RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Alerte à la raréfaction des poissons dans les océans

Un recensement de la vie marine mené par plus de 300 scientifiques du monde entier depuis trois ans a ravivé les inquiétudes sur la raréfaction de nombreuses espèces de poissons en raison de la surexploitation provoquée par l'industrie de la pêche."Chaque espèce de grand poisson sauvage a été pêchée de manière si considérable au cours des 50 dernières années que 90% de chacune de ces espèces ont disparu", dénonce un rapport publié jeudi à Washington par les scientifiques participant au "Recensement de la vie marine", le premier du genre. "L'éventail des tailles d'animaux dans l'océan change. Nous sommes en train d'avoir un océan où il est plus sûr d'être petit", explique à l'AFP Jesse Ausubel, un scientifique participant à ce recensement, qui doit durer jusqu'en 2010. Parmi les espèces menacées, il s'inquiète également beaucoup pour "les tortues luth (tortue marine de grande taille) qui risquent de disparaître". Le "Recensement de la vie marine" est une coopération scientifique internationale pour identifier et recenser toutes les formes de vie dans les océans et expliquer leur évolution au cours du temps. Plus de 300 scientifiques de 53 pays participent à ce programme, financé à hauteur de 1 milliard de dollars par des agences gouvernementales d'une cinquantaine de pays et des agences spécialisées des Nations Unies. "L'augmentation des composants toxiques et de la température de la mer ont des conséquences difficiles à prévoir. Des mesures précises sont absolument nécessaires pour répondre aux conséquences des changements dans l'océan", déclare le Dr Ron O'Dor, le principal responsable scientifique de ce recensement. Malgré les inquiétudes sur les espèces menacées, les scientifiques ont fait des découvertes passionnantes. Plus de 15.000 espèces de poissons, dont beaucoup jusque-là inconnues, ont été recensées. Environ 5.000 autres espèces de poissons doivent encore être identifiées. Environ 210.000 formes de vie marine sont actuellement connues par la science, mais elles pourraient être dix fois plus, d'après les chercheurs. Parmi les multiples découvertes, certaines retiennent plus particulièrement l'attention. "Le moment le plus excitant pour le moment a été la plongée d'un sous-marin russe dans la zone de fracture de Charly Gibbs sur la faille nord-atlantique entre les Açores et l'Islande", explique Ron O'Dor. "C'est la première fois qu'on allait dans cette région pour faire de la biologie. Ils ont trouvé beaucoup de choses: des jardins d'éponges, un habitat complexe qui accueille un grand nombre de petits thons", ajoute-t-il. Une découverte sur les tortues a retenu l'attention de Jesse Ausubel. "Les tortues du Pacifique font le tour de l'océan. Elles déposent leurs oeufs sur une plage du Mexique, nagent jusqu'aux Galapagos, puis vers la Polynésie et le Japon, et reviennent par Hawaï et la Californie. En deux ou trois ans, une tortue visite l'ensemble du Pacifique", raconte-t-il. Certaines découvertes ont un grand intérêt pour la recherche médicale. Au large de la Floride (Etats-Unis), une nouvelle espèce d'éponge rouge, surnommée "l'éponge rasta", a été identifiée récemment. Elle contient des composants chimiques qui pourraient aider à traiter certaines tumeurs cancéreuses. En Nouvelle-Calédonie (Pacifique), des scientifiques ont recensé dans seulement trois mètres cubes d'eau d'un récif coralien quelque 130.000 mollusques appartenant à 3.000 espèces, beaucoup n'ayant jamais été décrites. Parmi les projets de ces prochaines années, des scientifiques vont recenser les bactéries qui vivent dans les océans grâce aux nouvelles méthodes de séquençage de l'ADN. "Il y a des bactéries partout dans l'océan et même si chacune est microscopique, la totalité est énorme. Les bactéries sont la base de l'ensemble de la chaîne alimentaire dans l'océan", explique M. Ausubel.

AFP : http://fr.news.yahoo.com/031023/202/3gndu.html

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top