RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Les vêtements du futur auront la fibre de la communication

Les participants des 5es Rencontres internationales science-industrie, organisées à Lyon, le 27 novembre, par l'Institut français textile-habillement (IFTH), ont sans complexe franchi le pas. Pour eux, le textile de demain sera électronique et "bio-communicant". L'idée consiste à faire du textile ou du vêtement un capteur, un support et un vecteur d'information. Les premiers produits tiennent un peu du gadget mais ont le mérite d'ouvrir le bal. Ainsi, France Télécom a déjà présenté quelques prototypes : un blouson-téléphone, où tous les composants traditionnels d'un combiné sont dispersés dans l'architecture du vêtement, et une écharpe multimédia dotée d'un écran tactile et d'une mini-webcam. Dans le domaine médical, la société américaine Vivometrics a inventé un gilet bourré de capteurs surveillant en permanence une trentaine de signes vitaux comme la fréquence cardiaque ou respiratoire. Les données recueillies sont ensuite transmises par téléphonie à un centre d'analyse. Inconvénient : ce LifeShirt ne peut encore se porter discrètement sous un chemisier ou un costume. Beaucoup reste à faire pour que ces habits "intelligents" ne se démarquent pas des vêtements traditionnels. Pour y parvenir, l'équipe du professeur de Rossi a utilisé les qualités piézo-électriques de certaines fibres. Découverte par Pierre Curie, la piézo-électricité donne lieu à l'apparition de charges électriques à la surface de certains corps lorsque ceux-ci subissent une contrainte. L'étirement d'un fil par exemple. En mesurant ces charges, on peut en déduire la déformation subie par la fibre. Forts de de ces propriétés, les chercheurs de l'université de Pise ont conçu un tee-shirt "médical" sans capteur puisque le tee-shirt lui-même est le capteur. Ce vêtement est tissé avec plusieurs types de fibres conductrices ou semi-conductrices (fil enrobé de carbone, fil métallique et polyfluorure de vinylidène) permettant de détecter les infimes déformations du tissu engendrées par la respiration, les battements du coeur ou le pouls. A partir de ces mesures, il devient ainsi possible de calculer les rythmes respiratoires et cardiaques, de mesurer la tension artérielle et de tracer un électrocardiogramme ou un électromyogramme. Mais le-textile du XXIe siècle ne sera pas seulement une seconde peau intelligente. A une époque toujours plus dominée par l'image, la communication et le désir impérieux de les contrôler, le tissu devra aussi afficher qui nous sommes, nos humeurs, nos créations artistiques, etc. Ainsi, l'équipe de recherche et développement de France Télécom impliquée dans le projet Vêtement communicant a mis au point un blouson doté d'un écran souple tissé... en fibre optique. Pour l'heure, la définition est grossière mais pourrait convenir, dans un avenir proche, dans le domaine du textile de maison (tapisseries murales, tapis, rideaux). Si un vêtement pouvait offrir la définition d'un écran d'ordinateur, "chacun pourrait, s'enthousiasme le responsable du projet, André Weill, développer ses propres motifs ou les télécharger sur Internet et personnaliser ainsi ses vêtements".

Le Monde : http://www.lemonde.fr/article/0,5987,3244--254471-,00.html

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top