RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Contre la maladie d’Alzheimer, le cerveau modélisé en 3D à très haute résolution

Le projet 3D NeuroSecure (3DNS) a développé une plate-forme capable de modéliser le cerveau d’une souris en 3D à une résolution de 0,2 µm - soit vingt fois plus petit que la taille d’un neurone. Rappelons que le cerveau d’une souris a la taille d’un grain de riz. Quant à l’image d’une tranche, numérisée avec la plate-forme 3DNS, elle ferait plusieurs dizaines de mètres carrés si elle était imprimée avec une résolution standard de magazine.

« L'idée du projet 3D NeuroSecure (3DNS) était de se doter d'outils d'analyse d'images 2D et 3D de très grande dimension pour pouvoir adresser des résolutions d'imagerie médicale qui soient cellulaires », indique Gilles Mergoil, président et fondateur de Neoxia, PME d’une centaine de personnes, qui pilote le projet. « Nous travaillons à 0,2 microns, soit vingt fois plus petit que la taille d’un neurone ». Achevé en juin, le projet entre en phase de commercialisation.

Lancé en 2015 dans le cadre de la deuxième vague des programmes d’investissement d’avenir (PIA), 3DNS affiche un budget total de 7,5 millions d’euros. Outre Neoxia, il regroupe d’autres industriels comme Nvidia, Logic Instrument ou Tribvn. Mais aussi des académiques : le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) est très présent avec sa direction de la recherche fondamentale et sa direction des applications militaires.

La plate-forme 3DNS a pour ambition de devenir un nouvel et puissant outil de recherche sur le cerveau, qu'il s'agisse de son fonctionnement global ou de l'étude des maladies neurodégénératives, comme la SEP, Alzheimer ou Parkinson.

La difficulté pour obtenir un tel modèle en 3D avec une telle résolution vient de la masse de données à traiter. « C'était le verrou technologique à lever », indique M. Mergoil. « Aujourd'hui, les laboratoires ne disposent d'aucun logiciel capable de traiter une telle quantité de données ». Car un cerveau de souris de 2 à 3 mm de long, scanné en 3D avec une résolution de 0,2 µm, représente 1,5 téraoctet (To) de données pour une seule modalité.

Plusieurs modalités sont nécessaires dans le cadre d’une étude. C’est-à-dire plusieurs types d’images obtenues avec différents marqueurs qui représentent les informations désirées - nombre de neurones, inflammation, etc. Les croiser permet de faire des corrélations. « Il faut 4 ou 5 modalités par cerveau », précise M. Mergoil. « Et une étude sérieuse porte sur plusieurs souris. Donc nous arrivons vite à une centaine de téraoctets pour une étude ».

Pour autant, la plate-forme n’a pas nécessairement besoin d’un supercalculateur pour fonctionner. « Nous sommes capables de faire tourner notre code sur un supercalculateur, mais aussi sur un cloud public comme celui d’Amazon par exemple, ce qui permet de le rendre accessible à tous les types de structures », détaille M. Mergoil.

Au-delà de l’imagerie médicale en 2D et en 3D, Neoxia voit plus loin. Notamment dans la simulation moléculaire pour concevoir des médicaments avant de passer à l’analyse in vivo. « Nous avons développé sur notre plate-forme des outils pour présélectionner des molécules, en particulier des peptides qui sont des petits morceaux de protéines de plus en plus utilisées dans les médicaments », détaille M. Mergoil. « Or il s’agit de molécules complexes qui nécessitent de la puissance de calcul ».

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

3DNS

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top