. "Mais ce que je crois par ailleurs intéressant, c'est que cette technique représente un nouveau moyen de soigner des maladies graves du nourrisson. Nous n'avons pas inventé une nouvelle opération, nous disposons juste d'une nouvelle technique pour opérer. "L'opération d'Amber a duré deux heures. Selon l'équipe chirurgicale, la technique ne pourrait pas s'appliquer à un bébé de plus petite taille. Quant au type de robot chirurgical utilisé, on en compte environ 150 dans le monde.

AP

Un milliard de PC dans le monde en 2007
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

En 2004, le nombre de PC en circulation dans le monde a atteint les 820 millions. Ces chiffres, publiés par le cabinet de recherche Computer Industry Almanac, portent la marque d'un léger ralentissement de la croissance du nombre des PC dans les pays industrialisés, qui devrait s'amplifier d'ici une décennie. Autre grande tendance : la très forte progression du nombre de PC en circulation dans les pays en développement, où l'équipement informatique se banalise. Ces pays devraient être les moteurs de la croissance jusqu'en 2007, date à laquelle le nombre de PC en circulation dans le monde devrait atteindre le milliard. Les Etats-Unis sont demeurés en 2004 le pays le plus équipé, avec 223 millions de machines en circulation, soit une part de 27,2 % de l'équipement mondial. Ils sont suivis loin derrière par le Japon (69,2 millions, 8,4 % sur la part mondiale), la Chine (53 millions, 6,45 %), l'Allemagne (46,3 millions ; 5,3 %) et le Royaume-Uni (35,9 millions ; 4,37 %). La France se classe à la sixième place, avec 29,41 millions de PC en circulation et une part de 3,58 %.

Atelier

Un nouveau système de guidage électronique pour les mal voyants
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

HumanWare propose une solution complète de guidage électronique pour les mal voyants. Le système combine un GPS Trekker et l'ordinateur de poche Maestro. Trekker est le système d'orientation par GPS autonome le plus populaire sur le marché. Maestro est le premier ordinateur de poche grand public accessible aux non-voyants. Ces deux produits sont maintenant intégrés, offrant une solution complète et mobile aux personnes aveugles ou ayant une déficience visuelle. Trekker, le système d'orientation par GPS pour les personnes aveugles, peut désormais être renforcé par les fonctions courantes propres au PDA grand public. Trekker est une application logicielle fonctionnant sur un ordinateur de poche (PDA) avec WinCE entièrement adapté pour les aveugles avec des menus et des cartes géographiques parlantes ainsi que de l'information GPS vocale.

Les utilisateurs de Trekker peuvent maintenant profiter des fonctionnalités d'accès à l'information indispensables de Maestro : prise de note texte et vocale, agenda, gestionnaire de contacts et autres, combiné au système d'orientation Trekker, le tout dans le format ultra-compact d'un véritable PDA. Grâce à son environnement flexible, le système intègre également d'autres applications telles que Victor Reader, un lecteur de livres parlés numériques. D'autres fonctionnalités et accessoires (le clavier braille Bluetooth qui sera disponible au cours de l'année 2005) s'ajouteront bientôt. La nouvelle solution améliore considérablement l'interface utilisateur de Trekker et rend l'entrée de données et la navigation dans les menus beaucoup plus facile. Le clavier tactile de Maestro facilite l'entrée de données et permet un accès rapide aux fonctionnalités telles que le passage du mode navigation au mode touches de raccourci. D'autres caractéristiques de Maestro, comme l'aide clavier contextuelle et la possibilité d'utiliser un clavier externe infrarouge, sont également disponibles.

Telbec

Parlez à votre PC
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

Si vous en avez assez de taper, avec deux doigts ou même avec dix, vos courriers professionnels ou le roman de votre vie, pourquoi ne pas vous adresser à votre ordinateur plus simplement et plus naturellement c'est-à-dire par la voix ? Pour cela, il vous faut un logiciel de reconnaissance vocale. La reconnaissance vocale a fait des progrès considérables ces dernières années. La nouvelle version du programme Dragon Naturally Speaking, la version 8 de ce programme qui est quasiment le dernier du genre sur le marché, est d'une efficacité redoutable. D'abord, la traditionnelle phase d'apprentissage très fastidieuse durant laquelle il faut lire un texte seul face à son ordinateur au risque d'être pris pour un fou par le reste de votre famille ou par vos collègues de travail, cette phase d'apprentissage a été considérablement réduite. Avant, il fallait jusqu'à une heure et demie. Aujourd'hui, en moins de 10 minutes votre ordinateur apprend à reconnaître votre voix.

Ensuite, l'efficacité de la reconnaissance vocale elle-même a été améliorée de 20 %, selon l'éditeur ScanSoft. Un gros travail a été fait notamment sur les homophonies très courantes dans la langue française, c'est-à-dire les mots ou expressions qui se prononcent pareil mais qui ne s'écrivent pas de la même manière. Le système de correction permet d'intervenir sur le texte à la voix sans toucher le clavier. Enfin, Dragon 8 permet non seulement d'écrire du texte 3 à 6 fois plus vite qu'à la main mais également de commander son PC à la voix. Vous pouvez lancer des applications, ouvrir des menus et même surfer sur Internet. Le logiciel est capable de cliquer sur des liens hypertextes simplement au son de votre voix ! Tout cela fait de Dragon un outil pour les professionnels - médecins, avocats, juristes, etc. - mais aussi les étudiants, les écrivains et les handicapés qui trouveront avec ce produit une aide précieuse.

FI

Noos teste la vidéothèque en libre accès gratuit
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

Offrir le plus grand nombre de chaînes possibles ne suffit plus pour fidéliser ses abonnés. Face à une concurrence toujours accrue (satellites, autres câblo-opérateurs, ligne ADSL, TNT), Noos a décidé d'offrir à certains de ses abonnés des émissions gratuites accessibles à tout moment. Ce nouveau service de vidéo à la demande sera d'abord disponible en région parisienne. Pour en bénéficier, il faut avoir le nouveau décodeur enregistreur numérique Noos Advance II. À partir du mois de mai, l'opérateur enverra 10 à 20 Go d'émissions (un film récent, des documentaires, des séries inédites et des programmes pour enfants) une à deux fois par semaine sur le décodeur de l'abonné. En allant sur le canal 100, celui-ci y pourra les voir quand il veut et autant de fois qu'il le souhaite durant leur semaine de diffusion. Il pourra même les enregistrer sur l'espace restant du décodeur (qui a une mémoire totale de 80 Go) ou les graver sur DVD. Contrairement aux offres de vidéo à la demande déjà existantes (Multivision et Kiosque sur le câble et le satellite, MaLigneTV en passant par l'ADSL), celle de Noos devrait être totalement gratuite. Hormis le prix du forfait mensuel du câblo-opérateur et de la location du décodeur (15 euros par mois pour l'Advance II, le décodeur de base est compris dans le forfait). Pour l'instant, seuls les Franciliens auront droit à ce test. Mais Noos devrait profiter de la finalisation du rachat du câblo-opérateur UPC et de la fusion des réseaux pour généraliser son offre à tout le territoire (d'ici à la fin de l'année au mieux). UPC devrait donc relayer cette offre auprès de ses abonnés. En passant par le canal de l'ADSL, Free est, lui, en pourparlers avec différents éditeurs pour proposer un service similaire aux utilisateurs TV de sa Freebox. Quant à Telecom Italia, les abonnés à Alice Super (téléphone illimité et Internet haut-débit) peuvent, depuis septembre 2004, voir sur leur PC une quarantaine de films récents en streaming, des documentaires sportifs et des dessins animés. Tous les mois, trois films sont ajoutés au catalogue. Mais, après avoir étendu la période d'essai gratuite de cette offre de six mois (jusqu'en juin 2005), l'opérateur italien réfléchit désormais à l'opportunité de faire payer ce contenu.

OINet

Le Suédois déclare ses impôts par SMS
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

Le pays le plus imposé du monde se devait d'innover pour lever l'impôt. D'autant que la Suède est très bien placée dans les technologies de l'information : 80 % des foyers suédois sont reliés à l'Internet. En 2004, plus d'un million de Suédois - sur 7 millions de foyers fiscaux - ont fait leurs déclarations d'impôts par Internet, téléphone et même SMS ! Depuis longtemps, si on compare avec la France, remplir une feuille d'impôt est un jeu d'enfant en Suède. Les employeurs établissent une déclaration auprès des services fiscaux sur les revenus versés et les impôts retenus à la source des différents salariés. Le fisc confirme ensuite à chaque contribuable son montant d'impôt sur l'année, celui-ci valide alors les informations figurant dans sa déclaration. L'administration fiscale rembourse enfin d'éventuels trop-perçus ou demande au contraire le versement des sommes restant dues. Prérempli et simplifié, l'impôt suédois avait déjà par conséquent un des coûts de recouvrement les plus faibles de la planète. C'est en 2001 que le fisc suédois a innové en créant la déclaration électronique.

En 2004, à l'Internet et au téléphone, il a rajouté les SMS. Ainsi, une fois que les informations reportées sur la feuille de déclaration sont estimées correctes, il suffit d'envoyer un SMS composé d'un code chiffré et du numéro personnel (un numéro unique que tous les Suédois reçoivent à leur naissance) au centre des impôts qui lui-même en retour renvoie un SMS pour confirmer. Pour déclarer par téléphone une boîte vocale guide le contribuable dont deux codes secrets jouent le rôle de signature. Internet en revanche permet de changer ou de rajouter des informations et de faire une déclaration pour les portefeuilles d'actions. C'est un e-identité (le même qui est attribué au client des banques) qui sert alors de signature. Plus facile pour le contribuable, la déclaration électronique est aussi moins chère pour le gouvernement. Il économise 12 couronnes suédoises (1,3 euro) en moyenne par contribuable sur des coûts de levée d'impôt.

Figaro

Un système d'audio guidage pour les aveugles
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

Les chercheurs de l'université de Santa Cruz en Californie, en coopération avec le Smith-Kettlewell Eye Research Institute, ont mis au point un ensemble d'outils pour aider les aveugles, à partir de techniques issues du domaine de la vision artificielle. Ils ont notamment développé un logiciel et un pointeur laser pour remplacer la cane blanche. Le système analyse le signal pour le traduire en un signal sonore qui varie lorsque l'aveugle pointe dans différentes directions. La fréquence des bips indique la distance tandis que la tonalite rend compte de la présence de formes particulières telles que des marches. Une autre recherche consiste à doter l'aveugle d'un équipement qui comporte une caméra et un système d'analyse qui repose sur des balises, de petits panneaux à symbologie codifiée. La pose de panneaux est peu coûteuse et n'implique quasiment aucun entretien. Le système peut alors indiquer à l'aveugle la présence de tel ou tel commerce ou administration. Installé dans un hôtel, ce système permet aux mal voyants de retrouver facilement leurs chambres.

SCU

La Corée mise sur la télévision numérique portable
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

Le premier service mondial de diffusion de vidéo numérique haute qualité sur téléphone portable par satellite a été lancé en Corée le 10 janvier 2005. Ce service est dans un premier temps offert pour une période d'essai gratuite de 4 mois, dans la perspective d'un lancement commercial le 1er mai. TU Media, une société détenue à 30 % par le premier opérateur de téléphonie mobile coréen, SK Telecom, annonce le lancement de ce service comme le début d'une nouvelle ère en matière de télécommunications.

La technologie DMB (Digital Multimedia Broadcasting) permet une diffusion numérique en situation de mobilité, afin de visionner des programmes vidéo ou d'écouter des programmes audio en haute qualité numérique sur des terminaux portables comme les téléphones ou tout autre type de récepteur portable. Il existe deux types de DMB : terrestre et satellitaire. Les 6 licences de services de télévision mobile terrestre seront allouées en mars. Contrairement aux systèmes conventionnels de diffusion par satellite qui requièrent de larges paraboles, la DMB satellitaire permet de recevoir les signaux du satellite sur des petites antennes, adaptées aux terminaux portables.

TU Media a choisi de proposer les services DMB à destination des téléphones portables, en prenant le soin de faire fabriquer des téléphones compatibles DMB par les grands fabricants coréens de téléphones portables. Pour le lancement du service pilote de TU Media, Samsung propose le premier téléphone DMB, le SCH-B100, qui permet de recevoir 3 canaux vidéo et 6 canaux audio, et est équipé d'un écran de 2,2 pouces, et d'un lecteur MP3 intégré. Sa batterie permet de regarder de la vidéo pendant 2h30. D'autres modèles sortiront d'ici le lancement commercial en mai pour proposer également le service aux clients des autres opérateurs. TU Media a installé 4800 relais de transmission dans la région de Séoul et dans 5 autres grandes villes. Ces relais permettent de rediriger le signal du satellite dans les zones ou les conditions de réception sont mauvaises, comme les sous-sols ou les tunnels.

TS




Un nouveau câble à très haut débit
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

Nec vient d'annoncer qu'il avait mis au point une nouvelle technologie permettant de transmettre environ 8.5Go de données, soit l'équivalent d'un film de qualité DVD, en 6 secondes alors qu'il faut 2m30s en utilisant les technologies actuelles. Les câbles équipés de cette nouvelle technologie devraient être distribués vers mi-2006 afin d'être utilisés en priorité dans les ordinateurs nécessitant de hautes performances. Le débit de ces câbles est de 12Gb/s, soit 25 fois le débit de l'USB 2.0 couramment utilisé à l'heure actuelle pour interfacer les ordinateurs et leurs périphériques. Le problème récurrent des transmissions à très haut-débit est que le signal a tendance à s'affaiblir en causant des interférences mais NEC est parvenu à surmonter ce problème en exploitant la même technologie que celle qui permet d'écrire des données sur les disques durs. Ce nouveau type de câble pourra être utilisé pour améliorer la vitesse de calcul des ordinateurs et serveurs mais également pour transmettre de grandes quantités de données entre les ordinateurs et les périphériques tels que des lecteurs de musiques ou des enregistreurs vidéo.

Nec

Un foyer américain sur quatre a accès à l'internet haut débit
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

La Federal Communications Commission (FCC) a publié au mois de décembre 2004 les nouveaux chiffres du haut débit aux Etats-Unis. Selon la Commission, il y avait près de 32,5 millions d'abonnés haut débit, résidentiels et professionnels, soit une augmentation de 15 % pour le premier semestre 2004. Néanmoins, cette progression tend à ralentir, les services d'accès haut débit ayant progressé de 20 % entre juin et décembre 2003. Sur ces 32,5 millions d'abonnés, 30,1 millions correspondent au segment résidentiel et petites entreprises. En un an, le haut débit aura progressé tout de même de 46 %. Les services DSL ont connu une meilleure progression, 20 % en six mois, pour atteindre 11,4 millions de lignes, que les services d'accès haut débit par le câble, qui ont progressé de 13 %, pour atteindre 18,6 millions de lignes. Parmi les autres technologies, les accès par satellite ou par technologies sans fil représentent 421.000 abonnés et les liaisons en fibre optique 639.000 abonnés. Les "Baby-Bells" (Verizon, SBC, BellSouth et Qwest) ne représentent que 31,7 % du marché du haut débit aux Etats-Unis. Par ailleurs, un récent sondage Harris Interactive, réalisé par téléphone en novembre 2004 auprès d'un échantillon représentatif de 819 internautes adultes, détaille l'usage de l'Internet. L'activité la plus populaire reste le courrier électronique (66 % des personnes interrogées utilisent Internet souvent ou très souvent pour le courrier électronique), suivie par les recherches pour le travail ou l'école (46 %), et les informations ou la météo (43 %). Les activités en ligne qui ont gagné le plus en popularité entre décembre 2000 et novembre 2004 sont la réservation de voyages (+15 %) et la comparaison des produits par Internet (+13 %).

FCC

AOL veut conquérir les utilisateurs mobiles avec des services multimédia
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

La filiale internet de Time Warner, America Online, a dévoilé de nouveaux services à destination des utilisateurs de téléphones mobiles, permettant notamment d'écouter de la musique et de gérer des photos numériques, ainsi qu'une série de partenariats avec des opérateurs et fabricants télécoms. Les utilisateurs du Blackberry, le terminal mobile de Research In Motion, pourront ainsi accéder à la messagerie instantanée et au courrier électronique d'AOL. Cingular Wireless, une co-entreprise de SBC Communications et de BellSouth, prévoit pour sa part d'utiliser le service d'échange photos d'AOL. Enfin, Nextel Communications a accepté de commercialiser le service de cartes et d'itinéraires sur internet d'AOL, baptisé MapQuest.

Bien qu'il demeure le premier fournisseur internet au monde, AOL a perdu ces dernières années des abonnés et recherche donc de nouveaux marchés. Les principaux opérateurs télécoms américains intègrent déjà la messagerie instantanée d'AOL (AIM), mais seulement un petit nombre d'utilisateurs parmi les 176 millions d'abonnés au téléphone mobile aux Etats-Unis utilisent son service. AOL espère donc que ces nouveaux accords lui permettront d'accroître sa base d'utilisateurs mobiles. "L'échange de photos à partir de la messagerie instantanée AIM est la demande numéro un de nos utilisateurs mobiles", à déclaré Himesh Bhise, directeur de la division mobile d'AOL.

La première version du logiciel Instant Picture d'AOL permettra aux utilisateurs PC d'envoyer des images vers des téléphones mobiles via la messagerie instantanée AIM. A la fin du quatrième trimestre, une autre version permettra aux utilisateurs mobiles d'échanger indifféremment des photos avec des utilisateurs de téléphones portables et d'ordinateurs. La filiale internet de TimeWarner vise également le marché de la musique mobile, actuellement surtout cantonnée aux sonneries de téléphone, avec l'introduction de services qui permettront aux consommateurs d'écouter des morceaux de musique en entier. AOL développe ainsi une version mobile de son service radio baptisé Radio@AOL, qui autorisera certains téléphones portables à diffuser de la musique en continu avec une qualité radio FM.

Le service MapQuest d'AOL étend également ses fonctionnalités vers les téléphones mobiles en utilisant le GPS pour localiser un usager. Une telle fonctionnalité aidera aussi les services d'urgence à localiser facilement un utilisateur et les sociétés commerciales à proposer des offres ciblées en fonction de l'endroit où se trouve l'utilisateur.

Reuters

^ Haut
Matière
Matière et Energie
Des puces à mémoire atomique plus rapides et moins chères
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

Des chercheurs de Philips ont mis au point un nouveau type de puce-mémoire qui pourrait révolutionner l'informatique d'ici quelques années. La mémoire des ordinateurs utilise un code binaire pour stocker ses informations dans des condensateurs qui peuvent maintenir les électrons dans deux états distincts, "on" ou "off". Mais comme il peut y avoir des pertes d'électrons, chaque condensateur doit être rechargé de milliers de fois par seconde. En cas de rupture d'alimentation, les données sont perdues. Martijn Lankhorst et ses collègues des laboratoires de recherches de Philips à Eindhoven aux Pays Bas ont montré qu'au lieu d'utiliser des électrons, il est possible de créer deux états en utilisant un agencement ordonné ou désordonné des atomes. Ils utilisent un matériau appelé tellurure d'antimoine (Sb2Te3), naturellement dans un état "amorphe", avec tous ses atomes pêle-mêle. Mais une petite impulsion électrique fournit assez de chaleur pour arranger les atomes en ligne, créant un agencement cristallin ordonné.

Une seconde impulsion à haute tension désagrège la structure cristalline, remettant le matériau à son état initial embrouillé. Un ordinateur pourrait faire la différence entre les deux structures car la phase cristalline a une résistance électrique très inférieure. Le câblage de minuscules morceaux de tellurure d'antimoine créerait une puce mémoire qui pourrait stocker l'information de façon durable, sans devoir être continuellement rechargée en énergie. "L'approche a un potentiel énorme", annonce Matthias Wuttig, scientifique des matériaux à l'université de RWTH à Aix-la-Chapelle en Allemagne. "On pourrait mettre en marche son ordinateur portable et travailler avec en moins d'une seconde," dit-il, "ou enregistrer et visualiser des films en intégralité sur son téléphone mobile."

Les matériaux à changement de phase, dont les propriétés physiques changent selon qu'ils se trouvent dans une phase amorphe ou cristalline, sont largement utilisés dans les supports de stockage optique, tels que les disques enregistrables et réinscriptibles DVD. Sur ces disques, c'est la réflectivité du matériau qui change, un laser étant utilisé à la fois pour chauffer le matériau à la température requise afin de le faire passer de sa phase amorphe à sa phase cristalline, et pour détecter le changement résultant dans sa réflectivité. La cellule mémoire à semi-conducteur de Philips emploie des matériaux à changement de phase similaires déposés en tant que film ultra mince sur la surface d'une puce de silicium, et utilise un courant électrique pour les faire passer d'une phase à l'autre et pour détecter le changement résultant dans sa résistance électrique.

L'idée n'est pas nouvelle mais il a fallu plus de 30 ans aux chercheurs pour trouver un matériau qui puisse de façon fiable changer d'état des millions de fois sans se dégrader, et pour développer les techniques requises pour câbler de si minuscules composants. La mémoire Flash est une autre tentative pour résoudre le même problème. Elle maintient aussi ses données indéfiniment, et est employée dans les appareils photo numériques et les cartes mémoire. Mais les cartes mémoire Flash font appel à des technologies de fabrication délicates et coûteuses. En outre, une unité de mémoire Flash conventionnelle ne peut pas avoir une taille inférieure à environ 65 nanomètres, tandis que les cellules de mémoire à Sb2Te3 peuvent potentiellement descendre jusqu'à 10 nanomètres. "Mais le facteur de succès essentiel est que la cellule mémoire est remarquablement simple à produire", précise Wuttig, "puisque ce n'est finalement qu'un gros bout de matière relié à deux contacts électriques. Avec ces recherches, Philips un fait un pas important vers la mémoire unifiée qui combine la vitesse de la mémoire SRAM avec la densité de la mémoire DRAM et la non volatilité de la mémoire Flash.

Nature

Capsules sur mesure pour tissus parfumés
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

Prenez un linge ! Le premier geste que vous faites est de le sentir, annonce Marie-Florence Grenier-Loustalot, chercheuse et directrice du service central d'analyse (SCA) du CNRS, situé dans la banlieue lyonnaise. Ce réflexe sensoriel, utilisé depuis des lustres comme argument publicitaire par les lessiviers, risque fort de devenir un atout commercial dans l'industrie textile. Et ce, grâce à la microencapsulation, procédé bien connu du domaine cosmétique qui permet d'enfermer des agents actifs dans de minuscules réservoirs. Mais les tissus sont eux aussi depuis quelques années dans la ligne de mire des industriels. En effet, grâce à des travaux menés conjointement par le SCA et la société Euracli, ce procédé a vu peu à peu ses capacités s'améliorer, avec la diminution de la taille des capsules pour ne pas dénaturer la texture et l'aspect du tissu, puis l'amélioration de l'imperméabilité des membranes. Du coup, le champ d'application de cette technique, initialement utilisée sur des tissus pour, par exemple, stabiliser la température dans des vêtements d'extérieur, s'est peu à peu élargi, d'abord aux étoffes délicates et luxueuses , puis aux vêtements grand public. Des robes, des sous-vêtements, des foulards délicatement empreints de l'odeur de votre parfum favori, des collants hydratants et énergisants... Certaines et certains d'entre vous en rêvaient ? Eh bien, de nombreux industriels du textile, qui ont flairé le filon, commercialisent aujourd'hui ces nouveaux produits munis de microcapsules remplies de molécules parfumées ou bienfaisantes.

Les industriels du textile savent depuis plusieurs années fixer de façon quasi permanente des microcapsules sur des tissus. Le principe actif y est enfermé, afin de donner à ces textiles dits « high-tech » des propriétés particulières : ils peuvent changer de couleur ou réagir à la lumière. « Mais ces industriels, toujours soucieux de donner plus de valeur ajoutée à leurs tissus, ont souhaité aussi leur attacher des propriétés cosmétiques, voire anti-acariennes ou encore anti-UV », explique Yves Frantz, gérant d'Euracli. Pour cela, ils avaient besoin cette fois de capsules capables de libérer progressivement leur contenu tout en résistant à de multiples nettoyages. Pas si simple.

C'est pourquoi, pour mettre au point des conditions optimales d'application, la société a fait appel aux compétences du SCA pour analyser et doser l'actif encapsulé et déposé sur un textile, avant et après lavage. Car, pour la commercialisation de nos produits, nous devions connaître précisément la résistance des propriétés odorantes de nos capsules aux multiples nettoyages, explique Marie Rastello de Boisséson, responsable Technique et qualité d'Euracli. Le SCA a donc mis au point une méthode d'extraction et d'analyse pour suivre la disparition des produits encapsulés en fonction de plusieurs critères : le lavage, l'essorage et la qualité du tissu, poursuit Marie-Florence Grenier-Loustalot.

L'acétate de linalyle, composant essentiel du parfum lavande, a été choisi comme molécule modèle pour tester la résistance des capsules aux lavages. Cet actif a été enfermé dans des capsules de deux microns. Elles ont été ensuite mélangées à un liant et enfin appliquées sur des tissus. Ces derniers ont été lavés à 30° C, essorés et séchés. Le SCA a ensuite mesuré la quantité d'acétate de linalyle restante dans les capsules après chaque lessive. Un travail de haute précision analytique effectué grâce à la chromatographie en phase gazeuse.

Résultat : les ingénieurs du SCA ont montré qu'après dix lavages, le pourcentage de produits actifs restant dans les tissus se stabilise autour de 40 %. Par ailleurs, une quantité excessive de liant augmente la résistance au lavage, mais ralentit la libération de l'actif. « Ces tests, qui ont permis d'améliorer sensiblement la résistance des capsules aux lavages, aussi bien sur fibres synthétiques que naturelles, vont ouvrir rapidement d'autres perspectives d'application en lingerie et literie », conclut la directrice du SCA. Choisirons-nous un jour l'ambiance odorante de nos rêves ?

CNRS

^ Haut
Espace
Espace et Cosmologie
La relativité générale à nouveau confirmée
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

Des chercheurs du Jet Propulsion Laboratory (JPL) ont réalisé une expérience permettant de confirmer le principe d'équivalence, selon lequel tous les objets se comportent de la même manière dans un champ de gravitation, principe dont Einstein a fait la pierre angulaire de sa théorie de la relativité générale. L'équipe du JPL a envoyé des faisceaux lasers des observatoires du Texas et de la Côte d'Azur vers des réflecteurs installés sur la Lune lors des missions Apollo. Mesurant le temps de parcours du signal, ils ont pu démontrer avec une précision jusque là inégalée que la distance Terre-Lune restait constante et que les deux corps tombaient vers le Soleil à la même vitesse. Les résultats obtenus sont deux fois plus précis que les derniers résultats publiés. Une des dernières expériences réalisées, le projet STEP, avait permis d'atteindre une précision de 10 puissance 18.

USA Espace

^ Haut
Terre
Sciences de la Terre, Environnement et Climat
Le réchauffement climatique inévitable
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

Quelles que soient les actions mises en oeuvre pour lutter contre le réchauffement climatique, même si les émissions de gaz à effet de serre (CO2) sont stabilisées, les températures s'élèveront d'un demi degré Celsius et le niveau des océans de 11 cm d'ici à la fin du 21e siècle. C'est l'inquiétant constat que dressent dans la revue Science des climatologues du Centre américain de la recherche atmosphérique. La cause de ce phénomène : "l'inertie thermique" des océans. "L'eau se réchauffe ou refroidit plus lentement que l'air car elle est plus dense que l'air", explique le NCAR. En conséquence, les océans se réchauffent avec retard par rapport aux températures atmosphériques. La Terre n'a donc pas encore pleinement subi les effets des niveaux de CO2 actuels, indique à New Scientist Gerald Meehl, le responsable de cette étude. A l'aide de simulations informatiques, les chercheurs américains affirment même que dans le pire des scénarios, d'ici la fin de ce siècle, les températures grimperont de 3,5°C et le niveau des océans de 30 cm. Basses ou hautes, ces hypothèses ne prennent pas en compte l'apport d'eau douce en provenance de la fonte des glaces. "Laquelle pourrait au minimum doubler l'augmentation du niveau des océans provoquée par le réchauffement climatique", pointe le NCAR. "Avec l'augmentation en cours des concentrations de gaz à effet de serre, chaque jour nous nous engageons vers un changement climatique plus important dans le futur", explique Gerald Meehl. Et plus les réponses se font attendre, poursuit-il, plus le réchauffement sera marqué. "On a l'impression que si les choses vont mal, il suffit d'appuyer sur le bouton 'stop', déclare le chercheur à New Scientist. Mais même si vous faites cela, le climat continuera à changer."

INCAR

^ Haut
Vivant
Santé, Médecine et Sciences du Vivant
Un vaccin à ADN contre le Sida
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

Un vaccin à ADN pourrait offrir une protection contre la progression de l'infection vers le sida. Des chercheurs du Kansas viennent de publier leurs résultats sur ce sujet dans l'édition de mars du Journal of Virology.

Dans cette étude, l'ADN issu d'un virus SHIV (simian/human immunodeficiency virus) a été rendu non infectieux en éliminant le gène codant la transcriptase inverse. Quatre macaques ont reçu ce vaccin non infectieux par injection tandis que deux autres animaux n'ont pas été vaccinés. Au cours de l'infection par un virus virulent, trois macaques vaccinés ont survécu tandis que les deux contrôles non vaccinés sont morts.

"Ces résultats ont apporté la preuve que ce type de vaccin peut prévenir le sida et ils montrent qu'un vaccin à ADN tel que celui-ci pourrait être utilisé seul, sans besoin de doses de rappel avec des protéines virales, pour des programmes d'immunisation à grande échelle", expliquent les chercheurs.

JOV

Les gènes du chromosome X féminin diffèrent de ceux du X des hommes
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

Les gènes du chromosome X féminin sont plus actifs que les gènes du chromosome X masculin, un phénomène qui pourrait expliquer certaines différences biologiques existant entre les deux sexes, selon les résultats d'une nouvelle étude américaine. Ces travaux sont publiés jeudi dans la revue scientifique "Nature". Ils impliquent que les femmes présentent un taux plus élévé que les hommes de certaines protéines, ce qui pourrait expliquer l'apparition ou non de certaines maladies. Toutefois, jusque-là, aucun des gènes du chromosome X identifiés par le séquençage n'a pu être relié de façon tangible à ces différences, a observé le premier auteur de l'étude, Huntington Willard, de l'Université Duke.

Ce dernier et Laura Carrel, de l'Université de Pennsylvanie, signent un second article, publié lui aussi dans "Nature", qui détaille l'analyse de l'ADN de ce chromosome, dans lequel les scientifiques ont dénombré 1.098 gènes. Les chromosomes sont constitués par les paquets filiformes de gènes et d'ADN qui se trouvent dans le noyau des cellules. L'homme possède 23 paires de chromosomes, dont la paire formée par les chromosomes X et Y. La femme possède deux versions du chromosome X, alors que l'homme possède un chromosome X et un chromosome Y.

Bien avant la naissance, l'oeuf femelle désactive une des copies de son chromosome X, tout comme les hommes qui ne fonctionnent qu'avec une copie génétique de ce chromosome. Si l'inactivation d'un des chromosomes s'opère au hasard, les scientifiques savent depuis longtemps qu'elle est loin d'être parfaite. Une partie des gènes de la copie inactivée continuent en effet de fonctionner, envoyant des ordres chimiques pour que la cellule continue à fabriquer telle ou telle protéine spécifique.

Le travail réalisé par Willard et Carrel suggère que le chromosome inactivé contient 200 à 300 de ces gènes. Pour aboutir à cette découverte, ils ont d'abord découvert que 15 % des gènes inactivés continuaient à fonctionner. Plus surprenant encore, le niveau d'activité de 10 % de gènes supplémentaires varie d'une femme à l'autre, passant de zero chez certaines d'entre elles à des niveaux variables chez d'autres femmes. "Ceci contraste avec l'activité relativement stable des gènes du chromosome X présent chez les hommes, ou des gènes d'autres chromosomes des deux sexes", a ajouté Willard. En pratique, quand l'étude compare les chromosomes X inactivés de 40 femmes, chacune d'entre elles montre une activité génétique différente.

Nature

Identification d'un nouveau gène commun au diabète et au cancer du pancréas
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

L'identification d'un nouveau gène du diabète de type 2 suggère des mécanismes communs dans le développement du cancer du pancréas et du diabète, selon les travaux d'une équipe de chercheurs internationaux. L'équipe du Pr Philippe Froguel (CNRS, Lille), en collaboration avec l'Université de Londres (Imperial College, London) et la Mayo Clinic (Rochester, Etats-Unis), vient de mettre en évidence l'existence de mécanismes génétiques communs à deux maladies du pancréas : le diabète de type 2 et le cancer du pancréas. "On connaissait le rôle joué par ce gène dans le cancer du pancréas, mais pas le rôle qu'il jouait dans le diabète", a déclaré jeudi à l'Associated Press Bernadette Neve, chercheur au laboratoire de génétique des maladies plurifactorielels de Lille.

Dans le cancer du pancréas, ce gène baptisé KLF-11 "est connu comme s'opposant à la prolifération des cellules. Nous avons découvert qu'il joue aussi un rôle dans la partie qui sécrète l'insuline". D'où la corrélation avec le diabète : ce dernier affecte environ une personne sur dix dans le monde et le nombre de diabétiques devrait doubler d'ici à 2020. Le diabète de type 2 est une maladie complexe qui associe des anomalies de la sécrétion de l'insuline et une insensibilité des tissus à l'insuline produite. L'hérédité joue un rôle important dans le diabète 2.

L'exploration du génome entier de 158 familles françaises (publiée en 2000) a permis d'identifier plusieurs régions génétiques conférant une prédisposition augmentée au diabète 2, en particulier sur le chromosome 2 où est situé le gène KLF-11. Le cancer du pancréas est l'un des cancers les plus redoutables dont le diagnostic est en général trop tardif pour être curable, Le diabète est un facteur de risque reconnu du cancer du pancréas, mais les mécanismes en cause restent largement inconnus. Cette étude internationale, menée conjointement avec des gastro-entérologues américains ayant aussi bénéficié du support d'équipes israélienne et québécoise, montre que des mutations du gène KLF-11, connu pour être un gène suppresseur de tumeurs (du pancréas mais aussi du sein), sont responsables de formes familiales de diabète 2 à début précoce (diabète MODY) et augmentent le risque de développement du diabète 2 de la maturité.

PNAS

L'espérance de vie des Américains pourrait diminuer en raison de leur obésité
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

L'espérance de vie des Américains pourrait diminuer de manière considérable au cours des prochaines années à cause de l'obésité de la population, un phénomène qui marquerait une rupture radicale dans la tendance à l'allongement de la durée de vie constatée depuis deux siècles, selon une étude publiée jeudi aux Etats-Unis. D'ici une cinquantaine d'années, l'obésité pourrait réduire de deux à cinq ans l'espérance de vie moyenne des Américains, qui est aujourd'hui de 77,6 ans, selon cette étude publiée dans le "New England Journal of Medicine". C'est plus que l'impact du cancer ou des maladies cardiaques, explique le Dr Jay Olshansky, chercheur à l'Université de l'Illinois à Chicago et principal auteur de l'étude.

Ce raccourcissement de la durée de vie pourrait avoir des conséquences sociales et économiques considérables, selon l'étude. "Nous pensons que les jeunes générations d'aujourd'hui auront une vie plus courte et moins saine que celle de leurs parents pour la première fois dans l'histoire moderne, à moins que nous intervenions", affirme le docteur Olshansky. Déjà, le fort taux d'obésité infantile (15 % des enfants américains) constatée aujourd'hui menace de réduire l'espérance de vie de quatre à neuf mois, selon les auteurs de l'étude. Pour illustrer la gravité de la situation, le Dr David Ludwig, de l'hôpital pour enfants de Boston et un des co-auteurs de l'étude, cite des chiffres alarmants :

-* les deux-tiers des adultes américains sont en situation de surpoids ou obèses

-* jusqu'à 30 % des enfants américains sont en situation de surpoids, et l'obésité infantile a plus que doublé au cours des 25 dernières années

-* le diabète infantile a été multiplié par dix par rapport à il y a vingt ans.

Dans un éditorial accompagnant la publication de l'étude, l'expert en démographie de l'Université de Pennsylvanie Samuel Preston estime toutefois que ces projections sont "excessivement pessimistes". D'autres experts prévoient une augmentation continue de la population américaine, selon le Dr Preston. S'ils reconnaissent que l'obésité n'est pas prête de diminuer, ils y opposent toutefois les progrès de la médecine.

AP

Les propriétés anti-cancéreuses de la pomme confirmées
Jeudi, 24/03/2005 - 00:00

Des chercheurs de l'Institut de recherche contre les cancers de l'appareil digestif (IRCAD) à Strasbourg ont mis en évidence des "propriétés anti-cancéreuses", contre le cancer du colon, de certains constituants de la pomme, selon l'IRCAD. Après des études sur des rats, l'équipe du Dr Francis Raul, directeur de recherche Inserm à l'IRCARD, a indiqué qu'une consommation de deux pommes par jour permettait ces effets anti-cancérogènes. Les chercheurs ont d'abord étudié les effets de polyphénols (composés chimiques anti-oxidants qui protègent nos cellules et nos organes) de la pomme. Ils ont ainsi observé qu'un de ces composés "inhibait la croissance des cellules" et déclenchait "une cascade de réactions aboutissant à la mort programmée des cellules cancéreuses". Cette "mort programmée" (apoptose) est un "phénomène crucial qui permet l'élimination des cellules cancéreuses". L'équipe a ensuite mélangé le composé en question à l'eau de boisson de rats "préalablement exposés à un agent cancérogène" provoquant le développement du cancer du colon. Après six semaines, ces rats présentaient deux fois moins de lésions pré-cancéreuses que ceux qui avaient simplement bu de l'eau. "Il est particulièrement intéressant de constater que l'effet protecteur est obtenu avec des composés naturels à doses nutritionnelles (et non pharmaceutiques) puisque les effets anticancérogènes chez l'animal correspondent à la consommation de 2 pommes par jour pour l'homme", soulignent les chercheurs de l'IRCAD.

AFP

^ Haut
VOTRE INSCRIPTION
Vous recevez cette lettre car vous êtes inscrits à la newsletter RTFLash. Les articles que vous recevez correspondent aux centres d'intérêts spécifiés dans votre compte.
Désinscription Cliquez sur ce lien pour vous désinscrire.
Mon compte pour créer ou accéder à votre compte et modifier vos centres d'intérêts.
PLUS D'INFOS
Suivez-nous sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook
 http://www.rtflash.fr
back-to-top