RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Cancer du colon : le pronostic lié à la vigueur du système immunitaire

Une étude publiée dans la revue américaine Science par une équipe française montre que la qualité de la réponse immunitaire est un facteur déterminant pour apprécier le pronostic du cancer du colon. Avec 36 000 nouveaux cas par an, le cancer colo-rectal est au premier rang des cancers, aussi bien chez les femmes que chez les hommes. C'est aussi une maladie grave, à l'origine de 16 000 décès par an. L'âge moyen au moment du diagnostic se situe autour de 70 ans. Malheureusement, comme les premiers symptômes apparaissent tard, ces tumeurs sont encore trop souvent détectées à un stade avancé.

Pour formuler le pronostic d'un cancer colo-rectal, on se base sur l'évaluation de l'extension de la tumeur, au sein de la paroi digestive et dans les ganglions proches. Pour la première fois au monde, des chercheurs ont ainsi fait la preuve que la présence de certains lymphocytes, potentiellement capables de reconnaître et de détruire les cellules tumorales, était l'élément le plus déterminant pour l'évolution ultérieure des patients. L'évaluation de ce critère apparaît même plus importante que celle de l'extension de la tumeur au sein de la paroi digestive et dans les ganglions voisins.

Cette étude confirme l'intérêt de l'approche immunologique dans la lutte contre le cancer. « Mais il faut maintenant comprendre les raisons pour lesquelles certains patients ne développent pas ou du moins pas assez de réaction immune au niveau du site de la tumeur », expliquent les chercheurs. « Et trouver le moyen de réenclencher ou d'amplifier cette réponse. » Les chercheurs espèrent notamment pouvoir utiliser certaines cytokines capables d'attirer et d'amplifier les « lymphocytes mémoire » pour stimuler un système immunitaire défaillant. A terme, ces recherches devraient déboucher sur de nouveaux outils thérapeutiques qui pourront être utilisés seuls ou en synergie avec les traitements classiques, chimiothérapie et radiothérapie.

Science

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top