RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Le staphylocoque doré livre ses secrets

Le staphylocoque doré est un germe bactérien, fréquemment impliqué dans les infections contractées à l'hôpital, les intoxications alimentaires et certaines lésions cutanées, figure parmi les plus redoutés du corps médical.Ce que l'on sait moins, en revanche, c'est que la dangerosité de Staphylococcus aureus est due pour partie à ses "ARN régulateurs". Une découverte qui permettra peut-être de mieux combattre ce redoutable microbe, et qui confirme avec éclat l'importance que prennent dans le champ de la biologie moléculaire ces petites séquences génétiques, quasiment inconnues il y a seulement dix ans.

Les ARN, ou acides ribonucléiques, sont des molécules présentes dans tous les êtres vivants. Très proches chimiquement de l'ADN (acide désoxyribonucléique, support de l'hérédité), ils interviennent dans diverses réactions biologiques. Les cellules les utilisent notamment pour fabriquer les milliers de protéines dont elles ont besoin pour fonctionner.

Plusieurs familles d'ARN interviennent dans cette fabrication : des ARN "messagers", qui font office d'intermédiaires entre les gènes et les protéines pour lesquels ils codent ; mais aussi des ARN "ribosomiques" et des ARN "de transfert". Ce sont ces différentes molécules qui ont été le plus étudiées.

"La biologie moléculaire a longtemps été dominée par le dogme "un gène, une protéine". On s'intéressait avant tout à ce qui, dans le génome, correspondait à la fabrication des protéines", commente Frédérique Théry, doctorante en histoire et philosophie de la biologie. De petite taille, correspondant le plus souvent à des régions non codantes du génome, les ARN régulateurs restèrent donc longtemps ignorés des chercheurs. Jusqu'à ce que, progressivement, "l'omniprésence de ce dogme soit considérée comme un obstacle pour la progression des recherches".

Au tournant de ce siècle, on commença ainsi à soupçonner que ces petits ARN avaient un rôle à jouer dans ce qui reste l'une des "boîtes noires" de la biologie moléculaire : la régulation de l'expression génétique. Autrement dit : la manière dont les gènes sont, ou ne sont pas, activés au cours de la vie cellulaire. Une machinerie extraordinairement bien rodée qui préside à chaque instant au bon fonctionnement de l'organisme, mais aussi, lors de l'embryogenèse, à son élaboration à partir de la cellule originelle.

Comment agissent-ils ? Pour l'essentiel, les éclaircissements dans ce domaine restent à venir. Mais le recensement des ARN régulateurs, lui, est en pleine explosion. Chez la souris comme chez l'homme, on en a déjà répertorié plusieurs milliers, dont la fonction, pour certains, commence à être élucidée.

Chez les bactéries, ils semblent intervenir sur les capacités d'adaptation à l'environnement. Ainsi pour le staphylocoque doré, dont la virulence, comme vient de le démontrer dans la revue PLoS Pathogens (juin 2010) une équipe de biochimistes français, serait fortement liée à certains de ces ARN.

"Sans que l'on comprenne encore très bien comment, cet ARN est capable de reprogrammer l'expression d'une molécule qui permet au staphylocoque de déjouer certaines défenses immunitaires de l'organisme qu'il infecte", précise M. Felden.

La preuve en est fournie par l'expérience suivante : il suffit d'inactiver l'expression de cet ARN chez des souris pour que celles-ci, après injection de staphylocoques dorés, continuent de se porter comme des charmes. Et, inversement, de le réactiver pour qu'elles tombent malades.

Les applications de cette découverte ? Elles sont de deux ordres. Comme l'ont montré les expériences menées sur la souris, l'inactivation de l'ARN SprD - dont la "fiche d'identité" a fait l'objet d'un brevet - ouvre de nouvelles perspectives thérapeutiques contre les infections à staphylocoque doré.

LM

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top