RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Le "fossé numérique" se réduit mais l'âge reste un handicap dans l'accès aux TIC

Si le "fossé numérique" tend à se réduire en France, les nouvelles technologies se diffusent très inégalement au sein de la population, dont une partie risque de se retrouver exclue de la société de l'information, avertit le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (CREDOC) dans son bulletin du mois de mars 2006.

En 2005, précise le CREDOC, plus d'une personne sur deux est équipée d'un ordinateur portable et plus d'une sur trois a accès au Web. L'équipement informatique de la population se caractérise pourtant par de "très fortes inégalités" : 75 % des cadres supérieurs disposent d'une connexion Internet à domicile, contre seulement 24 % des ouvriers, 15 % des retraités et 13 % des non diplômés. Le constat est le même pour l'ordinateur : 83 % des titulaires de revenus supérieurs à 3.100 mensuels sont équipés, contre seulement 31 % des personnes percevant moins de 1.500 euros.

Le CREDOC observe cependant que les disparités d'équipement sont aujourd'hui "deux fois moins importantes qu'elles ne l'étaient en 1999", même si une pause a eu lieu dans ce mouvement de baisse entre 2002 et 2004 avec les premiers pas de l'ADSL. L'arrivée de cette technologie de connexion à haut débit a d'abord accru les inégalités entre les grands pôles urbains et le reste du pays. Cette disparité s'est ensuite estompée, à mesure que l'ADSL devenait disponible dans les petites communes.

De fait, la tendance globale semble aller vers une réduction des inégalités, comme en attestent les chiffes du CREDOC : en 1998, les personnes les moins aisées (moins de 2.300 euros mensuels par foyer) détenaient 32 % du parc des connexions à Internet à domicile ; elles en possèdent aujourd'hui 45 %, contre 55 % pour les individus plus fortunés.

"Un rattrapage est donc indéniablement en cours, mais beaucoup de chemin reste à parcourir pour que les nouveaux services numériques soient équitablement répartis au sein de la population", souligne le centre d'étude, notant que les personnes aux revenus mensuels inférieurs à 2.300 euros représentent 63 % de la population et ne détiennent que 45 % des connexions et 51 % du parc micro-informatique.

S'agissant de l'utilisation d'Internet, cause d'un deuxième "fossé" entre initiés et exclus, les disparités sont essentiellement liées à l'âge et portent sur les jeux en réseau, le recours à des services de messagerie instantanée et la réalisation de tâches professionnelles. Dans les deux premiers cas, ce sont surtout les jeunes qui sont concernés, le troisième cas impliquant plutôt les cadres et les étudiants. En revanche, pour la recherche d'informations, l'envoi d'e-mails ou la gestion de photos numériques, "c'est plutôt l'homogénéité qui prévaut", indique le CREDOC qui précise que "la plupart des personnes équipées utilisent ces services, quelle que soit leur catégorie sociale, leur âge ou leur niveau de revenu".

Rapport CREDOC

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top