RTFlash

Des taux sanguins élevés d'acide urique seraient liés à l'hypertension

Des taux sanguins élevés d'acide urique seraient liés à l'hypertension, selon une étude conduite sur des adolescents publiée mardi aux Etats-Unis. "Si on réduit l'acide urique, tout au moins chez certains patients, on peut abaisser la tension artérielle", explique le Dr Daniel Feig, professeur de pédiatrie rénale à la faculté de médecine Baylor à Houston (Texas, sud), principal auteur de ces travaux. "Ceci pourrait être une des explications du mécanisme par lequel certaines personnes développent de l'hypertension et pourrait ouvrir la voie à de nouveaux traitements", ajoute-t-il. L'acide urique est un déchet résultant du métabolisme des aliments.

Il est produit surtout par le foie et les reins. Un excès peut provoquer la goutte, qui résulte de l'accumulation de cristaux de cet acide dans les articulations. Dans cette étude, le Dr Feig et son équipe ont traité des adolescents souffrant d'hypertension artérielle et présentant des taux sanguins élevés d'acide urique, avec de l'allopurinol. Ce médicament réduit le taux d'acide urique et est utilisé dans le traitement de la goutte et des calculs rénaux.

Dans cette recherche, ces chercheurs ont traité la moitié de ce groupe de 30 adolescents avec de l'allopurinol deux fois par jour pendant quatre semaines. L'autre moitié a pris un placebo pendant la même période. Après une pause de deux semaines, les deux groupes ont inversé les traitements. Le premier a alors été soumis à un placebo et le second groupe a pris de l'allopurinol. Non seulement le traitement à réduit les niveaux d'acide urique mais aussi la tension artérielle, indique le Dr Feig dont l'étude paraît dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) daté du 27 août.

Le tension artérielle est revenue à la normale chez 20 des 30 adolescents traités avec de l'allopurinol. En comparaison, seulement un pour cent avait une tensions artérielle normale quand le groupe témoin prenait un placebo. "Ce traitement est très loin d'être une thérapie suffisante pour combattre l'hypertension mais les résultats de cette étude représentent une première avancée dans la compréhension des mécanismes de la maladie", explique le Dr Feig dans un communiqué.

Des études sur les rats avaient précédemment montré qu'un haut niveau d'acide urique peut être lié au développement d'hypertension artérielle, précise-t-il. Mais le Dr Feig et son équipe de recherche devaient déterminer si cela était aussi vrai chez les humains.

"Les thérapies existantes contre l'hypertension sont prouvées et sans danger alors que les traitements pour réduire l'acide urique ne sont pas suffisamment sûr pour être utilisés comme première thérapie anti-hypertension pour la plupart des patients", souligne le Dr Feig. Les effets secondaires possibles sont la nausée, la diarrhée et des vomissements ainsi que des problèmes de foie et dans certains cas rares, le syndrome de Steven-Johnson, potentiellement fatal. Alors que cette réaction touche seulement une personne sur 3.000, le risque est jugé trop grand pour prescrire les médicaments anti-acide urique de façon routinière contre l'hypertension, un problème médical affectant de 30 à 35 % des adultes.

JAMA

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Une aorte artificielle qui réduit la pression sanguine

    Une aorte artificielle qui réduit la pression sanguine

    « L’insuffisance cardiaque touche plus de 23 millions de personnes dans le monde. Bien que la transplantation se révèle la norme pour les patients atteints de cette pathologie, il existe une demande ...

  • Le café : bon pour les seniors

    Le café : bon pour les seniors

    Plusieurs études se sont intéressées récemment aux effets de la consommation de café au cours de la vie sur certains aspects du vieillissement. Ainsi le café améliore la cognition et les ...

  • Épilepsie : un algorithme pour prédire les crises

    Épilepsie : un algorithme pour prédire les crises

    L’épilepsie handicape environ 50 millions de personnes dans le monde et pas loin de 600 000 en France. Les crises restent quasiment toutes imprévisibles à ce jour mais des chercheurs suisses et ...

Recommander cet article :

back-to-top