RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Une nouvelle molécule doublement efficace contre le cancer

Des chercheurs du Centre national de la Recherche Scientifique (CNRS) ont mis au point une molécule synthétique capable de bloquer la croissance des cellules tumorales et de stopper la formation de vaisseaux sanguins autour des tumeurs.

La molécule découverte pourrait bloquer à la fois la multiplication des cellules cancéreuses et la formation des vaisseaux qui nourrissent la tumeur. De nouvelles perspectives sont ainsi ouvertes par une telle découverte. En effet, les qualités de la molécule baptisée HB-19, sont multiples. Cette molécule cible spécifiquement une protéine nécessaire à la croissance des tumeurs appelée "nucléoline de surface", mais s'attaque aussi à l'"angiogénèse", en d'autres termes la formation de nouveaux vaisseaux sanguins indispensables qui apportent de la "nourriture" à la tumeur. Outre cette double-caractéristique très encourageante, elle ne serait pas toxique, contrairement aux traitements utilisés jusqu'alors par la médecine.

Pour parvenir à ces conclusions, les trois directeurs de l'étude, Ara Hovanessian, Jean-Paul Briand et José Courty, tous trois chercheurs au CNRS, ont procédé à des expériences sur des souris et sur plusieurs types de cellules cancéreuses humaines (cancer de la prostate, du sein, du colon ou le mélanome). La molécule a été introduite par injection sous la peau ou dans la cavité abdominale de souris auxquelles avaient été greffées des cellules tumorales d'origine humaine, à 2-3 jours d'intervalle pendant un mois.

Résultat, ce traitement expérimental a entraîné une "inhibition significative de la progression de tumeurs, voire même dans plusieurs cas l'éradication de cellules tumorales", selon les scientifiques. La cellule, efficace, peut enfin être produite à l'échelle industrielle. Le CNRS dispose d'un brevet protégeant cette découverte, et c'est la société ImmuPharma qui a obtenu la licence d'exploitation exclusive. Elle a développé une famille de composés de deuxième génération plus efficaces encore qu'HB-19 (une molécule nommée « NUCANT » (pour NUcléoline ANTagoniste), cinq à dix fois plus puissante que HB-19) et espère pouvoir commencer une étude clinique préliminaire (dite de phase 1) dès 2009.

PLoS

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top