RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

RTFLASH Recherche & Technologie
NUMERO 715
Lettre gratuite hebdomadaire d’informations scientifiques et technologiques
Créée par René Trégouët rapporteur de la Recherche et Président/fondateur du Groupe de Prospective du Sénat
Edition du 13 Septembre 2013
Recommander  |  Désinscription  |  Lire en ligne
Egalement dans ce numéro
Matière
Produire de l'hydrogène grâce à l'énergie solaire
Terre
Acidification des océans et réchauffement climatique : un lien sous-estimé !
Les engrais vont-ils être remplacés par l'azote atmosphérique ?
Vivant
Du tissu cérébral produit grâce aux cellules-souches
Une protéine-clé impliquée dans le déclin cognitif
Une protéine commune à l'origine des maladies d'Alzheimer et de Parkinson ?
Découverte d'une fonction inconnue du sodium dans le cerveau
Rupture d'anévrisme : la prévention passe par l'alimentation !
L'interleukine-11 : nouvelle cible contre le cancer
Un nouveau traitement contre la maladie de Crohn
Le bonheur influe positivement sur l'expression de nos gènes !
L'allaitement maternel développe certaines facultés cognitives chez l'enfant
Nuits de pleine lune et insomnies : un lien démontré
Un nouveau levier d'action sur le cytosquelette pourrait révolutionner la biologie
Un lien cérébral entre la dyslexie et certains troubles de l’attention visuelle
Edito
Préparons-nous, pour les 5 ans à venir, à une véritable révolution dans tous les objets que nous porterons sur nous !



Le marché mondial des ordinateurs poursuit son déclin inexorable avec une baisse des ventes de 14 % au cours du premier trimestre de cette année, du jamais vu depuis 20 ans !

Quant aux ventes de tablettes, elles ne cessent de progresser et devraient atteindre 191 millions d’unités cette année et 236 millions d’unités en 2014, dépassant alors pour la première fois les ventes d’ordinateurs portables (210 millions d'unités prévues).

À l’horizon 2017, les ventes de tablettes pourraient atteindre les 470 millions d’unités, alors que celles des ordinateurs (tous types confondus) devraient stagner autour de 270 millions d’appareils.

Mais c’est incontestablement la progression du marché mondial des smartphones qui est la plus impressionnante : de 225 millions d’appareils en 2013, les ventes devraient exploser pour atteindre 1,5 milliard d’unités  en 2017.

S'agissant du développement des réseaux à haut et très haut débit, une étude réalisée par la firme Ericsson prévoit que 85 % de la population mondiale sera couverte par la 3G et 50 % par la 4G à l’horizon 2017. Cette même étude souligne que, globalement, 3,6 milliards d’êtres humains auront accès au Web en 2017.

Une autre étude, publiée par l’Idate en juin dernier, prévoit, pour sa part, à l’horizon 2017, un milliard d’abonnés au niveau mondial au réseau 4G, contre moins de 100 millions actuellement.

Rappelons que ce réseau dédié au très haut débit mobile permettra de disposer, sous réserve de posséder un smartphone ou une tablette compatible, d’un débit  de plusieurs dizaines de mégabits par seconde, équivalent à celui proposé actuellement par une ligne fixe Internet à très haut débit.

En France, ce nouveau réseau 4G devrait également se développer très rapidement, si l’on en croit les prévisions d’investissement des différents opérateurs qui sont conscients des enjeux économiques que représente ce marché des données mobiles. Globalement, on estime que 40 % de la population française devraient être couverts par la 4G dès la fin de cette année et 70 % fin 2014.

On voit donc que, d’ici seulement cinq ans, deux basculements majeurs vont avoir lieu au niveau mondial : en premier lieu,  plus de la moitié de l'humanité va avoir accès à l’Internet à haut débit ; en second lieu, cet accès au Web ne se fera plus essentiellement par nos ordinateurs mais via nos smartphones qui seront deux fois plus nombreux, à cette échéance, que l’ensemble des ordinateurs et tablettes numériques de la planète !

Signe des temps, dans la plupart des pays développés et notamment aux États-Unis, les tablettes et téléphones portables sont devenus les premiers terminaux d’accès à l’information devant la télévision et dépasseront d’ici deux ou trois ans les ordinateurs comme moyen d’accès à l’Internet.

Aux États-Unis, bien qu’un Américain sur cinq n’ait toujours pas d’accès à l’Internet, la consommation d’informations et de contenus en ligne est désormais passée devant celle des programmes télévisés. En 2013, on estime qu’un Américain passe en moyenne plus de cinq heures par jour en ligne, tous terminaux confondus, contre seulement 4 heures et demi devant la télévision.

On observe le même phénomène en France, comme le souligne Ipsos dans l’une de ses dernières études qui montre que, dans notre Pays, les 13-19 ans passent 13 h 30 par semaine sur le Web contre 11 h 15 devant la télévision classique.

En fait, le public des 13-25 ans n’a jamais consommé autant d’images et de vidéos, qu’il s’agisse de clips musicaux, de séries ou de films. Mais à présent, ce jeune public a pris l’habitude de se concocter lui-même son programme « à la carte » et veut pouvoir regarder à tout moment ses vidéos préférées en utilisant l’Internet.

C’est ce qui explique le succès phénoménal de sites comme YouTube ou Dailymotion qui sont d’ailleurs maintenant disponibles sur un nombre croissant de téléviseurs que l’on peut connecter au Web via les nouvelles « box » proposées par les différents fournisseurs d’accès à l’Internet.

Cette nouvelle génération ne veut plus consommer la télévision de façon passive, séquentielle et ritualisée, comme le faisaient ses parents. Elle regarde des vidéos en permanence, en jonglant avec les différents appareils numériques qu’elle possède et toujours de manière « désynchronisée » et conviviale, c’est-à-dire en faisant autre chose en même temps et en partageant, via les réseaux sociaux, ses avis sur les programmes consommés.

Cette véritable « phagocitation » de la télévision par le Web est à l’origine d’une révolution culturelle dont nous n’avons pas encore pris la mesure et qui ne fait que commencer. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si YouTube est à présent juste derrière Google, le moteur de recherche le plus utilisé aux États-Unis.

Face à cette évolution fulgurante du paysage numérique mondial, il est frappant de constater à quel point les géants de l’informatique et de l’électronique, comme Intel, IBM, Microsoft, ont largement raté le virage technologique et culturel des terminaux numériques mobiles et notamment des smartphones et des tablettes.

Le marché ne s’y est pas trompé et l’action Microsoft, depuis la prise de fonction de Steve Ballmer, a perdu près de 45 % de sa valeur, passant de 52 à 35 dollars et il n’est pas certain que le récent rachat de Nokia par Microsoft puisse inverser cette tendance. Quant à la firme japonaise Sony, longtemps en pointe en matière d’innovation technologique, elle a enchaîné les erreurs stratégiques et a perdu plus de 60 % de sa valeur boursière depuis cinq ans.

L’économie numérique est à présent largement dominée par Apple, qui pèse environ 400 milliards de dollars en bourse, Google (295 milliards de dollars de capitalisation boursière) qui est passé devant Microsoft (263 milliards de dollars), Samsung (190 milliards de dollars) et Facebook (100 milliards de dollars).

Mais dans ce paysage numérique en pleine ébullition et alors que des ordinateurs, qu’ils soient domestiques ou portables, semblent voués, du moins sous la forme que nous leur connaissons, à un déclin inexorable, deux nouveaux types de terminaux numériques sont en train de faire irruption et pourraient bien créer la surprise au cours de ces prochains mois.

Il s’agit d’une part des « Phablettes », terminaux hybrides qui fusionnent un smartphone et une tablette et proposent des écrans de très haute résolution d’une taille allant de cinq à sept pouces (12 à 18 cm).

Dans ce nouveau créneau très porteur, Samsung, qui a misé sur une stratégie d'investissements massifs en recherche et développement, est en train de s’imposer avec des appareils d’une qualité tout à fait remarquable, comme le dernier « Galaxy » Note 3 ou le « Mega », de véritables "couteaux suisses" numériques dont la polyvalence, la puissance et la souplesse d’utilisation sont en train de séduire tous les publics, y compris les seniors.

Certes, ces terminaux ne disposent pas de clavier physique amovible, comme cela est le cas d’un nombre croissant de tablettes hybrides, mais ce handicap est en train d’être compensé par la combinaison de la reconnaissance vocale et scripturale qui rend leur utilisation particulièrement agréable et intuitive. Ces « Phablettes » que l’on peut, contrairement aux tablettes numériques, mettre dans sa poche et avoir partout avec soi peuvent, dans 90 % des cas, se substituer avantageusement à un ordinateur portable.

Mais un autre type d’appareil numérique devrait également connaître un succès fulgurant : la « montre intelligente », dont les premiers modèles viennent d’être présentés il y a quelques jours.

Même si pour l’instant ces montres communicantes doivent être utilisées en association et en synergie avec un Smartphone ou une tablette (comme c’est le cas pour la montre intelligente que vient de dévoiler Samsung), pour déployer toutes leurs potentialités, les géants de l’électronique et du numérique planchent déjà sur la deuxième génération qui sera beaucoup plus autonome et va généraliser pour le grand public l’accès à la télémédecine et à la santé mobile.

En effet, au-delà de la communication interpersonnelle, de l’information, des jeux et des loisirs en ligne (avec l’intégration complète de la télévision sur le Net), c’est bien dans ce champ stratégique d’application, porteur d’immenses potentialités économiques et répondant à des besoins sociaux non moins considérables, que vont s’engouffrer ces nouveaux terminaux portatifs.

Présentant l’avantage décisif de pouvoir être conservées en permanence en contact avec le corps, ces montres d’un nouveau genre - et les smartphones qui y seront associés - vont devenir en quelques années des auxiliaires médicaux aussi précieux qu’indispensables.

Ils pourront non seulement surveiller et transmettre en permanence les principaux paramètres biologiques (rythme cardiaque, tension artérielle, acidité de la peau, etc.) mais également nous rappeler de manière infaillible nos prescriptions médicamenteuses, nous prodiguer des conseils en matière de nutrition et de santé ou encore détecter les chutes et pertes de conscience et déclencher à bon escient les alertes appropriées aux situations et pathologies détectées.

Quant aux prochaines générations de smartphones et de tablettes, elles seront capables, si l’on en croit certaines études, comme celle récemment publiée par des chercheurs de l’Université de l’Illinois, de réaliser des diagnostics médicaux instantanés et à faible coût, en combinant leur puissance de traitement électronique et informatique, la sensibilité de leurs biocapteurs et leurs possibilités optiques (Voir News Bureau Illinois).

Selon les chercheurs de ce groupe d’étude, ce type de smartphone spécialement adapté sera ainsi capable, pour un coût matériel d’environ 150 €, de réaliser des analyses biologiques et chimiques aussi fines et précises que celles faites en laboratoire avec un spectromètre valant 40 000 € !

On imagine sans peine la révolution que va provoquer la généralisation rapide de ce type de mobiles et de terminaux, conçus pour être à la fois de véritables laboratoires portables et des assistants médicaux polyvalents !

Que ce soit dans nos pays développés, confrontés aux défis immenses de la prise en charge et du suivi médical d’une population de plus en plus âgée, ou dans les pays émergents qui doivent également relever de redoutables défis sanitaires et médicaux mais n’ont pas les moyens d’investir dans des infrastructures sanitaires et médicales coûteuses, cette arrivée rapide et massive de la médecine numérique mobile va profondément bouleverser nos économies et nos sociétés.

Mais gageons que ces montres intelligentes et smartphones de prochaine génération céderont à leur tour leur place, dans un avenir bien plus proche qu’on ne l’imagine, à des vêtements interactifs et connectés et à différents types d’implants corporels qui permettront à chaque être humain de devenir, en tant que système physique, cognitif et sensible, une entité complètement intégrée et interconnectée à l’Internet mondial.

Cet avenir peut légitimement nous interroger et même nous effrayer mais nous pouvons également considérer que cette évolution peut avoir d’immenses effets bénéfiques pour l’humanité et le bien-être de chacun, à condition évidemment de ne pas la subir et d’en être les acteurs responsables, éclairés et vigilants.

Mais pour être acceptée, tant sur le plan humain que social et culturel, cette prochaine révolution de l’Internet transparent, ubiquitaire et intracorporel devra se faire au profit de tous et non au service de quelques-uns et devra s’inscrire dans le cadre incontournable du débat démocratique et éthique, plus que jamais nécessaire pour définir les règles et fixer les limites de cette évolution vers la société numérique.

René TRÉGOUËT

Sénateur Honoraire

Fondateur du Groupe de Prospective du Sénat


Matière
Matière et Energie
Produire de l'hydrogène grâce à l'énergie solaire
Mercredi, 11/09/2013 - 14:08

Une équipe de recherche associant des chercheurs allemands et hollandais de l'université de Delft (Pays-Bas) et du Helmholtz-Zentrum de Berlin (Allemagne) ont mis au point une cellule solaire capable de produire de l’hydrogène et de l’oxygène par électrolyse de l’eau, ce qui ouvre une nouvelle voie vers la production industrielle et à grande échelle d'hydrogène et l'utilisation massive de l'énergie solaire.

Pour parvenir à ce résultat, ces chercheurs ont couplé une cellule solaire et une photoanode en oxyde métallique, ce qui leur a permis d'obtenir un rendement de conversion de l’énergie solaire en hydrogène d'environ 5 %. L'avantage de cette nouvelle technologie est qu'elle est beaucoup moins onéreuse que des cellules conventionnelles en silicium amorphe.

Concrètement, l'énergie solaire vient exciter une couche d’oxyde métallique, du vanadate de bismuth (BiVO4), un élément abondant et peu coûteux qui capte une partie de la lumière et fait office de photoanode. Cette couche d'oxyde est connectée à la cellule solaire grâce à un pont conducteur en graphite.

Ce dispositif permet à la fois la production d'oxygène au niveau de la photoanode, et la production d'hydrogène, via un élément en platine immergé dans l'eau et servant de cathode.

Selon ces travaux, environ 80 % des photons reçus sont utilisés pour produire le courant de ce nouveau type de cellule, ce qui constitue la meilleure performance à ce jour pour un oxyde métallique. Cette technique permettrait donc de convertir l'énergie solaire en hydrogène de manière simple et peu coûteuse, ouvrant la voie à de nombreuses applications énergétiques et industrielles.

L'étude précise qu'en prenant en compte le rendement actuel de 5 % dans la conversion de la lumière solaire en hydrogène, et le niveau d'ensoleillement moyen d'Allemagne (environ 600 W par m2), une trentaine de mètres carrés de ces cellules solaires pourrait en théorie stocker 1 kWh d'électricité sous forme d'hydrogène.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Nature

^ Haut
Terre
Sciences de la Terre, Environnement et Climat
Acidification des océans et réchauffement climatique : un lien sous-estimé !
Mardi, 10/09/2013 - 19:42

Selon une étude allemande réalisée par des chercheurs de l'institut Max Planck de Hambourg et dirigée par Katharina Six, l'augmentation des émissions anthropiques de CO2 provoquerait une acidification accélérée qui aurait notamment pour effet de diminuer les émissions de certains gaz d’origine marine et d'aggraver le réchauffement climatique planétaire.

On estime que les émissions humaines de CO2 ont dépassé les 32 gigatonnes en 2012, soit une augmentation de 18 % par rapport à 2005 et de 40 % par rapport à 1990 !

L'un des nombreux effets de ces émissions massives de CO2 est l'acidification croissante des océans qui absorbent plus du quart de ce gaz carbonique. Or aujourd'hui, d'après plusieurs études, l'acidité moyenne des océans est la plus élevée enregistrée depuis 800 000 ans.

Cette acidification croissante des océans a également une autre conséquence qui était jusqu'alors inconnue : elle provoque une diminution de la concentration en sulfure de diméthyle (DMS), un gaz produit par le phytoplancton qui agit dans l'atmosphère un peu à la manière des aérosols, en réfléchissant la lumière du soleil, ce qui réduit la température moyenne sur terre.

Selon cette étude, l'acidification des océans va entraîner une diminution de 18 % des émissions de ce gaz d'ici la fin du siècle, ce qui pourrait se traduire par un réchauffement supplémentaire de 0,2 à 0,5°C.

Cette étude souligne qu'il est très important de prendre en compte ce nouveau mécanisme pour l'intégrer dans les modèles de simulation et de prévision du climat.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Nature

Les engrais vont-ils être remplacés par l'azote atmosphérique ?
Vendredi, 06/09/2013 - 15:39

Des chercheurs britanniques de l’Université de Nottingham ont mis au point une nouvelle technique de fertilisation des plantes qui serait à la fois efficace, peu coûteuse et écologique.

Selon ces scientifiques, cette méthode serait susceptible d'être appliquée à la quasi-totalité des plantes agronomiques, ce qui réduirait considérablement l'utilisation d'engrais chimiques.

On sait que l'azote constitue un nutriment essentiel pour la croissance des plantes, mais le problème est que celles-ci sont le plus souvent incapables de fixer cet azote sous forme gazeuse et doivent l'assimiler sous forme de nitrates, présents dans le sol grâce aux bactéries.

Au cours de l'évolution, certaines espèces de plantes sont néanmoins parvenues à utiliser les propriétés de certaines bactéries capables de fixer l'azote. Mais de nombreuses autres espèces et notamment les céréales doivent impérativement absorber les nitrates présents dans le sol.

Pour contourner cet obstacle, les chercheurs britanniques ont mis au point une technique qui permet aux plantes d’assimiler directement l’azote atmosphérique, qui représente 78 % de l'atmosphère.

Pour parvenir à ce résultat, les scientifiques ont utilisé les propriétés d'une bactérie présente dans la canne à sucre et capable de fixer directement l’azote atmosphérique.

Les chercheurs ont injecté cette bactérie dans les graines de certains végétaux. Ils ont alors constaté que ceux-ci développaient en effet la capacité de fixer directement l'azote de l'air.

Sous réserve que cette technique encore expérimentale soit véritablement applicable à toutes les cultures agricoles, elle pourrait tout simplement révolutionner l'agriculture et l'agronomie car elle permettrait de réduire dans des proportions considérables l'emploi d'engrais azotés et de diminuer dans les mêmes proportions la pollution des sols, des cours d'eau et des nappes phréatiques par les nitrates, une pollution dont l'impact sur la santé humaine et l'environnement est considérable au niveau mondial.  

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

The University of Nottingham

^ Haut
Vivant
Santé, Médecine et Sciences du Vivant
Du tissu cérébral produit grâce aux cellules-souches
Jeudi, 12/09/2013 - 08:43

Des chercheurs autrichiens de l'Institut de biotechnologie moléculaire de Vienne, dirigés par Juergen Knoblich, ont réussi à créer du tissu cérébral humain à partir de cellules-souches.

Les chercheurs ont réussi à produire des "organoïdes cérébraux", autrement dit des amas de tissu cérébral en trois dimensions, semblable au tissu cérébral embryonnaire.

Cette percée scientifique pourrait permettre de tester des molécules directement sur un modèle biologique proche du cerveau humain, ce qui permettrait d'accélérer la recherche de solutions thérapeutiques.

Pour parvenir à ce beau résultat, les scientifiques ont travaillé sur des cellules-souches pluripotentes, capable de produire l'ensemble des différentes catégories de cellules du corps humain. Ces amas cellulaires, qui présentent la taille d'un petit pois, ont survécu plusieurs mois in vitro.

La production de ces organoïdes a permis aux chercheurs de reconstituer les premières étapes de la formation du cortex cérébral humain et devrait améliorer la compréhension du développement du cerveau.

Ces recherches ont également permis de découvrir des anomalies dans la différenciation des neurones qui pourraient expliquer la microcéphalie, une pathologie caractérisée par une taille anormalement réduite du cerveau.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash 

Scientific American

Health

Une protéine-clé impliquée dans le déclin cognitif
Jeudi, 12/09/2013 - 08:23

Décidément, l'élucidation des mécanismes biologiques et moléculaires impliqués dans le vieillissement cérébral et le déclenchement de certaines pathologies du cerveau s'accélère.

Après la récente découverte, par une équipe de l'université de Stanford, du rôle majeur de la protéine C1q dans le déclenchement de certaines maladies neurodégénératives, une autre équipe américaine de l'université Columbia de New York, dirigée par Éric Kandel, co-lauréat du prix Nobel de médecine en 2000, vient de montrer que l'absence d'une protéine baptisée RbAp48 dans l'hippocampe, accélère sensiblement les pertes de mémoire et de déclin cognitif liés au vieillissement.

"Ces résultats ouvrent un nouveau champ de recherche pour traiter les troubles  de la mémoire", souligne le Docteur Kandel. Ces travaux suggèrent en effet que la perte de la mémoire n'est pas exclusivement un symptôme avant-coureur de la maladie d'Alzheimer mais constitue également un phénomène distinct, localisé dans l'hippocampe.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Columbia

Une protéine commune à l'origine des maladies d'Alzheimer et de Parkinson ?
Jeudi, 12/09/2013 - 08:17

À partir de l'analyse des tissus cérébraux de souris et de personnes décédées, des chercheurs de l’université américaine de Stanford, dirigés par Alexander Stephan, ont découvert qu’un excès de concentration de la protéine C1q au niveau des synapses entraînait la destruction des cellules immunitaires du cerveau, accélérant ainsi son vieillissement.

Cette découverte pourrait modifier l'approche scientifique des maladies neurodégénératives et des voies thérapeutiques qui y sont associées.

Selon ces chercheurs, le développement de molécules ciblant et bloquant la protéine C1q pourrait permettre des avancées thérapeutiques majeures dans de nombreuses maladies neurodégénératives, telles que la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson ou encore la maladie d'Alzheimer.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

The Journal of Neuroscience

Découverte d'une fonction inconnue du sodium dans le cerveau
Mercredi, 11/09/2013 - 14:22

Des chercheurs de l'Université McGill au Québec, dirigés par Derek Bowie, ont découvert que le sodium, principal composant du sel de table, jouait le rôle de commutateur principal dans le contrôle d'un type de récepteur de neurotransmetteur du cerveau appelé "récepteur kaïnate" qui est impliqué dans de nombreuses pathologies neurocérébrales, comme l'épilepsie ou les douleurs neuropathiques.

La bonne régulation de l'activité de ce récepteur kaïnate est essentielle dans la préservation des fonctions cérébrales. Les scientifiques ont en effet découvert que l'hyperactivité de ce type de récepteur était par exemple fortement liée au déclenchement des crises d'épilepsie.

Mais, depuis plus de 30 ans, les chercheurs pensaient que le commutateur de tous les récepteurs cérébraux se situait sur la région de fixation du neurotransmetteur. Or, ces recherches viennent de montrer qu'il existait en fait un site distinct qui contrôle de manière spécifique l'activité des récepteurs kaïnates.

La découverte de ce nouveau mécanisme devrait avoir des retombées thérapeutiques importantes car la plupart des molécules actuellement utilisées pour traiter des pathologies cérébrales agissent simultanément sur de nombreux sites, ce qui provoque parfois des effets indésirables.

Comme le souligne Derek Bowie, "grâce à ces recherches, nous savons à présent comment stimuler les récepteurs kaïnates et cela devrait nous permettre de concevoir des médicaments très ciblés pour les désactiver".

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Nature

Rupture d'anévrisme : la prévention passe par l'alimentation !
Mercredi, 11/09/2013 - 14:15

La vaste étude suédoise réalisée par une équipe de l'Institut Karolinska de Stockholm et de l'Université d'Uppsala dirigée par Otto Stackelberg, a analysé pendant treize ans, sur plus de 80.000 personnes âgées de 46 à 84 ans, l'effet de la consommation de fruits et légumes sur la survenue des anévrismes de l'aorte abdominale, une pathologie mortelle dans les deux tiers des cas et dont le risque augmente avec l'âge.

Cette étude a pu montrer que les plus gros consommateurs de fruits (ceux qui mangaient l'équivalent de plus de deux fruits de taille moyenne par jour) avaient un risque d'anévrisme réduit de 25 % par rapport à ceux qui prenaient moins de 5 fruits par semaine.

En outre, le risque de rompre un anévrisme diminue proportionnellement à la quantité de fruits consommés et régresse de 44 % avec trois fruits consommés par jour. Dernier enseignement de cette étude : cet effet protecteur s'exerce quel que soit le type de fruit consommé.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Circulation

L'interleukine-11 : nouvelle cible contre le cancer
Mardi, 10/09/2013 - 20:05

Des chercheurs de l'université australienne de Melbourne viennent de montrer que l'interleukine-11 pourrait constituer une nouvelle arme thérapeutique de choix contre le cancer.

Selon ces scientifiques, le blocage de la voie des cytokines, qui produit l'interleukine 11, pourrait offrir de nouvelles solutions thérapeutiques plus efficaces dans le traitement des cancers de l'intestin et de l'estomac, deux types de cancer parmi les plus répandus dans le monde.

Jusqu'à présent, il était admis que cette interleukine 11 jouait un rôle mineur par rapport à l'interleukine 6. Mais ces recherches, dirigées par Tracy Putoczki et Matthias Ernst, ont montré que l'interleukine-11 était en fait l'une des cytokines jouant un rôle-clé dans le déclenchement et la propagation de certains cancers.

Ces recherches ont également permis de découvrir que le blocage de l'interleukine-11 peut permettre, pour les cancers de l'estomac et l'intestin, de ralentir et même de stopper le développement de la tumeur, ce qui en fait une nouvelle cible thérapeutique très prometteuse.

L'étude souligne que "cette nouvelle approche visant à traiter les cancers en bloquant les voies de signalisation des cytokines s'avère passionnante et féconde et pourrait demain révolutionner la cancérologie, après avoir bouleversé la prise en charge des maladies inflammatoires."

Matthias Ernst précise que son équipe joue sur plusieurs tableaux et que, parallèlement aux essais en cours visant à bloquer l'interleukine 6 dans les cancers de l'ovaire, du rein, de la prostate et le cancer du sein, des essais sont également prévus pour bloquer l'interleukine 11 dans d'autres types de cancer.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Indian Express

Un nouveau traitement contre la maladie de Crohn
Mardi, 10/09/2013 - 19:33

Une équipe de recherche internationale, dirigée par le gastro-entérologue William J. Sandborn, et associant notamment des chercheurs de l'université de Californie, de l'université de l'Ontario, de l'université de Lille et la firme japonaise Takeda Pharmaceuticals, ont découvert une nouvelle molécule, le levédolizumab, capable de traiter efficacement les maladies de Crohn et la rectocolite hémorragique.

On estime qu'au niveau mondial, cette pathologie affecte environ 4 millions de personnes par an dans le monde. Ces maladies, qui se traduisent par des inflammations graves et douloureuses de l'intestin, n'ont pas de traitements véritablement efficaces et leurs causes n'ont pas pu être clairement identifiées jusqu'à présent.

Dans ce contexte, le résultat de ces deux essais cliniques réalisés en double aveugle, offre un réel espoir aux malades qui souffrent de ces maladies auto-immunes.

Au cours de ces essais qui ont duré un an, plus de 3 000 patients, issus d'une quarantaine de pays, ont été traités à l'aide d'un anticorps contenant cette molécule qui agit directement sur les cellules immunitaires de l'intestin et bloque certaines protéines responsables de l'inflammation et de la détérioration des tissus du gros et du petit intestin.

Les chercheurs ont constaté qu'après environ deux mois de traitement, l'état des malades s'était sensiblement amélioré, y compris pour les patients réfractaires aux meilleurs traitements conventionnels disponibles.

L'utilisation du védolizumab permet à la fois de réduire considérablement le processus inflammatoire et les risques d'infection, réduisant ainsi les indications thérapeutiques d'ablation d'une partie des intestins.

Selon William Sandborn, "Ce nouveau traitement marque un véritable tournant thérapeutique dans la prise en charge de ces malades puisque, pour certains d'entre-eux, on peut véritablement parler d'une guérison qui semble en outre persister tant que le malade poursuit ce traitement".

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

NEJM

Le bonheur influe positivement sur l'expression de nos gènes !
Dimanche, 08/09/2013 - 15:29

Selon une étude réalisée par des chercheurs américains de l'Université de Californie et dirigés par Steven Cole, le bien-être agit non seulement sur notre état de santé, mais également sur le fonctionnement de nos gènes. Mais la grande découverte de cette étude est que les effets sur notre génome produits par notre bien-être dépendent du type de bonheur que nous vivons.

Concrètement, l'étude, réalisée à partir des prélèvements sanguins sur 80 personnes en bonne santé, montre que les personnes éprouvant principalement un bien-être de type eudémonique, c'est-à-dire construit dans le lien aux autres, vont bénéficier d'un effet positif sur le plan génomique et immunitaire.

En revanche, les personnes qui éprouvent essentiellement un bien-être de type hédonique, c'est-à-dire centré sur le plaisir personnel, présentent plus de risques d'affaiblissement du système immunitaire.

Comme le souligne Steven Cole, "nos travaux montrent que rechercher le bien-être avec les autres et pour les autres uniquement pour soi-même produit des effets opposés sur le génome et le système immunitaire".

Peut-être faut-il voir dans cette surprenante observation un avantage compétitif s'inscrivant dans le cadre de  l'évolution de notre espèce et favorisant la recherche d'un bonheur collectif et coopératif et non d'un bien-être égoïste.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

PNAS

L'allaitement maternel développe certaines facultés cognitives chez l'enfant
Dimanche, 08/09/2013 - 15:22

On savait déjà que l'allaitement maternel produisait des effets bénéfiques tout au long de la vie sur le système immunitaire de l'enfant. Mais une récente étude réalisée par l'école médicale de Harvard a montré une forte corrélation entre la durée de l'allaitement maternel et les capacités cognitives futures de l'enfant.

Ce travail a porté sur 1.312 mères et leurs enfants qui ont été suivis durant 7 ans, après la naissance. A 3 ans, les enfants ont été soumis à un test de langage et de vocabulaire et à 7 ans à des tests de mémoire et d'apprentissage.

Cette étude montre que les enfants allaités plus longtemps obtiennent de meilleurs résultats aux tests de langage à 3 ans et aux tests de Q.I. à 7 ans, par rapport à des enfants sevrés plus rapidement. En outre, ces enfants obtiennent également de meilleurs scores aux  tests d'intelligence à 7 ans. Dernier enseignement de ces recherches : le niveau des performances cognitives globales de l'enfant semble directement proportionnel à la durée de l'allaitement.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

JAMA

Nuits de pleine lune et insomnies : un lien démontré
Dimanche, 08/09/2013 - 15:17

Des chercheurs suisses, dirigés par Christian Cajochen, ont montré pour la première fois que les cycles de la lune (29,5 jours) influent sur la qualité du sommeil et le délai d'endormissement.

Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont analysé l'influence des rythmes lunaires sur le sommeil dans un groupe  de 33 volontaires sains.

Ces sujets sont restés sans sortir dans le laboratoire du sommeil pendant une durée moyenne de 6 jours. Pendant cette période, les scientifiques ont pratiqué 128 électroencéphalographes et réalisé des mesures du cortisol et de la mélatonine chez ces sujets qui n'étaient pas informés de la nature de l'étude en cours.

Finalement, les chercheurs ont constaté que pendant les nuits de pleine lune, la durée de sommeil moyenne des sujets était abaissée de 20 minutes, le délai d'endormissement augmenté de 5 minutes et l'activité delta du cerveau, correspondant à des périodes de sommeil profond, était abaissée de 30 %. Autre découverte intéressante : la sécrétion de mélatonine était abaissée au moment de la pleine lune.

Selon cette étude, cet effet de la pleine lune sur le sommeil ne peut pas être expliqué par l'action gravitationnelle de notre satellite mais pourrait résulter d'une "mémoire" de l'horloge circalunaire qui aurait perduré au cours de l'évolution de notre espèce.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Cell

Un nouveau levier d'action sur le cytosquelette pourrait révolutionner la biologie
Vendredi, 06/09/2013 - 15:31

Des chercheurs du CNRS, de l'Université de Strasbourg et de l'Inserm, dirigés par Daniel Riveline, Jean-Marie Lehn (Prix Nobel de chimie) et Marie-France Carlier, sont parvenus pour la première fois à synthétiser des molécules capables de provoquer une croissance rapide des réseaux d'actine, l'un des composants du cytosquelette.

Jusqu'à présent, seules des molécules stabilisant ou détruisant le cytosquelette d'actine avaient pu être obtenues en laboratoire. La production de ce nouveau type de molécule aux propriétés très intéressantes ouvre donc un nouveau champ pharmacologique et thérapeutique, notamment en cancérologie.

En effet, le cytosquelette est constitué de filaments d'actine et de microtubules et cette structure ne cesse de se réassembler, gouvernant de multiples mécanismes cellulaires, comme le mouvement, la division ou le transport intracellulaire.

Les perturbations et dysfonctionnements affectant ce cytosquelette peuvent être à l'origine de graves pathologies et sont par exemple fortement impliqués dans la formation des métastases qui se caractérisent précisément par une activité excessive du cytosquelette.

Les chercheurs disposaient jusqu'alors de certaines molécules permettant de contrôler ou de détruire le cytosquelette d'actine. Mais, grâce à cette nouvelle découverte, ils disposent à présent de nouveaux composés capables d'induire très rapidement une croissance des réseaux d'actine du cytosquelette.

Ce nouvel outil devrait permettre de franchir de nouvelles étapes dans la compréhension des mécanismes fondamentaux de la cellule et plus largement dans la connaissance du vivant.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Nature

Un lien cérébral entre la dyslexie et certains troubles de l’attention visuelle
Vendredi, 06/09/2013 - 15:06

Une équipe de recherches du CNRS de Strasbourg, dirigée par Gwendoline Mahé et Nadège Doignon-Camus, a montré qu'outre les problèmes de lecture, les sujets dyslexiques présentent également des troubles de l’attention visuelle.

Cette particularité expliquerait notamment l'origine les troubles de lecture chez les personnes dyslexiques qui sont plus lentes à réagir à certains types de stimuli.

Concrètement, ce particularisme s'expliquerait par un dysfonctionnement visiospatial : pour ces patients, le champ visuel gauche semble sous-investi alors que le champ visuel droit paraît au contraire surinvesti. C'est ce déséquilibre perceptif qui aggraverait les difficultés de lecture.

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont soumis des sujets dyslexiques et des personnes sans difficulté de lecture à une épreuve reposant uniquement sur l'attention, sans sollicitation verbale. Ils ont placé les participants devant un écran sur lequel s’affichait une série de flèches toutes orientées dans le même sens ou dans des directions différentes.

Les chercheurs ont alors demandé aux sujets de l'expérience de fixer le point central et de dire dans quel sens était orientée la flèche du centre. Au cours de ce test, les participants ont été soumis à un électroencéphalogramme afin de mesurer leur activité cérébrale.

Ce travail a permis de montrer que, dans les situations où il y a conflit dans l’orientation des flèches, les sujets dyslexiques font davantage d’erreurs que les lecteurs normaux.

Cette particularité s'exprime au niveau cérébral par une différence très précoce d’amplitude du signal recueilli (dès 100 millisecondes après la présentation du stimulus) entre le groupe des dyslexiques et le groupe contrôle.

Cette découverte confirme qu'il existe bien un déficit d’orientation de l’attention visuelle et de détection du conflit chez les personnes dyslexiques.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

CNP

^ Haut
VOTRE INSCRIPTION
Vous recevez cette lettre car vous êtes inscrits à la newsletter RTFLash. Les articles que vous recevez correspondent aux centres d'intérêts spécifiés dans votre compte.
Désinscription Cliquez sur ce lien pour vous désinscrire.
Mon compte pour créer ou accéder à votre compte et modifier vos centres d'intérêts.
PLUS D'INFOS
Suivez-nous sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook
 http://www.rtflash.fr
back-to-top