RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Le marché de la fibre optique va connaître une croissance réelle

Si le va-et-vient passé des marchés peut être considéré comme un indicateur, la reprise du transport des télécommunications suite à la récession pourrait bien mener à 20 années de croissance stable, a indiqué l'ancien directeur de recherche de Corning Inc. dans une intervention lors de la conférence OFC/NFOEC le 8 mars 2005. Donald Keck a pris l'exemple des périodes fastes des chemins de fer et du pétrole pour montrer que les déploiements de fibres optiques jusqu'au domicile surviennent à un moment où la confiance regagne les marchés des équipements de télécommunications et les opérateurs.

Les « grands booms » dans les nouvelles technologies entraînent inévitablement des investissements massifs, rendant les bulles inévitables, selon M. Keck. Lorsque les bourses s'effondrent, la colère du public est tangible et justifiée, a ajouté M. Keck. Mais cette colère est rarement dirigée vers la technologie impliquée dans le boom. Au moment où la récession frappe, la technologie a été largement adoptée par le grand public. La colère est donc dirigée vers les autorités, avec des demandes pour davantage de réglementation. C'est précisément de tels troubles post-récession qui ont entraîné la loi Sarbanes-Oxley, a expliqué M. Keck.

Aujourd'hui, il n'y a pas de raison de penser que l'intérêt ressuscité dans les fibres jusqu'au domicile ou noeud soit la même chose que ce qui s'est passé pour la large bande. Pour M. Keck, les déploiements financés par les gouvernements en Asie sont fondés sur une demande réelle des clients résidentiels pour la large bande afin de prendre en charge des applications tels que les jeux 3D en ligne.

Bien que l'utilisation de la large bande en Amérique du Nord soit à la traîne par rapport à l'Asie pour ce qui est des déploiements FTTx, M. Keck pense que la demande pour la large bande devrait s'accélérer par le biais de nouvelles applications dans des domaines tels que les sciences de la vie et la médecine, où entre 40 et 50 pétaoctets d'informations devraient être nécessaires pour traiter les données médicales de seulement 40 % de la population mondiale. M. Keck cite le journaliste du New York Times, Thomas Friedman, et fait observer l'ironie de voir des pays en voie de développement surpasser les Etats-Unis en termes de déploiements de fibres : « Il n'y a plus de premier, deuxième ou tiers monde parce que tout le monde veut rejoindre le monde rapide. »

EET

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top