RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Un mécanisme génétique pour arrêter le cancer

Les travaux de chercheurs de l'Ecole de Médecine de Yale et de l'Université du Sichuan à Chengdu montrent dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences de septembre qu'un matériel génétique qui n'avait pas d'utilité connue jusqu'à maintenant pourrait détenir la clé pour empêcher le développement du cancer. Alan Garen du département de biophysique moléculaire et de biochimie de Yale et Xu Song montrent dans leur article comme le cancer arrive à s'affranchir du signe "stop ", naturellement émis par l'organisme lors de la division cellulaire.

Au début du développement, les cellules souches donnent naissance à d'autres cellules qui par différenciation donneront tous types de tissus. La division cellulaire et la prolifération s'arrêtent quand l'organisme arrive à maturité. Cependant, le cancer peut détourner ce processus et déclencher une division cellulaire incontrôlée produisant des tumeurs cancéreuses.

Un des mécanismes empêchant la prolifération des cellules est de la famille des protéines suppresseuses de tumeurs (TSP) qui attachent et bloquent la fonction des proto-oncogènes, régulateurs de la prolifération cellulaire qui peuvent déclencher le cancer. L'équipe de Garen et Xu a montré sur des souris qu'une molécule d'ARN d'une région du génome ne produisant pas de protéines empêche des TSP d'inactiver ces gènes liés au cancer naissant. La protéine TPS étudiée, la PSF, est pratiquement identique chez les souris et les hommes.

L'équipe de Yale a réussi à empêcher la formation de tumeurs chez les souris en augmentant la quantité de PSF ou en diminuant celle de l'ARN non codant au sein d'une cellule. " La prolifération des cellules tumorales s'arrête et la tumeur régresse " chez la souris, suggérant ainsi que les deux procédures pourraient être à la base d'un protocole clinique, d'après Garen. Son équipe prévoit de poursuivre ses études sur le mécanisme régulant la quantité d'ARN PSF-liant dans une cellule, qui est selon eux au coeur de l'apparition du cancer.

BE

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top