RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Sédentarité et alimentation trop riche seraient responsables d'un tiers des cancers

Selon Dennis Savaiano, Professeur de nutrition à l'Ecole Purdue, le manque d'exercice et une mauvaise alimentation serait responsables d'un tiers des cancers. Le tabac serait responsable d'un autre tiers des cancers et les facteurs génétiques et environnementaux du dernier tiers des cancers. Dennis Savaiano dénonce les effets dévastateurs de l'alimentation américaine, trop grasse, trop sucrée et trop abondante. Il souligne notamment l'absence très néfaste de fruits, de légumes frais et de céréales sur la table de ses compatriotes. "Beaucoup d'américains mangent peu de fruits et légumes par crainte des pesticides alors que les dangers de ces produits pour la santé sont bien moindres que les risques de cancers provoqués par cette consommation insuffisante de fruits et légumes" affirme t'il. "Notre alimentation est trop calorique et présente en même temps de graves carences en micro-nutriments et sels minéraux dont le rôle protecteur est essentiel en matière de cancer" souligne encore Dennis Savaiano qui rappelle par ailleurs que la pratique régulière d'une activité physique doit également faire partie d'une prévention globale contre le cancer. La France n'est pas épargnée par les conséquences désastreuses de la mauvaise alimentation. "L'obésité connaît un développement épidémique", a rappelé le professeur Maurice Tubiana, membre de cette assemblée, en conclusion d'une séance commune avec l'Académie de pharmacie consacrée mardi à ce fléau doit s'engager dans une politique résolue de prévention de l'obésité de l'enfant, car si rien n'est fait pour enrayer la tendance de ces 30 dernières années, on peut prévoir qu'un enfant sur quatre sera obèse en 2020, selon l'Académie de médecine. "Près de 14% des enfants français de 5 à 12 ans présentent actuellement un excès de poids (environ 3,5 % sont obèses et plus de 10 % en surpoids)" et la fréquence ("prévalence") de l'obésité de l'enfant a été multipliée par 4 à 5 depuis les années 1960, a-t-il rappelé. "L'obésité et le surpoids font peser sur la santé des pays industrialisés des menaces équivalentes à celles du tabac et de l'alcool", a reconnu le cancérologue. "Les formes graves de la maladie sont de plus en plus fréquentes. Si l'augmentation de la prévalence suit la tendanceobservée au cours des 30 dernières années, on peut anticiper qu'un enfant sur quatre sera obèse en 2020".

Brève rédigée par @RT Flash

Science Daily :

http://www.sciencedaily.com/releases/2000/02/000222065054.htm

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top