RTFlash

Cancers digestifs : des projets prometteurs soutenus par l'ARC

Soutien de longue date du Centre Léon-Bérard (CLB), l'ARC (Association pour la recherche sur le cancer) vient de confirmer son engagement auprès du centre régional de lutte contre le cancer en subventionnant pour deux ans deux chercheurs du CLB - à hauteur de 50 000 euros chacun - pour leurs travaux très prometteurs sur des cancers digestifs.

Les recherches dirigées par le Professeur Michel Rivoire, directeur de l'Institut de chirurgie expérimentale du CLB, visent à développer une nouvelle technique de destruction des métastases du foie dont souffrent certains patients atteints de cancers colorectaux. La chirurgie hépatique a développé depuis une quinzaine d'années de nouvelles techniques thermiques mais leur utilisation reste restreinte car elles sont invasives et limitées aux petites métastases.

La technique mise au point par l'équipe du Professeur Rivoire, qui associe le CLB et l'Inserm, utilise, elle, des ultrasons focalisés de haute intensité comme cela se fait déjà pour le traitement de certains cancers de la prostate avec l'Ablatherm. Très précise, cette technique préserve les organes proches et permet de détruire rapidement (3 à 5 minutes) des métastases hépatiques de taille importante sans ponction du foie.

Les premières sondes expérimentales, testées sur des bancs d'essais et sur l'animal, ont donné des résultats très prometteurs mais ces sondes doivent être améliorées avant le passage à la phase clinique. La subvention de l'ARC permettra de fabriquer deux nouvelles sondes, réalisées par la société Imasonic de Besançon. Après la validation de l'Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé), les premiers patients pourront être traités. Dès 2008, espère le Professeur Rivoire.

Le Docteur Laurent Bartholin s'intéresse, lui, à une protéine - la TGFß - qui joue un rôle primordial dans le développement du cancer du pancréas (10 % des cancers digestifs). En effet, au début du processus tumoral, cette molécule empêche la prolifération des cellules cancéreuses. Mais quand la tumeur se développe, la TGFß facilite au contraire sa progression et l'apparition de métastases.

En travaillant sur des souris génétiquement modifiées par des chercheurs américains, ce jeune chercheur de l'Inserm va essayer de décrypter la dualité de cette protéine. L'objectif est bien sûr de réussir à rétablir ses fonctions protectrices pour pouvoir développer de nouvelles thérapeutiques. Mais ces travaux devraient aussi permettre d'identifier des signes précoces de ce cancer souvent diagnostiqué tardivement. Laurent Bertholin espère aussi que le décryptage du fonctionnement de cette protéine pourra faire progresser la compréhension des mécanismes d'autres cancers.

Progrès

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • AVC : Récupérer par la pensée

    AVC : Récupérer par la pensée

    Tous les ans, en France, quelque 140 000 personnes sont victimes d’un accident vasculaire cérébral (AVC), une obstruction ou une rupture d’un vaisseau sanguin dans le cerveau. 31 000 en décèderont. ...

  • Jusqu’à 10 ans d’espérance de vie gagnés avec un mode de vie sain

    Jusqu’à 10 ans d’espérance de vie gagnés avec un mode de vie sain

    Selon une nouvelle étude américaine, l’adoption de cinq comportements sains, comme la pratique du sport et un mode de vie non-fumeur, permettrait d’ajouter jusqu’à 10 années exemptes de maladies ...

  • Quand l’IRM arrive au lit du patient

    Quand l’IRM arrive au lit du patient

    Des chercheurs du Massachusetts General Hospital (MGH) ont développé un nouveau système portatif d'imagerie par résonance magnétique (IRM). Ils ont conçu un appareil d'imagerie par résonance ...

Recommander cet article :

back-to-top