RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Sida : résistance aux traitements chez 40 à 50 % des patients sous antiviraux

L'arrivée des trithérapies a redonné vie aux malades, mais en dépit de leur efficacité, chez 40 % à 50 % des patients sous antiviraux depuis deux ans, apparaît une certaine résistance aux traitements.Dans la plupart des cas, il s'agit "d'échecs virologiques", avec un taux de virus qui remonte dans le sang, survenant chez des patients qui vont bien, a expliqué le Pr Jean-Paul Delfraissy (France). Le non-respect scrupuleux du traitement est une des causes d'apparition de résistance du virus aux différentes classes d'antiviraux. Les prescriptions inadaptées aussi.Le développement de résistance du virus aux traitements inquiètent les spécialistes qui craignent à terme de voir circuler des souches de virus devant lesquelles leurs armes thérapeutiques actuelles, dont les plus actives, les antiprotéases, deviendraient impuissantes. Les médecins sont en fait souvent confrontés à des paradoxes: ils disposent de traitements efficaces mais difficiles à suivre. "Les alternatives thérapeutiques aux antiprotéases doivent être encouragées", a souligné le Pr Julio Montaner (Vancouver, Canada), en relevant la nécessaire simplification des traitements (moins de pilules à avaler...) actuellement en cours. Plus de 70.000 personnes sont sous trithérapie (trois antiviraux dont une antiprotéase) aux Etats-Unis. Il y a des discordances entre les essais cliniques de traitements, qui font état de résultats avec 70 à 80 % de charge virale indétectable parmi les patients, et la pratique quotidienne où ce pourcentage atteint à peine 50 %, mais les malades vont bien, a déclaré à l'AFP le Pr Bernard Hirschel (Suisse), président du congrès. La mesure de la charge virale sanguine permet d'évaluer la quantité de virus dans le sang. Elle est élevée si le virus se multiplie intensément et s'abaisse jusqu'à être quasi-indétectable si la combinaison d'antiviraux est efficace. Les antiviraux bloquent la charge virale dans le sang (la multiplication du virus), mais ne suppriment pas le virus de l'organisme, rappellent les spécialistes.

(AFP/01/07/98)

http://www.actualinfo.com

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top