RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

RTFLASH Recherche & Technologie
NUMERO 69
Lettre gratuite hebdomadaire d’informations scientifiques et technologiques
Créée par René Trégouët rapporteur de la Recherche et Président/fondateur du Groupe de Prospective du Sénat
Edition du 29 Octobre 1999
Recommander  |  Désinscription  |  Lire en ligne
Egalement dans ce numéro
TIC
Bercy proposera le paiement de la TVA par Internet
Etats-Unis : un nouveau visa "high-tech"
La netéconomie pèse plus de 500 milliards de dollars aux USA
Des sénateurs préparent une loi "pro-Linux"
Chez Bell, on imite le cerveau
La NSA livre les clés de l'espionnage informatique
L'ère post-PC " Made in Europe " prend corps
Pionner aime le violet
Les grands réseaux TV américains misent sur l'internet
Avenir
Un détecteur d'explosifs hypersensible
Matière
Les nouvelles puces d'Intel descendent sous la barre des 0,2 micron
Espace
Le retour des zeppelins
Vivant
Une nouvelle molécule contre les séquelles des accidents vasculaires cérébraux
L'enzyme qui provoque la maladie d'Alzheimer
Des gènes vitaux pour la défense de l'organisme décodés
Une souris reçoit un chromosome artificiel, puis le transmet
Découverte d'une mutation génétique liée au vieillissement
La thérapie génique pour soigner la dystrophie musculaire
Déjà 20 000 brevets sur vos gènes
Homme
L'alcool est la drogue qui pèse le plus lourd pour la collectivité
Recherche
Une circulaire précise les conditions d'application de la loi sur l'innovation et la recherche
Edito
Qui va gagner le combat sans précédent du mobile du futur : le portable ou le PC ?



Telecoms 99 qui s'est tenu il y a quelques jours à Genève a mis en évidence la volonté des grands acteurs mondiaux de faire converger Internet et le téléphone " mobile ". Cette évolution majeure va s'accompagner d'un changement de nature dans l'utilisation et la fonctionnalité de ces mobiles. Si le mobile restera bien entendu un téléphone, il sera de plus en plus utilisé pour véhiculer, stocker et traiter des données non vocales, c'est-à-dire les textes et images disponibles sur le Web. Mais comment devra évoluer ce monde des mobiles pour que ce véritable défi soit relevé ? Il faudra d'abord qu'ils puissent tous, au niveau planétaire, être reliés les uns aux autres, avec un débit suffisant pour porter les images, et ce grâce à une norme universelle de transmission radio. Il semble que cela soit maintenant possible avec la montée en puissance de la future norme UMTS (Universal Mobile Telecommunications System) qui devrait être opérationnelle en 2002. Cette norme, en acceptant des débits de l'ordre de 1,5 Mgbits/seconde, permettra non seulement l'accès à Internet dans de bonnes conditions mais aussi la visiophonie portable. Mais le combat déterminant qui va ouvrir sur ce monde nouveau des MPC (Mobile Phone Computers) va se livrer sur le standard le plus stratégique, celui du système d'exploitation de tous ces mobiles du futur. Or, là aussi, à Genève, nous avons appris que la planète Palm Pilot et la planète Psion avaient passé un accord pour rendre compatible très rapidement leurs deux systèmes d'exploitation. Cela annonce pour ces prochains mois une guerre thermonucléaire de première grandeur car Microsoft est dorénavant mis dans l'obligation de répliquer sans délai s'il veut voir s'imposer dans le WPC (Wireless Phone Computer) son systèmes Windows CE comme il a su si bien le faire il y aura bientôt 20 ans dans le monde naissant du PC. Personne ne peut connaître d'avance le résultat de cet affrontement sans précédent car, s'il est exact que Microsoft entraîne avec lui plus de 90 % du monde PC, il ne faut pas oublier que le nouvel univers créé par la future fusion du Psion et du Palm Pilot est portée par les fabricants de 75 % des téléphones portables vendus dans le monde, qui s'étaient déjà réunis pour créer Symbian. Or, n'oublions pas que le nombre de téléphones mobiles a explosé au niveau mondial, passant en moins de 10 ans de 40 à 400 millions et, selon certaines études récentes, les mobiles devraient être plus nombreux que les téléphones fixes dès 2005 ( ce qui est déjà vrai en Italie depuis quelques semaines ! ) et dépasser en nombre les PC dès 2010. Si tous les grands acteurs mondiaux se sont engagés dans ce combat sans précédent, c'est qu'ils ont acquis la certitude que le marché est là. Dans moins de trois ans, nous disposerons d'un portable avec lequel on pourra téléphoner, envoyer et recevoir des e-mail, surfer sur Internet, gérer son emploi du temps, classer des dossiers, remplir des taches, passer des ordres de bourse, surveiller sa voiture ou sa résidence secondaire, consulter les résumés des principaux journaux, prendre connaissance des horaires de trains, définir le meilleur itinéraire à suivre pour arriver à l'heure à son rendez-vous et beaucoup d'autres services encore. Mais pour arriver à ce mobile du futur, nous pourrons partir d'un ordinateur portable auquel on aura ajouté le téléphone, un GPS et Internet ou partir d'un téléphone portable avec positionnement satellitaire auquel on aura donné la convivialité d'un Palm Pilot et auquel on ajoutera une image couleur de qualité. En final, c'est le caractère " naturel " d'échange avec l'homme qui désignera le vainqueur. Le premier qui saura proposer une machine, aux dimensions très réduites, qui portera une image animée d'une très grande qualité et qui saura reconnaître avec une grande fiabilité la voix et l'écriture de l'homme, et le tout pour un prix accessible au plus grand nombre, emportera ce combat de titans qui va animer les premières années du 3e millénaire.

René Trégouët

Sénateur du Rhône


TIC
Information et Communication
Bercy proposera le paiement de la TVA par Internet
Samedi, 30/10/1999 - 00:00

Mr Audru, chargé de la TVA et des taxes assimilées à la Direction Générale des Impôts (DGI), indique que "cette possibilité sera d'abord offerte aux entreprises ayant déjà opté pour la télédéclaration et le télépaiement. On peut imaginer de réserver ce service aux entreprises qui réalisent un chiffre d'affaires supérieur à un certain montant" ajoute-t-il. Etape numéro un : les entreprises récupèrent un formulaire de déclaration sur le site du Ministère de l'Économie et des Finances, le remplissent chaque fin de mois, puis le renvoient. Étape numéro deux : la DGI renvoie un accusé de réception par courrier électronique et par serveur vocal. Étape numéro trois : les entreprises qui ont adhéré aux procédures de télédéclaration effectuent le télérèglement. La TVA déclarée payée est alors débitée. Ces procédures vont permettre d'intégrer le paiement de la TVA dans la chaîne comptable des entreprises. L'Échange de Données Informatisées (EDI) et l'Échange de Formulaires Informatisés seront utilisés pour gérer le transport des données. La DGI audite en ce moment les capacités techniques des entreprises sélectionnées afin de juger de leur capacité technique à s'interfacer avec les serveurs du Ministère. Les échanges seront évidemment sécurisés et authentifiés par signature électronique : d'une part, le déclarant ne pourra pas modifier l'envoi et d'autre part, toute modification de la déclaration par une tierce partie entraînera la nullité de la signature.

France Internet news : http://www.france.internet.com/actualite/news1_251099.html

Etats-Unis : un nouveau visa "high-tech"
Samedi, 30/10/1999 - 00:00

Le sénateur Charles Robb a présenté un projet de loi visant à faciliter l'embauche d'ingénieurs étrangers. Le nouveau visa "high-tech" s'adresserait aux personnes qui ont étudié aux Etats-Unis. Le projet de Charles Robb vise les étudiants ayant obtenu un doctorat ou un master en mathématiques, sciences, ingénierie ou informatique aux Etats-Unis et qui y résident actuellement avec un visa d'étudiant. "Comme pour toute industrie naissante, de nombreux problèmes sont mis au jour, et le plus important maintenant est le manque de main d'oeuvre qualifiée pour répondre aux 350000 postes vacants aux Etats-Unis dans le secteur des nouvelles technologies de l'information", a déclaré Charles Robb devant le comité sénatorial chargé de l'immigration. Mais, pour empêcher les sociétés américaines d'embaucher de jeunes diplômés étrangers à un niveau de salaire inférieur à celui du marché, le projet de loi prévoit que le candidat à l'immigration justifie d'une offre d'emploi le rémunérant 60000 dollars par an, au minimum. De plus, les entreprises devront verser 1000 dollars par visa, dont la durée de base est de cinq ans. Les fonds dégagés par ce système serviraient à l'attribution de bourses d'études dans les domaines scientifiques au sein des universités publiques.

OI Informatique : http://www.01-informatique.com/01/index.html

La netéconomie pèse plus de 500 milliards de dollars aux USA
Samedi, 30/10/1999 - 00:00

Le chiffre d'affaires de l'ensemble des activités liées directement ou indirectement à l'Internet devrait progresser de 68 %. Le développement de la Netéconomie contribuera en outre à l'accroissement de la productivité aux Etats-Unis et à la maîtrise de l'inflation. Telles sont les conclusions de la nouvelle étude réalisée par le Centre de recherche sur le commerce électronique de Université du Texas, sponsorisée par Cisco. Selon cette étude, le chiffre d'affaires de la Netéconomie, qui englobe le matériel et le commerce en ligne, devrait atteindre 507 milliards de dollars cette année, contre 301 milliards de dollars en 1998. ce chiffre est nettement supérieur au 300 milliards que représente le marché américain des télécoms ou au 355 milliards du marché américain du transport aérien. Les Netentreprises employaient à la fin du premier trimestre 1999 2,3 millions de personnes contre 1,6 million un an auparavant. A la fin du premier trimestre 1999, le chiffre d'affaires des équipementiers qui contribuent au développement du réseau avait progressé de 50 % sur un an pour atteindre 40 milliards de dollars, celui des entreprises commercialisant des logiciels et des applications dédiées à l'Internet a enregistré une hausse de 61 % à 22 milliards de dollars. Mais la plus forte progression a été réalisée par les vendeurs de biens ou de services en ligne comme Amazon.com qui progresse de plus de 100 % en un an.

Brève rédigée par @RT flash

Industrystandard:27/10:99 http://www.thestandard.com/articles/display/0,1449,7230,00.html?05http://www.int...

Des sénateurs préparent une loi "pro-Linux"
Samedi, 30/10/1999 - 00:00

À l'initiative du sénateur des Alpes-Maritimes Pierre Laffitte, une proposition de loi visant à " généraliser dans l'administration l'usage d'internet et de logiciels libres " fait l'objet d'un forum public Pierre Laffitte, en compagnie de ses collègues Guy-Pierre Cabanel et René Trégouët, applique en quelque sorte à une proposition de loi la formule de travail "participatif" chère aux développeurs de systèmes ouverts. Comme son nom l'indique, le texte prévoit d'abord que la "voie électronique" soit privilégiée pour " les communications entre les services de l'État et les collectivités ainsi que les communications entre collectivités locales " (art. 1), tout comme " les appels d'offres publics ainsi que les documents annexes " (art. 2) ; ensuite, " les administrations (État, collectivités, services administratifs) ne peuvent utiliser que des logiciels libres de droits et dont le code source est disponible " (art. 3). Dernier détail, plutôt courageux : les trois sénateurs proposent que les logiciels propriétaires deviennent une exception. " Certains logiciels spécifiques peuvent être utilisés et acquis par les administrations et services mentionnés à l'article 3 après autorisation délivrée par un service compétent " (art. 4). Cette obligation d'accord préalable et centralisé risque d'être, en effet, mal accueillie par les éditeurs de solutions propriétaires. La bataille ne fait que commencer.

ZDNet : http://www.zdnet.fr/cgi-bin/a_actu.pl?File_ini=a_actu.zd&ID=11315

http://www.tregouet.org/senat/prop_lois/index.html

Chez Bell, on imite le cerveau
Samedi, 30/10/1999 - 00:00

Reconnaître un visage, une forme, un mot. Tâche banale pour le cerveau humain, et véritable casse-tête pour les informaticiens qui tentent de donner un semblant de capacité humaine à leurs machines. Deux chercheurs américains annoncent dans Nature un algorithme original, capable de reconnaître des formes dans les textes et les images. Ils lui prêtent des vertus étonnantes. Pour les spécialistes, l'outil mis au point par Daniel Lee, des Bell Labs, et Sebastian Seung, qui appartient également au MIT, est un "algorithme de factorisation de matrices non-négatives". Comprenne qui pourra. Pour le commun des mortels, l'outil est capable de classer les documents d'une encyclopédie en fonction des thèmes qu'il dégage par analyse et comparaison des éléments qu'il reconnaît. Sous le chapitre "Botanique", expliquent les chercheurs, le logiciel aura appris à rassembler les termes "fleurs", "feuilles", "plantes"... Les vertus de la méthode développée aux Bell Labs ne s'arrêtent pas là. D'après Lee et Seung, sa capacité à déceler des éléments communs dans les images pourrait servir de fondement à de nouvelles méthodes de compression d'images et de séquences vidéo. En effet, à partir de l'analyse des photographies de 2400 visages, l'outil des Bell Labs a dégagé 49 éléments caractéristiques qui, recombinés, permettent de reconstituer les 2400 visages de départ.. On peut aisément imaginer combien la méthode, qui permet de trouver des points communs entre deux documents, pourrait améliorer l'efficacité des technologies de recherche d'informations sur le Réseau. On disposerait alors de moteurs capables de rejeter un document comportant un mot-clé mais dans un mauvais contexte ou, au contraire, de dénicher des documents d'un contexte analogue mais dépourvu du mot-clé de départ. A quand un moteur de recherches capable de différencier puces de parquet et composants électroniques ?

Network news : http://www.vnunet.fr/NN/index.htm

La NSA livre les clés de l'espionnage informatique
Samedi, 30/10/1999 - 00:00

Nom de code : Tempest (tempête en français). Ce projet américain, considéré comme secret par les espions de la National Security Agency, consiste à mettre au point, pour le compte du gouvernement des Etats-Unis, une technologie capable de détecter, mesurer et analyser les radiations électromagnétiques autour des appareils électroniques. Le but : intercepter leurs données pour déjouer la tactique d'un ennemi militaire ou politique, ou, dans le cadre d'une guerre économique, connaître la stratégie des dirigeants d'une puissante multinationale. Digne d'un roman de science-fiction, ce projet est bien réel. Pour preuve, un architecte américain nommé John Young est parvenu à force d'obstination à se procurer, en toute légalité, des extraits de documents autrefois secrets concernant le projet Tempest. Invoquant le droit à l'information, défendu par le Freedom of Information Act, l'internaute a réclamé à la NSA pas moins de 24 documents confidentiels. John Young diffuse sur son site les extraits lisibles des différents rapports de la NSA. L'architecte a entamé une procédure d'appel et cherche à mobiliser ses concitoyens pour obtenir l'intégralité des 24 documents. A terme, le site Cryptome.org présentera la synthèse des informations disponibles. Un autre site non officiel, alimenté par l'internaute Joel MacNamara, rassemble déjà une masse d'information sur les moyens d'espionnage par analyse des émissions électromagnétiques. Source importante de rayonnement, les claviers, les écrans à tube cathodique et les câbles électriques figurent au premier rang des cibles potentielles. Et l'on y apprend même qu'un processeur est susceptible d'émettre des données sur la bande FM !

Network news : http://www.vnunet.fr/NN/pgs/actu_infos_article.htm?date=1999-10-27&id=1

L'ère post-PC " Made in Europe " prend corps
Samedi, 30/10/1999 - 00:00

La société RealTronic va dévoiler son Terminal Windows Multimédia RealStation 2000, le 1er modèle d'une gamme de postes/terminaux clients légers en réseau et Intranet qui se positionne comme un produit " challenger " français (conçu et fabriqué à Granville-50) des offres actuelles des grands acteurs de l'informatique mondiale et exclusivement d'origine américaine (IBM, HP, Wyse, NCD, Sun.). RealStation 2000 réunit toutes les caractéristiques de base de cette catégorie de produits (Windows CE résidant en mémoire d'amorçage, protocoles ICA et RDP.) avec en plus des innovations fonctionnelles qui en fiabilisent et simplifient l'utilisation.

Brève rédigée par @RT flash

Pionner aime le violet
Samedi, 30/10/1999 - 00:00

En matière d'optique, les physiciens le savent bien. Plus la longueur d'onde d'une couleur est petite, plus fins seront les dessins gravés avec cette lumière. Les chercheurs tentent donc de parcourir l'arc en ciel pour trouver de nouveaux lasers. D'infrarouge, à rouge, puis bleu, les puces électroniques laser jouent aujourd'hui dans les tons de violet. L'équation est simple. Avec une source de lumière rouge, les DVD bicouches peuvent stocker 8,5 gigaoctets. Le système de Pionner, qui s'appuie sur un laser violet, offre 27,4 gigaoctets, l'équivalent de quatre heures de vidéo en haute définition. L'industriel va s'efforcer de mettre au point les procédés de fabrication en masse des disques avant de proposer sa technologie comme remplaçant du DVD.

Network News : http://www.vnunet.fr/NN/index.htm

Les grands réseaux TV américains misent sur l'internet
Samedi, 30/10/1999 - 00:00

Prenant les devants dans la révolution internet, les grands réseaux de télévision américains sont devenus des champions du format "www", en créant de puissants sites d'information ou en s'alliant aux nouveaux rois du secteur. Du dernier rebondissement politique en Russie aux humeurs de Wall Street, CNN.com se veut la copie conforme, version web, de sa grande soeur devenue leader des chaînes d'information au début des années 90. D'un simple clic, le site permet de passer en revue tout l'éventail de l'actualité (international, finances, sports..), de lire des critiques de films, de cinéma ou de consulter divers dossiers d'éclairage (élections aux Etats-Unis, Kosovo...). Côté bourse, CNBC, filiale du réseau NBC, n'est pas en reste. Son site CNBC. com diffuse en continu résultats d'entreprises, cours boursiers et commentaires économiques susceptibles d'intéresser les investisseurs. Ces sites "www.TV.com" deviennent purement et simplement des agences de presse, note Lisa Allen, analyste chez Forrester, un centre de recherche américain sur les nouvelles technologies. Quelque 550 millions de pages sont ainsi consultées chaque mois sur CNN.com, selon la chaîne. Entre deux aéroports, deux rendez-vous, hommes d'affaires, aficionados du sport et autres "accros de l'info" n'ont plus qu'à connecter leur console portable ou leur ordinateur de poche avec un des ces sites, pour satisfaire leur curiosité. "La mission de CNN est d'informer tous ceux qui sont à la recherche d'informations, où qu'ils soient, donc y compris sur internet, en restant rapide, précis et actuel", explique Chuck Westbrook, chef de la rédaction de CNN Interactive, qui supervise les services en ligne de la chaîne. L'internet offre de ce point de vue des horizons insoupçonnés jusqu'à peu. "L'utilisateur peut regarder tout ce qu'il veut et seulement ce qu'il veut. En plus, il n'a rien à payer", relève Mme Allen. L'équipe de CNN Interactive, installée dans le quartier général de la chaîne à Atlanta, emploie 300 rédacteurs et informaticiens. Elle peut en outre s'appuyer sur le puissant réseau de correspondants de CNN à travers le monde. Conçus à l'origine comme des vitrines destinées à faire la promotion des réseaux, les sites internet de CNN, NBC ou ABCnews ont conquis depuis leur propre auditoire et développé leur propre stratégie. "Bien sûr, une partie de notre boulot consiste à faire la promotion de CNN Television mais celle-ci fait la même chose pour CNN.com. Nous sommes un site d'information indépendant", souligne M. Westbrook. Indépendance signifie aussi propres sources de revenus. Ceux-ci florissent grâce aux recettes de publicité et aux commissions sur les opérations de commerce électronique effectuées depuis les sites. "A l'avenir, toutes les chaînes TV en pointe poursuivront les deux stratégies : développer des sites à leur nom et prendre des participations dans des entreprises de plus en plus valorisées en bourse", estime Sandra Kresh, experte en médias du groupe de consultants PriceWaterHouseCoopers.

AFP : http://fr.news.yahoo.com/991025/32/729a.html

^ Haut
Avenir
Nanotechnologies et Robotique
Un détecteur d'explosifs hypersensible
Samedi, 30/10/1999 - 00:00

les détecteurs d'explosifs utilisés dans les aéroports présentent encore des lacunes, notamment en ce qui concerne leur sensibilité parfois insuffisante à certaines substances. Un chercheur du Maryland a mis au point un détecteur d'explosifs original qui utilise un faisceau laser réfléchi par deux prismes. En mesurant très précisément le temps de déperdition d' énergie du faisceau émis, le dispositif est capable de repérer la présence en quantité infime, seulement quelques molécules, d'explosifs molécules. Le système peut également identifier la nature de l'explosif détecté car chaque explosif absorbe la lumière du laser sur certaines longueurs d'onde tout à fait spécifique et laisse ainsi une véritable signature parfaitement reconnaissable. Ce détecteur qui devrait être commercialisé d'ici 2 ans serait 100 fois plus sensible que les appareils actuels.

Brève rédigée par @RT flash

New Scientist/23:10:1999 : http://www.newscientist.com/ns/19991023/newsstory7.html

^ Haut
Matière
Matière et Energie
Les nouvelles puces d'Intel descendent sous la barre des 0,2 micron
Samedi, 30/10/1999 - 00:00

Intel, numéro un mondial des microprocesseurs, vient de présenter 15 nouveaux microprocesseurs Pentium III et Xeon, bâtis sur la nouvelle technologie à 0,18 micron du groupe, pour ordinateurs personnels, portables, stations de travail et serveurs. Cette technologie permet d'avoir des circuits de la taille de 0,18 micron, 500 fois plus petits qu'un cheveu, contre 0,25 micron actuellement, et donc d'en mettre plus sur le même processeur, ce qui permet d'accroître la vitesse et de réduire la consommation d'énergie de la puce. Les coûts de production baissent également. Les dernières puces Pentium III pour PC sont disponibles avec des vitesses de 650, 667, 700 et 733 MHz. Le prix unitaire va de 583 à 776 dollars pour des lots de 1.000 unités. Les Pentium III sont disponibles pour la première fois pour portables, avec des vitesses de 400, 450 et 500 MHz. Ces microprocesseurs vont permettre à Intel de reprendre l'avantage sur son rival Advanced Micro Devices, qui avait sorti en août une puce à 650 MHz juste après le Pentium III à 600 MHz.

AFP : http://www.actualinfo.com/fr/telecoms/depeche.cfm?depeche_Index=31306&cat=108&f=...

^ Haut
Espace
Espace et Cosmologie
Le retour des zeppelins
Samedi, 30/10/1999 - 00:00

Une compagnie allemande, CargoLifter AG, se prépare à ressusciter les grands zeppelins d'antan. Le but : transporter de la machinerie lourde là où il n'y a pas d'infrastructures de transport, dans les pays en voie de développement ou dans le grand nord canadien, par exemple. Le dirigeable de modèle CL 160, dont il n'existe pour le moment qu'un prototype à l'échelle 1:8, entrera en service en 2004. Le CL 160 sera un véritable géant des airs : 260 mètres de long, 65 mètres de large. Quant à sa hauteur, elle atteindra celle d'un édifice de 27 étages. Capacité totale : 1,5 million de mètres cubes d'hélium. Cela lui permettra d'emporter une charge utile de 160 tonnes à une vitesse de 90 kilomètres à l'heure. En fait, le dirigeable pourra emporter des charges plus encombrantes et plus lourdes que n'importe quel avion à 10 000 km de distance. Et la consommation de carburant sera tout à fait raisonnable.

Cybersciences : http://www.cybersciences.com/Cyber/0.0/0_0_0.asp

^ Haut
Vivant
Santé, Médecine et Sciences du Vivant
Une nouvelle molécule contre les séquelles des accidents vasculaires cérébraux
Samedi, 30/10/1999 - 00:00

Des chercheurs américains ont mis au point un agent neuro-protecteur qui semble prometteur dans le traitement des séquelles d'un arrêt circulatoire cérébral. Sa description a fait l'objet, récemment, d'un article remarqué dans les Comptes-Rendus de l'Académie des sciences des Etats-Unis. Testé sur des modèles animaux de lésion ischémique cérébrale, ce produit, conçu dans les laboratoires de l'institut Beaufour-Ipsen, a significativement réduit les dégâts cérébraux. Les accidents vasculaires cérébraux, longtemps dénommés " attaques " ou " congestions cérébrales ", constituent la troisième cause de mortalité en France (9 % des décès). Aux survivants, ils laissent souvent des séquelles invalidantes à type d'hémiplégies, d'aphasie, de démence. On est, depuis longtemps, à la recherche d'un traitement qui limiterait l'extension des dégâts. Après interruption brutale de l'arrivée de sang - et donc de l'apport d'oxygène et de nutriments - dans une région du cerveau, survient ce qu'on appelle un infarctus cérébral, de dimensions supérieures à celles de la simple zone privée de vascularisation. Une cascade de molécules nocives inonde les cellules qui peuplent cette région. D'abord le glutamate qui, par l'intermédiaire de ses récepteurs, fait entrer en quantité le calcium dans les cellules nerveuses. De nombreux processus secondaires surviennent alors qui amplifient les lésions cellulaires dues à l'arrêt de la circulation. En particulier, l'augmentation de la concentration de calcium active l'enzyme neuronale responsable de la synthèse du monoxyde d'azote (baptisée nNOS) et entraîne une élévation de la concentration de monoxyde d'azote NO dans ces cellules. Tout le problème du traitement de cette pathologie est qu'il faut frapper vite pour éviter la constitution de lésions irréversibles. Il convient de s'attaquer d'abord au vaisseau bouché. Intervenir dans les deux heures après l'arrêt circulatoire par dissolution du caillot (thrombolyse) est l'idéal. Mais cela est très rarement pratiquable car la fenêtre thérapeutique est trop courte. Pierre-Etienne Chabrier, qui dirige le département de biologie des laboratoires Beaufour-Ipsen, a décidé d'une stratégie dont la cible serait les modifications en aval de l'activation des récepteurs du glutamate. "Nous avons mis au point la molécule BN 80933 il y a environ trois ans et avons découvert alors que les agents antioxydants et les inhibiteurs de la nNOS agissaient en coopération pour protéger le cerveau de la mort neuronale. " Le nouveau produit a été testé dans deux modèles d'accident vasculaire cérébral. Le premier consistait à bloquer une partie de la circulation cérébrale pendant 2 heures chez le rat, ce qui entraînait un infarctus cérébral dans la zone privée de sang. Le BN 80933 perfusé 4 heures après le début de l'infarctus diminuait de 69 % la taille de ce dernier, mesurée au bout de sept jours. Il diminuait aussi, dans les mêmes proportions, les déficits neurologiques. Il faut noter, en outre, que le produit avait encore une efficacité importante s'il était administré 8 heures après le début de l'infarctus. Dans le deuxième type d'expérience, la circulation cérébrale était totalement bloquée pendant 5 minutes chez la gerboise de Mongolie par occlusion bilatérale des artères carotides, puis le produit était administré 5 minutes, 5 heures, 24 heures et 48 heures après. C'est la survie des neurones de l'hippocampe - particulièrement sensibles au manque d'oxygène - qui a été mesurée. Les gerboises traitées gardaient 61 % de leurs neurones pyramidaux vivants, alors qu'il n'en restait virtuellement aucun en l'absence de traitement. Ces résultats sont véritablement prometteurs, tant pour le traitement des accidents vasculaires cérébraux que pour celui des traumatismes crâniens. Les essais cliniques chez l'homme devraient commencer au début de l'année prochaine.

Le Monde : http://www.lemonde.fr/article/0,2320,seq-2077-27968-,00.html




L'enzyme qui provoque la maladie d'Alzheimer
Samedi, 30/10/1999 - 00:00

Une enzyme qui pourrait être impliquée dans le déclenchement de la maladie d'Alzheimer a été identifiée par des chercheurs américains en Californie. La découverte de cette enzyme, qui serait responsable de l'accumulation des plaques de protéine spécifiques de la maladie, pourrait déboucher sur la mise au point d'une substance permettant d'inhiber son action, soulignent les chercheurs. Les scientifiques pensent que la plaque d'Alzheimer se crée quand une protéine appelée APP porte des éléments de deux enzymes, la béta-sécrétase et la gamma-sécrétase. L'équipe du Professeur Vassar a réussi à identifier le gène, le BACE, exprimant l'une de ces enzymes, la béta-sécrétase. Les chercheurs ont observé qu'en inhibant le BACE, le nombre de protéines APP portant cette enzyme diminuait. Il reste cependant à déterminer si les éléments d'enzymes dans la protéine APP jouent effectivement un rôle dans la maladie d'Alzheimer, puis, si cela est le cas, à trouver un moyen de les supprimer.

brève rédigée par @RT flash

New York Times :

_ http://www.nytimes.com/library/national/science/health/102299hth-aging-alzheimer...

Des gènes vitaux pour la défense de l'organisme décodés
Samedi, 30/10/1999 - 00:00

Une équipe composée de chercheurs anglais, américains et japonais a déchiffré une partie du code génétique humain capitale pour le système de défense immunitaire de l'organisme. Leur travail sur cette partie du génome, appelé, complexe HLA, pourrait contribuer à la progression des connaissances dans le domaine des greffes d'organes mais aussi déboucher sur de nouveaux traitements du diabète et du cancer. La région du patrimoine héréditaire étudiée, appelée MHC, est plus que tout autre associée à un grand nombre de nombre de maladies. Les chercheurs ont identifié environ 180 gènes. Parmi ceux-ci environ 40 % sont impliqués soit directement soit indirectement dans différents aspects de la défense immunitaire et la reconnaissance d'agents étrangers à l'organisme. Ces éléments du MHC décrits pour la première fois de façon complète sont spécifiques à chaque individu et jouent un rôle clé dans le rejet d'organes lors des transplantations. Ils interviennent également dans les maladies "auto-immunes" où l'organisme s'attaque à de ses propres constituants en les considérant comme des éléments étrangers.

Brève rédigée par @RT flash

Nature/28/10/99 : http://www.nature.com/

Une souris reçoit un chromosome artificiel, puis le transmet
Samedi, 30/10/1999 - 00:00

Des chercheurs canadiens sont parvenus à insérer un chromosome artificiel dans un embryon de souris. Arrivé à l'âge adulte, le rongeur a transmis ce chromosome supplémentaire à ses descendants, ce qui constitue une première dans l'histoire de la génétique. L'insertion d'un chromosome complet représente une percée majeure car les techniques actuelles de transplantation de matériel génétique chez les animaux sont inefficaces : on ne peut ajouter qu'un gène à la fois et il est très difficile de prévoir où se fixera ce gène. Cela explique que le gène ajouté ne fonctionne pas dans plus de 90% des embryons traités ou se fixe au mauvais endroit et provoque des mutations indésirables. Les chromosomes, en comparaison, contiennent beaucoup plus d'information : tous les gènes de l'homme, par exemple, sont répartis dans 46 chromosomes. La fabrication d'un chromosome artificiel permet donc d'ajouter plusieurs gènes à la fois et surtout, de vérifier que chaque gène s'est inséré au bon endroit. En outre, comme chaque chromosome est un entité séparée, les nouveaux gènes ne risque pas de nuire ou fonctionnement des autres et le risque d'erreur est donc beaucoup plus faible.

Brève rédigée par @RT flash

Yahoo/22/10 :1999 : http://uk.news.yahoo.com/991022/18/9qse.html

Découverte d'une mutation génétique liée au vieillissement
Samedi, 30/10/1999 - 00:00

Des chercheurs de l'Institut technologique de Pasadena, en Californie, ont annoncé qu'ils avaient identifié pour la première fois des mutations clairement liées au vieillissement. Depuis longtemps les chercheurs pensent que le vieillissement est provoqué, au moins en partie, par une accumulation de mutations dans nos gènes. En étudiant des échantillons de peau prélevés sur des volontaires de différents âges, l'équipe de Giuseppe Attardi à identifié une mutation particulière dans l'ADN mitochondriale( ADN située à l'extérieur du noyau) présent dans la moitié des échantillons de peau de sujets de plus de 65 ans mais dans aucun échantillon de peau de sujets plus jeunes. Giuseppe Attardi précise toutefois qu'un long chemin reste à parcourir avant de comprendre le rôle exact des différentes mutations dans le processus du vieillissement.

Brève rédigée par @RT Flash

Wired : http://www.wired.com/news/reuters/0,1349,32054,00.html

La thérapie génique pour soigner la dystrophie musculaire
Samedi, 30/10/1999 - 00:00

Des animaux handicapés, atteints de dystrophie musculaire, ont retrouvé l'usage de leurs membres grâce à la thérapie génique, ont annoncé des scientifiques à l'occasion du congrès annuel de la Société américaine de génétique humaine à San Francisco. Un chercheur du Centre médical national des enfants a indiqué que des muscles de hamsters avaient récupéré leur taille et des forces pratiquement normales à la suite du traitement. Ces résultats montre qu'il est possible d'utiliser des virus non toxiques pour amener sans danger dans le muscle un gène commandant de la production d'une protéine importante manquant chez les personnes atteintes de dystrophie musculaire. L'expérience a été réalisée sur des hamsters par le Pr Xiao Xiao, de l'Université de Pittsburgh (Pennsylvanie), qui a constaté qu'après quatre mois la force des muscles malades avait augmenté de presque 10O% et qu'ils avaient retrouvé leur taille normale.

Brève rédigée par @RT flash

SAN FRANCISCO Gate : http://www.sfgate.com/health/

Déjà 20 000 brevets sur vos gènes
Samedi, 30/10/1999 - 00:00

Une partie de votre code génétique appartient déjà à des firmes privées. Et ce n'est qu'un début. Près de 20 000 gènes, sur les 100 000 que compte le génome humain, font actuellement l'objet de demandes de brevets aux États-Unis - le seul pays à permettre cette pratique. Le Projet du Génome Humain, un groupe de recherche international financé par des fonds publics, dénonce ces brevets et s'apprêterait à contester leur légalité devant les tribunaux. Les firmes privées américaines prennent des brevets sur les séquences de gènes qui leur paraissent les plus prometteuses pour la recherche. Celera Genomics aurait déjà soumis 6 500 demandes de brevets préliminaires. Deux autres entreprises, Human Genome Science et Incyte, auraient chacune déposé plus de 6 300 demandes de brevets en bonne et due forme. Pas moins de 173 des demandes d'Incyte auraient déjà été approuvées par les autorités américaines. D'ores et déjà, les chercheurs qui souhaitent utiliser ces gènes pour produire de nouveaux médicaments doivent payer des redevances aux détenteurs des brevets.

Cybersciences : http://www.cybersciences.com/Cyber/0.0/0_0_0.asp

^ Haut
Homme
Anthropologie et Sciences de l'Homme
L'alcool est la drogue qui pèse le plus lourd pour la collectivité
Samedi, 30/10/1999 - 00:00

L'alcool représente plus de la moitié du "coût social" des drogues licites (tabac, alcool) et illicites (héroïne, cocaïne...), qui s'élève au total chaque année à 218 milliards de francs, selon un rapport commandé par l'Office français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT). Selon le rapport du Pr Pierre Kopp, économiste de l'université de Panthéon-Sorbonne, le "coût social" de l'alcool arrive en tête, avec environ 115 milliards de F, avant celui du tabac (90 milliards) et les drogues illicites (13 milliards). Chaque année, calcule l'économiste, l'ensemble coûte 2,68% du PIB, soit 218 milliards de F. "La moitié de cette somme correspond aux pertes de productivité engendrées par les décès et l'absentéisme et 20% aux dépenses de santé, le reste se partageant entre les autres postes" comme les pertes de prélèvements obligatoires, les dépenses de prévention, les assurances notamment, selon l'auteur.

AFP : http://www.actualinfo.com/fr/sciences/depeche.cfm?depeche_Index=30906&cat=28&f=0...

^ Haut
Recherche
Recherche & Innovation, Technologies, Transports
Une circulaire précise les conditions d'application de la loi sur l'innovation et la recherche
Samedi, 30/10/1999 - 00:00

La loi du 12 juillet 1999 sur l'innovation et la recherche permet notamment aux fonctionnaires de la recherche de créer ou de participer à une entreprise tout en gardant la possibilité de réintégrer leur service d'origine. Une circulaire vient d'apporter les précisions suivantes : 1) Participation à la création d'une entreprise Un chercheur peut participer, à titre personnel, à la création d'une entreprise dont l'objet est d'assurer en exécution d'un contrat conclu avec une entreprise publique la valorisation des travaux de recherche qu'il a réalisé dans l'exercice de ses fonctions. A cette occasion, un contrat doit être conclu, sitôt l'entreprise créée, avec la personne publique pour laquelle ont été effectuées les recherches, afin notamment d'assurer la transparence des relations. Le chercheur doit, en outre, quitter les fonctions exercées dans le service public (sauf pour des enseignements) et obtenir une autorisation de son autorité de tutelle. Elle est donnée pour deux ans et renouvelable deux fois. 2) Participation à une entreprise existante Un chercheur peut exercer une activité rémunérée auprès d'une entreprise privée valorisant ses travaux afin de lui apporter son concours scientifique. Cette activité doit être compatible avec le plein exercice de son emploi public. La rémunération perçue à cette occasion ne doit pas excéder un certain plafond (décret en attente). Aucune tâche de gestion, d'administration ou d'encadrement ne peut par ailleurs lui être confiée. Un contrat doit être conclu entre l'entreprise privée et l'entreprise publique. 3) Participation au conseil d'administration ou de surveillance d'une SA Cette participation est autorisée si le chercheur n'accomplit aucune activité (type consultation ou expertise) au profit de l'entreprise et s'il ne détient pas plus de 5 % du capital de la SA.

APCE : http://www.apce.com

Circulaire du 7 octobre 1999 - Journal Officiel du 14 octobre 1999

http://www.legifrance.gouv.fr/citoyen/officiels.ow?lalangue=FR

^ Haut
VOTRE INSCRIPTION
Vous recevez cette lettre car vous êtes inscrits à la newsletter RTFLash. Les articles que vous recevez correspondent aux centres d'intérêts spécifiés dans votre compte.
Désinscription Cliquez sur ce lien pour vous désinscrire.
Mon compte pour créer ou accéder à votre compte et modifier vos centres d'intérêts.
PLUS D'INFOS
Suivez-nous sur Twitter
Rejoignez-nous sur Facebook
 http://www.rtflash.fr
back-to-top