RTFlash

Antarctique : la fonte du glacier de l'île du Pin pourrait accélérer la montée des eaux des océans

La vitesse de montée des eaux dépend largement de l'Antarctique : si ce continent de glaces fondait dans son intégralité, les mers s'élèveraient de 58 mètres, engloutissant notre civilisation. Pour l'instant, selon l'ONU, la montée des eaux est de 1 à 3 millimètre par an.

En trois ans, la plate-forme de glace du glacier de l’île du Pin en Antarctique a reculé d’environ 19 kilomètres. À l’aide d’images satellites, une équipe de scientifiques a aussi déterminé que dans le même temps, la vitesse à laquelle le glacier se déverse dans l’océan a augmenté de 12 % entre 2017 et 2020. Cette évolution préoccupante laisse entrevoir la possibilité d’une déstabilisation du glacier si ce recul se poursuit. À lui seul, il est responsable d’un quart de la contribution de l’Antarctique à la hausse du niveau des mers.

« Cette plate-forme de glace ne doit pas être confondue avec la banquise, qui est de l’eau de mer gelée », précise Pierre Dutrieux, directeur de recherche au British Antarctic Survey et co-auteur de l’étude. « Cette partie du glacier est constituée de glace formée sur le continent par l’apport de neige et forme une extension de la calotte glaciaire qui flotte sur l’océan ». Cette dernière est aussi beaucoup plus épaisse que la banquise et joue un rôle crucial dans l’équilibre du glacier. « En 2017, elle mesurait environ 60 kilomètres de long pour près de 1000 mètres de haut », détaille Pierre Dutrieux. En lui-même, le glacier mesure environ 250 kilomètres de long pour 3 kilomètres d’épaisseur moyenne.

Mais ce phénomène déjà inquiétant pourrait encore accélérer. Le glacier de l'île du Pin préoccupe particulièrement les scientifiques. A lui seul, il est déjà responsable de 25 % des fontes de glaces de l'Antarctiques. Il est même entré dans une phase "d'emballement" impressionnante : de 2017 à 2020, la banquise du glacier de l'île du Pin a perdu un cinquième de sa superficie, selon les relevés des satellites Copernicus Sentinel-1, qui sont exploités par l’Agence spatiale européenne. Or, le glacier de l'île de Pin contient près de 180 000 milliards de tonnes de glace. A lui seul, il pourrait être responsable de l'élévation de 0,5 mètre de l'élévation du niveau de la mer dans le monde.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Science

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top