RTFlash

Avenir

Une étape importante vers des supraconducteurs fonctionnant à température ambiante

Longtemps, la supraconductivité ne s'est manifestée qu'à très basse température - quelques degrés au-dessus du zéro absolu (-273,15°C) - et dans des alliages à base de niobium, titane, vanadium, gallium, germanium. Mais pour que ce phénomène sorte du laboratoire et soit maîtrisé par les industriels, il a fallu des dizaines d'années. Aujourd'hui, les appareils d'imagerie médicale et les grands centres de recherche l'utilisent couramment. En dépit de ces succès, la supraconductivité restait cantonnée à des températures très basses que seul un fluide coûteux, l'hélium liquide (-269°C), pouvait fournir. Mais l'apparition, depuis 1986, des céramiques supraconductrices à très haute température a constituée une révolution dans ce domaine. Aujourd'hui existent en laboratoire des supraconducteurs à 135 K (-138°C) qui ne nécessite qu'un refroidissement par un liquide bon marché, l'azote liquide. Mais les matériaux supraconducteurs restent fragiles et coûteux à produire ce qui ralentit leur généralisation pour fabriquer des câbles électriques et des transformateurs de courant. La recherche dans ce domaine vient de franchir un grand pas dans une autre voie, celle de la supraconductivité à très basse température dans des matériaux organiques. Des chercheurs des Bell Laboratories de Lucent Technologies ont eu recours à des molécules de carbone en forme de ballon de football - les fullerènes - qu'ils ont séparées par des molécules de chloroforme ou de bromoforme. Résultat : l'observation d'une supraconductivité haute température se manifestant vers 117 K. Une valeur d'autant plus remarquable, précisent les auteurs de la découverte, que rien ne s'oppose à ce que l'on puisse monter plus haut en séparant un peu plus les molécules de carbone utilisées. Une découverte qui ouvre la voie, à terme à des supraconducteurs "chauds", qui fonctionnerait à température ambiante.

Science du 30-08-2001 :

http://www.sciencemag.org/cgi/content/abstract/1064773v1

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Des messages secrets stockés sur des molécules

    Des messages secrets stockés sur des molécules

    En utilisant les propriétés de polymères photosensibles qui permettent la modification lumineuse d'informations stockées à l'échelle moléculaire, le chercheur Niklas Felix König et ses collègues de ...

  • Une mousse à l’épreuve des balles…

    Une mousse à l’épreuve des balles…

    Des chercheurs de l’Université de Caroline du Nord, dirigés par Afsaneh Rabiei, ont mis au point une étonnante mousse métallique légère à l’épreuve des balles standards et perforantes. Cela pourrait ...

Recommander cet article :

back-to-top