RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Pour éviter les accidents cardiaques : dîner tôt et prendre un petit-déjeuner…

Une étude brésilienne dirigée par le Docteur Marcos Ferreira Minicucci, de l'Université de São Paulo a tenté d'évaluer l'impact des habitudes alimentaires sur 113 patients atteints d'infarctus du myocarde avec sus-décalage du segment ST (STEMI), une forme particulièrement grave de crise cardiaque. L'âge moyen des participants se situait aux alentours de 60 ans et 73 % étaient des hommes.

Plus spécifiquement, les participants ont répondu à des questions sur leur tendance à omettre le petit-déjeuner et à dîner tard, c'est-à-dire moins de deux heures avant le coucher. L'étude a montré que 58 % des patients sautaient le petit-déjeuner et que 51 % d'entre eux dînaient tardivement, au moins trois fois par semaine. Ces deux comportements ont été mentionnés chez 41 % des sondés.

Or, l'étude explique que les personnes qui combinent ces deux habitudes alimentaires ont une probabilité quatre à cinq fois plus élevée de risques cardiovasculaires dans les 30 jours suivant le séjour à l'hôpital pour crise cardiaque. Les personnes qui travaillent tard sont particulièrement exposées à ces mauvaises habitudes, notent les chercheurs.

Pour réduire ces risques de décès, le Docteur Minicucci conseille de manger au moins deux heures avant le coucher. Il recommande également de prendre un petit-déjeuner complet composé de produits laitiers, d'un glucide (pain de blé entier, céréales) et de fruits entiers. « Un patient sur dix atteint d'un STEMI meurt en moins d'un an. La nutrition est un moyen relativement peu coûteux et facile d'améliorer le pronostic », souligne le médecin.

Dans cette étude, l'utilisation de statines avant l'hospitalisation était plus élevée dans le groupe ayant de mauvaises habitudes alimentaires et une issue plus défavorable. Selon le Docteur Minicucci, « Notre étude suggère que les patients atteints de STEMI perçoivent les statines comme une alternative aux conseils alimentaires. Mais ces médicaments devraient s’ajouter à ces recommandations d'hygiène de vie, pas s'y substituer ».

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

EJPC

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top