RTFlash

Vivant

Les corbeaux calédoniens capables de fabriquer des objets complexes

Une équipe de chercheurs de l’Institut d’ornithologie Max Planck de Seewiesen et de l’Université d’Oxford a observé pour la première fois chez une espèce de corbeaux la capacité de fabriquer des objets complexes composés de plusieurs parties.

En dehors des humains, seules quelques espèces de grands primates montrent des capacités similaires d’innovation à partir d’instruments simples. Alors que ces primates étaient élevés en captivité et entraînés à l’assemblage de pièces pour former un outil complexe, les corbeaux étudiés sont parvenus à emboîter plusieurs branches courtes afin d’obtenir un outil assez long pour atteindre leur nourriture.

Le corbeau calédonien, qui utilise fréquemment des outils à l’état sauvage, avait déjà montré qu’il pouvait altérer un objet pour le rendre plus performant en déformant une tige afin de former un crochet.

La construction d’outils à partir de pièces inutilisables seules est souvent rapprochée chez l’homme de sa capacité de planification et d’anticipation des propriétés d’un objet avant sa création. Selon Auguste Von Bayer de l’Institut d’Ornithologie Max Planck, « Cette découverte est remarquable car les corbeaux n’ont reçu aucune aide ou entraînement pour réaliser ces combinaisons, ils les ont comprises seuls ». Les résultats de cette recherche ne s’expliquent donc pas par un apprentissage direct de la part des corbeaux mais viennent confirmer leur capacité de résolution spontanée de problèmes.

Mais le raisonnement cognitif des corbeaux calédoniens reste encore incertain. « Il est possible qu’ils aient recours à une forme de simulation virtuelle du problème, comme si les différentes actions possibles étaient jouées dans leur cerveau jusqu’à ce qu’ils trouvent une solution viable et la mettent en œuvre.

Des processus similaires, dérivés de l’intelligence artificielle sont implantés dans des robots afin de mieux comprendre les animaux et de découvrir des moyens de construire des machines capables de résoudre de manière autonome et créative de nouveaux problèmes », selon Alex Kecenick de l’Université d’Oxford.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

MPIO

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Les abeilles comprennent le concept de zéro…

    Les abeilles comprennent le concept de zéro…

    Le monde immense et encore peu connu des insectes n'a décidément pas fini de nous étonner. On savait déjà que certains vertébrés maîtrisaient des concepts numériques ...

  • Pas besoin d'un cerveau pour dormir !

    Pas besoin d'un cerveau pour dormir !

    Trois chercheurs de l'Institut de technologie de Californie (Caltech) ont réussi à démontrer que, la nuit venue, certains organismes primitifs, bien que dépourvus de ...

  • Un implant cérébral contre l'épilepsie

    Un implant cérébral contre l'épilepsie

    Une équipe de recherche franco-britannique a mis au point un implant cérébral qui s'avère capable, chez la souris, de détecter et de prévenir les crises convulsives. Le ...

Recommander cet article :

back-to-top