RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

RTFLASH Recherche & Technologie
NUMERO 24
Lettre gratuite hebdomadaire d’informations scientifiques et technologiques
Créée par René Trégouët rapporteur de la Recherche et Président/fondateur du Groupe de Prospective du Sénat
Edition du 13 Novembre 1998
Recommander  |  Désinscription  |  Lire en ligne
Egalement dans ce numéro
TIC
Le réseau téléphonique familial va servir à relier les PC
Un an et demi de retard Internet pour les entreprises européennes
Un américain adulte sur quatre utilise internet
Les internautes veulent aller plus vite
Les Français investissent timidement dans Internet
Multiplication par 10 des revenus des services sur Internet en 2002
Accès Internet en France : augmentation de 240 %
Internet arrive sur les mobiles européens
3Com va lancer des mobiles "intelligents"
Le commerce électronique, un moyen pour sortir du marasme économique
Internet : initiative américaine en faveur des pays pauvres
Le commerce électronique redonne le pouvoir au consommateur
L'informatique de demain selon IBM
Des micros-cadenas pour ordinateurs
Intel repense le PC
Dell casse les prix pour les PME et les particuliers
Les PC vont-ils devenir gratuits ?
Nouveau record de capacité de stockage pour les disques durs
La révolution de la cyberédition
Lire son livre électronique sur un Palm Pilot ?
DVD, CD-RW, MD, NT... Faites vos choix !
Des magnétoscopes numériques intelligents
Avenir
Des nanomachines pour réparer le corps humain en 2015
Matière
Une ligne à haute tension supraconductrice
Vivant
A charge virale égale, le risque de SIDA est plus important chez les femmes
La thérapie génique s'aventure dans les artères
L'apprentissage de la musique favorise la mémoire
Recherche
La culture de cellules indifférenciées pourrait révolutionner la médecine
TIC
Information et Communication
Le réseau téléphonique familial va servir à relier les PC
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

Le concept de réseau local familial est en train d'évoluer. Jusqu'à maintenant, les projets des constructeurs de PC, comme Compaq, qui voulaient installer des micro-ordinateurs dans chaque pièce du foyer prévoyaient de les relier entre eux par un réseau local classique, dérivé des solutions d'entreprises. En annonçant la création de la Home Phoneline Networking Alliance, AMD, Motorola, Texas Instruments, Dell et les autres veulent mettre au point un standard qui permettra de transmettre les données entre les machines, via le câblage téléphonique déjà installé dans la maison. D'où une installation plus simple, et peut-être, des coûts de connexion réduits. La normalisation devrait être prête dans six mois et les premiers produits apparaîtront peu après.

(Les Echos:6/11/98)

http://www.lesechos.fr/silval/

Un an et demi de retard Internet pour les entreprises européennes
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

Pour le Gartner Group, aucun doute, l'Europe a douze à dix-huit mois de retard en matière de développement en milieu professionnel des technologies Internet. Autant dire que ce retard signifie, pour la firme d'études et d'analyses, un manque de compétitivité équivalent. C'est surtout en matière de commerce électronique inter-entreprises (business-to-business) que le Gartner Group estime le retard européen le plus préoccupant. Mais les entreprises du Vieux-Continent auraient quelques excuses, par rapport à leurs homologues américaines : le coût élevé des communications par exemple. Sans parler des problèmes non réglés de taxation des transactions sur le Net, ou de la réglementation harmonisée des libertés individuelles.

(Les echos/6/11/98)

http://www.lesechos.fr/silval/

Un américain adulte sur quatre utilise internet
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

54 millions d'américains, soit 27 % de la population adulte utilisent internet selon une étude de Mediamark Research Inc. Entre mars et septembre 1998 le nombre d'internautes américains aurait progressé de 23% selon cette étude.

(Internet Daily /5/11/98)

http://www.tipworld.com

Les internautes veulent aller plus vite
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

D'après une étude menée aux Etats-Unis par le cabinet Yankee Group, un nombre croissant d'utilisateurs de l'Internet souhaitent pouvoir surfer plus rapidement. Les 2/3 des personnes interrogées sont intéressées par un accès Internet plus performant. 43 % d'entre eux affirment vouloir s'équiper d'un accès ultra rapide au Web, contre 25 % il y a un an. 36 % sont prêts à y mettre le prix, soit 40$ (environ 240 francs) par mois.

(Liberatoin/07/11/98)

http://www.liberation.com/multi/index.html

http://www.yankeegroup.com/

Les Français investissent timidement dans Internet
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

En France 275 millions de francs ont été investis sur le capital-risque dans les entreprises du secteur d'Internet en 1997. Ce étude réalisée par MGT (Marché de gros des titres d'entreprises non cotées) montre qu'aux États-Unis ce chiffre est de 9,5 milliards : 34 fois plus ! En outre, il est à noter que si les Français privilégient le domaine des logiciels, les Américains s'intéressent de préférence aux métiers liés à Internet.

(ZD Net/9/11/98)

http://194.98.7.131/fr/actu/cgi-bin/actu.cgi?Conf=E

Multiplication par 10 des revenus des services sur Internet en 2002
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

Le marché mondial des services autour des technologies Internet devrait rapporter 43,6 Md$ en 2002, soit près de 10 fois les revenus de 1997, selon des prévisions fournies par IDC. Le cabinet d'études estime que les entreprises vont de moins en moins utiliser Internet comme une vitrine pour leurs produits, et désormais utiliser ce médium pour des transactions de commerce électronique. De plus, ces sociétés font de plus en plus appel à des prestataires pour déployer leurs projets de boutiques en ligne. Aux Etats-Unis, les dépenses d'infogérance de sites Internet ont doublé en 1998, à 613 M$ ; elles devraient atteindre 3,6 Md$ en 2002. C'est également aux Etats-Unis que la dépense totale des entreprises en services Internet est la plus importantes : de 2,9 Md$ en 1997, elles devraient croître à 22,1 Md$ en 2002.

Accès Internet en France : augmentation de 240 %
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

Au 15 octobre 1998, les membres de l'Association française des fournisseurs d'accès et se services Internet (AFA) avaient ouvert 960.000 abonnements individuels (essayeurs et payants), représentant selon ses estimations 1,3 million d'utilisateurs, et près de 8 millions d'heures de connexion. Cela représente une augmentation de plus de 240 % en un an du nombre d'abonnés des membres de l'AFA, qui était estimé à 400 000 en septembre 97. Le trafic mensuel a suivi quant à lui une progression de 266 %, passant de 3 millions d'heures estimées en septembre 97 à près de 8 millions d'heures en octobre 98. Une étude réalisée par IDC France et publiée le 26 octobre constate "que les opérations "coup de poing" de la grande distribution à la rentrée ont accéléré l'avènement d'un marché véritablement grand public et que la demande, dans un contexte d'équipement croissant des ménages devrait rester élevée au dernier trimestre". Cela permet de penser qu'Internet en France maintiendra son rythme de développement dans les mois à venir.

(Benefice net /9/11:98)

http://www.benefice.net/nouvelles/98-11/02-333303.html

Internet arrive sur les mobiles européens
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

Telecom Italia Mobile, le premier opérateur de téléphonie mobile en Europe, s'apprête à expérimenter des accès Internet sur ses téléphones portables. De nombreux opérateurs européens s'engagent sur ce marché. Telecom Italia Mobile a signé un accord pour expérimenter la technologie d'accès à Internet sans fil d'Unwired Planet sur son réseau de téléphonie mobile. Il utilisera le logiciel serveur Up.Link Server pour offrir des services de base à ses abonnés. Ce logiciel s'appuie sur le protocole WAP destiné aux applications du sans fil. Ce protocole fait appel à un ensemble de standards créés par Ericsson, Nokia, Motorola et Unwired Planet. Il inclut un langage de programmation qui permet aux développeurs Web de créer des sites consultables sur des téléphones portables. De nombreux opérateurs européens s'engagent dans ce genre d'expérimentation. France Télécom, SFR-Cegetel, Swisscom en Suisse, Telia en Suède, Telenor en Norvège, T-Mobil en Allemagne ont ainsi planifié le démarrage de leurs expérimentations.

(Network news/9/11/98)

La voix sur IP s'imposera plus lentement que prévu
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

Selon une étude menée par Killen&Associates auprès de 1000 entreprises, la voix sur IP devrait s'accaparer 18 % du volume global des appels voix en 2002 et grimper à 33 % en 2005. Le chiffre longtemps donné à 45 % pour 2005 a été revu à la baisse suite aux réponses des sociétés sondées qui se montrent moins confiantes qu'avant quant à la qualité de la voix sur IP. Pour Bob Godwin, analyste chez Killen&Associates, "la baisse des coûts génère l'enthousiasme mais il faut que la qualité s'améliore pour qu'on assiste à une véritable explosion du marché".

(Network news/9/11/98)

3Com va lancer des mobiles "intelligents"
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

Le géant américain a l'intention de commercialiser des téléphones cellulaires dotés de fonctions avancées dès l'année prochaine en Europe. Ils s'appuieront sur la technologie du PalmPilot, l'organiseur le plus vendu dans le monde. Eric Benhamou, le président de 3Com, vient d'annoncer au salon Networld Interop qui se tient actuellement à Paris que sa société allait lancer l'année prochaine une gamme de téléphones mobiles intelligents. Ceux-ci s'appuieront sur le standard GSM et intégreront la technologie utilisée dans le PalmPilot, l'organiseur vedette de 3Com. La société préfère lancer le produit d'abord en Europe plutôt qu'aux Etats-Unis en raison de l'état avancé du réseau de téléphonie cellulaire sur le Vieux continent. "L'Europe a à peu près deux ans d'avance sur les Etats-Unis en matière de téléphonie GSM et le retard ne devrait pas être comblé rapidement." affirme Benhamou. "Les américains commencent à peine à mettre en place une infrastructure réseau pour les transmissions numériques sans fil." L'équipementier spécialisé dans les réseaux et les télécommunications compte lancer trois types de combinés téléphoniques. Le premier d'entre eux sera un téléphone destiné à être utilisé en liaison avec un PC. Le deuxième modèle sera un téléphone portable autonome connecté à une ligne 10Base-T. Enfin, le dernier serait un mobile sophistiqué qui donnera accès au Web et permettra de gérer des infos personnelles comme le fait le PalmPilot (contacts, calendrier, tâches...). Ce troisième modèle est celui qui concurrencera le plus directement les produits annoncés par Qualcomm et Microsoft ainsi que les futurs téléphones mobiles du groupe Symbian (alliance de Nokia, Ericsson, Motorola et Psion).

(Network news/9/11/98)

Le commerce électronique, un moyen pour sortir du marasme économique
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

Le commerce électronique constitue, à l'aube du nouveau millénaire, un moyen "extraordinaire" pour permettre aux pays les moins avancés de sortir du marasme économique, estiment les experts réunis au sommet de la CNUCED à Lyon. "Il ne faut pas rater le train" du cybermarché international en pleine phase de construction, a déclaré le secrétaire exécutif de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) Jean Gurunlian, aux représentants de pays en voie de développement. "Dans cet immense supermarché, l'endroit où l'on se trouve n'importe plus. Une petite entreprise de Tanzanie pourra vendre ses produits n'importe où dans le monde", a indiqué Jean-François Richard, vice-président de la Banque mondiale. Un village du Kenya pourra proposer son artisanat sur internet, une société asiatique diffuser son catalogue de livres dans le monde entier, pour un coût des télécommunications "en baisse constante". Il faut "trouver les moyens pour que les peuples aisés ne soient pas les seuls à être reliés au commerce électronique", afin que ce dernier "soit la pierre angulaire de la mondialisation" des échanges, a affirmé Herwig Schloegl, secrétaire général adjoint de l'OCDE. L'Afrique ne représente encore que 0,02% du trafic internet contre 85% aux pays industrialisés, selon la BM. Dans les pays en développement, on compte deux ordinateurs pour 1.000 habitants, cent fois moins que dans les pays riches. "Un ensemble d'opportunités s'ouvre à tous les pays. Les nouveaux partants ne sont pas handicapés", a affirmé Francis Lorentz, président d'une mission sur le commerce électronique. Seul risque: "que les pays qui ont la meilleure éducation" prennent une longueur d'avance. D'où l'importance d'une formation adéquate. Un effort du secteur privé doit aussi être réalisé pour établir des réseaux et ainsi participer à cette nouvelle économie mondiale. "Nous voulons aussi être présents dans le développement du commerce électronique", a déclaré Ernest Hon Nyanda, ministre des Transports et des télécommunications de Tanzanie. En 2001, 300 millions de consommateurs devraient être reliés à internet, prévoit la BM. Les échanges sur le net, qui s'établissent dans le monde entier à 30 à 35 milliards de dollars en 1998, devraient atteindre 430 milliards en 2002. Les experts ne cachent pas cependant que la concurrence pourrait être plus rude. Pour éviter les pièges, le commerce électronique va devoir établir ses propres règles: quels impôts, quel droit commercial, quelle douane, comment assurer la sécurité, le respect des données privées et intellectuelles ?

(AFP/10/11/98)

Internet : initiative américaine en faveur des pays pauvres
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

Les Etats-Unis prévoient une initiative pour permettre aux pays les plus pauvres de la planète de profiter du développement du réseau Internet et du commerce électronique, a annoncé le 11 novembre à Lyon un haut fonctionnaire américain. Le président Bill Clinton annoncera officiellement ce nouveau programme le 30 novembre, a indiqué Ira Magaziner, conseiller spécial de M. Clinton pour le commerce électronique et les nouveaux réseaux d'information, lors d'une session du sommet de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), sur le thème "Partenaires pour le développement". "Internet peut être une grande force pour le développement économique, la démocratisation et pour promouvoir la communication et l'entente internationales, mais une grande partie de la population des pays en voie de développement risque de passer à côté de la révolution de l'information", a estimé M. Magaziner. Le plan américain visera à favoriser des partenariats entre les secteurs public et privé pour favoriser l'investissement dans les pays en voie de développement, a-t-il ajouté. Ces projets devraient notamment faciliter l'accès à l'Internet dans les zones rurales et l'utilisation du réseau par les entrepreneurs et les consommateurs de ces pays. Washington proposera également aux autres gouvernements et aux organisations internationales de participer à cet effort de rendre le commerce électronique "vraiment global", a dit M. Magaziner. Pour l'ancien secrétaire général des Nations unies, Boutros Boutros-Ghali, le réseau Internet, "instrument de démocratisation le plus puissant qu'on ait jamais connu", ne doit pas aboutir à une "discrimination numérique" qui verrait se creuser le fossé entre les riches et les pauvres.

(AFP/11/11/1998)

http://www.actualinfo.com/

Le commerce électronique redonne le pouvoir au consommateur
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

On les appelle les shopbots des agents intelligents, des robots à faire les courses. Ils portent en eux cette utopie : le rêve d'un marché parfait, transparent, celui du prix optimal satisfaisant à la fois le producteur et le consommateur. Un marché où l'offre et la demande s'équilibrent, un marché en quelque sorte écologique, sans gaspillage ni invendus. Le commerce électronique redonne du pouvoir au consommateur. Jusqu'à présent, schématiquement, le comportement du consommateur variait entre deux extrêmes. D'une part, l'achat d'impulsion, futile ou utile, mais qui répond à une sollicitation forte : " Je veux tout de suite quelque chose que je suis prêt à payer le prix fort, quitte à m'endetter. " D'autre part, l'achat " intelligent ", planifié dans le temps : " Je veux avant tout bénéficier des meilleures conditions. Je compare les prix et/ou j'attends le bon moment, une promotion avant d'acheter. " L'utilisation des agents intelligents dans le commerce électronique remet en cause cette relative dichotomie des comportements des acheteurs. Il devient en effet possible d'acheter immédiatement tout en bénéficiant des meilleures conditions. A condition toutefois de s'accommoder d'un certain délai de livraison. Face à la prolifération des sites marchands sur Internet (près de 800 en France à la fin de l'année) et au manque de transparence des contenus propres au média électronique, le consommateur ressent le besoin de disposer d'outils d'assistance et de comparaison pour l'aider dans sa quête du meilleur rapport qualité/prix. Cette demande est particulièrement forte pour les produits standards, dont le prix reste l'élément prépondérant de la décision d'achat. Le principe de l'agent intelligent est simple. Il s'agit d'un programme auquel on a défini une ou plusieurs tâches. Ce qui implique qu'il ne sait faire que ce pourquoi il a été programmé. Par exemple, visiter 20 sites de ventes de voyages, solliciter une requête sur une destination et une date et rapatrier le prix affiché dans un tableau de données homogènes. Marchands hostiles. Pour l'instant, les résultats n'ont pas été à la hauteur des espérances. L'application au commerce électronique a véritablement commencé en 1995, avec l'annonce de Bargain finder (celui qui trouve la bonne affaire, www.bf.cstar.ac.com/bf/) développé par Andersen Consulting. Le problème est que cette première génération de shopbots destinés aux consommateurs a immédiatement rencontré l'hostilité des marchands. Les choses ont sensiblement évolué à l'automne 1997, lorsque le site portail Excite a racheté l'éditeur de logiciel Netbot et a mis à la disposition de ses utilisateurs le shopbot Jango (www.jango.com). Mais, pour la circonstance, Excite a volontairement bridé la technologie en limitant la recherche à son site et aux commerçants avec lesquels Excite a passé des accords. Depuis, d'autres annuaires et moteurs de recherche ont suivi le même chemin. Ainsi, Yahoo et Hotbot intègrent Junglee (www.junglee.com) à leur galerie commerciale. Plus récemment, le rachat de Junglee par Amazon Com montre clairement que les grands sites marchands qui proposent des millions de références ont décidé de mettre à profit les agents comme d'efficaces instruments de ciblage et de personnalisation de leur offre.

(La Tribune/11/11/98)

http://www.latribune.fr/tribjour/indextri.html

L'informatique de demain selon IBM
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

Le PC tel que nous le connaissons aujourd'hui cédera sa place à l'ordinateur en réseau, d'après IBM. Idée incarnée par le concept du pervasive computing, autrement dit l'informatique éclatée. Selon Big Blue, la plupart des composants de l'ordinateur de demain - disque dur, mémoire vive, processeur - seront délocalisés sur réseau. Ceci afin d'obtenir de bien meilleures performances, grâce à un super-serveur unique. Cette structure évitant aussi à l'utilisateur les tracas de maintenance, de mise à jour, etc. IBM a également prédit, la généralisation de la commande vocale de l'ordinateur (la firme est un précurseur en la matière avec son logiciel ViaVoice). De même, les cartes intelligentes, véritables bases de données personnelles miniatures, vont se répandre de plus en plus selon les analystes d'IBM qui exposaient leur vision de l'avenir de l'informatique, à Cannes, à l'occasion du Symposium/ITxpo98,

(ZD Net:/6/11/98)

Des micros-cadenas pour ordinateurs
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

Des ingénieurs du laboratoire de Sandia à Albuquerque au New Mexico ont développé des micro-cadenas à combinaison pour protéger les ordinateurs contre les agressions des pirates de l'informatique. Le Financial Times (FT) précise que ce système physique est cent fois plus fiable que les actuels logiciels de filtrage puisque le pirate a seulement une chance sur un million de trouver le bon code. Si une mauvaise combinaison est fournie, le système se désactive et peut être réinitialisé que par le propriétaire. Frank Peter, directeur du projet, fait remarquer qu'un logiciel garde-barrière peut toujours être subtilement manipulé alors qu'une micro-machine (MEMES) est à l'abri de ce défaut. Aussi petit qu'une pièce de dix centimes, le système en silicium est constituée de six roues dentées et de six peignes les actionnant en transformant une force électrostatique en une force mécanique. Le laboratoire a déposé une demande de brevet et espère début la commercialisation avant deux ans.

(ST-Presse/5/11/98)

http://www.france-science.org

Intel repense le PC
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

Depuis son apparition en 1981, l'ordinateur individuel a évolué et intégré de nouvelles technologies, tout en conservant ses composants initiaux, pour des raisons de compatibilité. C'est cette fameuse compatibilité que remet en cause Intel aujourd'hui, en dévoilant son prototype de PC de nouvelle génération. Reposant uniquement sur les derniers types d'interfaces (PCI, USB, FireWire), le Concept PC doit être plus fiable, moins cher, mais surtout plus facile à utiliser. Intel rend la cohabitation des interfaces, nouvelles comme plus anciennes, responsable de la complexité et du manque se stabilité des PC actuels. En abandonnant certains composant obsolètes comme le bus ISA ou les ports série, Intel veut simplifier l'ordinateur personnel, pour favoriser sa pénétration dans les foyers. "Ce qu'attendent les gens" déclare Steve Whalley d'Intel, "c'est de pouvoir sortir la machine de la boite, d'y connecter écran et clavier et de se mettre immédiatement à travailler". "L'industrie du PC est à un point critique de son évolution" selon l'analyste John Latta. "Alors que les taux de croissance et de pénétration dans les foyers atteignent leur limite, de nouvelles façons d'amener l'informatique au public doivent apparaître". Certains analystes présentent le récent iMac d'Apple comme le premier pas dans cette voie. Le Concept PC d'Intel n'est, lui, pas destiné à la vente. Mais en le présentant à huis clos aux constructeurs de PC lors du dernier Comdex de Las Vegas, Intel espère ouvrir la route du PC de demain.

(ST-Presse/4/11/98)

http://www.france-science.org

Dell casse les prix pour les PME et les particuliers
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

Dell Computer (DELL), spécialiste de la vente directe, vient d'annoncer un baisse de prix de l'ordre de 13 % sur les machines Dell Dimension destinées aux PME et aux utilisateurs domestiques. Cette baisse de prix s'applique sur les configurations haut de gamme, (les Dimension XPS) qui intègrent les processeurs Pentium II d'Intel à 400MHz et 450MHz. Dell attribue cette baisse de prix à l'économie réalisée sur les coûts des composants.

Les PC vont-ils devenir gratuits ?
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

Face à la chute vertigineuse du prix des ordinateurs personnels, les fournisseurs de services réticulaires ne seront-ils pas tentés d'offrir à leurs clients des PC gratuits, à l'instar des opérateurs de téléphonie cellulaire qui utilisent de façon presque systématique cette stratégie commerciale ? Selon Lou Mazzuchelli, consultant pour Gerard Klauer Mattison et Steve Dukkar, président de E-Machines, cette évolution est très probable. Alors qu'IBM commercialise un PC à moins de 600 dollars, Packard Bell propose 100 dollars de remise sur un micro-ordinateur à 700 dollars, pourvu que le client accepte de laisser une place préférentielle sur son bureau au fournisseur d'accès EarthLink. Pour sa part, E-Machines, en s'associant avec ICG Communications pour proposer une configuration à moins de 500 dollars, écran compris, devrait faire une entrée remarquée sur le marché (plus de 200 000 ventes attendues avant les fêtes de fin d'année).

(ST-Presse/10/11/98)

http://www.france-science.org

Nouveau record de capacité de stockage pour les disques durs
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

IBM fête à sa manière le centenaire de l'enregistremement magnétique. La firme a en effet annoncé mercredi 11 novembre la commercialisation prochaine d'un disque dur d'une capacité de 25 giga octets et s'offre un nouveau record en matière de stockage magnétique. En 1898, l'ingénieur danois Valdemar Poulsen avait breveté le télégraphone, un appareil capable d'enregistrer la voix sur une corde de piano déroulée devant un électroaimant. Muni d'un fil d'acier de 100 mètres, le télégraphone permettait de stocker 45 secondes de son, qu'il restituait ensuite dans un casque sans les traditionnels "scratch" des phonographes. L'enregistrement magnétique ne connut cependant son essor qu'après l'invention de la bande magnétique par le chimiste allemand Fritz Pfleumeren en 1927. C'est IBM qui commercialisa le premier disque dur en 1956. Ce dernier est un formé d'un ou plusieurs disques rigides recouverts de particules magnétiques et enfermés dans un boitier hermétique pour éviter que des poussières ne s'insèrent entre la surface de stockage et les têtes de lecture et d'écriture. Son principal avantage sur les bandes magnétiques est un accès quasi instantané à l'information. En 1956, le Ramac 305 d'IBM offrait une capacité de stockage de seulement 5 méga octets. Vendu 50 000 dollars, il occupait le volume de deux réfrigérateurs. Aujourd'hui les plus petits disques du fabricant - et du monde - pèsent 20 grammes et stockent 340 méga octets dans un volume à peine plus gros qu'une pièce de cinq francs. Les disques magnétiques sont loin d'avoir atteints leurs limites, que les spécialistes estiment aux alentours de 8 Gbits/cm2 , ce qui nous promet des disques durs, format " carte de crédit " de 380 Go, soit l'équivalent de...550 cédéroms.

(Le Monde/11/11/98)

La révolution de la cyberédition
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

Il ne s'agit, pour l'instant, que de quelques indices ténus : les Editions à la Carte rééditent à l'unité, sur commande, les ouvrages anciens de la Bibliothèque de France. Le dernier livre de Pierre Bourdieu, dont le Seuil a cédé les droitsélectroniques, est disponible sur Internet en même temps qu'en librairie. Sur cette toile d'araignée informatique mondiale, un nombre croissant de cyberéditeurs vendent maintenant des manuscrits inédits sous forme de fichiers électroniques, tandis que se multiplient les " librairies virtuelles " pratiquant la vente directe. Ces initiatives ne concernent, certes, que quelques milliers de livres, contre les 342,5 millions vendus l'an dernier par l'édition française. Pourtant elles pourraient bel et bien constituer les signes avant-coureurs d'un séisme : l'explosion du modèle économique traditionnel de l'édition. Car l'émergence d'Internet et les progrès techniques vont, à terme, recomposer tous les maillons de la chaîne du livre : leur création, leur édition, leur distribution... et même leur mode de consommation ! En outre, l'idée même que l'on se fait de l'entité livre pourrait évoluer. Le site Edispher propose déjà à ses visiteurs de télécharger des textes sur un agenda électronique personnel de type Palm Pilot. Mais la révolution la plus certaine, bien que discrète, affecte les technologies de l'impression. Avec des systèmes IBM ou Xerox comprenant un scanner, une mémoire de stockage des fichiers et une imprimante numérique sophistiquée, il devient possible de reproduire à la demande, en très petite quantité, des livres rares ou anciens ou encore des ouvrages épuisés. On voit peu à peu se profiler une édition à plusieurs vitesses, les best-sellers resteront diffusés dans les Fnac et les centres Leclerc. Mais parallèlement une myriade de livres, couvrant tout le spectre des intérêts particuliers, seront édités ou réédités sous forme papier ou électronique par une grande variété de petits éditeurs.

(Nouvel Obs/12/11/98

http://www.nouvelobs.com/visualisation.htm?obsweek/1775/la_revolution_de_la.html...

Lire son livre électronique sur un Palm Pilot ?
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

Le livre électronique a actuellement le vent en poupe. Depuis quelques mois, plusieurs starts-up américaines, dont deux en Silicon Valley, SoftBook et RocketBook, ont annoncé des tablettes spéciales permettant de télécharger puis de lire des livres sur un support électronique rétro-éclairé. Peanut Press pense qu'il n'est pas nécessaire d'acquérir un nouveau support coûtant entre 300 et 500 dollars, pour lire électroniquement un livre et a mis au point un procédé qui permet de lire à partir d'un Personal Digital Assistant (PDA), comme le Palm Pilot de 3Com qui a déjà séduit 3 millions d'utilisateurs. Plusieurs dizaines de livres sont déjà disponibles pour être téléchargés et le prix des titres proposés varie de 5 à 15 dollars. Le plus difficile pour Peanut a été de convaincre les principaux éditeurs que les titres proposés sous forme électronique seraient bien protégés contre le piratage informatique. Pour résoudre ce problème Peanut a utilisé un cryptage puissant, avec une clé à 56 bits qui ne peut être déverrouillé qu'à l'aide d'un mot de passe différent pour chaque titre. La prochaine version du Palm Pilot devrait permettre d'améliorer un confort de lecture encore rudimentaire, du fait notamment de la petite taille de l'écran.

(Wired/6:11/98)

http://www.wired.com/news/news/business/story/16053.html

brève rédigée par @RTFlash

DVD, CD-RW, MD, NT... Faites vos choix !
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

Dans leur volonté de protéger le marché et de tuer le piratage, les éditeurs de musique limitent en effet la liberté du consommateur. Ce dernier pourrait être tenté de marquer son opposition en optant pour un support d'enregistrement moins contraignant. Il y a toujours la bonne vieille cassette audio, analogique bien sûr, mais que les améliorations des dernières années ont rendue très performante. Il y a également le MiniDisc (MD). Cette plaquette dissimule un petit disque magnéto-optique de 64 mm de diamètre. Protégé, à l'image d'une disquette informatique, il permet enregistrement et lecture. Durée maximum: 74 minutes, comme un compact disc... Outre sa taille et sa légèreté, le MD présente de gros avantages sur la cassette audio : le son est de qualité numérique (contrairement au CD, il est compressé mais peu d'utilisateurs perçoivent la différence), on peut instantanément passer de la deuxième chanson à la dixième, l'appareil peut mémoriser et afficher le titre des morceaux et le nom de l'interprète... Et, surtout, le MD permet une gestion aisée et confortable des enregistrements (interversion de l'ordre des morceaux, etc.). Créé par Sony, le MiniDisc est soutenu par la grande majorité des fabricants - JVC, Kenwood, Pioneer, Panasonic, Sharp,... - et gagne en popularité, particulièrement auprès des jeunes. Le seul véritable concurrent actuel du MD est le compact disc enregistrable. Ce dernier existe en trois formats : une version peu coûteuse destinée aux ordinateurs (mais qui permet de dupliquer aisément un CD audio), une autre spécifiquement destinée à une utilisation dans le secteur hi-fi et pour des applications audio et une troisième, appelée CD-RW , qui permet d'enregistrer plusieurs fois. Seul problème pour les deux derniers formats: les disques ainsi obtenus ne peuvent être lus que sur des appareils de très récente génération... Il n'existe pas de solution miracle pour l'enregistrement audio individuel, particulièrement numérique. L'importance de l'enjeu économique va jusqu'à ignorer l'intelligence et la qualité des produits. Voilà pourquoi l'un des supports les plus spectaculaires n'est même pas distribué chez nous. Inventée par Sony, la cassette NT mesure la taille d'un timbre-poste et contient une bande magnétique de 2,5 mm de largeur permettant de réaliser une heure d'enregistrement numérique, avec une fréquence d'échantillonnage de 32 kHz. Elle aurait pu devenir "le" support de cette fin de siècle mais se retrouve aujourd'hui cantonnée dans un rôle d'appareil à dicter de luxe. D'un point de vue marketing, la cassette NT est tellement moins spectaculaire que le MiniDisc...

(Le Soir/9/11/98)

http://www.lesoir.com/

Des magnétoscopes numériques intelligents
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

Marc Andreessen, co-fondateur de Netscape, devrait investir prochainement dans la société Replay Network, l'une des deux entreprises émergentes de la Silicon Valley qui développent actuellement des magnétoscopes capables d'enregistrer de 7 à 40 heures d'images numérisées. Grâce à ces appareils, il sera possible, par exemple, de faire en direct une pause sur un film et revenir quelques instants après pour reprendre le film à l'endroit de la pause ou encore d'enregistrer automatiquement tous les films dans lesquels joue votre acteur préféré. Pour disposer de ces services, les quelques 760 000 utilisateurs prévus pour l'année prochaine devront, en plus de l'achat du magnétoscope, prendre un abonnement. Bien plus faciles à utiliser que les magnétoscopes traditionnels d'après les dirigeants de Replay Network, ces appareils devraient être commercialisés vers le milieu de l'année 99 à un prix inférieur à 500 dollars et pourraient jouer un rôle aussi important pour la télévision que les moteurs de recherche pour l'internet.

(New York Times /9/11/98)

http://www.nytimes.com

brève rédigée par @RTFlash

^ Haut
Avenir
Nanotechnologies et Robotique
Des nanomachines pour réparer le corps humain en 2015
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

Imaginez une minuscule machine circulant à l'intérieur de votre corps, en utilisant les capillaires comme voies d'accès et capable de pénétrer dans les cellules pour y corriger une anomalie ou un dysfonctionnement. Bien que cette perspective ne soit pas encore pour demain, elle ne relève plus tout à fait du domaine de la science-fiction et sera très sérieusement abordée au cours de la conférence prospective sur les nanotechnologies qui se tiendra du 12 au 15 novembre, à Santa Clara, en Californie. Si la loi de Moore se confirme dans les prochaines années souligne Christine Peterson , Directrice de l'Institut de Prospective, les microprocesseurs atteindront l'échelle atomique vers 2015. Cette année la société Zyvex et l'Université de Washington ont montré qu' il était possible de réaliser des constructions moléculaires précises à l'aide de nanotubes de carbone et il existe un programme de coopération scientifique entre IBM, Sun la NASA, l'Université de Stanford et le MIT visant à évaluer la faisabilité de nanomachines d'un diamètre un millier de fois inférieur à celui d'un cheveu. Mais en attendant de fantastiques applications médicales à long terme, les nanomachines pourraient à moyen terme révolutionner électronique en permettant par exemple un nettoyage parfait des tranches de silicium, et l'implantation de nano-composants mille fois plus petits que nos transistors actuels.

(Wired/10/11/98)

http://www.wired.com/news/news/technology/story/

brève rédigée par @RTFlash

^ Haut
Matière
Matière et Energie
Une ligne à haute tension supraconductrice
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

La première ligne électrique à haute tension supraconductrice devrait être mise en service en l'an 2000 à Detroit, annonce le New York Times (NYT). Réalisée par un conglomérat d'industriels regroupant American Superconductor pour la fabrication du fil supraconducteur, l'italien Pirelli pour l'assemblage du câble, Lotepro Corporation pour le système de refroidissement et L'Electric Power Research Institute californien, elle ne mesurera que 120 mètres de long, et n'utilisera que 110 kg de matériau supraconducteur en remplacement d'un câble de cuivre de 8,2 tonnes. En réduisant considérablement les déperditions d'énergie dans le transport du courant électrique, le développement de telles lignes pourrait engendrer jusqu'à 6 milliards de dollars d'économies par an aux Etats-Unis et réduire la pollution liée à la production d'électricité, prédit Bill Richardson en annonçant que le ministère de l'Energie fournira la moitié des 5,5 millions de dollars que devrait coûter le projet. Le câble est fabriqué en enroulant des filaments supraconducteurs autour d'un tube où circule de l'azote liquide à -196 degrés. La technologie n'est pas prête pour le transport d'électricité sur de longues distances, mais de telles lignes devraient trouver leurs premières applications dans l'électricité urbaine et les transformateurs.

(ST-Presse/4/11:98)

http://www.france-science.org

^ Haut
Vivant
Santé, Médecine et Sciences du Vivant
A charge virale égale, le risque de SIDA est plus important chez les femmes
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

A nombre de CD4 équivalent, la charge virale pour le VIH est significativement plus basse chez les femmes que chez les hommes. En conséquence, on devrait envisager de revoir à la baisse le seuil de charge virale à partir duquel le traitement antirétroviral doit être mis en route chez la femme. Les femmes ont une charge virale moyenne qui est comprise entre 35 % et 65 % de celle des hommes pour un taux de CD4 donné (globalement, elle est moitié moindre). L'étude qui parvient à cette conclusion a été élaborée pour analyser les relations entre le sexe et la charge virale mesurée à l'aide de trois méthodes différentes et pour chercher une prédictivité de la progression de la maladie en fonction de ces mesures. Ce n'est pas la première fois que ces observations sont faites. Deux publications datant de 1996 (Katzenstein, d'une part, et Bush, de l'autre) en témoignent. L'étude montre par ailleurs que le temps de progression vers le SIDA est similaire pour les hommes et les femmes, en analyse de variance (moyenne) et après ajustement pour le taux des CD4. Mais quand on considère le paramètre " charge virale ", on s'aperçoit qu'il existe une augmentation du risque relatif pour les femmes. Cela donne lieu à deux interprétations. L'une est que, pour une mesure ponctuelle de la charge virale, on trouve un chiffre plus bas chez une femme que chez un homme, avec un délai de progression identique vers la maladie SIDA. Autrement dit, à charge virale équivalente, le risque de voir apparaître un SIDA est plus important chez les femmes. L'autre est qu'un temps équivalent de progression peut être prédit pour une charge virale deux fois moindre chez une femme. " Nos résultats sont à interpréter comme la marque d'une différence dans la relation qui existe entre la charge virale et le SIDA selon les sexes, davantage que comme une différence simplement du temps de progression vers le SIDA liée au sexe ", expliquent les auteurs.

(Quotidien du medecin/9/11/98)

http://www.quotimed.com/

La thérapie génique s'aventure dans les artères
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

La thérapie génique ouvre des perspectives insoupçonnées pour le traitement des affections cardio-vasculaires et permettra peut-être à terme d'éviter de nombreuses opérations, dont les pontages, selon des cardiologues réunis cette semaine à Dallas (Texas).Les recherches, ont souligné les spécialistes participant au congrès annuel de l'Association américaine de Cardiologie (AHA), portent désormais aussi bien sur la technique elle-même que sur les moyens de délivrer le nouveau matériel génétique au point précis à traiter. Différents essais cliniques ont ainsi déjà montré que la thérapie génique permettait aussi bien une revascularisation au niveau d'un vaisseau obstrué que le maintien en bon état d'un greffon. Le Pr Isner, du Centre médical St Elizabeth à Boston (Massachusetts), a traité de cette façon 16 patients souffrant d'athérosclérose, le bouchage d'un vaisseau : tous, sauf un, ont observé une amélioration "notoire" ou l'élimination de leurs douleurs abdominales après leur opération, et leur consommation de médicaments a diminué, a noté le Pr Isner. L'administration d'éléments génétiques spécifiques a permis la multiplication de vaisseaux sanguins permettant au sang d'irriguer le coeur malgré l'obturation d'une artère. Près de la moitié des malades (40 %) ont pu retrouver leurs capacités physiques normales. Le Pr Michael Mann, de la faculté de médecine de Harvard à Boston (Massachusetts), a pour sa part nettement diminué par traitement génétique les cas d'athérosclérose dans des vaisseaux sanguins greffés dans les jambes de malades. Sept mois après la thérapie, seulement 5 des 17 malades traités génétiquement, contre 10 de 16 patients non soignés de cette façon, souffraient d'obstruction de leurs greffons. Le Pr Peter Vale, du Centre médical St Elizabeth à Boston, a rapporté avoir empêché par ce type de soins une resténose, ou rebouchage des vaisseaux après leur élargissement pas angioplastie, dans l'artère fémorale de 14 sur 19 patients traités. Les recherches actuelles portent également sur la manière de délivrer le matériel génétique sur le site à soigner afin d'éviter une opération traumatisante. Le Pr Isner l'a injecté directement dans le muscle cardiaque, ce qui nécessite une incision. Mais ses prochains essais porteront sur la possibilité de l'amener sur place à l'aide d'un cathéter, une tige infiltrée dans un vaisseau sanguin. Le Pr Ronald Crystal, de l'Hôpital Presbytérien de New York, a indiqué avoir réussi pour sa part à utiliser un adénovirus, un virus du rhume rendu artificiellement inoffensif, pour déposer au niveau des artères coronariennes endommagées un matériel génétique permettant le développement de nouveaux vaisseaux.

(AFP/11/11/98)

http://www.actualinfo.com/

L'apprentissage de la musique favorise la mémoire
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

Apprendre la musique avant l'âge de 12 ans favorise le développement d'une meilleure mémoire verbale, selon un article publié dans le dernier numéro de l'hebdomadaire britannique Nature. Agnes S. Chan et ses collègues de l'Université chinoise de Hong Kong se sont intéressés à un article publié précédemment dans l'hebdomadaire américain Science, indiquant que la région du planum temporal du cerveau est plus étendue chez les musiciens. Le chercheur a alors cherché un lien entre cette information et le fait que le lobe temporal gauche, qui englobe le planum temporal, contrôle la mémoire verbale, par opposition à la mémoire visuelle, plutôt associée à l'hémisphère droit du cerveau. Elle a entrepris une étude portant sur 60 étudiantes de Hong Kong, dont la moitié avait pratiqué un instrument de musique avant l'âge de 12 ans, pendant au moins 6 ans. Les sujets ont dû mémoriser une liste de mots, dont 16 leurs étaient répétés trois fois oralement. Les étudiantes étaient aussi appelées à mémoriser et reproduire dix figures simples. Les résultats ont révélé que les "musiciennes" retenaient plus de mots que les autres alors que les performances aux tests visuels ne montraient pas de différences significatives d'un groupe à l'autre. "Cette étude souligne encore une fois que le fait de pratiquer plusieurs activités favorise un meilleur développement global du cerveau", a indiqué à l'AFP le Dr Florence Mahieux, neurologue et spécialiste des troubles de la mémoire à l'hôpital Tenon (Paris). Reste à connaître l'âge auquel il est préférable de commencer l'étude du piano ou du violon et la durée minimum de l'apprentissage. Les prochains travaux permettront peut-être de répondre à ces questions.

(AFP/12/11/98)

http://www.actualinfo.com/

http://www.nature.com/

^ Haut
Recherche
Recherche & Innovation, Technologies, Transports
La culture de cellules indifférenciées pourrait révolutionner la médecine
Samedi, 14/11/1998 - 00:00

Deux équipes de chercheurs américains ont réussi pour la première fois à cultiver en laboratoire des cellules humaines indifférenciées, c'est-à-dire susceptibles de se développer aussi bien en nerfs qu'en muscles ou en peau, une manipulation controversée qui ouvre des perspectives considérables à la médecine. Cette double "première" fait faire un pas de géant au rêve de la production en série de tissus humains utilisables à volonté pour soigner des maladies aussi diverses que le diabète, certains cancers, des affections cardio-vasculaires ou la maladie de Parkinson. Ces travaux "montrent que nous pouvons désormais isoler et cultiver ces cellules, ce qui ouvre la perspective de nouveaux traitements révolutionnaires", a expliqué le "patron" de la première équipe, le docteur James Thomson, de l'université du Wisconsin à Madison."Non seulement nous pourrons produire des cellules destinées à être greffées, mais nous devrions aussi être capable de les modifier pour réduire le risque de rejet", a relevé le responsable de l'autre équipe, John Gearhart, de l'université Johns Hopkins de Baltimore (Maryland). "Nous pourrons créer des donneurs universels", a-t-il noté. Depuis quelques années déjà, les biologistes sont en mesure de faire pousser "in vitro" des cellules indifférenciées provenant de mammifères comme la souris. Mais la même opération sur des cellules humaines demeurait l'un des Saint-Graal de la biologie moderne. Apparaissant dès les premières étapes de développement de l'embryon, ces cellules sont particulièrement intéressantes parce qu'elles constituent le point de départ de ce que seront ensuite les différentes cellules du corps humain. Certaines génèreront des tissus musculaires, d'autres produiront du sang ou du cartilage. Les chercheurs de l'université de Wisconsin ont isolé leurs cellules à partir d'embryons humains âgés de quelques jours, les blastocytes. Ces blastocytes provenaient d'embryons fécondes "in vitro" à partir d'ovules et de spermatozoïdes de couples en traitement contre l'infertilité. A l'inverse, les chercheurs de Johns Hopkins ont développé les leurs à partir d'échantillons du tissu foetal humain, d'où ils ont prélevé des cellules germinales, celles qui deviennent des ovules et spermatozoïdes, puis extrait des cellules indifférenciées. Une fois en possession de ces éléments, ils sont parvenus à les reproduire à l'infini. Cette réussite offre d'emblée aux biologistes une vue imprenable sur les mécanismes du développement de l'embryon et sur ses contretemps qui se soldent par des anormalités ou des fausses couches. Elle devrait aussi permettre aux médecins de tester directement sur ces cellules l'efficacité de nouveaux médicaments. "Au lieu de s'en remettre à des souris ou d'autres substituts, nous aurons un banc d'essai inédit immédiatement utilisable pour la médecine", assure le dr Gearhart. Mais l'objectif ultime va plus loin. Il s'agit maintenant d'utiliser ces cellules saines pour remplacer les tissus déficients de malades, voire de les soigner en leur greffant des tissus modifiés en laboratoire. "Ces cellules ouvrent des possibilités extraordinaires pour les greffes et le développement de thérapies géniques susceptibles d'aboutir à des percées médicales", a indiqué Thomas Okarna, des laboratoires Geron qui ont financé les travaux des deux équipes. Mais avant d'y parvenir, les chercheurs ont encore un long chemin devant eux. Car s'ils peuvent désormais faire pousser des cellules indifférenciées, il leur est encore impossible de les orienter pour qu'elles produisent plutôt des nerfs que des muscles ou du cartilage.

(AFP/6/11/98)

http://www.actualinfo.com/

http://www.sciencemag.org/cgi/content/full/282/5391/1145

^ Haut
VOTRE INSCRIPTION
Vous recevez cette lettre car vous êtes inscrits à la newsletter RTFLash. Les articles que vous recevez correspondent aux centres d'intérêts spécifiés dans votre compte.
Désinscription Cliquez sur ce lien pour vous désinscrire.
Mon compte pour créer ou accéder à votre compte et modifier vos centres d'intérêts.
PLUS D'INFOS
Suivez-nous sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook
 http://www.rtflash.fr
back-to-top