RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

TIC

La Silicon Valley vient d'inventer le "e-book"

Le SoftBook peut contenir jusqu'à 100.000 pages de textes et dispose d'un écran rétro-éclairé, ainsi que d'un modem rapide pour le téléchargement. Le RocketBook a une autonomie de 20 heures, selon NuvoMedia, la start-up de Palo Alto qui l'a conçu. Et les livres qu'il contient peuvent même être annotés La tablette de SoftBook peut emmagasiner jusqu'à 100.000 pages de textes, dont le contenu est téléchargé depuis le site de SoftBook (http://softbook.com), grâce à un modem rapide qui transfère environ 100 pages à la minute. En ce qui concerne les livres, la firme de Menlo Park a conclu un accord avec de grands éditeurs comme Harper Collins et Random House pour qu'ils rendent disponibles leurs ouvrages. Les droits de diffusion restent protégés par un procédé de cryptage qui interdit que le même livre soit téléchargé deux fois sur la même machine ou que celle-ci puisse le transmettre à un autre ordinateur. De son côté, NuvoMedia (http://www.nuvomedia.com) s'est associé à l'éditeur allemand Bertelsman pour lancer son RocketBook, qui possède à peu près les mêmes caractéristiques techniques que le SoftBook. L'un et l'autre seront disponibles avant la fin de l'année aux Etats-Unis. La lecture des livres de ces éditeurs ne sont pas les seules applications de ces tablettes. Vendues entre 200 et 300 dollars, elles seront accompagnées d'un service -payant- qui permettra aux abonnés de se procurer des revues gratuitement, ainsi que les ouvrages tombés dans le domaine public. Au-delà de la prouesse technique, reste à savoir dans quelle mesure les "lecteurs" préféreront un terminal électronique au support papier. Les premières versions de ces tablettes, dans le souci de ne pas dissuader le grand public, offrent un confort de lecture inférieur à celui d'un écran d'ordinateur haute définition. Mais il semble, néanmoins, que le mouvement, annoncé depuis longtemps -notamment par Nicholas Negroponte, le patron du Media Lab du Massachusetts Institute of Technology à Boston- soit bel et bien lancé.

(Les Echos/30/06/98)

http://www.lesechos.fr

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top