RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

RTFLASH Recherche & Technologie
NUMERO 63
Lettre gratuite hebdomadaire d’informations scientifiques et technologiques
Créée par René Trégouët rapporteur de la Recherche et Président/fondateur du Groupe de Prospective du Sénat
Edition du 17 Septembre 1999
Recommander  |  Désinscription  |  Lire en ligne
Egalement dans ce numéro
TIC
Une nouvelle économie de l'information va-t-elle naître sur le net ?
Le Sénat lance un site internet pour les jeunes
10000 nouveaux internautes par jour en France
500 millions d'internautes en 2003
Le Visor, nouveau terminal polyvalent pour se brancher sur le web
Un bureau virtuel en 2002
Internet : immense mais pas très large
40 jours d'autonomie pour la prochaine génération de portables
Lucent mise sur l'internet à haut débit
Avenir
Vers le moteur moléculaire
Matière
Des piles à combustibles au méthane
Espace
Une alarme par satellite pour lutter contre les incendies
Terre
Une catastrophe écologique est possible en 2100
Vivant
Un peu de vin serait bénéfique pour la santé
Un nouveau traitement pour réduire les effets secondaires des traitements anti-cancereux
Un vaccin efficace contre la malaria en 2001
Coeur : bonnes ou mauvaises graisses
Cancer du col : essai clinique d'un vaccin thérapeutique
Homme
Quand les USA organisent la fuite des cerveaux high-tech
La France et Internet : en retard ou en avance ?
Internet favorise la banque directe en Europe
Edito
Transports urbains du futur : vers la fin des grandes infrastructures



Dans moins de 20 ans, les modes de déplacement des habitants de nos grandes villes se seront profondément modifiés. La pollution liée au rejet des moteurs thermiques dans les grandes cités et la demande de plus en plus pressante des populations va obliger les Pouvoirs Publics à prendre la décision, dans des délais qui sont maintenant très courts, d'interdire la circulation dans nos villes à partir de l'an 2015 (2010 ?) au plus tard de tous les véhicules utilisant des moteurs à essence ou au gas-oil. Cette décision maintenant inéluctable va avoir de profondes répercussions sur l'ensemble des déplacements urbains. Ainsi, non seulement nos berlines actuelles fonctionnant uniquement au sans plomb ou diesel auront disparu mais même les bus crachant leurs volutes noires sur les piétons auront dû s'effacer. Tout laisse également à penser que les moyens collectifs de surface (trolleybus, bus électriques ou au gaz et même tramways) auront, en 2020, laissé leur place (précieuse) dans nos rues, qui auront été reconquises par les végétaux et les piétons, à des trains de petits modules de 4 à 6 places, propulsés par des moteurs électriques dans un premier temps qui, eux-mêmes laisseront place à des moteurs à hydrogène, dont les seuls rejets seront de l'eau. La grande modification à laquelle se préparent tous les grands constructeurs automobiles mondiaux actuellement est qu'il n'y aura plus de différence, en 2020, entre le module public et le module privé de déplacement en ville. Ce module, qui sera l'héritier, profondément modifié de nos " Clio " ou " 306 " actuelles ou plutôt de nos " Scenic ", ne sera plus conduit pas son propriétaire dans l'aire urbaine. Il sera géré par des systèmes automatiques qui guideront aussi bien les modules publics que les modules privés. Ainsi, ces véhicules se mettront automatiquement " en train " à quelques dizaines de centimètres les uns derrière les autres. Si votre module est privé, ce qui ne veut pas dire que vous en serez propriétaire car cela deviendra de plus en plus rare puisque les grands constructeurs automobiles se seront alors tournés vers les services, vous pourrez, à bord de ce module encore propulsé par un moteur thermique comme aujourd'hui, circuler sur les routes nationales, départementales et communales. La profonde modification qui se sera alors développée depuis le début du 21e siècle résidera dans l'intime interconnexion de votre véhicule aux réseaux de télécommunications et aux satellites de positionnement. Cela aura permis d'améliorer très sensiblement la sécurité (systèmes anti-collision, système d'assistance à la conduite, systèmes de vigilance) mais permettra aussi le développement du système de navigation. Enfin, le vol des véhicules devrait être impossible et cette mise en réseau rendra plus efficace la mise en oeuvre de secours en cas d'accidents (devenus heureusement beaucoup plus rares). Dès que vous entrerez dans l'aire urbaine et franchirez les enceintes virtuelles du futur, les systèmes de communication vous avertiront oralement que le moteur thermique va s'arrêter et que le relais sera pris automatiquement par le moteur électrique et ultérieurement par le moteur à hydrogène. Il deviendra alors inutile que vous touchiez au volant, à l'accélérateur ou à la pédale de frein, devenus inopérants. Il vous suffira de dire à haute voix au système de reconnaissance de parole de votre véhicule l'adresse exacte à laquelle vous voulez vous rendre. Quelques instants plus tard, votre système vous répondra oralement en vous annonçant votre heure d'arrivée avec un taux d'erreur qui ne devrait pas dépasser la minute. Vous n'aurez alors plus rien à faire pour que votre mobile se rende à l'adresse que vous aurez choisie. De statut de pilote vous passerez à celui de passager. Vous ferez faire 180° à votre siège et vous pourrez, alors, travailler sur votre bureau mobile hyper-communiquant relié au reste du monde qui ne ressemblera que très peu à nos postes de travail de cette fin de XXe siècle. Vous pourrez ainsi relever vos boîtes aux lettres, lire, écouter et regarder votre journal multimédias, constitué " sur mesure " par vos agents personnels intelligents (API) qui connaissent parfaitement vos centres d'intérêts et vos attentes. Vous pourrez même participer à une vidéoconférence particulièrement réaliste pendant que votre véhicule, sans bruit et en toute sécurité, vous emmènera vers la destination choisie. L'habitant de la ville qui ne voudra ou ne pourra utiliser son véhicule privé pour se déplacer dans la cité, appuiera sur un bouton spécifique qui sera demain sur tous les téléphones portables. Il ajoutera à cela un chiffre de son clavier pour préciser le nombre de personnes à transporter en appuyant sur étoile ou dièse pour préciser s'il veut être seul ou s'il accepte d'autres personnes dans son module. Immédiatement, l'identité de l'appelant et son positionnement réalisé grâce aux satellites et aux bornes terrestres seront transmis au système de gestion des déplacements. Quelques instants plus tard, notre habitant de la ville recevra un accusé de réception et sur l'écran couleur et haute définition de son portable apparaîtra le numéro et l'heure d'arrivée du véhicule. Jamais le temps d'attente du module public ne devrait dépasser les 3 minutes. Que vous soyez alors dans un module privé ou dans un module public, votre véhicule sera géré de la même façon par la collectivité. Les automates de la collectivité (qui seront d'ici là devenus des agents intelligents) vous auront alors pris en charge et que votre véhicule soit privé ou public, vous recevrez à la fin de chaque mois une facture qui rémunérera la collectivité pour la gestion de tous vos déplacements urbains, celle-ci étant prélevée automatiquement comme l'est actuellement votre facture de téléphone. Cette facture devrait être très peu élevée (beaucoup moins élevée que les coûts des abonnements actuels aux transports en commun), et pourtant les recettes des collectivités pour la gestion des déplacements devraient nettement augmenter. En effet, dans moins de 20 ans, la collectivité gérera l'intégralité des déplacements urbains, alors qu'aujourd'hui elle dépense des sommes faramineuses pour développer et gérer des transports en commun qui, dans beaucoup de villes, ne sont utilisés que par une partie très minoritaire de la population. C'est bien cette nouvelle économie des déplacements urbains qui, poussée par une forte demande des populations de nos grandes cités et avec l'aide des nouvelles technologies qui deviennent maintenant matures, sera le moteur essentiel des profondes modifications des transports urbains dans les vingt ans à venir. Ainsi, l'utilisation des surfaces publiques qui sont le bien le plus précieux de nos villes sera rendue beaucoup plus rationnelle. Ces trains de modules gérés automatiquement devraient transporter cinq fois plus de personnes pour la même surface occupée que les tramways, réputés pour être les plus efficaces des transports de surface. Et encore les tramways ne sont efficaces que le long des axes qu'ils desservent alors que la gestion automatique des déplacements urbains gérera les trains de modules sur toutes la surface de la cité, que ce soit sur les boulevards et les avenues mais aussi dans toutes les petites rues. Ceci décuple l'efficacité de ces futurs moyens de déplacements urbains. En cet instant, vous devez être nombreux à vous demander pourquoi encore à ce jour de nombreuses collectivités, surtout dans notre Pays, sont en train de réaliser des investissements souvent très lourds de transports en commun de surface, souvent sous forme de tramways. C'est une erreur et cela met en évidence, là comme dans bien d'autres domaines hélas, combien nos démocraties souffrent de cécité. Elles prennent pour conseils des hommes du passé qui pensent très souvent que le futur n'est qu'une simple projection de ce qui était vrai hier, à laquelle il faut ajouter l'image du jour. Ceci n'est pas vrai. Le futur, surtout avec le siècle qui va s'ouvrir, ne sera fait que de ruptures, et ce, dans tous les domaines. Si les responsables des collectivités voulaient se tourner résolument vers l'avenir dans ce domaine déterminant des déplacements urbains, ils feraient bien d'aller visiter les laboratoires des grands constructeurs automobiles, des grands informaticiens et ils constateraient que tout ce que j'annonce dans ces lignes fonctionne déjà parfaitement sur les pré-prototypes. Mais loin de se tourner vers ces chercheurs, vers ces entreprises qui préparent l'avenir, les responsables de nos collectivités locales préfèrent être conseillés par les gestionnaires des sociétés de transport urbain ou par les ingénieurs et les industriels des entreprises fabriquant des tramways. C'est comme si André Citroën ou Louis Renault avait pris comme conseils des fabricants de diligences ou que les constructeurs des premières voies ferrées avaient fléchi en écoutant d'éminents savants qui leur affirmaient que les poitrines des passagers seraient écrasées par l'air quand les trains franchiraient les tunnels à 30 km/h...

René Trégouët

Sénateur du Rhône

Erratum : pendant la période estivale, deux éditoriaux, celui du n°59 paru le 6 Juillet et celui du n°62 paru le 2 Septembre, ont été attribués par erreur à René Trégouët. Ils sont l'oeuvre d'Info Science, dont nous vous conseillons d'aller visiter le site.

http://www.infoscience.fr/index.phtml

Avec nos excuses pour cette erreur.


TIC
Information et Communication
Une nouvelle économie de l'information va-t-elle naître sur le net ?
Samedi, 18/09/1999 - 00:00

Le mois prochain, un nouveau site va s'ouvrir, unique au monde. A bien des égards, InfoRocket - si l'expérience est réussie - donnera une nouvelle dimension à l'Internet. Le principe du site est simple : n'importe quel internaute ayant une question à laquelle il ne trouve pas de réponse par ses sources d'informations habituelles la pose - telle que - sur le site, sans oublier de préciser combien il est prêt à payer pour l'obtenir. De l'autre côté, des passionnés, experts d'un domaine, parcourent la liste des questions afin de savoir s'ils se sentent en mesure de répondre à l'une d'elles. Si c'est le cas, ils expliquent pourquoi ils se sentent qualifiés pour y répondre, et éventuellement surenchérissent sur le prix demandé (l'augmentant s'ils estiment que la réponse vaut davantage, ou en la baissant si une proposition a déjà été faite). A "l'offreur" de choisir son interlocuteur, celui-ci lui envoyant alors sa réponse. Et le premier paie le second, s'il est content. Le site d'InfoRocket prenant une commission au passage. La simple lecture de ce mode opératoire soulève déjà de nombreuses questions : à l'évidence, la transaction repose sur un minimum de bonne foi de part et d'autre. Si InfoRocket veut devenir le "eBay de l'information", nul doute qu'il lui faudra faire comme cet illustre intermédiaire de vente aux enchères et s'impliquer davantage dans le bon déroulement des opérations. Mais, surtout, c'est la nature de la circulation de l'information qui risque d'être bouleversée si ce modèle économique se met à fonctionner. Pour obtenir une information touristique précise, la réponse à un problème scolaire ou une information économique sur une entreprise ou un marché, Internet peut devenir le véhicule qui met directement les individus en relation. Ceux-ci faisant alors l'économie de leurs sources d'informations habituels, notamment les médias, déjà mal armés pour répondre aux questions individuelles de leurs lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs.

Les Echos : http://www.lesechos.fr/silval/

Le Sénat lance un site internet pour les jeunes
Samedi, 18/09/1999 - 00:00

Le président du Sénat Christian Poncelet a annoncé le 10/09/99 le lancement d'un site internet à destination des jeunes de 8 à 12 ans (http://www.junior.senat.fr/) Sénat Junior a été conçu pour les jeunes citoyens, en particulier ceux de 8 à 12 ans, avec la participation d'élèves de CM1 et de CM2. Avec l'ouverture de ce site, le Sénat fait un nouveau pari : celui de mettre les nouvelles technologies au service de l'apprentissage de la citoyenneté. Apprendre en participant et en s'amusant : telle est la ligne éditoriale de Sénat Junior. Des rubriques courtes, interactives, vivantes, des interviews, des dessins animés et des jeux permettront, en ligne, de se familiariser avec les grandes valeurs de la République et les Institutions, mais aussi de mieux connaître les missions des Sénateurs. Une mascotte, Sénatin, accompagnera sur Internet les enfants, mais aussi leurs enseignants et leurs parents, dans " la machine à remonter le temps ", " les couleurs de la République "ou" TéléSénat ".

Senat : http://www.senat.fr/presse/cp19990906.html

10000 nouveaux internautes par jour en France
Samedi, 18/09/1999 - 00:00

Selon la dernière étude publiée par TMO, 10 000 nouveaux internautes par jour arrivent sur le réseau mondial en Allemagne, en France et en Grande Bretagne. Ces chiffres proviennent de plus de 12 000 enquêtes menées en Allemagne et plus de 6000 pour la France et la Grande Bretagne, en juin 99, auprès d'échantillons représentatifs de la population âgée de 15 ans et plus ayant utilisé l'Internet au cours des 12 derniers mois. L'Allemagne reste en tête avec 16,5 millions d'internautes, suivie par la Grande Bretagne avec 12, 7 millions tandis que la France en compte 6,5 millions.

500 millions d'internautes en 2003
Samedi, 18/09/1999 - 00:00

le nombre d'internautes à travers le monde, devrait atteindre 500 millions en 2003. Plus étonnant : IDC prévoit que le nombre d'Européens en ligne devrait, pour la première fois cette année, dépasser celui des Américains connectés. L'enquête estime à 170 millions le nombre d'internautes européens en 2003. IDC rappelle que l'Europe compte déjà six pays classés au top-ten des économies les plus versées dans le Net, mais qu'elle ne représente que 10% de la cyberéconomie globale. En ce qui concerne l'évolution Nord-Sud, l'enquête américaine prévoit qu'en 2003, dans les 14 pays les plus développés, plus de 40% de la population sera en ligne. Ces pays riches représenteront plus de 50% de l'économie mondiale. Le Net représentera, à lui tout seul, 7% du PIB américain, tandis que 62% des adultes nord-américains seront connectés. Selon IDC Research, la croissance du nombre d'internautes s'accélère.

Transfert : http://www.transfert.net/mail/mfmel184.htm

Le Visor, nouveau terminal polyvalent pour se brancher sur le web
Samedi, 18/09/1999 - 00:00

Depuis des mois, l'industrie américaine des technologies de l'information décrit un avenir Internet construit autour de la grande vitesse et de terminaux portables ultra-légers et multi-fonctionnels. America On Line et Yahoo, pour ne prendre que ces deux exemples, ont prévenu qu'ils avaient déjà une stratégie correspondant à cette vision, et qui permettrait à leurs millions d'utilisateurs d'accéder de partout et en toutes occasions à leurs services online préférés. Fondée l'année dernière par l'inventeur du système d'exploitation du Palm Pilot, Jeff Hawkins, Handspring vient de présenter le Visor, qui sera disponible commercialement le mois prochain aux Etats-Unis, entre 149 et 249 $ HT. Le Visor n'est pas seulement un terminal ultra-léger compatible Palm Pilot moins cher que son aîné. Il s'accompagne d'un adaptateur qui permet de le transformer en terminal MP3 (pour écouter de la musique numérisée en provenance d'Internet), en système de localisation par satellite (GPS), ou même en caméscope numérique (grâce à une caméra portable). Bien entendu, le Visor reste un ordinateur (doté d'applications bureautiques et même capable de synchroniser des données avec un PC ou un Macintosh), un pager bi-directionnel, un téléphone portable et bien sûr un terminal Internet sans fil. Cette nouvelle famille de terminaux ouvre bel et bien l'ère de l'ultra-léger Internet au grand public. Et constitue une menace pour les terminaux existants à 500 dollars et plus.

Les Echos : http://www.lesechos.fr/silval/

Un bureau virtuel en 2002
Samedi, 18/09/1999 - 00:00

Ericsson, Nokia, Bosch, Dell, Texas Instrument et Telia ont porté sur les fonts baptismaux, mardi 14 septembre, simultanément à Londres et à Atlanta, un consortium chargé de développer et mettre en oeuvre une nouvelle technologie sans fil, HiperLAN2. Grâce à elle, se connecter depuis un ordinateur portable ou un agenda de poche au réseau de son entreprise, aux archives de la Bibliothèque nationale ou à la cinémathèque pour visionner un film sera, à partir de 2002, aussi facile et rapide que d'utiliser, aujourd'hui, un téléphone portable. Cette nouvelle norme de communication large bande permettra de transmettre des données à la vitesse record de 54 mégabits par seconde, sur la fréquence des 5 gigahertz, qui devrait être disponible sur l'ensemble de la planète. HiperLAN2, malgré une vitesse de transmission vingt à cinquante fois supérieure à celle des réseaux de téléphonie mobile de troisième génération (UMTS), ne sera pas leur concurrent. " Les zones HiperLAN seront installées dans les entreprises, les lieux publics, comme les aéroports, les grands hôtels ou les quartiers d'affaires. Hors de ces zones, l'utilisateur se connectera aux réseaux UMTS ", explique Vesa Walldén, président européen du consortium HiperLAN2. L'opérateur suédois Telia, principal fournisseur d'accès à Internet en dehors des Etats-Unis, a déjà décidé d'offrir à ses clients l'accès HiperLAN, en plus du réseau UMTS.

Le Monde : http://www.lemonde.fr/article/0,2320,seq-2039-22631-MIA,00.html

Internet : immense mais pas très large
Samedi, 18/09/1999 - 00:00

Le World wide web, qui contient prés d'un milliard de documents peut sembler immense. Mais toutes ces pages sont reliées par des liens cliquables et une étude vient de montrer qu' il suffit de 19 clics de souris, en moyenne, pour passer d'une page web à une autre choisie au hasard. L'étude a été conduite par Albert-Laszlo Barabasi, de l'Université Notre Dame, aux Etats-Unis. Le chercheur a mis au point un petit logiciel robot qui parcourait des pages web au hasard, notait tous les liens vers d'autres sites et les suivait jusqu'à destination. L'analyse statistique des données révèle par ailleurs que cette distance moyenne de 19 clics entre deux sites n'augmentera plus beaucoup, même si le web poursuit sa croissance exponentielle : même lorsque le web contiendra dix fois plus de documents qu'aujourd'hui 21 clics seront suffisants pour relier 2 pages prises au hasard!

Brève rédigée par @RT Flash

Nature : http://www.nature.com/index.html

40 jours d'autonomie pour la prochaine génération de portables
Samedi, 18/09/1999 - 00:00

Analog Devices a mis au point un nouveau composant électronique à faible consommation baptisé "othello" qui pourrait permettre à un téléphone cellulaire de rester en veille plus de mille heures. Ce composant qui sera disponible à la fin de l'année prochaine, associe deux circuits intégrés capables de convertir des ondes radio de haute fréquence - de 900 à1900 MHz - vers une fréquence beaucoup plus basse, environ 2 MHz, à laquelle les circuits de traitement numérique du signal peuvent opérer.

Brève rédigée par @RTFlash

New-York Times/13/09/99 : http://search.nytimes.com/search/daily/bin/fastweb?getdoc+site+site+84483+10+wAA...

Lucent mise sur l'internet à haut débit
Samedi, 18/09/1999 - 00:00

Lucent Technologies vient de présenter "Stinger", une nouvelle technologie ADSL qui permet de multiplier par 30 la vitesse des données sur le réseau téléphonique ordinaire, tout en assurant un haut niveau de qualité en matière de transmission de la voix. Cette technologie sera proposée pour environ 200FF par mois aux abonnés américains. Pour l'instant seuls 150000 foyers américains ont une connexion grand vitesse à l'internet via l'ASDL mais selon Lucent 2 millions de foyers supplémentaires devraient adopter l'ADSL d' ici 2001.

Brève rédigée par @RT Flash

Wired/7/09/99 : http://www.wired.com/news/news/business/story/21609.html

ABC : http://abcnews.go.com/sections/tech/DailyNews/dsl_lucent990907.html

^ Haut
Avenir
Nanotechnologies et Robotique
Vers le moteur moléculaire
Samedi, 18/09/1999 - 00:00

Deux équipes scientifiques ont chacune mis au point un "moteur moléculaire", en réussissant à faire tourner une molécule soit à l'aide d' un élément chimique, soit par la lumière. Les deux découvertes, l'une réalisée par une équipe américaine, l'autre par une équipe japonaise et néerlandaise, font franchir un pas important aux nano-technologies : dans ce monde de l'infiniment petit, si on savait déjà fabriquer des "machines" de la taille d'une ou quelques molécules, les moteurs faisaient jusqu'ici cruellement défaut. Ainsi, l'équipe menée par le Dr Ross Kelly, du Centre de Chimie du Boston College, a découvert une molécule qui, sous l'influence d'une réaction chimique provoquée par du chlorure de carbonyle, décrit une rotation de 120 degrés dont on peut décider le sens. Ce moteur transforme ainsi l'énergie chimique en mouvement. L'autre équipe, qui réunit des chercheurs de l'Université de Groningen (Pays-Bas) et de l'Université Tohoku de Sandai (Japon), a conçu elle aussi un "moteur" moléculaire encore plus original qui est activé par un choc thermique ou une lumière ultra-violette. La molécule fait alors une rotation sur elle-même de 360 degrés, dans un sens que l'on peut choisir. Ces nano-moteurs pourraient déboucher à terme sur des machineries moléculaires déclenchées par la lumière, source extérieure facile à employer. Ces découvertes font franchir une étape décisive à l'électronique moléculaire qui est appelée à prendre le relais de l'électronique sur silicium d'ici une vingtaine d'années. Elles ouvrent également d'extraordinaires perpectives thérapeutiques dans le domaine médical car il devient désormais envisageable d'imaginer des nano-robots réparant avec une précision incomparable cellules et tissus endommagés.

Brève @RT Flash

Nature/9/09/99 : http://www.nature.com/server-java/Propub/nature/401150A0.abs_frameset

Wired : http://www.wired.com/news/news/technology/story/21698.html

^ Haut
Matière
Matière et Energie
Des piles à combustibles au méthane
Samedi, 18/09/1999 - 00:00

Alors que tous les grands constructeurs automobiles expérimentent et présentent des prototypes fonctionnant avec des piles à combustible à hydrogène, une équipe de chercheurs américains annonce, la mise au point d'une pile économique fonctionnant au gaz naturel, un gaz beaucoup plus facile à obtenir et à manipuler que l'hydrogène. Sous l'effet du durcissement des réglementations sur les rejets polluants, les industriels ont énormément investi dans les piles à combustible. Ces générateurs utilisent la combustion sans flamme de l'hydrogène, sous l'effet d'un catalyseur chimique, pour fabriquer de l'électricité. Ils ne rejettent que de l'eau, ce qui élimine toute pollution par gaz à effet de serre. Les piles à combustible pourraient être employées pour la production centralisée ou décentralisée d'électricité, et dans les véhicules de transport terrestre. L'hydrogène est obtenu par traitement chimique du gaz naturel (le méthane), ou par électrolyse de l'eau. Cette étape pourrait être supprimée si les travaux publiés par la Northwestern University (Illinois) sont confirmés. Les piles à méthane ne sont pas une nouveauté. Mais leur fonctionnement nécessitait l'obtention de températures élevées pour casser les molécules de méthane, en extraire l'hydrogène et obtenir un rendement élevé. Ces travaux laissent entendre que des températures plus basses pourraient être suffisantes, générant moins de contraintes sur les matériaux du réacteur et abaissant leur prix.

Le Monde : http://www.lemonde.fr/article/0,2320,seq-2043-18597-MIA,00.html

^ Haut
Espace
Espace et Cosmologie
Une alarme par satellite pour lutter contre les incendies
Samedi, 18/09/1999 - 00:00

Les incendies qui ravagent les paysages arides de Californie ont poussé des scientifiques de l'Université de Hawai'i à mettre au point un système d'alarme qui utilise les capteurs de chaleur d'un satellite, repérant ainsi les feux qui ont lieu sur terre 35 kms en dessous... Dans les 15 minutes, un incendie est localisé sur une carte sur Internet, et l'embrasement est continuellement mis à jour. Les satellites utilisés sont des GOES (satellites géostationnaires destinés aux problèmes d'environnement), à savoir ceux utilisés pour la météo. En utilisant la même technologie, il est également possible de détecter des éruptions de volcans. L'Université de Hawai'i contrôle aujourd'hui 16 "spots" dangereux d'incendies et de volcans dans l'Hemisphère Ouest (dont la plupart en Amérique Centrale et du Sud), mais devrait bientôt être capable de détecter incendies et volcans sur l'ensemble de la planète. Peut-être bientôt le salut pour la Provence et la Corse ?

Besok/11/09/99 : http://www.besok.com/besok/besok01.nsf/

^ Haut
Terre
Sciences de la Terre, Environnement et Climat
Une catastrophe écologique est possible en 2100
Samedi, 18/09/1999 - 00:00

Une catastrophe écologique n'est pas à exclure en 2100 en cas d'augmentation massive des émissions de gaz à effet de serre. Cette prévision alarmante est faite par le très sérieux groupe international de recherche sur les changements climatiques qui a envisagé une quarantaine de scénarios différents concernant l'évolution des émissions de gaz à effet de serre au cours du siècle prochain. Selon ce rapport une multiplication par cinq de ces émissions d'ici 2100-scénario tout à fait possible en l'absence de mesures de réduction suffisantes prises par les états pourrait avoir des conséquences catastrophiques sur le climat, entraînant notamment une élévation très sensible de la température moyenne mondiale et corrélativement une élévation très forte du niveau des mers qui entraînerait un coût économique et humain incalculable pour les pays concernés. Le rapport souligne que certains de ces gaz ont une très longue durée de vie et s'accumule dans l'atmosphère. Il est donc nécessaire de mettre en oeuvre sans tarder un programme international de réduction sérieuse de ces émissions si nous voulons éviter un réchauffement excessif du climat pendant la deuxième moitié du XXI ème siècle.

Brève rédigée par @RT Flash

BBC/10/09/99 : http://news.bbc.co.uk/hi/english/sci/tech/newsid_443000/443837.stm

^ Haut
Vivant
Santé, Médecine et Sciences du Vivant
Un peu de vin serait bénéfique pour la santé
Samedi, 18/09/1999 - 00:00

Une nouvelle étude confirme que les hommes qui boivent du vin en quantité modérée diminuent leurs risques de mortalité par rapport à ceux qui consomment de la bière ou qui ne boivent pas d'alcool. Cette enquête, réalisée dans l'est de la France auprès de 36.000 hommes de 40 à 60 ans pour étudier les effets sur la santé du vin et de la bière, a également confirmé que ces deux catégories de boissons alcoolisées pouvaient, sous certaines conditions, diminuer les risques de maladies cardio-vasculaires. Serge Renaud, de l'Institut National pour la Santé et la Recherche Médicale à Bordeaux, tient cependant à souligner que les conclusions de cette étude ne doivent en aucun cas être interprétées comme un encouragement à boire. D'autres études récentes avaient déjà montré qu'une consommation très modérée de vin rouge pouvait avoir des effets protecteurs contre certains cancers, à cause du résvératrol contenu dans le raisin.

Brève rédigée par @RT Flash

Wired/13/09/99 : http://www.wired.com/news/news/worldwatch/story/21714.html

Un nouveau traitement pour réduire les effets secondaires des traitements anti-cancereux
Samedi, 18/09/1999 - 00:00

Des chercheurs américains ont mis au point un nouveau traitement qui réduit sensiblement les effets secondaires dus aux traitements anti-cancereux. Cette thérapeutique utilise un médicament, le pifithrinm, qui empêche le gène p53 de s'exprimer ; ce gène permet la destruction des cellules susceptibles de devenir cancérigènes. Les radiations reçues par le patient endommagent des cellules qui seront ensuite détruites par action du gène p53.Cependant, son action est parfois excessive et des cellules partiellement endommagées sont éliminées. La disparition de ces cellules pourrait être à l'origine des nausées, chute des cheveux et autres effets secondaires indésirables. Le médicament, le pifithrin, inhibe l'action du gène p53 pendant 3 heures ce qui laisse le temps aux cellules peu abîmées par la chimiothérapie de se reconstituer. Des expériences ont été menées sur des souris et se sont révélées concluantes. Si ce traitement est transposable à l'homme, radiothérapie et chimiothérapie pourraient être utilisées à plus forte dose sans provoquer une augmentation des effets secondaires.

Brève rédigée par @RT Flash

Science : http://www.sciencemag.org/cgi/content/abstract/285/5434/1733

Un vaccin efficace contre la malaria en 2001
Samedi, 18/09/1999 - 00:00

Un vaccin contre la malaria sera produit en 2001 en Colombie, a indiqué lundi le dr Manuel Patarroyo, directeur de l'Institut d'immunologie de l'hôpital San Juan de Bogota. Ce vaccin synthétique aura une efficacité de 100%, contre 30 à 50% lors de sa mise au point en 1995 par le dr Patarroyo et sa remise à l'OMS qui a voulu attendre une efficacité complète avant d'autoriser une mise sur le marché. Un laboratoire sera construit d'ici un an et permettra l'extension à 100% de l'efficacité du vaccin avant sa production commerciale en 2001.

AFP/13/09/99 : http://www.actualinfo.com/

Coeur : bonnes ou mauvaises graisses
Samedi, 18/09/1999 - 00:00

Les graisses animales ou celles du beurre doivent être partiellement remplacées dans un régime alimentaire par des graisses trouvées dans l'huile d'olive ou le poisson, indiquent les dernières recommandations de l'Association américaine de Cardiologie. Beaucoup d'Américains, souligne dans un article le Pr Penny Kris-Etherton de l'Université Penn State, tendent à remplacer les aliments contenant des graisses par des céréales, des fruits ou des légumes. Un tel régime fait baisser le taux de "mauvais" cholestérol, mais il diminue aussi celui du "bon". En fait, selon elle, il s'agit plutôt de substituer aux aliments riches en graisses saturées (animales ou beurre) d'autres contenant des graisses mono-saturées (huile d'olive ou de colza, cacahuètes, avocats...) ou poly-saturées (huile de maïs ou de soja, noix, graines diverses, poisson...). "Plusieurs études ont montré qu'un régime méditerranéen présentait un moindre risque de maladies cardiaques" et "ces régimes sont riches en graisses mono-saturées, notamment l'huile d'olive", souligne le Dr Kris-Etherton.

AFP : http://www.actualinfo.com/

Cancer du col : essai clinique d'un vaccin thérapeutique
Samedi, 18/09/1999 - 00:00

La firme strasbourgeoise Transgène lance son premier essai clinique préliminaire dans le domaine du cancer du col aux Etats-Unis. Le produit testé, le MVA-HPV-IL2, appartient à la catégorie des vaccins à visée thérapeutique. L'essai conduit au Baylor College of Medicine, à Houston, concerne des patientes atteintes d'une affection pré-cancéreuse du col de l'utérus. Deux autres essais cliniques, avec le même produit, sont en cours de lancement en Suisse, à Genève et à Seattle (Etats-Unis). Ce dernier essai s'adressera à des cas de cancers du col déclarés, encore localisés ou à des stades avancés avec métastases. Un autre vaccin thérapeutique expérimental pour le traitement du cancer de la prostate et du sein est en effet actuellement en cours aux Etats-Unis et en Europe. La FDA a, par ailleurs, autorisé un essai avec un produit, destiné à stimuler de façon plus générale le système de défense immunitaire des malades contre le cancer.

AFP : http://www.afp.com/ext/francais/actualinfo/sci/990914140339.jxjww3ej.html

^ Haut
Homme
Anthropologie et Sciences de l'Homme
Quand les USA organisent la fuite des cerveaux high-tech
Samedi, 18/09/1999 - 00:00

Pour les entreprises informatiques américaines, l'Europe n'est plus seulement un débouché commercial. Elle apparaît de plus en plus comme un réservoir de main d'oeuvre fort utile quand il y a pénurie de compétences high-tech chez soi. Car sur l'ensemble du territoire de l'Oncle Sam, et tout particulièrement dans la Silicon Valley, les qualifications techniques font plutôt défaut. De fait, les jeunes Américains se dirigent majoritairementvers les professions libérales ou le marketing. Selon une statistique officielle du gouvernement américain, seulement 24 000 étudiants ontobtenu en 1996 un diplôme d'étude supérieur en ingénierie, alors que le nombre d'emplois liés à la haute technologie non pourvus est estimé àprès de 350 000 postes... Bref, l'industrie informatique américaine déborde d'idées, mais manque de bras... et de compétences ! Rien d'étonnant, alors, que les industriels de la haute technologie exercent depuis des mois une forte pression sur le gouvernement américain pour qu'il assouplisse sa politique de limitation du nombre de visas de travail accordés à des étrangers. Et l'Europe, avec son système éducatif de haut niveau, intéresse particulièrement les recruteurs américains. En 1998, le quota habituel des 60 000 "immigrants" pour l'année était atteint dès le mois de mars. Provisoirement passé à 115 000, le quota était atteint dès le mois d'avril cette année... John McKain, Sénateur de l'Arizona, indiquait récemment son intention de se battre afin que les quotas soient complètement supprimés pour les qualifications de haute technologie, ce qui équivaudrait à lever le dernier verrou pour une véritable fuite des cerveaux vers les Etats-Unis...Le nombre élevé d'Européens, et particulièrement de Français installés aujourd'hui dans la Silicon Valley démontrent aisément que ce mouvement pourrait prendre une ampleur considérable.

OI Informatique : http://www.01-nformatique.com/actus/2/3843.html?=06

La France et Internet : en retard ou en avance ?
Samedi, 18/09/1999 - 00:00

Quand on parle du commerce électronique, la France apparaît comme une anomalie économique. Elle est à la fois en retard, en avance, potentiellement une mine d'or mais avec seulement 1,5 millions de connectés, Internet est trois fois moins présent en France qu'en Angleterre ou en Allemagne. Les chiffres du commerce électronique en France sont encore plus parlant : 50 à 70 millions de francs par an (selon les études), Dell tout seul réalise ce chiffre d'affaire en 2 jours...Mais la France reste le pays le plus connecté d'Europe grâce au Minitel, en 1997 plus de 6 millions de particuliers et 3 millions d'utilisateurs professionnels l'ont utilisé, l'industrie du minitel représente 6 milliards de Francs et est composée de 25 000 acteurs. L'activité de commerce électronique via Minitel et Audiotel en France représente plus de 10 fois le commerce électronique allemand et anglais réunis. La population française n'est donc absolument pas effrayée par le commerce électronique et la sécurisation des paiements. Chez IBM, on pense que la France va directement se connecter au web avec des produits comme les screenphones plutôt qu'avec des PC. De nombreux industriels se placent sur ce marché, que ce soit Lucent Technologies, Phillips, Northern Telecom à l'aide de logiciels IBM, qui espèrent lancer leurs "screenphone" sur le marché durant l'année 1999. S'il existe des freins technologiques à la connexion massive des français au net, il subsiste également un problème de taille, les producteurs de services en ligne sont habitués à un système économique très rémunérateur et ils commencent seulement à percevoir des sources de profit sur le web. Mais une fois encore on peut s'attendre à un basculement brutal du minitel au web, certains analystes pensent que cela dépends uniquement du chiffre d'affaire généré par les webs marchands et qu'a partir de 3 millions de francs par an, la question ne se posera plus et les producteurs de services en ligne de type minitel basculeront tous sur le net.

Lettre de l'internet : http://www.lalettre.com/dossiers/jan/ecommerce

Internet favorise la banque directe en Europe
Samedi, 18/09/1999 - 00:00

Si les courtiers en Bourse en ligne (par téléphone, Minitel ou, désormais, Internet) connaissent un fort développement en Europe, la banque directe, qui utilise les mêmes canaux, enregistre un démarrage plus timide. Ces établissements offrent les même prestations que les banques traditionnelles, à la différence que la totalité des opérations (virement, gestion de comptes, achat d'actions...) peuvent être effectués à distance. C'est en Grande-Bretagne que les banques directes sont apparues au début des années 80. Profitant de l'insatisfaction d'une partie de la clientèle des établissements traditionnels avec guichet, elles ont rapidement séduit une large clientèle. Les deux plus importantes, First Direct et Egg, revendiquent respectivement 950 000 et 500 000 clients, qui se convertissent peu à peu à l'Internet. Ainsi Egg estime à 30 % la part de ses clients utilisant son service sur le Web. Aujourd'hui, l'Europe continentale est aussi touchée par la vague de l'Internet bancaire. " Le développement de la banque par Internet est variable selon les pays, mais il est généralement plus avancé qu'aux Etats-Unis ", note une étude d'analystes boursiers de la banque JP Morgan. Dans ce document, on estime à 3,2 millions le nombre d'internautes bancaires en Europe, ce qui représente presque 3 % de la base de clients particuliers. Toutefois, c'est en Allemagne que la percée de l'Internet bancaire est la plus spectaculaire. L'étude de JP Morgan évalue à 800 000 les clients de banques connectés sur Internet. Et ce chiffre devrait croître rapidement. Selon les prévisions de la banque d'investissement américaine, le nombre d'accès à l'Internet en Allemagne sera de 27 millions en 2002, contre 7,5 millions fin 1996. En France, si la banque à distance a connu également un grand succès en raison du développement du Minitel, la banque par Internet reste encore peu développée ne serait-ce qu'en raison de la proportion encore faible de la population pouvant se connecter au réseau des réseaux. Selon l'étude de JP Morgan, 58 000 clients de la BNP très en pointe dans ce domaine utiliseraient les services de banque sur le Web, soit 1,2 % de sa clientèle de particuliers.

Le Monde/13/09/99 : http://www.lemonde.fr/article/0,2320,seq-2039-22167-MIA,00.html

^ Haut
VOTRE INSCRIPTION
Vous recevez cette lettre car vous êtes inscrits à la newsletter RTFLash. Les articles que vous recevez correspondent aux centres d'intérêts spécifiés dans votre compte.
Désinscription Cliquez sur ce lien pour vous désinscrire.
Mon compte pour créer ou accéder à votre compte et modifier vos centres d'intérêts.
PLUS D'INFOS
Suivez-nous sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook
 http://www.rtflash.fr
back-to-top