RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Café et cancer: le rôle protecteur se précise

La relation potentielle entre café et cancer a suscité beaucoup d'intérêt et de questions depuis plusieurs décennies, en raison de la fréquence de sa consommation et du nombre élevé de ses constituants. Plus de 500 études épidémiologiques, réalisées pour la plupart en Amérique, en Europe et au Japon, ont été consacrées à l'étude du lien potentiel entre consommation de café et risque de développer divers cancers. Plusieurs articles récents ont réalisé des revues exhaustives sur le sujet. Toutes ces études montrent le rôle bénéfique du café en matière de prévention de certains cancers, sous la direction d'Astrid Nehlig de l’Inserm U666, Faculté de Médecine de Strasbourg.

Sur la base des connaissances actuelles, il apparaît que, pour la plupart des organes, il n'y a pas d'association entre une consommation modérée de café et une augmentation du risque de cancer. C'est le cas du cancer de l'œsophage, de l'estomac, du rein, de la prostate, de l'ovaire et du cancer du sein chez la femme ménopausée. Dans divers organes, les données des études suggèrent que la consommation de café pourrait être associée à une réduction du risque de développer un cancer. C'est le cas des cancers de la cavité orale et du pharynx, du foie, de l'endomètre, de la peau, des gliomes et du cancer colorectal. Un lien a pu être observé avec le cancer de la vessie. Toutefois, des facteurs de confusion, liés en particulier au tabac et à l'alcool posent des problèmes d'interprétation causale et des études complémentaires restent nécessaires.

Pour le cancer du foie, trois méta-analyses regroupant au total 15 études cas-témoins et 8 études de cohorte montrent une nette réduction du risque de développer ce cancer : de 38 à 59 % chez les consommateurs comparés aux non-consommateurs et une réduction de 43 % pour chaque augmentation de 2 tasses de café/jour. Deux études concernant la cirrhose et le cancer du foie montrent une réduction de 40 à 50 % de la mortalité liées à ces pathologies en cas de consommation de café. Pour le cancer colorectal, la majorité des 20 études cas-témoin et des 10 études de cohorte disponibles font état d'un risque réduit d'environ 12 % lié à la consommation de café. Enfin, pour le cancer de la prostate, une étude récente vient de faire état d'un risque réduit de 18 % pour tous les types de cancer de la prostate pour la consommation d'au moins 6 tasses de café/jour. La réduction de risque atteint même 60 % pour la forme létale du cancer de la prostate.

Senior Actu

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top