RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Matière

Des puits quantiques pour stocker la lumière

Emmagasiner la lumière pendant un long moment est un Graal que poursuivent de nombreux physiciens et électroniciens. Il serait alors possible de réaliser des circuits optoélectroniques où les électrons se verraient remplacés par les photons. Oui, mais voilà... Rien n'est plus difficile que de stocker la lumière. Difficulté extrême qu'une équipe de chercheurs allemands vient pourtant de surmonter en mettant au point une mémoire optique basée sur l'utilisation de semi-conducteurs à puits quantique. Stephan Zimmermann (Ludwig-Maximilians-Universität, Munich), Max Bichler (Technische Universität München, Garching) et leurs collègues ont donc décidé d'explorer une autre voie, celle des semi-conducteurs à puits quantiques. Il s'agit en fait d'une très fine pellicule d'arsenure de gallium (GaAs) prise en sandwich entre deux couches d'arsenure d'aluminium (AlAs). Dans le GaAs, les électrons ont une énergie potentielle plus basse que dans le AlAs. La structure en couches permet donc de confiner les électrons dans le GaAs. En montant deux électrodes entremêlées sur le semi-conducteur et en appliquant une différence de potentiel, les chercheurs allemands ont réussi à séparer les électrons des trous pendant plusieurs dizaines de microsecondes. L'annulation du potentiel a ensuite entraîné la recombinaison des électrons et des trous, provoquant ainsi un flash lumineux. . L'avantage de ces mémoires, c'est qu'il est possible d'utiliser le volume du matériau, contrairement aux mémoires électroniques qui ne se basent que sur sa surface. Ce nouveau type de mémoires optiques offre donc d'importantes perspectives d'avenir.

(Infosciences/15/03/99)

http://www.infoscience.fr/articles/articles_aff.phtml?Ref=179

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top