RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

RTFLASH Recherche & Technologie
NUMERO 15
Lettre gratuite hebdomadaire d’informations scientifiques et technologiques
Créée par René Trégouët rapporteur de la Recherche et Président/fondateur du Groupe de Prospective du Sénat
Edition du 06 Septembre 1998
Recommander  |  Désinscription  |  Lire en ligne
Egalement dans ce numéro
TIC
Surfer sans adresse
Le cap du million d'utilisateurs individuels d'internet franchi en France
Netscape lance Communicator 4.06, la toute dernière version du célèbre navigateur
WebTV, le micro-ordinateur du futur
Intel s'est trouvé un nouveau concurrent : Sun Microsystems
Un Cobra charmera les gourmands
Les PC de moins en moins chers
Identification par l'iris des yeux pour PC
Votre photo bientôt dans votre carte de crédit
Un vrai micro dans la poche
Une bibliothèque dans la poche
La télé haute définition est de retour
Les écrans plats haute définition arrivent
Vivant
Maternité : choisir entre garçon ou fille est désormais possible
Dépister le cancer colorectal
L'obésité : comportementale, génétique ou... virale
Identification d'un gène responsable de certaines myopathies
Homme
Internet peut-il sauver la Bourse ?
TIC
Information et Communication
Surfer sans adresse
Lundi, 07/09/1998 - 00:00

Par petites touches successives, les grands fabricants web de navigateurs sont en train de transformer la façon dont les internautes surfent et s'installent sur le Web. Netscape, qui garde une longueur d'avance sur son concurrent Microsoft, vient d'inventer le " smart browsing " (navigation intelligente). Avec la dernière version de Communicator (4.5), plus besoin de connaître l'adresse exacte du site d'une entreprise ou d'une organisation. Il suffit de taper son nom : le navigateur, reconnaissant qu'il ne s'agit pas d'une URL (adresse sur le Web) standard, transmet la requête au Netcenter de Netscape, qui se charge de trouver l'adresse complète, en commençant ses recherches par le domaine des sociétés commerciales, " .com ". Ainsi, en inscrivant simplement " Coca-Cola ", on est automatiquement connecté au site http://www.coca-cola.com. Même chose lorsque le nom recherché ne figure pas dans l'URL : le mot " Volkswagen " est suffisant pour arriver directement sur le site voulu, à l'adresse http://www3.vw.com. Pour le site de la Nasa, agence gouvernementale, le système ne trouvera rien en " com ", et cherchera donc successivement en " org ", " net ", " edu ", etc., pour trouver l'agence spatiale à http://www.nasa.gov. Il peut même corriger des fautes d'orthographe, ou trouver une adresse par approximation. Enfin, le " smart browsing " ne se limite pas aux pages d'accueil, mais pénètre dans les sites pour trouver la rubrique correspondant précisément à la demande. En inscrivant " Ford Mustang ", on arrive directement sur la page http://www.fordvehicles.com/mustang. Pour parvenir à ce résultat, Netscape a constitué en coulisses un immense répertoire de mots-clés : noms de marque, de sociétés, de produits, de sites, de titres, d'associations et organisations diverses, de lieux, de personnes, et même des abréviations et des codes postaux. Ce fichier géant contient déjà plus d'un million et demi de références pour des sites enregistrés aux Etats-Unis, et s'enrichit en permanence. Déjà, des répertoires équivalents sont en préparation pour les grands domaines étrangers, notamment " fr " (France), " uk " (Royaume-Uni), " de " (Allemagne) et " jp " (Japon). Cette innovation va bien sûr faciliter la vie des internautes, mais le changement sera encore plus sensible pour les propriétaires de sites Web et les responsables administratifs du réseau. Si le " smart browsing " se généralise, les webmestres n'auront plus besoin de se battre pour obtenir des adresses faciles à retenir ou à deviner. Ils pourront également changer d'URL aussi souvent qu'ils le désirent, pour des raisons techniques ou financières, sans retomber dans l'anonymat, car le répertoire devrait être mis à jour en permanence. A terme, le Netcenter de Netscape souhaite mettre en place un système " ouvert ", où chaque organisation pourra introduire elle-même ses mots-clés, puis ajouter à sa guise des liens et des références. De son côté, Microsoft reste discret sur ses projets dans ce domaine, mais il est probable que l'Internet Explorer sera bientôt doté de fonctions similaires.

(Le Monde/6/09/98)

http://www.lemonde.fr

Le cap du million d'utilisateurs individuels d'internet franchi en France
Lundi, 07/09/1998 - 00:00

La barre du million d'utilisateurs des services d'accès à Internet en France a été franchie en juillet, avec 1.090.000 utilisateurs au 15 juillet, annonce lundi l'Association de fournisseurs d'accès à des services en ligne et à internet (AFA). L'association estime que le nombre total d'utilisateurs d'internet en France atteint même 2,7 millions, en ajoutant les personnes connectées par un fournisseur d'accès qui ne fait pas partie de l'AFA, les utilisateurs en entreprise et ceux des écoles et universités. L'association évalue à 150.000 les individus connectés par un fournisseur non membre de l'AFA. En outre, 1.250.000 personnes se connectent dans une entreprise dotée d'une liaison spécialisée, selon le cabinet d'études Médiangles. Toujours selon Médiangles, 400.000 personnes utilisent Internet dans les écoles et universités. La France, encore récemment lanterne rouge en Europe pour l'utilisation d'Internet, a considérablement accéléré son équipement depuis le début de l'année. Selon une étude du cabinet spécialisé Dataquest, publiée en août, la France est désormais le troisième pays européen le plus connecté avec 1 million de comptes individuels, après le Royaume-Uni (2 millions) et l'Allemagne (4,7 millions). L'AFA regroupe les fournisseurs de plus de 80% des accès individuels à Internet en France.

(AFP/7/09/98)

http://www.actualinfo.com

Netscape lance Communicator 4.06, la toute dernière version du célèbre navigateur
Lundi, 07/09/1998 - 00:00

Netscape Communications Corporation (NASDAQ : NSCP) vient d'annoncer le lancement de la nouvelle version de maintenance du logiciel client Communicator 4.06.qui inclut un système de débogage des messages. Bien que Netscape ne fasse état d'aucun incident, la société préfère jouer la carte de la prudence en conseillant à ses clients de télécharger la mise à jour afin de protéger leur système informatique. Outre ce système de débogage, Netscape Communicator 4.06 propose, pour la première fois, une intégration aux services Netcenter, notamment via la fonction Smart Browsing(tm) et le bouton My Netscape. Netscape Communicator 4.06 permet d'introduire un nouveau concept de navigation sur Internet : Smart Browsing. Cette fonction facilite et accélère la recherche d'informations sur Internet. "Les fonctionnalités Smart Browsing intégrées dans Communicator 4.06 représentent une avancée sans précédent dans le processus de simplification de l'utilisation d'Internet", ajoute M. Rothschild. Grâce à Internet Keywords, les utilisateurs peuvent se connecter sur des sites Web en saisissant de simples mots, ou "mots-clés", et non des adresses IP dans la barre d'adresse de Netscape Navigator. What's Related offre aux utilisateurs une liste dynamique de liens vers des informations sur des sociétés, services et produits, en rapport avec le site visité. Pour télécharger Communicator 4.06, rendez-vous à l'adresse http://home.netscape.com/download et suivez les instructions. Des informations supplémentaires sur Netscape Communications Corporation sont disponibles sur Internet à l'adresse http://home.netscape.com/fr

(France-actualité/2/09/98)

http://www.yahoo.fr

WebTV, le micro-ordinateur du futur
Lundi, 07/09/1998 - 00:00

Finalement, l'alternative au PC tant annoncée ne sera peut-être pas le Network Computer, mais bien le ...décodeur de télévision. Le japonais Sony et le néerlandais Philips, déjà distributeurs du WebTV, sont en train de préparer la version suivante. Celle-ci, équipée du système d'exploitation Windows CE, sera capable de faire fonctionner les applications bureautiques Word, Excel, etc... de Microsoft. Prévue pour sortir cet automne aux Etats-Unis, cette nouvelle version devrait coûter moins de 200 dollars, selon les configurations, tout en permettant bien sûr de surfer sur le Net à partir d'un écran de télévision. En tentant de multiplier les usages de WebTV (Internet, TV interactive, PC), Microsoft espère rendre sa nouvelle acquisition indispensable et l'imposer comme standard en matière de décodeur numérique du futur.

(Les Echos:/9/09/98)

http://www.lesechos.fr

Intel s'est trouvé un nouveau concurrent : Sun Microsystems
Lundi, 07/09/1998 - 00:00

Sun Microsystems, devenu l'un des rivaux les plus dangereux de Microsoft depuis la commercialisation du langage Java, s'en prend désormais à l'autre partie du couple Wintel, c'est-à-dire au N°1 mondial des puces. Le fabricant de stations de travail californien a récemment dévoilé une stratégie qui prévoit d'introduire à un rythme accéléré des puces qui viendront directement concurrencer celles d'Intel. Les prochaines puces UltraSparc à 600, voire 800 MHz, se présenteront en effet, à partir de l'année prochaine, comme des alternatives aux puces Merced -successeur du Pentium II- actuellement développées conjointement par Intel et Hewlett-Packard. Sun a également précisé qu'une gamme élargie de ses nouvelles puces seraient destinées aussi bien aux Network Computer et aux stations de travail qu'aux grands serveurs d'entreprises. Sun aura-t-il les moyens de son ambition ?

(Les Echos/3/09/98)

http://www.lesechos.fr

Un Cobra charmera les gourmands
Lundi, 07/09/1998 - 00:00

Jusque-là connu sous le nom de code Cobra, le PC présenté par IBM le 24/08/98, devrait satisfaire les utilisateurs exigeants, toujours affamés par plus de puissance. Cette machine sera en effet dotée du nouveau Pentium II cadencé à 450 MHz, lancé à cette occasion par Intel. Le Cobra sera proposé en standard avec 128 Mo de mémoire et le tout nouveau disque dur de la marque d'une capacité record de 16,8 Go. Une bête de course pour laquelle IBM mise sur un cycle de vie plus long que les PC obsolètes dès leur sortie. Son prix sera légèrement supérieur à 2 000 dollars, sans écran. Le montant de la configuration complète devrait donc avoisiner les 3 000 dollars (18.000 FF).

(ZDNet/24/08:98)

http://www.zdnet.fr

Les PC de moins en moins chers
Lundi, 07/09/1998 - 00:00

Après la vague des PC à moins de $1000, les Etats-Unis découvrent une nouvelle génération de PC encore moins chers, les PC à moins de $400 (2400 FF) Micro Center, une chaîne de magasins spécialisés en informatique, est l'un des premiers à commercialiser une configuration incluant un processeur MMX Cyrix à 180MHz, 22Mo de RAM, un disque dur de 1,6Go, un lecteur de CD-ROM 24x, un modem à 33,6K, des haut-parleurs et Windows 98. Selon Dean McCarron, responsable de Mercury Reseach, les composants des micros ont évolué tellement vite que certains sont déjà obsolètes avant même leur commercialisation.

(LMB-Actu/4/09/98)

http://www.lmb.cnrs.fr

http://www.microcenter.com

Identification par l'iris des yeux pour PC
Lundi, 07/09/1998 - 00:00

L'entreprise japonaise Oki Electric Industry Co. Ltd. a annoncé, à la fin du mois d'août 1998, avoir développé un système, qui vérifie l'identité des utilisateurs de PC, par l'iris de leurs yeux. Oki pense commercialiser ce système d'ici mars 2000 au prix de $350 (2100 FF). Il serait plus fiable que la reconnaissance des empreintes digitales. L'entreprise japonaise l'installe d'ores et déjà pour ses employés. La présentation du système en 1997 (LMB-Actu/4/09/98)

http://www.lmb.cnrs.fr

http://www.oki.com

Votre photo bientôt dans votre carte de crédit
Lundi, 07/09/1998 - 00:00

Des chercheurs anglais ont mis au point une technologie qui permet de stocker une image faciale avec très peu de données sur une simple carte magnétique ou sur une carte à puce. Avec ce procédé, une image faciale peut être stockée sur une carte avec seulement 100 bits de données puis facilement décodées et visualisées par les commerçants et les banques qui peuvent ainsi vérifier l'identité du porteur de la carte. Au lieu d'utiliser les techniques classiques de compression d'images, les chercheurs de l'Université du Kent ont développé une nouvelle approche basée sur l'analyse des caractéristiques du visage. En analysant le visage de 290 étudiants, les chercheurs ont constaté qu'un visage pouvait être analysé, puis reconstituer à partir d' une centaine de "traits" fondamentaux qu'il suffit de comparer avec une banque de donnés de seulement 2 Megabits, contenant ces principales caractéristiques faciales. Ce nouveau procédé permet de réduire de 80 % la durée de la reconnaissance visuelle; grâce à sa simplicité et à sa rapidité il devrait connaître rapidement de nombreuses applications dans de multiples domaines tels que le contrôle d'accès et d'identité.

(Techweb:9:08:98)

http://www.techweb.com

(brève rédigée par @RT Flash)

Un vrai micro dans la poche
Lundi, 07/09/1998 - 00:00

Les agendas électroniques quittent la panoplie du cadre technomaniaque pour frapper à la porte des entreprises. Ces petites machines sont en train d'acquérir un statut de plate-forme à part entière. Elles profitent de l'activité zélée de 3Com et son PalmPilot d'un côté, de Microsoft et Windows CE de l'autre. Les PC de poche font leur entrée dans l'informatique d'entreprise. Initialement dénommés " assistants personnels " et destinés à proposer une version électronique supposée plus performante de l'agenda papier, ils acquièrent un nouveau statut. IBM ne s'y est pas trompé. En prenant en 1997 une licence PalmPilot auprès de 3Com pour le diffuser sous sa propre marque, le géant de l'informatique a prouvé son intérêt pour ces petits terminaux. En France, les expérimentations à base de PC de poche commencent à se multiplier. Pour exemple EuroTunnel, qui les teste pour l'équipement de ses contrôleurs ou la Compagnie générale de chauffe qui est en train de déployer des Hewlett-Packard sous Windows CE pour le relevé des compteurs. On trouve des approches similaires aux AGF, chez Mondiale Assistance, EDF ou à Aérospatiale. L'engouement pour ces nouvelles plates-formes réside dans leur faible coût, eu égard aux possibilités offertes. Pour des usages strictement personnels, un PalmPilot (de 2 000 à 3 500 F selon la configuration) ou un PC de poche sous Windows CE (de 5 000 à 8 000 F) peuvent sembler chers. Mais dans une entreprise, ils remplacent avantageusement des systèmes infiniment plus coûteux. Cette nouvelle génération d'assistants personnels est accompagnée de véritables outils de développement, permettant à des partenaires de se lancer dans la fourniture de solutions verticales spécifiques. Les ordinateurs de poche concurrencent dans certains cas les terminaux industriels comme ceux proposés par Symbol, Psion ou encore Telxon. Ces terminaux s'adressent aux applications de saisie d'informations standardisées (formulaires, comptes rendus de tests ou d'opérations de maintenance, prises de commande, notes de frais...). En ce sens, le PalmPilot et PalmPC représentent une nouvelle génération de terminaux industriels, peu coûteux, faciles à déployer et nécessitant une formation et une maintenance minimales. Le constructeur d'ascenseurs Otis vient ainsi d'équiper des techniciens de suivi de production d'une application tournant sur des PalmPilot. Ces techniciens ont à saisir une quantité, le numéro de l'atelier et des remarques. Autre exemple d'utilisation, dans le domaine médical cette fois. Sésame Vitale oblige, les cabinets médicaux s'informatisent. L'éditeur du logiciel de gestion de patients Ambroise vient ainsi de lancer une version cliente de son logiciel fonctionnant sur PalmPilot. Le clavier et l' écran, modestes mais lisibles, des PC de poche sous Windows CE (HPC) permet à ceux-ci de prétendre à un autre rôle, celui de portable d'entrée de gamme. Alors que le PC portable détient le record absolu en matière de pannes, les HPC proposent, pour un coût inférieur, une fiabilité meilleure (ils n'utilisent pas de pièce mobile), une autonomie très supérieure (près de vingt heures pour les modèles à écran noir et blanc, cinq pour les modèles à écran couleur) et un démarrage instantané.

(Le Monde Informatique/4/09/98)

http://www.lmi.fr

Une bibliothèque dans la poche
Lundi, 07/09/1998 - 00:00

Les livres électroniques feront leur apparition cet automne sur la planète Terre. Pesant quelques centaines de grammes seulement et de la taille maximum d'une feuille A4, ces nouveaux récepteurs électroniques portables pourront contenir l'équivalent de 10 à 100 volumes papier. La société américaine NuvoMedia s'apprête à lancer Le Rocket eBook (moins de 500 dollars), petit appareil de moins de 600 g et du format d'un livre de poche, qui permet de surligner ou d'annoter le texte affiché à l'écran. De son côté Softbook Press, de Californie, prépare un modèle d'appareil d'un poids de 1,4 kg environ qui pourra stocker quelque 100 000 pages de texte. Il coûtera environ 300 dollars auxquels il faudra ajouter un abonnement mensuel de 10 dollars. Enfin au début de l'année prochaine, une autre société américaine, Everybook Inc., commercialisera le EB Dedicated Reader, un livre électronique de la taille d'une feuille standard et d'un poids de 1,8 kg environ, à un prix de près de 1 500 dollars. Ces trois modèles permettront de télécharger des ouvrages sur Internet et donneront la possibilité au lecteur d'adapter la taille des caractères à ses besoins.

(ZDNet /2:09/98)

http://www.zdnet.fr

La télé haute définition est de retour
Lundi, 07/09/1998 - 00:00

Télévision haute définition: le retour! Voilà dix ans, les Français se préparaient à recevoir les scintillantes images de la TVHD. Les premiers récepteurs étaient prêts, l'Europe avait concocté in extremis sa propre norme de diffusion (le défunt HD-MAC) . Or, voici qu'aujourd'hui la TVHD repointe son nez, mais de l'autre côté de l'Atlantique cette fois-ci. Les émissions débuteront aux Etats-Unis en novembre, par satellite et en hertzien (réseau classique). Dès ce mois-ci, les premiers récepteurs haute définition arrivent dans les magasins américains. L'événement est qualifié, une fois encore, de "révolution télévisuelle la plus importante depuis le passage à la couleur". cette nouvelle tentative pourrait être la bonne. Le projet américain n'a en effet rien d'une simple rebelote de l'expérience européenne. Ses atouts: il démarre avec des technologies entièrement numériques (alors que le HD-MAC était une norme en partie analogique, donc très gourmande en fréquences), et surtout on dispose désormais de récepteurs assez grands pour apprécier la finesse de l'image HD. Dès1993, la FCC (Federal Communications Commission) tranchait en faveur d'une norme de TVHD entièrement numérique, terrain connu pour l'industrie américaine, plutôt calée dans les puces électroniques et dans l'informatique. Résultat: les Etats-Unis ont désormais repris la main. Plus que le réseau hertzien, dont la conversion à la haute définition va être progressive, c'est le satellite qui devrait assurer le décollage de la TVHD américaine. Le bouquet DirecTV (filiale de Hughes Electronics) commencera ses émissions en novembre. Elles pourront être reçues immédiatement à travers tout le territoire. La fameuse chaîne HBO vient d'annoncer qu'elle diffuserait en HD avant la fin de l'année. Quant au téléspectateur français, qu'il ne s'attende à rien du tout: aucune nouvelle tentative d'introduction de la TVHD n'est aujourd'hui programmée. Pourtant La France n'est pas restée en marge de la révolution de la télévision numérique. Celle-ci est désormais disponible sur les satellites et le câble, parfois en format 16/9 (celui de la TVHD). Mais la définition de l'image n'a pas changée. L'Américain Gil Ravelette, responsable pour Thomson Multimédia du lancement de la THVD aux Etats-Unis, nous trouve des circonstances atténuantes. "L'image française (en 625 lignes) est d'une qualité supérieure aux nôtres (525 lignes). Peut-être que chez vous, le besoin d'une définition supérieure se fait moins sentir".

(Libération/3/09/98)

http://www.liberation.com

Les écrans plats haute définition arrivent
Lundi, 07/09/1998 - 00:00

Pionner commercialisera, avant la fin 98,les premiers écrans plats haute définition de très grande taille(129cm de diagonale) Utilisant la technologie plasma, cet écran fait moins de 10 cm d'épaisseur, et affiche près d'un million de points soit une définition quatre fois supérieure à celle d'un téléviseur classique. Associé au DVD, le nouveau support vidéo numérique l'image obtenue se rapproche de la qualité "cinéma" que les constructeurs nous promettent à domicile depuis de nombreuses années; le prix de cette merveille-129000FF-reste malheureusement à la hauteur des prouesses technologiques de cet écran. Pionner a toutefois tenu à préciser que le prix de ces écrans géants HD devrait à terme tomber à 20.000FF.

(Le Monde/9/09/98)

http://www.lemonde.fr

^ Haut
Vivant
Santé, Médecine et Sciences du Vivant
Maternité : choisir entre garçon ou fille est désormais possible
Lundi, 07/09/1998 - 00:00

Choisir le sexe de son enfant est désormais possible grâce à une nouvelle méthode permettant de sélectionner les spermatozoïdes les plus aptes à produire soit un garçon, soit une fille, rapporte la revue Human Reproduction publiée mercredi. La société Genetics and IVF Institute, dont le siège est dans la banlieue de Washington, a déjà réussi à concevoir 13 filles sur 14 grossesses destinées à produire des bébés de sexe féminin, soit un succès de 92,9%, indique l'article. La cellule humaine comporte 22 paires de chromosomes identiques, non liées au sexe. En revanche, une 23ème paire détermine le sexe: XX pour une fille et XY pour un garçon. Il est connu que les spermatozoïdes programmés avec un chromosome Y ont environ 2,8% moins d'ADN (acide désoxyribonucléique), le support matériel de l'hérédité, que les autres. Partant de cette constatation, les chercheurs du Genetics and IVF Institute ont trouvé un moyen de sélectionner les spermatozoïdes en fonction du sexe recherché par les parents, avant de déclencher la conception par une insémination artificielle ou une fertilisation in vitro. Dans un premier temps, les quelque 200 millions de spermatozoïdes d'une éjaculation sont plongés dans une solution qui rend fluorescents les éléments constitutifs de l'ADN. Les spermatozoïdes sont ensuite passés un à un sous un détecteur laser qui mesure la luminosité de chacun d'entre eux, les XX reflétant plus de lumière étant donné qu'ils comportent plus d'ADN. Les spermatozoïdes peuvent ainsi être séparés et classés en fonction de leur luminosité, et donc de leur matériel génétique. Cette méthode, souligne la société, avait été précédemment essayée avec succès pour des animaux. Elle peut être notamment utile pour les parents qui souhaitent équilibrer leur famille avec des enfants des deux sexes ou pour ceux qui veulent éviter d'avoir, par exemple, un garçon parce qu'ils sont porteurs d'un matériel génétique héréditaire qui n'affecte que les enfants de sexe masculin.

(AFP/9/09/98)

http://www.actualinfo.fr

Dépister le cancer colorectal
Lundi, 07/09/1998 - 00:00

Responsable de 15 000 morts et de 33 000 nouveaux cas chaque année en France, le cancer colorectal est aujourd'hui le deuxième en fréquence chez la femme et le troisième chez l'homme. Or il existe des moyens de le dépister. La revue " Prescrire " (septembre 1998) lance une campagne nationale pour la mise en place de ce dépistage. Ce dépistage devrait, d'après la revue, être mené selon une double stratégie, en distinguant les sujets à haut risque de la population générale. Les premiers peuvent être identifiés par les cliniciens, à partir de facteurs familiaux ou personnels, et l'on peut leur proposer une coloscopie. Pour les cas " sporadiques ", la meilleure stratégie serait un premier dépistage de masse à l'aide d'un test, dit " Hémocult ", suivi d'une coloscopie si le test est positif. Selon Prescrire ", l'efficacité d'une telle stratégie a été démontrée par trois essais, menés aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et au Danemark. Mais le dépistage de masse ne pourrait être mis en place dans notre pays sans une mobilisation des professionnels de santé et des autorités sanitaires ; actuellement, le test Hémocult n'est pas remboursé par la Sécurité sociale.

(Nouvel observateur/3/09/98)

http://www.nouvelobs.com

L'obésité : comportementale, génétique ou... virale
Lundi, 07/09/1998 - 00:00

Liée pour partie au comportement, génétique dans 40 % des cas, l'obésité pourrait aussi avoir une composante virale. Deux études américaines, présentées lors du 8ème congrès mondial sur l'obésité, montrent que cette piste ne doit pas être exclue. Le Dr Richard Atkinson, de l'université du Wisconsin, à Madison, a montré que les anticorps d'un rétrovirus (le AD36) étaient retrouvés chez une forte proportion d'obèses (19 % à 58 %, selon les sites où les patients ont été examinés), mais presque jamais (4,3 % seulement) chez les personnes de poids normal. Dans la même université, le Dr Nikhil Dhurandar a démontré que ce même rétrovirus pouvait être transmis par transfusions sanguines entre poulets et que, dans leur grande majorité, les nouveaux porteurs du virus devenaient à leur tour obèses.

(actualinfo/4/09:98)

http://www.actualinfo.fr

Identification d'un gène responsable de certaines myopathies
Lundi, 07/09/1998 - 00:00

Deux équipes de chercheurs, une américaine, du Massachusetts General Hospital, et une britannique, de l'Université de Newcastle, ont annoncé la découverte d'un gène impliqué dans deux formes de dystrophies musculaires. Les résultats de leurs études, publiés dans Nature Genetics de septembre, sont résumés par USA Today (USAT). Le gène découvert code pour une protéine baptisée " dysferlin " qui jouerait un rôle dans le maintien de la solidité de la membrane de certaines cellules musculaires. Les maladies dégénératives auxquelles ce gène est lié sont une forme adulte rare de dystrophie musculaire, la myopathie de Miyoshi, et une forme plus courante touchant les membres et la ceinture pelvienne, et débutant dans l'enfance. Ces deux formes de dystrophie musculaire représentent 5 à 10 % de tous les cas répertoriés. Les chercheurs espèrent que cette découverte leur permettra de mieux appréhender les causes de cette maladie génétique.

(ST-Presse/1/09/98)

http://www.france-science.org

^ Haut
Homme
Anthropologie et Sciences de l'Homme
Internet peut-il sauver la Bourse ?
Lundi, 07/09/1998 - 00:00

Internet est-il déjà en mesure de sauver les cours de la Bourse américaine ? C'est la question que se posent les d'analystes financiers après le notable rebond du 1er septembre qui succédait au plongeon du 31 août. Car, si les cours se sont spectaculairement redressés, ce n'est pas parce que les investisseurs institutionnels -les professionnels de la Bourse- ont racheté des actions qui ont fait remonter les cours. Au contraire, ils ont continué à vendre alors que les millions d'Américains qui disposent d'un portefeuille d'actions personnel ont, eux, choisi de racheter à des cours qui avaient perdu 10 % en moyenne en une journée. (Pour Bill Gates, détenteur de plus de 22 % des actions de Microsoft, la perte s'est chiffrée -pour la seule journée du 31 août à plus de 5 milliards de dollars...). Or, la plupart de ces "petits porteurs" ont choisi le Net, après leur journée de travail, pour passer leurs ordres d'achat via des services comme e*Etrade ou Charles Schwab."Le fait qu'ils aient réagi ainsi montre assez combien la population américaine a confiance dans les marchés à long terme", indiquait le patron d'une société de cotations on- line. De fait, outre-Atlantique, plus de 40 millions de foyers gèrent des actions à la Bourse de New-York. Or, il y a à peu près le même nombre de micro-ordinateurs connectés dans les familles américaines; et si tous n'ont pas encore choisi de passer leurs ordres sur le Net, les centaines de milliers de personnes qui le font influent déjà sur les cours. Cette population d'internautes, selon des enquêtes récentes, est très homogène : plus jeunes que ceux qui font toujours appel à un courtier (45 ans contre 60), ces investisseurs amateurs croient davantage aux valeurs technologiques et en l'avenir à long terme. Ils gardent donc leurs actions pendant la tempête, et ils en rachètent même lorsque les cours flanchent. Dans quelque temps, lorsqu'ils se compteront en millions, ce sont eux qui donneront le "la", à distance, à Wall Street.

(Les Echos/4/09/98)

http://www.lesechos.fr

^ Haut
VOTRE INSCRIPTION
Vous recevez cette lettre car vous êtes inscrits à la newsletter RTFLash. Les articles que vous recevez correspondent aux centres d'intérêts spécifiés dans votre compte.
Désinscription Cliquez sur ce lien pour vous désinscrire.
Mon compte pour créer ou accéder à votre compte et modifier vos centres d'intérêts.
PLUS D'INFOS
Suivez-nous sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook
 http://www.rtflash.fr
back-to-top