RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

RTFLASH Recherche & Technologie
NUMERO 735
Lettre gratuite hebdomadaire d’informations scientifiques et technologiques
Créée par René Trégouët rapporteur de la Recherche et Président/fondateur du Groupe de Prospective du Sénat
Edition du 24 Janvier 2014
Recommander  |  Désinscription  |  Lire en ligne
Egalement dans ce numéro
Avenir
Le premier_robot-lycéen_présenté à Lyon
Des nanorobots bactériens pour combattre le cancer
Commander les objets au doigt et à l'œil : une réalité proche
Matière
Ford veut améliorer l'autonomie des voitures électriques grâce à l'énergie solaire
Terre
Le réchauffement climatique va affecter la biomasse océanique
Vivant
La mortalité par cancer poursuit sa décrue historique aux Etats-Unis
Lire une histoire passionnante améliore les capacités cérébrales !
La méditation aussi efficace que les médicaments contre la dépression ?
Hommes et femmes ne sont pas égaux devant la pression artérielle !
Un adulte sur trois en surpoids dans le monde
Maladie d'Alzheimer et Cholestérol : le lien se précise
Vers un vaccin thérapeutique contre le cancer de la prostate
Consommer des fibres alimentaires pour protéger son cœur !
Les thérapies cognitives efficaces contre les migraines de l'enfant
Maladies cardio-vasculaires : les fruits aussi efficaces en prévention que les médicaments !
Edito
CES 2014 : Internet des objets, informatique portable et robots….



Le Consumer Electronics Show, la grand-messe annuelle mondiale de la high-tech, vient de se terminer à Las Vegas et cette année, les téléviseurs 3D, smartphones et autres tablettes numériques se sont fait voler la vedette par un déferlement irrésistible : celui de l’Internet des objets et de l’informatique ubiquitaire et intuitive.

Ce cru 2014 a notamment été marqué par la percée du concept de « maison intelligente » qui est venue remplacer celui de « domotique ». Il est vrai que la domotique, apparue il y a plus de 25 ans, n’avait jamais réussi à conquérir le grand public pour deux raisons : tout d’abord, les différents systèmes proposés étaient, pour la plupart, « propriétaires » et ne proposaient aucune interopérabilité ni évolutivité. Seconde raison, les systèmes domotiques étaient complexes et chers et nécessitaient souvent la pose d’un câblage spécifique dans les habitations.

Mais aujourd’hui, avec la banalisation de l’Internet et la généralisation des tablettes tactiles et des smartphones, la maison intelligente devient enfin une réalité. D’ici quelques mois, la société Ok-i-dokeys mettra sur le marché une serrure intelligente, qui permet le contrôle à distance de l’accès domestique. Concrètement, ce système permet de programmer à volonté la porte de son domicile de manière à choisir quelles personnes peuvent entrer chez vous et pendant quelles périodes. La société Schneider a par ailleurs présenté au CES une « box » baptisée « Wiser », qui permet de piloter à distance le chauffage à partir de son smartphone ou de sa tablette.

On se souvient qu'en 2013 la société Parrot s’était taillée un franc succès en présentant au CES son « Power Flower », un petit module directement implantable dans les jardinières et les pots de fleurs et capable de mesurer les besoins de nos plantes domestiques en chaleur, lumière, humidité et nutriments.

Tous les géants de l’électronique et du numérique sont à présent dans la course pour imposer leur solution de gestion domestique à distance, à commencer par Google qui vient d’acheter, pour plus de 3 milliards de dollars, la société californienne Nest, fabricant de thermostats intelligents.

L’autre domaine en pleine explosion, à côté de celui de la maison intelligente, est la télésanté, un concept qu’il faut entendre au sens large et qui comprend non seulement des applications proches de la télémédecine mais plus largement des téléservices liés au bien-être et à la forme.

La société Withings a par exemple présenté son Aura Smart Sleep System, un petit boîtier capable d’analyser la qualité de votre sommeil et de transmettre en temps réel à votre médecin les informations concernant cette variable de santé. Mais ce système se veut également proactif et propose une aide lumineuse personnalisée à l’endormissement et au réveil. Et si avant d’aller dormir vous ne vous êtes pas consciencieusement lavé les dents, la firme Kolibree vous proposera bientôt une « brosse à dents intelligente » qui vous indiquera les améliorations à apporter au nettoyage quotidien de vos dents !

Une fois que vous aurez pu vérifier que votre sommeil est de bonne qualité et que vos dents sont propres, vous aurez peut-être envie d’aller faire un tour sur la plage. Dans ce cas, vous pourrez bientôt utiliser un bracelet très pratique fabriqué par la firme Netatmo. Baptisée « June », ce bracelet est capable d’évaluer votre temps optimal d’exposition au soleil en tenant compte de votre type de peau. Si vous ne voyez pas le temps passer avec vos amis sur la plage, « June » ne manquera pas de vous alerter et de vous conseiller de vous mettre à l’ombre.

Dans un domaine plus proche du télémédical, la société française Archos a présenté pour sa part sa nouvelle balance connectée -un objet qui devient incontournable dans toute salle de bains qui se respecte- et son « télétensiomètre » qui enregistre et transmet en permanence les données relatives à l’évolution de votre tension artérielle. En rentrant de la plage, si vous oubliez justement de prendre votre antihypertenseur, vous pourrez compter sur Glowcap, une boîte de médicaments intelligente dont le couvercle clignote et envoie un signal d’alerte si vous oubliez votre traitement…

À l’occasion de ce CES, le géant mondial des circuits et puces électroniques, l’Américain Intel, a dévoilé pour sa part « Edison », qui rassemble toutes les fonctionnalités d’un ordinateur dans un petit boîtier pas plus grand qu’une carte SD. Bâti autour d’une puce centrale à basse consommation, gravée en 22 nm, Edison dispose en outre du Wifi  et du Bluetooth pour communiquer.

Intel précise qu’Edison est destiné à avoir une multitude d’applications dans tous les domaines, à commencer bien sûr par la santé. Le géant de l’électronique, pour illustrer son propos, a d’ailleurs présenté une application d’Edison qui consiste en un système de télésurveillance des nourrissons composé d’une petite tortue en plastique fixée sur un vêtement doté de capteurs biométriques.

Cet ensemble technique recueille, analyse et transmet en permanence (par Wi-Fi ou Bluetooth) plusieurs types de données concernant l’état physiologique de l’heureux bébé muni de cette barboteuse high-tech ! Ces précieuses informations sont bien sûr consultables à tout moment par les parents sur leur Smartphone ou leur tablette.

Intel, très en forme, a également présenté une nouvelle technologie appelée RealSense, qui vise à rendre plus intuitive et plus naturelle le pilotage et le contrôle de l’ensemble des outils informatiques et des appareils numériques, y compris les imprimantes 3D, grâce à la commande vocale et gestuelle.

Parmi les nombreuses applications que va permettre Realsense, on retiendra notamment la modification en temps réelle d’une image vidéo pendant une conversation sur Skype ou encore l’utilisation de la commande gestuelle dans un écran Windows 8 ou le simple recours à de petits mouvements de tête pour évoluer dans Google Maps Street View. Intel a précisé que la plupart des ordinateurs portables devraient intégrer cette technologie RealSense d’ici la fin de l’année 2014.

Ce cru 2014 du CES a également permis aux constructeurs de dévoiler plusieurs solutions novatrices en matière de sécurité et de contrôle biométrique. Parmi ces systèmes qui pourraient se substituer à terme aux traditionnels mots de passe, on trouve celui mis au point par la société Yubikey. Il s’agit d’un dispositif baptisé NEO, qui se présente physiquement sous la forme d’une clé USB. Lorsqu’un utilisateur souhaite accéder de manière sécurisée à une application ou à un service en ligne, il lui suffit d’insérer NEO dans un port USB. Le navigateur Chrome de Google utilise alors la puce de sécurité intégrée dans NEO pour effectuer un échange des clés de chiffrement avec le service souhaité.

Autre dispositif novateur, celui mis au point par la société EyeLock qui repose sur un scanner des yeux de l’utilisateur et analyse 240 points dans chaque iris. Reste que ces nouveaux systèmes de contrôle biométrique, s’ils sont difficiles à contourner, ne sont pas infaillibles. Il y a quelques mois, des hackers sont ainsi parvenus à tromper le système de sécurité biométrique de l’Apple TouchID en récupérant d’abord l’empreinte digitale de l’utilisateur sur une vitre puis en la numérisant à haute résolution avant de l’imprimer par laser sur une feuille de latex ! (Voir YouTube)

Il est donc probable que l’avenir du contrôle numérique informatique reposera sur l’utilisation combinée de plusieurs modes d’identification biométriques, le tout pouvant en outre être associé à une sécurisation physique.

Le salon high-tech de Las Vegas a aussi confirmé l’irrésistible ascension des imprimantes 3D dans les domaines les plus inattendus. C’est ainsi qu’une société américaine de Caroline du Nord, 3D Systems, a fait sensation en présentant la première imprimante culinaire 3D destinée au secteur professionnel.

Baptisée « ChefJet », cette étonnante machine peut imprimer différents ingrédients utilisés en pâtisserie, confiserie et chocolaterie. La tête à jet d'encre diffuse un jet d'eau étroit qui vient réhydrater une couche de sucre et lui donner une forme programmée à l’avance.

Cette imprimante gourmande se décline dans différentes versions dont les prix vont de 5 000 à 10 000 dollars l’unité. Mais ce coût pourrait être très vite amorti par les professionnels car ces machines ne se contentent pas de fabriquer à la chaîne bonbons et chocolats. Grâce à leur conception et leur pilotage informatique, elles peuvent également réaliser des gourmandises ayant des formes et couleurs très sophistiquées, ce qui représente un véritable avantage compétitif.

Enfin, ce cru 2014 du CES a confirmé la diffusion de la robotique dans de multiples secteurs : divertissement, télétravail, sécurité et aide à la personne notamment. Ce phénomène n’a pas échappé à Google qui a racheté récemment le fleuron de la robotique américaine, la société Boston Dynamics, en pointe au niveau mondial dans le développement de robots militaires et sécuritaires.

Parmi les grandes nouveautés cette année, il faut noter l’apparition des robots d’éveil, destinés à stimuler les capacités intellectuelles des jeunes enfants. C’est par exemple le cas de « Bo » et « Yana », de petits robots de la société californienne i-Play conçus spécialement pour jouer avec les enfants de plus de cinq ans et les initier à la musique…

Autre type de robot très « tendance », les robots « télétravailleurs » capables d’envoyer votre image et de communiquer en direct avec vos collègues de bureau quand vous êtes absent de votre lieu de travail…

N’oublions pas non plus le petit robot japonais « Paro », destiné à l’accompagnement en milieu hospitalier et conçu pour communiquer avec les patients de manière à apaiser leur anxiété grâce à ses nombreux capteurs et à son interactivité vocale.

Plus futuriste et beaucoup plus sophistiqué, les visiteurs du CES 2014 ont également pu voir le robot Thespian, mis au point par la société britannique Engineer Arts. Ce robot humanoïde très perfectionné et notamment doté d’une étonnante fluidité de mouvements peut servir de guide ou de conférencier dans un musée ou un établissement culturel.

S’agissant de cette nouvelle génération de robots, il faut souligner qu’elle sera évidemment connectée au net, ce qui décuplera sa capacité d’initiative et sa polyvalence. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si ces robots disposent à présent en Europe d’un Internet spécialement dédié, RobotEarth. Cette infrastructure en nuage a été conçue par plusieurs universités européennes de façon à permettre aux robots d’apprendre les uns des autres grâce à une base de données commune. Mais RobotEarth devrait également améliorer considérablement les interactions homme-machine.

Une première expérimentation de Robotearth vient de débuter à l'Université d'Eindhoven, aux Pays-Bas. Elle va permettre la collaboration interactive de quatre robots qui porteront assistance à des patients. Chacune de ces machines tiendra compte, dans son comportement, de l’expérience et des connaissances qui lui seront transmises par ses congénères…

Qu’il s’agisse de nos appareils numériques ou ménagers, de nos voitures ou de nos vêtements, de nos robots de compagnie ou même de nos bacs à fleurs, on voit donc que nous sommes en train de basculer à grande vitesse dans un monde hyper-connecté dans lequel chaque objet va devenir producteur et émetteur d’informations et sera doté d’une forme d’intelligence et, dans certains cas, d’une relative autonomie d’action et d'adaptation à son environnement.

On mesure mieux la mutation de société que va provoquer cette rupture technologique quand on sait qu’il existe déjà 12 milliards d’objets connectés dans le monde et qu’il y en aura 50 milliards en 2020, selon une prévision de Cisco et 80 milliards selon l’Idate. Le cabinet Gartner évalue à 1 900 milliards de dollars la valeur de ce fabuleux marché à l’horizon 2020. Selon Rafi Haladjian, fondateur de Sense et créateur de la plate-forme Mother qui permet de gérer ses propres objets connectés, chaque foyer, dans les pays développés, aura en moyenne une trentaine d’objets connectés dans moins de 10 ans.

Cette généralisation de l’Internet des objets va s’effectuer d’autant plus rapidement que ceux-ci disposent à présent d’un « langage » qui leur permet de communiquer et d’échanger facilement des informations. Il s’agit d’AllJoyn, un projet open source développé par l’Alliance AllSeen qui permet aux objets connectés au Web de se reconnaître et de se comprendre mutuellement en partageant l’ensemble de leurs ressources et de leurs informations.

Dans ce nouveau monde entièrement connecté, la sécurité des données et le respect de l’anonymat et de la vie privée vont devenir plus que jamais des enjeux et des défis absolument essentiels. Le logiciel AllJoyn de l'Alliance AllSeen a d’ailleurs été conçu de manière à pouvoir limiter physiquement les flux de circulation de données domestiques pour qu’ils ne puissent pas franchir le seuil du foyer.

Mais, comme on sait bien qu’aucune protection n’est infaillible, le meilleur moyen de réduire radicalement les risques de piratage domestique sera probablement, comme le souligne un récent article de la revue du MIT, d’apprendre à vivre en limitant dans nos habitations le nombre d'appareils connectés au Web… (Voir MIT Technology Review)

Ce CES 2014 marque incontestablement l’aube d’une ère nouvelle, marquée par l’émergence de cet Internet des objets, qui, articulé à l’informatique « transparente » et ubiquitaire, va profondément transformer la nature et le fonctionnement de notre économie et de notre société. Désormais, la valeur ajoutée et l’innovation n’auront de sens que dans un cadre synergique et coopératif intégrant des outils technologiques très pointus mais également des connaissances, des éléments culturels et des contraintes sociales.

Dans ce nouveau monde réticulaire, complexe et auto-organisé qui naît sous nos yeux, le pouvoir appartiendra aux organisations économiques et politiques qui sauront combiner de la manière la plus novatrice et audacieuse ces éléments technologiques, économiques, sociaux et culturels.

Sur le plan subjectif, cette révolution sera également considérable car elle nous plonge de manière irréversible dans un monde « extensif » et « augmenté » où chacun d’entre nous pourra vivre simultanément sur plusieurs plans d’existence, éclatés dans le temps et l’espace et régis par des règles symboliques distinctes…

Souhaitons que, dans ce labyrinthe numérique presque infini, de nouvelles formes de coopération, de solidarité et d’entre-aide naissent et se développent afin que cette prodigieuse augmentation de l’intelligence collective ne se fasse pas au détriment de notre humanité…

René TRÉGOUËT
Sénateur Honoraire
Fondateur du Groupe de Prospective du Sénat


Avenir
Nanotechnologies et Robotique
Le premier_robot-lycéen_présenté à Lyon
Jeudi, 23/01/2014 - 08:45

Bruno Bonnell, Président de la société AWABOT, vient de présenter le 21 janvier, au Lycée La Martinière-Montplaisir, le premier robot lycéen opérationnel, baptisé "QB".

Ce robot de téléprésence a été conçu pour permettre à des élèves dans l’impossibilité d'être physiquement présents en cours de pouvoir les suivre virtuellement, par l'intermédiaire de cette machine. Ce robot mobile est équipé d'une caméra et d'un écran et peut être piloté à distance, via l'Internet. Ce couple élève-robot permet une interactivité bien plus conviviale et riche qu'une simple téléconférence.

Soutenu par la Région Rhône-Alpes, ce projet a été réalisé en coopération avec l'ENS de Lyon, l’Université Lyon 1 et le Learning Lab de Centrale Lyon. Dans un premier temps, ce robot sera expérimenté jusqu'en 2016 dans trois lycées pilotes de la Région : le lycée de la Martinière Montplaisir à Lyon, le lycée Claude Fauriel à Saint-Etienne (Loire) et le lycée Joseph Marie Carriat à Bourg-en-Bresse (Ain).

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Awabot

Des nanorobots bactériens pour combattre le cancer
Mardi, 21/01/2014 - 13:31

Des chercheurs de l'Université nationale Chonnam, en Corée du Sud, ont réussi à utiliser des bactéries génétiquement modifiées pour détecter des protéines et molécules spécifiques, comme le facteur de croissance endothélial vasculaire, une substance produite en quantités anormales qui signale la présence de cellules cancéreuses.

Les chercheurs sud-coréens sont parvenus à détruire des tumeurs chez des animaux grâce à l’usage de "robots biologiques "conçus à partir de bactéries. Ces nanorobots biologiques, également appelés "bactéribots", sont composés de bactéries génétiquement modifiées et de cavités microscopiques pouvant contenir des molécules anticancéreuses.

Les essais réalisés sur des animaux de laboratoires ont permis de démontrer que les bactéries inoffensives constituant ces nanorobots se sont bien attaquées exclusivement aux cellules tumorales. Lorsque ces bactéribots parviennent à proximité des cellules cancéreuses, ils  libèrent les différents médicaments dont ils sont porteurs et détruisent la tumeur.

Ces Nanorobots bactériens pourraient, à terme, repérer et traiter de multiples formes de cancers mais également d'autres types de pathologies. 

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Nature

Commander les objets au doigt et à l'œil : une réalité proche
Vendredi, 17/01/2014 - 15:17

À l’occasion du Salon de l’électronique (CES) qui vient de se tenir à Las Vegas, la société israélienne PointGrab a dévoilé une nouvelle technologie de reconnaissance gestuelle surnommée PointSwitch.

Grâce à cet outil, l’utilisateur peut effectuer une action en faisant simplement bouger un doigt. Conçu pour l’environnement domestique, PointSwitch ouvre la voie à de nombreuses applications. Il devient ainsi possible d’activer ou désactiver l’éclairage ou la climatisation en pointant le doigt sur l’appareil. Ce système fonctionnerait  même dans l'obscurité.

Dans quelques années, la plupart de nos terminaux numériques et appareils ménagers seront munis de ce système qui permettra de les commander à distance par un simple claquement de doigts. Selon le cabinet « Multimedia Research Group », un appareil électronique sur trois pourrait intégrer ce type de télécommande d'ici 5 ans !

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Laptopmag

^ Haut
Matière
Matière et Energie
Ford veut améliorer l'autonomie des voitures électriques grâce à l'énergie solaire
Jeudi, 23/01/2014 - 08:21

Le constructeur automobile Ford, en coopération avec l'institut technologique de Géorgie (États-Unis), a mis au point un système permettant aux véhicules de fonctionner en partie grâce à l’énergie solaire. Le C-Max "Solar Energi Concept" utilise un panneau solaire souple sur le toit d’une surface de 1,5 mètre carré, ce qui permet d'accroître l'autonomie du véhicule.

La technologie présentée par Ford repose sur un système de stationnement automatisé qui permet de recharger complètement la batterie de la voiture en 6 heures. Mais en outre, Ford équipe le toit de ses voitures de panneaux photovoltaïques et propose des box de rechargement équipés de lentilles plates, appelées lentilles de Fresnel.

Ces lentilles peuvent concentrer les rayons du soleil en les dirigeant vers les panneaux solaires sur le toit, multipliant par dix la quantité d’énergie captée pour une même surface de panneaux solaires. Ces lentilles sont en plastique et coûtent bien moins cher que la dizaine de panneaux solaires auxquels elles se substituent. En outre, au lieu de recourir à un système qui permet aux panneaux solaires de suivre la course du soleil, c’est la voiture qui se déplace, réduisant les coûts de ce système de suivi.

Le logiciel embarqué dans la voiture mesure la quantité d'énergie solaire captée par les panneaux solaires afin de s'assurer que la voiture a été déplacée au bon endroit. Bien entendu, le véhicule conserve la possibilité de recharger sa batterie en se connectant sur une prise de courant.

De son côté, le constructeur Tesla Motors prévoit d'utiliser des panneaux solaires pour recharger les batteries stockées dans ses stations et permettre ainsi de charger rapidement ses voitures électriques.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Daily Mail

BBC

^ Haut
Terre
Sciences de la Terre, Environnement et Climat
Le réchauffement climatique va affecter la biomasse océanique
Mercredi, 22/01/2014 - 15:15

Selon une étude franco-britannique réalisée par des chercheurs du Laboratoire des sciences du climat et l'environnement et du Centre national océanographique de Southampton, l'accélération du réchauffement climatique pourrait, au cours de ce siècle, réduire de 38 % la biomasse présente dans les grands fonds de l'Atlantique Nord et de 5 % la biomasse océanique mondiale.

Cette diminution sera provoquée par une réduction des apports de nourriture depuis la surface de l'océan. Ces réductions touchent surtout des régions de forte biodiversité comme certains canyons et monts sous-marins. Ces changements risquent de  bouleverser le fonctionnement de ces écosystèmes marins.

Afin de calculer l’évolution de cette biomasse, des projections issues de simulations climatiques ont été combinées à des relations empiriques entre apports de nourriture et biomasse des fonds océaniques. De nombreuses études climatiques suggèrent un ralentissement de la circulation océanique à grande échelle. La séparation serait accentuée entre les masses d'eaux de température ou de salinité différentes en réponse à un climat plus chaud et plus humide dans les hautes latitudes.

L’interaction entre le réchauffement et la circulation océanique modifie le cycle des sels nutritifs et entraîne une diminution des premiers maillons de la chaîne alimentaire océanique. Les ressources nutritives, constituées de résidus végétaux et animaux, qui descendent de la surface vers le fond diminuent, ce qui affecte, par un processus en cascade, les organismes vivant dans les grands fonds océaniques.

L'ensemble de ces perturbations dans les grands cycles thermodynamiques biologiques marins devrait avoir un impact important, bien qu'encore inconnu, sur les ressources halieutiques.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Wiley

^ Haut
Vivant
Santé, Médecine et Sciences du Vivant
La mortalité par cancer poursuit sa décrue historique aux Etats-Unis
Jeudi, 23/01/2014 - 08:33

Selon le dernier rapport de la Société américaine du Cancer, le risque de mourir d'un cancer aux Etats-Unis a baissé de 20 % depuis vingt ans, reflétant une meilleure prévention et des avancées dans les traitements. Fait remarquable, la diminution de la mortalité a été encore plus rapide chez les hommes noirs adultes. Dans ce groupe, le taux de mortalité due au cancer a chuté d'environ 50 %, une excellente nouvelle quand on sait que les Afro-américains restent le groupe ethnique le plus touché par le cancer aux Etats-Unis.

Autre évolution particulièrement encourageante : depuis 2003, le nombre de décès par cancer diminue également en valeur absolue aux USA et il a à présent rejoint le niveau des années 1940 alors que la population américaine a plus que doublé depuis cette date !

De 2006 à 2010, les cinq années les plus récentes pour lesquelles les statistiques sont disponibles, la fréquence du cancer a baissé de 0,6 % par an chez les hommes pour rester stable parmi les femmes. Quant au taux de mortalité résultant de cette maladie, il a reculé de 1,8 % chaque année chez les hommes et de 1,4 % pour les femmes.

Sur les deux dernières décennies, la mortalité par cancer est ainsi passée de 215,1 pour 100.000 habitants en 1991 à 171,8 pour 100.000 habitants en 2010, précise l'ACS. Cette baisse de 20,1 % s'est traduite par environ 1,34 million de morts évitées (952 700 parmi les hommes et 387 700 chez les femmes) pendant cette période.

"Ces progrès sont remarquables mais nous pouvons et devons faire mieux", a souligné John Seffrin, le Président de l'American Cancer Society, qui ajoute "Cette disparité entre groupes ethniques en matière de mortalité s'explique surtout par des différences dans les traitements et la précocité du diagnostic".

Le rapport de l'ACS précise également qu'il y aura 1,66 million de nouveaux cas de cancer aux Etats-Unis en 2014 et 585.720 décès. Chez les hommes, les cancers de la prostate, du poumon et du côlon représentent la moitié des cancers diagnostiqués et chez les femmes, les trois cancers les plus communément diagnostiqués en 2014 seront celui du sein, du poumon et du côlon.

"Nous vivons actuellement un tournant historique dans la lutte contre le cancer et nous commençons enfin à comprendre les mécanismes les plus fondamentaux de cette maladie multiforme", souligne le Docteur Ronald DePinho, président du célèbre Centre Anderson contre le Cancer de Houston (Texas). Celui-ci ajoute que "Les progrès en cours en immunothérapie ouvrent une nouvelle révolution thérapeutique très encourageante".

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

ACS

Lire une histoire passionnante améliore les capacités cérébrales !
Mercredi, 22/01/2014 - 15:07

Selon une étude réalisée par des chercheurs de l'Université d'Emory aux Etats-Unis dirigés par Gregory S. Berns, la lecture d'un roman entraînerait des modifications importantes dans le fonctionnement du cerveau…

Dans ces travaux, les chercheurs ont travaillé sur 21 volontaires pendant trois semaines. Au cours de cette période, les cerveaux des candidats ont été observés par IRM. La première semaine, l’imagerie cérébrale était réalisée pendant qu’ils étaient au repos. Ensuite, les sujets ont lu neuf passages de 30 pages de Pompéi de Robert Harris, un roman haletant qui raconte, au travers de quelques personnages, la fin de cette cité romaine en 79 avant J.C.

Les chercheurs ont pu observer qu'après chaque séance de lecture, les sujets présentaient sur les images RMN une augmentation du nombre de connexions neuronales dans la région du cortex temporal gauche. Une aire associée à la réceptivité de la langue. En outre, la densité de connexion dans l'aire cérébrale associée aux représentations sensorielles a également été enrichie.

Mais le plus étonnant est que ces modifications cérébrales ont persisté plusieurs jours après l'arrêt de la lecture du livre, ce qui montre que la lecture  semble pouvoir induire des effets à long terme dans le cerveau.

Comme le souligne le Professeur Berns, "Nos travaux suggèrent que certains types de lectures pourraient avoir un effet important et durable sur la biologie de notre cerveau".

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Science Daily

La méditation aussi efficace que les médicaments contre la dépression ?
Mercredi, 22/01/2014 - 14:48

Selon une étude américaine réalisée par des chercheurs de l'Université Johns Hopkins à Baltimore et dirigée par le professeur Madhav Goyal, une méditation quotidienne d'environ 30 minutes contribuerait à soulager des symptômes d'anxiété et de dépression.

Cette analyse a été effectuée à partir de 47 essais cliniques portant au total sur 3.515 participants qui pratiquaient différentes techniques de méditation et souffraient de divers troubles physiques et mentaux dont la dépression, l'anxiété, le stress, l'insomnie.

Les conclusions de cette étude montrent que la méditation régulière améliore l'état d'anxiété dans cinq à 10 % des cas et l'État dépressif chez 10 à 20 % des pratiquants.

"On estime qu'aux États-Unis, une personne sur 10 pratique régulièrement la méditation mais cette technique n'est toujours pas considérée comme une thérapie médicale”, souligne Madhav Goyal, l'auteur principal de ces travaux. Celui-ci poursuit et ajoute "Pourtant nos recherches sur une vaste population montrent clairement que la pratique régulière de la méditation est largement aussi efficace que les antidépresseurs pour soulager les symptômes d'anxiété et de dépression".

Cette étude montre également que la méditation peut améliorer l'état de patients souffrant de pathologies physiques, comme la fibromyalgie, un état musculaire douloureux chronique. Selon ces travaux, il semblerait que la forme de méditation connue sous le nom de "pleine conscience", et issue du bouddhisme, qui permet de concentrer son attention sur le moment présent, est particulièrement efficace lorsqu'elle est pratiquée régulièrement.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

JAMA

Hommes et femmes ne sont pas égaux devant la pression artérielle !
Mardi, 21/01/2014 - 13:37

Selon une étude réalisée par des chercheurs du Wake Forest Baptist médical Center (Caroline du Nord), et portant sur un groupe de 100 personnes (composé d'hommes et de femmes de plus de 53 ans, tous atteints d'hypertension), à pression artérielle égale, l’incidence de la maladie cardiaque est supérieure de 30 % chez les femmes.

Comme le souligne le professeur Carlos Ferrario  qui a dirigé ce travail, "dans le traitement d'hypertension artérielle, les médecins continuent à avoir la même approche thérapeutique pour les hommes et pour les femmes. Or nos travaux montrent qu'il est important de prendre en considération le sexe du patient pour orienter le choix thérapeutique dans le traitement de cette pathologie très répandue."

Il faut rappeler par ailleurs que la diminution sensible de la mortalité par maladies cardio-vasculaires observée depuis 30 ans aux États-Unis a principalement concerné les hommes et très peu les femmes. À cet égard, l'étude rappelle que les maladies cardio-vasculaires représentent à présent un tiers de l'ensemble des décès chez les femmes.

Reste maintenant à mieux cerner la nature des différences physiologiques et hormonales qui font qu’à pression artérielle identique le risque de maladies cardio-vasculaires est sensiblement plus élevé chez les femmes.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Sage

Un adulte sur trois en surpoids dans le monde
Mardi, 21/01/2014 - 13:23

Selon une étude réalisée par l'Institut britannique pour le développement, près d'un milliard et demi de personnes seraient en surcharge pondérale dans le monde.

Cet organisme précise que la proportion de personnes présentant un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 25 dans le monde (limite au-delà de laquelle les gens sont considérés en surcharge pondérale) est passé de 23 % à 34 % entre 1980 et 2008. Rappelons que l'indice de masse corporelle est le rapport entre la taille et le poids, un indice à partir de 25 étant considéré comme signe de surpoids et à partir de 30 comme signe d'obésité.

Toujours selon ces travaux, le nombre de personnes en surpoids et d'obèses aurait pratiquement quadruplé entre 1980 et 2008, dans les pays en voie de développement, passant de 250 à 904 millions de personnes. "Ce qui a changé c'est que la majorité des gens en surpoids ou obèses se trouvent aujourd'hui dans les pays en développement plutôt que dans les pays développés", souligne le rapport.

Dans les pays développés, la population en surpoids a été multipliée par 1,7 pendant la même période, passant de 321 à 557 millions de personnes. Cette évolution pourrait se traduire par une forte hausse du nombre de personnes souffrant de pathologies liées à l'excès de poids, comme les maladies cardio-vasculaires, les AVC ou le diabète.

On estime qu'en Grande-Bretagne, 64 % des adultes sont en surcharge pondérale, contre 58 % pour la moyenne européenne et 70 % aux États-Unis. En Chine, la proportion d'habitants présentant un excès de poids aurait doublé en 30 ans et, selon l'OMS, la surcharge pondérale et l'obésité constituent le cinquième facteur de risque de décès au niveau mondial, avec environ 2,8 millions de morts par an.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

ODI

Maladie d'Alzheimer et Cholestérol : le lien se précise
Dimanche, 19/01/2014 - 16:47

Une étude réalisée par des chercheurs de l’Université de Californie-Davis vient de confirmer l'existence d'un lien entre niveaux de bon (HDL) et de mauvais (LDL) cholestérol et risque de déclin cognitif et de maladie d’Alzheimer. Cette étude a été réalisée sur un groupe de 144 personnes (74 hommes et 70 femmes), dont 3 personnes atteintes de démence légère, 38 de déficience cognitive légère et 33 témoins à capacité cognitive normale.

Ces travaux montrent que la conjugaison de niveaux élevés de « bon » cholestérol (HDL) et d'un faible taux de « mauvais  » cholestérol (LDL) est corrélée à des niveaux inférieurs de dépôt de plaques amyloïdes dans le cerveau.

Le Docteur Bruce Reed, auteur principal de l’étude, souligne que la relation entre un cholestérol élevé et le risque accru de la maladie d’Alzheimer était déjà connue mais que c'est la première fois qu'une étude révèle ce lien spécifique entre niveau de cholestérol et présence effective de dépôts amyloïdes. Toutefois, ces recherches n'ont pas élucidé le mécanisme par lequel le cholestérol semble favoriser ces dépôts amyloïdes dans le cerveau.

L'étude souligne que les personnes âgées devraient contrôler régulièrement leur pression artérielle mais aussi leur taux de cholestérol. Elle précise également qu'un taux de LDL supérieur à 100 mg/dL ou un HDL inférieur à 40 devrait conduire à une prise en charge thérapeutique chez les sujets qui connaissent une altération de leur mémoire, indépendamment de leur santé cardiovasculaire.

"Si nous pouvons démontrer que la réduction du taux de cholestérol chez le sujet jeune permet de réduire les risques de dépôts amyloïdes au cours de la vieillesse, nous pourrons alors mettre en place une prévention personnalisée permettant une réduction sensible de la prévalence de la maladie d'Alzheimer", ajoute Bruce Reed.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

JAMA

Vers un vaccin thérapeutique contre le cancer de la prostate
Dimanche, 19/01/2014 - 16:40

Des chercheurs britanniques de la Nottingham Trent University ont mis au point un vaccin thérapeutique particulièrement prometteur contre le cancer de la prostate. Baptisée Provenge, cette nouvelle stratégie se base sur une immunothérapie « personnalisée ». Les chercheurs ont en effet travaillé sur les voies de reprogrammation des cellules immunitaires afin qu’elles ciblent les cellules tumorales prostatiques.

Concrètement, les cellules immunitaires modifiées ciblent une protéine spécifique, la phosphatase acide prostatique (PAP), que l’on retrouve dans la plupart des cancers de la prostate à un niveau élevé.

Les premiers essais cliniques de ce vaccin, réalisés en double aveugle contre placebo, ont montré qu'il augmentait sensiblement la survie de patients atteints d’un cancer avancé de la prostate. L'Agence européenne des médicaments (EMA) a donc préconisé une mise sur le marché de ce vaccin pour les malades devenus réfractaires à l'hormonothérapie. Rappelons toutefois que Provenge est un vaccin thérapeutique, ce qui signifie qu'il n'a pas d'action préventive pour éviter le cancer de la prostate mais qu'il a été conçu spécifiquement pour traiter ce type de cancer.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

NHS

Consommer des fibres alimentaires pour protéger son cœur !
Dimanche, 19/01/2014 - 16:34

Les maladies cardiovasculaires restent responsables de la moitié des décès en Europe et d’un tiers aux Etats-Unis. Dans la prévention des pathologies cardiovasculaires, on sait depuis plusieurs années qu'une alimentation riche en fibres joue un rôle protecteur.

Des chercheurs anglais ont effectué une méta-analyse sur ce sujet en reprenant 22 travaux réalisés depuis 1993 et traitant du lien entre la consommation de fibres alimentaires et la protection cardiovasculaire.

Résultat : ces diffèrentes études confirment bien que la consommation quotidienne de 7 g de fibres alimentaires permet une réduction de 9 % du risque cardiovasculaire et des pathologies coronaires. Cet apport de 7 g de fibres n'est pas difficile à atteindre puisqu'il correspond à la consommation d’une seule portion de céréales complètes et d’une portion de haricots ou de lentilles ou encore à 2 à 4 portions de fruits et légumes.

Cependant, ce travail souligne également que l’efficacité préventive diffère en fonction du type de fibres et de leur provenance. Une augmentation de la consommation de fibres insolubles, de fibres des céréales, fruits et légumes, est associée à une réduction du risque cardiovasculaire. Une augmentation de la consommation de fibres insolubles et de fibres provenant des céréales et des légumes permet en outre de surcroît une diminution du risque de coronaropathie.

Les fibres solubles sont dégradés par l'intestin et  produisent des acides gras à chaîne courte qui réduisent le taux de cholestérol. Quant aux céréales, elles contiennent des antioxydants qui contribuent également à réduire le risque cardiovasculaire.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

BJM

Les thérapies cognitives efficaces contre les migraines de l'enfant
Vendredi, 17/01/2014 - 15:22

On pense généralement que les maux de tête chroniques concernent essentiellement les adultes mais ils touchent également environ un enfant sur 6 en France. Quant aux migraines sévères, elles concernent environ 2 % des enfants et adolescents mais constituent des pathologies très douloureuses qui nécessitent souvent une lourde prise en charge médicamenteuse.

Des chercheurs du Centre de la migraine de l'hôpital de Cincinnati (Ohio) ont cherché à comparer l'efficacité de deux prises en charge thérapeutiques distinctes. Durant un an, ils ont donc travaillé sur un groupe composé de 135 enfants et adolescents migraineux chroniques, qui ont tous reçu un traitement médicamenteux mais dont la moitié seulement bénéficiait en plus de séances de thérapie cognitivo-comportementale (TCC), intégrant notamment l'hypnose et la relaxation.

Ces travaux ont montré une diminution d'environ 40 % du nombre de crises de migraine chez le groupe ayant bénéficié d'une thérapie comportementale (6,8 par mois), par rapport au groupe soumis uniquement aux médicaments (11,5 crises par mois).

Il semble donc que la thérapie comportementale présente un intérêt réel contre ces maux de têtes chroniques de l'enfant et de l'adolescent, en permettant de diminuer l'appréhension de la crise et l'intensité de la douleur mais aussi de réduire la consommation de médicaments antalgiques.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

JAMA

Maladies cardio-vasculaires : les fruits aussi efficaces en prévention que les médicaments !
Vendredi, 17/01/2014 - 15:12

On sait qu'une alimentation déséquilibrée, trop grasse et trop pauvre en fruits et légumes frais, constitue l'un des principaux facteurs de risque des maladies cardiovasculaires, qui causent plus de 150 000 décès en France chaque année.

Les Anglais ont à ce sujet un proverbe populaire "Une pomme par jour éloigne le médecin". Mais des chercheurs de l'Université d'Oxford ont voulu vérifier ce dicton en évaluant les effets sur le cœur et la mortalité d'une consommation quotidienne de ce fruit.

Afin de mesurer l'efficacité d'un régime enrichi en pommes, les chercheurs l'ont comparé avec la prise quotidienne de statines, des médicament largement utilisés chez les patients à risques cardio-vasculaires et qui réduisent le taux de cholestérol.

Le résultat est pour le moins intéressant puisque ces travaux montrent qu'une consommation quotidienne et suffisante de pommes pourrait avoir la même efficacité préventive que la prise de statines et permettrait d'éviter un nombre équivalent de décès, de l'ordre de 9000 par an (Pour 160 000 décès par an par maladies cardio-vasculaires en Grande Bretagne).

Selon ces recherches, ces résultats peuvent s'appliquer à n'importe quel autre fruit, tous bénéfiques contre les maladies cardiovasculaires. Leur consommation régulière permet en effet de diminuer sensiblement la pression artérielle et les vitamines qu'ils contiennent préviennent l'apparition d'athérosclérose. En outre, les fibres contenus par les fruits permettent de ralentir l'absorption du sucre par l'organisme et de réduire le taux d'insuline, qui en excès peut abîmer les vaisseaux sanguins.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

BMJ

^ Haut
VOTRE INSCRIPTION
Vous recevez cette lettre car vous êtes inscrits à la newsletter RTFLash. Les articles que vous recevez correspondent aux centres d'intérêts spécifiés dans votre compte.
Désinscription Cliquez sur ce lien pour vous désinscrire.
Mon compte pour créer ou accéder à votre compte et modifier vos centres d'intérêts.
PLUS D'INFOS
Suivez-nous sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook
 http://www.rtflash.fr
back-to-top