RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Internet favorise la banque directe en Europe

Si les courtiers en Bourse en ligne (par téléphone, Minitel ou, désormais, Internet) connaissent un fort développement en Europe, la banque directe, qui utilise les mêmes canaux, enregistre un démarrage plus timide. Ces établissements offrent les même prestations que les banques traditionnelles, à la différence que la totalité des opérations (virement, gestion de comptes, achat d'actions...) peuvent être effectués à distance. C'est en Grande-Bretagne que les banques directes sont apparues au début des années 80. Profitant de l'insatisfaction d'une partie de la clientèle des établissements traditionnels avec guichet, elles ont rapidement séduit une large clientèle. Les deux plus importantes, First Direct et Egg, revendiquent respectivement 950 000 et 500 000 clients, qui se convertissent peu à peu à l'Internet. Ainsi Egg estime à 30 % la part de ses clients utilisant son service sur le Web. Aujourd'hui, l'Europe continentale est aussi touchée par la vague de l'Internet bancaire. " Le développement de la banque par Internet est variable selon les pays, mais il est généralement plus avancé qu'aux Etats-Unis ", note une étude d'analystes boursiers de la banque JP Morgan. Dans ce document, on estime à 3,2 millions le nombre d'internautes bancaires en Europe, ce qui représente presque 3 % de la base de clients particuliers. Toutefois, c'est en Allemagne que la percée de l'Internet bancaire est la plus spectaculaire. L'étude de JP Morgan évalue à 800 000 les clients de banques connectés sur Internet. Et ce chiffre devrait croître rapidement. Selon les prévisions de la banque d'investissement américaine, le nombre d'accès à l'Internet en Allemagne sera de 27 millions en 2002, contre 7,5 millions fin 1996. En France, si la banque à distance a connu également un grand succès en raison du développement du Minitel, la banque par Internet reste encore peu développée ne serait-ce qu'en raison de la proportion encore faible de la population pouvant se connecter au réseau des réseaux. Selon l'étude de JP Morgan, 58 000 clients de la BNP très en pointe dans ce domaine utiliseraient les services de banque sur le Web, soit 1,2 % de sa clientèle de particuliers.

Le Monde/13/09/99 : http://www.lemonde.fr/article/0,2320,seq-2039-22167-MIA,00.html

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

    Recommander cet article :

    back-to-top