RTFlash

La voix, le plus naturel des liens avec la machine

Simple d'usage, rapide, toujours disponible... La voix est depuis longtemps perçue comme l'interface homme-machine idéale, mais d'un futur utopique. Souvent ignorées, les avancées dans les technologies vocales sont pourtant utilisées commercialement dans la téléphonie fixe et mobile, ou internet. Les technologies et services vocaux recouvrent un large marché de matériels (plate-forme téléphonique, serveurs voix), de briques logicielles (navigateurs, reconnaissance, authentification, synthèse...), d'applications clés en main ou personnalisées, ou de services de conseil, d'intégration et d'hébergement. Sans compter les services ASP (Application Service Provider), ce marché représentait 650 millions de dollars (710 millions d'euros) dans le monde en 2000, selon une récente étude de Datamonitor. Entre 2000 et 2006, elle prévoit une progression annuelle moyenne de 43 % sur ce marché (34 % en 2001), qui pèsera 6,1 milliards d'euros dans 5 ans. Parmi les atouts de cette industrie, Datamonitor insiste sur la facilité d'emploi, la possibilité de saisir plus vite qu'avec un clavier, et d'être disponible partout (en voiture), grâce à l'exceptionnelle pénétration du téléphone (quasi-ubiquité). Pourtant, une récente étude de Jupiter MMXI rapporte qu'aux États-Unis, moins de 40 % des utilisateurs de téléphones mobiles préfèrent utiliser une fonction de reconnaissance vocale à la saisie manuelle pour composer un numéro de téléphone, alors que le marché américain des technologies vocales est le plus avancé. L'amélioration permanente des fonctions de reconnaissance vocale, associée à une synthèse plus « humaine » de la voix, aidera sans doute à convaincre les deux tiers de sceptiques. Les technologies de la voix comblent aussi les limites ergonomiques des petits claviers et écrans exigus des mobiles. Plus tard, les applications de voix sur IP permettront d'envisager de nouveaux débouchés pour les applications d'interface vocale. Parmi les technologies et services de la voix, les systèmes d'intégration, les applications personnalisées, les moteurs d'authentification, la compréhension du langage naturel, les plates-formes de téléphonie et les serveurs voix (convergence voix-données) présentent le plus grand potentiel de croissance, selon Datamonitor. Le développement d'applications devrait être à l'origine de plus de 30 % des recettes de la voix en 2006 (23 % en 2000). Dans un futur proche, les technologies de la voix intéresseront encore plus d'entreprises du fait de l'amélioration de l'authentification permettant la personnalisation des services et les transactions. Enfin, grâce à la généralisation de Voice XML, les réseaux d'applications voix pourront s'interconnecter.

OINet :

http://www.01net.com/rdn?oid=163158&thm=NOUVELHEBDO_STARTUP_MODELES

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Stocker les données dans de l'encre de couleur

    Stocker les données dans de l'encre de couleur

    En 2010, le monde produisait deux zettaoctets de données numériques, soit l'équivalent de deux milliards de téraoctets. En 2020, il en produisait 47 zettaoctet et, selon Statista, le volume mondial ...

  • Stocker nos données dans l’ADN des plantes

    Stocker nos données dans l’ADN des plantes

    Il y a pratiquement 10 ans, des chercheurs étaient parvenus à encoder des données binaires dans des brins d’ADN, la chaîne moléculaire à double hélice dans laquelle sont consignées dans les cellules ...

  • L’intelligence artificielle au service de la chimie verte

    L’intelligence artificielle au service de la chimie verte

    Une équipe de chercheurs d’IBM utilise l’intelligence artificielle (IA) pour synthétiser des molécules de façon moins polluante. Ces chercheurs ont recours à RoboRXN, une machine pilotable à partir ...

Recommander cet article :

back-to-top