RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Alcool et tabac : la liste des méfaits ne cesse de s'allonger

Décidemment, la liste des méfaits du tabac et de l'alcool n'en finit pas de s'allonger. Une étude norvégienne réalisée par l' l'Université de Bergen et portant sur 22.000 personnes vient en effet de montrer que les fumeurs avaient un risque de développer une sclérose en plaques augmenté de 80% par rapport aux non-fumeurs. L'augmentation du risque est plus grande chez les hommes que chez les femmes. La sclérose en plaques est une grave maladie neurologique qui se déclenche quand le système immunitaire attaque la gaine protectrice qui entoure les nerfs. La maladie évolue par poussées de plus en plus graves qui finissent par entraîner séquelles et handicaps de plus en plus importants. Les causes exactes de cette maladie ne sont pas encore totalement élucidées même si les scientifiques savent qu'un dérèglement du système immunitaire est à l'origine de la sclérose en plaques. En examinant 22.312 personnes âgées de 40 à 47 ans, les chercheurs norvégiens ont constaté que le risque de sclérose en plaques était augmenté de 2,75 pour des fumeurs, qu'ils aient ou non cessé de fumer avant l'apparition des premiers symptômes de la maladie. La maladie se déclenche en moyenne 15 ans après le début du tabagisme. Le Docteur Trond Riise, qui a mené l'étude souligne que "c'est une plus de raison pour que les jeunes évitent le tabagisme". Le tabagisme a été déjà lié à d'autres désordres "autoimmuns", dans lesquels le système immunitaire déclenche des attaques contre son propre corps. Le Docteur Trond Riise ajoute que "le tabagisme, augmente les risques d' environ 50 maladies différentes, dont le cancer de poumon, les maladies de coeur, l'AVC, la bronchite, l'emphysème, et le diabète. Nous avons à présent la preuve qu'il augmente aussi les risques de sclérose en plaques, même si le tabac ne peut, à lui seul, déclencher la maladie". S'agissant des méfaits de l'alcool, des chercheurs espagnols de l'Université de Jaen ont constaté que les patients qui boivent trop d'alcool avant une intervention chirurgicale ont un risque beaucoup plus important d' l'infection nosocomiale. Leur étude sur 717 patients masculins a montré que ceux qui boivent excessivement augmentent de 66% leurs risques d'infections. Sur les 717 patients étudiés, 178 ont été classifiés comme buveurs réguliers excessifs. Ce groupe de buveurs excessifs (plus de six verres par jour) présente un risque d'infection de 25% contre seulement 15% pour ceux qui ne boivent pas d'alcool. M. David Rosin, chirurgien et membre de l'Université royale des chirurgiens anglais souligne que "Nous avons désormais la preuve que la consommation régulière excessive d'alcool augmente de manière significative les risques d'infection nosocomiale chez les hommes qui subissent des interventions de chirurgie générale. Cette réalité doit être prise en compte et doit nous conduire à recommander l'abstinence totale de boissons alcoolisées pour tous les patients qui doivent subir de telles interventions "

Brève rédigée par @RT Flash

BBC : http://news.bbc.co.uk/2/hi/health/3211099.stm

BBC : http://news.bbc.co.uk/2/hi/health/3218403.stm

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top