RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Un nouveau médicament à l'essai pour résorber l'AVC

L'accident vasculaire cérébrale hémorragique est la forme d'AVC la plus sévère. On recense 40 000 cas en France par an. La moitié des victimes meurent dans le mois qui suit, une sur quatre est victime d'un handicap lourd et devient dépendante. Deux grands profils d’accidents vasculaires cérébraux sont constatés par les médecins. Près de 80% des 130 000 AVC qui surviennent chaque année en France sont de type ischémiques, et font suite à l’obturation d’un vaisseau cérébral par un caillot sanguin. Les autres sont dits de type hémorragique. Ils font suite à un saignement intracérébral après la rupture d’un vaisseau sanguin. Aucun médicament pour traiter cette pathologie n'existe dans le monde. Enfin jusqu'à aujourd'hui.

L'entreprise en biotechnologie Op2Lysis, installée notamment au centre Cyceron à Caen, Côte de Nacre, a développé une molécule dont les propriétés permettent de résorber rapidement le caillot sanguin responsable de l'AVC afin d'en réduire les effets néfastes sur le cerveau. Ce traitement médicamenteux, pour l'instant baptisé O2L-001, permettrait aux chirurgiens de l'injecter de façon très localisé avant de retirer quelques heures après le sang de nouveau liquéfié via un cathéter.

Co-fondée par Jérôme Parcq, docteur en neurosciences, et Christophe Gaudin, docteur en médecine, Op2Lysis cherche 20 millions d'euros pour passer à la prochaine phase concernant le développement de son médicament. Pour cela, la start-up doit procéder à différents tests respectant les normes des agences de santé avant d'entamer des essais cliniques sur des patients, une étape onéreuse.

L'objectif de l'entreprise caennaise est d'entamer les essais en 2021, avant un enregistrement accéléré du produit espéré en 2023.« Depuis la publication récente d’une étude américaine sur le travail d’une équipe qui a la même technique que nous, mais qui a montré avoir besoin de neuf injections en trois jours pour réduire la taille de l’hématome, nous savons que nous pouvons faire mieux avec une seule intervention », se réjouit Christophe Gaudin.

Article rédigé par George Simmonds pour RT Flash

AS

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top