RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Acidification des océans et réchauffement climatique : un lien sous-estimé !

Selon une étude allemande réalisée par des chercheurs de l'institut Max Planck de Hambourg et dirigée par Katharina Six, l'augmentation des émissions anthropiques de CO2 provoquerait une acidification accélérée qui aurait notamment pour effet de diminuer les émissions de certains gaz d’origine marine et d'aggraver le réchauffement climatique planétaire.

On estime que les émissions humaines de CO2 ont dépassé les 32 gigatonnes en 2012, soit une augmentation de 18 % par rapport à 2005 et de 40 % par rapport à 1990 !

L'un des nombreux effets de ces émissions massives de CO2 est l'acidification croissante des océans qui absorbent plus du quart de ce gaz carbonique. Or aujourd'hui, d'après plusieurs études, l'acidité moyenne des océans est la plus élevée enregistrée depuis 800 000 ans.

Cette acidification croissante des océans a également une autre conséquence qui était jusqu'alors inconnue : elle provoque une diminution de la concentration en sulfure de diméthyle (DMS), un gaz produit par le phytoplancton qui agit dans l'atmosphère un peu à la manière des aérosols, en réfléchissant la lumière du soleil, ce qui réduit la température moyenne sur terre.

Selon cette étude, l'acidification des océans va entraîner une diminution de 18 % des émissions de ce gaz d'ici la fin du siècle, ce qui pourrait se traduire par un réchauffement supplémentaire de 0,2 à 0,5°C.

Cette étude souligne qu'il est très important de prendre en compte ce nouveau mécanisme pour l'intégrer dans les modèles de simulation et de prévision du climat.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Nature

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top