RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

RTFLASH Recherche & Technologie
NUMERO 37
Lettre gratuite hebdomadaire d’informations scientifiques et technologiques
Créée par René Trégouët rapporteur de la Recherche et Président/fondateur du Groupe de Prospective du Sénat
Edition du 19 Février 1999
Recommander  |  Désinscription  |  Lire en ligne
Egalement dans ce numéro
TIC
147 millions d'internautes dans le monde
En l'an 2000, le nombre d'e-mails se comptera en TRILLIARDS !
Le plus petit serveur web du monde
Sun et Lucent préparent une messagerie unifiée
La technologie DSL séduit les PME-PMI américaines
Internet se prépare aux réseaux sans fil
Cool : Java menacé par Microsoft
British Telecom ouvre l'Internet, sans abonnement
La voix remplace le clavier dans les "chat rooms" sur Internet
Un moteur antipirates
Responsabilité sur le WEB
La Chine mise sur les nouvelles technologies
IBM opte pour Linux
Marché informatique français : IDC revoit ses prévisions à la hausse
Explosion du marché des Palm-Pc !
Un nouveau standard numérique d'interconnexion
Broadcast.com inaugure la vidéo pour tous
Un filigrane anti-piratage pour les oeuvres multimedia
Avenir
Une lumière très très lente !
Un laser à "multi-ondes"
Sculptures quantiques
Matière
Intel exhibe son architecture 64 bits
Espace
L'Armée américaine se dote d'un "laser spatial" !
L'Europe veut son propre système de navigation par satellites
Vivant
L'irrésistible ascension des puces à ADN
Angiostatine et endostatine : confirmation des effets anti-cancereux
Une petite lésion du sein double le risque de cancer
Un test pour mesurer le risque de cancer du sein
Du venin de vipère pour soigner les congestions cérébrales
Glucose sous surveillance
Une déficience en vitamine B 1 favoriserait le paludisme
Organes de rechange
L'alimentation "méditerranéenne" limite le risque d'accident cardiaque
La tomate diminue le risque de cancer
Vers l'âge de la génétique
Homme
Les élus locaux ont leur village internet
Recherche
Internet 2 - Accord euro-américain des réseaux de recherche
TIC
Information et Communication
147 millions d'internautes dans le monde
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

147 millions de personnes se sont connectées à Internet en 1998, depuis leur domicile ou leur bureau et au moins une fois par semaine, selon une étude de Computer Industry Almanac. Ils étaient 61 millions en 1996. Les analystes évaluent ce nombre à 720 millions en 2005, à comparer aux 500 millions prévus par Ovum (Voir le quotidien LMI du 12/01/99). Les Etats-Unis mènent en nombre d'internautes avec 76,2 millions soit 52 % du total. La France vient en septième position avec 2,79 millions, derrière l'Australie, le Canada, l'Allemagne, l'Angleterre, le Japon et les USA. L'Europe totalise 36,2 millions d'internautes (25 %). Les pays scandinaves sont, proportionnellement, les plus connectés. Selon Computer Industry Almanac, ces pays utilisent beaucoup Internet pour le commerce à l'export et réalisent une grande part de leur PNB grâce à ce média.

En l'an 2000, le nombre d'e-mails se comptera en TRILLIARDS !
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Pour l'an 2000, le nombre d'e-mails échangés sur la planète devrait se compter en dizaine de trilliards (milliards de milliards). Et ce n'est que le début !Que ce soit des enfants, des dissidents politiques, des grands parents, des cadres, des universitaires ou des amoureux, tout le monde s'y met et s'y mettra inévitablement. Aux États-Unis, il s'est échangé 4 trillions (milliards de milliards) de messages électroniques en 1998, et ce chiffre double tous les deux ans ! En Europe, la croissance est encore plus rapide...On estime à 263 millions le nombre d'adresses électroniques dans le monde (Source "Electronic Mail & Messaging Systems"). Statistiquement une personne sur vingt, mais ce serait oublier toutes les personnes disposant de 2, 3 voire plus d'adresses de courrier électronique.

Lettre de l'internet/12/2/99

http://www.lalettre.com/news/fev/120299_1.html

Le plus petit serveur web du monde
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Le site web http://wearables.stanford.edu/ a ceci de particulier qu'il est géré par le plus petit serveur du monde. De la taille d'une boîte d'allumettes, il est 3 000 fois plus petit qu'un ordinateur ordinaire, mais gère sans difficulté les 40 connections à la minute que connaît le site en période pointe. Le précédent record était détenu par un ordinateur 10 fois plus gros. L'informaticien Vaughan Pratt, de l'Université Stanford, en Californie, tente de mettre au point des ordinateurs assez petits pour être incorporés à des vêtements. Son serveur, le plus petit au monde à ce jour, fait 69 mm de haut, 43 de large et seulement 6 d'épaisseur. Son microprocesseur est un 486-SX fabriqué par AMD et cadencé à 66 MHz. Il contient 16 Mo de mémoire vive. Les chercheurs de Stanford assemblent présentement un serveur plus puissant, basé sur un processeur Pentium. Il contiendra un nouveau disque dur IBM de 340 Mo, de 50 millimètres de largeur et de quelques millimètres d'épaisseur. Le tout devrait être de la taille d'une carte de crédit.

(Cybersciences/11/02/99)

http://www.cybersciences.com/Cyber/0.0/0_0_0.asp

Sun et Lucent préparent une messagerie unifiée
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Lucent et Sun développent AnyPath Messaging Platform, une plate-forme de messagerie unifiée qui centralisera les messages vocaux, fax et mails alors accessible depuis n'importe où dans le monde.Les deux géants américains Lucent Technologies et Sun Microsystems travaillent ensemble sur une plate-forme de messagerie qui devrait permettre aux utilisateurs de lire tous leurs messages depuis leur navigateur Internet n'importe où dans le monde. Destiné aux opérateurs télécoms et aux fournisseurs d'accès Internet, le logiciel baptisé AnyPath Messaging Platform centralisera fax, mails et messages vocaux qui pourront être consultés depuis tout ordinateur connecté au réseau. Il s'appuiera pour cela sur Internet Mail Server, le serveur de courrier électronique de Sun qui sera combiné à Unified Messenger, l'application de messagerie unifiée d'Octel Communications, une filiale de Lucent. Grâce à la nouvelle plate-forme, on pourra écouter ses appels téléphoniques dans sa boîte aux lettres et visualiser ses fax à l'écran. A l'inverse, on pourra écouter ses mails au téléphone grâce à la technologie de synthèse vocale Text-to-Speech développée par Lucent .AnyPath Messaging Platform devrait être disponible au troisième trimestre de cette année. En France, la société Cyrtel propose déjà une messagerie unifiée qui s'intègre à l'environnement Exchange. Les boîtes aux lettres centralisant fax, mails et autres messages sont actuellement en plein développement. Selon IDC, les PME américaines devraient en utiliser 2,5 millions en 2002.

(Network news/16/02/99)

http://www.vnunet.fr/VNU_net/index.htm

http://www.lucent.com.

http://www.sun.com.

La technologie DSL séduit les PME-PMI américaines
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Les nouveaux opérateurs, outre-Atlantique, font le forcing pour déployer des services DSL (Digital Subscriber Line) dans les réseaux métropolitains, essentiellement pour les PME-PMI. Selon le Yankee Group, la croissance moyenne annuelle de ce type de raccordement sera de 115 % entre 1998 et 2002 et il estime que 1,44 millions d'abonnés professionnels utiliseront alors cette technologie.

(OI informatique/15/02/99)

http://www.01-informatique.com/base_news.html

Internet se prépare aux réseaux sans fil
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Internet se prépare aux réseaux sans fil Cisco et Motorola se préparent à développer ensemble "le plus grand réseau Internet sans fil du monde". Grâce à cette alliance, Cisco disposera d'équipements de réseaux sans fil très sophistiqués et Motorola élargira sa gamme de produits. Les deux partenaires ont annoncé qu'ils allaient dépenser plus d'un milliard de dollars dans les quatre ou cinq ans qui viennent pour mettre en place un standard permettant de transmettre sans fil la voix, les données et la vidéo, vers des téléphones sans fil et des ordinateurs ultra-légers par exemple. Toutefois, malgré l'ampleur des moyens développés et le fait que Cisco et Motorola soient des leaders sur leurs marchés respectifs, d'autres alliances comme celle formée par Microsoft et Qualcomm ont la même ambition.

(Les Echos/16/02/99) http://www.lesechos.fr/silval/

Cool : Java menacé par Microsoft
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Répondant aux attaques de Sun Microsystems Inc. , Microsoft serait sur le point de développer un nouveau langage de programmation, Cool de son petit nom(C++ object oriented language), capable de concurrencer Java. Bien que démentant formellement que Cool soit une alternative à Java, Microsoft précise que son but est de développer un langage offrant un meilleur support pour Internet et les réseaux, ainsi qu'une meilleure performance. Cool apparaît comme un joker dans la manche du numéro 1 du logiciel, au moment où Microsoft essuie ses plus rudes revers dans la bataille légale qui l'oppose à Sun.

(Technosphere/15/02:99)

http://www.technosphere.tm.fr/fr1_sinf.htm

British Telecom ouvre l'Internet, sans abonnement
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

BTClickFree, le nouveau service de BT propose un accès à l'Internet sans abonnement, mais pour le prix d'une communication locale. Ce service, disponible en Grande-Bretagne, est le fruit de l'accord entre BT (www.bt.com) et Excite (www.excite.com). Il comprend une boîte aux lettres électronique gratuite, via le service Talk21.BTClickFree (www.btclickfree.com), ne nécessite ni procédure d'enregistrement et ni dépôt de numéro de carte bancaire. Seul le coût de la communication locale sera facturé sur la base de 4 pences (près de 40 centimes) par minute la journée, et 1,5 pence (15 centimes) le soir. Par ailleurs, BT a annoncé un accord avec la société Inktomi pour l'hébergement des services européens du moteur de recherche. Le moteur de recherche Inktomi, dont la technologie est utilisée, par exemple, par Yahoo!, sera ainsi plus facilement accessible aux utilisateurs européens.

ZDNet/12/2/99)

http://194.98.7.131/fr/actu/cgi-bin/actu.

La voix remplace le clavier dans les "chat rooms" sur Internet
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Des millions de forums de discussion existent déjà sur le web, et plusieurs milliers d'autres se créent chaque jour dans le monde. Malgré des chiffres aussi élevés, la croissance de cette activité vedette du Net est limitée par une contrainte : celle d'utiliser un micro-ordinateur et surtout un clavier pour saisir, à l'écran, le message que l'on veut diffuser aux autres participants. Avec Hear Me, il suffit de disposer d'un micro et d'une carte-son pour ...parler au lieu de taper sur son clavier. C'est la société Mpath, installée à Moutain View, dans la Silicon Valley, qui a ouvert ce service inédit la semaine dernière. Malgré le caractère innovant de son site, elle ne se lance pourtant pas à l'aveuglette. Car la technologie utilisée avec Hear Me était déjà employée sur son site principal qui propose Mplayer, un système de jeux interactifs regroupant plus de 2,5 millions de membres. "Avec Hear Me, on peut imaginer de lancer des stations de radio amateurs, en faisant écouter de la musique à son auditoire", assure le PDG de Mpath, Paul Matteuci. Mais surtout, tenir des discussions encore plus enflammées que celles qui sont limitées par la vitesse à laquelle on est capable de taper sur son clavier. Comme la plupart des forums de discussion classiques, ceux de Hear Me -regroupés par thèmes- sont gratuits, le site étant financé par la publicité. Déjà les principaux annonceurs que sont les grandes firmes de la high tech américaine se sont précipités pour remplir l'espace publicitaire.

(Les Echos/12/2/99) http://www.lesechos.fr/silval/

Un moteur antipirates
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Imagelock.com propose de contrôler les duplications illicites d'images sur le web grâce à un moteur de recherche. Destiné aux auteurs, graphistes, artistes, créateurs d'images numériques, Imagelock (www.imagelock.com) utilise, pour identifier les copies d'images, soit un système d'empreinte (chaque image peut se résumer en un ensemble unique de codage), soit un système de tatouage (Watermark). Ce dernier procédé a l'avantage de permettre de retrouver une image ayant subi des modifications. Ce service est capable d'effectuer des recherches simples mais également, au besoin, d'expédier un message aux responsables des sites indélicats et de relever automatiquement les coordonnées des propriétaires de ces sites (commande "Whois"). Imagelock est payant, à partir de 195 dollars (1 140 F) par recherche.

(ZDNet /18/02/99)

http://194.98.7.131/fr/actu/cgi-bin/actu

Responsabilité sur le WEB
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

La cour d'appel de Paris vient de rendre (10 février 1999) un arrêt d'une importance capitale. Elle retient que les hébergeurs de pages web anonymes sont responsables du contenu de ces pages et doivent assumer les conséquences de leur activité à l'égard des tiers aux droits desquels il serait porté atteinte du fait de ces pages.

(brève @RT Flash)

La Chine mise sur les nouvelles technologies
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Le Président Jiang Zemin a répété l'importance qui devait être donnée à l'établissement et au développement des nouvelles et hautes technologies. Il a également précisé que " Pékin, qui est déjà un centre fort en termes de talents, de science, de technologie, et d'autre connaissances devrait créer un nouveau programme permettant d'accélérer le développement scientifique et technologique " (ce qui signifie un partenariat plus poussé avec les pays étrangers à forte image technologique, comme la France). Le nouveau maire de Pékin, M. Liu Qi, âgé de 57 ans, ingénieur de formation et ancien directeur de la Compagnie des Aciers et Métaux de Wuhan, a également mis l'accent sur les technologies. Il a évoqué son intérêt à l'établissement à Pékin d'une vitrine technologique. Ce que nous pouvons comprendre comme le souci de développer un centre des technologies et des sciences du type Parc de la Villette à Paris ou encore Futuroscope à Poitiers. Les chinois sont très orientés sur la haute technologie et notamment les technologies de l'information (informatique, réseaux, téléphonie mobile,...).

brève @RT Flash

IBM opte pour Linux
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

International Business Machines Corp (IBM) va mettre prochainement sur le marché des ordinateurs équipés du système d'exploitation Linux, concurrent de Windows de Microsoft. IBM proposera Linux sur ses serveurs Netfinity, ses PC 300 Commercial Desktops, Intellistations et ThinkPads. Linux est une adaptation pour le PC du système d'exploitation Unix. Ce logiciel libre, utilisé au départ presque exclusivement par les développeurs de logiciels, les universités et les fournisseurs d'accès à l'Internet devient un concurrent de plus en plus sérieux pour le système d'exploitation de Microsoft. Il séduit particulièrement les grandes entreprises. Linux est un logiciel dit libre, car ses "codes sources" sont partagés et diffusés librement. Il peut être téléchargé gratuitement sur l'Internet. Depuis janvier, il est proposé par Hewlett-Packard, Dell et Silicon Graphics. IBM préinstallera Linux sur ses machines à côté de Windows NT.

brève @RT Flash

Marché informatique français : IDC revoit ses prévisions à la hausse
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

IDC a revu à la hausse ses estimations de croissance pour le marché français de l'informatique, par rapport à ses prévisions établies en juillet dernier. Le marché total (matériels, logiciels et services), estimé à 222 MdF en 1998 augmentera de 11,8 % cette année. IDC avait anticipé jusqu'à présent une hausse de 11 %. Pour les serveurs, le marché devrait progresser de 3,5 % en valeur cette année, en particulier grâce au dynamisme des moyens serveurs Unix (+ 30,2 %) et des serveurs PC (+ 18,8 %). Pour les logiciels, la croissance sera de 12,3 %, avec une bonne tenue des applicatifs (+ 14,5 %). Enfin, pour les services (107,5 MdF en 1998), le marché grossira de 15,4 % en 1999. C'est le seul segment pour lequel IDC a légèrement révisé à la baisse ses prévisions de croissance. En juillet dernier, l'évolution avait été anticipée à + 16 %.

(LMI/16/02/99) http://195.10.58.13/src/lmi/homepage.

Explosion du marché des Palm-Pc !
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Le marché de l'informatique mobile a augmenté durant l'année 1998 de 61,3%, d'après la dernière étude de Dataquest, démontrant s'il en été besoin, l'extraordinaire engouement que connaissent les technologies mobiles dans le monde entier. Palm Computing, que possède 3Com, est toujours bon premier avec 40,1% de parts de marché soit 1,9 millions d'unités vendues. La compagnie est largement devant ses rivaux, vendant plus du double de son challenger Sharp, qui ne s'octroie que 20% du marché. Les ventes des PC de poche utilisant le système d'exploitation EPOC de Psion ont atteint 500 000 unités, soit 13% de parts de marché. Étonnamment, Hewlett-Packard a connu une croissance bien plus faible que l'ensemble du marché 12,1%, alors que NEC a gagné plus de 1 000%.Les parts de marché des systèmes d'exploitation montrent également la domination sans conteste de Palm Computing, 41%, suivi par Windows CE 25% et EPOC 13%.Microsoft, bien que possédant le plus grand nombre de marques (HP, Casio, Sharp, Philips et Compaq) utilisant la technologie Windows CE, ne parvient toujours pas à réellement à entrer sur ce marché pourtant explosif et encore peu structuré...

(Lettre internet/15/02/99)

http://www.lalettre.com/news/fev/160299_1.html

Un nouveau standard numérique d'interconnexion
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Apple, Compaq, Matsushita Electric, Philips, Sony et Toshiba sont en train de développer un nouveau standard numérique baptisé "Firewire" destiné à permettre un raccordement facile et à grande vitesse entre les ordinateurs et l'ensemble des appareils audio-video, Caméscopes numériques, magnétoscopes etc.

brève @RT Flash

Broadcast.com inaugure la vidéo pour tous
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Selon ZDNN, Broadcast.com, en partenariat avec MSN, va lancer un service gratuit de diffusion vidéo. Les abonnés du fournisseur d'accès MSN pourront ainsi, gratuitement, diffuser leurs propres fichiers sons et vidéo sur le Net en mode streaming (affichage progressif au cours du chargement, NDR). Disponibles uniquement selon le protocole IP Multicast, ces contenus ne pourront être vus que par les internautes dont le provider reconnaît ce protocole. Jusqu'à présent, ces technologies, comme RealVideo, nécessitaient l'installation payante d'un serveur afin de permettre la diffusion en temps réel. Broadcast.com, site spécialisé dans la diffusion de sons et d'images sur le Net, veut donner accès à ces technologies au grand public. Tel fut le message de Mark Cuban, son P-DG, lors de l'allocution prononcée la semaine dernière au sommet IP Multicast de San Jose. Ces services devraient être proposés dès le printemps prochain.

(ZDNet/15/02/99)

http://www.zdnet.fr/fr/actu/cgi-bin/actu.

Un filigrane anti-piratage pour les oeuvres multimedia
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Pour lutter contre la multiplication des copies illégales des produits numériques, cinq géants du marché de l'électronique -Hitachi, IBM, NEC, Pioneer Electronic et Sony - se sont entendus pour créer un standard de protection des oeuvres cinématographiques. Techniquement, il s'agit d'insérer un code (secret) dans chaque image autorisant aucune, une, ou ne infinité ou aucune copie. Cette technique de "filigrane numérique" est en principe parfaitement invisible pour le consommateur. Le New York Times (NYT) précise que ce code résistera aux différentes manipulations numériques comme la compression, la décompression ou tous autres types de conversion. Les premières applications significatives concernent le DVD et la diffusion via l'internet des produits audios et vidéos. Si la technique est prête, il faudra, selon Dan Sullivan, un vice président d'IBM en charge des affaires asiatiques, attendre l'an 2000 pour que les studios s'équipent et que se généralisent l'usage de cette technique de protection.

(NYT/15/02/99) http://www.nytimes.com/yr/mo/day/tech/

^ Haut
Avenir
Nanotechnologies et Robotique
Une lumière très très lente !
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Chacun sait que dans le vide, quand rien ne la freine, la lumière se déplace à 300000KM/seconde, une vitesse que rien ne peut dépasser comme l' a montré Einstein dans sa théorie de la relativité. Une équipe de physiciens dirigé par le Docteur Lene Vestergaard Hau, qui travaille concurremment à l'institut de Rowland pour la Science à Cambridge, Massachusetts, et à l'université de Harvard, est parvenu à ralentir à 60 Km/heure la vitesse de la lumière et espère prochainement encore ralentir cette vitesse à seulement quelques centaines de mètres à l'heure, soit la vitesse d'une tortue! Pour parvenir à ralentir la lumière d'un facteur de 20 millions, les physiciens ont réussi à stabiliser à quelques millionièmes de degrés au dessus du zéro absolu, à l'aide de lasers, un ensemble d'atomes appelé " condensat de Bose-Einstein ". C'est la lumière émise par ces atomes ainsi piégés par le froid qui a pu être ralentie dans des proportions jamais atteintes jusqu'à présent. Cette expérience a été saluée par l'ensemble de la communauté scientifique et elle ouvre, à long terme, des perspectives d'applications extraordinaires, comme par exemple des commutateurs pour les futurs ordinateurs optiques qui serait capable de basculer sous l'effet d'un seul photon!

brève @RT Flash

Un laser à "multi-ondes"
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Depuis quelques années, les chercheurs tentent de créer des lasers capables d'émettre plusieurs longueurs d'onde à la fois. De tels appareils offriraient en effet de nombreuses possibilités industrielles et militaires. Aujourd'hui, une équipe des Laboratoires Bell (New Jersey, Etats-Unis) est parvenue à fabriquer un laser émettant deux longueurs d'onde dans l'infrarouge lointain en appliquant à cette technologie les lois de la physique quantique. Mis au point aux Etats-Unis en 1960, le laser (pour Light Amplification by Stimulated Emission of Radiations) permet d'obtenir un puissant faisceau de lumière cohérente monochromatique. L'innovation des Laboratoires Bell consiste à utiliser les lois de la physique quantique. Une très fine couche de GaAs insérée dans un autre matériau possédant une bande de conduction de plus haute énergie constitue un puits quantique. Les électrons se trouvent en fait confinés dans la bande de GaAs. "Cette technique permet de travailler uniquement dans la bande de conduction, explique Joël Cibert, du laboratoire de spectrométrie physique (CNRS, Grenoble). Les différences d'énergie des niveaux sont alors très minces et permettent de créer des longueurs d'ondes dans l'infrarouge lointain." De plus, en réalisant un réseau de puits quantiques dans le même matériau, les chercheurs ont réussi à faire émettre au laser des longueurs d'onde différentes. "Ce genre de lasers intéresse autant les industriels civils que militaires.

Sculptures quantiques
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Comment maîtriser le plus finement possible une réaction chimique ? Réponse : en contrôlant l'état des atomes ou des molécules en jeu. Un but que quelques équipes de physiciens poursuivent depuis plusieurs années et qui devient aujourd'hui accessible grâce à des travaux américains. En façonnant les impulsions laser destinées à frapper un atome de césium excité, des chercheurs ont en effet réussi à sculpter la fonction d'onde de l'électron et à lui donner un état prédéfini. Les spécialistes sont depuis longtemps capables de spécifier l'amplitude de la fonction d'onde mais le contrôle de la phase leur échappe encore. "En fait, il est possible de donner une certaine phase à une fonction d'onde d'un électron en l'excitant avec des impulsions laser dont les caractéristiques ont été définies à l'avance, explique Dominique Delande du laboratoire Kastler Brossel (Ecole Normale Supérieure-Université Paris 6). Mais nous n'avions jusqu'ici aucun moyen de vérifier si cela fonctionnait réellement." C'est là qu'interviennent les expériences de l'équipe de P.H. Bucksbaum de l'université du Michigan (Ann Arbor, Etats-Unis). En "illuminant" un atome de césium très excité (un atome de Rydberg) avec deux impulsions laser définies (l'une d'entre elles sert de référence) et en incluant une boucle d'asservissement, c'est-à-dire une rétroaction, à leur dispositif, ces chercheurs ont réussi à donner à la fonction d'onde de l'électron de l'atome l'amplitude et la phase voulues. Cette réussite ouvre de nombreuses perspectives qui s'étendent à d'autres disciplines scientifiques. "Du point de vue de la physique quantique, la manière actuelle de contrôler les réactions chimiques est très primitive, ajoute Dominique Delande. Les molécules utilisées peuvent être dans n'importe quel état et peuvent donc réagir de multiples façons." Imposer un état donné via les lasers pourrait donc empêcher les atomes de n'en faire qu'à leur tête. Finie, la liberté ; la main de l'homme vient de se poser sur le monde quantique.

(Info-science) http://www.infoscience.fr/articles/articles_aff.phtml?Ref=139

^ Haut
Matière
Matière et Energie
Intel exhibe son architecture 64 bits
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Architectures parallèles, gravures microscopiques, cadences effrénées...etc, les processeurs des PC n'ont pas fini d'accélérer, loin s'en faut. Les dernières informations publiées par Intel sur ses futures puces 64 bits ont de quoi donner le tournis. Selon un rapport supervisé par Stephen Smith, le vice-président de la division microprocesseurs d'Intel, le Merced, le premier processeur basé sur l'architecture IA64, offrira des performances globales 20 fois supérieures à celles d'un Pentium Pro ! Pour la 3D, il sera trois fois plus rapide que le Pentium III qui sort en mars prochain.Cadencé à 800 MHz au minimum et gravé à 0,18 micron, le futur bolide accédera à la mémoire vive du système en passant par trois niveaux de mémoire cache. les premiers Merced devraient être achevés au milieu de l'année prochaine. Leurs prix seront très élevés ce qui les réservera d'abord aux professionnels. Les experts estiment en effet que les constructeurs devront débourser environ 2000 dollars par processeur pour 1000 unités achetées ! Il faudra certainement attendre un moment pour voir les prix baisser et retrouver ces puces sur nos PC domestiques. Intel qui a déjà tout prévu prépare une version grand public meilleur marché des premiers successeurs du Merced pour 2001 sous le nom de code Madison.

(Network news/15/02/99) http://www.vnunet.fr/

^ Haut
Espace
Espace et Cosmologie
L'Armée américaine se dote d'un "laser spatial" !
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

L'armée de l'Air américaine et le Ballistic Missile Defense Organization (BDMO) ont annoncé l'attribution du tout premier contrat, d'une valeur de 125 millions de dollars, concernant la phase de démonstration du programme Space Based Laser (SBL). Les représentants du Pentagone ont souligné le caractère technologique de ce programme de laser placé sur orbite, capable d 'illuminer, et donc en théorie de détruire, des missiles balistiques : le démonstrateur, qui sera en orbite vers 2010, ne sera pas doté d'une puissance destructrice, c'est pourquoi le SBL pourrait rester compatible avec les accords sur les missiles balistiques passés avec la Russie.

(USA Today) http://www.usatoday.com/life/cyber/tech/ct000.htm

brève @RT Flash

L'Europe veut son propre système de navigation par satellites
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Créé par les Etats-Unis à la fin des années 70 pour leurs besoins militaires, le GPS permet de mesurer, à tout moment et n'importe où sur la surface du globe terrestre, les coordonnées en trois dimensions (latitude, longitude et altitude) du porteur d'un appareil de réception et de traitement des signaux émis par des satellites en orbite à 20 000 kilomètres de la Terre. Les civils y ont accès depuis 1990. En captant les signaux provenant de quatre des vingt-quatre satellites du réseau GPS, ces appareils fournissent une localisation avec deux niveaux de précision. Le plus fin, réservé aux militaires, grâce à un cryptage des signaux, atteint officiellement environ 20 mètres en horizontal et 30 mètres en vertical . Pour les civils, ces valeurs passent respectivement à 100 et 150 mètres. Qu'un tel système soit contrôlé par l'administration - qui plus est militaire - d'une tierce nation pose, selon la Commission, " de sérieux problèmes, à la fois de souveraineté et de sécurité ". La CE note, par ailleurs, que le GPS actuel " ne répond pas entièrement aux besoins civils en matière de performances ". Ses recommandations visent à affranchir l'Europe des " risques de modifications du service et d'une éventuelle augmentation excessive du prix à payer pour l'utiliser ". La création d'un GNSS propre mettrait, en outre, les industriels européens en position favorable pour s'imposer sur le marché des applications civiles de la navigation par satellites - marché qui promet d'exploser aux environs de 2005. La CE propose donc de créer une constellation qui pourrait entrer en service en 2008 et qu'elle baptise Galileo .Le conseil des ministres des transports de l'Union européenne (UE) se réunira en juin pour statuer sur cette proposition . Suivant l'option choisie, Galileo pourra compter de 21 à 36 satellites en orbite moyenne, associés à 3 ou 9 satellites géostationnaires, et coûtera entre 1,6 et 2,2 milliards d'euros (10,5 à 14,5 milliards de francs).Galileo prendrait le relais d'Egnos (European Geostationary Overlay Service), le projet mené par l'Agence spatiale européenne (ESA), démarre actuellement. Le GPS américain et le Galileo européen seront compatibles. Cela permettra aux utilisateurs de bénéficier de la somme des satellites des deux constellations, d'où une amélioration sensible des performances. Mais, en cas de crise conduisant à la dégradation accentuée du service GPS par les Etats-Unis, l'Europe disposera d'un outil assez performant pour continuer à satisfaire seule à ses besoins.

(Le Monde)

http://www.lemonde.fr/actu/sciences/gps/index.html




^ Haut
Vivant
Santé, Médecine et Sciences du Vivant
L'irrésistible ascension des puces à ADN
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Un centimètre sur un centimètre. Un carré noir à peine plus petit que l'ongle d'un pouce. Sur cette surface limitée ne se pressent pas moins de 400 000 sondes microscopiques d'acide désoxyribonucléique (ADN) synthétique. Une petite merveille de miniaturisation qui, mois après mois, s'affirme comme l'un des outils technologiques majeurs du XXIème siècle. Déjà utilisées pour la détection de mutations génétiques risquant d'entraîner un cancer, pour le diagnostic de maladies infectieuses ou pour des essais de molécules par l'industrie pharmaceutique, les puces à ADN sont parties à la conquête d'un marché nettement plus vaste : le contrôle de la qualité de l'eau potable. En annonçant, mercredi 10 février, la signature d'un programme de recherche commun, la Lyonnaise des eaux et bioMérieux se sont lancées dans l'aventure et comptent bien conserver l'avance et l'avantage de ceux qui risquent le premier pas. Les deux sociétés françaises ont donc tout naturellement pris langue il y a un an et demi pour étudier la faisabilité d'une puce dédiée à l'analyse de l'eau, produit alimentaire le plus surveillé de France. Soixante-quatre paramètres, définis par les réglementations nationale et européenne, sont ainsi régulièrement contrôlés, chaque analyse durant en moyenne un à deux jours. Avec la puce à ADN, dont la sensibilité sera mille fois plus élevée que celle des détecteurs actuels, tous les contrôles microbiologiques pourront être réalisés en parallèle sur le même capteur et dans le temps record de quatre heures. Ce qui permettra au distributeur d'eau d'intervenir plus vite sur son réseau. Les puces à ADN, qui reconnaissent l'empreinte génétique des organismes-cibles, fonctionnent selon un principe simple, reposant sur la capacité qu'ont deux brins d'ADN complémentaires de s'accrocher comme du Velcro - "s'hybrider", disent les spécialistes -, reconstituant ainsi la célèbre double hélice. Le but, non caché, est de faire de cet outil biotechnologique un standard pour le contrôle de l'eau. D'ici là, les chercheurs sont tenus de préciser quels seront les procédés de concentration de l'échantillon et d'extraction de l'ADN de chacun des micro-organismes et quelles seront les séquences du génome à greffer. Une fois sur le marché, la puce à ADN devrait diviser par dix le coût de l'analyse.

(Le Monde/16/02/99) http://www.lemonde.fr/nvtechno/techno/adnchip.html

Angiostatine et endostatine : confirmation des effets anti-cancereux
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Contre toute attente, des chercheurs du National Cancer Institute (NCI) ont finalement pu reproduire les résultats étonnants du Dr. Judah Folkman sur les effets anticancéreux chez la souris de l'angiostatine associée à l'endostatine ce qui relance la possibilité de test de cette combinaison thérapeutique chez l'homme. Les scientifiques du NCI affirmaient que ces résultats n'étaient pas reproductibles, évoquaient la possibilité d'une fraude scientifique et avaient décidé d'envoyer en novembre dernier, une équipe d'experts au Children's Hospital de Boston dans le laboratoire du Dr. Folkman pour tenter de faire la vérité. Après plusieurs mois de travail, ces chercheurs sont arrivés à la conclusion que les données produites par le Dr. Folkman étaient justes et que les échecs des équipes qui avaient tenté de reproduire ces expériences étaient effectivement dus à des problèmes techniques. Le NCI a, du coup, encouragé les centres de recherche à travers les Etats-Unis à faire des propositions d'essais chez l'homme pour déterminer si l'endostatine pouvait être utilisée en toute sécurité.

(ST Presse/13:2/99) http://www.france-science.org

Une petite lésion du sein double le risque de cancer
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Des chercheurs américains ont identifié une minuscule lésion des tissus mammaires, détectable par une simple biopsie, qui semble doubler le risque de cancer du sein. En suivant sur une période de douze ans un groupe de 1.396 femmes ayant subi l'examen d'un échantillon de tissu mammaire, les médecins du Brigham and Women's Hospital de Boston (Massachusetts) ont constaté que celles qui présentaient cette lésion, appelée cicatrice radiale, avaient 1,8 fois plus de risques de développer un cancer ultérieurement. Les risques de cancer du sein sont encore plus élevés chez les femmes qui ont des lésions plus grandes et plus nombreuses, ont ajouté les auteurs de l'étude. Même si les spécialistes n'ont pas établi les raisons du lien entre ce type de lésion microscopique, dont l'origine demeure inconnue, et le développement ultérieur d'un cancer, ils recommandent que ces anormalités soient dorénavant systématiquement recensées. Aux Etats-Unis, près d'un million de femmes subissent chaque année une biopsie des tissus du sein, généralement à la suite d'une mammographie de routine ayant détecté une zone suspecte.

(NEJM/11/2/99) http://www.nejm.org/content/1999/0340/0006/0430.asp

brève @RT Flash

Un test pour mesurer le risque de cancer du sein
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Des chercheurs américains ont mis au point un test qui permet d'identifier rapidement les femmes qui présentent le plus de risque de développer un cancer du sein en mesurant simplement le niveau de certaines hormones. Les travaux menés par Jane Cauley, de l'université de Pittsburgh (Pennsylvanie), ont déterminé que les femmes qui présentaient les plus forts niveaux de testostérone et d'estradiol dans le sang couraient jusqu'à trois fois plus de risques d'être victimes d'un cancer du sein que celles qui avaient les plus faibles niveaux. Menée auprès de 341 femmes âgées de 65 ans et plus, l'étude américaine a relevé chaque année une moyenne de 4 cas de cancer du sein sur 10.000 patientes chez les femmes dont le niveau de ces deux hormones dans le sang était le plus faible. A l'inverse, le nombre de ces cas a atteint une moyenne de 65 sur 10.000 patientes chez celles dont le niveau de testostérone et d'estradiol était le plus élevé. Ces résultats confirment d'autres travaux qui avaient déjà établi un lien entre les hormones et le risque de cancer du sein.

(Washington Post)

http://www.washingtonpost.com/wp-srv/WPlate/m-health.html

brève @RT Flash

Du venin de vipère pour soigner les congestions cérébrales
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Un nouveau médicament expérimental à base de venin de vipère améliore les chances des victimes de congestion cérébrale de retrouver toutes leurs capacités physiques et mentales, selon une d'une étude américaine.. Présentée devant un congrès de l'Association américaine de cardiologie (AHA) organisé à Nashville (Tennessee), cette étude a montré que 42% des victimes de congestion cérébrale traitées dans un délai de trois heures avec ce médicament, baptisé ANCROD, retrouvaient toutes leurs capacités d'avant l'accident. Selon les chercheurs de l'université du Texas à San Antonio, qui ont testé ce médicament sur 500 personnes, l'ANCROD agit en réduisant la quantité d'une substance coagulante naturellement produite dans le sang. Ce médicament permet ainsi de faciliter l'écoulement sanguin. Les risques d'hémorragie cérébrale causés par l'ANCROD, sont plus faibles que ceux des traitements actuels, selon les chercheurs américains. Aux Etats-Unis, la congestion cérébrale frappe chaque année 700.000 personnes et constitue, avec plus de 150.000 morts, la troisième cause de mortalité chez les adultes.

(NYT/8/2/99)

http://www.nytimes.com/yr/mo/day/national/index-science.html

brève @RTFlash

Glucose sous surveillance
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Pour éviter de graves complications, les diabétiques doivent contrôler très régulièrement le taux de glucose présent dans leurs artères, rappelle le NYT. Les méthodes de test les plus courantes sont invalidantes, et nécessitent par exemple de prélever un peu de sang avec une aiguille. Des dispositifs portables et moins douloureux existent déjà, comme le "bracelet-montre" de Cygnus, mais ne peuvent effectuer un contrôle continu du taux de glucose. Le nouveau produit de Minimed, qui doit obtenir l'accord de la Food and Drug Administration (FDA), permettra de le surveiller en permanence. Une sonde placée sous la peau de l'abdomen est reliée à un enregistreur de poche, que les praticiens peuvent interroger. Les prochains modèles contiendront une alarme signalant un niveau dangereux de glucose. Bien qu'il faille remplacer la sonde tous les trois jours, de nombreux diabétiques, notamment les enfants, apprécieront cette innovation. Mais Alfred Mann, directeur de Minimed, poursuit un but plus ambitieux : une prothèse pancréatique qui injecterait automatiquement l'insuline aux diabétiques. Ce milliardaire philanthrope a déjà versé 100 millions de dollars à l'Université de Californie du Sud, et proposé la même somme à l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA) pour financer des instituts de recherche biomédicale.

(ST Presse/11/2/99) http://www.france-science.org

Une déficience en vitamine B 1 favoriserait le paludisme
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

La carence en vitamine B1, ou béribéri, conséquence d'un apport alimentaire vitaminique insuffisant encore répandu dans le sud-est asiatique, favoriserait les complications graves du paludisme. Le Dr Sanjeev Krishna de Londres (St George's Hospital Medical School) et ses collègues d'Oxford et de Thaïlande ont mesuré la déficience en thiamine (nom savant la vitamine B1) dans le sang d'un groupe de patients de l'hôpital Paholpolpayuhasena à Kanchanaburi (Thaïlande) souffrant de formes sévères ou non compliquées de la malaria en comparant les résultats avec un groupe de sujets sains. Douze (52%) des vingt-trois patients atteints de paludisme sévère et dix (19 %) des cinquanta-quatre patients ayant un paludisme sans complications avaient des déficiences en thiamine. La carence étant plus profonde dans les cas de paludisme grave. En revanche, aucun des cinquante sujets en bonne santé n'avait d'anomalie vitaminique. La vitamine B1 est présente dans de nombreux aliments: céréales complètes, viande (porc, foie...), poissons, oeufs, lait, etc. Le béribéri était très répandu dans les populations d'Asie qui mangeaient du riz décortiqué (privé de la cuticule du riz contenant la vitamine) et subsiste dans les populations pauvres sous-alimentées. Le béribéri se manifeste d'abord par de la fatigue et un amaigrissement. Des troubles neuromusculaires, pouvant empêcher le malade de marcher, peuvent apparaître ainsi qu'une insuffisance cardiaque dont l'issue peut être fatale. Le paludisme tue chaque année près de trois millions de personnes dans le monde.

AFP/12/2/99 http://www.actualinfo.com/

Organes de rechange
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Une équipe américaine du Children's Hospital and Medical School à Boston, dans le Massachusetts, s'est révélée pionnière dans la transplantation d'organes développés en laboratoire à partir des cellules du receveur. Six chiens ont ainsi reçu une vessie cultivée à partir d'échantillons de leur propre vessie. Un mois plus tard, les organes semblaient normaux. Et, dix mois plus tard, ils fonctionnaient toujours normalement.

(Le Monde/11/2/99) http://www.lemonde.fr/nvtechno/techno/veille/veil1002.html

L'alimentation "méditerranéenne" limite le risque d'accident cardiaque
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Les personnes qui ont une alimentation de type "méditerranéen", c'est-à-dire à base de fruits, légumes et poisson, courent moins de risques que les autres de souffrir d'un second accident cardio-vasculaire. Réalisée pendant 46 mois auprès de 600 hommes et femmes victimes d'un premier accident cardiaque, les travaux réalisés par des chercheurs de Lyon (France) ont conclu que le risque d'un second accident était inférieur de 50 à 70% chez ces patients par rapport à ceux qui suivaient un régime plus classique. "Les résultats de cette étude ne sont pas surprenants car ils confirment des travaux antérieurs qui ont déjà montré que la population méditerranéenne était relativement protégée des risques de maladie coronarienne à cause de son régime alimentaire", a indiqué le docteur Michel de Lorgeril. En moyenne, le taux de "mauvais" cholestérol était nettement inférieur chez les patients suivant un régime de type "méditerranéen", selon les auteurs de l'étude. "En effectuant des changements diététiques faciles à comprendre et à suivre, une personne peut facilement renforcer ces chances d'éviter une seconde attaque cardiaque et améliorer sa qualité de vie", a conclu le docteur de Lorgeril.

(AFP/16/02/99) http://www.actualinfo.com/

La tomate diminue le risque de cancer
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Les tomates et leurs produits dérivés, notamment la sauce tomate, diminuent nettement les risques de développer certains cancers, selon une compilation publiée mercredi dans le Journal of the National Cancer Institute. Cette étude, réalisée à partir de 72 travaux de recherches concernant les effets des tomates sur la santé, a montré que "les personnes qui consomment plus de produits à base de ce fruit (...) courent moins de risques pour plusieurs cancers", notamment ceux de la prostate, du pancréas, du poumon et colorectal, note le principal auteur, le Dr Edward Giovanucci, de la faculté de médecine de Harvard. Le Dr Giovanucci estime que les pigments caroténoïdes qui donnent leur couleur aux tomates, des antioxidants, sont les principaux agents de protection contre le cancer. Le lien entre ces pigments de la tomate et le cancer de la prostate avait été mis en évidence en 1995 par l'équipe du Dr Giovanucci: les hommes qui consomment des produits à base de tomate plus de dix fois par semaine voient leur risque de cancer diminuer d'un tiers par rapport à ceux qui en mangent moins de deux fois par semaine, révélait son étude. Les dernières recherches indiquent également qu'une grande consommation de produits à base de tomates réduit de 60 % le risque de cancers du côlon et du rectum. Enfin, note le Dr Giovanucci, 10 des 14 recherches concernant les effets de la tomate sur le cancer du poumon montrent un effet de ce fruit sur l'incidence de la maladie.

(AFP/17/02/99) http://www.actualinfo.com/

Vers l'âge de la génétique
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Les maladies monogamiques, la prédisposition génétique ainsi que les malformations congénitales forment un groupe important des affections génétiques. En effet, il faut savoir que plus de 9 000 maladies monogamiques ont d'ores et déjà été répertoriées, que 3 millions d'enfants par an naissent avec des malformations congénitales majeures et que 40 % des adultes sont génétiquement prédisposés à des maladies courantes. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime que ces affections génétiques auraient un poids économique et social conséquent. Une maladie comme le diabète sucré par exemple, qui touche au moins 140 millions de personnes dans le monde et dont beaucoup de cas découlent d'une prédisposition génétique, représente à elle seule en moyenne 8 % du budget total de la santé dans les pays industrialisés. Et d'ici 2025, l'OMS prévoit une augmentation de plus du double du nombre de cas de diabète dans le monde, soit près de 300 millions. Or, les progrès de la recherche en génétique ont de plus en plus tendance à modifier les données actuelles. Des tests génétiques ont ainsi été développés pour de nombreuses affections. Près de 50 % des anomalies congénitales, 10 % des maladies héréditaires et 2 % des troubles chromosomiques peuvent aujourd'hui être traités ou corrigés. Et si la mucoviscidose a longtemps été létale avant l'âge de 2 ans, un diagnostic précoce et un traitement adapté ont permis d'en améliorer considérablement le pronostic et l'espérance de vie. De même, l'identification en 1989 du gène responsable de cette maladie a permis de mettre au point de meilleurs médicaments et de réaliser les premiers essais de thérapie génique. C'est pourquoi l'action de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) place ses espoirs d'amélioration des conséquences économiques et sociales des maladies génétiques dans la recherche sur le génome humain. Le projet "Génome humain", initiative mondiale dotée d'un budget de 3 milliards de dollars à laquelle participe l'OMS, a pour but de cartographier et de séquencer chacun des 100.000 gènes qui constituent le patrimoine génétique de chaque individu.

(Info-sciences/16/02/99)

http://www.yahoo.fr/actualite/19990211/sciences/110299bis.html

^ Haut
Homme
Anthropologie et Sciences de l'Homme
Les élus locaux ont leur village internet
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Le Sénat vient de lancer un nouveau serveur Internet : http://www.carrefourlocal.org. Ce "Carrefour des collectivités locales" est une véritable boîte à outil destiné aux mairies : actualité législative, textes de référence, nouvelles quotidiennes et grands rendez-vous, réponses ministérielles, analyses du sénat, ou études de fond. Le site joue aussi un rôle de village entre élus locaux, à travers un portail qui ouvre des liens de communication par e-mail ou avec des sites extérieurs. Les 805 pages HTML actuelles ont été réalisées par le Service de l'Informatique et des Technologies Nouvelles de la haute assemblée.

voir également http://www.senat.fr/local/index.html

brève @RT Flash

^ Haut
Recherche
Recherche & Innovation, Technologies, Transports
Internet 2 - Accord euro-américain des réseaux de recherche
Samedi, 20/02/1999 - 00:00

Les principaux réseaux de télécommunications de la recherche américain et européens ont signé un protocole d'accord sur le développement des technologies et applications de l'Internet de 2e génération. Le texte a été paraphé par l'University Corporation for Advanced Internet Development (UCAID), organisation chargée de l'Internet-2 aux Etats-Unis, et par le Réseau national de télécommunications pour la technologie, l'enseignement et la recherche (Renater, France), DFN (Allemagne), INFN/GARR (Italie) et UKERNA (Grande-Bretagne), précise le ministère français de l'Éducation nationale dans un communiqué. Les cinq réseaux concernés disposeront ainsi de communications à débit garanti permettant aux centres de recherche affiliées de travailler ensemble. "Cal va renforcer les coopérations internationales dans le domaine de la recherche. Un laboratoire français pourra ainsi échanger des données avec un centre américain sans être tributaire des performances actuelles du réseau Internet", a dit à Reuters Dany Vandromme, directeur du Renater. Les réseaux utiliseront ainsi des fibres optiques. Les signataires s'engagent à fournir les interconnexions à haut débit nécessaires entre les réseaux européen et le réseau Internet de 2e génération de l'UCAID - Abilene. /WEM

(AFP/16/02/99)

http://www.yahoo.fr/actualite/19990216/multimedia/0919164607-0000023699.html

^ Haut
VOTRE INSCRIPTION
Vous recevez cette lettre car vous êtes inscrits à la newsletter RTFLash. Les articles que vous recevez correspondent aux centres d'intérêts spécifiés dans votre compte.
Désinscription Cliquez sur ce lien pour vous désinscrire.
Mon compte pour créer ou accéder à votre compte et modifier vos centres d'intérêts.
PLUS D'INFOS
Suivez-nous sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook
 http://www.rtflash.fr
back-to-top