RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

RTFLASH Recherche & Technologie
NUMERO 65
Lettre gratuite hebdomadaire d’informations scientifiques et technologiques
Créée par René Trégouët rapporteur de la Recherche et Président/fondateur du Groupe de Prospective du Sénat
Edition du 01 Octobre 1999
Recommander  |  Désinscription  |  Lire en ligne
Egalement dans ce numéro
TIC
Microsoft fait basculer l'informatique sur le Web
Le Webtouch arrive
Vers les vêtements cybernétiques
NAMEzero : une adresse Web gratuite et personnelle à vie
Internet mobile : le Wap arrive en force
Easynet branche les internautes par satellite avec Astra
Aucun code n'est incassable sur l'internet
L'ordinateur du futur sera quantique ou biologique
Orange lance le premier vidéo-téléphone
Sony invente le baladeur anti-piratage
Avenir
Voir les atomes
Des tissus anti-odeur
La nature n'est pas symétrique
Matière
L'écran plat cherche sa voie
Espace
Des images satellite pour Monsieur tout le monde
L'Europe spatiale s'affirme
Vivant
Le Laser est efficace pour traiter les maladies cardiaques
Des cellules de moelle osseuse transformées en cellules musculaires!
L'enzyme du cancer démasquée
Comment vous sentez vous ?
Un vaccin contre l'asthme
La polio éradiquée d'ici 2004 ?
Un plastique issu d'une plante
Le décodage complet d'un chromosome humain presque achevé
Le cerveau ne mélange pas les souvenirs
Homme
Le porte-monnaie électronique s'ouvre en France
Edito
Cartographie du génome humain : nous sommes à l'aube d'une ère nouvelle



Il n'est pas éloigné le temps où nos savants ne disposaient que de la théorie et de la démarche expérimentale pour faire avancer les connaissances. L'arrivée massive dans ces dernières années de la simulation informatique a fait s'accélérer de façon stupéfiante notre accès à de nouveaux savoirs. Ainsi, pour cartographier le génome humain, il fallait une année entière, dans les années 1980, pour qu'un biologiste puisse séquencer 10.000 paires de bases. En 1992, il ne fallait plus qu'une journée pour analyser cette même quantité de bases. En 2002 au plus tard, un technicien utilisant toute la puissance des révolutions informatiques et biomoléculaires (processeur dépassant la fréquence de 2 gigahertz, réseaux de neurones, laboratoire robotisé) pourra analyser 10 millions de paires de bases... par jour ! ! ! Ainsi, en moins de 10 ans, grâce à la fécondation croisée des trois révolutions qui vont marquer le 21e siècle, la révolution informatique, la révolution biomoléculaire et la révolution quantique, la vitesse avec laquelle nous découvrons la carte de la vie aura été multipliée par 300.000. Cela nous permet d'affirmer aujourd'hui, avec une rigueur mathématique, que le déchiffrage des 100.000 gènes dont est constitué le génome humain sera terminé en 2003. Cela nous permet d'affirmer aujourd'hui, avec une rigueur mathématique, que le déchiffrage des 100.000 gènes dont est constitué le génome humain sera terminé en 2003. L'annonce que nous reprenons dans notre lettre de ce jour, faite par une équipe de chercheurs de Cambridge du déchiffrage complet d'un chromosome humain, le chromosome 22 constitué d'une séquence de 60 millions de paires de bases, ne fait que confirmer cette accélération. Cette enquête au coeur de nous-mêmes qui est entreprise avec cette cartographie du génome humain est, de loin, le plus important projet scientifique que l'humanité n'ait jamais entrepris. Grâce à cette aventure, l'homme se trouve à l'aube d'une ère nouvelle. La cartographie du génome humain va être aussi importante pour la biologie que le fut au 19e siècle la classification de Mendeleïev qui donna naissance à la chimie moderne. Grâce à cette classification, l'homme fut capable de prédire la découverte de nouveaux éléments et même de préciser leurs propriétés. L'une des conséquences les plus rapidement appréhendables de cette connaissance du génome humain sera la révolution, dans le sens copernicien du terme, que va subir la médecine qui va passer d'une discipline essentiellement fondée sur le traitement à une science permettant une réelle prédiction. Ainsi, dès 2010, chacun d'entre nous pourra disposer, pour une somme modique qui sera totalement prise en charge par la collectivité tant les économies engendrées seront énormes, de la liste de nos risques individuels de développer telle ou telle maladie en analysant le génome dont nous avons hérité. Dès 2020, chaque être humain pourra disposer sur le support optique qui aura alors remplacé le CD, de sa séquence personnelle d'ADN. La médecine, malgré ses énormes progrès dans ces dernières décennies, en est encore au stade où en était la mécanique aéronautique ou automobile il y a un demi-siècle. On établissait alors un diagnostic sur notre voiture en écoutant le moteur ou en observant la couleur des fumées à l'échappement. Ces deux observations ne permettaient pas d'assurer que notre voiture n'était pas à la veille d'une panne majeure. Il en est malheureusement encore ainsi en médecine humaine : rien ne dit, même si vous sortez de chez votre cardiologue avec un électrocardiogramme parfaitement correct, que vous n'aurez pas un infarctus dans les minutes qui suivent. Or, la maintenance préventive qui est maintenant assurée avec rigueur sur les avions, grâce aux outils informatiques qui surveillent chaque organe sensible, a fait disparaître, presque totalement, toutes les pannes mécaniques. Il n'en est pas de même pour l'homme. " Nous entrons dans une ère où la maladie sera prédite avant son apparition " dit William Haseltine de Human Genome Sciences. L'avenir de notre santé appartient à la médecine moléculaire. Nous verrons, enfin, ce qui se passe réellement à l'intérieur de notre corps, que ce soit au niveau moléculaire, que ce soit au niveau génétique. Mais cette connaissance du génome humain ne va pas seulement servir à mieux prédire la maladie mais aussi à la combattre. ADN... Ces trois lettres ainsi associées seront celles qui seront le plus souvent utilisées par la communauté scientifique mondiale dans cette prochaine décennie. Chacun connaît déjà l'importance prise par les tests d'ADN dans la recherche de criminels, dans la résolution d'énigmes historiques (ossements du Tsar Nicolas II), dans la découverte de supercheries (Anastasia), dans l'analyse d'espèces disparues dont des cellules ont été emprisonnées dans l'ambre (Charançon vieux de 125 millions d'années), d'études d'êtres humains morts il y a plusieurs millénaires (homme des glaces, antiques momies égyptiennes) et même dans la recherche de paternité. Mais bien au-delà de toutes ces applications, le génie génétique permet déjà de préparer les médicaments de demain. Ainsi, 114 ans après la découverte géniale de Pasteur, l'Institut qui porte son nom vient d'annoncer la mise au point d'un vaccin ADN contre la rage qui permettra dans un premier temps de vacciner les chiens pour un faible coût. La barrière du prix ayant sauté pour les pays pauvres, c'est l'éradication de très nombreuses maladies qui devrait être bientôt permise grâce à ces nouveaux vaccins ADN. Mais l'avènement de l'ère nouvelle sera véritablement sensible quand il y aura fusion des ordinateurs et de la biologie moléculaire sur une puce ADN. Le dépistage génétique sera alors rapide et peu coûteux. Une entreprise pionnière dans le domaine, Affeymetrix, a déjà réussi à assembler sur une puce tous les gènes du VIH, ce qui devrait, maintenant dans des temps très courts, accélérer de façon spectaculaire le test du Sida. Dans un autre domaine, une bio-puce actuellement développée par la Lyonnaise des Eaux et Bio-Mérieux devrait permettre, avant 5 ans, d'analyser l'eau que nous buvons tous les jours et de vérifier que les 64 paramètres de qualité imposés par la réglementation sont bien respectés et ce, automatiquement et pour un prix modique. Mais soyons réalistes. L'Histoire de l'Homme entre dans une ère nouvelle mais, même avec l'établissement de la cartographie de l'ensemble du génome humain en 2003, nous n'aurons encore fait qu'un petit pas vers le Futur. Si tout laisse à penser que nous devrions pouvoir, grâce à cette connaissance du génome humain, éradiquer quelque 5000 maladies monogéniques entre 2010 et 2020, il nous faudra certainement encore un temps assez long pour lutter efficacement contre les maladies polygéniques, sachant que l'une des évolutions polygéniques parmi les plus complexes est le vieillissement. Mais quand la science aura fait ce nouveau bond extraordinaire qui permettra à l'homme d'allonger la vie, pourrons-nous malgré tout avoir la prétention de dire enfin ce qu'est la vie ? Je n'aurai pas l'outrecuidance, pour conclure cet éditorial, d'y répondre car je n'en ai pas, même à titre infime, la moindre compétence mais, pour prolonger cette réflexion je ne peux que vous inviter à lire ou relire un livre écrit par Erwin Schrodinger en 1944 (il y a 55 ans) intitulé " QU'EST CE QUE LA VIE ? " Ce livre est d'une actualité extraordinaire.

René Trégouët

Sénateur du Rhône

" Qu'est ce que la Vie " - Auteur : Erwin Schrodinger - Editions Le Seuil - Prix : 47,50 F ((7,24 Euros)


TIC
Information et Communication
Microsoft fait basculer l'informatique sur le Web
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Steve Ballmer, président de Microsoft a précisé durant les MSN Days, la stratégie mondiale de son groupe : "Everyday Web" et "MSN anywhere" ("chaque jour son Web" et "MSN accessible partout". Les produits Microsoft seront toujours disponibles sous la forme de solutions (machines clientes, solutions serveurs...), mais ils pourront également être loués en ligne, à la demande. Ainsi, le site orienté PME bCentral, dont le lancement français est prévu pour janvier 2000 , permettra d'utiliser en ligne la suite Office. Par ailleurs Microsoft US proposera à partir de décembre 2000 un Compagnon Web. Cet appareil communiquant sera équipé de Windows CE et intégré au portail de MSN. L'interface de navigation de l'appareil proposera IE5. D'autre part, les programmes Microsoft en ligne seront accessibles indépendamment des plates-formes. Il est clair que pour Microsoft le PC n'est plus au centre de sa nouvelle stratégie de developpement car s'il reste le principal moyen d'accès à l'internet il n'est plus le seul et doit faire face à l'inexorable montée en puissance des mobiles-internet, assistants personnels et consoles video.

brève rédigée par @RT Flash

TechWeb/23/09/99 : http://www.techweb.com/wire/story/TWB19990923S0025

Le Webtouch arrive
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Après une longue gestation, le WebTouch d'Alcatel sera prêt pour un décollage commercial à partir de la mi-octobre. Le téléphone Internet devrait être distribué partout en France . L'appareil sera livré avec deux offres d'abonnements Internet gratuits : LibertySurf du groupe KingFisher/Darty et l'offre Wanadoo sans abonnement de France Télécom (qui revient à 45 centimes TTC la minute). A quoi ressemble l'appareil ? Sous un habillage bleu ou gris au choix, il recèle un écran couleur et tactile de 7,5 pouces et un modem 33,6 Kbps, avec un poids total qui dépasse de peu les trois kilogrammes. Un clavier rétractable est accessible sur le bord inférieur de la façade avant, sur laquelle on trouve un clavier de numérotation traditionnel pour la téléphonie et des touches de raccourci pour l'utilisation du Web. Sur l'écran tactile, une pression du doigt permet d'accéder directement vers un bouquet de sites, à savoir le site Wanadoo, le moteur de recherche Voilà de France Télécom, le site de la SNCF pour une réservation de billet en ligne, Iti.fr pour choisir son trajet automobile. Un agenda permet d'intégrer 200 fiches de coordonnées téléphoniques qui peuvent être associées à des URL. On retrouve plusieurs fonctions avancées qui équipent les appareils traditionnels (mode mains-libres, durée des appels, etc.). Le gestionnaire d'e-mails est compatible avec les protocoles de messagerie SMPT, POP et IMAP4 et l'on pourra consulter -sur le Web ou en pièce jointe à un courrier- différents types de formats (Gif, Jpeg pour l'image, WAV et AU pour le son) indispensables pour le Net. Le navigateur est optimisé pour le langage Java et accepte les protocoles HTTP et HTML; on retrouve évidemment l'incontournable fonction Minitel. Même s'il ne permet pas de surfer sur le Net avec le même confort que sur un micro-ordinateur standard, le WebTouch d'Alcatel est susceptible de séduire les personnes qui se réfèrent souvent aux mêmes services en ligne ou qui préfèrent éviter, par souci de simplicité, l'usage d'un PC. Reste que le prix prohibitif pourrait freiner sa diffusion : Alcatel annonce un tarif de 3390 francs TTC pour le pack WebTouch couplé à l'Internet gratuit. A ce prix là autant acheter un PC!

Yahoo/29/09/99 : http://fr.news.yahoo.com/990929/32/6hp4.html

Vers les vêtements cybernétiques
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Steve Mann, professeur d'informatique à l'université de Toronto (Canada), a inventé le concept de wearable computer, l'ordinateur à porter ou ordinateur habillable, ce que certains appellent encore "cybernétique personnelle". Postulat de départ : "On entre dans une ère où la technologie informatique va être inextricablement liée à l'homme, d'une manière de plus en plus quotidienne, immédiate et in-time." Ce dont on a besoin, affirme-t-il, c'est d'objets qui puissent être portés en permanence, qui soient toujours allumés, toujours accessibles, sensibles à l'environnement et jamais dérangeants. Bref, des objets intelligents qu'on porterait comme des lunettes ou des vêtements. Des ordinateurs habillables, Steve Mann, 37 ans, en a déjà fabriqué quelques-uns. En 1992, il a créé avec Thad Starner le programme "Vêtements intelligents" au Medialab (Massachusetts Institute of Technology) .Et puis, en 1994, Steve Mann s'est connecté. Depuis, il porte en permanence sa caméra-lunettes reliée à son site web par un système sans fil, ce qui lui permet de "partager sa vie quotidienne avec les autres". Le prototype actuel, encore miniaturisé, lui permet donc de recevoir e-mails et images partout où il va et de montrer en permanence ce qu'il a sous les yeux à tous ceux qui sont connectés à son site. L'objet est prêt à être développé et Steve Mann a chargé un cabinet juridique de négocier les licences avec les utilisateurs éventuels : militaires, sauveteurs, agents de sécurité, voire journalistes ou touristes. Parmi les autres projets en cours, tous liés à sa caméra-lunettes : un système équipé d'un GPS (Global positioning system) dans les chaussures pour retrouver son chemin, des hyperliens qui s'affichent sur les monuments historiques pour raconter leur histoire, un logiciel de reconnaissance des visages qui vous chuchote à l'oreille le nom et la fonction de ceux que vous rencontrez, mais aussi, pourquoi pas, leur situation familiale et le bilan financier de leur entreprise.

NAMEzero : une adresse Web gratuite et personnelle à vie
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Idirections annonçait le 8 septembre le lancement d'un service gratuit de communauté virtuelle qui propose aux internautes un portail personnel, associé à un nom de domaine fixe (com, .net or .org ). Accrédité dès le départ comme un enregistreur de noms de domaines génériques par l'ICANN, iDirections n'avait pas encore lancé l'espace permettant de déposer son adresse Web. C'est désormais chose faîte avec NAME Zero.NAME Zero permet de pré-enregistrer un nom de domaine, après avoir rempli une fiche de renseignements (nom, adresse, sites préférés...). Cette adresse du type http://www.françoisdurand.com (ou .net ou .org) sera exploitable sur les portails personnels de iDirections, qui compte proposer de l'espace d'hébergement, une page de démarrage personnalisable, un email de type "pop3", et des fonctions de messagerie instantanée. Originalité du service, le portail pourra agréger le contenu ou les services présents sur des sites concurrents comme Hotmail ou Xoom. iDirections.com indique par voie de communiqué avoir déposé une demande de brevet aux Etats-Unis pour son business model. Le brevet ne sera acquis que si l'entreprise démontre le caractère innovant de son service par rapport aux communautés virtuelles traditionnelles. L'éditeur déclare s'adresser à tous les internautes et non pas seulement aux PME ou aux micro-structures du type associations ou club. On peut néanmoins s'interroger sur le caractère trop lisible de cet espace, qui risque d'intéresser avant tout les PME, ou les internautes très qualifiés. Cette start-up de la Silicon Valley a été fondée par d'anciens collaborateurs de Microsoft, d'Apple de PointCast et d'American.

Internet news : http://france.internet.com/actualite/news1_220999.html

Internet mobile : le Wap arrive en force
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Nokia et Ericsson ont présenté le même jour deux nouveaux téléphones portables équipés pour la navigation Internet. Adoptant le protocole WAP (Wireless Markup Language), ce type d'appareil devrait permettre le décollage prochain de l'Internet embarqué avec l'éclosion de nouveaux services allégés pour s'informer, réserver un billet d'avion ou accéder à l'Intranet de son entreprise. Le téléphone Nokia 7100 pèse environ 140 grammes et intègre un micro-navigateur compatible avec la version 1.1 du protocole WAP, dont les spécifications ont été publiées cet été . Son écran de taille réduite permet de visualiser du texte et de petites images afin de consulter des services allégés (réservation d'une place de cinéma, information boursière, etc.). La navigation étant handicapée par les faibles débits du GSM, on pourra attendre la convergence avec les premières offres de communication GPRS qui autoriseront des débits allant de 9 Kbps à 171 Kbps. Sur ce plan, France Télécom prévoit d'équiper les grandes villes de l'Hexagone en bornes GPRS dès le début 2000. Des expérimentations sont en cours sur trois sites dans le nord de la France, en région parisienne et dans le sud. Ericsson a pour sa part présenté son troisième appareil mobile compatible WAP. Le RS 320, qui pèse moins de 100 grammes pour 15 millimètres d'épaisseur, dispose en outre d'un port infrarouge pour l'échange de fichiers légers, tels les cartes de visites électroniques ou des notes de répertoire. Disposant d'un navigateur et d'un agenda intégré, il sera commercialisé à partir du premier trimestre 2000. L'opérateur mobile Itinéris, qui teste actuellement ses services Wap, prévoit leur lancement commercial d'ici la fin de l'année avec des services bancaires et des bouquets d'informations en temps réel sur la météo, la circulation ou les cours boursiers.

Network news : http://www.vnunet.fr/NN/index.htm

Easynet branche les internautes par satellite avec Astra
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Le fournisseur d'accès Easynet propose depuis le 27 septembre une offre de connexion par satellite pour 200 F par mois. Pour en bénéficier, il faut soit posséder déjà une parabole soit en acquérir une qui puisse se positionner sur l'un des satellites du réseau Astra (sur 19,2°Est).L'offre, baptisée EasySky, repose sur un abonnement mensuel (199 F) ou annuel (1990 F). Pour les 100 premières demandes, une carte modem spéciale (indispensable) est proposée à 1 990 F (contre 2 490 F, tarif normal).Pas d'originalité pour le reste de la prestation, semblable à la connexion classique : 10 adresses électroniques, capacité d'hébergement illimitée pour les pages personnelles, assistance téléphonique ouverte 5 jours sur 7 et les contenus de son site portail.Les débits annoncés sont de 600 kbps. Précisons, que la connexion par satellite ne fonctionne que dans un sens (signal descendant, du réseau vers l'abonné), il faut toujours disposer d'une connexion par téléphone pour envoyer ses requêtes. Et donc payer les communications locales.

ZDNet : http://www.zdnet.fr/actu/inte/a0010936.html

Aucun code n'est incassable sur l'internet
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Un nouveau défi cryptographique ECC2-97 à base de courbes elliptiques proposé par l'entreprise Certicom depuis deux ans vient de tomber après 40 jours de calcul distribué sur 740 ordinateurs et stations de travail répartis dans vingt pays. Dirigé par Robert Harley depuis le projet Cristal de l'Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique (INRIA - Rocquencourt), le calcul a démontré qu'un système cryptographique de 97 bits à base de courbes elliptiques est plus difficile à casser qu'un système de 512 bits à base de factorisation d'entiers comme RSA-155.Les crypto-systèmes à base de courbes elliptiques sont connus depuis une quinzaine d'années mais n'ont été adoptés par les entreprises leaders du domaine, comme RSA Security Inc, que depuis peu de temps. Dès novembre 1997, le canadien Certicom a lancé son "ECC Challenge", qui consiste en une série de défis de difficulté croissante récompensés par des prix allant jusqu'à 100 000 US$. Ce challenge a pour but de stimuler la recherche dans le domaine des courbes elliptiques et de leurs applications cryptographiques et de donner au "Elliptic Curve Cryptography" des arguments de poids face au système à base de factorisation d'entiers. La difficulté à relever ces défis est un gage de sécurité offerte par les solutions cryptographiques à base de courbes elliptiques. La solution a été trouvée après un tiers seulement du calcul initialement prévu. La probabilité de trouver aussi tôt des points jumeaux était inférieure à une chance sur dix. "Ces résultats renforcent notre confiance en la difficulté du logarithme discret sur les courbes elliptiques, et il faudra en tenir compte dans les standards utilisés pour garantir la confidentialité sur Internet," a commenté Robert Harley. De son côté, Andrew Odlyzko, Directeur de Recherche Mathématiques et Cryptographie chez AT&T Labs, a déclaré : "Cette opération de "craquage" du code est une réalisation superbe qui démontre comment on peut exploiter de manière fructueuse le potentiel informatique extraordinaire de l'Internet, qui reste en général totalement inutilisé". Et il a ajouté : "Ainsi se trouvent validées des prédictions théoriques en termes de sécurité. Il faut continuer à augmenter les tailles de clés cryptographiques pour se protéger contre des menaces toujours plus fortes."

Alphagalileo : http://www.alphagalileo.org/fetchpn.asp?id=2327&src=alert

L'ordinateur du futur sera quantique ou biologique
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Imaginer l'ordinateur du futur, c'est prendre le risque de tomber dans la science-fiction. A en juger par les rêves actuels des experts, on peut prédire la fin des boîtiers de plastique et des puces de silicium. Une chose paraît certaine, en effet : si les ordinateurs doivent continuer de gagner en puissance, leurs composants vont devoir réduire encore leur taille. Au rythme actuel, ils auront les dimensions de molécules simples avant vingt ans. A cette échelle, les procédés conventionnels que constituent les transistors ne seront plus de mise. Certains estiment donc qu'il vaudra mieux concevoir des molécules pouvant accomplir les mêmes tâches. Pour les raccordements électriques, on envisage déjà l'emploi de nanotubes de carbone, conducteurs de taille moléculaire - quelques nanomètres (millionièmes de millimètre) à peine de diamètre, moins du dixième des fils les plus fins qu'il est possible de graver sur les puces commerciales de silicium. Les chercheurs de l'université Stanford de Californie ont fabriqué, à partir du méthane, des nanotubes de carbone à l'aide desquels il est possible de relier deux terminaux de composants électroniques adjacents. D'autres molécules semblent capables de combiner les flux de " bits " (impulsions électriques dans les ordinateurs actuels) comme le font les portes logiques composées de transistors et autres éléments des puces de silicium. Certaines ont déjà conduit des opérations logiques à partir de bits codés en pulsations non pas électriques mais lumineuses ou chimiques. Ainsi, une molécule peut décharger un photon (une particule de lumière) quand elle reçoit à la fois un atome de métal chargé et un photon de couleur différente, mais rester inerte en présence d'un seul de ces deux éléments. Hélas, personne n'a, pour l'instant, la moindre idée sur la façon d'assembler ces " processeurs moléculaires " en un circuit complexe et fiable afin d'obtenir un véritable ordinateur. L'ADN (acide désoxyribonucléique) constitue une autre piste, proposée au début des années 90 par Leonard Adleman de l'université de Californie du Sud . Support de l'hérédité, " base de données " des cellules vivantes, l'ADN est une chaîne de quatre composants moléculaires distincts (les bases) qui agissent comme un code à quatre lettres de l'information génétique. Grâce aux techniques de la biotechnologie moderne, les différentes chaînes de bases sont programmables à volonté en brins synthétiques d'ADN pouvant représenter des nombres gigantesques, qu'on coupe et qu'on raboute. Il ne reste plus alors qu'à dégager ceux qui codent pour la bonne solution. Les généticiens moléculaires savent reconnaître des séquences spécifiques dans un brin d'ADN : deux brins adhéreront ensemble si leurs séquences sont complémentaires, comme les pièces d'un puzzle qui s'emboîtent. Il est donc relativement aisé et rapide d'extraire le brin qui possède tous les caractères requis. La troisième piste, évoquée dès les années 60, est celle de la mécanique quantique. au-delà d'un certain stade de miniaturisation, les effets quantiques prennent le pas sur les effets électromagnétiques traditionnels dans les éléments qui composent les circuits. L'idée de transformer cette complication potentielle en atout a porté ses fruits dans les années 80, lorsque les physiciens ont commencé à examiner avec attention la façon dont un ordinateur pourrait opérer dans le domaine quantique. Dans un ordinateur classique, chaque élément d'information est soit un 1 soit un 0 (une impulsion ou une absence d'impulsion). Mais un bit quantique, qu'on appelle un " qubit ", peut être un mélange des deux. Cette multiplicité des états pourrait donner aux ordinateurs quantiques beaucoup plus de puissance, et donc de rapidité, en comparaison de leur équivalent classique. L'an dernier, B. E. Kane, de l'université de Nouvelle-Galles du Sud, en Australie, a trouvé le moyen de créer un ordinateur quantique à partir des appareils conventionnels de silicium, à condition que les technologies existantes s'affinent quelque peu. En 1947, quand le transistor a été inventé, nul n'imaginait la vitesse à laquelle il allait mener aux super-ordinateurs actuels. Peut-être sommes-nous aujourd'hui dans une époque comparable pour les ordinateurs quantiques qui pourraient voir le jour bien plus tôt que prévu.

Le Monde : http://www.lemonde.fr/article/0,2320,seq-2043-24045-MIA,00.html

Orange lance le premier vidéo-téléphone
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Orange, opérateur britannique qui fabrique également des téléphones portables va commercialiser le premier vidéo-téléphone dans 6 mois. Cet appareil GSM est équipé d'une caméra et d'un écran couleur et fonctionne avec Windows CE. L'appareil pèse 350 grammes et Orange espère pouvoir le commercialiser dès avril 2000 au prix de 500 livres (environ 5000 francs). Orange veut occuper une position de force sur les futurs marchés de la diffusion vidéo à destination des mobiles. La firme britannique fera ainsi passer son réseau à 28.8 Kbps d'ici Noël alors que la norme GSM est limitée à 9.6 Kbps.

brève rédigée par @RT flash

Sony invente le baladeur anti-piratage
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Sony va bientôt lancer un baladeur que l'on pourra recharger en morceaux de musique sur Internet moyennant paiement, mais qui devrait décourager les pirates habitués à télécharger gratuitement des morceaux sur le Web. Il faudra en effet payer pour télécharger à partir d'Internet de la musique sur le ''Memory Stick Walkman'', ce qui n'est pas le cas pour l'instant avec les lecteurs MP3, qui constituent une menace très sérieuse pour l'industrie du disque. Les détenteurs du "Memory Stick Walkman'' pourront télécharger des morceaux sur une petite carte rectangulaire insérable dans le baladeur. Grâce au système de cryptage, les utilisateurs ne pourront plus télécharger des morceaux sur des sites gratuits. Les deux points forts de ce baladeur sont sa petite taille, équivalente à une carte de crédit, et sa légèreté( 69 grammes). Il devrait coûter au Japon 2.700 FF(411 euros) et son utilisation nécessite un PC sous Windows 98.

brève rédigée par @RT Flash

Wired/27/09/99 : http://www.wired.com/news/news/business/story/21932.html

^ Haut
Avenir
Nanotechnologies et Robotique
Voir les atomes
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Quelle est la forme des atomes? Tout dépend de leurs électrons. Ces derniers se répartissent dans l'espace selon des orbitales, leurs zones d'occupation les plus probables, qui ne sont pas toutes sphériques. Certaines ont une forme de huit, d'autres de trèfle à quatre feuilles... À l'Université de l'Arizona, J.M. Zuo a focalisé un faisceau d'électrons sur une zone sans défaut d'un cristal pour observer ces orbitales : les images sont exactement comme on le prévoyait en résolvant l'équation de Schrödinger. Le cristal choisi par J.M. Zuo et ses collègues est l'oxyde cuivreux, important parce qu'il semble être la clé de la remarquable supraconduction à haute température, découverte il y a dix ans.

Pour la Science : http://www.pourlascience.com/

Des tissus anti-odeur
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Des tissus qui absorberaient les mauvaises odeurs, tous les sportifs ont en rêvé. C'est ce compte proposer dès octobre Toray, le plus important producteur de fibres synthétiques japonais. Ce groupe a en effet développé une nouvelle fibre anti-odeurs intégrant un photocatalyseur ainsi qu'un agent anti-bactérien. La petite merveille s'appelle " Lumimagic " et son principe sent bon la simplicité. Le catalyseur en question, de l'oxyde de titane, génère des ions hydroxydes qui dégradent les molécules odorantes contenues dans la sueur ainsi que l'indole, une substance sécrétée en majorité par les personnes âgées... Son atout principal réside dans son pouvoir de dégradation, deux a trois fois plus efficace que celui des autres fibres anti-odeurs déjà sur le marché. Vendue déjà tissée, la fibre devrait coûter un peu plus de 50 francs le mètre. Et l'on sait déjà que des vêtements fabriqués à partir de cette fibre et destinés essentiellement aux hôpitaux seront commercialisés en avril 2000.

Sciences et Avenir : http://www.sciences-et-avenir.com/flashes/technologie/

La nature n'est pas symétrique
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Pourquoi l'Univers est-il fait de matière plutôt que d'antimatière? C'est en tentant de répondre à cette question fondamentale que deux équipes de physiciens des particules, l'une américaine et l'autre européenne, ont mis en évidence une nouvelle forme de violation d'une symétrie de la nature, la violation CP. En physique des particules, on introduit trois symétries : C qui échange matière et antimatière (échange de la charge des particules), P qui renverse les coordonnées spatiales (comme lorsque l'on regarde une particule dans un miroir) et T qui renverse le sens du temps (comme lorsque l'on fait défiler un film à l'envers). Initialement, les physiciens considéraient ces symétries comme de bonnes symétries de la nature, c'est-à-dire que les lois physiques restaient les mêmes après application de ces transformations. Par exemple, l'interaction électromagnétique agit de manière analogue sur une particule et sur son antiparticule. Plus généralement, les interactions électromagnétique, gravitationnelle et nucléaire forte sont inchangées lorsque l'on applique ces symétries. Toutefois, dans les années 1950, des physiciens américains ont montré que l'interaction nucléaire faible violait C et P En revanche, la composition des deux symétries, nommée CP, semblait une bonne symétrie : une particule de matière avait le même comportement physique que son antiparticule vue dans un miroir (...).

Pour la Science : http://www.pourlascience.com/

^ Haut
Matière
Matière et Energie
L'écran plat cherche sa voie
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Au début des années 90, on en était persuadé : l'encombrante télé à tube cathodique ne survivrait pas à l'an 2000, remplacée par ces écrans plats que l'on peut accrocher au mur comme de simples tableaux. A quelques mois de l'échéance, on s'aperçoit qu'il n'en est rien. Pourquoi ? Parce que ces écrans reposent sur la technologie du plasma qui engendre des coûts de production faramineux. Première difficulté lors de la fabrication : s'assurer que sur les quelque 400000 pixels - les cellules élémentaires - qui composent l'image, un nombre maximal d'entre eux fonctionne. Car un pixel qui ne s'allume pas équivaut à une tache noire sur l'écran. Aujourd'hui, la tolérance est de cinq ou six pixels défectueux sur des zones de quelques centimètres carrés. Au-delà, l'écran ne franchit pas les portes de l'usine. Autre écueil pour les ingénieurs : l'assemblage de la partie électronique. " Comme les fabricants de microprocesseurs, nous devons travailler dans des salles blanches, à l'abri de toute poussière. Et cela coûte très cher ", explique Jean-Henri Céleste, ingénieur des technologies d'affichage chez Nec. Les écrans plats de grande taille, parce qu'ils n'aiment pas la poussière, sont-ils condamnés à rester hors de portée pour le grand public ? Pas sûr, car d'autres technologies se posent en concurrentes de celle du plasma. Dernier exemple en date, les écrans Sed (Surface conduction Electron emitter Display) que les firmes japonaises Canon et Toshiba, associées depuis le mois de juin, veulent mettre au point. A la base de cette technologie, on retrouve le système à micropointes (voir schéma ci-dessous) conçu par la société française Pixtech. L'idée est simple : plutôt que mettre un seul imposant canon à électrons derrière l'écran, comme dans la télé à tube cathodique, on en met plusieurs derrière chaque pixel. Ainsi, les micropointes gravées dans le silicium se comportent comme de minuscules canons à électrons. Ce système a fait ses preuves : depuis un an, Pixtech vend des écrans monochromes d'une douzaine de centimètres à des sociétés d'imagerie médicale. Toutefois, les micropointes restent pour l'instant cantonnées à des écrans de petite taille. Mais théoriquement, rien ne les empêche de passer à la taille supérieure. D'ici là, c'est peut-être Sony et son système Palc (Plasma adressed liquid crystal) qui seront capables de concurrencer les écrans à plasma. Le géant japonais, aujourd'hui allié à Sharp et Philips, travaille en effet depuis 1992 à améliorer cette technologie qui conjugue LCD (cristaux liquides) et plasma. Dans un écran LCD haut de gamme, dit " à matrice active ", les cristaux s'orientent lorsqu'ils sont soumis à des tensions électriques et laissent alors plus ou moins passer la lumière. Mais cela suppose qu'à chaque pixel soit associé un transistor qui joue le rôle d'interrupteur. Pour des écrans de grande taille, le coût s'en ressent forcément. Avec le Palc, plus de transistors, mais du plasma. C'est lui qui fait office d'interrupteur bon marché pour les écrans plats grand format. Sony a déjà présenté un prototype d'un mètre de diagonale à la fin de l'année 1997. Mais aucun modèle n'est encore en vente en Europe.

Sciences et Avenir : http://www.sciences-et-avenir.com/techno/art1.html

^ Haut
Espace
Espace et Cosmologie
Des images satellite pour Monsieur tout le monde
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Le grand public pourra désormais acheter des images satellites de haute résolution (un mètre), jusqu'à présent réservées aux gouvernements. Lockheed Martin et Raytheon ont en effet créé une société, Space Imaging, qui commercialisera les images provenant du satellite d'observation Ikonos récemment lancé. Les photos exploitées seront d'une telle précision que les agences de renseignement américaines seront sans doute leurs premiers clients. Le Gouvernement américain reste cependant vigilant et interdit à l'entreprise de vendre des données à des pays "ennemis", sous embargo commercial américain ou soutenant des activités terroristes. Le prix pour une photo couvrant une surface de 1500m2 ira de 30 à 300 dollars.

brève rédigée par @RT Flash

Washington Post/25/09/99 :

_ http://search.washingtonpost.com/wp-srv/WPlate/1999-09/25/129l-092599-idx.html

L'Europe spatiale s'affirme
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Projet Galileo de navigation par satellite concurrent du GPS américain, discussions franco-italiennes sur une constellation de satellites optique et radar, tentative de reprise du projet de satellite européen de communications militaires : l'Europe spatiale est en ébullition. "On espère arriver à la fin de l'année prochaine avec un plan stratégique global pour l'Europe", a indiqué mercredi Antonio Rodota, directeur général de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui a insisté sur l'importance d'une stratégie commune européenne dans le spatial. Le besoin pour l'Europe de disposer d'une capacité indépendante d'observation de la terre par satellites a été particulièrement mis en lumière lors du conflit au Kosovo. La coopération européenne est indispensable pour la mise au point de la plupart des projets spatiaux qui impliquent des investissements considérables et nécessitent le support des puissances publiques. Sur l'ensemble des activités spatiales mondiales, 15% correspondent à des applications commerciales (satellites de télécommunications) et 85% à des applications militaires et civiles payées par les contribuables, a souligné Armand Carlier, pdg de Matra Marconi Space (MMS). "Les risques industriels sont énormes", a-t-il ajouté, évoquant le projet Galileo "qui ne peut être porté par une seule société". "Des discussions sont en cours avec Astrium (nouveau groupe spatial européen en cours de constitution autour du franco-britannique MMS, de l'allemand Dasa et de l'italien Alenia) et Alcatel", a-t-il dit. Le système Galileo, dont l'étude a été lancée en mai par la Commission Européenne, vise à proposer une alternative européenne au GPS (Global positioning system) américain, quasi monopole mondial contrôlé par le Département américain de la défense. Il prévoit la mise en orbite basse de 21 satellites d'ici à 2005. La mise en place de ce système permettrait également d'assurer à l'Europe une part de l'immense marché potentiel de la navigation par satellite (sauvetage en mer, guidage ferroviaire, futurs systèmes de navigation automatique pour automobiles), évalué par les spécialistes à quelque 50 milliards d'euros à l'horizon 2005. Galileo est un projet de 3 milliards d'euros, a estimé Gérard Brachet, directeur général du CNES (Centre National d'Etudes Spatiales). Ce projet, s'il était approuvé, pourrait prendre la suite des satellites d'observation optique Spot et Helios, avec un coût de développement qui serait la moitié de celui de Helios-2, soit 6 milliards de F, a-t-il indiqué.

AFP/29/09/99 : http://www.actualinfo.com/




^ Haut
Vivant
Santé, Médecine et Sciences du Vivant
Le Laser est efficace pour traiter les maladies cardiaques
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Le traitement des affections cardiaques par laser qui consiste à percer de petits trous dans le muscle cardiaque afin de faciliter le flux sanguin, est sûr et efficace, selon deux études américaines. Cette technique dont @RT Flash s'était déjà fait l'écho permet de diminuer sensiblement et durablement la douleur et la gène liés aux maladies cardiaques souligne l'auteur de l'une des études, le Pr Robert March, du Centre médical St Luke à Chicago. La méthode consiste à ouvrir de nouvelles voies au sang en transperçant le coeur de minuscules trous. La paroi externe du muscle se cicatrise très rapidement et les canaux ainsi creusés amènent le sang aux parties du coeur qui n'étaient plus irriguées, réduisant la douleur provoquée par l'angine de poitrine. Les chercheurs ont examiné prés de 200 dossiers médicaux de patients traités par laser ou par médicaments, selon la méthode classique. Ils ont constaté que 12 mois après le début de l'affection, la situation s'était améliorée pour 72 % des premiers contre seulement 13 % des seconds. Par ailleurs, les réadmissions en hôpital pour une nouvelle crise ont été de 2 % pour les opérés au laser et de 69 % pour les autres.

brève rédigée par @RT Flash

New-England Journal of Medicine/30/09/99 : http://www.nejm.org/content/1999/0341/0014/1021.asp

Des cellules de moelle osseuse transformées en cellules musculaires!
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Des chercheurs du Children's Hospital de Boston, les docteurs Kunkel et Mulligan, ont montré que des cellules de moelle osseuse pouvaient devenir des cellules musculaires, démontrant une nouvelle fois l'extraordinaire polyvalence potentielle des cellules de l'organisme. Ces chercheurs ont transplanté les cellules médullaires de souris normales à des souris atteintes de la dystrophie musculaire de Duchenne, une maladie génétique qui touche les fibres musculaires et les empêchent de produire la bonne forme de dystrophine. Après douze semaines les chercheurs ont constaté que dix pour-cent des cellules musculaires fabriquaient la bonne forme de dystrophine. Cependant, les souris traitées n'apparaissent pas plus fortes sur le plan musculaire car ce niveau de dix pour-cent n'est pas suffisant pour remplacer les cellules musculaire défectueuses. Cette expérience ouvre cependant de grands espoirs en matière de nouveaux traitements pour la maladie de Duchenne.

brève rédigée par @RT Flash

New-York Times/23/09/99 :

_ http://www.nytimes.com/library/national/science/health/092399hth-muscular-dystro...

L'enzyme du cancer démasquée
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Une équipe de chercheurs américains dirigée par le professeur Robert Weinberg (Whitehead Institute for Biomedical Research, Massachusetts Institute of Technology) vient de montrer que l'inhibition d'une enzyme, la télomérase, arrête la croissance des cellules cancéreuses en provoquant leur suicide. Comme les chercheurs le pressentaient depuis plusieurs années, l'action la télomérase est donc bien indispensable à la survie et au développement des cellules cancéreuses. La fonction de cette enzyme est de maintenir les télomères, une structure qui protège l'extrémité des chromosomes. La télomérase est active dans les cellules cancéreuses et contrôle la longueur des télomères provoquant une prolifération cellulaire sans limite. Les chercheurs américains ont clairement mis en évidence l'arrêt du développement des tumeurs in vivo par inhibition de la télomérase. Pour ce faire ils ont injecté à des souris des cellules tumorales ayant intégré le gène de télomérase modifié. Elles n'ont pas provoqué l'apparition de tumeurs, ce qui montre bien que la neutralisation du site actif de la télomérase suffit à inhiber complètement l'activité de la télomérase. Comme cette enzyme ressemble beaucoup à la transcriptase inverse, la mise au point de médicaments inhibiteurs, inspirés de ceux déjà utilisés pour bloquer le virus du SIDA, pourrait intervenir rapidement.

brève rédigée par @RT Flash

USA Today/27/09/99 : http://www.usatoday.com/life/health/lhd1.htm#cancer

Comment vous sentez vous ?
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Les chercheurs anglais ont mis au point un nez électronique capable de détecter certaines maladies en 'inspirant de la méthode du "reniflage" utilisée avec sucés par la médecine chinoise depuis très longtemps. Baptisé Diag-Nose par ses inventeurs, les docteurs Saini et Leiferkus de l'Université de Cranfield dans le Bedfordshire, cet appareil pourrait un jour devenir aussi banal que le stéthoscope dans les cabinets médicaux. Les Chinois ont appris au fil des siècles à diagnostiquer de nombreuses maladies en utilisant l'odorat et en apprenant à reconnaître l'odeur tout à fait spécifique qui caractérise un malade atteint d'une affection particulière. Le Diag-Nose calque son fonctionnement sur celui du nez humain en utilisant des capteurs électroniques capables de détecter de trés faible quantité de produits chimiques liés à la présence de certaines pathologies. Un système informatique en réseaux de neurones va ensuite analyser les signaux transmis par ces capteurs et pourra finalement diagnostiquer la présence de certaines affections bactériennes telles que des infections urinaires, mais aussi la tuberculose. L'avantage de ce système, outre le fait qu'il est indolore pour le patient, est sa rapidité : il suffit de 6 heures au Diag-Nose pour diagnostiquer une infection urinaire alors que les analyses classiques peuvent prendre jusqu'à deux jours. Enfin cet appareil restera abordable puisque sa fabrication devrait coûter moins de 20000FF.

brève rédigée par @RT Flash

Wired/30/09/99 : http://www.wired.com/news/news/technology/story/22000.html

Un vaccin contre l'asthme
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Des scientifiques britanniques ont mis au point un vaccin contre l'asthme qui grâce à une seule injection pourrait soulager les millions d'ashmatiques dans le monde, dont un million d'enfants en Grande-Bretagne. Le vaccin, fabriqué à partir d'une bactérie prélevée en Afrique, a été testé sur 24 patients par une équipe de l'université de Southampton, dans le sud de l'Angleterre. Il a permis de réduire de 30% les symptômes de la maladie. Les tests ont renforcé une théorie selon laquelle les pourcentages élevés d'asthmatiques sont liés aux conditions d'hygiène de la vie moderne qui perturbent le développement du système immunitaire.

brève rédigée par @RT Flash

BBC : http://news.bbc.co.uk/hi/english/health/newsid_449000/449634.stm

La polio éradiquée d'ici 2004 ?
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

La poliomyélite pourrait être éradiquée d'ici 2004. C'est du moins ce qu'espère l'Organisation mondiale de la santé, dont les campagnes de vaccination viennent progressivement à bout de la terrible maladie. En 1988, il y a eu 350 000 cas de polio dans le monde. L'année dernière, à peine 6 500 cas ont été déclarés. L'Organisation mondiale de la santé mène la lutte à coup de vaccinations massives. Pas moins de 450 millions d'enfants ont été vaccinés en 1998, dont 130 millions en Inde. Même dans des pays en guerre, comme l'Afghanistan, le Soudan, la Somalie, le Congo et l'Angola, la campagne d'éradication progresse rondement. On croit que la maladie pourrait cesser de se transmettre d'ici la fin de l'an 2000. Si aucun nouveau cas ne se présentait par la suite, on pourrait la déclarer officiellement éradiquée en 2004.

Cybersciences : http://www.cybersciences.com/Cyber/3.0/N1458.asp

Un plastique issu d'une plante
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Une équipe de chercheurs américains est parvenue à obtenir un plastique biodégradable produit à partir de plantes. Les chercheurs ont manipulé des gènes de cresson et de colza pour produire ce plastique. Baptisé PHBV, il pourrait être utilisé dans l'industrie de l'emballage, et se dissoudre rapidement après utilisation, contrairement aux plastiques utilisés aujourd'hui. Les recherches ont été effectuées en coopération avec la firme américaine de biotechnologie Monsanto. Le plastique issu de cette manipulation génétique reste pour le moment produit en quantités modestes, ne dépassant pas 3% du poids total de la plante, mais les scientifiques pensent pouvoir améliorer rapidement ce rendement. "Un jour, les plantes deviendront de remarquables usines biologiques capables de fabriquer tout de sorte de produits" souligne le magazine scientifique.

brève rédigée par @RT Flash

BBC/28/09/99 : http://news.bbc.co.uk/hi/english/sci/tech/newsid_459000/459126.stm

Le décodage complet d'un chromosome humain presque achevé
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Une équipe de chercheurs de Cambridge est sur le point de déchiffrer, pour la première fois, la carte génétique complète d'un chromosome humain. Les scientifiques ont réussi à écrire la séquence des 60 millions d'éléments ou "bases" d'ADN (acide désoxyribonucléique) qui constituent l'un des chromosomes humains, le chromosome 22. Cette étape représente une percée importante dans le déchiffrage de la cartographie génétique, qui facilitera le dépistage et le traitement de nombreuses maladies au siècle prochain. "Cette avancée est très importante parce que pour la première fois, nous allons pouvons comprendre comment les gènes sont organisés dans le chromosome et savoir quel est leur nombre exact", a commenté David Bentley. La cartographie des gènes de l'organisme ne constitue qu'une partie du projet de séquençage du génome humain, qui vise à répertorier un par un les quelque 3 milliards d'éléments, ou "bases", qui constituent l'ADN, c'est-à-dire le support de l'information génétique de l'Homme.

brève @RT Flash

The Financial Times : http://www.globalarchive.ft.com/search/FTJSPController.htm

Le cerveau ne mélange pas les souvenirs
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Des équipes du CNRS viennent de confirmer que les souvenirs tout frais et ceux plus anciens ne sont pas stockés dans les mêmes régions du cerveau. Les souvenirs sont mémorisés quelques jours dans l'hippocampe puis transférés progressivement, en plusieurs semaines, vers d'autres zones corticales. De manière expérimentale, on savait déjà que l'hippocampe joue un rôle essentiel, mais éphémère, dans la mémorisation. Les sujets dont cette zone du cerveau est lésée sont incapables de fixer de nouveaux souvenirs, ou de retenir des informations récentes, mais gardent la mémoire du passé plus lointain. Une équipe du laboratoire de neurosciences cognitives (unité mixte CNRS-université de Bordeaux) vient de le vérifier. Elle a pour cela appliqué une méthode non invasive d'imagerie cérébrale - fondée sur l'utilisation de désoxyglucose marqué au carbone 14 - sur des souris soumises à des apprentissages préalables (de reconnaissance spatiale), cinq ou vingt-cinq jours plus tôt. Lorsque l'épreuve remonte à vingt-cinq jours, l'imagerie montre que l'activation métabolique de l'hippocampe diminue tandis qu'augmente celle de certaines structures corticales, notamment des zones frontales.

L'Expansion : http://www.lexpansion.com/

^ Haut
Homme
Anthropologie et Sciences de l'Homme
Le porte-monnaie électronique s'ouvre en France
Samedi, 02/10/1999 - 00:00

Sept grandes banques regroupées au sein d'une société commune (*) lancent ce vendredi " le premier porte-monnaie électronique français à dimension européenne ". Baptisé Monéo, et expérimenté à l'échelle de l'agglomération de Tours, ce porte-monnaie électronique permettra de régler ses petits achats directement chez 1500 commerçants ou dans les 800 automates (horodateurs, distributeurs...) de la ville. Entre octobre et janvier, 100 000 cartes seront distribuées, soit une carte pour trois habitants. Deux autres projets sont en compétition. Modeus, mené par la RATP et la SNCF, a pour objet de tester la cohabitation de fonctions monétique (paiement) et billetique (titre de transport). Le deuxième, initié par le Crédit Mutuel et Mondex, est expérimenté à Strasbourg.

Monde informatique : http://www.lmi.fr/src/lmi/homepage.nsf/Pages/InfoQuotidiennes?OpenDocument#cible...

^ Haut
VOTRE INSCRIPTION
Vous recevez cette lettre car vous êtes inscrits à la newsletter RTFLash. Les articles que vous recevez correspondent aux centres d'intérêts spécifiés dans votre compte.
Désinscription Cliquez sur ce lien pour vous désinscrire.
Mon compte pour créer ou accéder à votre compte et modifier vos centres d'intérêts.
PLUS D'INFOS
Suivez-nous sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook
 http://www.rtflash.fr
back-to-top