RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Le pilotage virtuel va accroître la sécurité aérienne

Dès l'an prochain, le pilote d'un avion pourra effectuer son trajet sans même jeter un coup d'oeil à l'extérieur. En effet, ce qu'il verra à travers son pare-brise sera non plus l'image réelle du sol, mais sa reconstitution virtuelle. Que l'appareil vole par nuit noire, qu'il traverse un nuage, un épais brouillard ou la fumée d'un incendie, l'horizon restera toujours dégagé.

Les tests sur simulateurs du système de vision synthétique (SVS) développé par la Nasa donnent désormais pleinement satisfaction. L'image virtuelle projetée au pilote est une carte en 3D fabriquée à partir d'images prises par un radar embarqué sur la navette spatiale Endeavour en 2000. Pour simuler une réalité quasi parfaite, elle intègre en temps réel des données provenant d'un radar (orages, sommets de montagne, autres avions volant à proximité...) et d'une caméra à infrarouge. Un système GPS hyperprécis permet de situer l'avion dans le paysage virtuel. Le SVS fonctionne également lors du décollage et de l'atterrissage, car il possède en mémoire la plupart des grands aéroports du monde. Les Américains comptent sur le SVS pour faire chuter le nombre de catastrophes aériennes, surtout dans le tiers-monde, aux routes aériennes pas toujours bien surveillées et aux aéroports mal équipés. Le seul problème est le prix élevé de l'équipement. Aussi les jets privés seront-ils certainement les premiers à l'utiliser

Le Point

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

  • J.T.

    21/10/2014

    Comment se fait-il que sur tous les aéroports, et particulièrement ceux sans visibilité, fréquemment enneigés comme en URSS, l'aviation internationale n'oblige pas à un port de GPS sur les déneigeuses (ou tout autre engin de piste) qui signalent leurs positions précises et leurs trajectoires à la tour de contrôle ?

  • back-to-top