RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

RTFLASH Recherche & Technologie
NUMERO 108
Lettre gratuite hebdomadaire d’informations scientifiques et technologiques
Créée par René Trégouët rapporteur de la Recherche et Président/fondateur du Groupe de Prospective du Sénat
Edition du 28 Juillet 2000
Recommander  |  Désinscription  |  Lire en ligne
Egalement dans ce numéro
TIC
Lyon teste l'Internet par voie hertzienne
Participez nombreux à la cyber-élection de l'ICANN
La perte de confidentialité sur Internet, un mal nécessaire ?
Le parlement anglais adopte la loi de contrôle de l'internet
Le Conseil constitutionnel limite la responsabilité des hébergeurs de sites
L'impôt par Internet
Abbey permettra d'accéder à sa banque via la télévision
Avenir
Une unité de mesure pour le nanomonde
Matière
S'éclairer au gallium
Un implant auditif révolutionnaire
Plastic Ecran
Terre
Une nouvelle technique d'étude des sédiments marins pour trouver du pétrole
Vivant
Première mondiale en France: ablation de la prostate par robot
Le siège de l'intelligence serait dans une partie précise du cerveau
Soigner le foie grâce à la moelle épinière
Le venin de scorpion contre le paludisme
Les gènes, une variable parmi d'autres...
Les flavonoïdes contre le cancer de la vessie
Les embryons distingueraient le jour et la nuit
Hypertension : 12 % des dépenses médicales
Une protéine humaine fait maigrir les souris et leur évite le diabète
Une nouvelle théorie de la motivation
Recherche
Un Tramway nommé Civis
Edito
Il est parfois honorable de savoir dire : « J'ai tort »



Les incidents de parcours qui viennent d'être constatés, ces temps derniers, en France, pour le déploiement de l'UMTS et de la Boucle Locale Radio (BLR) pourraient à terme avoir des conséquences graves sur l'Aménagement du Territoire de notre Pays qui, avec ses 549.000 km², est de loin le plus grand pays de l'Union Européenne. Après le coup de folie qui a marqué les enchères en Angleterre pour l'attribution des licences UMTS, l'ouverture récente des plis aux Pays Bas met en évidence que les opérateurs sont redevenus beaucoup plus raisonnables. Ils ont pris conscience, enfin, qu'ils allaient droit dans le mur. Aussi, le chiffre de 31,5 Milliards de francs annoncé par le Ministre de l'Economie et des Finances pour l'attribution d'une licence UMTS paraît peu raisonnable, surtout si nous prenons en considération qu'il est autrement plus difficile de couvrir l'ensemble du territoire de la France qu'il ne l'est pour les Pays Bas ou même l'Angleterre. Si le Gouvernement veut éviter que ne se creuse à une vitesse stupéfiante dans ces prochaines années un profond fossé entre les régions urbaines et le monde rural, il est encore temps, et cela l'honorerait, de dire qu'il s'est trompé et qu'il est prêt à revoir l'évaluation qu'il avait rendu publique pour l'attribution d'une licence UMTS. Ce qui serait le plus efficace serait même d'annoncer qu'il s'engagerait à rembourser aux opérateurs la moitié de la somme demandée quand la couverture du territoire serait réalisée à 95 %... Pour la Boucle Locale Radio, l'ART (Autorité de Régulation des Télécommunications) s'honorerait, elle aussi, en annonçant qu'elle s'est trompée dans sa proposition d'attribution des licences régionales. En effet, comment a-t-elle pu penser qu'un groupe industriel pourrait accepter d'investir des sommes importantes pour installer la BLR dans des régions peu habitées, au relief souvent difficile, sans obtenir en contrepartie la possibilité d'équilibrer ses comptes en investissant dans des régions plus peuplées et plus riches. Cette réaction des sociétés Completel et Siris était d'autant plus prévisible que l'ART a fait une erreur fondamentale (voir mon édito du @RTFlash n° 82 du 29 janvier 2000 http://www.tregouet.org/lettre/index.html) en attribuant aux licences régionales les fréquences qui obligent les opérateurs à mettre des relais à 5 km les uns des autres alors que les deux bénéficiaires des licences nationales pourront, grâce à des fréquences plus basses, disposer des relais à 20 ou même 30 km les uns des autres... Je ne dis pas qu'il aurait fallu imposer aux deux opérateurs nationaux de couvrir l'ensemble du territoire avec des relais tous les 5 km mais un choix judicieux aurait dû permettre d'attribuer les hautes fréquences imposant des relais très proches les uns des autres pour les régions urbaines (quelle que soit la nature de la licence : nationale ou régionale) et les fréquences plus basses permettant des relais plus distants les uns des autres pour les régions rurales. En effet, alors même que nous avions attiré leur attention sur cette approche technique du problème dès février, comment les personnalités très compétentes de l'ART peuvent-elles avoir pensé que la Boucle Locale Radio pourrait être rentable en obligeant un opérateur à installer des relais à 5 km les uns des autres... Déjà en les disposant à 30 km, l'équilibre financier ne sera pas facile à trouver dans ces régions à faible pouvoir d'achat. Pour s'en sortir, le Gouvernement et l'ART devraient lancer une nouvelle consultation pour l'attribution des licences régionales en trouvant de nouvelles fréquences mieux adaptées à la couverture du monde rural. Ces décisions sont fort importantes. En effet, si elles n'étaient pas prises très rapidement, nous verrions très vite se creuser une fracture dramatique entre le monde rural et les villes de notre Pays. Serait-il possible que dans notre France actuelle il y ait encore des régions qui ne soient couvertes que par le téléphone semi-automatique qui exigerait souvent plus d'une heure d'attente pour avoir la moindre communication téléphonique ? Or, avant cinq ans, avec la montée en puissance des larges débits, la différence entre ceux qui disposeront de l'UMTS ou de la BLR et ceux qui n'en disposeront pas sera encore plus grande qu'entre ceux qui, il y a encore 25 ans, ne disposaient que du téléphone manuel face à ceux qui utilisaient déjà l'automatique. La vitesse de la communication va devenir un élément si discriminant dès ces prochaines années pour l'entreprise, alors que l'image va envahir tout son environnement, qu'elle ne pourra plus survivre si elle n'est pas puissamment connectée au reste du monde. Il est grand temps que le Gouvernement et l'Autorité de Régulation des Télécommunications prennent les bonnes décisions car s'ils persévéraient dans leur erreur, les conséquences pourraient être dramatiques pour une grande partie du territoire de la France et ce, dès ces prochaines années. Comme chaque année, @RTFlash suspend sa publication pendant le mois d'août et souhaite à tous ses lecteurs de très bonnes vacances. Vous recevrez notre prochaine lettre n°109 le vendredi 1er septembre.

René TRÉGOUËT

Sénateur du Rhône


TIC
Information et Communication
Lyon teste l'Internet par voie hertzienne
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

En matière d'Internet rapide on connaissait déjà le câble, l'ADSL et le satellite. Voilà que se présente aujourd'hui un mode inédit de télécommunications : la boucle locale radio (BLR). La société d'origine américaine FirstMark Communications, qui vient d'obtenir l'une des deux licences nationales pour la BLR, expérimente ce système à Lyon depuis deux ans. Avec succès. Perchées au sommet de la Tour Suisse à la Part-Dieu, les quatre antennes installées par FirstMark permettent à n'importe quelle entreprise du quartier de se connecter à internet, mais aussi de téléphoner sans passer par France Télécom, le tout via les ondes hertziennes. Il suffit de poser une petite parabole de 26 cm sur son toit pour avoir accès à ces services annoncés environ 35 % moins cher que ceux de France Télécom. Cinq entreprises lyonnaises et trois établissements publics testent gratuitement la BLR depuis octobre 1998. Le plus important d'entre eux est la Bibliothèque municipale de Lyon dont le directeur ne cache pas son enthousiasme pour ce nouveau mode d'accès au Net. “À la BM, tous les bibliothécaires sont de gros consommateurs d'Internet. Grâce au hertzien on est passé d'une connexion à 64 Ko à 512 Ko. C'est une solution excellente”, affirme Patrick Bazin, le directeur de la bibliothèque municipale. “Et depuis que l'on a raccordé nos 330 terminaux à ce système nous n'avons rencontré aucun problème.” Après cette phase de tests concluante, FirstMark compte installer une dizaine de stations relais supplémentaires à Lyon d'ici la fin de l'année. Chacune d'entre elles représente un investissement de 1,5 million de francs et permettra à la société de couvrir l'ensemble de l'agglomération. Les PME-PMI représentent la cible unique de FirstMark qui a choisi de ne pas s'adresser au grand public. Une stratégie totalement opposée à celle de Fortel, le groupe qui a obtenu l'autre licence nationale de BLR. Fortel veut couvrir 232 villes de plus de 20 000 habitants et vise un million d'abonnés d'ici 2007. L'abonnement devrait aller de 200 à 300 francs pour un accès internet illimité (communications incluses). À Lyon, les particuliers devront donc patienter encore un quelque temps avant d'accéder au Net par la radio.

Lyon Capitale : http://www.lyoncapitale.fr/une.html

Participez nombreux à la cyber-élection de l'ICANN
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

Tous les internautes sont appelés à participer à la "cyber-élection" du directoire de l'ICANN, organisme de supervision mondiale de l'internet, rappelle l'AFNIC, organisme français d'attribution d'adresses électroniques. Cette élection, la première cyber-élection planétaire du genre, doit permettre le renouvellement de 5 membres sur 19 du bureau de l'ICANN. L'élection se déroulera du 20 septembre au 1er octobre 2000. Tout internaute dispose d'un droit de vote, en tant que "citoyen du monde", à condition de s'être préalablement inscrit sur la liste électorale. La demande de carte d'électeur se faisant, jusqu'au 31 juillet, sur le site web de l'ICANN. Les enjeux de l'élection mondiale, qui désignera sous peu 5 nouveaux membres au sein du bureau de l'ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), concernent l'attribution des futures adresses électroniques, les prochains noms de domaines pour chaque site web, le respect du droit des noms et des marques ainsi que le soutien des intérêts français à travers l'élection possible d'un des candidats français. L'AFNIC (Association française pour le nommage internet en coopération), organisme français chargé des attributions d'adresses internet en ".fr", s'inquiète du peu d'internautes inscrits pour la cyber-élection. Au 19 juillet, la France comptait seulement 1001 électeurs, alors que l'Allemagne en comptait 8675, la Grande Bretagne 1631, les USA 12120 et le Japon 20267. Au total il y a donc moins de 45000 inscrits pour 325 millions d'internautes.Si l'ICANN est très peu connue du grand public utilisateur de la Toile, elle n'en est pas moins "toute-puissante", souligne Jean-Yves Babonneau, président de l'AFNIC. L'ICANN, surnommée "le gouvernement du net", gère le système d'adressage sur le réseau des réseaux. Celui des sites et des e-mails, représentant ainsi des milliards d'adresses. La structure, basée à Los Angeles, est également en charge des affectations de noms de domaines comme ".org", ".net" ou ".com". Pour l'instant, trois candidats français sont en lice : Francis Behr, Olivier Gainon et Alain Moscowitz.

ICANN : http://www.icann.org/

Elections de l'ICANN : www.gouvernance-internet.com.fr/

La perte de confidentialité sur Internet, un mal nécessaire ?
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

La surveillance des communications et des transmissions électroniques pourra empiéter sur la vie privée, mais les gouvernements n'auront pas d'autre choix pour combattre le crime organisé à l'heure d'internet, ont estimé des juristes anglo-américains réunis cette semaine à Londres. "Je suis convaincu qu'une surveillance discrète se montrera la seule réponse efficace à une criminalité de plus en plus sophistiquée", a déclaré le juge britannique Murray Stuart-Smith, ancien directeur des services de renseignement et de sécurité de la Couronne (MI5 et MI6) et membre de la plus haute autorité judiciaire à la Chambre des Lords. "La protection du bien-être du plus grand nombre nécessitera de plus en plus une atteinte aux droits des quelques nuisibles." La Grande-Bretagne s'apprête à proposer au parlement une loi controversée qui obligerait les entreprises à installer des appareils permettant aux autorités d'intercepter et de décoder n'importe quel message électronique. Aucun autre pays occidental ne possède de moyens aussi étendus, sauf les Etats-Unis par leur système Echelon d'espionnage par satellite des communications par téléphone, fax et courrier électronique. Le juge américain William Webster, qui a fait partie de la direction de la CIA (Central Intelligence Agency) et du FBI (Federal Bureau of Investigation) a estimé que des mesures sévères pourraient sembler alarmantes aujourd'hui, mais que les opinions s'y feraient. "La confidentialité doit céder le pas dans certains domaines au droit des autres à être protégés", a-t-il déclaré jeudi devant l'Association du Barreau américain. Il a rappelé l'exemple des contrôles de sécurité dans les aéroports, qui ont été contestés juridiquement dans les années 1970 et sont maintenant acceptés par tous. L'Américain Jeffrey Hunker, membre du Conseil national de sécurité des Etats-Unis, a lui souligné qu'aucune autorité ne pouvait prétendre régenter le cyberespace et que les Etats devaient travailler avec le secteur privé. "Les récents dysfonctionnements d'internet montrent à quel point nous ne sommes pas préparés à réagir contre des attaques même relativement peu sophistiquées", a-t-il déclaré.

Reuters : http://fr.news.yahoo.com/000721/2/jbbq.html

Le parlement anglais adopte la loi de contrôle de l'internet
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

La loi britannique autorisant des procédures d'écoutes policières sur les réseaux informatiques a passé un cap à la Chambre des Lords le 19 juillet, après de légères modifications qui n'ont pas convaincu les critiques. Le Regulation of Investigatory Powers Bill (Rip Bill) en est à son avant-dernier stade législatif. La version votée en 3ème lecture par les Lords mercredi 26 juillet soir retournera une ultime fois devant les Communes, la chambre basse du Parlement britannique, avant d'entrer en vigueur.Le Rip Bill prévoir d'installer des boîtes noires chez les prestataires internet pour fournir aux juges tous les moyens de retrouver un suspect. Ce texte exige aussi des utilisateurs de logiciels de chiffrement qu'ils livrent, à la demande d'un juge, leur clé de décryptage coûte que coûte, sous peine d'emprisonnement. Le 19 juillet les Lords ont adopté un amendement qui prévoit des sanctions pénales en cas de manquement de la police, à la suite du décryptage des pièces à conviction. Pour Caspar Bowden, directeur d'une association anti-Rip Bill, ces concessions restent mineures et insuffisantes pour prévenir les abus. La semaine dernière, Elizabeth France, qui préside la Data Protection Commission (l'équivalent de la Cnil française), avait qualifié de « disproportionnée » l'obligation de surveillance imposée aux FAI. La DPC avait déjà donné un avis négatif sur le texte tel qu'il avait été présenté au parlement en février dernier. Pour apaiser les foudres des FAI, inquiets du coût induit par cette surveillance obligatoire, un fonds de 20 millions de livres sera mis en place par le gouvernement.

ZDnet :

http://www.zdnet.fr/cgi-bin/a_actu.pl?File_ini=a_actu.zd&ID=15199

Le Conseil constitutionnel limite la responsabilité des hébergeurs de sites
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

Le Conseil constitutionnel a déclaré, le jeudi 26 juillet, contraire à la Constitution une disposition de la loi sur l'audiovisuel très critiquée par les professionnels de l'internet sur la responsabilité des hébergeurs de sites. Cette disposition prévoyant qu'à la demande d'un tiers qui juge illicite ou préjudiciable pour lui-même le contenu d'un site, l'hébergeur devait procéder aux "diligences appropriées" a été déclarée anticonstitutionnelle, car trop imprécise pour une disposition pénale. C'est une victoire pour les associations de défense de l'internet et les professionnels du web, mobilisés depuis plusieurs mois contre cette partie de l'amendement Bloche, dont ils craignaient les dérives interprétatives et les risques d'"autocensure". L'association Iris (Internet pour un réseau solidaire), de son côté, avait jugé "liberticide" le volet internet de la loi et dénoncé le flou de l'expression "diligences appropriées", au lendemain de son adoption. L'hébergeur Chez.com avait pris l'initiative, le 20 juillet, de fermer un site à la suite de la plainte d'un tiers, arguant du "contexte jurisprudentiel". "La loi n'existe pas encore, et pourtant certains l'appliquent déjà", s'indignait alors Thierry Meyssan, président du Réseau Voltaire, l'un des collectifs à la pointe de la contestation contre l'amendement Bloche. Les autres points de l'amendement Bloche ont été conservés, notamment la nécessité pour un hébergeur de disposer d'une liste de coordonnées de ses utilisateurs pouvant être communiquée à un juge. De même, la responsabilité pénale d'un hébergeur saisi par une autorité judiciaire et n'ayant pas agi "promptement" pour empêcher l'accès à un contenu illicite, est maintenue.

AFP : http://fr.news.yahoo.com/000727/1/k4ea.html

Conseil Constitutionnel :

http://www.conseil-constitutionnel.fr/decision/2000/2000433/communiq.htm

Décision du 26 juillet 2000

L'impôt par Internet
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

Le département américain du trésor a annoncé mardi son intention de mettre en place deux dispositifs de sécurisation des transactions sur Internet. Dans un premier temps, le gouvernement fédéral proposera, dès le mois d'octobre prochain, aux contribuables américains de se connecter au site Pay.gov pour l'acquittement de leurs impôts. Taxes, frais en tous genres, crédits pourront être payés par carte de crédit, transfert électronique ou par bien d'autres méthodes électroniques. Les deux milliards de dollars reçus par le Financial Management Service passeront donc bientôt par le web. A l'heure actuelle, les contribuables ne peuvent que télécharger les formulaires officiels, sans avoir la possibilité de régler leur dû. Au mois d'octobre, cinq agences fédérales se connecteront à Pay.gov. D'autres les rejoindront au milieu de l'année 2001. Pour les rassurer, les concepteurs du site annoncent qu'il sera plus sécurisé que n'importe quel autre au monde. Le bureau de la dette publique a également décidé de mettre en place un service de e-commerce en ligne (State and Local Government securities) pour les banques américaines. Parmi les 400 réparties dans tout le pays, 31 sont ou seront bientôt connectées à SLGSafe. Dans les trois années à venir, tous les établissements bancaires en seront des utilisateurs. A terme, banquiers et clients pourront gérer leur argent en intégralité via Internet.

Besok : http://www.besok.com/machine/actu/actm_bs32.htm

Abbey permettra d'accéder à sa banque via la télévision
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

Abbey National annonce dimanche le lancement d'un service bancaire interactif accessible sur une télévision numérique. Abbey, qui compte 30.000 abonnés à sa banque en ligne Cahoot lancée en juin, offre ce nouveau service sur Open, la télévision interactive récemment achetée par le groupe de télévision payante britannique, BSkyB . A partir du 31 juillet, tous les clients d'Abbey pourront contrôler leurs comptes, effectuer instantanément des transferts d'argent, régler leurs factures et modifier leurs prélèvements comme ils le souhaitent via une télévision numérique. Dans un communiqué, Abbey déclare s'attendre à ce que ses services de banque en ligne et de banque accessible via la télévision aient un impact important sur ses activités et lui permettent de réaliser des économies de coûts conséquentes. "Selon... des prévisions, neuf millions de Britanniques pourront, en 2003, effectuer leurs transactions financières grâce à la télévision. Nous pensons que la télévision numérique interactive deviendra le principal canal de distribution (de nos produits) pour nos clients," a déclaré Anbrose McGinn, directeur de la division commerce en ligne d'Abbey. "Les études menées par Abbey en Amérique du Nord montrent que la banque en ligne permet d'augmenter jusqu'à 150% le nombre de produits détenus par client et d'améliorer le taux de fidélisation de la clientèle de près de 50 %", précise le communiqué. Les nouvelles banques en ligne comme Egg, majoritairement détenu par Prudential, Intelligent Finance, détenu par Halifax et Cahoot ont contribué à la multiplication des services financiers en Grande-Bretagne. La compétition de plus en plus forte devrait contraindre le secteur à revoir ses marges à la baisse et forcer les banques à investir massivement dans les services en ligne pour rester dans la course.

Reuters : http://fr.news.yahoo.com/000723/2/jjq4.html

^ Haut
Avenir
Nanotechnologies et Robotique
Une unité de mesure pour le nanomonde
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

Un nouveau standard de longueur vient peut-être de voir le jour. Mesurant 0,086 millionième de millimètre (0,086 nanomètre), il correspond à la longueur d'onde des photons émis par le noyau d'un atome de fer. Au dire de ses inventeurs allemands et américains, il pourrait rapidement supplanter les autres standards utilisés actuellement pour étudier la structure de la matière. Défini comme la distance parcourue dans le vide par la lumière d'un laser hélium-néon en 1/299 792 458 seconde, le mètre est la reine des unités de mesure de la longueur. Malheureusement, la longueur d'onde de cette lumière est trop grande pour pouvoir être utilisée comme standard dans le monde de l'infiniment petit. C'est pourquoi les scientifiques qui souhaitent évaluer des dimensions de l'ordre de l'atome s'appuient plutôt sur la maille de réseau d'un cristal de silicium, à savoir l'espacement entre les atomes. Aujourd'hui, cette constante est de 0,543102088 nanomètre, avec une incertitude relative de 0,029 parts par million (ppm). Seul bémol : son extrême sensibilité à la température et à la pression ambiantes et la nécessité d'avoir un cristal d'une pureté irréprochable. Autant dire que la reproduction de cet étalon en laboratoire est loin d'être une sinécure. Se basant sur les travaux réalisés par Bearden en 1965, les physiciens de l'université de Hambourg (Allemagne), de l'Office fédéral physico-technique (Allemagne) et du Laboratoire national Argonne (Etats-Unis) ont tenté de déterminer un nouveau standard plus simple à manipuler. Les noyaux des atomes radioactifs d'un cristal émettent des photons gamma dotés d'énergies bien définies ; c'est l'effet Mössbauer. Or, ce phénomène peut être amplifié en plaçant les atomes dans un faisceau de rayons X. En utilisant le synchrotron allemand Desy et l'Advanced Photon Source d'Argonne comme sources de rayons X et une feuille de fer 57 comme cible, les scientifiques sont parvenus à mesurer une longueur d'onde de la radiation de Mössbauer, pour ce matériau, de 0,086025474 nanomètre, avec une incertitude relative de 0,19 ppm. "Cette longueur d'onde est facilement reproductible avec une précision de l'ordre du centième de milliardième sans précaution particulière concernant la température, la pression ou la composition chimique de l'environnement dans lequel est placé le noyau," indiquent les auteurs des travaux publiés dans Physical Review Letters. L'avantage de ce nouveau standard saute aux yeux et gageons qu'il devienne bientôt le mètre de l'infiniment petit.

Infosciences :

http://www.infoscience.fr/articles/articles_aff.php3?Ref=484

^ Haut
Matière
Matière et Energie
S'éclairer au gallium
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

On parle déjà du nitrure de gallium comme de la plus grande révolution en électronique depuis l'invention de la puce de silicium. On pense en effet pouvoir l'utiliser pour produire de puissances diodes à émission de lumière et des transistors fonctionnant à de très hautes températures. L'Université de Cambridge, en Angleterre, vient d'ouvrir un laboratoire de recherche qui se consacrera uniquement à la mise de au point de ces composants futuristes. Les diodes à émission de lumière (souvent connues sous leur acronyme anglais de LED) sont connues depuis longtemps. L'une d'entre elles, rouge ou verte, brille sans doute sur votre ordinateur en ce moment, vous indiquant qu'il est allumé. Ces diodes ne brûlent à peu près jamais, mais ne sont pas très brillantes. On croit que leur équivalent au gallium pourrait briller autant qu'une ampoule électrique, durer 100 fois plus longtemps et consommer 90 % moins d'énergie.

Cybersciences : http://http://www.cybersciences.com/

Un implant auditif révolutionnaire
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

Un nouvel implant auditif vient de voir le jour. Quand les anciens modèles fonctionnaient selon le principe du microphone et du haut parleur, celui-ci mime le fonctionnement normal de l'oreille. " Vibrant Soundbridge " induit une vibration dans les os qui constituent l'oreille interne. Les sons de l'environnement sont collectés par un micro situé à l'extérieur de l'oreille. Ils sont ensuite convertis en signaux électriques par un processeur audio et transmis à travers la peau à un récepteur interne. Le signal est finalement conduit par un câble très fin jusqu'à un électroaimant en contact avec la cavité osseuse de l'oreille moyenne. Les vibrations de celui-ci sont alors traitées par l'oreille comme un signal audio normal. Le seul problème peut résider dans l'opération chirurgicale nécessaire pour implanter les composants. Elle comporte certains risques, comme l'altération des nerfs de face. Le médecin Marshall Chasin, coordinateur des recherches à la Canadian Hearing Society estime toutefois que cette pratique est aujourd'hui routinière. 350 patients sont actuellement équipés de ce nouvel appareil, qui est déjà commercialisé en Europe.

Besok : http://www.besok.com/homme/actu/acth_bs41.htm

Plastic Ecran
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

Basé sur la technologie LEP pour Light-emitting polymers , un nouveau prototype d'écran couleur pour les téléphones mobiles a été mis au point par l'Université de Cambridge (Cambridge Display Technology). A la différence des écrans actuels rétro-éclairés, le LEP fonctionne sur le principe d'émission de la lumière avec deux feuilles en plastique polymer, l'une conductrice et l'autre émettrice. Mesurant 6.25 cm2 pour une résolution de 200x150 pixels, l'écran LEP pourrait à terme être exploité d'ici deux ans à trois ans sur les téléphones mobiles UMTS et les PDA... Philips Epson-Seiko en ont récemment signé les licences d'exploitation.

Lettre de l'internet :

http://www.lalettre.com/rumeurs/rumeurs.cfm?id=264&seek=1

^ Haut
Terre
Sciences de la Terre, Environnement et Climat
Une nouvelle technique d'étude des sédiments marins pour trouver du pétrole
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

Une nouvelle technique qui permet d'étudier sur plusieurs centaines de mètres de profondeur les sédiments marins et fournit notamment des indications sur d'éventuelles réserves de pétrole, vient d'être testée avec succès par l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (IFREMER), au large des côtes atlantiques de l'Afrique équatoriale. L'Institut indique que pour la première fois, un dispositif numérique de "sismique multitrace" (SMT) a été mis en oeuvre en mars-avril dernier au large de l'Angola, du Gabon et du Congo, dans le cadre de l'Opération Zaïango consacrée aux processus sédimentaires et aux structures des marges ouest-africaines, opération inscrite au programme "Contribution à l'offshore pétrolier". L'élément principal du SMT, réalisé par la société SERCEL, filiale de la Compagnie générale de géophysique (CGG), à Massy-Palaiseau près de Paris, est sa "flûte". Ce terme désigne une antenne de réception linéaire de 4.500 mètres de long, immergée et tractée par le navire (en l'occurrence le Nadir, de l'IFREMER). Elle est découpée en 360 sections ou "traces" de 12,5 m, qui comportent chacune seize hydrophones pour enregistrer et mesurer l'onde acoustique réfléchie. Cette onde générée à la surface de l'eau à partir de compresseurs d'air pénètre les différentes couches géologiques et s'y propage pendant quinze secondes environ, au cours desquelles elle parcourt 20 à 25 km dans le sol marin. Les "traces" enregistrent alors les ondes ayant parcouru des trajectoires légèrement différentes les unes des autres et donnent quelque quarante-cinq informations pour un même point des couches de sédiments, ce qui améliore très nettement le traitement du signal par réduction du "bruit". A des profondeurs de l'ordre de 4.000 mètres, cet outil a permis de "descendre" jusqu'à vingt km sous le sol marin. Les travaux entrepris avec le SMT à des profondeurs d'eau de 4 à 6.000 mètres commencent à intéresser le domaine offshore puisqu'ils permettent d'améliorer les connaissances sur les réserves d'hydrocarbures à grande profondeur. Selon Jacques Pinot, directeur des navires océanologiques et de l'intervention sous-marine de l'IRD, ce dispositif, qui n'a pas d'équivalent à l'heure actuelle (est désormais pleinement opérationnel. En matière des géosciences, l'IFREMER mène des programmes par grands fonds depuis une trentaine d'années. Ce genre de recherches intéressent de plus en plus les grandes compagnies pétrolières qui ont entrepris ces derniers temps une grande mutation industrielle en se lançant dans la course au pétrole profond, au-delà de 500 mètres.

AFP : http://fr.news.yahoo.com/000727/1/k1pb.html

^ Haut
Vivant
Santé, Médecine et Sciences du Vivant
Première mondiale en France: ablation de la prostate par robot
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

La première ablation complète de la prostate par robot a été réalisée jeudi dernier à l'hôpital Henri Mondor, à Créteil (Val-de-Marne) sur un malade atteint d'un cancer de cet organe. Selon le Pr Clément-Claude Abbou, chef du service d'urologie de cet établissement, qui a fait cette annonce jeudi à l'AFP, il s'agit d'une première mondiale, aucune intervention de ce type n'ayant encore été publiée. Agé de 62 ans, le malade a été opéré pendant sept heures et demie, sous anesthésie générale, et a pu quitter l'hôpital mardi. Entièrement réalisée par l'intermédiaire d'un robot doté de bras articulés, alors que le chirurgien se trouvait devant une unité de commandes située à plusieurs mètres du patient, cette intervention ouvre la voie aux interventions à distance. "Pour l'instant, selon l'urologue, le robot est encore relié à la table de commandes par des câbles mais, dans quelque temps, la transmission des ordres pourra se faire par signaux, et il sera alors possible d'opérer en ayant le malade dans une ville ou un pays et le médecin dans l'autre". Le principe de l'opération, proche de celui des interventions faites "à ventre fermé" par célio-chirurgie, consiste à faire passer des instruments et une caméra à travers la paroi de l'abdomen, puis de brancher ce matériel opératoire et optique aux bras du robot. Le chirurgien procède ensuite à l'opération, en contrôlant sa progression et ses gestes à l'intérieur d'une sorte de simulateur de vol. Selon le Pr Abbou, ce nouveau mode opératoire offre une meilleure vision grâce à la caméra de surveillance en trois dimensions introduite dans l'organisme, ainsi que de plus grandes possibilités chirurgicales, notamment une plus grande précision. "Cette technique, a-t-il précisé, a permis d'enlever la glande malade dans les meilleures conditions et de relier l'urètre à la vessie, ce qui évite les fuites urinaires et dispense le patient de porter une sonde". Pour l'instant, les ablations de la prostate par célio-chirurgie durent entre trois et neuf heures, selon l'entraînement du médecin. L'intervention effectuée à Henri Mondor a demandé plus de sept heures de travail. "A l'avenir, toutefois, ce temps d'opération pourra être considérablement réduit et il sera sans doute possible de faire plus vite encore qu'en célio-chirurgie", a estimé l'urologue.

AFP :

http://www-old.afp.com/ext/francais/lemonde/sci/000720140936.8rk2q47w.html

Le siège de l'intelligence serait dans une partie précise du cerveau
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

Des chercheurs ont identifié une région du cerveau utilisée généralement pour effectuer une tâche faisant intervenir l'intelligence, rapporte la revue Science. Toute activité fait intervenir le cerveau. Mais lors de tests portant sur des tâches demandant une conduite intelligente, la partie qui intervient principalement est "le cortex cérébral latéral dans l'un ou les deux hémisphères" de cet organe, souligne l'équipe de chercheurs, partagée entre l'université de Cambridge (Grande-Bretagne) et de Duesseldorf (Allemagne). Observant l'activité du cerveau au cours de trois tests, les chercheurs ont noté que "malgré les tâches très différentes demandées (...) le recrutement de la partie frontale latérale avait été remarquablement similaire chaque fois". Cette découverte, soulignent les spécialistes britanniques et allemands, semble confirmer les théories énoncées en 1904 par le psychologue Charles Spearman, selon lequel les personnes réussissant à réaliser des tâches intelligentes utilisaient généralement un point de leur cerveau, qu'il avait nommé "facteur général d'intelligence" ou "g". D'autres théories estiment que l'intelligence fait appel à diverses parties du cerveau qui se complètent, comme les différentes pièces d'un moteur. "Les résultats de cette dernière étude (...) laissent entendre que le point 'g' est en fait une fonction d'un point spécifique du système nerveux, un élément important du cortex frontal latéral", écrivent ses auteurs. Dans un papier d'analyse, le Pr Robert Sternberg, de l'université de Yale, met toutefois en garde contre des conclusions trop hâtives. L'approche de cette équipe, qui veut établir un "atlas mental, (...) implique que comprendre l'intelligence dépend du fait de trouver le ou les lieux de l'intelligence dans le cerveau humain", estime M. Sternberg. Ce qu'ils veulent démontrer, ajoute-t-il, est du même acabit "qu'avoir la prétention que nous comprenons l'intelligence d'un ordinateur à partir du moment où nous avons localisé son intelligence artificielle dans une puce de silicone logée dans l'ordinateur". En effet, souligne-il enfin, l'intelligence est un phénomène complexe et certaines personnes qui ont de mauvais résultats aux tests pour la mesurer atteignent de hautes responsabilités.

AFP :

http://www-old.afp.com/ext/francais/lemonde/sci/000720182618.nhyw5vnq.html

Sciences : http://http://www.sciencemag.org

Soigner le foie grâce à la moelle épinière
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

Des chercheurs britanniques ont montré que des cellules de la moelle épinière pouvaient se transformer en cellule du foie et permettre la reconstitution de cet organe. Les scientifiques connaissent les capacités de transformation de ces cellules souches, qui n'ont pas encore de fonction déterminée, et à partir desquelles ont peut notamment créer des cellules du sang. Les chercheurs de l'Imperial Cancer Research Fund ont constaté que chez des femmes qui avaient reçu de la moelle épinière de donneurs masculins, des cellules mâles étaient présentes dans le foie. L'analyse de l'ADN a montré que les cellules souches de la moelle épinière étaient venues ''coloniser'' le foie. Cette découverte ouvre de nouvelles perspectives pour les personnes qui ont besoin d'une greffe, ou dont le foie a été abîmé par des traitements forts comme dans le cas des cancers. L'utilisation de cellules souches adultes permet aussi d'éviter le délicat débat éthique sur l'utilisation des cellules de l'embryon.

Nouvel Obs :

http://quotidien.nouvelobs.com/sciences/20000720.OBS6213.html?1646

Nature :

http://www.nature.com/nlink/v406/n6793/abs/406257a0_fs.html

Le venin de scorpion contre le paludisme
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

À priori, introduire des gènes de venin de scorpion dans des moustiques peut paraître une idée épouvantable. Mais en fait, cette manipulation génétique pourrait peut-être apporter une solution au problème du paludisme dans le monde. Cette maladie, lune des plus meurtrières qui soient dans les pays tropicaux, est causé par un parasite qui infecte les moustiques et se transmet à l'homme lors des piqûres. Selon des chercheurs mexicains, le parasite survivrait mal à une composante du venin de scorpion. La revue New Scientist du 8 juillet rapporte que Lourival Possani, de lUniversité nationale autonome du Mexique à Cuernavaca, a réussi à contrôler des populations de Plasmodium (le parasiste causant le paludisme) dans l'abdomen de drosophiles (mouches à fruit) génétiquement modifiées. Le chercheur, qui est un spécialiste des composés chimiques tirés des scorpions, avait auparavant noté qu'une des composantes de leur venin, une peptide baptisée scorpine, bloquait le développement du Plasmodium. Comme on n'avait pas encore réussi de manipulation génétique chez le moustique porteur du paludisme, à l'époque, le chercheur a introduit le gène produisant la scorpine dans un animal de laboratoire plus classique, la drosophile. Des travaux préalables ont démontré que cette petite mouche peut aussi abriter des populations de Plasmodium dans leur intestin. Après avoir obtenu une population de drosophiles produisant de la scorpine, le chercheur les a délibérément infectées avec le parasite du paludisme. Résultat : environ 40 % des drosphiles normales ont développé des Plasmodium adultes, susceptibles de transmettre le paludisme à l'homme. Chez les mouches transgéniques, par contre, seulement 12 % des parasites se sont rendus à l'âge adulte. Si les populations de moustiques sauvages présentaient les mêmes caractéristiques, la transmission de la terrible maladie serait très ralentie.

Cybersciences :

http://www.CyberSciences.com/Cyber/0.0/nouvB.asp?id=1957

New scientist : http://www.newscientist.com/news/

Les gènes, une variable parmi d'autres...
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

Modifier génétiquement des souris pour lier un gène à un comportement particulier n'est peut-être pas suffisant. Des chercheurs italiens et français ont montré que le comportement de telles souris face aux amphétamines pouvait être profondément modifié par une privation transitoire de nourriture. Ce résultat publié dans la revue américaine Science souligne la nécessité de prendre en compte à la fois les facteurs génétiques et environnementaux dans ce type d'expériences.Cette étude a été réalisée par S. Cabib (Universita "La Sapienza", Rome) et plusieurs collaborateurs italiens et français de l'Inserm (U 259, Université de Bordeaux II). Les chercheurs ont utilisé deux souches fixées de souris différentes et ont étudié leur comportement vis à vis d'amphétamine. Lorsqu'elles étaient nourries à volonté (ad libitum), elles présentaient des comportements opposés : aversion ou préférence ; elles évitaient ou recherchaient dans le dispositif expérimental un endroit ou avait été placé la drogue à plusieurs reprises. Le comportement de ces mêmes souris a ensuite été évalué après une période de privation de nourriture, une expérience fréquente chez les souris. Les rongeurs qui présentaient auparavant une aversion ont vu leur comportement s'inverser, contrairement aux autres. "Des analyses génétiques conduites dans des environnements différents pourraient conduire à des résultats erronés qui attribueraient un même phénotype à des gènes différents", déclarent les chercheurs. "Nous devons développer des modèles expérimentaux qui prennent en considération les interactions entre l'environnement et le génome". A l'heure où l'on attend tant du séquençage complet du génome humain, ces résultats rappellent que notre patrimoine génétique ne peut être envisagé de façon isolée, sans prendre en compte les interactions de l'individu avec son environnement.

Caducée : http://www.caducee.net/

Science : http://www.sciencemag.org/

Les flavonoïdes contre le cancer de la vessie
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

Une équipe franco-italienne aurait découvert pourquoi la diète méditerranéenne, entre autres vertus, aurait celle de contribuer à la prévention du cancer de la vessie...Ce serait grâce aux flavonoïdes et aux acides phénoliques. Les flavonoïdes sont déjà parés de propriétés cardio-protectrices. Dans ce cas de figure, ils agiraient en intervenant sur la formation de séquences modifiées d'ADN appelées les 'adduits', lesquelles sont fréquemment associées au risque de cancer. Dans le cas particulier du cancer de la vessie, particulièrement fréquent chez les fumeurs, la concentration de ces adduits dans le sang est singulièrement élevée. Or ce travail, rapporté dans la revue internationale Carcinogenesis, suggère que les flavonoïdes interfèrent avec la formation d'adduits dans les globules blancs. C'est une bonne nouvelle. Ces substances - tout comme les acides phénoliques - se trouvent en abondance dans la nature. Inutile d'acheter des compléments alimentaires. Vous en trouverez dans les légumes verts, les poivrons, les fruits et notamment le raisin. Et donc aussi dans le vin, particulièrement lorsqu'il est rouge. Voilà donc une preuve supplémentaire que le régime méditerranéen est bénéfique. Ce qui n'interdit pas de consommer avec modération et discernement. Bien au contraire...

HealtandAge.com :

http://www.healthandage.com/newsletter/npf.htm

Les embryons distingueraient le jour et la nuit
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

Contre toute attente, l'horloge circadienne des vertébrés fonctionnerait bien avant la naissance. L'embryon saurait donc distinguer le jour de la nuit avant même d'avoir mis le nez dehors. D'après une étude menée par Vincent Laudet et ses collègues1 du Centre national de recherche scientifique (Cnrs) et de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), l'horloge biologique circadienne des poissons-zèbres entre en fonction dès les premiers instants du développement de l'embryon et est transmise par la mère. Pour mener à bien leur recherche, biologistes moléculaires et généticiens se sont penchés sur le fonctionnement d'un gène particulier, Per 3. Ils ont analysé son activité en mesurant la quantité d'ARN messager correspondant produit dans les embryons des poissons-zèbres au cours de leur développement. Per 3 fait partie des gènes "clock" que l'horloge circadienne des mammifères utilise pour synchroniser de nombreuses fonctions biologiques. Plongés dans le noir durant dix heures puis éclairés pendant quatorze heures, les embryons de poissons-zèbres développent leur propre horloge dès la fécondation. Cette activité se situe dans le cerveau et au niveau de la rétine. Per 3 fonctionne en fin de période "noire" et durant la phase correspondant au début du jour. En revanche, il n'y a pas d'ARN messager dans les premières heures de la nuit. Per 3 est alors en sommeil. En parallèle, les chercheurs ont analysé un autre gène, Rev-erba . Contrairement à Per 3, l'activité de Rev-erba se met en place progressivement au cours du développement. Elle commence quarante-huit heures après la fécondation et atteint son rythme de croisière à cent vingt heures. Jusqu'à aujourd'hui, la communauté scientifique avait misé sur une synchronisation des fonctions biologiques de l'embryon au travers de la mélatonine, une hormone transmise par la mère par voie sanguine. D'après ces récentes découvertes, il semble bien que l'embryon ait sa propre horloge. La mère n'est pas pour autant exclue de l'histoire car elle lui transmettrait l'ARN messager des gènes "clock", c'est-à-dire des composants de l'horloge. Avec cette étude, Vincent Laudet et ses collègues relancent la nécessité de comprendre l'horloge biologique des mammifères et en particulier celle de l'homme.

Infosciences : http://www.infoscience.fr/articles/

Hypertension : 12 % des dépenses médicales
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

D'après les statistiques de l'INSERM, 176 000 personnes meurent chaque année en France de maladies cardiovasculaires.Soit 33% de la mortalité globale dans le pays. Essentiellement provoquées par l'hypertension artérielle (HTA) et l'athérosclérose, ces affections constituent la première cause de mortalité chez les femmes - 31,5 femmes pour 10 000 chaque année - et la seconde chez les hommes - 27,9 pour 10 000 - qui paient un encore plus lourd tribut aux tumeurs. Toutes localisations confondues, les cancers tuent en effet 31,3 hommes pour 10 000 chaque année. Soit, soulignons-le, moins que l'HTA au sein de la population féminine. C'est dire l'importance de cette maladie. L'hypertension essentielle est de plus un enjeu économique de taille ! Elle représente à elle seule 11,3% de l'ensemble des visites aux médecins et les traitements prescrits - souvent pour des années et des années - se montent à 12% de toute la prescription pharmaceutique. Il n'est pas surprenant dans ces conditions, que l'Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé (ANAES) ait réactualisé ses recommandations pour sa prise en charge. Celles-ci, dans la lignée des nouvelles définitions rendues publiques l'an passé par l'OMS, visent principalement à resituer le traitement de l'HTA " dans une approche plus globale de la pathologie cardiovasculaire " et des problèmes liés aux maladies qui lui souvent associées. Le diabète et les troubles du cholestérol sanguin, en particulier.

ANAES : http://www.healthandage.com/newsletter/npf.htm

Une protéine humaine fait maigrir les souris et leur évite le diabète
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

Une équipe de chercheurs britanniques vient de réussir pour la première fois, à produire des souris porteuses d'un gène humain qui leur permet de conserver un poids normal, tout en mangeant plus que leurs congénères. En outre, ces souris sont plus sensibles que les autres à l'insuline, dont l'insuffisance provoque du diabète. Les biochimistes de l'université de Cambridge et des laboratoires SmithKline Beecham ont inséré dans l'organisme de leurs rongeurs un gène humain récemment identifié, l'UCP 3( Uncoupling Protein ou protéine découplante). Ce gène appartient à la famille des protéines dites "brûleuses de graisse". Il intervient dans les mitochondries des muscles, un petit organisme qui se trouve à l'intérieur de chaque cellule et leur sert de moteur. Le travail montre qu'un surplus d'UCP 3 provoque une accélération du métabolisme qui dégrade les réserves nutritives. A niveau d'alimentation équivalent, une augmentation d'UCP 3 dans l'organisme entraîne une plus grande dépense d'énergie, sous forme de chaleur. "Si nous parvenons à augmenter artificiellement l'activité de ce gène chez l'homme, cela constituera une approche prometteuse de traitement pour cette maladie que constitue l'obésité", soulignent les chercheurs en conclusion de leur article.

Brève rédigée par @RT Flash

BBC :

http://news.bbc.co.uk/hi/english/sci/tech/newsid_852000/852689.stm

Une nouvelle théorie de la motivation
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

Les cadres qui travaillent beaucoup, les écoliers qui ne sont pas curieux et les gens timides n'ont absolument aucun problème, sont heureux comme ils sont et n'ont pas besoins de changer. C'est du moins la conclusion à laquelle en arrive Steven Reiss, psychologue à l'Université de l'Ohio, aux Etats-Unis, qui a consacré les cinq dernières années de sa vie à bâtir une théorie de la motivation chez les gens. Selon lui, essayer d'imposer nos propres valeurs à une autre personne est une énorme perte d'énergie. Les conclusions du chercheur risquent de faire sursauter certains de ses collègues qui tendent à tout ramener à un ou deux désirs très simples, comme le plaisir ou la survie. Steven Reiss, en effet, identifie 16 désirs de base : le pouvoir, l'indépendance, la curiosité, l'acceptation, l'ordre, l'économie, l'honneur, l'idéalisme, les contacts sociaux, la famille, le statut, la vengeance, l'amour, la nourriture, l'exercice physique et la tranquillité. Ces 16 valeurs - il y a 2 000 milliards de combinaisons possibles - sont ce qui rend chacun de nous unique. Le chercheur a dressé cette liste à partir d'un questionnaire de 300 questions administré à plus de 6 000 personnes. Les sujets étaient invités à dire sils étaient en accord ou non avec des énoncés comme « Je dois éviter la douleur » ou « Je préférerais mourir que de perdre mon honneur ». Une analyse mathématique a ensuite permis de grouper les réponses en 16 catégories. Le psychologue a ensuite utilisé ses résultats pour bâtir un test capable de déterminer le profil d'un individu. Quelle est l'utilité du Profil de Reiss, comme il s'appelle ? Le chercheur a pu déterminer, par exemple, que les enfants ne sont pas tous curieux de nature. Un détail qui a son importance, car l'école est basée sur l'idée que tous les jeunes ont un désir égal d'apprendre. Or, certains d'entre eux, bien qu'ils soient brillants, n'aiment pas apprendre et ne l'aimeront sans doute jamais. Tant qu'ils atteignent un niveau minimal, on ne devrait pas les forcer à étudier, croit Steven Reiss. Même chose avec les obsédés du boulot. Ils ne travaillent pas si fort parce qu'il y a un vide dans leur vie, mais parce qu'ils ont un désir très fort de pouvoir et de statut. Il est inutile d'essayer de les changer, puisqu'ils sont heureux comme cela. Il faut, conclut le psychologue, résister à l'idée selon laquelle les gens seraient plus heureux s'ils agissaient comme nous le faisons.

Cybersciences : http://www.cybersciences.com/humain

^ Haut
Recherche
Recherche & Innovation, Technologies, Transports
Un Tramway nommé Civis
Samedi, 29/07/2000 - 00:00

Mon premier ressemble à un tramway, mais est guidé par un rail virtuel. Mon second possède la liberté de conduite d'un bus. Et mon tout constitue le Civis, le nouveau mode de transport collectif que les Clermontois s'apprêtent à tester sur les 6 kilomètres d'une ligne traversant d'est en ouest leur agglomération. Principale innovation de ce « tramway » développé conjointement par Irisbus et Matra Transport International : un guidage optique qui supprime la nécessité des rails, tout en permettant une conduite au millimètre. Deux bandes parallèles peintes en pointillé sur la chaussée matérialisent la trajectoire idéale que le véhicule doit suivre tout au long de son trajet. Placée derrière le pare-brise, une caméra « regarde » en permanence ces lignes discontinues. Capable de voir à 30 mètres, elle transmet les informations à un calculateur embarqué qui détecte instantanément les écarts par rapport au marquage. Il se charge alors de les corriger au moyen d'un moteur placé sur la colonne de direction. Grâce aux capacités de traitement de l'image, le guidage reste possible en cas de salissures ou d'occultation partielle du marquage. La seule tâche du conducteur, car il y en a un, consiste donc à accélérer et à freiner. A moins que des travaux ou un accident ne barrent la route : dans ce cas, il peut reprendre le volant pour les contourner sans même ralentir. C'est un avantage décisif sur le tramway classique !Civis bénéficie d'une autre innovation : sa propulsion électrique, assurée par quatre moteurs insérés dans le moyeu de chaque roue. Ces « moteurs-roues » sont alimentés en électricité par un groupe électrogène fonctionnant au diesel (avec filtre à particules !) et recouverts par un pneu extralarge spécialement mis au point par Michelin. Marchant sur les traces de Clermont-Ferrand, Rouen et même Las Vegas envisagent d'adopter Civis, dont le coût est estimé entre 40 et 50 millions de francs du kilomètre. Soit deux fois moins que le prix d'un tramway.

Le Point : http://www.lepoint.fr/data/PNT1453/5302703P.html

^ Haut
VOTRE INSCRIPTION
Vous recevez cette lettre car vous êtes inscrits à la newsletter RTFLash. Les articles que vous recevez correspondent aux centres d'intérêts spécifiés dans votre compte.
Désinscription Cliquez sur ce lien pour vous désinscrire.
Mon compte pour créer ou accéder à votre compte et modifier vos centres d'intérêts.
PLUS D'INFOS
Suivez-nous sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook
 http://www.rtflash.fr
back-to-top