RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

RTFLASH Recherche & Technologie
NUMERO 47
Lettre gratuite hebdomadaire d’informations scientifiques et technologiques
Créée par René Trégouët rapporteur de la Recherche et Président/fondateur du Groupe de Prospective du Sénat
Edition du 30 Avril 1999
Recommander  |  Désinscription  |  Lire en ligne
Egalement dans ce numéro
TIC
Free.fr, le dernier né de l'Internet gratuit
Lycos met les internautes à contribution
Packard Bell défriche le terrain des "newbies" avec UUNet
Messages électroniques électoraux
Etats-Unis : Les "inégalités digitales"
Protection des données personnelles : désaccord entre l'Europe et les États-Unis
Le nombre d'internautes de moins de 18 ans dans le monde
France : 821 000 personnes se connectent tous les jours à Internet
La biométrie bientôt dans nos micros
Apprenez les langues à votre navigateur
Sun prépare un logiciel pour nomades
Les ventes d'ordinateurs progressent toujours
Intel tente de s'adapter à l'Internet
Intel et NBC accélèrent le développement de la télévision numérique
La télé gonfle les biceps face au Net
TV et Internet : la grande convergence
USA : Nouveau terminal numérique
Avenir
Des alliages sur mesure
Matière
Un micro ultra-miniaturisé sur une puce
Des puces qui carburent !
L'électronique quantique réalise une percée
Espace
Des diamants dans l'espace ?
Vivant
Sida : un vaccin testé avec succès sur des singes
Un mystérieux virus malaisien sème la mort
Le cancer diminue aux USA
La greffe de la main d'un autre : un succès six mois après
Nette réduction des cas d'hypertension aux Etats-Unis en 40 ans
Un capteur à six pattes
L'homme et certains grands singes ont un neurone commun
L'origine des cellules
Des chèvres clonées pour produire du sang
Surdité : un gène dans le collimateur
Homme
Les étudiants américains boudent la high-tech
Recherche
Pile à combustible : le grand démarrage
Aerocraft, l'avion mammouth
Allo, votre bus arrive! !
Un standard pour l'électronique embarqué dans l'automobile
Edito
Peut-on breveter le vivant ?



Il y a presque 20 ans, en 1980, la Cour Suprême des Etats-Unis admettait pour la première fois au monde le principe de brevetabilité du vivant pour une bactérie génétiquement modifiée. Cette décision juridique capitale et très controversée, se trouvait confirmée en 1987 par l'Office Américain des Brevets, qui reconnaissait la brevetabilité du vivant, à l'exception notable de l'être humain. En 1992, l'Europe emboîtait le pas aux Etat-Unis et l'Office Européen des Brevets reconnaissait à son tour la brevetabilté du vivant, accordant un brevet pour la création d'une souris transgénique. Enfin, à l'issue d'un long débat passionné, l'Europe adoptait le 6 Juillet 1998 une Directive fondamentale relative à la protection des inventions biotechnologiques. Cette Directive prévoit en effet que les inventions sur des végétaux et animaux sont désormais brevetables. Elle autorise également les brevets sur des séquences de gènes, à condition que leurs fonctions soient décrites, ainsi que leurs applications industrielles. Face à des enjeux techno-économiques considérables, et à une recherche dans les domaines biotechnologiques et génétiques qui exige des investissements financiers de plus en plus importants, le droit s'est donc adapté et n'a cessé d'étendre et de préciser le principe de brevetabilité du vivant. Sans remettre en cause cette évolution du droit, nous devons cependant nous interroger sur ses conséquences morales, sociales et humaines de grande ampleur. Dans moins de 5 ans en effet, c'est-à-dire demain, les chercheurs auront achevé le décodage de la totalité du génome humain, mais aussi du génome de nombreuses plantes essentielles en matière alimentaire, et d'organismes pathogènes impliqués dans de nombreuses maladies. Qui aura accès à cette information capitale pour l'Humanité toute entière, et à quelles conditions ? A ces questions fondamentales, qui touchent à l'avenir de l'espèce humaine, il nous faudra trouver au niveau européen et planétaire des réponses qui aillent au-delà du cadre juridique actuel. Il y a là un défi démocratique majeur pour le début du siècle prochain qui mérite un grand débat de société.

René Trégouët

Sénateur du Rhône


TIC
Information et Communication
Free.fr, le dernier né de l'Internet gratuit
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

Après World Online, Lokace-Online, c'est au tour de Free.fr, filiale de la société Iliad, d'ouvrir un service gratuit d'accès à l'Internet. L'offre ne nécessite d'enregistrer aucun numéro de carte bancaire et s'annonce comme illimitée dans le temps. Les utilisateurs, sans limitation de nombre, peuvent s'inscrire directement sur le site de Free.fr (www.free.fr) et indiquer leurs coordonnées postales. Un kit de connexion leur est expédié dans les jours qui suivent. Le service ne sera disponible que dans les principales agglomérations françaises. Ses utilisateurs devront toujours régler le coût des communications au tarif local. Free.fr, qui bénéficie d'un partenariat avec le portail Lycos, vise 10 % du marché des accès à l'Internet en France, selon les déclarations de Xavier Niel, président d'Iliad, recueillies par l'AFP. Le service compte tirer ses revenus de la publicité en ligne.

ZDNet/27/04/99

http://www.zdnet.fr/cgi-bin/a_actu.pl?File_ini=a_actu.zd&ID=9043

Lycos met les internautes à contribution
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

L'idée est simple. Et Andrew Devries, directeur de la communication marketing pour HotBot, l'explique en des termes propres à séduire n'importe quel habitant de l'Hexagone : "Qui est le plus apte à sélectionner les sites qui parlent de cuisine française ? Un internaute français passionné par le sujet, ou un simple amateur dont le travail à Mountain View

Le Monde/22/04/99

[http://www.lemonde.fr/nvtechno/branche/lycos/osd.html">Californie] consiste à répertorier ces sites ?". Au fur et à mesure que l'Internet croît, les sites portails ont de plus en plus de mal à inclure dans leurs annuaires l'ensemble des nouvelles pages et nouveaux services. D'où l'idée de suivre le vaste mouvement contributif initié par le système d'exploitation Linux, que chacun peut l'améliorer à condition de laisser l'ensemble des outils disponibles pour la communauté, et de l'appliquer à la constitution des annuaires. Les internautes volontaires n'auraient qu'à choisir un domaine de prédilection. Ils se chargeraient de maintenir et enrichir une section du répertoire. Au fur et à mesure, le nombre de spécialistes deviendrait tel qu'il ne subsisterait que les sites les plus pertinents dans chaque section. Le groupe d'experts finirait par fonctionner comme un comité de lecture. C'est ce raisonnement qui a présidé au lancement, en juin 1998, de l'Open Directory project. Quelques mois plus tard, Netscape rendait l'annuaire ainsi obtenu disponible sur Mozilla.org, le site de développement de son navigateur. Il y avait alors quelques 4.500 contributeurs et 100.000 sites répertoriés. L'annuaire est aujourd'hui colossal : 9.200 contributeurs pour près de 453.000 sites répartis dans 70.000 catégories, indique la page de l'Open Directory Project. Ce qui en fait l'un des plus gros, sinon le plus gros annuaire. Chez Lycos, on justifie le choix d'utiliser l'Open Directory par une volonté de soutenir l'émergence du logiciel libre. "L'Open Directory Project relève de la même philosophie que celle qui a permis l'éclosion du web dans les premiers temps", explique Ron Sege, vice-président de Lycos.

Le Monde/22/04/99

[http://www.lemonde.fr/nvtechno/branche/lycos/osd.html

Packard Bell défriche le terrain des "newbies" avec UUNet
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

Le constructeur informatique Packard Bell lance Planetis, qui, sous forme de location mensuelle, comprend un ordinateur, un accès Internet illimité, une panoplie de services en ligne et une assistance à domicile. Le tout pour 249 francs TTC par mois (avec un dépôt de garantie de 498 francs au départ) pendant trois ans. Il sera possible après cette période d'acquérir définitivement le PC pour une somme modique (79 francs). Cette offre se présente comme un "quatre en un": un ordinateur, un accès illimité à Internet en partenariat avec le fournisseur d'accès UUNet, des service en ligne sur le site planetis.net, et une assistance à domicile a et au téléphone. Packard Bell veut inciter les personnes qui ne connaissent pas Internet et qui voudraient s'y initier. Cette offre vise plus particulièrement les familles, les étudiants, mais aussi les personnes appartenant à la catégorie d'âge 50 ans et plus. Le site Planetis est destiné à accueillir les néophytes en Internet et à présenter quelques services Internet: on peut retrouver des informations tirés des fils de dépêches AFP, un condensé du guide de recherche Nomade et un lien sur les services de Météo France. Une rubrique "centre d'affaires" reprend des informations économiques tirées du site de Les Echos et de l'AFP. Une rubrique gratuite "petites annonces" toutes catégories (vente, location, offre d'emploi...) a été mise en place. L'objectif pour Packard Bell est de séduire entre 50000 et 100000 clients cette année. L'investissement pour développer cette offre est "assez lourd en terme financier". Ce projet, qui a nécessité six mois de travail, n'a pas d'équivalent chez Packard Bell USA.

Messages électroniques électoraux
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

Il n'est jamais trop tôt pour préparer une élection présidentielle, et les principaux candidats qui se présenteront en 2000 pour remplacer Bill Clinton ont déjà choisi de faire appel à un service de messagerie électronique électoral. Conçu par la firme Aristotle, il utilisera une base de données où les électeurs sont déjà répertoriés en tant que Républicains ou Démocrates et les candidats comptent leur envoyer automatiquement des messages personnalisés pour les inciter à voter pour eux.

Les Echos/23/04/99

http://www.lesechos.fr/silval/

Etats-Unis : Les "inégalités digitales"
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

Une étude sur les possibilités éducatives des nouvelles technologies, réalisée par l'organisation américaine The College Board, a révélé que les cours utilisant Internet à l'école peuvent handicaper les élèves issus des couches sociales défavorisées. Selon les auteurs de l'étude, "l'éducation Internet" est susceptible de faire apparaître "un fossé digital entre la population blanche et les minorités, les riches et les pauvres." Les foyers peu aisés n'étant souvent pas équipés d'un ordinateur, les enfants issus de milieux défavorisés, faute d'expérience dans le domaine de l'informatique, sauront moins bien profiter des opportunités représentées par de tels cours. Pour mettre fin à cette "inégalité digitale" qui fait que de pans entiers de la société américaine sont incapables de profiter pleinement des nouvelles technologies, les chercheurs du College Board préconisent le développement d'équipements informatiques plus abordables, initiative qui, selon eux, ne pourra aboutir qu'avec l'intervention de l'Etat dans le marché de l'informatique.

Les News/26/04/99

http://www.lesnews.net/

Protection des données personnelles : désaccord entre l'Europe et les États-Unis
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

Des obstacles subsistent entre Américains et Européens pour harmoniser les procédures de protection des données privées sur les réseaux numériques. Depuis le mois d'octobre 1998, date de la mise en application d'une directive sur la question, les autorités américaines, pressées par leurs industriels, ne cessent de faire part de leurs réticences, soulignant que la directive est trop dirigiste et risque d'entraver les échanges des banques de données nominatives (datamining) entre les deux continents. Les quinze représentants des membres de l'Union ont soulevé deux obstacles majeurs à un accord : d'une part, le dispositif américain ne garantit pas au consommateur de pouvoir accéder aux informations le concernant contenues dans ces "mégafichiers", d'autre part les Européens réclament plus de mesures visant à contraindre les sociétés à réparer les conséquences de leurs malveillances.

brève @RT Flash

Le nombre d'internautes de moins de 18 ans dans le monde
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

Selon Michael Erchloe, directeur des études chez Computer Economics, "Le nombre d'enfants qui utilisent Internet dans le monde va connaître une forte croissance au cours des 6 prochaines années et représenter un marché immense". Le cabinet d'étude ne se prononce pas sur le nombre actuel d'internautes de moins 18 ans mais prévoit en revanche qu'ils seront près de 27 millions en 2001 et 77 millions en 2005, soit une croissance de 187% en 4 ans. Afrique et Amérique du Sud connaîtront les plus fortes croissances entre 2001 et 2005 (respectivement 296 % et 273 %) mais ne constitueront toujours pas, à l'horizon 2005, des marchés significatifs. L'Asie en revanche égalera l'Europe, pour cette catégorie de population, en 2001 et la dépassera largement en 2005 pour venir constituer, après l'Amérique du Nord, le deuxième marché sur ce segment.

France : 821 000 personnes se connectent tous les jours à Internet
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

En France, les internautes, qu'ils se connectent au bureau, à la maison ou ailleurs, représentaient 8,3 % de la population fin 1998, contre 5,6 % fin 1997, selon l'étude publiée mercredi 28 avril par l'Association des fournisseurs d'accès à Internet (AFA), sur les internautes français. Les personnes qui disposent d'un accès à Internet chez elles ne représentent plus que 4 % de la population française (contre 2,8 % fin 1997).22 % des internautes sont des assidus, soit 821 000 individus se connectant au moins une fois par jour ou presque. 35 % sont des utilisateurs réguliers, soit 1 306 000 personnes se connectant plus d'une fois par mois. 43 % sont des utilisateurs occasionnels, soit 1 577 000 individus se connectant moins d'une fois par mois. Si vous êtes un homme, âgé de 25 à 34 ans, cadre supérieur à pouvoir d'achat élevé et habitant l'agglomération parisienne, vous avez le profil type de l'internaute français. Les femmes ne représentent que 34 % des internautes (contre 66 % pour les hommes) et les plus de 50 ans, tous sexes confondus, plafonnent à 11 %.

ZDNet/29/04/99

http://www.zdnet.fr/cgi-bin/a_actu.pl?File_ini=a_actu.zd&ID=9059

La biométrie bientôt dans nos micros
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

Les données "biométriques", qui prennent en compte les dimensions et les caractéristiques physiques des individus, ont longtemps été la chasse gardée des services secrets. Aujourd'hui le prix des technologies associées chute et notre voix, notre visage ou nos empreintes digitales pourraient bientôt nous servir de passeport sur Internet. Les sociétés informatiques spécialisées dans la biométrie sont engagées dans de nombreux projets de standardisation comme le développement d'une bibliothèque logicielle commune baptisée HA-API pour Human Authentification Application Programming Interface. Au Comdex, plusieurs sociétés dont le japonais Nec ont dévoilé des systèmes d'identification par empreintes digitales bon marché destinés au grand public. Bien qu'ils n'offrent pas le même niveau de sécurité que les outils utilisés par les tribunaux, ils sont suffisamment sûrs pour remplacer un mot de passe donnant accès à un ordinateur sécurisé. Le système Touchpass de Nec est vendu 300 dollars (1800 francs) pour un seul poste client et comprend un mini-scanner et le logiciel associé. Le dernier cri dans le domaine de l'identification par empreintes digitales est une puce spécialisée qui enregistre l'empreinte d'un individu dès que celui la touche. Celle-ci est bardée de mini-capteurs qui mesurent automatiquement la surface du doigt et en prennent aussitôt les empreintes. La société Infineon a montré un prototype de cette puce qu'il compte commercialiser à 20 dollars en OEM dès juin prochain. La société International Biometric Group propose quant à elle un clavier Keytronic déjà équipé de cette puce à 150 dollars (900 francs). Selon elle, les prix devraient rapidement tomber à 50 dollars (300 francs).

VUNet/22/04:99

http://www.vnunet.fr/NN/index.htm

Apprenez les langues à votre navigateur
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

L'éditeur Mysoft annonce la sortie fin mai pour PC du logiciel de traduction de pages Web Systranet, déjà utilisé par les sites Altavista et Infoseek. Le logiciel Systranet est un outil de traduction de pages Web qui s'intègre dans un navigateur, avec une compatibilité garantie auprès d'Internet Explorer 4 et 5 ainsi que Netscape 4. Selon l'éditeur Mysoft, il se présente sous la forme d'un bouton de traduction dans la barre des tâches de Windows. Il permet de traduire en anglais-français des pages Web en temps réel ou sauvegardées sur le disque dur. Son prix : 495 F TTC.

Science&Vie Micro

http://www.vnunet.fr/NN/index.htm

http://www.mysoft.fr/

Sun prépare un logiciel pour nomades
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

i-Planet crée un véritable bureau virtuel en donnant à l'utilisateur un accès à ses e-mails, à des fichiers situés sur son poste fixe, ou à l'intégralité d'un intranet, à l'aide de n'importe quel navigateur Web utilisant la technologie Java. Ce logiciel, développé par Sun (www.sun.com), doit permettre aux travailleurs qui se déplacent de se connecter à leur ordinateur fixe depuis n'importe quel autre ordinateur, en utilisant un navigateur Internet. i-Planet permettra d'accéder à toute application qui tourne sous Solaris (version Unix de Sun), Windows, Windows NT, NetWare de Novell, et MVS d'IBM. Sun a annoncé que i-Planet pourrait dans le futur être installé sur des ordinateurs de poche et des téléphones permettant de se connecter à Internet.

ZDNet/27/04/99

http://www.zdnet.fr/cgi-bin/a_actu.pl?File_ini=a_actu.zd&ID=9039&Rub=2&Dat=

Les ventes d'ordinateurs progressent toujours
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

Quelque 24,5 millions d'ordinateurs ont été vendus entre janvier et mars, soit 19 % de plus qu'au premier trimestre de l'an dernier, a estimé hier International Data Corp (IDC). La surprise est venue d'Asie où un mouvement d'achat d'ordinateurs correspond également au rétablissement de certaines économies mises à mal par la crise financière partie en Thaïlande en août 1997. Aux États-Unis, le marché a progressé de 20,8 % sur les trois premiers mois de l'année avec près de 10 millions de machines vendues, soit un résultat plus qu'honorable comparé aux 36 millions d'ordinateurs commercialisés l'an dernier. Les ventes ne sont pas seulement encouragées par la chute des prix, même si ce facteur n'est pas négligeable, a indiqué Christine Arrington en notant " une demande des consommateurs pour les ordinateurs dotés des derniers microprocesseurs Pentium 3 " plus puissants. Les changements de consommation initiés avec l'Internet ont permis aux fabricants largement tournés vers la vente en ligne de tirer leur épingle du jeu et Dell Computer est maintenant solidement installé au deuxième rang mondial. Dell détient maintenant 10 % du marché mondial (au 1er trimestre), contre 7,8 % il y a un an. Les ventes de Dell ont bondi de 52 % sur les trois premiers mois de 99, selon IDC. Autre acteur majeur de la vente en ligne, Gateway, a vu ses ventes progresser de 40 %, et devient un des principaux fabricants avec près d'un million d'ordinateurs commercialisés sur les trois mois. Il se classe au troisième rang américain et au sixième dans le monde. Compaq est toujours au premier rang mondial avec 3,5 millions d'unités vendues sur les trois mois, soit 14,5 % du marché (14,9 % il y a un an). Même si ses ventes ont augmenté (+30%), le groupe IBM est maintenant au troisième rang avec 8,9 % des ventes dans le monde contre 8,1 % au premier trimestre de 98. Arrivent ensuite le groupe américain Hewlett-Packard (6,5 % du marché) et le japonais NEC-PBNEC (6,4 %), selon les chiffres d'IDC.

Journal de Montréal

http://www.journaldemontreal.com/

Intel tente de s'adapter à l'Internet
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

Intel, premier fabricant mondial de microprocesseurs, a entamé une véritable mue pour s'adapter au développement de l'internet et du commerce électronique. "Nous assistons aujourd'hui à une révolution dans la manière de conduire une transaction commerciale", a affirmé Andrew Grove, l'un des fondateurs de l'entreprise de Santa Clara (Californie) qui fabrique plus de 80% des microprocesseurs installés dans les ordinateurs personnels. Les progrès accomplis par Intel pour augmenter les capacités et la vitesse des microprocesseurs, véritables "cerveaux" des ordinateurs, ont permis de faire chuter le prix des PC (personal computers) à moins de 1.000 dollars. ". Les consommateurs peuvent maintenant acheter plusieurs ordinateurs capables de fonctionner en réseau et de plus en plus petits. Le développement de la téléphonie sans fil permet également d'envisager un accès à l'internet qui ne passera plus uniquement par l'ordinateur classique. Les nouveaux produits d'Intel veulent répondre à cette nouvelle donne. "Anypoint" est un petit boîtier fixé sur une prise de téléphone unique qui permet de relier plusieurs ordinateurs personnels simultanément à l'internet avec des applications différentes. Pendant que les parents achètent dans le salon un nouveau mobilier, les enfants peuvent participer à une conversation électronique sur America Online. Autre priorité, la miniaturisation. Intel va bientôt commercialiser des microprocesseurs à 500 mégahertz pour les ordinateurs portables (laptop) et agendas électroniques (notebook), plus puissants que ceux qui équipent encore aujourd'hui la plupart des ordinateurs personnels, dit "de bureau" (desktop). dernière priorité, les serveurs informatiques dont l'utilisation va exploser avec le développement du commerce électronique. Intel va développer et commercialiser des mini-centres dotés d'ordinateurs surpuissants avec lesquels les entreprises pourront gérer les commandes qui leur arriveront via l'internet. "Nous allons passer de communications multimédia passant par le biais de la télévision, des ordinateurs, du téléphone, à un seul médium numérique", affirme-t-il.

Intel et NBC accélèrent le développement de la télévision numérique
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

L'intégration entre la télévision et l'ordinateur vient de faire un pas en avant important. Intel, le premier fabricant mondial de puces, et NBC, la chaîne de télévision américaine, viennent en effet d'annoncer leur volonté de collaborer pendant plusieurs années pour proposer des services de télévision haute définition. La télévision numérique propose une meilleure qualité d'image et permet la réception de services multimédias et interactifs. Dès l'automne 1999, NBC diffusera en numérique trois heures de programmes le samedi matin. D'autres émissions sont également prévues en prime time. Intel, pour sa part, fournira sous licence à NBC les applications nécessaires pour intégrer les émissions numériques dans ses programmes. Les contenus spécifiques seront produits par la branche interactive de NBC. Selon le vice-président de la branche contenus d'Intel, cet accord devrait permettre d'accélérer le développement de la diffusion numérique en permettant une augmentation des ventes des récepteurs de télévisions et des équipements de réception numériques.

L'Expansion

http://www.lexpansion.com/

La télé gonfle les biceps face au Net
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

" La télédiffusion conserve sur l'Internet l'avantage d'un accès direct à la quasi-totalité des foyers américains, ce que les start-up du Net ne sont pas près d'obtenir ", a lancé le président de la Federal Communications Commission, William Kennard, devant les professionnels américains de l'audiovisuel (National Association of Broadcasters) réunis cette semaine à Las Vegas pour leur convention annuelle. Malgré tout, Kennard pense que la FCC pourrait assouplir les règles strictes qui limitent le nombre de chaînes de télévision détenues par une même société à l'échelon local. Selon WiredNews, il s'est dit partisan d'une certaine " flexibilité " qui permettrait à la télédiffusion, à l'instar de ce qui se passe sur le Net, de favoriser l'émergence de " nouvelles voix ". Ces propos rassurants étaient les bienvenus, alors que producteurs et télédiffuseurs se plaignent de subir des réglementations qui ne touchent pas " les Microsoft et autres Yahoo! " Rappelons que Yahoo!, qui vient de racheter Broadcast.com, ne cache pas sa volonté de développer son activité de diffusion audiovisuelle en ligne. On retiendra également pour mémoire qu'avec une capitalisation boursière évaluée à 5 milliards de dollars, Yahoo! pèse aujourd'hui plus lourd qu'un mastodonte télévisuel tel quel CBS.

ZDNet/22/04/99

http://www.zdnet.fr/cgi-bin/a_actu.pl?File_ini=a_actu.zd&ID=8989&Rub=2&Dat=

TV et Internet : la grande convergence
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

La Convention des diffuseurs de télévision américains est placée cette année sous le signe de la numérisation de la télévision , au point que ce sont désormais les grands patrons de la micro-informatique, comme Bill Gates, qui viennent délivrer les discours inauguraux. Cette année, alors que la télévision numérique est devenue une réalité sur le marché américain (plus de 10 % des téléspectateurs regardent désormais des programmes satellitaires), le mot d'ordre était convergence. De fait, l'implantation progressive d'Internet dans la télévision bouleverse la donne, non seulement en matière d'interactivité et de complémentarité entre l'image (vidéo) et l'écrit (les sites web qui s'affichent en complément), mais aussi en matière de publicité, le nerf de la guerre commerciale entre chaînes. Ainsi, WebTV et Network Computer Inc. (NCI) sont venus expliquer que la convergence et l'interactivité permettraient bientôt aux annonceurs de diffuser des messages pratiquement individualisés, et eux-mêmes pourront y répondre instantanément. Dans quelques semaines, US West installera des décodeurs numériques - contenant les logiciels adéquats de NCI - qui seront capables, lorsqu'un téléspectateur voudra "cliquer" dans un message publicitaire sur son écran, de composer automatiquement le numéro de téléphone du service client de l'annonceur. Le téléspectateur sera alors appelé par un agent commercial de la société concernée, qui pourra même accéder à son "profil" de consommateur, à défaut de connaître à l'avance son identité. Ces évolutions techniques ont le potentiel pour changer considérablement la façon dont les diffuseurs négocieront à l'avenir leurs relations avec leurs annonceurs. Pour la première fois, en effet, les sociétés de télévision auront la possibilité de mesurer précisément quelles retombées commerciales immédiates ont eu les différents spots diffusés. Sans parler d'une autre possibilité inédite : exiger un pourcentage du chiffre d'affaires réalisé sur les transactions effectuées "à l'écran"...

Les Echos

http://www.lesechos.fr/silval/

USA : Nouveau terminal numérique
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

Network Computer Inc. et US West viennent d'annoncer un accord portant sur le développement d'un nouveau service offrant aux téléspectateurs un guide de programmes, des fonctionnalités de télévision interactive, l'accès à Internet, une messagerie électronique et un service de téléphonie classique. Ces services seront accessibles sur le téléviseur à travers un terminal numérique qui recevra des signaux vidéo via le câble, le satellite ou l'hertzien, et qui intégrera des données numériques délivrées par un accès rapide DSL du réseau téléphonique US West NCI, dont les actionnaires principaux sont Oracle et Netscape, a déjà conclu plusieurs accords avec des câblo-opérateurs, des compagnies de télécommunications et des fournisseurs d'accès Internet en Europe et au Japon et vient donc de sceller son premier contrat important concernant la fourniture de software pour terminaux numériques aux Etats-Unis. Microsoft voit ainsi émerger un nouveau concurrent de poids sur ce marché de l'Internet-TV et de la télévision interactive. En ce qui concerne les Baby Bells, après les déboires des expérimentations de vidéo sur leurs réseaux (comme TeleTV), l'accord NCI-US West leur ouvre de nouvelles perspectives pour développer d'autres sources de revenus liés à la télévision interactive, grâce à la commercialisation de leurs services d'accès DSL aux foyers non équipés d'ordinateurs.

OTEC

http://www.otec-sud.org/surweb/

^ Haut
Avenir
Nanotechnologies et Robotique
Des alliages sur mesure
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

ABCNews

http://abcnews.go.com/sections/tech/CuttingEdge/microscopy990415.html

Depuis des siècles, l'homme combine les métaux pour essayer d'obtenir de nouveaux alliages toujours plus légers, plus résistants ou plus malléables. jusqu'à présent la mise au point de nouveaux alliages demeure largement empirique et on ne sait pas encore déterminer parfaitement à l'avance toutes les propriétés d'un alliage. Pourtant des recherches menées conjointement par l'Université Johns Hopkins de Baltimore et l'Université de Chicago pourraient permettre de fabriquer des alliages sur mesure. Les chercheurs sont en effet parvenus à bombarder des surfaces métalliques avec un mince flux d'électrons de seulement un nanomètre de diamètre (un milliardième de mètre). Les électrons sont plus ou moins ralentis en traversant les atomes puis ils passent à travers un prisme et sont analysés, ce qui permet de connaître de manière très fine les propriétés de la structure atomique traversée. La prochaine étape va consister à étudier et à modéliser les propriétés des arrangements atomiques en matière de dislocations et de ruptures. "Si nos modèles mathématiques s'avèrent corrects" , souligne le Professeur Art Freeman," il deviendra possible, uniquement à l'aide d'un outil de simulation informatique, de réaliser "sur le papier" des alliage aux propriétés parfaitement prédéfinies." "Nous serons alors capables de prévoir les propriétés de millions d'alliages différents mais aussi d'alliages très proches se distinguant seulement par la présence de tel ou tel élément en quantité infime!"

brève @RT Flash

^ Haut
Matière
Matière et Energie
Un micro ultra-miniaturisé sur une puce
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

TechWeb

http://www.techweb.com/wire/story/TWB19990427S0009

http://www.aip.org/physnews/graphics/html.

Les laboratoires de Bell, la recherche et la filiale de développement de Lucent Technologies Inc., ont mis au point un microphone ultra-miniaturisé à microplaquette unique qui pourrait être utilisé pour intégrer un téléphone portable dans une montre-bracelet. En utilisant de nouvelles techniques micro-usinage du silicium, les scientifiques de Bell ont créé une puce-microphone d'une épaisseur de seulement 100 microns, soit un dixième de millimètre. Cette puce contient un filtre en aluminium-nitrure-sur-silicium ainsi qu'un inducteur et un condensateur micro-usinés sur le silicium et capables de travailler à la fréquence de 1960 MHz employée par les téléphones portables. Lucent a indiqué que ce microphone minuscule permettra non seulement la transmission vocale, mais pourra être utilisé pour des systèmes à commande vocale.

brève @RT Flash

Des puces qui carburent !
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

A l'initiative de chercheurs de l'Université de Delaware, demain risque d'être le jour de gloire du Carbure de Silicium dopé au germanium. Meilleur diffuseur de chaleur, il supporte des températures de 325 degrés Celsius, contre 125 pour son prédécesseur. Une différence considérable qui accélère la fréquence des circuits électroniques, c'est à dire leur vitesse. Cette propriété leur permettra aussi de fonctionner à proximité de fortes sources de chaleurs.

Science&Avenir

http://www.sciences-et-avenir.com/cgi/flash/full_text?cle=980009579.97




L'électronique quantique réalise une percée
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

De chercheurs américains de l'université de Notre Dame, dans l'Indiana sont parvenus à construire des circuits élémentaires avec des quantités d'énergie infimes. Les travaux de l'équipe dirigée par Greg Snider portent sur le puits quantique, un piège infinitésimal dans lequel un électron peut être enfermé. Les scientifiques ont créé des cellules carrées formées de quatre puits quantiques, dans laquelle ils ont introduit une paire d'électrons. Les forces de répulsion provoquent le déplacement des électrons qui trouvent leur équilibre lorsqu'ils se trouvent placés aux deux extrémités de l'une ou l'autre des diagonales de la cellule. La première représente l'état 0, tandis que l'autre indique le 1: chaque cellule représente donc un bit, la plus petite quantité d'information que l'on peut manipuler dans les ordinateurs. Tout déplacement d'un électron sous l'effet d'une force extérieure provoque automatiquement le déplacement du second électron de manière à retrouver l'équilibre, et donc le basculement de la cellule entre les états 0 et 1. Les chercheurs américains ont réussi à en assembler plusieurs, provoquant, suivant leurs besoins, le déplacement des électrons sans devoir fournir d'énergie, ou presque. Dans les transistors actuels, le passage de l'état 0 à l'état 1 n'est possible qu'au prix du déplacement de plusieurs milliers d'électrons, ce qui génère un important flux de chaleur. Cette technique des cellules logiques quantiques pourrait permettre d'entasser des centaines de milliards de circuits dans une seule puce électronique. Pour l'instant, le dispositif fonctionne seulement à une température voisine du zéro absolu, mais les chercheurs ne désespèrent pas de parvenir à le réchauffer tout en maîtrisant son comportement.

Le Monde/28/04/99

http://www.lemonde.fr/nvtechno/futurs/nano/sselec.html

^ Haut
Espace
Espace et Cosmologie
Des diamants dans l'espace ?
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

Les diamants étaient déjà éternels. Ils peuvent aussi être extra-terrestres, semble-t-il. ISO, le télescope de l'Agence spatiale européenne, a détecté la présence dans un nuage de poussière stellaire d'un mystérieux composé carboné, qui pourrait être de minuscules diamants. Mais la nature de ce curieux composé donne encore lieu à un débat passionné entre astronomes du monde entier. Si certains penchent pour la thèse des diamants, d'autres, plus terre-à-terre, pensent qu'il s'agit en fait d'une molécule dénommée ''fullerène''. Dans les deux cas, les industriels ne seront pas les derniers intéressés. La molécule de fullerène, composée de 60 atomes de carbone liés entre eux en forme de ballon de football, pourrait en effet servir de ''capsules'' qui permettraient d'introduire de nouvelles substances pharmaceutiques dans le corps humain. Quant aux diamants, ils sont d'usage courant dans l'industrie électronique et pour la mise au point de nouveaux matériaux. Sans compter qu'il pourrait devenir du dernier chic d'arborer une de ces pierres précieuses spatiales...

(Cybersciences)

http://www.yahoo.fr/actualite/19990425/sciences/

^ Haut
Vivant
Santé, Médecine et Sciences du Vivant
Sida : un vaccin testé avec succès sur des singes
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

Une nouvelle approche de vaccination contre le Sida vient d'être expérimentée avec succès sur des singes, comme le révèle un article publié dans la revue Nature Medicine du mois de mai. Après deux injections successives de vaccins différents, les chercheurs ont pu montrer que des primates sont restés protégés pendant plus d'un an contre une forme particulièrement pathogène d'un virus fabriqué en laboratoire, le VIHS (1). Les résultats de cet essai, dirigé par l'Américaine Harriet Robinson (Centre régional de recherche sur les primates, Yerkes, Atlanta), "sont les premiers de ce type à être publiés", confirme Jean-Paul Lévy, directeur de l'Institut Cochin de génétique moléculaire.. Dans un premier temps, les animaux ont reçu une injection d'ADN (matériel génétique) d'une lignée de VIHS. Ces segments d'ADN sélectionnés permettent l'apparition de certaines protéines, qui amorcent la réponse immunitaire chez l'animal. Entre 46 et 66 semaines plus tard, les singes ont reçu les mêmes séquences d'ADN, véhiculées, cette fois, par des "vecteurs viraux" (l'équivalent d'un virus non pathogène). C'est à ce moment que la réponse immunitaire a été véritablement "boostée". Cette réponse étant "cellulaire (c'est-à-dire faisant intervenir les lymphocytes T et pas seulement des anticorps, ndlr), cela constitue une grande première", souligne Jean-Paul Lévy. Les animaux ont été ensuite soumis à trois infections de VIHS particulièrement pathogène: après plus de 62 semaines, ils n'avaient pas contracté la maladie (charge virale indétectable), contrairement à ceux qui n'avaient pas été vaccinés. ces résultats prometteurs permettent "d'envisager un vaccin qui, non seulement empêcherait la multiplication virale, mais aussi endiguerait la transmission du Sida".

Libération/27/04/99

http://www.liberation.com/quotidien/semaine/990427mart.html

Un mystérieux virus malaisien sème la mort
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

En Asie et dans le reste du monde, l'inquiétude des autorités sanitaires grandit. Depuis le début de l'épidémie mortelle d'encéphalite en Malaisie, elles redoutent l'apparition d'un nouvel agent pathogène qui s'attaquerait à l'homme après avoir été transmis au porc par la chauve-souris frugivore. Dans le sud de la Malaisie, des soldats ont abattu plus de 300 000 cochons dans l 'espoir d'enrayer la propagation de la maladie. Début avril, 67 personnes avaient succombé et 99 autres étaient hospitalisées. La plupart travaillaient dans des élevages de porcs de l'Etat de Negeri Sembilan, à quelque 80 kilomètres au sud-est de Kuala Lumpur. "Abattre ces animaux est la meilleure solution à court terme", estime John Mackenzie, virologiste à l 'université du Queensland Etat d'Australie]. Mais cette initiative survient peut-être trop tard. Les scientifiques craignent que les porcs n'hébergent le virus depuis au moins un an. Leurs déplacements dans le pays pendant cette période laissent présager d'autres épidémies. Un employé d'un abattoir de Singapour, qui avait manipulé des porcs en provenance de Malaisie, est mort - mais on ignore s'il était atteint du même virus. Les autorités malaisiennes ont d'abord cru à une épidémie d'encéphalite japonaise, une maladie véhiculée par les moustiques et qui se déclare à la saison humide dans les zones proches des élevages de porcs. Dix-huit des décès enregistrés jusqu'à présent sont effectivement imputables à cette affection. Mais la présence d'un second virus mortel est devenue manifeste dès la fin du mois de mars.

Courrier International

[http://www.courrierint.com/aujour/alaune3.htm

Le cancer diminue aux USA
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

Washington Post/21/04/99

http://search.washingtonpost.com/wp-srv/WPlate/1999-04/21/179l-042199-idx.html

Les cas de cancer et la mortalité due à cette maladie ont diminué aux Etats-Unis de 1990 à 1996. Au cours de cette période, les nouveaux cas de cancers ont diminué en moyenne de 2% par an pour l'ensemble de la population (4% pour les hommes et stabilité pour les femmes). Parmi les dix cancers les plus souvent diagnostiqués, une baisse a été enregistrée pour la leucémie, le cancer du côlon et du rectum, de la vessie, de la bouche, du pharynx et de la prostate et celui du poumon chez l'homme. Seuls les lymphomes non hodgkiniens et le mélanome ont augmenté, le nombre de cancers du sein et de l'utérus restant à peu près au même niveau pendant cette période. En ce qui concerne les morts par cancer, des baisses sensibles ont été notées chez l'homme pour le cancer du poumon, de la prostate, du pancréas et du cerveau, chez la femme pour le cancer du sein et chez les deux sexes, pour ceux du colon, du rectum et de l'estomac. Les cancers du poumon, de la prostate, du côlon, du rectum et du sein sont à l'origine de plus de la moitié des cas de mortalité due à cette maladie. L'Institut National du Cancer explique cette diminution tendancielle et très encourageante non seulement par l'amélioration des traitements et une détection plus précoce, mais aussi par de profonds changements de comportements en matière d'hygiène de vie. C'est notamment le cas en matière de diminution des cancers du poumon qui sont à mettre en corrélation avec la diminution constante du nombre de fumeurs qui sont passés de 52% en 1965 à 27% en 1995.

brève @RT Flash

La greffe de la main d'un autre : un succès six mois après
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

La première greffe d'une main provenant d'un donneur dont a bénéficié le Néo-zélandais Clint Hallam en septembre 1998 évolue favorablement six mois après l'intervention réalisée en France, selon les chirurgiens à l'origine de cette première médicale. Cette première greffe complète d'une main provenant d'un cadavre avait été pratiquée sur le patient âgé de 48 ans, le 23 septembre dernier à l'hôpital Edouard-Herriot de Lyon par une équipe de chirurgiens français et australiens dirigés par le Pr Jean-Michel Dubernard. Clint Hallam avait perdu une main dans un accident de scie circulaire. Six mois après, les chirurgiens estiment avoir démontré que "l'allogreffe de la main est techniquement faisable" et "viable". "Les traitements anti-rejets disponibles semblent prévenir le rejet de la greffe", en particulier au niveau de la peau. Des signes modérés de rejet cutané quelques semaines après l'opération avaient pu être maîtrisés par une adaptation de ces médicaments immunosuppresseurs. "S'il n'y a pas d'épisodes de rejet à l'avenir, le pronostic fonctionnel moteur et sensoriel de cette greffe devrait être similaire sinon meilleur que ceux rapportés dans de grandes séries des réimplantations de mains", selon l'équipe des Prs Dubernard et Earl Owen. Six mois après, il a retrouvé des sensations jusqu'au milieu de la paume de sa nouvelle main et des poils ont repoussé sur son poignet. La greffe évolue quasiment comme une auto-transplantation idéale, notent les chirurgiens en faisant état des progrès "encourageants" de leur patient. Il se serait même récemment essayé au piano à Londres.

AFP/24/04/99

http://www.actualinfo.com/

Nette réduction des cas d'hypertension aux Etats-Unis en 40 ans
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

L'utilisation croissante de médicaments contre l'hypertension artérielle a fait très nettement chuter cette affection de 1950 à 1989, indique une étude américaine. Au cours de cette période, précise l'enquête, le taux d'utilisation de ce type de médicaments s'est accru de 2,3% à 24,6% chez les hommes et de 5,7% à 27,7% chez les femmes. Les chercheurs, qui s'appuient sur les résultats de l'Etude de cardiologie Framingham rassemblant quelque 10.000 participants, notent que pendant ces 40 ans les cas d'hypertension la plus élevée sont passés de 18,5% à 9,2% chez les hommes et de 28% à 7,7% chez les femmes. Quelque 50 millions d'adultes américains souffrent d'hypertension artérielle, qui peut provoquer attaques cardiaques ou congestions cérébrales.

AFP/22/04/99

http://www.actualinfo.com/

Un capteur à six pattes
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

Une équipe de chercheurs allemands s'est intéressée à un coléoptère de la famille des buprestes, Melanophila acuminata. Les larves de cette espèce présentent la particularité de ne pouvoir se développer que dans le bois d'arbres récemment brûlés. D'où la nécessité absolue de pouvoir rapidement repérer, et à grande distance, les incendies de forêts. Les entomologistes savaient déjà que la bestiole se servait d'organes thoraciques détectant les infrarouges que dégage toute chaleur. Comme le rapporte l'hebdomadaire scientifique international Nature dans son édition du 25 mars, l'équipe allemande a montré que Melanophila acuminata disposait d'une autre arme : ses antennes. Celles-ci sont capables de "sentir" des quantités infinitésimales de certains composés phénoliques présents dans la fumée émanant de la combustion du bois. "Nous estimons, écrivent les auteurs de l'étude, que cette sensibilité est telle que ce coléoptère peut percevoir, à plus de 1 kilomètre de distance, un pin de 30 centimètres de diamètre dont l'écorce se consumerait à 2 mètres de hauteur et sous un faible vent." On imagine aisément les applications, dans les dispositifs anti-incendies ou dans la détection des feux de forêts, d'un tel niveau de sensibilité, sur lesquelles pourraient déboucher ces recherches. On a toujours besoin d'un plus petit que soi.

Le Monde

http://www.lemonde.fr/nvtechno/futurs/insectes.html

L'homme et certains grands singes ont un neurone commun
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

Un neurone particulier, dit en fuseau en raison de sa forme, se trouve uniquement dans le cerveau de l'homme et de certains grands singes, rapportent des scientifiques américains. Ces cellules nerveuses se trouvent dans une partie du cortex antérieur spécialisée dans la régulation du coeur, de la tension artérielle, de la digestion et de certains processus complexes comme la capacité à communiquer en parlant ou en émettant des sons. Les chercheurs, de la faculté de médecine Mount Sinai et du California Institute of Technology, ont analysé cette zone dans les cerveaux de 28 espèces de primates et de plusieurs autres mammifères non primates. Ils ont identifié ces neurones en fuseau uniquement chez l'homme, le chimpanzé bonobo, le chimpanzé commun, le gorille et l'orang-outan. Par ailleurs, l'homme et le chimpanzé commun sont les plus proches quant à la densité de ces neurones, l'homme et le bonobo étant les plus voisins quant à leur disposition. Cette découverte, notent les auteurs de l'article, souligne le lien entre le genre Homo, auquel appartient l'homme, et celui de Pan, dont relèvent notamment le bonobo et le chimpanzé commun. Elle permet également de faire remonter à une époque relativement récente (15 à 20 millions d'années) dans l'évolution des primates les maladies dégénératives du cerveau comme celle d'Alzheimer. En effet cette dernière touche principalement les neurones en fuseau et elle n'a donc pu apparaître qu'après la différenciation entre les différents ordres de primates.

Sciense&Avenir/27/04/99

http://www.sciences-et-avenir.com/afp/sea.htm

L'origine des cellules
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

A l'origine la vie reposait sur les molécules d'ARN. Il y a 3,5 milliards d'années, elle s'est développée en une vie fondée sur l'association ARN-protéïne, avant de se transformer en notre chaîne actuelle ADN-ARN-protéïne. C'est en analysant et en cartographiant la structure d'une enzyme appelé ribonucléïde reductase, que les chercheurs de l'Université de l'Institut de Biochimie et de Biologie Moléculaire de l'Université de Stockholm, sont arrivé à cette conclusion. Cet enzyme qui catalyse la réduction des acides ribonucléotiques (ARN) en acides desoxyribonucléotiques, n'existe plus aujourd'hui que dans les milieux dépourvus d'oxygène, comme par exemple l'intestin. Cette découverte conduit à de nombreuses applications médicales.

Science&Avenir

http://www.sciences-et-avenir.com/cgi/flash/full_text?cle=980009577.97

Des chèvres clonées pour produire du sang
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

Des chercheurs de la société Genzyme Transgenics à Framingham dans le Massachusetts, clonent des chèvres pour produire du sang humain. La technique consistant à produire du sang à partir des protéines humaines, les antithrombines III, présentes dans le lait de chèvre, est désormais éprouvée. Mais personne n'a encore réussit à cloner des chèvres. Pourtant le laboratoire déclare avoir déjà réussit à en cloner trois. Mais le plus important est que, selon les chercheurs, le lait serait toujours riche en protéines, même si son analyse n'a pas encore été menée à terme. Les chèvres clonées sont des animaux transgéniques, puisque les scientifiques leur ont injecté un gène supplémentaire de manière à obtenir une protéine permettant de diminuer les risques de caillots sanguins. En 1997, les brebis Polly et Molly avaient été conçues, sans succès, pour produire du sang guérissant l'hémophilie. NW.

Science&Avenir

http://www.sciences-et-avenir.com/cgi/flash/full_text?cle=980009572.94

Surdité : un gène dans le collimateur
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

Dans les pays occidentaux, près de 60 % des surdités sont d'origine génétique. La localisation et l'identification des gènes responsables du déficit sensoriel le plus fréquent apparaissent donc comme un véritable enjeu, à la fois clinique et thérapeutique. Il y a cinq ans, une équipe française découvrait le premier d'entre eux : DFNB1. Aujourd'hui, ces mêmes chercheurs viennent de franchir une nouvelle étape dans la compréhension des surdités héréditaires en caractérisant, du point de vue clinique, celles liées à des mutations de ce gène. Leurs travaux, pourraient ouvrir la voie vers un diagnostic moléculaire de ces affections. Les recherches sur les surdités héréditaires de l'enfant ont révélé qu'une cinquantaine de gènes était impliquée, dont DFNB1, identifié en 1994. Ce gène joue un rôle de première importance car ses mutations représentent à elles seules plus de la moitié des formes de surdités chez l'enfant. Dans la prolongation de ses travaux, une équipe de l'Institut Pasteur, à Paris, a conduit récemment une étude prospective sur 140 enfants provenant de 104 familles. Les résultats montrent que les mutations de DFNB1 sont présentent dans 43 des 88 familles ayant des enfants atteints de surdité contre aucune des 16 autres. "Ces mutations n'affectent pas les degrés de sévérité de la surdité, indique Sandrine Marlin, membre de l'équipe. Au sein d'une même famille, elles peuvent être légères, moyennes ou profondes." Quelles perspectives ouvrent ces recherches ? Pour Sandrine Marlin, "c'est un pas immense vers un conseil génétique aux familles". "Beaucoup de surdités avaient jusqu'ici des causes inconnues. Maintenant, nous pouvons envisager un examen des mutations du gène DFNB1." Outre un diagnostic moléculaire, l'étude française offre également des possibilités intéressantes sur le plan thérapeutique.

(Info Science)

http://www.yahoo.fr/actualite/19990422/sciences/220499.html

^ Haut
Homme
Anthropologie et Sciences de l'Homme
Les étudiants américains boudent la high-tech
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

ABCNews/26/04/99

http://abcnews.go.com/sections/tech/DailyNews/cybereducation990426.html

Malgré des débouchés professionnels pour le moins alléchants et une réelle pénurie de main d'oeuvre dans le secteur des technologies de l'information, les études supérieures en sciences et technologies sont en déclin continu aux Etats-Unis, s'inquiète un rapport de l'Association Américaine d'Electronique (AEA). En outre, 45% des doctorats dans ces disciplines mathématiques, physique, informatique et ingénierie sont délivrés à des nationaux d'autres pays. Après un déclin de 5% de l'entrée dans ces disciplines entre 1990 et 1996, la tendance s'est poursuivie en 1997 et 1998, note le président de l'association William Archey, qui conclut à l'inadaptation du système éducatif américain à la société de l'information. L'Association souligne toutefois comme un signe encourageant que la participation aux enseignements optionnels en algèbre avancée et en chimie a récemment doublé dans les lycées américains.

brève @RT Flash

^ Haut
Recherche
Recherche & Innovation, Technologies, Transports
Pile à combustible : le grand démarrage
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

ABCNews/21/04/99

http://abcnews.go.com/sections/tech/DailyNews/fuelcells990421.html

Les constructeurs automobiles Ford et DaimlerChrysler ont lancé un projet commun visant à mettre en circulation, entre 2000 et 2003 en Californie, des véhicules propulsés avec une pile à combustible. Cet Etat a été choisi en raison de sa législation qui lui impose d'avoir au moins 10% de véhicules sans émissions polluantes en 2003. General Motors avait déjà signé un accord de partenariat avec Toyota pour le développement de véhicules à propulsion électrique, hybride ou utilisant des piles à combustible. Il y a un mois à Washington, Daimler Chrysler avait dévoilé un prototype de véhicule propre muni d'une pile à combustible et doté d'une autonomie de 450 km, capable de transporter cinq passagers à une vitesse maximale de 145km/h. Cette pile à combustible a été mise au point par le constructeur canadien Ballard. Cette voiture était en fait une Classe A dont la propulsion avait été repensée pour cette technologie. Le principe de la pile (ou cellule) à combustible consiste à produire de l'énergie sans combustion grâce à une réaction chimique entre l'hydrogène et l'oxygène. Une technologie qui reste très coûteuse à fabriquer et l'hydrogène, peu compressible, demande des réservoirs encombrants. "Nous pensons que la technologie de la pile à combustible est prometteuse et le groupe Ford entend s'engager dans cette voie pour sa prochaine génération de véhicules", a indiqué William Ford, Président du géant automobile..

brève @RT Flash

Aerocraft, l'avion mammouth
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

Lockheed Martin devrait accoucher d'un monstre volant. L'industriel travaille depuis six ans sur un projet d'avion ballon, l' Aérocraft. L'engin est gonflé à l'hélium et rivalise en taille avec les gigantesques ballons dirigeables comme l'Hindenberg, tout en conservant un look d'avion par son aérodynamique et son empennage. La moitié de la poussée verticale sera assurée par l'hélium et le reste par la portance procurée par la forme très allongée de l'avion et les quatre moteurs pivotant calqués sur le principe de l'avion convertible V22. Il est tellement large qu'il abritera quatre quais de chargement à l'avant. Au final, le colosse devrait afficher une capacité d'emport de 500 à 600 tonnes et une vitesse de 125 noeuds. La traversée de l'Atlantique se ferait en moins d'un jour. Lockheed vise ainsi un marché à cheval entre les capacités d'emport d'un navire et celles d'un Boeing 747.

Science-Actualité

http://www.cite-sciences.fr/actu/index.html

Allo, votre bus arrive! !
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

Tous les matins, la maman d'Emily Stuckey, 5 ans, reçoit à son domicile un coup de téléphone lui indiquant qu'il est tout juste temps de dire à Emily d'éteindre la télévision pour prendre son cartable, son goûter et son manteau, et de la laisser sortir dans la rue prendre le bus qui s'arrêtera devant elle exactement 3 minutes plus tard pour l'amener à son école de Pensacola. Kelly Jones, tennisman à la retraite, vient en effet de créer BusCall, dispositif utilisant le système de positionnement Global Positioning System (GPS) pour prévenir les parents de l'arrivée effective du bus embarquant leurs enfants. Les bus, munis d'un récepteur GPS, utilisent les canaux de téléphonie mobile pour informer constamment de leur position une station de contrôle centrale, qui prévient automatiquement par téléphone les abonnés au service de leur arrivée imminente. BusCall est vendu par la société NotiCom LLC aux opérateurs de téléphonie locale ou longue distance, fixe ou mobile, qui proposent ensuite ce service à leurs abonnés, pour des charges mensuelles variant entre 5 et 20 dollars. BusCall, qui est déjà proposé dans deux ville du Minesota et du Maine, a déjà conquis de nombreux abonnés qui l'apprécient comme réponse aux problèmes de variation de trafic, d'exposition au froid et de sûreté, notamment en cas d'absence des parents. Le dispositif pourrait être appliqué aux taxis, cars de voyage ou véhicules de transport en commun pour personnes âgées ou handicapées.

Etats-Unis espace

http://www.france-science.org/usa-espace

Un standard pour l'électronique embarqué dans l'automobile
Samedi, 01/05/1999 - 00:00

Cinq des plus grands producteurs automobiles mondiaux ont décidé de développer en commun un standard technologique pour le câblage destiné à accueillir toutes sortes d'appareils électroniques dans les modèles de véhicules des années à venir. En s'unissant au sein de l'Automotive Multimedia Interface Collaboration, General Motors, Ford, Daimler-Chrysler, Toyota et Renault devraient encourager et réduire le coût du développement par les équipementiers des télévisions, messageries électroniques, et autres systèmes de communication embarqués, explique le Wall Street Journal (WSJ). L'établissement d'un standard n'affaiblit en rien la concurrence féroce qui règne au sein des constructeurs et des équipementiers pour proposer à l'acheteur les options électroniques les plus attrayantes, dont les premières devraient faire leur apparition sur le marché dès 2002.

S&T Presse

http://www.france-science.org

^ Haut
VOTRE INSCRIPTION
Vous recevez cette lettre car vous êtes inscrits à la newsletter RTFLash. Les articles que vous recevez correspondent aux centres d'intérêts spécifiés dans votre compte.
Désinscription Cliquez sur ce lien pour vous désinscrire.
Mon compte pour créer ou accéder à votre compte et modifier vos centres d'intérêts.
PLUS D'INFOS
Suivez-nous sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook
 http://www.rtflash.fr
back-to-top