RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

RTFLASH Recherche & Technologie
NUMERO 380
Lettre gratuite hebdomadaire d’informations scientifiques et technologiques
Créée par René Trégouët rapporteur de la Recherche et Président/fondateur du Groupe de Prospective du Sénat
Edition du 13 Avril 2006
Recommander  |  Désinscription  |  Lire en ligne
Egalement dans ce numéro
TIC
Le lecteur prend la télé en balade
Grande-Bretagne : lancement du premier single exclusivement distribué sur portable
Avenir
Grâce aux virus, le courant passe !
Matière
Les nouvelles éoliennes tentent de se faire adopter
Construction d'une centrale électrique à la biomasse
Stockage de l'énergie éolienne sous forme d'hydrogène
Des lunettes parfaites grâce aux cristaux liquides
Espace
Mise sur orbite de Venus Express
Découverte des conditions propices pour la formation des planètes
Terre
Les bactéries : usines chimiques au service de l'environement
Vivant
Des vessies reconstruites à partir de tissu vivant
La vitamine D diminue les risques de cancer du sein
Leucémie : la recherche progresse au Centre Léon-Bérard de Lyon
Trouver ses ancêtres à travers une analyse ADN
Homme
Hollywood s'ouvre à Internet
Japon : NTT DoCoMo lance des services financiers pour ses abonnés
Des téléprocédures pour simplifier les démarches des agriculteurs
Recherche
Développement des véhicules "propres" et des biocarburants en France : une route encore longue !
Edito
Théorie de l'évolution : deux éclatantes confirmations



Alors que la théorie de l'évolution proposée par Darwin il y 150 ans est de plus en plus remise en cause depuis quelques années, quand elle n'est pas purement et simplement niée, par des mouvements religieux fondamentalistes et intégristes qui n'ont jamais admis l'idée d'une explication scientifique et rationnelle du monde et le principe d'une longue évolution de la vie et des espèces, deux remarquables découvertes sont venues, à quelques jours d'intervalle, confirmer de manière éclatante, et difficilement contestable, la théorie de l'évolution.

La première découverte concerne un fossile humain qui vient combler la chaîne clairsemée de l'évolution humaine. Des restes vieux de 4,2 millions d'années permettent désormais aux scientifiques de mieux expliquer les bonds d'une espèce à l'autre des ancêtres de l'être humain. Le fossile de cet Australopithecus anamensis a été déterré dans la vallée de l'Awash, dans le nord-est de l'Ethiopie, où ont été découverts les restes de sept autres espèces apparentées à l'homme. Ces découvertes couvrent près de six millions d'années et trois phases cruciales de l'évolution humaine.

"Nous venons de découvrir la chaîne de l'évolution, le fil du temps", a expliqué l'un des auteurs de l'étude, Berhane Asfaw, anthropologue éthiopien. C'est la preuve de l'évolution en un endroit dans le temps. "Les résultats des travaux ont été présentés le 12 avril dans la revue scientifique « Nature".

Jusqu'à présent, les scientifiques n'avaient que des fossiles dispersés un peu partout à travers le monde. Ces découvertes dans une seule région permettent d'obtenir un portait plus précis du processus de l'évolution.

La seconde découverte, publiée dans Nature, concerne des fossiles mi-poissons mi-tétrapodes, découverts dans l'Arctique canadien, rétablissant un chaînon manquant dans l'évolution entre poissons et animaux capables de se mouvoir sur la terre ferme, il y a quelque 375 millions d'années. Les fossiles de Tiktaalik roseae, sorte de poisson-alligator plat doté de nageoires articulées capables de supporter un corps de plus de deux mètres de long, permettent de "documenter la séquence des changements évolutionnaires" qui a abouti aux tétrapodes, soulignent les auteurs de ces articles dans la revue scientifique.

Jusqu'à la découverte de ces fossiles, l'origine des principales caractéristiques des tétrapodes était restée dans l'ombre. On sait à présent que les tétrapodes, ces vertébrés qui aujourd'hui comprennent aussi bien les reptiles (dont les serpents) que les amphibiens, les oiseaux et les mammifères, se sont adaptés à la vie terrestre grâce à leurs deux paires de "membres marcheurs", issus des nageoires lobées des sarcoptérygiens (poissons primitifs).

Dans l'évolution, Tiktaalik vient après Panderichthys, poisson fossile connu pour son spiracle, un large évent à l'arrière de la tête qui semble ébaucher l'oreille interne des tétrapodes et vieux de plus de 380 millions d'années, et avant les premiers tétrapodes, Acanthostega et Ichthyostega, qui vivaient il y a 365 millions d'années et dont les membres étaient équipés de métacarpes. Les chercheurs ont établi que Tiktaalik présentait déjà des caractéristiques qui le distinguent nettement des sarcoptérygiens. L'animal est de forme aplatie, ses yeux sont placés sur le même plan que le dos, son cou est mobile, ses côtes sont solidaires de l'axe du squelette et il est doté d'une ceinture scapulaire (liaison osseuse avec le sternum) ainsi que de nageoires antérieures capables d'accomplir des mouvements complexes tout en soutenant le corps.

Tiktaalik vivait au nord de ce qui était alors le continent euraméricain, dans un climat subtropical à tropical. Il évoluait dans des eaux fluviales lentes et peu profondes. Dans cet environnement, le découplage de la tête (d'une vingtaine de centimètres de long) par rapport au reste du corps et les changements dans son mode de locomotion lui ont permis d'adapter sa façon de se nourrir, voire de respirer avec un système à mi-chemin entre les branchies et la pompe buccale, analysent les auteurs de l'article. La découverte de Tiktaalik vient donc étayer l'hypothèse selon laquelle c'est "l'habitat en eaux peu profondes dans les plaines inondables du continent euraméricain pendant le Dévonien supérieur qui a abrité la transition entre les poissons et les tétrapodes".

Au fil de l'évolution, cette lignée de vertébrés qui possédaient des branchies et des poumons pour pouvoir vivre à la fois dans et hors de l'eau a perdu ses branchies. C'est la perte de leur opercule à l'arrière de la tête qui leur a permis de la lever pour respirer occasionnellement hors de l'eau, geste rendu possible grâce à un début de cou flexible qui séparait la tête de la ceinture pectorale.

Ce nouveau fossile confirme une étape-clé de l'évolution des espèces entre les poissons et les vertébrés terrestres qui allaient sortir définitivement de l'eau pour marcher sur la terre ferme, une vingtaine de millions d'années plus tard, c'est-à-dire il y a 360 millions d'années. De la même manière qu'il y a 150 millions d'années Archeopteryx définit la transition entre les reptiles (et particulièrement les dinosaures) et les oiseaux.

En s'emboîtant parfaitement dans une case laissée vide jusqu'à présent entre les poissons et les vertébrés à quatre pattes, Tiktaalik représente bien le fameux «chaînon manquant» dont rêvaient les paléontologues.

La troisième découverte est tout aussi capitale. Des scientifiques ont en effet pour la première fois montré étape par étape le processus par lequel la nature crée une nouvelle pièce de mécanique moléculaire en modifiant des éléments existants, dans une étude publiée par la revue américaine Science du 7 avril 2006. Ces travaux confirment pleinement la théorie de l'évolution de Darwin et portent un coup très rude au principal argument de ses adversaires, défenseurs de la théorie du "dessein intelligent".

"Nous avons découvert que la complexité moléculaire évolue par transformation, par le biais d'un processus d'exploitation moléculaire, permettant à de vieux gènes, forcés par la sélection à des fonctions entièrement différentes, d'être recyclés pour de nouvelles fonctions", souligne Joe Thornton, biologiste et principal auteur de cette étude. "Notre recherche fait la démonstration de l'erreur fondamentale de l'argument de ceux remettant en question la théorie de Darwin", a encore dit ce scientifique de l'université d'Oregon.

Les adversaires de Darwin, soutiennent que les systèmes moléculaires sont trop complexes pour s'expliquer par une évolution progressive résultant uniquement du processus de sélection naturelle. Charles Darwin lui-même était conscient de cette difficulté et pensait qu'il faudrait étudier les formes ancestrales des organismes pour comprendre toutes les étapes de l'évolution.

"De nouvelles techniques nous permettent de voir comment d'anciens gènes, aujourd'hui disparus ont évolué il y a des centaines de millions d'années", a expliqué Thornton, biologiste et principal auteur de cette étude. "Nous avons découvert que la complexité moléculaire évolue par transformation, par le biais d'un processus d'exploitation moléculaire, permettant à de vieux gènes, forcés par la sélection à des fonctions entièrement différentes, d'être recyclés pour de nouvelles fonctions", souligne Joe Thornton. "Notre recherche fait la démonstration de l'erreur fondamentale de l'argument de ceux remettant en question la théorie de Darwin", a encore dit ce scientifique de l'université d'Oregon.

Ces biologistes ont pu ainsi reconstituer l'évolution du gène récepteur de l'hormone aldostérone (régulateur des reins) ayant existé 450 millions d'années plus tôt, avant que le premier animal pourvu d'un squelette n'apparaisse sur Terre.

Les expériences ont montré que ce récepteur avait la capacité d'être activé par l'aldostérone bien avant que cette hormone existe et que ce récepteur a également répondu à une hormone beaucoup plus ancienne que l'aldostérone mais de structure similaire. Le récepteur était donc "pré-adaptable" pour devenir apte à une nouvelle relation fonctionnelle avec l'aldostérone une fois que celle-ci apparaîtra. "Le processus d'évolution de la mécanique moléculaire par étape que nous avons pu reconstituer est entièrement conforme à la théorie de Darwin", a souligné Joe Thornton.

Certaines découvertes constituent des moments exaltants dans l'histoire des sciences et plus largement dans les progrès de la connaissance car elles lèvent brusquement le voile sur un mystère longtemps demeuré irrésolu et donnent à un ensemble de faits et d'observations et à leur cadre théorique de référence, une force, une cohérence, et, osons le mot, une élégance nouvelle. Nous sommes sans doute en train de vivre un de ces moments et c'est une part d'ombre sur la prodigieuse aventure de la vie qui vient de se dissiper.

A la lumière de ces trois découvertes majeures, le génie de Darwin apparaît une fois de plus de manière éclatante et sa théorie de l'évolution, sans cesse enrichie et complétée depuis plus d'un siècle par les apports de la biologie et de la génétique représente bien, n'en déplaise à ses détracteurs, la théorie la plus convaincante et la plus cohérente pour expliquer l'extraordinaire évolution de la vie depuis 3,8 milliards d'années, et l'une des plus remarquables avancées conceptuelles de tous les temps, équivalente dans le domaine du vivant à la relativité générale d'Einstein dans le domaine de la physique.

René Trégouët

Sénateur honoraire

Fondateur du Groupe de Prospective du Sénat


TIC
Information et Communication
Le lecteur prend la télé en balade
Vendredi, 14/04/2006 - 00:00

Et si, sur un lecteur multimédia, un gros disque dur ne suffisait pas ? Et si on avait envie, sur le même appareil, de regarder une émission ? D'emmener la télévision en balade, à l'arrière d'une voiture, dans le jardin ? D'enregistrer les émissions ? Sur le marché des lecteurs multimédia, Archos a l'habitude de prendre les risques avant tout le monde, et le montre encore une fois en ajoutant la TNT à l'un de ses produits.

Le AV700 sortira donc au mois de mai en version TV. Il ne s'agit pas de simple réception : le lecteur est par exemple optimisé pour pouvoir regarder un programme même en déplacement. Pour cela, il est vendu avec deux antennes, reliées à deux récepteurs : chacune cherche à obtenir le meilleur signal, et l'AV700 bascule en permanence vers celle qui reçoit le mieux pour garantir une réception optimale. Un test a même été réalisé, avec succès, dans une voiture roulant à 130 km/h/.

Comme il disposait d'un disque dur de 40 Go, il aurait été dommage de ne pas permettre l'enregistrement des émissions : 35 heures peuvent être stockées, au format MPEG-2 TS, soit une qualité proche du DVD. L'AV700TV lit les photos, les fichiers audio, dispose d'une sortie vidéo, bref, c'est un lecteur très complet, dont l'autonomie est satisfaisante : 3h30 en visionnage.

TF1

Grande-Bretagne : lancement du premier single exclusivement distribué sur portable
Vendredi, 14/04/2006 - 00:00

Nous avions consacré il y a quelques semaines un éditorial sur la montée en puissance de la musique en ligne (Voir La consommation musicale bascule dans l'économie des flux). Il semble que l'actualité nous ait rattrapée : le groupe britannique Planet Funk va être le premier à distribuer un single exclusivement par téléchargement sur téléphone portable, a annoncé l'opérateur télécom partenaire de l'opération. Le titre "Stop Me" sera distribué par téléchargement à partir du 8 mai sur le réseau 3 Mobile, filiale britannique de Deutsche Telekom qui compte 3,5 millions d'abonnés au Royaume-Uni.

Planet Funk espère ainsi profiter de l'explosion des moyens de distribution alternatifs de l'industrie musicale. Les recettes du téléchargement légal ont triplé en 2005 dans le monde, pour dépasser 1 milliard de dollars. Au contraire de la plupart des groupes qui se servent du téléchargement en exclusivité comme plate-forme de promotion d'un disque, Planet Funk ne verra pas son titre être commercialisé sur un support physique. Il cherche ainsi à se démarquer de la stratégie consistant à exploiter internet dans un premier temps, puis à reprendre de volée un éventuel succès par la sortie d'un disque.

C'est la stratégie qui avait réussi par exemple aux rockeurs d'Arctic Monkeys, qui ont battu le record de démarrage d'un premier album au Royaume-Uni (plus de 360.000 vendus en une semaine), après avoir mis gratuitement à disposition du public tous leurs titres sur leur site internet, les ôtant quelques semaines avant la sortie de l'album. Plus récemment, la chanteuse britannique Sandi Thom a exploité internet d'une manière inédite : elle se produisait en direct depuis son salon via webcast, avant de signer un contrat avec une major du disque.

Wanadoo

^ Haut
Avenir
Nanotechnologies et Robotique
Grâce aux virus, le courant passe !
Vendredi, 14/04/2006 - 00:00

Des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) travaillant sur les nanotechnologies ont annoncé avoir utilisé des virus pour fabriquer des électrodes pour des batteries microscopiques. A l'aide de virus bactériophages M13, cette équipe internationale a réussi à fabriquer des électrodes microscopiques qui pourront être utilisées sur des piles ion-lithium qui pourront à leur tour alimenter des appareils de très petite taille, expliquent-ils dans la revue scientifique Science. "Nous utilisons des virus pour synthétiser et assembler des fils nanoscopiques d'oxyde de cobalt à température ambiante", écrit le groupe de chercheurs.

Les scientifiques modifient les gènes du virus M13, simple en structure et facile à manipuler, afin que sa couche extérieure, son enveloppe, s'attache à certains ions métalliques. Ils font ensuite incuber les virus dans une solution de chlorure de cobalt afin que les cristaux d'oxyde de cobalt s'assemblent uniformément en longueur. L'ajout d'un peu d'or confère les propriétés électriques désirées. Les virus ne peuvent pas se reproduire d'eux-mêmes et doivent donc être cultivés dans des cellules, dans ce cas-ci des bactéries. Les chercheurs injectent aux bactéries le matériel génétique des virus pour leur faire produire des copies du virus.

Les virus forment des couches ordonnées, précisent les scientifiques. Les fils nanoscopiques qui en résultent fonctionnent comme les électrodes positives d'une pile, ajoutent-ils. Le groupe de chercheurs espère fabriquer des piles dont la taille irait d'un grain de riz à celle des batteries utilisées dans les prothèses auditives. Chaque virus, et donc chaque fil, ne mesure que 6 nanomètres de diamètre (6 milliardièmes de mètre) et 880 nanomètres de longueur, expliquent les scientifiques. "Nous avions utilisé par le passé des virus pour assembler des semi-conducteurs et des fils nanométriques magnétiques", soulignent-ils.

L'utilisation de virus en nanotechnologies ouvre de grandes perspectives, selon les chercheurs car les virus possèdent différentes protéines réparties sur leur surface, ce qui devrait permettre de les utiliser dans la micro-connectique entre composants électroniques.

MIT

^ Haut
Matière
Matière et Energie
Les nouvelles éoliennes tentent de se faire adopter
Vendredi, 14/04/2006 - 00:00

Après les errements des premières années, les nouvelles éoliennes tentent de se faire adopter, à l'instar du parc éolien de Caurel-Saint Mayeux, dans le centre de la Bretagne, qui se veut "exemplaire". "On a voulu mener ici une installation exemplaire, en concertation avec la population", assure Ali Reza Laali, chef de projet à EDF, l'exploitant de ce parc. Situé en bordure de crête à 300m d'altitude, le site retenu reste de taille modeste : cinq éoliennes de 75 m de haut. Chacune produit 850 kW , soit à l'année entre 8 et 9 millions de kwh, l'équivalent de la consommation hors chauffage d'une localité de 4.000 habitants. "Si nous n'avions pas multiplié la concertation avant le lancement du projet, nous aurions eu à affronter beaucoup d'obstacles qui auraient sérieusement ralenti sa mise en oeuvre", estime M. Laali, en référence aux nombreux épisodes judiciaires qui jalonnent fréquemment ce type de projet.

Outre des réunions avec élus, associations et riverains, le projet a fait l'objet d'études approfondies pour tenter d'échapper au mieux aux critiques habituelles. Première contrainte : les éoliennes devaient être invisibles depuis les berges, en contrebas, du lac de Guerlédan, un lieu touristique très fréquenté. A l'été 2003 s'est déroulée une simulation, avec des ballons gonflés à l'hélium, disposés à la hauteur des futures éoliennes. Au vu du résultat, la hauteur des éoliennes a été revue à la baisse. Les mêmes précautions ont été prises en matière acoustique ou électromagnétique. Enfin, l'ensemble du réseau, raccordé à la centrale hydraulique voisine, est enterré, à quelques pas d'une voie romaine.

L'"exemplarité" du projet tient sans doute pour partie au fait qu'EDF en soit l'opérateur direct. La puissance du groupe français lui permet d'ignorer les contraintes économiques que peuvent connaître la majorité des petits opérateurs, parfois attirés par la forte rentabilité de l'éolien. "Le site est beau. C'est un mix énergétique (hydraulique-éolien) intéressant. On a pris le temps. Nous avions la volonté de créer une dynamique positive avec, en face, des interlocuteurs qui voulaient que ça réussisse", résume Charles Plourdeau, chargé de communication à EDF.

Le groupe EDF a créé une filiale, Energies nouvelles, qui détient 20 % du marché de l'éolien en France. La maison-mère n'intervient directement que quand l'éolien est couplé avec une autre énergie, déjà exploitée par EDF sur le même site, comme à Caurel. La quantité d'électricité produite par le nouveau parc peut sembler dérisoire. Mais la Bretagne ne génère que 5,5 % de sa consommation électrique, et tout est bon, en terme d'énergies renouvelables, pour réduire ce déficit. Le conseil régional s'est fixé un objectif d'installation de 1.000 MW (1 GW) d'origine éolienne d'ici 2015 contre une production actuelle d'environ 100 MGW.

Un "schéma de l'énergie éolienne" est en préparation. "L'idée est de constituer une sorte de label-qualité de l'éolien en Bretaggne" en privilégiant les installations de taille moyenne, expose Isabelle Thomas, vice-présidente chargée des énergies au sein de l'institution régionale. En Côtes d'Armor, sur 35 demandes de permis, cinq ont été refusées, selon la préfecture, 14 accordées (pour 82 éoliennes) et 16 dossiers sont en cours d'instruction.

AFP

Construction d'une centrale électrique à la biomasse
Vendredi, 14/04/2006 - 00:00

Le Royaume-Uni a commencé à construire, le 27 janvier 2006, sa plus grande centrale électrique, alimentée par de la biomasse, à Stevens Croft, près de Lockerbie en Ecosse. Elle aura une capacité de 44 MW et fournira de l'électricité à 70.000 foyers (environ 245 millions de kWh par an). Elle sera composée d'une chaudière à lit fluidisé à bulle (les particules solides sont suspendues dans l'air pour la combustion et les cendres formées redescendent dans le fond de la chaudière) et d'une turbine a vapeur.

Cette centrale est développée par les compagnies E.ON UK, Siemens Power Generation (turbine, condensateur, système électrique et automatique, ingénierie civile) et Kvaener Power (chaudière, système d'approvisionnement en biomasse et purification des fumées). Elle va coûter environ 130 millions d'euros et devrait créer 40 emplois directs et 300 autres indirects (agriculteurs, forestiers...). La biomasse utilisée sera initialement composée des résidus forestiers (sciure, branches et chutes) en provenance d'une scierie située à proximité. Au total, la centrale nécessitera 475.000 tonnes de bois par an, dont 95.000 tonnes de taillis à renouvellement rapide. Parmi la quantité totale de bois nécessaire, 220.000 tonnes devraient être fournies par les zones voisines de la centrale ; 45.000 tonnes proviendraient de saules à croissance rapide que des fermiers locaux devraient produire. La biomasse étant neutre vis-a-vis des émissions de CO2 (le CO2 est absorbé par les plantes à la même vitesse qu'il est émis), cette centrale devrait permettre d'économiser plus de 150.000 tonnes de CO2 par an. Elle serait opérationnelle en fin 2007.

BE GB

IEE-

Stockage de l'énergie éolienne sous forme d'hydrogène
Vendredi, 14/04/2006 - 00:00

La compagnie Wind Hydrogen Ltd, basée à Anglesey au nord de Pays de Galles, développe une technologie intégrant éolien et hydrogène pour la production d'électricité et le transport. Le principe de cette technologie est d'utiliser le surplus énergie éolienne pour produire de l'hydrogène par électrolyse de l'eau. Cet hydrogène stocké peut être soit utilisé pour produire de l'électricité en cas de vents faibles (piles à combustible ou moteur à combustion interne) ou être revendu pour le secteur du transport. D'après Declan Pritchard, le directeur de développement de Wind Hydrogen, "L'énergie éolienne couplée avec (...) la production hydrogène permet théoriquement la pénétration du 100 % renouvelable dans le marché de électricité".

La compagnie travaille sur différents sites au Royaume-Uni, en particulier en Ecosse, et en Australie. A Kilbirnie, à l'ouest de l'Ecosse, la compagnie travaille sur un projet de 375 MW. Dans ce projet, 10 a 15 % de l'électricité produite par les éoliennes seraient dédiés à la production d'hydrogène. Dans les îles Shetlands, la compagnie développe, en partenariat avec le groupe AMEC, une installation avec 50 MW de capacité éolienne, 25 MW de capacité électrolyse et des moteurs à hydrogène. La compagnie mène aussi une étude de faisabilité d'une installation de stockage souterrain d'hydrogène à Teesside au nord-est de l'Angleterre. Des pipelines devraient transporter 75.000 tonnes d'hydrogène par an à partir de ce centre de stockage pour des utilisations industrielles et commerciales.

BE GB

Des lunettes parfaites grâce aux cristaux liquides
Vendredi, 14/04/2006 - 00:00

Liée à l'inévitable vieillissement de l'oeil, la presbytie oblige les personnes de plus de 45 ans à tendre les bras pour lire et à porter des lunettes qui corrigent ce défaut. Certaines personnes doivent alors porter des lunettes à double foyer, ou des verres progressifs, pour alterner entre une correction pour voir de près et une autre pour voir loin. Pour supprimer cette gymnastique entre les deux foyers du verre, des chercheurs ont mis au point un prototype de lunettes à cristaux liquides qui permet de voir de loin comme de près.

Il suffit d'appliquer un courant électrique de faible voltage pour modifier la correction de ces verres de lunettes, expliquent Guoqiang Li et Nasser Peyghambarian, de l'école des sciences optiques de l'université de l'Arizona (USA), dans les PNAS. Des électrodes transparentes forment une série d'anneaux concentriques qui contrôlent les propriétés optiques d'une fine couche de cristaux liquides. Ces verres permettent de corriger la vision de loin. En appliquant un courant électrique la correction change et permet de voir de près, tout cela en moins d'une seconde, expliquent les chercheurs. L'avantage de ces lunettes, qu'ils ont testées sur quelques volontaires, est qu'elles offrent un champ de correction complet par rapport aux verres à doubles foyers. Pour l'instant, l'utilisateur doit appuyer sur un bouton pour changer de correction mais les chercheurs entendent développer un système de capteurs qui permettront un changement automatique de mise au point.

PNAS

^ Haut
Espace
Espace et Cosmologie
Mise sur orbite de Venus Express
Vendredi, 14/04/2006 - 00:00

A l'issue d'un fabuleux périple de plus de 400 millions de kilomètres, la sonde européenne Venus Express s'est mise sur orbite mardi 11 avril autour de l'étoile du Berger ont annoncé les contrôleurs de la mission au Centre européen d'opérations spatiales (Esoc) de l'Esa à Darmstadt (Allemagne). "Moment fantastique, nous sommes finalement sur orbite autour de Vénus", s'est écrié à 10H08 (08H08 GMT) le chef du projet, le Canadien Don McCoy, au cours d'une vidéo-transmission au siège de l'Esa, à Paris.

Le moteur principal de la sonde, allumé pendant 50 minutes à l'arrivée à l'approche de la planète, a permis de la ralentir pour qu'elle soit capturée par le champ gravitationnel de l'étoile du Berger, dont elle étudiera l'atmosphère, les systèmes nuageux et si possible la croûte. Au moment de sa capture, Venus Express se trouvait à 400 km seulement de la surface de Vénus, et à quelque 12O millions de kilomètres de la Terre. Elle restera neuf jours sur son orbite provisoire très elliptique de 350.000 km d'apoastre (point le plus éloigné) et de moins de 400 km de périastre (point le plus rapproché). Elle sera ensuite placée sur son orbite définitive, parcourant alors en 24 heures une orbite quasi polaire de 250 km de périgée et 66.000 km d'apogée.

La sonde observera pendant 486 jours terrestres (deux jours vénusiens) l'atmosphère de Vénus, très dense et chaude, constituée à 96 % de dioxyde de carbone, ou gaz carbonique (CO2). Par ailleurs, à une soixantaine de kilomètres d'altitude, les vents soufflent, pour une raison inconnue, à quelque 400 km/h.

La planète est couverte d'une épaisse couche de nuages dont les sept instruments à bord de la sonde tenteront de percer les secrets pour en tirer des enseignements sur la géologie et une éventuelle activité volcanique. Souvent considérée par les astronomes comme la soeur jumelle de la Terre, Vénus partage avec elle de nombreuses caractéristiques : les deux sont faites de roches, elles ont une taille et une masse comparables. Mais leur évolution a été très différente et la température au sol sur l'étoile du Berger atteint 460 degrés celsius. Les observations de la sonde européenne pourraient être riches d'enseignement pour la compréhension de phénomènes comme le réchauffement climatique sur Terre, estiment les scientifiques de la mission.

ESA

Découverte des conditions propices pour la formation des planètes
Vendredi, 14/04/2006 - 00:00

Des scientifiques américains pensent avoir résolu le mystère entourant la formation des planètes à la suite de l'explosion violente d'une supernova. Ils annoncent dans "Nature" avoir décelé pour la première fois un anneau de débris dans lequel des planètes peuvent se former. La découverte surprend puisque l'anneau de poussière tourbillonnant autour du pulsar -une étoile morte- ressemble au nuage de gaz dans lequel se serait formé la Terre. Les scientifiques estiment que leur découverte permettra de mieux comprendre la formation des systèmes planétaires.

"Ça montre que la formation des planètes est répandue dans tout l'univers. C'est un processus très robuste qui peut avoir lieu dans les environnements les plus inattendus", a dit l'astrophysicien Deepto Chakrabarty, du Massachusetts Institute of Technology (MIT).

Grâce au télescope Spitzer de la NASA, les scientifiques du MIT ont décelé la radiation émise autour d'un jeune pulsar situé à 13.000 années-lumières de la Terre. Il s'est formé à la suite de l'effondrement d'une étoile géante dans l'explosion d'une supernova, il y a 100.000 ans.

Les chercheurs n'ont pas observé directement la formation de planètes, mais ils soutiennent que des blocs en construction sont présents. En 1992, un autre groupe de scientifiques avait trouvé des planètes en orbite autour d'un pulsar mais il n'avait pas observé d'anneau de poussière et n'avait pu expliquer la formation de ce système planétaire.

Si des planètes existent dans l'anneau de poussière récemment découvert, elles ne pourraient pas abriter de formes de vie en raison des violents phénomènes qui l'ont engendré, estime l'astronome Charles Beichan, de la NASA, l'agence spatiale américaine. "C'est plutôt Tchernobyl que Malibu", explique-t-il. Les scientifiques pensent depuis longtemps que les planètes se forment lorsque des morceaux de poussière orbitant autour de jeunes étoiles entrent en collision et fusionnent.

NASA

^ Haut
Terre
Sciences de la Terre, Environnement et Climat
Les bactéries : usines chimiques au service de l'environement
Vendredi, 14/04/2006 - 00:00

La composition de notre atmosphère dépend en grande partie des micro-organismes de notre environnement. C'est ainsi qu'il a été observé récemment que l'ammoniaque (produit de dégradation d'origine biologique) pouvait être oxydé par des bactéries anaérobies : le groupe anammox pour « anaerobic ammonium oxydation » dont Kuenenia stuttgartiensis est l'un des représentants. Ces bactéries font partie de la division des Planctomycètes, un groupe mal connu, longtemps ignoré des microbiologistes, mais qui comprend de nombreuses espèces dotées de particularités uniques.

Kuenenia stuttgartiensis est une bactérie qui se divise très lentement (une division toutes les 2 à 3 semaines) et qui n'a pas encore été isolée en culture pure. Les chercheurs du Génoscope ont utilisé l'ADN de populations de bactéries mises en culture en bioréacteur pendant un an. C'est un des premiers exemples de réussite de reconstruction d'un génome bactérien à partir d'une communauté complexe.

L'équipement génétique de cette bactérie s'est révélé être beaucoup plus vaste que ce que l'on pouvait imaginer et comporte un très un grand répertoire de voies métaboliques lui permettant d'utiliser notamment le dioxyde de carbone pour effectuer ses biosynthèses.

La réaction anammox qui transforme l'ammoniaque et les nitrites en azote gazeux en milieu anaérobie est un élément majeur du cycle de l'azote. On estime actuellement qu'elle contribue à plus de 50 % de la transformation de l'azote dans les océans. L'utilisation d'anammox pour le traitement des eaux usée est en cours d'expérimentation. Elle présente de nombreux avantages par rapport à la méthode classique de nitrification/dénitrification en permettant de simplifier le procédé, d'accélérer le traitement et d'en abaisser considérablement le coût, notamment en économisant de l'énergie. L'apport d'oxygène au bassin peut être réduit, les bactéries anammox n'ont pas besoin de carbone organique pour leur croissance et produisent moins de biomasse, ce qui réduit la masse de boues à éliminer.

S&A

^ Haut
Vivant
Santé, Médecine et Sciences du Vivant
Des vessies reconstruites à partir de tissu vivant
Vendredi, 14/04/2006 - 00:00

Pour la première fois, des scientifiques ont pu reconstruire un organe humain complexe, la vessie, chez sept jeunes patients, en utilisant du tissu vivant cultivé en laboratoire ensuite greffé sur les malades. Une avancée porteuse d'espoirs pour la réparation à terme du coeur ou d'autres organes. Jusque-là, seuls de simples tissus (la peau, les os ou le cartilage), avaient pu être produits en laboratoire. C'est la première fois qu'un organe plus complexe a pu être remplacé par du tissu cultivé en laboratoire à partir des propres cellules du patient. "Ce résultat suggère que la culture tissulaire pourrait être une solution à la pénurie de don d'organes dans notre pays pour ceux qui ont besoin d'une transplantation", a déclaré le Dr Anthony Atala, qui dirige l'équipe de recherche. Un modèle pour la culture d'autres tissus et organes.

Cette première, réalisée sur sept patients âgés de 4 à 19 ans, atteints de spina bifida, une malformation congénitale responsable de leurs troubles urinaires, a été publiée sur le site du Lancet. L'équipe de recherche de l'hôpital pour enfants de Boston, a réalisé la première intervention en 1999, mais voulait s'assurer que l'expérience allait fonctionner sur d'autres patients. Les résultats n'ont donc pas été rendus publics avant que les médecins n'aient pratiqué ces nouvelles greffes et n'aient suivi les progrès des derniers patients pendant au moins deux ans.

"Cela donne à tout le monde (...) la preuve et l'encouragement nécessaires pour affirmer que l'intervention est possible", a déclaré le Dr Stephen Badylak, expert en culture tissulaire de l'Université de Pittsburgh. Toutefois, les scientifiques avertissent que faire pousser d'autres organes devrait lancer de nouveaux défis imprévus, les organes ayant des fonctions bien spécifiques. Même pour les personnes souffrant de maladies vésicales, 35 millions aux USA selon les estimations, la technique d'Atala nécessite d'être évaluée sur plus de patients et pendant plus longtemps, ont déclaré les chercheurs. Remplacer une vessie toute entière poserait bien d'autres problèmes, notamment celui de reconnecter les uretères, les vaisseaux et les nerfs, selon le Dr Steve Chung, urologue de l'Illinois qui a commenté les travaux pour le Lancet, parlant d'une "avancée formidable".

Pour les enfants et les adolescents incontinents ayant bénéficié des greffes, la transplantation a permis de réduire considérablement les fuites urinaires, améliorant ainsi considérablement leur qualité de vie. Pour Kaitlyne McNamara, la transplantation a permis une nouvelle vie sociale. Au moment de son intervention, il y a cinq ans, ses reins ne fonctionnaient plus du fait de sa faiblesse vésicale. Aujourd'hui elle peut de nouveau travailler, aller danser, et ne porte plus de couches. Ce résultat spectaculaire divise néanmoins la communauté scientifique. Certains chercheurs souhaitent que ces résultats soient comparés à ceux obtenus avec une transplantation classique.

Pour aboutir à ce résultat, les chercheurs de Boston ont utilisé des cellules arrivées à maturation. Ils ont d'abord retiré le mauvais tissu vésical, avant de prélever du muscle et des cellules de la paroi vésicale qu'ils ont fixés sur des moules en collagène en forme de vessie. Ils ont ensuite laissé ces cellules se reproduire en laboratoire pendant sept semaines. A partir de centaines de cellules, les chercheurs en ont obtenu un milliard et demi. Les moules cellulaires ont ensuite été cousus sur ce qui restait de la vessie du patient en partie fonctionnelle.

Les patients ont ainsi pu éviter les effets de rejet qui apparaissent lorsque l'opération est pratiquée avec du tissu intestinal, comme c'est habituellement le cas. Les vessies reconstruites étaient trois fois plus élastiques et contenaient plus d'urine, ont rapporté les chercheurs dont les résultats soulignent que chez les sept patients, les reins sont préservés. Les patients doivent toujours vider régulièrement leur vessie avec une sonde, mais n'ont plus de fuites entre deux vidanges.

BBC

La vitamine D diminue les risques de cancer du sein
Vendredi, 14/04/2006 - 00:00

Selon des études présentées par l'American Association for Cancer Research, les femmes qui prennent de la vitamine D ont moins de risque de développer un jour un cancer du sein ou des ovaires.

Alors que les facteurs de risque pour le cancer du sein et celui des ovaires incluent la ménopause, l'obésité, les antécédents familiaux et des mutations génétiques spécifiques, les chercheurs cherchent également à comprendre le rôle du régime alimentaire dans son développement, en vue de d'améliore le traitement et la prévention des cancers. Lors de la quatre-vingt-dix-septième réunion annuelle de l'association américaine pour la recherche sur le cancer (American Association for Cancer Research), deux groupes de scientifiques ont présenté des résultats sur les propriétés préventives éventuelles de la vitamine D contre le cancer du sein. Deux autres groupes de scientifiques ont présenté leurs travaux sur le rôle d'antioxydants, les flavonoïdes qui pourraient empêcher le cancer du sein et le cancer ovarien.

Une première étude menée par des chercheurs de l'institut de recherche de Samuel Lunenfeld à l'hôpital Toronto suggèrent que la vitamine D peut jouer un rôle significatif dans la réduction du risque de cancer de sein. Les résultats, ont montré une réduction importante du risque de cancer du sein parmi des sujets exposés à des niveaux élevés de vitamine D, le risque diminuant d'autant plus qu'ils étaient jeunes. Cette étude a concerné 576 femmes qui avaient le cancer de sein et 1.135 autres femmes sans cancer. Les scientifiques ont découvert des réductions significatives du cancer de sein parmi celles qui avaient notamment consommé de l'huile de foie de morue, ou qui avaient exercé des activités de plein air comme des activités physiques. Le corps produit naturellement de la vitamine D avec l'exposition au Soleil, mais cette méthode est controversée en raison des risques associés au cancer de la peau.

Selon les chercheurs, exercer des activités de plein air, entre 10 et 19 ans, a comme conséquence de réduire de 40 % le risque de cancer de sein. Entre 10 et 29 ans, les activités de plein air abaisseraient le risque de cancer de sein de 35 % environ. Prendre de l'huile de foie de morue, entre 10 et 19 ans réduit le risque de cancer du sein de 25 %, consommer au moins 9 verres de lait chaque semaine entre 10 et 29 ans réduirait ce risque de 35 %.

Selon la deuxième étude américaine, les doses croissantes de vitamine D peuvent aider à empêcher le cancer de sein. Une haute teneur en vitamine D pourrait se traduire par une réduction de 50 % du risque de cancer du sein, selon cette étude menée auprès de 1.760 femmes. Environ 1000 unités internationales (UI) de vitamine D devraient être consommées quotidiennement, à partir de médicaments ou d'une nourriture enrichie en vitamine D, alors qu'un Américain moyen n'en consomme que 320 UI. La limite supérieure à la prise de la vitamine D établie par la National Academy of Sciences est de 2.400 IU jour.

NIH

Leucémie : la recherche progresse au Centre Léon-Bérard de Lyon
Vendredi, 14/04/2006 - 00:00

Des chercheurs du Centre Léon-Bérard, centre régional de lutte contre le cancer de Lyon, en collaboration avec des scientifiques américains, viennent de mettre en évidence un mécanisme intéressant dans le développement de la leucémie liée au virus HTLV-1. Ce virus infecte 25 millions de personnes dans le monde dont seule une minorité - entre 3 et 5 % - développe la maladie 30 à 60 ans après l'infection initiale.

Les résultats de ces recherches de trois ans ont conclu que la mise en cycle des lymphocytes CD4 est l'élément clef de la transformation leucémique lors de l'infection par l'HTLV-1. Ils ont été publiés dans le Journal of Clinical investigation, une importante revue scientifique américaine. « Nos résultats vont permettre de cibler le cycle cellulaire comme traitement préventif de la leucémie liée à l'HTLV-1 », explique Éric Wattel, responsable de l'équipe « Oncovirologie et biothérapies » de Léon-Bérard (unité CNRS), professeur d'hématologie à l'université Claude-Bernard et hématologue à HEH.

Ces travaux pour trouver une nouvelle voie thérapeutique ont déjà débuté dans le cadre du Cancéropôle Lyon Auvergne Rhône-Alpes. Coordonné par Éric Wattel et Pierre Jalinot (ENS Lyon), ce projet réunira plusieurs laboratoires rhônalpins.

Progrès

Trouver ses ancêtres à travers une analyse ADN
Vendredi, 14/04/2006 - 00:00

Le génome humain est un livre d'histoire. Lancé par la National Geographic Society, IBM et la Waitt Family Foundation, le projet Genographic veut donner aux scientifiques les moyens de lire le détail des grandes migrations d'Homo sapiens depuis sa sortie d'Afrique, voilà environ 60 000 ans. Le principe est de récolter dans les communautés indigènes, partout sur la planète, une grande quantité d'échantillons d'ADN, pour affiner les corrélations entre origines géographiques, migrations et variations du génome. Genographic comporte aussi un volet public et commercial, à destination des particuliers, qui vient d'être lancé en France.

Pour une centaine d'euros - dont une part servira au financement des recherches, une autre à la préservation des cultures locales -, il est possible d'exhumer de son patrimoine génétique une part, lointaine et partielle, de son histoire familiale. Comment ? Par l'étude du chromosome Y pour les hommes et de l'ADN mitochondrial pour les femmes. Ces deux marqueurs génétiques sont transmis de père en fils pour le premier et de mère en fille pour le second. Chaque femme hérite ainsi de l'ADN mitochondrial de sa mère, qui le tient elle-même de sa propre mère, etc. La même chaîne de transmission est valable le long de la lignée patrilinéaire, pour le chromosome Y.

Pour participer au volet public, il suffit de commander sur le site Web du National Geographic un kit de prélèvement ADN pourvu d'un code d'identification anonyme. L'échantillon obtenu (par frottis buccal) sera retourné à un laboratoire ; les résultats seront croisés avec les données génétiques déjà disponibles. Les conclusions seront accessibles après deux à trois semaines sur le site Internet de la National Geographic Society. Les participants doivent en outre dire s'ils acceptent que leurs gènes, anonymes, soient conservés dans la base de données de Genographic à des fins d'étude.

"Il ne faut pas s'attendre à se voir proposer la reconstitution de son arbre généalogique, prévient Lluis Quintana-Murci, généticien des populations, chercheur à l'Institut Pasteur et porte-parole du projet en France. Ce qu'on obtient, c'est l'histoire de son chromosome Y ou de son ADN mitochondrial."

Que peut-on apprendre ? Par exemple, un homme européen porteur d'un chromosome Y appartenant au "haplogroupe J" saura que ses lointains aïeux paternels sont originaires du Proche-Orient. Qu'ils comptent peut-être au nombre des agriculteurs qui ont colonisé le sud de l'Europe et le nord de l'Afrique, il y a environ 10 000 ans, y introduisant les premières techniques agricoles...

Une Européenne porteuse d'un ADN mitochondrial appartenant au "haplogroupe I" apprendra, pour sa part, que sa lignée matrilinéaire est assez rare et principalement distribuée en Europe du Nord et de l'Ouest - plus rarement en Egypte et dans la péninsule arabique. Et que, peut-être, l'une de ses ancêtres maternelles a fait partie d'une des premières vagues migratoires d'Homo sapiens en Europe, il y a 30 000 ans environ, passée par l'est de la Turquie et le Caucase actuels.

Le Monde

Genographic

^ Haut
Homme
Anthropologie et Sciences de l'Homme
Hollywood s'ouvre à Internet
Vendredi, 14/04/2006 - 00:00

Depuis le 2 avril, «Brokeback Mountain» est le premier film que l'on peut acheter en téléchargement le jour même de sa sortie en DVD. Depuis 2002, les grandes majors d'Hollywood (Paramount, Universal, MGM, Warner Bors et 20th century Fox) étaient associées au sein de Movielink, société de vente de films en ligne qui alignait quelque 200 titres. Mais désormais l'accès est simultané en DVD et sur Internet. Le client peut créer sa propre bibliothèque de films numériques, visibles sur trois ordinateurs, ou a la possibilité de télécharger des films en location pour 24 heures. Cette décision confirme que l'évolution de la consommation cinéphilique est désormais actée par l'industrie du cinéma. Et l'année 2006 sera une année de transition pour permettre à l'industrie du cinéma de peaufiner sa nouvelle stratégie.

Malgré une année 2005 morose en termes d'entrées et de bénéfices et le ralentissement du marché des DVD, les grands groupes multimédias américains ou internationaux implantés à Hollywood investissent à tour de bras. Pourquoi ? Parce que les hauts débits permettent désormais de télécharger des images d'une qualité commercialement porteuse. Et parce que Hollywood a compris que pour lutter contre le piratage, il faut rencontrer la demande croissante de découverte asap (as soon as possible) des derniers films : en prenant de vitesse les pirates, l'industrie leur coupe l'herbe sous le pied. Depuis plusieurs mois, cette reconversion s'est amorcée.

L'été dernier, Intel, leader mondial des microprocesseurs, annonçait ainsi la création de ClickStar, créée en commun avec la société de production Revelations Entertainment, fondée par l'acteur Morgan Freeman. Objectif: créer un service en ligne permettant de télécharger en primeur des films non encore sortis sur DVD, voire des chaînes de divertissements en ligne. Le credo de ClickStar est de rendre les films «plus faciles à acheter qu'à pirater». Mais aussi de permettre «l'émergence de nouveaux modèles d'activités débouchant sur des opportunités de revenus plus élevés pour l'industrie du cinéma» concluait le communiqué d'Intel.

Le 27 janvier, enfin, le réalisateur Steven Soderbergh a donné un coup d'accélérateur en sortant son nouveau film, «Bubble», simultanément en salles, en ligne (sur le réseau HDN) et sur DVD (quatre jours plus tard). La formule séduit évidemment les auteurs indépendants, qui peuvent y trouver une méthode efficace de toucher le public faute de disposer de l'infrastructure de distribution des studios (dont les campagnes de promotion peuvent engloutir jusqu'à 30 pour cent du budget d'un film).

Le récent rachat de Pixar par Disney résume la situation. C'est bien Disney, représentant du vieil Hollywood, qui était moribond. Et l'intégration de Pixar, héraut des nouvelles technologies dans l'animation, consacre au contraire la victoire du modèle développé par le jeune studio en deux décennies. C'est aussi le succès de Steve Jobs, à la fois patron d'Apple et de Pixar. En lançant l'iPod il y a deux ans, il a amorcé la mutation de l'industrie du divertissement, pour la musique d'abord, pour les images en mouvement maintenant. Grâce à un accord avec ABC (propriété de... Disney), Jobs a pu offrir aux propriétaires de l'iPod la possibilité de visionner les séries «Lost» et «Desesperate Housewives». Il y avait la télévision et le DVD, il y a maintenant Internet et les baladeurs vidéos. La recette, pour le cinéma de demain, sera la même : accès simultané des oeuvres sur supports multiples. Faites votre choix.

LB

Japon : NTT DoCoMo lance des services financiers pour ses abonnés
Vendredi, 14/04/2006 - 00:00

Le premier opérateur de télécommunications mobiles japonais, NTT DoCoMo, a annoncé en avril 2006 le lancement d'une nouvelle offre de crédits et autres services financiers à l'attention de ses abonnés, afin de favoriser le paiement par cartes bancaires intégrées dans les mobiles. NTT DoCoMo va devenir à partir de la fin du mois d'avril émetteur de cartes de crédit virtuelles et réelles, sous la marque DCMX (DoCoMo X), le X symbolisant "une somme X d'argent", a expliqué le directeur des services du groupe, Takeshi Natsuno. NTT DoCoMo va offrir à ses clients équipés d'un téléphone avec fonction portefeuille électronique sur puce sans contact ("osaifu keitai") une ligne de crédit associée à la carte bancaire "ID" créée récemment par le même DoCoMo.

Les clients pourront ainsi régler leurs achats avec leur téléphone portable/portefeuille dans les boutiques équipées d'un terminal de paiement compatible avec le paiement mobile, et avec la carte de crédit en plastique dans les autres. Le total des transactions sera reporté sur la facture mensuelle, et leur historique consultable en ligne. NTT DoCoMo proposera deux types de services. Le premier, "DMCX Mini", permettra de dépenser jusqu'à 10.000 yens (75 euros) par mois en débit différé, uniquement avec le téléphone portable.

Le second, "DMCX", offrira une ligne de crédit de 200.000 yens ou plus, utilisable avec la fonction de paiement du téléphone portable ou via une carte à puce en plastique compatible Visa ou MasterCard. La carte permettra également d'effectuer des retraits. "Les Japonais payent souvent leurs achats en liquide, sauf pour les très gros montants. Le taux d'usage des cartes plafonne à 9 % du total des transactions, contre 24 % aux Etats-Unis. Il existe donc un énorme potentiel sans pour autant cannibaliser les émetteurs traditionnels de cartes de crédit", a assuré M. Natsuno. Douze des cinquante millions d'abonnés de NTT DoCoMo possèdent déjà un terminal compatible avec ces nouveaux services.

NTT

Des téléprocédures pour simplifier les démarches des agriculteurs
Vendredi, 14/04/2006 - 00:00

Le ministre de l'Agriculture Dominique Bussereau a présenté une série de téléprocédures permettant de simplifier les démarches administratives des agriculteurs via le Net. M. Bussereau a annoncé sa "volonté d'aboutir à terme à la suppression de toutes les procédures papier", lors d'une visite des locaux de l'Office nationale interprofessionnels des céréales (Onic),Outils de simplification privilégiés, les téléprocédures "permettent de donner davantage de temps libre aux agriculteurs", a affirmé M. Bussereau.

Le ministre a présenté une version améliorée de "Telepac", une suite logicielle lancée en 2005 et qui permet aux agriculteurs d'effectuer leurs déclarations de surfaces pour obtenir les aides PAC (Politique agricole commune) correspondantes. La version 2006 propose désormais de nouvelles fonctionnalités comme la signature électronique, un accès à la déclaration de l'année précédente, un dossier pré-rempli ou une assitance renforcée. Le tout rend la déclaration "encore plus simple, plus sûre et plus rapide", selon le ministère. Le ministre de l'Agriculture a aussi annoncé la mise en application prochaine de trois autres téléprocédures : un téléservice batpisé "Aïda" qui permettra aux usagers de suivre l'évolution sur le Net de leurs dossiers d'aides, une téléprocédure autorisant l'inscription en ligne des étudiants au brevet de technicien supérieur agricole et enfin une téléprocédure permettant les déclarations de perte au titre des calamités agricoles.

Télépac

^ Haut
Recherche
Recherche & Innovation, Technologies, Transports
Développement des véhicules "propres" et des biocarburants en France : une route encore longue !
Vendredi, 14/04/2006 - 00:00

Les pouvoirs publics tirent un premier bilan encourageant des efforts engagés depuis quatre ans pour favoriser le développement de véhicules moins polluants et plus sobres en France, mais la route pour arriver à des modes de transport écologiques apparaît encore longue. La recherche sur les véhicules propres et économes en France a mobilisé une centaine de millions d'euros de crédits publics depuis 2002, a annoncé le 6 avril Jean-Louis Leonard, président du "Programme de recherche et d'innovation dans les transports terrestres" (Predit). "Notre feuille de route est tenue", a-t-il estimé lors d'un forum au Futuroscope de Poitiers.

Ce chiffre de 100 millions d'euros génère une activité de recherche, publique et privée, d'environ 300 millions d'euros, a-t-il indiqué, précisant que tous les modes de transport, individuels et collectifs, voyageurs et marchandises, ont été concernés. "On constate un retour en force des constructeurs sur des recherches avancées concernant des véhicules propres et économes", s'est-il réjoui. Un revirement qui "a peut-être été boosté par les Japonais avec leurs véhicules à moteurs hybrides (carburant/électricité, ndlr)", a-t-il ajouté. "Les constructeurs français sont un peu frileux mais je constate un grand changement de leur part depuis quelques mois", a commenté Paul Rivault, président du pôle de compétitivité "Mobilité et transports avancés" (MTA) inauguré au Futuroscope par Thierry Breton, ministre de l'Economie.

Parmi les véhicules présentés à cette occasion, deux prototypes de voitures hybrides (gazole/électricité) françaises, une Citroën C4 et une Peugeot 307, qui pourraient être commercialisées en 2010, faisaient face à une dizaine de japonaises hybrides (essence/électricité), comme la Toyota Prius déjà sur le marché. Signe encourageant, les chercheurs français s'intéressent désormais autant à l'hybride qu'à l'amélioration du moteur à combustion, 39 % des crédits de recherche concernant les moteurs hybrides contre 42 % les moteurs classiques.

"On est en train de rattraper notre retard sur les Japonais", a estimé le président du Predit. Quant au moteur à explosion, il peut encore être amélioré, selon les experts, en augmentant son rendement énergétique, en le rendant moins polluant et en l'adaptant aux carburants alternatifs. Car il s'agit de réduire la dépendance au pétrole dans un contexte de diminution mondiale de la ressource et de limiter les émissions de gaz à effet de serre, dont le gaz carbonique, responsables du réchauffement climatique.

Le secteur du transport en France dépend à 98 % du pétrole, représente 60 % de la consommation nationale de produits pétroliers, et est responsable de 35 % des émissions de CO2, a rappelé Patrick Coroller, de l'Agence de l'Environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe).

Certes, les voitures sont devenues moins gourmandes depuis les efforts d'économies déclenchés après les choc pétroliers des années 1970. Mais, a souligné M. Coroller, si "on a fait des progrès dans l'amélioration du rendement des moteurs, ils ont été en partie annulés par l'augmentation du poids des voitures et le développement d'auxiliaires comme la climatisation". D'où la nécessité de développer des alternatives énergétiques, comme l'électricité, l'hybridation, le gaz GPL ou GNV, les bio-carburants ou l'hydrogène. Selon le Commissariat à l'énergie atomique (CEA), les véhicules fonctionnant à l'hydrogène, qui ne rejetteraient que de la vapeur d'eau, ne devraient cependant pas se généraliser avant 2030.

En matière de biocarburants, la France, et l'Europe avec elle, s'est laissée distancer en matière de production et de consommation de biocarburants en raison du poids des lobbies pétroliers et automobiles et d'une fiscalité "irrationnelle", ont estimé le 6 avril des experts. Réunis en colloque à Paris sur le thème de la "Valorisation de la biomasse" (l'ensemble des composés organiques d'origine animale ou végétale), ils ont célébré les vertus du maïs ou des betteraves (pour l'éthanol) ou du colza (pour le biodiesel, le diester) dans les moteurs, avec cette conclusion unanime : la France peut mieux faire. "La biomasse peut remplacer le pétrole dans la plupart de ses applications", a rappelé le ministre de l'Agriculture, Dominique Bussereau, en ouvrant la réunion. La France prévoit d'ailleurs de porter la part des biocarburants à 5,75 % en 2008, puis 10 % en 2015 (8 % en Europe), contre moins de 4 % actuellement.

A titre de comparaison, Wolfgang Palz, président du Conseil mondial des énergies renouvelables pour l'Europe, a rappelé que la production mondiale de bioéthanol, de 15 mds USD en 2005, devrait atteindre 52 mds en 2015, avec deux poids lourds aux commandes, Etats-Unis et Brésil. Au Brésil, le bioéthanol à partir de la canne à sucre représente déjà 44 % de l'essence consommée dans le pays, vendue moins cher que l'essence ordinaire. Au cours des trois dernières années, 70 % des nouvelles immatriculations ont concerné des véhicules "flex-fuel" (fonctionnant avec un mélange essence-bioéthanol). Question de volonté politique, selon M. Palz, comme aux Etats-Unis où la production reçoit une subvention de 1,2 USD par gallon (3,7 l environ) ou en Suède, qui compte déjà 20.000 voitures flex-fuel et où tous les bus de Stockholm roulent au bio.

"Le Brésil et les USA produisent chacun 150 M hl par an", a indiqué Alain Jeanroy, coordinateur de la filière bioéthanol, "les USA ont doublé leur production depuis 2002, le Brésil exporte au Japon, quand l'Union européenne peine avec 40 M hl" (et la France 6 M hl). "En 2015, l'UE des 25 devra produire 140 M hl, la France 14 M hl en 2010 : nous sommes en ordre de marche pour atteindre cet objectif. Mais il faut pouvoir exporter, se montrer ambitieux et ne pas voir que le marché français", a-t-il plaidé. "1 l d'essence, c'est un emploi ; 1 l d'éthanol, six ou sept", a-t-il insisté, réclamant "une vraie incitation fiscale" pour y parvenir.

Quant à la production de biodiesel (0,6 M t visée en 2006 et 1,94 M t en 2007), elle peine à contrebalancer le poids du gazole en France, selon Bernard Nicol, DG de Diester. "En 2015, explique-t-il, l'UE des 25 devra importer 50 M t de gazole : le biodiesel doit prendre une place supplémentaire". Face à ce constat, le député UDF Charles de Courson, vice-président du groupe d'études sur les biocarburants, a dénoncé "le poids des lobbies en France" et une "fiscalité énergétique irrationnelle, qui surtaxe l'essence par rapport au diesel, liée au lobby du transport routier".

Wanadoo

FI

^ Haut
VOTRE INSCRIPTION
Vous recevez cette lettre car vous êtes inscrits à la newsletter RTFLash. Les articles que vous recevez correspondent aux centres d'intérêts spécifiés dans votre compte.
Désinscription Cliquez sur ce lien pour vous désinscrire.
Mon compte pour créer ou accéder à votre compte et modifier vos centres d'intérêts.
PLUS D'INFOS
Suivez-nous sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook
 http://www.rtflash.fr
back-to-top