RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

RTFLASH Recherche & Technologie
NUMERO 96
Lettre gratuite hebdomadaire d’informations scientifiques et technologiques
Créée par René Trégouët rapporteur de la Recherche et Président/fondateur du Groupe de Prospective du Sénat
Edition du 05 Mai 2000
Recommander  |  Désinscription  |  Lire en ligne
Egalement dans ce numéro
TIC
EDF va tester à grande échelle l'accès à internet
La Hongrie teste internet par le réseau électrique
Les Etats Unis veulent renforcer la protection des données individuelles
Québec : aide à la connexion internet pour familles modestes
L'Europe s'attaque à la criminalité dans le cyberespace
France : les NTIC à la source d'1/5 de la croissance en 2000
Nombre d'internautes : l'Europe passera devant les USA avant 2010
Lancement de Quiero, 1ère télévision numérique avec accès à l'internet
Avenir
La lumière servira de colle aux biocapteurs du futur
Matière
La nouvelle ère de l'électronique plastique
Des batteries jetables pour GSM !
Espace
L'univers est plat
Les Etats Unis pourraient se munir d'un bouclier Laser antimissile d'ici 2012
La NASA prépare la médecine du futur
Les USA lèvent le dernier verrou à la navigation GPS
Du goudron dans l'espace
Vivant
Le clonage inverse le vieillissement
Reconstruire l'ovule pour permettre la transmission des gènes
Un régime alimentaire sain permet de réduire les risques de décès
Le mystère des neurones du sommeil éclairci
La chirurgie sans chirurgien
Rester calme contribue à éviter les problèmes cardiaques
Une protéine naturelle contre le cancer du poumon
L'extrait de Ginko biloba pourrait limiter les lésions après un accident vasculaire cérébral
La France réalise la première réussite complète d'une thérapie génique
Un gène impliqué dans la schizophrénie pourrait bientôt être découvert
Recherche
Dans les Boeing, bientôt l'internet, son e-mail et la télé en vol
Edito
Haut débit : Cessons les combats d'arrière-garde



France Télécom a tort de retarder le développement de la concurrence sur la boucle locale et plus particulièrement sur l'ADSL. Certes, comme société commerciale, il est naturel que cette entreprise utilise toutes les procédures possibles pour retarder la progression des concurrents mais sa position d'opérateur dominant qui porte haut le nom de notre Nation dans son intitulé et dans sa propre histoire doit faire prendre conscience à France Télécom qu'elle porte une responsabilité singulière et importante pour l'avenir de notre Pays. Or, en quelques mois, en faisant intervenir un lobbying important et efficace, France Télécom a réussi à faire prendre par l'Assemblée nationale deux décisions qui ne favorisent pas le développement des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication dans notre Pays. La première de ces décisions est un amendement, communément appelé " amendement des fibres noires ", qui a stoppé net toutes les initiatives des collectivités locales pour construire des réseaux alternatifs à la boucle locale de France Télécom. La seconde décision a été de repousser un amendement qui avait été introduit par le Gouvernement dans le texte des "nouvelles régulations économiques " pour permettre le " dégroupage " sur la boucle locale de France Télécom à partir du 1er janvier 2000. Cet amendement a été retiré il y a quelques jours à l'Assemblée nationale après des interventions convaincantes de France Télécom auprès de nombreux députés. Cela est dommage car ces combats d'arrière-garde vont faire perdre à la France un temps précieux à un moment où l'accès au large débit va devenir essentiel dans le combat sans merci qui va bientôt se développer entre toutes les nations avancées. En effet, pendant que nous menons cette stérile guérilla franco-française, les autres pays qui sont certes nos partenaires mais aussi nos concurrents prennent, sans hésitation, des décisions lourdes de conséquences et qui, dans quelques courtes années, creuseront la différence. Ainsi, il y a quelques semaines, le Gouvernement britannique annonçait un plan ambitieux visant à mettre sur Internet toutes les administrations et tous les fonctionnaires d'ici 2002 et à permettre l'accès à Internet pour tous les citoyens anglais d'ici 2005. Simultanément, la Suède, leader mondial dans l'utilisation des NTIC (plus de la moitié des Suédois utilisent régulièrement Internet) annonçait qu'elle allait consacrer près d'un milliard d'euros au développement d'infrastructures et de technologies visant à permettre à tous les Suédois d'accéder à l'Internet à grande vitesse d'ici 2005. Au nom de la solidarité nationale et du principe d'égalité d'accès à l'information, l'Etat suédois prendra en charge le coût de ces infrastructures pour le tiers de sa population qui vit disséminée dans le Nord du pays, la fourniture d'un accès à grande vitesse dans la partie Sud du pays, plus urbanisée, revenant au secteur privé qui devrait, lui aussi, investir plus d'un milliard d'euros dans ce programme. Ces deux exemples de politiques très volontaristes, visant à rendre l'Internet accessible à tous, s'inscrivent dans un contexte plus large qui est celui d'une Europe qui a fait de la société de l'information pour tous l'une de ses grandes priorités, comme cela vient encore d'être confirmé à l'occasion du sommet, puis de la conférence de Lisbonne. Rappelons que l'objectif principal défini à Lisbonne est ambitieux puisqu'il consiste à faire passer d'ici 2005 de 20 % à 50 % le pourcentage moyen d'utilisateurs européens d'Internet. Grâce à la compétition féroce qui s'est développée entre les fournisseurs d'accès, l'écart très sensible du coût de connexion horaire moyen qui existait, il y a six mois encore, entre l'internaute américain et l'internaute européen, est en train de se résorber rapidement. Mais dans les années à venir, le défi le plus important à relever sera celui des hauts débits. Il faut bien comprendre qu'au cours des dix prochaines années le nombre total des utilisateurs d'Internet va être multiplié par 5, au moins, et dépasser le milliard. La quantité totale de données véhiculées sur le net sera au moins multipliée par 10 d'ici 10 ans et même beaucoup plus si l'image prend toute la place qui devrait lui être dévolue. Le besoin en bande passante va donc croître au minimum d'un facteur 50 d'ici 2010 et c'est là que réside le véritable défi. En effet, si la puissance de nos ordinateurs a été multipliée par 20 depuis 10 ans, la plupart des internautes surfent encore aujourd'hui à seulement 56.000 bauds, une vitesse tout à fait insuffisante pour transmettre et traiter les images vidéo en temps réel et exploiter pleinement toute la puissance du traitement multimédia de nos machines. Nous devons prendre conscience que d'ici 5 ans, c'est-à-dire demain, les pays et les économies qui seront les plus compétitifs ne devront pas seulement proposer à tous leurs habitants un accès à Internet pour un coût très modique mais également permettre à tous, et sur tout leur territoire, l'accès au haut débit, c'est-à-dire au minimum à 2 mégabits/seconde, soit 40 fois le débit standard actuel. Pour les entreprises, les collectivités locales, les établissements éducatifs ou de santé, le débit nécessaire pour rester compétitifs s'échelonnera de 10 à 100 mégabits. Dans une première phase, il est donc urgent que les technologies ADSL et VDSL qui visent à tirer le meilleur parti du réseau téléphonique en cuivre soient développées sans retard dans notre Pays et ce à des vitesses que les compagnies américaines ont déjà su mettre en pratique et non pas en les bridant comme a trop tendance à le faire encore France Télécom. Ce temps est d'autant plus compté que seules les nouvelles technologies de transmission et de commutation entièrement optiques pourront offrir à l'horizon 2010 la bande passante et la souplesse nécessaire pour gérer l'explosion de la quantité de données circulant sur le net. Bien sûr, cette armature optique pourra être complétée par d'autres technologies, comme la boucle locale radio, l'UMTS et le satellite, mais elle constituera la clé de voûte des grands réseaux mondiaux des prochaines décennies. Le temps presse et nous n'avons plus le droit de prendre le moindre retard. Tout retard pris, comme nous le faisons actuellement, dans notre marche vers les hauts débits, ne pourrait que contribuer à nous faire rater les rendez-vous de l'avenir.

René TREGOUET

Sénateur du Rhône


TIC
Information et Communication
EDF va tester à grande échelle l'accès à internet
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

Electricité de France (EDF) et 13 autres partenaires français et européens vont réaliser à partir de la fin du mois de juin un vaste test d'accès haut débit à l'internet par une simple prise de courant, a-t-on appris vendredi auprès d'EDF. "Il s'agit pour nous d'un axe de recherche et de développement, destiné à adapter notre offre d'électricien aux demandes de nos clients et aux nouveaux équipements électroménagers internetisés, comme les fours à micro-ondes ou les réfrigérateurs", a indiqué un porte-parole de l'entreprise. "Notre objectif n'est pas du tout de faire de la téléphonie ni de marcher sur les plates-bandes de France Télécom", a assuré le porte-parole. France Télécom est d'ailleurs l'un des partenaires du projet. Aujourd'hui, ses statuts interdisent d'ailleurs au producteur public d'électricité de développer une activité d'opérateur de télécoms. EDF expérimente depuis février, à une échelle plus modeste, cette technologie des "courants porteurs en ligne" (CPL) dans un collège de Saint-Lô (Manche). Cette répétition générale en circuit fermé, qui durera jusqu'en juin, avant la grande "première" européenne sur le réseau de distribution, a pu démontrer que consulter l'internet en se branchant sur les prises de courant et en acheminant les données par les fils électriques était possible. Et ce, en toute sécurité, malgré les 220 volts. Pour l'expérience à grande échelle, qui comprendra 500 points de connexions dans toute l'Europe (maisons individuelles, écoles, immeubles), EDF et ses confrères bénéficieront de la complicité de l'industriel suisse Ascom et de sa nouvelle filiale Powerline Communications, qui fourniront l'équipement baptisé Utilities Test System (UTS). Les utilisateurs pourront, à partir de leur ordinateur et du réseau électrique, se parler comme de "téléphone à téléphone" ou naviguer sur l'internet, à des vitesses de 2 à 3 mégabits par seconde. De nombreux électriciens européens se sont déjà lancés dans ces recherches. Jean-François Droubay, d'EDF, a été élu président du PLC Forum (PLC pour "PowerLine Communication"), qui regroupe d'autres grandes compagnies comme les allemands EnBW et RWE, l'espagnol Endesa ou l'italien Enel. Le conglomérat énergétique RWE entend commercialiser début 2001 la technologie PLC tandis que son concurrent Veba a annoncé son projet de mise sur le marché en Allemagne d'ici à la fin de l'année. EnBW, dont EDF détient un quart du capital, teste également le PLC depuis deux ans, avec 100 clients, et s'est allié début février au géant de l'électrotechnique Siemens en vue de commercialiser cette technologie. La Commission européenne finance aussi depuis le début de l'année un projet baptisé Palas (Powerline as an Alternative Local Access) à hauteur de 10 millions de francs.

AFP :

http://fr.news.yahoo.com/000428/32/clnw.html

La Hongrie teste internet par le réseau électrique
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

La compagnie hongroise de télécommunications Novacom lancera un projet pilote de sa technologie de transmission de données par le réseau électrique (PLC, powerline communications) et espère proposer une offre commerciale au début de l'année 2001. "Les essais pilotes seront menés à Budapest sur un échantillon de 10 à 30 foyers", déclare le directeur exécutif de Novacom, Denes Jobbagy, dans un entretien avec Reuters. Novacom prévoit de proposer dans un premier temps l'accès à internet par le réseau électrique, puis d'y ajouter la transmission de la voix et de données. La transmission de données numériques par le réseau électrique est une technologie à l'étude dans de nombreux pays, notamment en Allemagne par la firme électrique RWE Energie AG , en outre actionnaire de Novacom, avec le groupe électronique Siemens AG, explique Jobbagy. La technologie PLC utilise des câbles en fibre optique, reliés à des générateurs électriques couplés à des convertisseurs qui transforment les données en fréquences électriques. Selon Jobbagy, la fréquence de 50 mégahertzs utilisée en Europe pour le transport de l'énergie électrique permet de séparer très distinctement les deux flux. La bande passante du réseau électrique permet une vitesse de transmission 30 à 50 fois supérieure à celle du réseau téléphonique en cuivre actuel. Déjà utilisée depuis le milieu des années 1980 par les compagnies d'électricité pour la transmission de données en interne, les technologies PLS autorisent une connexion continue et sans frais de communication. La surveillance étroite et permanente dont font l'objet les réseaux électriques permet de plus de détecter rapidement les coupures de signal et les changements de fréquences.

Reuters :

http://fr.news.yahoo.com/000427/32/cik1.html

Les Etats Unis veulent renforcer la protection des données individuelles
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

Le président américain Bill Clinton a annoncé le dépôt imminent au Congrès d'un projet de loi sur le renforcement de la protection des données financières individuelles. Le projet gouvernemental donnerait aux consommateurs le droit de s'opposer à la dissémination à des tiers, d'informations financières les concernant. Il rendrait leur consentement préalable nécessaire avant que toute société puisse obtenir des informations médicales les concernant, y compris auprès de ses filiales, ou ne dévoile, même à ses filiales, des données sur leurs habitudes de consommation, a précisé la Maison Blanche. M. Clinton, en annonçant son projet, qui complétera la législation sur la modernisation des services bancaires et financiers entrée en vigueur en novembre dernier, a déclaré "Personne ne devrait avoir peur de se voir refuser un prêt immobilier ou une carte de crédit en raison des résultats de son dernier bilan de santé". Il a ajouté que "les percées de la technologie ne doivent pas faire tomber les murs de la vie privée". L'intégration de plus en plus poussée des services bancaires, financiers et d'assurances, la montée en puissance du commerce électronique et les progrès des technologies de l'internet permettant d'établir un profil détaillé des internautes et de leurs intérêts, suscitent de nouvelles craintes chez les consommateurs sur la protection de la vie privée. L'an dernier, l'administration américaine avait annoncé des mesures provisoires pour protéger les données médicales individuelles des Américains, contre tout usage non médical. Et il y a un mois, M. Clinton avait pris une directive interdisant à tous les services fédéraux de tenir compte de données génétiques lors de l'embauche ou de la promotion de personnels.

Brève rédigée par @RTflash

New York Times :

http://www.nytimes.com/aponline/w/AP-Clinton-Privacy.html

Québec : aide à la connexion internet pour familles modestes
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

Le gouvernement du Québec a annoncé qu'il consacrerait 120 millions de dollars canadiens (80 millions de dollars US) sur deux ans pour permettre à 200.000 familles à faible revenu de se connecter sur internet. "Ce programme vise à donner une chance égale aux familles québécoises d'avoir accès aux nouvelles technologies et à l'information", a déclaré Guy Julien, le ministre délégué à l'Industrie et au Commerce. La mesure, qui avait été annoncée lors du discours du budget en mars dernier, s'adresse aux familles bénéficiaires d'allocations familiales. Elles peuvent recevoir 500 dollars pour l'achat d'un ordinateur et jusqu'à 200 dollars par an, pendant deux ans, pour le branchement à internet, ou bien jusqu'à 250 dollars par année pendant deux ans pour la location d'un ordinateur. Les familles recevant des allocations familiales qui sont déjà connectées pourront également bénéficier de ce programme.

Brève rédigée par @RTflash

Ministère du Commerce et de l'Industrie du Quebec :

http://www.familles.mic.gouv.qc.ca/Familles/inscFam.htm

L'Europe s'attaque à la criminalité dans le cyberespace
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

Les récentes attaques perpétrées contre des sites web commerciaux tels qu'Amazon.com ont attiré l'attention de l'opinion internationale sur les dangers auxquels Internet et d'autres réseaux informatiques doivent faire face : les cyber-criminels et les cyber-terroristes menacent les intérêts des entreprises et des gouvernements et peuvent provoquer des dégâts considérables. Pour mieux lutter contre cette cyber-criminalité,le CONSEIL DE L'EUROPE a rendu public le 27 avril le projet d'une convention sur la criminalité dans le cyberespace, afin de permettre des consultations avec les parties intéressées, publiques ou privées. En particulier, les entreprises et les associations sont invitées à faire part de leurs commentaires aux experts chargés des négociations avant l'adoption définitive du traité. Provisoirement intitulé "Projet de convention sur la cyber-criminalité", ce texte du Conseil de l'Europe sera le premier traité international à s'intéresser, sous l'angle du droit pénal et des procédures criminelles, aux différents types de comportements délictueux visant des systèmes, réseaux et données informatiques. Ce projet prévoit, entre autres, que le piratage informatique et les dispositifs qui le rendent possible tomberont sous le coup du droit pénal des États parties à la Convention, tout comme l'interception illégale de données, l'interférence avec des systèmes informatiques, la fraude et la falsification informatiques. Il interdit également la pornographie enfantine en ligne, y compris la détention de documents téléchargés de cette nature, ainsi que la reproduction et la diffusion d'oeuvres protégées par le droit de la propriété intellectuelle. Le projet de convention ne se contente pas de définir les infractions mais traite également des questions relatives à la responsabilité des contrevenants, qu'il s'agisse de particuliers ou d'entreprises, et détermine des normes minimales pour ce qui est des peines encourues. Ce nouvel instrument juridique s'intéresse aussi à la répression : les parties auront l'obligation d'habiliter leurs administrations respectives à perquisitionner les systèmes informatiques et à saisir des données, à imposer aux personnes concernées de leur fournir les données en leur possession, de conserver les données vulnérables ou de les faire conserver par les personnes concernées. La possibilité d'intercepter les données transmises par l'intermédiaire de réseaux, y compris les réseaux de télécommunication, est à l'examen. Par ailleurs, les méthodes d'enquête spécifiques à l'environnement informatique nécessiteront la coopération des opérateurs de télécommunication et des fournisseurs de services Internet ; leur aide est en effet vitale pour identifier les délinquants informatiques et établir les preuves de leurs méfaits. Ce texte, qui sera contraignant, a pour but d'harmoniser les législations nationales en la matière, d'intensifier les enquêtes et de permettre une coopération efficace entre les autorités des différents Etats. Il devrait être finalisé par un groupe d'experts d'ici décembre 2000 et le Comité des Ministres pourrait l'adopter et l'ouvrir à la signature à l'automne 2001.

Conseil de l'Europe :

http://www.coe.fr/cp/2000/300f

Le texte du projet de convention :

http://conventions.coe.int/treaty/fr/projets/cybercrime.htm

France : les NTIC à la source d'1/5 de la croissance en 2000
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

La filiale française d'Arthur Andersen, l'un des grands cabinets mondiaux d'audit financier, estime que les NTIC (nouvelles technologies de l'information et de la communication) vont contribuer pour un cinquième à la croissance économique française en 2000. Ce chiffre est issu des premiers résultats du "baromètre de la nouvelle économie", lancé le 25 avril en France, premier pays européen à faire l'objet de cette étude. Arthur Andersen France pronostique que la nouvelle économie générera un " gain de 2,3 points du PIB " (Produit intérieur brut, dont la progression d'une année sur l'autre est l'indicateur de la croissance économique) dans notre pays sur la période 2000-2003. Rapportée annuellement, cette progression contribuerait pour 0,6 % à la croissance de l'économie française. Pour se faire une idée du poids des NTIC dans l'économie, il faut rapporter ce chiffre au taux de croissance général : en 2000, il est attendu autour de 3 %. Ce qui signifie donc que 20 % de la croissance économique de cette année seraient dus aux NTIC.

ZDnet :

http://www.zdnet.fr/cgi-bin/a_actu.pl?File_ini=a_actu.zd&ID=14064

Nombre d'internautes : l'Europe passera devant les USA avant 2010
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

La prédominance mondiale de l'Amérique du Nord dans l'internet passera de 52 à 30 % entre 1998 et 2004, selon les prévisions avancées par l'Institut International d'Etudes Stratégiques (IISS) dans son bilan stratégique annuel Durant cette même période, le nombre d'internautes en Europe occidentale et en Asie augmentera proportionnellement plus vite, pour faire passer la part de ces deux régions dans l'utilisation du web respectivement de 23 et 18 (1998) à 28 et 25 % (2004). Le reste du monde, représentant 7 % des connections à l'internet en 1998, occupera 17 % du marché en 2004, selon ces mêmes prévisions.

AFP :

http://fr.news.yahoo.com/000504/32/d2dm.html

Lancement de Quiero, 1ère télévision numérique avec accès à l'internet
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

Quiero est la première télévision numérique au monde offrant par voie hertzienne un accès à de multiples canaux de télévision, à l'internet et au courrier électronique, ont affirmé mercredi les responsables du groupe en présentant à Madrid la nouvelle télévision. La première caractéristique de Quiero est "sa simplicité", a souligné son président José Manuel Lara : pas d'installation d'antenne parabolique, mais un simple décodeur équipé d'un modem, le tout branché sur le secteur et la ligne téléphonique. Dans un premier temps, Quiero offre un éventail de 14 canaux thématiques (cinéma, musique, enfants, documentaires, sports, etc.) et un clavier infra-rouge permettant de se brancher sur internet et de gérer le courrier électronique. L'actionnaire de référence de Quiero est, avec 49%, le groupe Retevision, le premier à avoir concurrencé en 1997 le monopole de Telefonica dans la téléphonie fixe en Espagne.

AFP :

http://fr.news.yahoo.com/000504/32/d2dk.html

^ Haut
Avenir
Nanotechnologies et Robotique
La lumière servira de colle aux biocapteurs du futur
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

Des chercheurs suisses sont parvenus à souder entre elles des molécules organiques sur un substrat de verre. Fabienne Marquis-Weible et ses collègues de l'Institut d'optique appliquée (Lausanne) ont utilisé une fibre optique dont l'extrémité est taillée en une pointe très fine, afin de projeter une tache de lumière d'environ cent millionièmes de millimètre de diamètre. Ils se sont ensuite associés au biochimiste Hans Sigrist, du Centre suisse d'électronique et de microtechnique (Neuchâtel), et inventeur de la méthode de bioimmobilisation. En fait, l'énergie lumineuse émanant de l'extrémité de la fibre optique induit une réaction dans sa minuscule zone d'impact. Les molécules organiques, comme l'albumine de sérum bovin, forment une liaison chimique avec la surface de verre. Un lavage permet alors d'éliminer les molécules non liées. Uniques en leur genre, ces travaux ouvrent de nouvelles possibilités aux nanotechnologies, à commencer par la fabrication de biocapteurs moins chers et plus performants. Miniaturisés, donc beaucoup plus nombreux dans un seul composant, ces capteurs pourront contrôler l'absence de salmonelle dans des oeufs ou d'antibiotiques dans du lait à partir d'échantillons biologiques infimes.

Info science :

http://www.infoscience.fr/breves/breves.php3

^ Haut
Matière
Matière et Energie
La nouvelle ère de l'électronique plastique
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

Un chercheur du CNRS, Denis Fichou, en collaboration avec des chercheurs hollandais , vient de proposer une nouvelle interprétation des propriétés de transport des semi-conducteurs organiques utilisés pour la fabrication de transistors, composants de base de la micro-électronique moderne. Les semi-conducteurs organiques présentent de nombreux avantages par rapport au silicium et autres semi-conducteurs minéraux employés jusqu'à présent pour la réalisation de ces transistors. Ils devraient permettre, à terme, de nouvelles applications dans le domaine de l'électronique dite ' plastique '. Depuis plusieurs années déjà, différents laboratoires mènent des recherches afin de substituer les semi-conducteurs organiques aux semi-conducteurs minéraux tels que le silicium. Le Laboratoire des matériaux moléculaires du CNRS a été un véritable pionnier dans ce domaine puisqu'il a fabriqué le premier transistor organique en 1987. l'inverse des semi-conducteurs minéraux, les semi-conducteurs organiques peuvent être déposés sous forme de films minces selon des techniques peu coûteuses et sur des supports flexibles. Le développement de transistors organiques, présente un grand intérêt en raison notamment de l'étendue de leurs champs d'application : circuits intégrés, dispositifs pour l'affichage (écrans plats) ou encore en micro-électronique logique. Il s'agit de deux molécules conjuguées dont le mode d'assemblage dans l'état solide conduit à des matériaux très ordonnés pouvant aller jusqu'au monocristal. Les excellentes propriétés de transport de ces molécules s'expliquent par le haut degré de cristallinité des films minces de ces deux composés semi-conducteurs. L'ensemble de ces résultats de recherche constitue une réelle avancée pour la micro-électronique. En effet, la fabrication de tels transistors dans un avenir proche, permettra des applications nouvelles pour l'électronique nomade ou les supports plats. Intégrés sur des supports souples, ces transistors organiques donneront peut-être lieu prochainement à des dispositifs qui seront eux-mêmes flexibles tels que des écrans plats ou des badges électroniques.

Alphagalileo :

http://www.alphagalileo.org/ReadNotice.cfm?ReleaseID=3593

Des batteries jetables pour GSM !
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

Chacun connaît les atouts du téléphone portable mais se soumet régulièrement à son corollaire de contraintes...la recharge de la batterie. Electric Fuel a mis au point une batterie jetable : la Zinc-Air. Prête à l'emploi dès sa sortie de 'emballage, elle bénéficie sous conditionnement d'une durée de conservation de deux ans. Son autonomie est de deux à cinq fois supérieure à la batterie d'origine. Elle dispose en effet d'une capacité de 3300 mAh (milli-Ampère par heure) et dépasse donc largement les 700 à 900 mAh d'une batterie rechargeable classique. Elle est recyclable et l'absence de métaux lourds ou de composés dangereux lui permet de contribuer à la protection de l'environnement. La Zinc Air est disponible pour Nokia (550, 6110, 6150 et 7100), Ericsson ( séries 6XX et 8XX), Motorola ( 7100 et 8100) et Motorola Startac. Votre batterie ne pourra plus rendre l'âme et vous imposer de déconvenues aux moments les plus inopportuns. Vous trouverez la Zinc Air chez les vendeurs de téléphones cellulaires, dans les aéroports, les grandes surfaces...Prix de lancement : 164 FRF TTC

^ Haut
Espace
Espace et Cosmologie
L'univers est plat
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

Une équipe internationale dirigée par des chercheurs britanniques vient d'obtenir la première carte détaillée de l'univers tel qu'il se présentait 300 000 ans à peine après le Big Bang. Principales conclusions de ce travail : l'univers est plat et ne sera pas éternellement en expansion. Il ne se contractera pas non plus pour finir dans un Big Crunch catastrophique. Il atteindra un point d'équilibre. Les chercheurs ont obtenu une carte montrant les points chauds et les points froids de l'univers 300 000 ans après sa création - l'époque la plus reculée jamais observée par l'homme. L'analyse de ces images révèlent que l'univers est plat. Que cela signifie-t-il? Que deux faisceaux laser projetés dans l'espace resteraient parallèles sans jamais se croiser ou diverger. On peut aussi imaginer un ballon gonflé à l'infini : bien qu'il soit rond, pour un observateur situé à sa surface, il semblerait plat. L'univers présenterait des caractéristiques semblables. Ces résultats étonnants sont le fruit de la mission, baptisée BOOMERANG (Ballon Observations of Millimetric Extragalactic Radiation And Geophysics), qui a permis d'obtenir, après plus d'un an d'analyse, la carte d'une partie du ciel, 300.000 ans après le Big-Bang, la plus précise jamais obtenue. Cette carte a permis de vérifier "à 5 % près" que la géométrie spatiale de l'Univers est celle de notre monde, la géométrie euclidienne, où la somme des angles d'un triangle est égale à 180 degrés. Le modèle cosmologique d'Univers plat, est donc de plus en plus convaincant d'autant que, si l'espace avait été courbe à la naissance, sa courbure aurait augmenté au fil du temps et de son expansion, et on la mesurerait très nettement aujourd'hui. Les données de BOOMERANG viennent ainsi conforter l'hypothèse selon laquelle l'Univers aurait connu à ses débuts une brève période d'expansion accélérée . Par ailleurs, la densité de matière de l'Univers, proche de la densité dite "critique", exclut que son expansion s'arrête un jour pour entamer une contraction, conduisant à un opposé du Big-Bang (un Big Crunch). Des résultats de BOOMERANG, on peut aussi déduire que notre Univers est composé à 30% matière et à 70% d'énergie du vide , une force mystérieuse qui s'oppose à la gravitation et fait la joie des auteurs de science-fiction qui imaginent déjà des vaisseaux interstellaires utilisant cette source d'énergie quasi-inépuisable.

Brève rédigée par @RTflash

BBC News :

http://news.bbc.co.uk/hi/english/sci/tech/newsid_727000/727073.stm

Les Etats Unis pourraient se munir d'un bouclier Laser antimissile d'ici 2012
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

Le développement d'armes laser susceptibles d'être installées dans l'espace progresse. TRW a franchi une nouvelle étape, en conduisant des essais validant une augmentation de 25% de la puissance de son laser a haute puissance Alpha. Alpha doit permettre de préparer la première expérience de laser de la classe mégawatt embarqué sur satellite, la Space-Based Laser Integrated Flight Experiment (SBL IFX). Ce programme de développement technologique mené par l'US Air Force devrait aboutir a la mise sur orbite d'un tel laser en 2012. Le SBL IFX sera, comme Alpha, un laser chimique utilisant du fluoride d'hydrogène. Ce laser expérimental pourrait conduire au développement d'un ensemble de satellites assurant la défense des Etats-Unis en interceptant et détruisant en vol tout missile menaçant territoire américain. Le fameux concept de " Guerre des Etoiles " chère à l'administration Reagan, est désormais rendue possible par l'évolution de la technologie. En effet les lasers actuels n'ont plus besoin d'optiques refroidies, ce qui supprime une grande partie de leur poids. le bouclier laser antimissile américain pourrait être mis en service a l'horizon 2020, à condition toutefois que le traité Antiballistic Missile (ABM) interdit l'installation de toute arme dans l'espace soit révisé, ce qui est lois d'être évident.

Brève rédigée par @RTFlash

Space.com :

http://www.space.com/businesstechnology/index.html

La NASA prépare la médecine du futur
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

La NASA et le National Cancer Institute (NCI) américain viennent de signer un accord portant sur le développement commun de technologies qui pourraient rendre possibles les voyages interplanétaires de longue durée et révolutionner la pratique de la médecine sur Terre. La mise en commun de disciplines comme la biologie moléculaire, la conception de vaisseaux spatiaux et les nanotechnologies pourraient permettre de concevoir des vaisseaux recouverts d'une peau offrant les même qualités de protection et de régénération que la peau humaine, ou de " nano-explorateurs " qui pourraient être injectes dans le corps humain pour suivre de l'intérieur l'état de santé d'un individu. Les vaisseaux que la NASA développera pour les voyages interplanétaires seront en effet très vulnérables aux obstacles de l'environnement spatial, et ne pourront pas emmener de scanner dont un membre malade de l'équipage pourrait avoir besoin. L'agence spatiale s'inquiète de ce qui adviendrait d'un astronaute qui serait parti pour un voyage vers Mars avec une amorce de cancer indécelable sur Terre. La durée totale d'un tel voyage est actuellement estimée a cinq ans, retour compris. " Nous voulons nous rassembler pour être plus créatifs ", explique le Chef du NCI Richard Klausner. " Nous ne savons même pas si un os casse se ressouderait, dans l'espace ", reconnaît l'Administrateur de la NASA Daniel Goldin. Le développement de nanotubes de carbone qui seraient utilises comme biocapteurs capables de repérer la signature moléculaire de cellules cancéreuse a déjà commence. Les nanotechnologies, qui utilisent des mécanismes construits atome par atome, ont été reconnues par les scientifiques américains comme susceptible de transformer fondamentalement tous les aspects de la technologie actuelle. Le President Clinton a propose que le budget qui leur sera alloue en 2001 soit double.

Etats Unis Espace :

http://www.france-science.org/usa-espace

Les USA lèvent le dernier verrou à la navigation GPS
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

Le président Clinton a ordonné à l'armée américaine d'interrompre le 1er mai le brouillage sélectif des signaux de satellites utilisés dans le système civil de navigation GPS (Global Positioning System), ce qui améliorera considérablement sa précision. Cette décision, après quatre années de négociations, permettra à la radionavigation civile de bénéficier de la même exactitude que les militaires, soit une précision dix fois plus grande. Jusqu'à maintenant, un appareil GPS pouvait localiser une position à cent mètres près. Désormais, ce rayon sera réduit à 20 mètres, voire moins dans certains cas. Les applications commerciales du système sont innombrables. Déjà utilisé dans la navigation aérienne, maritime et terrestre, dans la prospection minière et pétrolière et la transmission de données informatiques, le GPS haute résolution permettra par exemple à des sauveteurs de localiser beaucoup précisément le lieu d'un accident. Le système GPS, issu de l'association de l'horloge atomique et du satellite, peut calculer une position et sa vitesse de déplacement, n'importe où sur le globe, à n'importe quel moment et dans n'importe quelles conditions météorologiques. Depuis des années et pour des raisons de sécurité, l'armée américaine introduisait volontairement des parasites dans les signaux transmis par satellite afin de limiter la précision de ce système. Le Pentagone se réserve cependant le droit de brouiller les signaux dans une zone géographique précise en cas de risque pour la sécurité des Etats-Unis.

Brève rédigée par @RTFlash

Space.com :

http://www.space.com/businesstechnology/business/gps_ban_lifted_000501.html




Du goudron dans l'espace
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

La sonde Stardust, qui collecte de la poussière interstellaire , donne déjà des résultats étonnants. Les scientifiques s'attendaient à ce que les grains de poussière soient essentiellement composés de minéraux simples : fer, magnésium, silicium, oxygène. Mais les premières analyses effectuées par le spectrographe de masse à bord de l'appareil ont donné des résultats étonnants : la poussière interstellaire serait composée surtout de grosses molécules organiques ressemblant un peu au goudron. La sonde Stardust, lancée en février 1999, recueille de la poussière interstellaire à l'aide d'un piège spécial depuis le mois de mars. Elle doit continuer sa collecte jusqu'à la fin de mai. Au cours des prochaines années, elle va continuer à collecter de la poussière interstellaire. Stardust doit revenir sur Terre en 2006. Il sera alors possible d'analyser de manière précise ces goudrons de l'espace. Cette découverte vient confirmer en tout cas que des molécules complexes, qui constituent les briques élémentaires de la vie, existent dans l'espace en bien plus grande quantité qu'on ne l'imaginait et qu'ils ont peut être joué un rôle dans l'apparition de la vie sur Terre.

Brève rédigée par @RTFlash

BBC News :

http://news.bbc.co.uk/hi/english/sci/tech/newsid_734000/734780.stm

^ Haut
Vivant
Santé, Médecine et Sciences du Vivant
Le clonage inverse le vieillissement
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

Le clonage produit-il de jeunes vieillards? C'est ce que l'on soupçonne depuis que l'on a découvert, l'an passé que Dolly la brebis clonée avait des cellules qui avaient son âge plus celui de sa mère. Mais des chercheurs de la firme américaine Advanced Cell Technologies (ACT) remettent cette idée en cause dans un article publié dans la revue Science. Ils révèlent, en effet, l'existence d'un groupe de six vaches ayant des cellules plus jeunes que celles de nouveaux-nés, bien qu'elles aient été clonées à partir d'animaux d'un âge très avancé. En principe, les cellules ne se divisent qu'un nombre limité de fois. Lorsqu'elles ont perdu cette faculté de se remplacer elles-mêmes par des cellules plus jeunes, elles vieillissent et meurent. Le processus est contrôlé par les télomères, des structures de la cellules qui raccourcissent avec chaque division. L'an dernier, on a découvert que la brebis Dolly avait des télomères anormalement courts. Elle avait hérité des cellules âgées utilisées pour son clonage et son propre vieillissement avait fait le reste. Pour savoir si ce problème se produisait à tout coup, les chercheurs d'ACT ont cloné six vaches à partir de cellules en fin de course, à qui il ne restait plus que de zéro à quatre division. Si le problème de Dolly s'était reproduit, les veaux naissants auraient été, sur le plan cellulaire, de véritables vieillards au seuil de la mort. Or, l'étude menée par Robert P. Lanza révèle au contraire que les cellules de ces veaux avaient environ 90 cycles de division devant eux. Mieux encore, à l'âge d'un an, leur télomères étaient encore plus longs (meilleurs, donc) que ceux de veaux naissants? "C'est tout à fait remarquable", souligne Robert Lanza. "Les télomères de toutes les vaches, y compris l'une d'elles qui célèbre son premier anniversaire cette semaine, ont l'apparence de ceux d'un nouveau-né". Les chercheurs reconnaissent toutefois qu'ils ne savent toujours pas exactement pourquoi ni comment le clonage a aidé ces cellules à "rajeunir" ou si cela se traduira par une plus grande longévité pour les animaux. Chez Dolly, en effet, les cellules montraient des signes de maturité, indiquant qu'elles semblaient avoir hérité de l'"âge" de la mère génétique. Des techniques de clonage différentes pourraient expliquer toutefois ces différences, avancent les chercheurs. Les créateurs de Dolly avaient ainsi utilisé des cellules soumises à un jeûne et mises en état de repos, au lieu de cellules à la fin de leur espérance de vie comme cela a été le cas avec les vaches. L'utilisation de cellules donneuses différentes a pu également avoir joué un rôle: des cellules mammaires pour Dolly et des fibroblastes (cellules jeunes du tissu conjonctif) pour les vaches. Cette découverte va relancer l'intérêt pour le clonage, qui s'était émoussé avec la découverte du vieillissement prématuré de Dolly. La recherche se poursuit pour découvrir le mécanisme capable de redonner leur jeunesse aux cellules clonées.

Cybersciences :

http://www.cybersciences.com/cyber/3.0/N1797.asp

AFP :

http://fr.news.yahoo.com/000428/2/cj87.html

Reconstruire l'ovule pour permettre la transmission des gènes
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

Une nouvelle méthode de procréation médicalement assistée pourrait permettre aux mères de transmettre leur patrimoine génétique tout en ayant recours à un don d'ovule. Des chercheurs français, italiens et espagnols ont en effet mis au point une nouvelle technique de traitement de l'infertilité qui utilise le noyau de l'ovule d'une femme souffrant d'infertilité. Le noyau de l'ovocyte est ainsi transféré dans l'oeuf d'une donneuse qui est lui privé de son noyau. La femme peut ainsi transmettre l'essentiel de ses gènes, ainsi que le père dont on utilise le sperme. Cette nouvelle méthode, publiée dans la revue Human Reproduction, pourrait aussi être appliquée aux femmes porteuses de maladies héréditaires rares liées à des défauts de l'ADN. Aucune fécondation à partir d'un ovocyte reconstruit n'a été tentée en raison de l'interdiction d'utiliser des embryons humains pour la recherche qui prévaut en France et en Espagne, tandis qu'en Italie le recours aux embryons est encadré par des réglementations très strictes

Brève rédigée par @RTflash

Telegraph :

http://www.telegraph.co.uk/et?ac=002550124263240&rtmo=fqrafDfs&atmo=KKKKKKYM&pg=...

Un régime alimentaire sain permet de réduire les risques de décès
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

Un régime alimentaire basé sur des recommandations diététiques élémentaires est associé à une diminution de la mortalité chez les femmes. Une alimentation basée sur la consommation régulière de fruits, légumes, céréales, laitages pauvres en graisses, viande maigre et volaille pourrait réduire de 30 % la mortalité. Cette étude, publiée dans le Journal of American Medicine Association, a été réalisée par le Dr Kant et ses collaborateurs (Queens College of the City University of New York, ).La plupart des travaux réalisés sur les régimes alimentaires ne portaient que sur un seul groupe d'aliments. De plus, l'effet de ces régimes était souvent évalué en fonction de maladies précises. Peu de travaux ont évalué les conséquences globales des régimes alimentaires complexes. L'équipe du Dr Kant a analysé les réponses à un questionnaire alimentaire de plus de 42.000 femmes (61 ans en moyenne) qui avaient participé à une campagne de dépistage du cancer du sein (Breast Cancer Detection Demonstration Project). Ces femmes ont été suivies pendant 5,6 ans en moyenne, ce qui a permis aux auteurs d'étudier la qualité de leurs régimes alimentaires et leurs conséquences sur la mortalité. Les réponses aux questionnaires alimentaires ont été analysées de façon à créer un indice de comportement alimentaire ("recommended food score" ou RFS). Le RFS a été défini comme la somme du nombre d'aliments recommandés (par les autorités américaines) consommés au moins une fois par semaine : un RSF élevé correspond donc à une alimentation saine. Au cours du suivi, 2.065 décès ont été enregistrés. Les chercheurs ont montré que le RFS était "inversement associé à la mortalité globale". Un RFS faible était associé à un risque supérieur de cancer, maladie coronarienne ou accident vasculaire ischémique. Les résultats ont été ajustés en fonction de plusieurs facteurs : niveau d'instruction, origine ethnique, index de masse corporelle, tabac, alcool, activité physique, traitement hormonal de substitution, antécédents médicaux. Après cet ajustement, l'analyse statistique montre que les femmes qui avaient le RFS le plus élevé présentaient un risque de décès réduit de 30 % par rapport à celles avec le RSF le plus bas. Le Dr Kant et ses collaborateurs indiquent que ces résultats sont d'une importance capitale en santé publique : des recommandations alimentaires simples peuvent significativement améliorer la santé des patients. Bien que ce résultat ne soit pas surprenant, cette étude a permis de chiffrer le bénéfice d'un régime alimentaire sain en intégrant les aliments dans leur globalité. On peut légitimement supposer que cette tendance se retrouve également chez les hommes

Brève rédigée par @RTflash

Washington Post :

http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/articles/A13736-2000Apr25.html

Le mystère des neurones du sommeil éclairci
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

Les neurones du sommeil, qui devraient permettre d'expliquer pourquoi certains passent de mauvaises nuits et d'autres se lèvent frais et dispos, viennent pour la première fois d'être identifiés par des chercheurs français et suisses. Ces cellules nerveuses, de forme triangulaire, étudiées et caractérisées en laboratoire, pourraient constituer à terme une cible potentielle de traitement des troubles du sommeil, plus ciblés avec moins d'effets secondaires, a expliqué à l'AFP Thierry Gallopin (INSERM, laboratoire de Neurobiologie des Etats de Sommeil et d'Eveil, à Lyon). Cette découverte, faite à partir de cerveaux de rats, permettra peut-être aussi de comprendre à terme pourquoi les humains sont condamnés à dormir pour vivre. "On passe un tiers de notre vie à dormir", rappelle-t-il. Le neurobiologiste français a ainsi découvert que les neurones du sommeil, dont l'activité est nécessaire pour l'endormissement, sont maintenus inactifs lors de l'éveil par l'action conjointe de trois substances excitatrices (la noradrénaline, l'acétylcholine et la sérotonine) libérées dans le cerveau, par les neurones des centres d'éveil. "Les neurones du sommeil et de l'éveil sont capables de s'inhiber mutuellement", explique le Pr Michel Muhlethaler de l'université de Genève. "Dans notre vie quotidienne, les phases d'éveil et de sommeil doivent de toute évidence dépendre du point d'équilibre qui s'établit entre ces deux types de cellules. Une personne s'endort rapidement quand les neurones du sommeil s'activent et inhibent du même coup les neurones de l'éveil," ajoute-t-il.

AFP :

http://www.afp.com/ext/francais/lemonde/sci/000426192326.blm1i3l2.html

Nature/27-04-2000 :

http://www.nature.com/nature/

La chirurgie sans chirurgien
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

Il s'appelle Caspar. C'est un robot, et, ce jeudi après-midi, il opère, tout seul, le genou gauche d'un monsieur de 73 ans qui souffre d'arthrose depuis cinq ans. Sans l'aide d'aucune main humaine, la fraise lime, rogne, coupe et lave les os dénudés, où devra se loger la prothèse. A ses côtés, Werner Siebert, chirurgien orthopédiste à Kassel (Allemagne), les bras croisés, ne fait rien. S'assure seulement que le robot fonctionne. Que le patient va bien. Et commente l'opération à l'intention de plusieurs dizaines de chirurgiens allemands et français, mais aussi britanniques, belges, néerlandais ou portugais conviés à assister à la retransmission, en direct, de la première pose automatisée de prothèse complète du genou. Pendant tout l'exposé du patron, la machine obéit à l'ordre affiché sur l'écran de l'ordinateur: "Fraisez!" Et elle fraise, pendant près d'une demi-heure. Ce travail terminé, l'homme prend alors le relais du robot: il ajuste la prothèse, puis recoud le genou. L'opération est terminée. Le gros du travail avait commencé la veille. Sur un écran d'ordinateur, Werner Siebert a projeté l'image du genou en trois dimensions. Il a mesuré les paramètres, calculé l'axe d'alignement, défini le volume du fraisage, choisi une prothèse, puis transmis tous ces éléments au robot. Deux vis, implantées l'une dans le fémur, l'autre dans le tibia du patient, servent de repère à la machine. Le jour de l'opération, il suffit de donner le signal de départ. Enfin, presque. Il arrive parfois que le robot freine, rencontre des obstacles inattendus. Dans ce cas, le chirurgien en revient aux bonnes vieilles méthodes à l'ancienne: un burin pour dégager la masse osseuse gênante, un sécateur pour éliminer un cartilage. Puis laisse de nouveau les commandes à l'automate. L'intérêt du robot, plaide Werner Siebert, c'est sa précision. Il supprime en effet la part d'aléatoire de la main du médecin, calcule au plus juste l'élimination des résidus osseux. La machine a d'abord été programmée pour poser des prothèses de hanche, puis pour le remplacement du ligament croisé antérieur du genou. Demain, elle le sera pour le rachis (colonne vertébrale). L'automate, fabriqué par Maquet, une firme allemande, n'a qu'un seul concurrent au monde, une machine produite par une société américaine d'informatique, ISS. François Aubart, chef du service de chirurgie orthopédique au centre hospitalier intercommunal d'Eaubonne-Montmorency (Val-d'Oise), qui utilise Caspar pour les prothèses de la hanche depuis six mois, espère réaliser les premières poses de prothèse du genou d'ici à quelques semaines. En France, seuls cinq établissements - dont quatre dans le secteur privé - disposent de ce petit bijou qui coûte environ 3,5 millions de francs.

Libération :

http://www.liberation.com/quotidien/semaine/20000502marw.html

Rester calme contribue à éviter les problèmes cardiaques
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

Une personne coléreuse a trois fois plus de risques qu'une autre de subir une attaque cardiaque ou de mourir brusquement d'un arrêt du coeur. Cette étude, menée à partir de dossiers concernant près de 13.000 personnes suivies pendant six ans, indique que les plus coléreuses ont eu 2,69 plus de risques d'attaque cardiaque ou de mort subite que celles d'une nature paisible. Celles qui se mettent moyennement en colère ont 35% plus de risques. "Notre étude montre que la colère peut potentiellement mener à une attaque cardiaque, notamment chez les hommes et le femmes d'un âge moyen bénéficiant d'une tension sanguine normale", souligne le principal auteur de l'article, le Pr Janice Williams, de l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill. Ces résultats confirment ce qui est depuis longtemps présumé, à savoir note-t-elle, que "les états émotionnels tels que la colère, l'anxiété et la dépression ont un impact sur la santé". Une attaque cardiaque survient lorsqu'un vaisseau sanguin est bouché par un caillot qui se forme sur une plaque de graisse déposée sur ses parois. L'hormone du stress rétrécissant les vaisseaux, elle favorise ce phénomène.

Brève rédigée par @RTFlash

Washington Post :

http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/health/

Une protéine naturelle contre le cancer du poumon
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

Une protéine produite par l'organisme pourrait être utilisée pour traiter le cancer du poumon, d'après des recherches menées aux Etats-Unis, à l'Université de Californie. L'équipe du docteur Steven Dubinett a isolé une protéine sécrétée par les glandes lymphatiques pour tuer les cellules cancérigènes du poumon. L'expérience, menée sur des rats, a permis la guérison dans 40 des cas et la réduction de la tumeur pour le reste du groupe. Cette protéine fait partie des composants chimiques du système immunitaire. Lorsqu'elle est injectée dans la tumeur, elle attire des agents du système immunitaire, comme les lymphocytes, qui détruisent les cellules cancéreuses. Cette protéine vient s'ajouter à liste de celles déjà découvertes ces dernières années, qui ont la capacité de ralentir ou d'arrêter la croissance des tumeurs cancéreuses. Le Pr Dubinett souhaite la tester sur l'homme.

Brève rédigée par @RTflash

UCLA :

http://www.cancer.mednet.ucla.edu/News/pr042400.html

L'extrait de Ginko biloba pourrait limiter les lésions après un accident vasculaire cérébral
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

L'extrait de Ginko biloba, habituellement utilisé en phytothérapie pour les problèmes de mémoire, réduit les dommages cérébraux après un accident vasculaire ischémique chez des souris. Les auteurs de cette découverte ont néanmoins rappelé qu'il était trop tôt pour recommander l'extrait de Ginko biloba aux patients avec un risque d'accident vasculaire cérébral. Un des moyens envisagés pour réduire les lésions après un accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique est de limiter la production de radicaux libres après un l'AVC. L'équipe du Dr W. Clark (Oregon Stroke Center, Oregon Health Science University) a évalué l'effet de l'extrait de Ginko biloba (qui contient des antioxydants) chez des souris victimes d'un AVC ischémique. Leurs résultats viennent d'être présentés lors du 52° Congrès Annuel de l'Académie Américaine de Neurologie à San Diego. Les chercheurs ont induit un AVC chez des souris qui avaient préalablement reçu de l'extrait de Ginko biloba par voie orale durant une semaine à des doses variables. Les auteurs ont montré que de faibles doses d'extrait étaient associées à une diminution de 30 % des lésions cérébrales contrairement à des doses plus élevées qui n'ont pas entraîné de bénéfice significatif. "Un travail supplémentaire est nécessaire afin de définir la dose efficace", selon le Dr Clark. "De plus, le Ginko est également un fluidifiant sanguin, il est peut être risqué de l'utiliser chez des patients qui bénéficient déjà de ce type de traitement couramment prescrit chez des personnes avec un risque d'AVC". Les scientifiques notent enfin que les principes actifs de l'extrait sont nombreux et qu'il est probable que seulement certains d'entre eux apportent un réel bénéfice.

Caducée :

http://www.caducee.net/

La France réalise la première réussite complète d'une thérapie génique
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

Une équipe de chercheurs français a réussi à soigner des enfants atteints de graves déficits immunitaires grâce à une thérapie génique. Cette expérience, menée par l'équipe du professeur Alain Fischer et du docteur Marina Cavazzana-Calvo à l'INSERM et à l'hôpital Necker des enfants malades, à Paris, a permis le rétablissement d'un système immunitaire normal chez de jeunes patients. Ce résultat peut être qualifié de "premier succès" de la thérapie génique, a déclaré Alain Fischer, lors d'une conférence de presse organisée par l'INSERM, l'Association française contre les myopathies (AFM) et l'Assistance publique-hôpitaux de Paris. Le président Jacques Chirac a salué dans un communiqué ces "progrès remarquables" qui ouvrent "un immense espoir pour le présent et l'avenir". "Pour la première fois, la démonstration qu'il est possible de guérir une maladie par thérapie génique est apportée", écrit le chef de l'Etat. "Je suis fier que nous le devions à une équipe française." D'autres expériences avaient auparavant donné des résultats "et certains avantages pour les patients", a souligné Alain Fischer. "Mais jamais de correction complète de la maladie", ce qui nécessitait un traitement complémentaire. Au contraire, chez les enfants traités "nous observons la correction de tous les marqueurs de la maladie", explique le chercheur. "Si l'on fait un test sanguin, rien ne peut distinguer ces enfants traités d'enfants normaux. Cela n'avait jamais été obtenu pour d'autres maladies. "La maladie visée par cette expérience était un déficit immunitaire très grave et très rare, puisqu'il ne touche qu'un enfant sur 150.000, soit cinq enfants par an en France. Cette maladie, qui résulte d'une mutation d'un gène - le gène gamma-C - se manifeste par l'absence totale de lymphocytes T et NK. Extrêmement sensibles à toutes les infections, les enfants atteints de cette maladie meurent avant un an sans traitement ou doivent vivre dans des bulles stériles - on parle d'"enfants bulles". Le seul traitement était jusqu'à présent la greffe de moelle, mais il ne permet pas de guérir tous les enfants. La thérapie génique expérimentée consiste à prendre des cellules dans la moelle osseuse des patients, à y introduire des gènes gamma- C normaux grâce à un vecteur "rétro-viral" et à réinjecter ces cellules ainsi modifiées aux patients. Au total, cinq enfants ont ainsi été traités à l'hôpital Necker. "Leur système immunitaire est normal, sur tous les critères. Leur taux de lymphocytes T est normal. Ils ont développé normalement des anticorps après les vaccinations infantiles et ces enfants sont retournés chez eux et vivent normalement", explique le professeur Fischer. Reste à savoir si les résultats positifs obtenus pour les quatre autres sont définitifs. Les chercheurs affirment qu'il est impossible, dans l'état actuel des choses, de répondre à cette question avec certitude. Ils estiment cependant que dans l'hypothèse la moins favorable, les enfants traités avec succès ont probablement devant eux une vingtaine d'années de vie normale et qu'ils pourront de nouveau être traités quand ce sera nécessaire. En tout état de cause, les recherches sur la thérapie génique se poursuivent. "Nous travaillons à élargir la technique à un autre déficit immunitaire sévère", souligne Marina Cavazzana-Calvo.

Reuters :

http://fr.news.yahoo.com/000427/32/ciwi.html

New York Times :

http://www.nytimes.com/library/national/science/health/042800hth-gene-therapy.ht...

BBC :

http://news.bbc.co.uk/hi/english/sci/tech/newsid_728000/728512.stm

Science/28-04-2000(traitement de l'immunodéficience sévère par la thérapie génique)

http://www.sciencemag.org/content/current/

Un gène impliqué dans la schizophrénie pourrait bientôt être découvert
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

Des chercheurs canadiens et américains viennent d'identifier une région précise du chromosome 1 qui semble être liée à la schizophrénie. Cette localisation a été rendue possible par l'étude de 22 familles dont au moins deux membres étaient schizophrènes. Selon le Dr Basset (Université de Toronto), coordinateur de cette étude, plusieurs gènes ainsi que des facteurs environnementaux sont impliqués dans la maladie. Le Dr Brzustowicz, principal auteur de ces travaux, rappelle que des études familiales et sur des jumeaux ont démontré que la schizophrénie avait une origine essentiellement génétique. La complexité et la multiplicité des processus à l'origine de la maladie rendent la recherche de ces gènes difficile. Le Dr Basset et ses collaborateurs ont récolté pendant 12 ans des échantillons d'ADN provenant d'environ 300 personnes issues de 22 familles canadiennes chez lesquelles l'incidence de la schizophrénie était particulièrement élevée. L'examen de la totalité du génome dans ces échantillons a permis de montrer qu'une région précise du chromosome 1 (1q21-q22) était liée à la maladie de façon très significative. De précédentes recherches avaient suggéré que des régions du chromosome 1 (différentes de celle identifiée par cette équipe) étaient liées à la schizophrénie. L'équipe du Dr Basset a également confirmé que cette maladie était liée au chromosome 13 mais dans une moindre mesure. Ces recherches n'ont pas conduit à l'identification d'un gène mais permettent de cibler une région précise du génome pour la recherche d'un gène précis impliqué dans la maladie.

Caducée :

http://www.caducee.net/

^ Haut
Recherche
Recherche & Innovation, Technologies, Transports
Dans les Boeing, bientôt l'internet, son e-mail et la télé en vol
Samedi, 06/05/2000 - 00:00

Le constructeur aéronautique américain Boeing a annoncé, jeudi, le prochain équipement de ses avions de matériel permettant aux passagers d'avoir accès à l'internet et à leurs e-mail, ou de suivre différents programmes de télévision. Ce service de communication satellitaire à très haut débit sera accessible à un prix comparable à celui des tarifs actuels de communications téléphoniques à bord des avions. Le groupe Boeing a indiqué que ce service fonctionnera en temps réel jusqu'à des altitudes de 12.000 mètres, dans des avions volant à quelque 800 kilomètres par heure, à partir d'un réseau de communications déployé dans l'espace. Pour mettre en place ce service, le groupe Boeing a signé un accord de principe avec plusieurs entreprises qui participeront à ce système surnommé "Connection par Boeing". Les chaînes de télévision d'informations en continu CNN ou CNBC, les groupes japonais Mitsubishi et Matsushita, l'Américain Loral ou l'Italien Alenia sont notamment parmi les partenaires du groupe aéronautique. "Boeing veut être le leader dans la nouvelle économie du sans fil, ce qui signifie aider les compagnies aériennes et leurs passagers à rester toujours connecté dans le monde entier", a déclaré Phil Condit, P.D.G. de Boeing. "Aujourd'hui en vol, vous avez peu de choix. Vous pouvez lire un livre ou un magazine ou regarder quelques films. Mais bientôt, vous regarderez un match de football en direct, vous enverrez des e-mail ou ferez vos achats sur l'internet tout en jetant un oeil sur vos actions à la bourse", a-t-il ajouté. "L'avion va ressembler de plus en plus à votre maison ou votre bureau et le mode de voyage changera", a affirmé Phil Condit. Le groupe aéronautique a indiqué que les services seraient disponibles en 2001 et les experts, cités par Boeing, estiment que le chiffre d'affaires de ce nouveau marché est estimé à 70 milliards de dollars dans les 10 ans.

AFP :

http://fr.news.yahoo.com/000427/32/cixp.html

^ Haut
VOTRE INSCRIPTION
Vous recevez cette lettre car vous êtes inscrits à la newsletter RTFLash. Les articles que vous recevez correspondent aux centres d'intérêts spécifiés dans votre compte.
Désinscription Cliquez sur ce lien pour vous désinscrire.
Mon compte pour créer ou accéder à votre compte et modifier vos centres d'intérêts.
PLUS D'INFOS
Suivez-nous sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook
 http://www.rtflash.fr
back-to-top