RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

TIC

Le web menace les firmes de disques

Le développement spectaculaire de l'Internet donne des idées à certains producteurs ou groupes pop indépendants britanniques qui rêvent de vendre directement leurs produits sur le web, mais les distributeurs de disques menacés fourbissent déjà leurs armes. Le nouveau prophète de l'apocalypse des maisons de disques n'est autre qu'Alan McGee, le producteur d'Oasis, groupe de rock le plus célèbre et le plus vendu du moment en Angleterre. Ses avis sont pris d'autant plus au sérieux qu'il est membre d'un groupe de travail sur les "industries créatives" mis en place par le gouvernement de Tony Blair. Il n'y aura plus de maisons de disques dans dix ou 20 ans, proclame-t-il dans un récent article. Il sera beaucoup plus intéressant pour les groupes de diffuser leur musique sur Internet, en se passant d'intermédiaires, pour l'adresser directement à leurs fans à un prix plus intéressant, écrit-il. Encore marginal par rapport à celui du bon vieux disque compact acheté en magasin, le marché de la musique en ligne se développe il est vrai à vitesse accélérée depuis quelques années. Les internautes peuvent déjà s'y procurer des CD par correspondance et, surtout, sont désormais en mesure de télécharger leurs morceaux préférés sur disque dur avec une qualité d'écoute proche du compact grâce à la dernière génération de logiciels dits de "compression" de sons. Muni d'un "graveur" de CD vierges connecté à un micro-ordinateur, les plus ingénieux ont également commencé à se confectionner leurs propres disques "à la carte" en puisant dans les centaines de sites musicaux disponibles. Selon les professionnels, le marché de la musique sur internet pourrait représenter 2,8 milliards de dollars d'ici quatre ans, contre 70 millions de dollars l'an dernier. Alan McGee, lui-même à la tête d'une maison de disques - Creation Records - est persuadé que le web prendra à terme le relais d'une industrie du disque qui montre déjà des signes de faiblesse.

(Le Soir 29/06/98)

http://www.lesoir.com

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top