RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

La France bascule dans la société numérique

L'autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) et le Conseil général des technologies de l'information (CGTI) ont rendu publics les résultats de la troisième enquête annuelle sur la diffusion des TIC en France, en décembre 2005. Ceux-ci confirment l'attrait de la société française pour les technologies de l'information en abordant la téléphonie (fixe ou mobile), l'équipement en micro-ordinateurs et les usages de l'internet.

En juin 2005, 82 % des adultes disposent d'au moins une ligne de téléphone fixe à leur domicile. D'année en année, ce pourcentage ne cesse de diminuer : il était de 90 % en 2000, et était même encore plus élevé avant que le téléphone mobile ne fasse son apparition sur le marché français (95 %). En quelques années, le téléphone mobile s'est diffusé à une vitesse jamais observée dans l'histoire des biens d'équipement : huit ans seulement après l'apparition de la norme GSM (en 1992), le taux d'équipement était déjà de 47 % ; 5 ans plus tard, il a encore progressé. Aujourd'hui, 70 % des Français sont équipés. Le mobile est bien le terminal le plus répandu dans la population, ce qui devrait conduire les collectivités à se pencher encore davantage sur les services qu'elles pourraient rendre à la population par ce biais (fil d'information, suivi de dossier, télépaiement...)

“Le téléphone mobile est exemplaire du phénomène de convergence observé dans le secteur : l'outil permet en effet non seulement de téléphoner, mais également d'envoyer des messages écrits (SMS), des images, de la musique ; il est également possible d'accéder à Internet, de prendre des photos ou de filmer des séquences vidéos, et, grâce aux nouvelles générations de mobiles, de regarder la télévision en direct”, conclut l'étude.

En juin 2005, 64 % des français envoient régulièrement des SMS (2 par jour en moyenne plus précisément). Les adolescents sont très attachés à ce mode de communication : 97 % des 12-17 ans envoient en effet des SMS (28 par semaine en moyenne). Les 12-17 ans sont également de grands consommateurs de sonneries ou de jeux : 64 % des possesseurs de téléphone mobile de cet âge ont téléchargé ce type de fichiers au cours de l'année (la proportion n'est que de 3 à 4 % chez les seniors équipés d'un mobile).

D'autres usages sont émergents : 10 % des possesseurs de téléphone portable s'en servent pour naviguer sur Internet, 7 % y consultent leurs e-mails. Les chiffres ont doublé en deux ans et il est “probable que les nouvelles générations de téléphone mobile séduiront encore de nouveaux consommateurs, ce terminal étant cité comme le deuxième meilleur moyen de se connecter à la Toile, derrière l'ordinateur”.

En juin 2005, 55 % de la population (12 ans et plus) disposent d'au moins un ordinateur à domicile (11% en ont plusieurs) et 40 % sont abonnés à Internet. Ramenés à la population adulte (18 ans et plus), les chiffres sont respectivement de 53 % et 39 %. Les deux sont en forte progression cette année (+3 et +4 points). Depuis cinq ans, le parc informatique des particuliers est de plus en plus souvent relié à Internet : en 2000, 41 % des ordinateurs étaient connectés à la Toile ; aujourd'hui, près des trois quarts le sont (73 % exactement).

Autre phénomène marquant de l'année 2005, la très forte croissance des connexions à haut débit : 75 % des abonnements sont en effet à grande vitesse ; la proportion n'était que de 55 % l'an dernier. 93 % des connexions se font via l'ADSL, le câble ne représentant que 5 % du marché haut débit. Les connexions ADSL se sont surtout multipliées dans les petites communes : la proportion de personnes disposant d'une connexion à haut débit dans les communes rurales est ainsi passée de 24 % à 60 % en un an, au sein de la population disposant d'Internet (+36 points, contre +12 points à Paris et dans son agglomération).

Si les disparités d'accès selon le lieu de résidence ont fortement décru, les inégalités d'équipement selon l'âge et la catégorie sociale restent conséquentes : 79 % des cadres supérieurs disposent d'une connexion à Internet, de même que 76 % des titulaires de revenus supérieurs à 3100 euros mensuels, 71 % des diplômés du supérieur et 55 % des adolescents ; la proportion chute à 31 % parmi les ouvriers, 21 % chez les individus percevant moins de 900 euros mensuels, 11 % chez les non-diplômés et 7 % chez les personnes de plus de 70 ans. En outre, une diminution de l'accès à l'ordinateur et de l'usage d'Internet sur le lieu de travail ou d'études s'amorce (mais elle n'est pas encore statistiquement significative). 18 % des personnes se connectent à Internet en dehors de leur domicile ou de leur lieu de travail : essentiellement en utilisant un équipement mis à disposition dans un lieu public (cyber-café, bibliothèque, bureau de poste, Espace Public Numérique, soit 11 %), mais aussi sur un téléphone mobile (7 %). Les connexions dans un lieu public via un PC portable personnel restent rares (2 %).

40 % des internautes utilisent désormais le web pour leurs démarches administratives et fiscales. Rapporté à l'ensemble de la population, ce sont donc environ 11 millions de personnes qui ont fréquenté l'an dernier les services de l'administration électronique. Par ailleurs, plus d'un actif sur quatre ayant accès à Internet a pu suivre des formations en ligne ; la proportion s'élève à 43 % chez les internautes de 12-17 ans et à 56 % chez les internautes étudiants.

OTAN

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top