RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Edito : La civilisation est la plus longue des histoires ...

Tout a commencé en 1492. Ce fut en cette année que Christophe Colomb découvrit l'Amérique, mais ce fut cette année là aussi, que le dernier arabe, chassé de Grenade, quitta l'Espagne, alors qu'il s'y trouvait depuis des siècles. Les événements qui vont marquer l'Histoire en ce début de 21ème siècle étaient en germe dans ces ruptures historiques qui balisèrent cette fin de 15ème siècle. D'un côté la civilisation occidentale encore balbutiante allait trouver avec les Amériques de nouveau champ d'expansion et de richesse, et de l'autre, l'Islam qui avait dominé notre monde du VIIe au XIIe siècle entrait dans une phase de retrait sur lui-même. Propulsé par la Réforme qui, au début du 16ème siècle allait secouer l'Eglise Catholique et romaine, et qui permit à l'argent de jouer dans nos sociétés un rôle, encore inconnu jusqu'alors, l'Europe et avec elle l'ensemble de l'Occident allaient commencer un long process multiséculaire de conquête, de domination, mais aussi d'arrogance, qui allait les mener jusqu'à ce 11 septembre 2001. Bien au delà des idéologies, des systèmes politiques, la civilisation est la plus longue des histoires. Comme l'écrit Bozeman « les systèmes politiques ne sont que des expédients transitoires à la surface des civilisations... ». Les Athéniens disaient déjà que de tous les éléments objectifs (ethnie, langue, religion) qui définissent une civilisation, la plus importante est la religion. Toutes les grandes civilisations qui ont marqué l'histoire de l'Humanité se sont appuyées sur les religions. Cela fut aussi vrai avec l'hindouisme, le bouddhisme, le confucianisme ou l'islam... en laissant volontairement de côté l'histoire déchirée du judaïsme. De toutes les grandes civilisations, la civilisation occidentale, depuis son ère moderne qui prit son envol au 15ème siècle, fût la seule à se détacher de la religion en se nourrissant des idées de la Réforme, et sut mettre en exergue de nouvelles valeurs telles que la liberté, l'égalité, en provoquant une révolution industrielle s'appuyant sur de nouvelles technologies et de nouveaux systèmes d'organisation. Si elle ne sut pas générer une nouvelle religion, la civilisation occidentale fut, par contre, le creuset de toutes les idéologies qui marquèrent notre ère moderne (libéralisme, socialisme, communisme, marxisme, corporatisme, anarchisme, conservatisme, démocratie chrétienne, sociale-démocratie, nationalisme et... fascisme). Le mur de Berlin, en s'écroulant le 9 novembre 1989, fit disparaître le monde bipolaire qui, au travers de ses tensions, mais aussi, il faut le souligner, de ses régulations, a permis au monde de conserver son équilibre pendant toute l'ère moderne. L'Occident, avant ce mardi noir de septembre 2001, n'avait pas pris conscience que la disparition de ce rapport de force idéologique entre l'économie de marché et le communisme faisait s'ouvrir un avenir nouveau aux autres civilisations qui ne sont jamais appuyées sur des idées, mais sur des religions. Le réveil est brutal pour tous les occidentaux qui, tel que Francis Fukuyama, pensaient que nous vivions « la fin de l'Histoire ». N'est-ce pas le Président des Etats-Unis, lui-même, qui avait proclamé l'avènement d'un « nouvel ordre mondial » ? Nous pensions que la civilisation occidentale était devenue la civilisation universelle. Nos peuples étaient aveuglés par le « mirage de l'immortalité » (Toynbee). Ce qui est arrivé à l'Empire Romain, au Califat des Abassides, à l'Empire Mongol, à l'Empire Ottoman, pourrait-il frapper l'Occident ? Si nous ne savions pas, avec intelligence et mesure, tirer les leçons de l'épreuve qu'actuellement nous traversons, cela serait possible. Comme aurait su si bien le dire le Général de Gaulle, l'Occident doit cesser d'être « dominateur et sûr de lui même ». Nous qui sommes au coeur de cet Occident, en ce siècle où l'image et les communications dominent le Monde et changent les rapports entre les Hommes, nous ne trouvons rien à redire (bien que...) au fait que 90% des films les plus regardés dans le Monde sont américains, que les principaux réseaux de télécommunication sont contrôlés par les américains, que les Mac Do et Coca Cola aient envahi notre planète, et que l'anglais soit déclaré langue universelle de notre planète, alors que 92% des terriens ne le parle pas... Plus grave... depuis la chute du mur de Berlin les armes des occidentaux se sont prestement tournées vers le monde musulman, que ce soit en Irak, en Somalie, et demain, peut-être, en Afghanistan...Il nous faut arrêter ce processus infernal. L'Occident, malgré sa faiblesse démographique, a tout à fait la capacité de continuer à éclairer le monde, mais, pour cela, il lui faut abandonner sa démarche impérialiste et dominante qui blesse les peuples par son arrogance. Si nous ne savions pas le faire, nous pourrions le payer très cher car, le consensus qui actuellement entoure nos amis américains, touchés dans leur chair par la barbarie, pourrait se briser et nous pourrions alors voir se lever de nouvelles adversités que nous n'imaginons pas encore. Arrêtons de livrer des blés qui ne peuvent pas être semés, de laisser mourir du sida des millions d'êtres humains sans ressource, de tenir en dehors du savoir et de l'accès à une vie décente une grande partie de l'Humanité, et alors, nous retrouverons l'autorité morale pour dire au reste du Monde qu'il y a des limites qui ne peuvent être franchies. Mais bien loin de cette démarche exemplaire, l'Occident se laisse glisser dans la drogue, l'insécurité, la violence et le crime. Sans réagir, jusqu'à maintenant, il constate les déclins de la famille, de notre capital social, en voyant reculer le bénévolat. Partout, en Occident, en laissant la priorité à la complaisance, sinon à la connivence, notre démarche morale devient plus hésitante. Sachons nous ressaisir en retrouvant un idéal sans quoi les fondamentalismes vont encore plus se durcir et ouvrir des voies nouvelles au fanatisme. Loin de vouloir imposer à la terre entière notre civilisation que nous pensions universelle, mais que beaucoup, dans notre vaste monde, ressentent comme impérialiste, il nous faut entrer dans un âge nouveau où les différentes civilisations devront apprendre à vivre côte à côte, en entretenant des relations pacifiques, en apprenant à se connaître, en étudiant naturellement leur Histoire, leur idéal, leur art et leur culture. Sinon notre planète surpeuplée va tendre vers l'incompréhension, la tension, le choc et la catastrophe.

René TRÉGOUËT

Sénateur du Rhône

Noter cet article :

 

Recommander cet article :

back-to-top