RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Alzheimer : découverte d'un oestrogène prometteur

Des chercheurs américains ont montré qu'un oestrogène expérimental pouvait empêcher les dégénérescences cérébrales sans augmenter le risque de cancers du sein ou de l'utérus chez la femme. Selon les chercheurs, cet oestrogène prometteur pourrait être utilisé pour traiter les dégénérescences du cerveau dans de nombreuses maladies, dont l'Alzheimer, la sclérose en plaques, la maladie de Charcot, les lésions de la moelle épinière ou même le simple vieillissement. L'oestrogène expérimental n'a été testé pour l'instant que sur des souris, mais les études ont montré qu'il permettait d'arrêter la progression de la maladie chez les souris affectées par la version animale de la sclérose en plaques. Les animaux ont même récupéré leur capacité à marcher.

L'hormone n'a pas de propriétés anti-inflammatoires comme les oestrogènes classiques car elle a été modifiée de façon à limiter les risques de cancers du sein ou de l'utérus. Cette forme d'oestrogène devra donc être combiné avec d'autres traitements pour lutter contre les inflammations, notamment dans le cas de la sclérose en plaques, ont indiqué les chercheurs, dont l'étude est publiée dans les Annales de l'Académie nationale américaine des sciences (PNAS). "L'objectif principal est de protéger les neurones. C'est ce qui manque dans ce domaine", a déclaré Seema Tiwari-Woodruff, professeur assistante de neurologie à l'Université de Californie Los Angeles (UCLA), qui a travaillé sur cette étude. Alors que les personnes affectées par la sclérose en plaques ont de nombreuses options pour traiter leurs symptômes physiques avec des anti-inflammatoires, aucun traitement ne permet actuellement de traiter la dégénérescence du cerveau et de la moelle épinière.

PNAS

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top