RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

RTFLASH Recherche & Technologie
NUMERO 227
Lettre gratuite hebdomadaire d’informations scientifiques et technologiques
Créée par René Trégouët rapporteur de la Recherche et Président/fondateur du Groupe de Prospective du Sénat
Edition du 23 Janvier 2003
Recommander  |  Désinscription  |  Lire en ligne
Egalement dans ce numéro
TIC
Le télétravail occupe près de 7 % de la population active européenne
Le marché mondial du PC a renoué avec la croissance en 2002
Piratage numérique : après la musique, la télé
Microsoft dévoile sa technologie anti-copie pour CD audio
Le gouvernement modifie la taxe sur les cassettes vidéo et les DVD
Matière
Pénurie d'énergie pour les produits électroniques portables
Espace
La NASA peaufine les deux petits robots attendus sur Mars en 2004
Terre
Des chercheurs suisses améliorent la prévision des avalanches
Vivant
Du sport pour fondre votre graisse abdominale
Alzheimer : 769 000 cas en France
La diminution du taux de testostérone chez l'homme âgé favoriserait les maladies cardiaques
A la recherche d'un médicament contre le cancer au fond de l'océan
Mise au point d'un diagnostic rapide de la peste
Un avancée majeure dans la connaissance du mécanisme d'implantation de l'embryon
Le monoxyde carbone à faible dose serait bénéfique pour les artères
Les cellules souches de la moelle osseuse peuvent produire de nouveaux neurones dans le cerveau
Edito
La guerre n'est pas inévitable



Le Monde est inquiet. Si nous portons crédit à une information qui nous est parvenue, il y a quelques heures, les Etats-Unis auraient déjà pris la décision de déclarer la guerre à l'Irak, dans la deuxième quinzaine de février. Cette semaine, pourtant, avec la force de la conviction qui l'anime depuis quelques mois, le Président Jacques Chirac a solennellement déclaré devant les Parlementaires Français et Allemands, réunis à Versailles le 22 Janvier 2003 pour y célébrer le 40ème anniversaire du Traité de l'Elysée, que « la guerre n'est pas inévitable ». Insensiblement, depuis le milieu de l'année 2002, une situation nouvelle est en train de se créer dans notre Monde, et la France y joue un rôle fondamental sous l'impulsion de son Président. Depuis la chute du Mur de Berlin, en 1989, notre Monde politique, mais aussi économique, social et culturel, qui reposait depuis la seconde guerre mondiale sur une dualité entre le communisme et le libéralisme, se retrouvait figé après la disparition soudaine de l'un des deux boxeurs qui s'affrontaient sur le ring. Après cette dernière décennie du 20ème siècle qui, indubitablement, sera classée « hors du temps » par les historiens, tant elle a été leurrée par la virtualité de la bulle Internet, le boxeur américain qui s'est brutalement réveillé après s'être fait cruellement mordre aux mollets lors des attentats des « Twin Towers » s'est soudain mis à tourner en rond sur son ring, avec furie, pour chercher l'adversaire qui l'avait ainsi blessé dans sa chair la plus intime, alors qu'il avait l'esprit ailleurs. Un peu par hasard, mais beaucoup par intérêt, son attention se porta sur le « loubard » de service, l'Irak, et depuis il veut le forcer à monter sur le ring pour l'affronter et n'en faire qu'une bouchée tant la différence de force est grande. Mais, alors que l'arbitre, l'ONU, avait été totalement transparent et inaudible pendant toute la période opposant les USA et l'Union Soviétique, nous avons vu depuis quelques mois cet arbitre sur lequel personne n'aurait parié un kopeck, il y a peu, soudain visible et audible, dire au superlourd américain qu'il fallait respecter les règles. Abasourdi de voir l'arbitre, hier totalement absent de ce match, reprendre vie et cohérence, et oser lui faire des remarques, le boxeur américain, tout en continuant à grogner et tenir son poing levé, a suspendu sa frappe sur l'adversaire qu'il s'est choisi. Depuis quelques jours, le superlourd américain recommence à tourner en rond sur son ring comme un fauve en cage et les bookmakers prennent peur. Mais que voit-on ? L'arbitre, dont nous avions presque oublié la mission fondamentale tant il avait été inefficace pendant tout l'affrontement entre le monde libre et le communisme, s'apprête à porter son sifflet à la bouche... Osera-t-il siffler, sachant que le souffle ne peut être apporté que par l'un des membres permanents du Conseil de Sécurité, c'est-à-dire la Russie, la Chine ou la France, qui peut faire jouer son droit de véto ? Or, pour la première fois depuis le début du match, il semble que le souffleur soit prêt à apporter l'énergie nécessaire à l'arbitre pour que celui-ci siffle. S'il en était ainsi, c'est toute une nouvelle époque qui s'ouvrirait. L'intelligence pourrait alors l'emporter sur la force brute. Mais, comme souvent dans les pièces modernes interactives, ce ne sont pas les acteurs mais beaucoup plus les spectateurs qui décideront de la chute. Soit ils applaudiront le champion américain, et l'inviteront à taper sur le « Loubard » irakien et alors, sans retenue, notre boxeur superlourd écrasera notre fanfaron de banlieue, soit ils accorderont, enfin, toute l'autorité qui est due à l'arbitre et siffleront la première puissance de la Terre et alors, vraiment, toutes les chances seront offertes à notre Monde d'entrer dans une nouvelle époque. Mais malgré cela, le suspens resterait entier. Notre boxeur superlourd qui est certain de sa force et sait qu'il ne peut être battu, écoutera-t-il l'arbitre ? That is the question ...

René TRÉGOUËT

Sénateur du Rhône


TIC
Information et Communication
Le télétravail occupe près de 7 % de la population active européenne
Vendredi, 24/01/2003 - 00:00

Le ministère de l'économie a rendu public la synthèse de l'assemblée du télétravail européen qui s'est tenue pour la première fois en France les 25, 26 et 27 septembre 2002 (www.ework-in-europe.com). Pour sa 9ème édition, cette manifestation a été organisée par l'Association française du télétravail et des téléactivités (AFTT), le ministère de l'Economie, le ministère de l'Emploi, le ministère de l'aménagement du territoire et de l'environnement, avec le concours de la Commission européenne et de la Ville de Paris. L'Assemblée avait pour thèmes : "télétravail, compétitivité, productivité et développement durable". Jean-Jacques DAMLAMIAN, de France Télécom ; Patrick GIRY-DELOISON d'Alcatel ; Uffe SORENSEN, d'IBM Danemark ; et Christian SCHERER, expert TIC affecté au ministère délégué à la recherche et aux nouvelles technologies, figuraient parmi les orateurs techniques. Ceux-ci ont présenté les solutions qui rendent le télétravail possible, du simple accès "dial-up" jusqu'à "Fast Ethernet". Des outils spécialisés, pour la télé-médecine notamment, ont également fait l'objet d'une présentation. De son côté, la Directrice générale de l'industrie, des technologies de l'information et des postes, Jeanne SEYVET, a souligné : "En Europe, il y a 10 ans, le télétravail était un sujet de recherche de laboratoire. Il y a 5 ans, c'était une pratique à l'aube de son développement. Aujourd'hui, près de 7 % de la population active européenneen use, soit régulièrement, soit pour un nomadisme marginal". La France pour sa part, compte 2,5 % de télétravailleurs parmi la population salariée, contre 6% aux Pays-Bas et en Allemagne, et 12% au Danemark, soit la même proportion que pour les Etats-Unis. Claudie HAIGNERE, ministre déléguée à la recherche et aux nouvelles technologies, s'est inquiétée de ce "retard français" en la matière. La ministre a rappelé que le développement de l'accès Internet dans les territoires est une nécessité, "les taux de télétravail dans chaque pays étant proportionnels au taux de diffusion de l'Internet". Combler le retard de la France signifie "adapter le droit du travail et passer par des critères de valorisation professionnelle". Enfin, Madame HAIGNERE a souhaité la création "d'un observatoire des bonnes pratiques du télétravail" au niveau national et international, comme cela se fait en Allemagne, observatoire qui serait ouvert aux entreprises.

Netéconomie :

http://www.neteconomie.com/perl/navig.pl/neteconomie/infos/article/2003011718144...

Le marché mondial du PC a renoué avec la croissance en 2002
Vendredi, 24/01/2003 - 00:00

Les livraisons de PC dans le monde ont augmenté de 2,7% en 2002 par rapport à 2001, estime la société d'études américaine Gartner Dataquest. Le secteur enregistre une légère reprise suite à l'année noire que fut 2001, ou le marché avait alors chuté de 4% environ. Une première, après une croissance ininterrompue depuis 1985. En 2002, les «livraisons» - des constructeurs aux canaux de distribution - selon Gartner ont atteint 132,4 millions d'unités dans le monde. Sur la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique), les livraisons ont augmenté de 3%, précise la société d'études. «La performance du marché du PC en zone EMEA s'est solidement améliorée durant la seconde moitié de 2002, et les volumes de livraisons en Europe de l'Ouest ont désormais retrouvé leurs niveaux de 2000», précisent les analystes de Gartner. Malgré cela, ils n'anticipent pas de reprise supérieure à 6 ou 7 % pour 2003. En France, les chiffres de Gartner seront finalisés en février prochain, mais a priori le marché du PC est «demeuré stable» en 2002, sans embellie notable par rapport à 2001, nous a indiqué la division française de la société d'études. Au niveau du palmarès mondial des fabricants, l'américain Dell Computer a cédé sa place en 2002 au nouveau Hewlett-Packard, né de la fusion du constructeur avec Compaq. Une prise de position qui n'est intervenue cependant que sur le quatrième trimestre 2002, durant lequel HP a d'avantage profité des achats de fin d'année grâce à sa clientèle plus grand public, précise IDC, autre société d'études américaine. Au final, sur l'année 2002, HP a donc occupé selon Gartner 16,2 % de parts de marché dans le monde, suivi de Dell (15,2 %), IBM (6%), Nec (3,4 %), Toshiba (3,2 %), puis du reste du marché.

Zdnet : http://www.zdnet.fr/

Piratage numérique : après la musique, la télé
Vendredi, 24/01/2003 - 00:00

Microsoft pourrait bien être sur le point d'ébranler sérieusement le marché de la télévision. Au mois d'octobre dernier, la société a dévoilé Windows XP Media Center Edition, une nouvelle version de son système d'exploitation Windows, qui n'a pour l'instant été installée que sur quelques PC Media construits par une demi-douzaine de fabricants. L'XP Media Center est présenté comme un système “tout en un”. Il dispose de beaucoup de mémoire, il a un processeur puissant et une interface grand format, et il est équipé de graveurs de CD et de DVD ainsi que d'une télécommande permettant de contrôler toutes les applications médias. L'XP Media Center a également une fonction PVR. Comme ReplayTV ou TiVo, il permet d'enregistrer ses émissions préférées pour les regarder plus tard. Il existe cependant une grande différence entre le PVR Windows et ces autres machines : le PC peut faire beaucoup de tort à Hollywood. Le format sous lequel sont enregistrées les émissions de télévision par le PVR Microsoft permettra bientôt de les diffuser partout. Grâce à Windows Media Player, on pourra bientôt visionner toutes les émissions enregistrées par le Media Center, et la société Microsoft a annoncé qu'elle divulguerait les codes pour permettre aux utilisateurs de lecteurs d'autres marques, comme RealNetworks, de pouvoir les visionner. Elles peuvent également être stockées sur DVD et diffusées sur n'importe quel lecteur DVD. Les possesseurs de Media Center auront donc la possibilité d'envoyer des émissions à des personnes qui ne possèdent pas de PC Media Center, en utilisant les moyens ordinaires ou Internet, une perspective qui rend les dirigeants d'Hollywood furieux. Microsoft a inséré des méthodes de protection du contenu dans les Media Center, mais très peu d'émissions, voire aucune, sont actuellement en mesure de se protéger. Cela signifie - du moins actuellement - que tout ce que l'on enregistre sur un XP Media Center peut être échangé. Mais il est peu probable, sachant qu'une émission d'une demi-heure occupe au moins 600 mégabits du disque dur, que cette pratique ait le même succès que le MP3. De nombreux analystes font pourtant remarquer que les étudiants, qui ont lancé le commerce des CD pirates, sont le public ciblé par Microsoft pour la vente de ses PC Media Center. Les étudiants ont beaucoup de temps libre, savent parfaitement utiliser Internet et font preuve d'un intérêt qui tourne au culte pour certaines séries, comme Les Simpson, Buffy contre les vampires ou Seinfeld. Vu leur empressement à pirater des chansons, ils n'auront certainement pas les mêmes réticences que Newmark à s'échanger leurs séries préférées. De fait, pirater des émissions de télévision, qui sont censées être des médias gratuits, pourrait être plus facile à justifier. Tout cela ne fait que conforter ce pressentiment : la “napstérisation” de la télévision est pour bientôt.

Courrier International :

http://www.courrierinternational.com/mag/INTmedia.htm

Microsoft dévoile sa technologie anti-copie pour CD audio
Vendredi, 24/01/2003 - 00:00

Microsoft a présenté au Midem un nouveau logiciel protégeant contre la copie illégale de CD, une infraction au droit d'auteur qui tourmente les maisons de disques. Microsoft pense ainsi avoir trouvé la solution aux ennuis des grands labels qui voient les ventes de disques diminuer en même temps que la pratique de la gravure se généralise. Son nouveau logiciel, baptisé Windows Media Data Session Toolkit, a été dévoilé samedi lors de la journée d'ouverture du 37e salon de l'industrie phonographique sur la Côte d'Azur. L'inconvénient de la plupart des CD protégés contre la copie est qu'ils ne peuvent pas être lus sur un lecteur portable, un autoradio, ou un PC mais l'an dernier, des pirates informatiques avaient déjoué la technologie de protection mise au point par Sony Music. Concrètement, la technologie présentée au Midem par Microsoft et MPO repose sur l'enregistrement de deux sessions sur un même CD. La première est destinée à être lue sur les platines audio de salon. Elle est protégée par une technologie de MPO On-line, filiale internet du groupe français, interdisant la lecture d'un contenu sur un ordinateur. La seconde, dite «session informatique» est destinée à être lue sur un ordinateur. Il s'agit, en fait, d'une simple copie des morceaux présents sur le disque, mais compressés et protégés par la technologie Windows Media 9. Bien entendu, il faudra disposer du lecteur Windows Media Player de Microsoft pour lire les morceaux sur un ordinateur. Pour l'éditeur de Redmond, c'est une nouvelle occasion de promouvoir son logiciel. Le nouveau logiciel de Microsoft doit permettre aux maisons de disques de réaliser des CD multicouches écoutables sur une chaîne stéréo ou un PC. Les CD contiendraient dès lors une couche de lecture réservée à l'ordinateur, que l'éditeur du disque pourra modifier à son gré pour interdire par exemple la gravure, a expliqué David Fester, directeur général des médias numériques de Microsoft. La technologie Windows Media 9 dispose par ailleurs d'un système de gestion de droits numériques (DRM pour Digital Rights Management). Elle permet ainsi à un titre de n'être lu ou copié sur un support qu'un certain nombre de fois, après l'acquisition des droits de licence par l'utilisateur.

Reuters : http://fr.news.yahoo.com/030119/85/2yfeu.html

Microsoft : http://www.microsoft.com/MSPress/books/toc/6234.asp

Le gouvernement modifie la taxe sur les cassettes vidéo et les DVD
Vendredi, 24/01/2003 - 00:00

Le gouvernement va modifier la base d'imposition de la taxe sur les cassettes vidéo et les DVD, qui sera désormais perçue sur le prix de vente final au consommateur, a annoncé lundi Jean-Pierre Raffarin à l'occasion d'une réception des professionnels du cinéma français à Matignon. Cette taxe, qui alimente le fonds de soutien au cinéma français, est actuellement calculée sur le prix de vente des éditeurs aux distributeurs. Cette transformation de méthode de perception "aura pour effet d'augmenter, sans changement de taux, le rendement de cette taxe de 30 à 40 millions d'euros", selon un communiqué de Matignon. Jean-Pierre Raffarin a évoqué de son côté la somme de "40 à 50 millions d'euros". Cette réforme "est destinée à prendre en compte le développement rapide du marché de la vidéo et à permettre une meilleure participation de ce secteur au financement du cinéma français, tout en permettant de financer des mesures spécifiques en faveur du secteur de la vidéo", selon Matignon.

AP : http://fr.news.yahoo.com/030120/5/2yl62.html

^ Haut
Matière
Matière et Energie
Pénurie d'énergie pour les produits électroniques portables
Vendredi, 24/01/2003 - 00:00

a source d'énergie représente le problème numéro un des produits électroniques portables. Aussi un petit groupe d'entreprises a-t-il décidé de lancer des recherches dans ce domaine. En effet, si la technologie qu'utilisent les piles n'a pas connu d'avancée majeure depuis une décennie, leur capacité a augmenté au rythme de 6 à 10% par an. Il reste que les piles classiques sont très sensibles aux températures élevées et aux surcharges. Quant à leur impact sur l'environnement, il n'est pas négligeable. Selon PolyFuel Inc., un fabricant de piles à combustible, environ deux milliards de piles rechargeables auraient été jetées durant l'année 2000. Cependant, les analystes du Gartner Group estiment que le marché de l'énergie rechargeable pourrait atteindre neuf milliards de dollars dès 2006, bien qu'on ne puisse s'attendre à une réelle percée des piles à combustibles que d'ici cinq à dix ans. Entre-temps, Hewlett-Packard a décidé de se concentrer sur la réduction de la consommation et le développement de piles à combustibles. De son côté, IBM cherche à développer des microprocesseurs et des logiciels plus économiques. Pour sa part, Intel compte sur ses puces Centrino qui permettent un accroissement de l'énergie contenue dans les piles. MobileWise de Palo Alto (Californie) commercialise déjà son bloc mobile permettant de recharger les piles grâce à la technologie sans fil. Intemec Technologies et MTI MicroFuel Cells ont conçu des piles à combustible utilisant le méthanol. Enfin, Valence Technology d'Austin (Texas) optimise les piles classiques.

WSJ 16/01/03 : http://online.wsj.com/

^ Haut
Espace
Espace et Cosmologie
La NASA peaufine les deux petits robots attendus sur Mars en 2004
Vendredi, 24/01/2003 - 00:00

Plus de cinq ans après Sojourner, la NASA met la dernière touche à son projet d'envoi sur Mars de deux nouveaux petits robots qui auront pour tâche de récolter des données géologiques sur la planète rouge. Les ingénieurs du Laboratoire de propulsion à réaction (JPL) de Pasadena en Californie sont ainsi en train de tester ces deux robots identiques qui devraient être lancés respectivement en mai et juin prochains dans le cadre d'une mission évaluée à 800 millions de dollars. Lors de la mission Pathfinder en 1997, le robot Sojourner pesant dix kilos avait parcouru péniblement 90 mètres. Cette fois, les deux robots pesant chacun 181 kilos devraient parcourir une distance bien plus longue, sans doute près de 600 mètres, mais toujours à la vitesse d'une tortue. Pour l'heure, les robots ne sont appelés que A et B, mais un concours a été lancé par des étudiants pour leur trouver un nom original. La date-butoir a été fixée au 31 janvier. "Ce qu'on veut faire, c'est mettre deux géologues de terrain sur la surface de Mars", a expliqué mercredi le directeur scientifique de la mission, John Callas. "Que fait un géologue de terrain? Il utilise ses sens, ses bras et ses jambes. Nous avons conçu un véhicule robotisé qui reproduit ces facultés". Les robots, semblables à des buggies dotés de panneaux solaires et d'une antenne haute d'un mètre et demi, examineront roches et sols pour tenter de savoir une nouvelle fois si l'eau a bien coulé autrefois à la surface de Mars. Au terme d'un voyage de sept mois, ces deux sondes plongeront dans l'atmosphère martienne, avant de rebondir sur le sol grâce à des ballons gonflables. Théoriquement, leur durée de vie sera de 90 jours. Pendant ce laps de temps, ils examineront six rochers et passeront au scanner le paysage martien, envoyant sur terre des images, ainsi que des données minéralogiques et chimiques.

NASA : http://www.nasa.gov/releases/2003/index.html

^ Haut
Terre
Sciences de la Terre, Environnement et Climat
Des chercheurs suisses améliorent la prévision des avalanches
Vendredi, 24/01/2003 - 00:00

Des chercheurs suisses ont réalisé une percée dans la prévision des avalanches. Ils ont réussi à modéliser sur ordinateur le transport de la neige par le vent sur les pentes raides qui forme les fameuses "plaques à vent", si instables et si redoutées des skieurs de randonnée. Un nouvel indice a été créé en vue d'évaluer le risque d'avalanches en montagne. L'équipe dirigée par Michael Lehning, de l'Institut fédéral pour l'étude de la neige et des avalanches (ENA) à Davos, a modélisé ce que les scientifiques appellent la saltation, c'est-à-dire la "danse des flocons" qui se baladent et tourbillonnent sur le sol, a annoncé mardi le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS). Ce sont ces flocons transportés par les airs qui se déposent sur les pentes abritées et forment des plaques à vent qui n'adhèrent souvent que faiblement à la couche sous-jacente et peuvent décrocher. Ce phénomène contribue également à la formation des "sastrouguis", ces crêtes de neige, plus ou moins hautes, disposées en série comme des vagues. Elles représentent un danger permanent lors des randonnées d'hiver dans les Alpes. "La saltation a été étudiée en détail pour les grains de sables et la formation des dunes, mais le processus se déroule différemment avec les particules de neige", a constaté Michael Lehning. Le modèle mathématique développé par son équipe permet de simuler ce processus de façon plus proche de la réalité. Etant moins élastiques que les grains de sables, les flocons de neige adhèrent davantage les uns aux autres et leur impact éjecte plus rarement d'autres particules de la surface enneigée. Le modèle développé à Davos permet de calculer un indice qui indique, pour des conditions données de météo, de couverture de neige existante et de topographie, combien de centimètres de neige fraîche se déposent sous l'effet du vent sur une pente abritée, en plus des couches provenant des chutes de neige habituelles. "Cet indice constitue donc un instrument supplémentaire pour évaluer le risque d'avalanches en terrain montagneux", a souligné le FNS. Le calcul de l'indice comprend deux étapes principales. On examine d'abord si la vitesse du vent mesurée sur le terrain est assez forte pour éroder la surface de neige. S'il y a érosion, on détermine à quelle vitesse la couche superficielle de neige est érodée et déplacée par le vent. Deux modes de transport sont pris en compte: la saltation, qui se déroule près du sol, et le déplacement en suspension dans l'air à plus grande distance de la surface. Comme la neige enlevée à un endroit se dépose ailleurs, par exemple sur une pente abritée, le modèle convertit ce transport en une quantité de neige déposée à un endroit donné. L'indice donne la moyenne sur six ou 24 heures de la quantité de neige s'accumulant de cette manière.

AP : http://fr.news.yahoo.com/030121/5/2yo6f.html

^ Haut
Vivant
Santé, Médecine et Sciences du Vivant
Du sport pour fondre votre graisse abdominale
Vendredi, 24/01/2003 - 00:00

Une nouvelle étude américaine montre que la pratique même modérée d'une activité physique contribue vraiment à réduire votre risque de cancer, de maladie cardiaque et autres affections chroniques. Pendant un an, le Dr Anne McTiernan et ses collègues, du Fred Hutchinson Cancer Research Center à Seattle, ont suivi 170 femmes d'âge mûr. Toutes étaient sédentaires, et aucune ne suivait de traitement hormonal substitutif pour la ménopause. La moitié d'entre elles s'est vu assigner une activité physique modérée, voire intensive. L'autre moitié a constitué un groupe contrôle et pour l'auteur, les résultats ont été particulièrement probants. « Même si une femme fait régulièrement de l'exercice sans pour autant observer de perte de poids, elle en retire tout même de nombreux bénéfices. Notamment pour ce qui concerne son pourcentage de masse grasse abdominale, qui dans ces conditions diminue considérablement. Elle réduit ainsi son risque de cancer, de maladie cardiaque ou d'affection chronique dans des proportions considérables ». Les auteurs de cette étude en concluent que l'activité physique, même si elle ne fait pas maigrir, modifie la répartition graisse-muscle ce qui entraîne un effet très bénéfique en matière de prévention contre le cancer et les maladies cardio-vasculaires.

JAMA : http://jama.ama-assn.org/issues/v289n3/abs/joc21225.html

Alzheimer : 769 000 cas en France
Vendredi, 24/01/2003 - 00:00

Inconnue il y a un siècle, taboue jusqu'au milieu des années 90, la maladie d'Alzheimer ne cesse désormais de gagner du terrain. Si l'on se fie aux estimations rendues publiques hier par le secrétaire d'État aux Personnes âgées, Hubert Falco, le nombre de personnes souffrant de démence ou de pathologies apparentées a augmenté d'environ 30% au cours des dix dernières années. La France recenserait, à ce jour, quelque 769 000 malades, essentiellement parmi les personnes âgées de plus de 85 ans. Et 140 000 nouveaux cas devraient se manifester chaque année, chaque famille comptera dans ses rangs, à l'horizon 2010, une personne atteinte de ce mal. Pour inquiétant qu'ils puissent paraître, ces chiffres tirés d'une enquête menée depuis dix ans dans la Dordogne et la Gironde ne surprennent qu'à moitié les spécialistes de la démence. «L'augmentation du nombre de cas traduit principalement l'allongement de la durée de vie des malades, une fois la pathologie dépistée, explique le professeur Jean-François Dartigues (Inserm, université de Bordeaux), qui a collecté les données. Celle-ci est en effet passée de trois ans et demi à quatre ans et demi en une décennie. En revanche, le nombre de nouveaux cas recensés chaque année n'a pas augmenté de façon significative.» L'évolution est observée avec d'autant plus d'attention par les pouvoirs publics que la France est tragiquement sous-équipée pour venir en aide aux familles. «Aujourd'hui, la maladie d'Alzheimer menace de devenir un calvaire collectif», avertit Hubert Falco, qui a annoncé hier la création, courant 2003, de 1 750 places d'accueil de jour et de 750 places d'hébergement temporaire. Pour renforcer le dispositif actuel, qui compte en tout et pour tout 3 150 places, les caisses d'assurance-maladie ont accepté de mettre la main à la poche. Et le secrétaire d'État espère passer, en 2004, à 3 000 nouvelles places par an. Prochainement, il devrait d'ailleurs faire publier un décret permettant de créer des structures dissociées des centres hospitaliers, plus proches des malades et de leur famille.

Figaro : http://www.lefigaro.fr/sciences/20030116.FIG0170.html

La diminution du taux de testostérone chez l'homme âgé favoriserait les maladies cardiaques
Vendredi, 24/01/2003 - 00:00

La chute de taux de testostérone qui vient avec l'âge chez les hommes pourrait expliquer pourquoi le sexe fort en vieillissant souffre plus de maladies du coeur, soutiennent des médecins dans le numéro de janvier du mensuel spécialisé britannique Heart. " Le vieillissement masculin s'accompagne d'une chute de la testostérone (hormone mâle) et les hommes ont un risque de maladies cardiaques trois fois supérieur à celui des femmes, une constante qui ne s'explique pas par des différences de profils de risques", selon les auteurs. "L'influence des hormones sexuelles sur le risque de maladies cardiaques a été largement ignoré chez les hommes", écrivent-ils. Mais des travaux récents ont pointé les niveaux bas de testostérone circulant dans le sang chez les hommes souffrant de maladies cardiaques, comparés à ceux dont les artères fonctionnent normalement et ne sont pas encrassées par des dépôts graisseux. En fait, parmi ceux qui souffrent de maladies cardio-vasculaires, on retrouve deux fois plus d'hommes avec de faibles niveaux de testostérone que dans la population générale masculine, selon ces praticiens. Les faibles niveaux de testostérone sont en effet liés à un profil de risques défavorables, avec un excès de mauvais cholestérol (LDL-cholestérol) assorti de trop peu de bon cholestérol (HDL-cholestérol), un sang "plus épais", une tension artérielle plus élevée, et de plus importantes concentrations d'insuline circulant dans le sang. La testostérone contribue également à la dilatation des artères destinée à adapter le flux sanguin aux besoins de l'organisme, et, plus il y a d'hormone, plus les artères se dilatent efficacement. Les auteurs suggèrent donc de "passer aux essais cliniques" pour vérifier si les bénéfices du traitement de substitution hormonale à la testostérone l'emportent sur les risque potentiels souvent évoqués comme le risque d'augmentation de cancer de la prostate.

Heart : http://heart.bmjjournals.com/

A la recherche d'un médicament contre le cancer au fond de l'océan
Vendredi, 24/01/2003 - 00:00

Le remède au cancer se cache-t-il dans les profondeurs océaniques? C'est en tout cas ce qu'espèrent une équipe de scientifiques américains qui plongent chaque année dans l'Atlantique et la mer des Caraïbes pour trouver de rares éponges. Les chercheurs de l'Institut océanographique de Harbor Branch (HBOI) récoltent des centaines de nouveaux spécimens d'éponge tous les ans. Ils espèrent qu'au moins l'un d'entre eux sera efficace contre les cellules cancéreuses qu'ils cultivent en laboratoire. Mais ils ont aussi appris à être patients. En 18 ans, seulement une éponge trouvée par la HBOI est apparue suffisamment prometteuse pour susciter l'intérêt d'un laboratoire pharmaceutique: un composé appelé Discodermalide a été découvert dans l'animal et a stoppé la reproduction de cellules cancéreuses lors de tests préliminaires. En 1990, la firme l'a breveté. La HBOI concentre ses recherches sur les éponges marines, car elles sont immobiles et développent des substances chimiques pour repousser les prédateurs, souligne Amy Wright, une responsable de l'institut. Une demi-douzaine de centres américains cherchent des remèdes contre le cancer dans le milieu marin, dont la HBOI qui est de son côté spécialisée dans les plongées profondes. L'institut possède trois submersibles, qui sont mis à l'eau à partir de ses navires de recherche, pour mener des investigations jusqu'à 900 mètres de fond. Les équipes de chercheurs restent habituellement en mer pendant deux à trois semaines en menant chaque jour des explorations sous-marines. Elles recherchent tout ce qui sort de l'ordinaire. Les scientifiques ont ainsi découvert l'éponge qui a produit le Discodermalide à seulement 150 mètres de profondeur lors d'une plongée dans les Caraïbes. Les échantillons collectés par les submersibles sont stockés dans un grand congélateur sur le navire de recherche. Une fois de retour à Harbor Branch, les chercheurs utilisent les spécimens pour produire des extraits, qui sont testés sur des cellules cancéreuses dans des éprouvettes. Si le taux de réussite est d'au moins 50% de cellules tuées, l'échantillon est soumis à des expérimentations supplémentaires qui, dans la grande majorité des cas, ne donnent pas de résultats satisfaisants. Le géant suisse pharmaceutique Novartis Pharma travaille à la mise au point d'un médicament à partir du Discodermalide. Des tests montrent qu'à de faibles concentrations, le composé est au moins aussi efficace que le Taxol, un des médicaments anti-cancer les plus répandus, souligne Mme Wright. L'Institut américain du cancer (NCI) estime qu'environ 65% de tous les médicaments contre le cancer viennent du milieu marin et des végétaux, notamment de l'écorce, des racines, des feuilles et des fruits. Le Taxol a ainsi pour origine l'écorce d'ifs du Pacifique. Mais il faut souvent des milliers de tests pour trouver une piste prometteuse. Gordon Cragg, un responable du NCI, estime qu'entre 1960 et 1982, son institut a collecté 35.000 échantillons de végétaux et produit 114.000 extraits pour des tests contre le cancer. Seulement deux extraits ont produit des pistes "intéressantes".

AP : http://fr.news.yahoo.com/030116/5/2y0hk.html

Mise au point d'un diagnostic rapide de la peste
Vendredi, 24/01/2003 - 00:00

Les Instituts Pasteur de Madagascar et de Paris viennent de mettre au point un test de diagnostic rapide de la peste, qui permet désormais de dépister cette maladie au chevet des patients en une quinzaine de minutes, au lieu d'une à deux semaines. Ce travail, qui est publié dans le journal scientifique" The Lancet" à paraître samedi, représente "un progrès considérable pour la lutte contre cette maladie ré-émergente, très souvent mortelle en l'absence d'un traitement précoce, et pour sa surveillance", affirme l'Institut dans un communiqué. Une petite unité de production de ce test est déjà en place à Madagascar (Institut Pasteur de Madagascar et Laboratoire central de la peste du ministère de la Santé malgache). Sur le même principe, les chercheurs de l'Institut Pasteur ont mis au point des bandelettes pour le diagnostic rapide du choléra, en cours d'évaluation sur le terrain. "Très facile d'utilisation pour le personnel médical", le test consiste en "la simple mise en contact d'un prélèvement avec une bandelette capable de détecter la présence d'un antigène spécifique du bacille de la peste, l'antigène Fl". Cette méthode permet de "poser un diagnostic fiable en une quinzaine de minutes, au lieu d'une à deux semaines avec les méthodes bactériologiques". Très rapidement, le traitement antibiotique et les mesures de prévention pour l'entourage peuvent être mis en place, la rapidité d'action étant la seule garantie de la réussite du traitement. En l'absence d'un traitement précoce, la peste peut tuer le malade en quelques jours. Ces bandelettes de diagnostic rapide permettent aussi bien de détecter la peste bubonique que la peste pulmonaire, forme moins fréquente mais plus grave, qui conduit rapidement au décès si le traitement n'est pas entrepris dans les 24 heures suivant les premiers symptômes. Cette forme gravissime, directement transmissible d'homme à homme, serait la forme observée en cas d'utilisation bioterroriste de Yersinia pestis. Ce test de diagnostic a aussi l'avantage d'être utilisable dans les régions les plus reculées et dépourvues d'électricité: le transport et le stockage des bandelettes ne nécessitent pas de chaîne du froid et la réalisation du test ne demande aucun équipement spécifique. La peste, infection bactérienne due à Yersinia pestis, est essentiellement une zoonose des rongeurs, transmissible de rongeurs à rongeurs et de rongeurs à l'homme par piqûre de puces. A partir des premiers cas de peste humaine acquis au contact des rongeurs, la contamination inter-humaine est directe par voie aérogène ou via une piqûre de puces d'homme. Souvent cantonnée dans quelques régions isolées du monde, la peste est actuellement en ré-émergence, le nombre de cas étant en recrudescence dans plusieurs régions du monde. A Madagascar par exemple, 1.000 à 1.500 cas suspects ont été déclarés annuellement pendant la dernière décennie contre environ 200 à 300 cas au cours des années 80, selon l'Institut Pasteur. Une vingtaine d'autres pays sont touchés, essentiellement en Afrique, mais aussi en Asie, et les pays industrialisés, comme les Etats-Unis (14 cas en 1994 et quatre cas en 1997), ne sont pas épargnés.

AP : http://fr.news.yahoo.com/030117/5/2y1gp.html

Un avancée majeure dans la connaissance du mécanisme d'implantation de l'embryon
Vendredi, 24/01/2003 - 00:00

Une étude dirigée par des embryologistes de l'Université de Californie à San Francisco et publiée dans Science présente pour la première fois le mécanisme permettant à l'embryon de s'attacher à la paroi utérine, grâce à la présence de molécules de carbohydrates à la surface de la paroi, et de la protéine L sélectine à la surface de l'embryon. Les molécules de sucre ne sont sécrétées que pendant une période très courte au cours du cycle menstruel. Par conséquent, l'arrivée de l'embryon doit correspondre à cette "fenêtre", ce qui explique pourquoi 75% des interruptions naturelles de grossesse sont dues à un échec d'implantation de l'embryon sur la paroi utérine. Six jours environ après la fertilisation, des molécules à la surface de l'embryon, au stade du blastocyste, interagissent avec des molécules situées sur les parois de l'utérus de la mère pour créer un environnement gluant. "C'est comme une balle de tennis roulant à travers une surface couverte de sirop", a expliqué le Dr Susan Fisher, professeur à l'UCSF, "le voyage de l'embryon le long des parois de l'utérus est arrêté par ces interactions gluantes". Le chercheur et son équipe ont découvert qu'au m protéine appelée L-selectine, tandis que l'utérus s'enrichit en glucoment de l'implantation, les cellules à la surface du blastocyste expriment uneides, permettant à l'embryon de freiner sa course. Une fois arrêté, l'embryon peut s'attacher aux parois de l'utérus pour être alimenté par le sang de la mère, via le placenta. Cette découverte devrait entraîner des retombées immédiates dans le domaine de la procréation assistée mais aussi sur les travaux visant à revêtir l'embryon de molécules de sucre afin qu'il parvienne à adhérer à la paroi utérine. En bénéficiera également la recherche de moyens de contraception, grâce à l'utilisation d'agents bloquant l'adhésion, et les techniques de prévention de la pré-éclampsie, cause principale de mortalité chez les femmes enceintes dans les pays industrialisés. En effet, la pré-éclampsie, qui peut provoquer une hypertension, une défaillance rénale mortelle et des crises quasi-épileptiques, s'explique par la difficulté rencontrée par le placenta pour se fixer assez

profondément à l'utérus.

Brève rédigée par @RT Flash Science du 17-01-2003 :

http://www.sciencemag.org/cgi/content/abstract/299/5605/405?etoc

WP 17/01/03 :

http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/articles/A4768-2003Jan17.html

Le monoxyde carbone à faible dose serait bénéfique pour les artères
Vendredi, 24/01/2003 - 00:00

Des expériences américaines menées sur des souris et des rats ont mis en évidence l'effet bénéfique sur les artères du monoxyde de carbone (CO) inhalé en faible quantité. Un résultat surprenant pour ce gaz potentiellement mortel. Le compte-rendu de cette expérience encore inapplicable à l'homme est publié sur le site Web du journal scientifique "Nature Medicine". Elle a été menée par des chercheurs de l'université de Pittsburgh et de l'Ecole de médecine de Harvard.

Une artère bouchée par un caillot sanguin peut être débouchée par l'introduction d'un petit ballonnet. Mais cette technique, l'angioplastie, aujourd'hui de routine, a pour inconvénient majeur d'abîmer les cellules qui tapissent le vaisseau dont la paroi a tendance à s'épaissir. Le même problème se pose lors d'une greffe d'artère. Un traitement peut s'avérer nécessaire. Or, les chercheurs soulignent que l'exposition de souris ou de rats à de faibles quantités de CO, ce gaz toxique émis notamment par des appareils de chauffage défectueux, préviendrait cette croissance excessive de la paroi des vaisseaux. Les souris et les rats qui avaient eu une angioplastie étaient exposés au gaz pendant une heure avant l'intervention ; ceux qui devaient être transplantés l'étaient pendant plusieurs semaines après l'intervention. Le niveau d'exposition était le 1/25e du niveau jugé toxique, selon les chercheurs. Les animaux n'ont présenté aucun signe et l'expérience est maintenant menée sur des cochons, ont-ils précisé. Il y a deux ans, David Pinsky de l'Université de Columbia, avait déjà observé que le monoxyde de carbone pouvait être bénéfique aux animaux qui avaient souffert de troubles pulmonaires graves, en empêchant la formation de caillots de sang. Il a salué cette nouvelle étude, à laquelle il n'a pas participé. "C'est très excitant de savoir que le CO utilisé à faible dose peut être bénéfique. Mais il nous faudra encore beaucoup de temps avant d'être sûrs de la dose à délivrer sans risques", a déclaré le Dr Augustine Choi, membre de l'équipe de Pittsburgh. Chez les animaux n'ayant respiré que de l'air, l'épaississement de la paroi artérielle dû à l'angioplastie est apparu dans les 20 à 30 jours qui ont suivi le traitement et il était très significatif au bout de 50 à 60 jours. Cet épaississement était réduit de 70 % chez les animaux exposés au CO. Chez les animaux transplantés, il était réduit de 60 %. L'idée de cette recherche est née de la connaissance qu'avaient les chercheurs de l'existence d'une enzyme, l'hème oxydase, capable de produire du CO. Lorsqu'une lésion de la paroi artérielle apparaît, la quantité de cette enzyme augmente, tout comme la quantité de CO produit. "Nous avons pensé que cette réaction avait peut-être pour effet d'agir sur l'inflammation", déclaré Lee Otterbein, premier auteur de l'étude.

HON News : http://www.hon.ch/News/HSN/511348.html

Les cellules souches de la moelle osseuse peuvent produire de nouveaux neurones dans le cerveau
Vendredi, 24/01/2003 - 00:00

Les cellules souches adultes de la moelle osseuse migrent dans le cerveau où elles génèrent de nouveaux neurones et d'autres types de cellules, selon des chercheurs américains. Après avoir révélé ce mécanisme chez la souris il y a deux ans, l'équipe d'Eva Mezey vient de le mettre en évidence dans le cerveau humain. Ces travaux, publiés sur le site des PNAS, confirment que la fabrication des neurones se poursuit chez l'adulte, contrairement à ce que l'on pensait. Ils donnent aussi l'espoir de pouvoir un jour réparer des parties abîmées du cerveau. La neurologue américaine Eva Mezey a étudié le cerveau de quatre patientes décédées qui avaient reçu une greffe de moelle osseuse issue d'un donneur masculin. Les quatre femmes, deux adultes et deux enfants, souffraient de leucémie ou de déficits immunitaires sévères. L'analyse post-mortem a révélé la présence de cellules porteuses du chromosome Y dans les quatre cerveaux. Il s'agissait de cellules neuronales et gliales, principalement situées dans le cortex cérébral et l'hippocampe. Ces observations suggèrent que des cellules souches de la moelle osseuse migrent vers les régions du cerveau qui en ont besoin, explique le Dr Mezey. Les chercheurs doivent encore déterminer la nature précise de ces cellules, puisque la moelle osseuse contient plusieurs types de cellules souches, hématopoïétiques et mésenchymateuses. Le potentiel de ces cellules souches adultes suscite beaucoup d'espoirs. Chez le rat ou la souris, des études ont montré qu'elles pouvaient se différencier en cellules du foie, de la peau, de poumon ou de muscles. Chez l'homme, une fois transplantées, ces cellules ont régénéré des cellules du muscle cardiaque, de la peau ou du foie.

BBC : http://news.bbc.co.uk/2/hi/health/2673343.stm

PNAS : http://www.pnas.org/

^ Haut
VOTRE INSCRIPTION
Vous recevez cette lettre car vous êtes inscrits à la newsletter RTFLash. Les articles que vous recevez correspondent aux centres d'intérêts spécifiés dans votre compte.
Désinscription Cliquez sur ce lien pour vous désinscrire.
Mon compte pour créer ou accéder à votre compte et modifier vos centres d'intérêts.
PLUS D'INFOS
Suivez-nous sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook
 http://www.rtflash.fr
back-to-top